Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Sables bitumineux : C’est qui le poisson ?

Sables bitumineux : C’est qui le poisson ?

Des scientifiques et des Amérindiens ont exigé jeudi du gouvernement Harper qu’une étude soit menée sur les les poissons difformes du lac Athabasca, dans le nord de l’Alberta, des déformations liées, selon eux, à l’exploitation des sables bitumineux. Cyberpresse

Les habitants sont réticents à manger les poissons du lac, les pêches comportant de plus en plus de poissons difformes.

Il y a quelques années, on en trouvait dans les Grands Lacs.

Mais nous, humains, dans quelle eau nageons-nous ?

On dirait que l’on nage dans les grands crachats de l’Économie… Ou de la bouche de politiciens … Leur bave de pouvoir est un océan de pollution pour le corps et pour l’âme humaine.

Après moi le déluge ! Sauf qu’un déluge comme on en trouve dans les environs des sables bitumineux, ça fait une créature étrange.

Vous en mangez ?

On dirait une créature d’un film de science-fiction des années 50.

Nous voilà en 2010… C’est nous le poisson. Ce sont eux les poisons.

Ne nous demandons pas pourquoi les cancers se développent à un rythme effarant. L’ensemble de nos « travaux » et réussites pour le « bien » de la collectivité a de grands yeux noirs couleur de bitume et de pétrole. La mode est maintenant au gaz de schiste.

Le gaz de schiste est du gaz naturel de type non conventionnel. Comme son nom l’indique, il s’agit de gaz emprisonné dans du schiste, roche sédimentaire déposée à l’origine sous forme d’argile et de limon. D’apparence semblable à celle de l’ardoise, le schiste est la roche sédimentaire la plus répandue sur la planète. Il est moins perméable que le béton, de sorte que le gaz naturel ne peut s’écouler facilement vers les puits. En fait, il est si solidement emprisonné qu’il doit d’abord circuler dans des espaces poreux mille fois plus petits que ceux du grès des réservoirs conventionnels. Les schistes sont une des sources « non classiques » de gaz naturel, qui incluent le méthane de houille et le gaz de réservoirs étanches.

Dans le cas du gaz naturel classique, les molécules de méthane migrent de leur emplacement original jusqu’à un endroit où elles sont emprisonnées dans une roche hôte à de plus fortes concentrations. Le gaz classique est plus facile et moins coûteux à produire. Cependant, la production de gaz provenant de ces accumulations diminue. Afin de pallier ce recul de production, l’industrie pétrolière et gazière se tourne vers des combustibles fossiles dont la production était auparavant jugée trop coûteuse et difficile. Les nouvelles techniques, telle la fracturation hydraulique en plusieurs étapes, jumelées au forage horizontal, facilitent la production de gaz de schistes et ce, à moindres coûts. […] Le potentiel de gaz de schistes au Canada s’élèverait à 1 000 billions de pieds cubes. AQLPA

Le politico développeur

On ne sait pas à quoi roulent les « politico-développeurs »… À une vieille rengaine de millénaires qui consiste à se mettre à genoux devant un dogme qui fait que l’argent, la richesse (laquelle ? ) est une nécessité qui passe par le progrès technique. Tout est « techno ». Science.

Dans l’Histoire, les politiciens sont des masses cancéreuses. Des poux qui se font l’amour entre poux et qui s’accrochent. Quand ils meurent, on les encense. Alors qu’ils apportent avec eux des milliers de cadavres. Ils sont suffisamment insignifiants pour croire que pour on construit de machines servant à l’industrie de la santé, plus c’est raffiné, stéroïdé, plus c’est … plus.

Les éclopés restent.

C’est que, voyez-vous, si le cancer est si « développé » et voilà le portrait : à

Il rappelle que le nombre de cas dans le monde a doublé entre 1975 et 2000. Les experts pensent qu’il pourrait encore doubler entre 2000 et 2020 et même tripler d’ici 2030 avec 20 à 26 millions de nouveaux cas diagnostiqués par an (contre 12 millions en 2007), qui entraineraient le décès de 13 à 17 millions de personnes. En 2030, le nombre de personnes vivant avec la maladie pourrait s’élever à 75 millions.

Alors on fabrique des machines et des pilules pour nous convaincre qu’ils sont nécessaires à notre « santé ». On nous tue, mais on nous facture pour nous rendre la vie…

Des savants qui fabriquent des zombies. Avec bonne conscience… Assez intelligents pour fouiller dans les chromosomes, mais pas assez pour faire le lien entre l’eau dans laquelle nous baignons et le résultat de nos sociétés développées.

La piscine sociale

Nager en eaux troubles…

Et dans « quelles eaux » , nous, nageons-nous ?

Probablement celle aussi épaisse et noir que la rivière Athabaska…

Alors, il faut se livrer à un système compensatoire…

La destruction créatrice, version …santé

La santé étant détériorée, l’industrie s’est livrée à une chimification (sic) de produits tout aussi délirants et colorés. Il suffit d’étudier 20 produits pour atténuer les douleurs pour constater que les formules sont toujours les mêmes, mais à la base une ou des substances naturelles en provenance des opiacées. Une drogue que l’on trouve dans la nature.

Le reste est un camouflage de serpents.

Plus on créée une société de « malades », plus il faut suppléer par des recherches, des machines affinée – à des coûts exorbitants- de même que des pilules.

Mais c’est aussi une industrie…

On ne touche pas aux industries : ça crée de l’emploi.

Et c’est là le but des sociétés. Car elle ne voit que le bout de son nez. La vision globale de la vie leur est absente. Dans les laboratoires, on ne sait plus qui sont les rats…

Avalons nos doses.

« Vide ton assiette, si tu veux devenir grand et fort »

La théorie du « plus ».

Bon déjeuner !

Le cercle est vicieux…


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • ffi ffi 21 septembre 2010 12:30

    Etant passionné de compréhension depuis le plus jeune âge, voilà que cette insolite déformation d’un être vivant aiguise ma curiosité.

    Et si c’était l’irruption de pétrole dans l’eau qui était l’origine de la vie ? L’eau et l’huile ne se mélange pas, toute cellule est composée d’une bicouche lipidique. Mais d’où vient donc l’huile nécessaire à la première cellule ? La vie serait-elle issue de périodiques marées noires ?

    J’aurais vraiment aimé que vous donniez de plus amples détails sur cet insolite phénomène, quels sont les déformations subies, comment les embryons sont-ils modifiés ?...

    Las, vous n’utilisez cette information que comme un leur, pour appâter le chaland et l’attirer dans la nasse de votre combat idéologique en rappelant votre définition particulière du mal contemporain (une définition maintes fois répétée par d’autres, d’ailleurs). Dommage.

    Comment avancer ainsi ? Quand, face à la nouveauté, l’homme se met à répéter en boucle les discours déjà convenus, pourquoi se plaindre qu’il fait du sur-place ?


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 14:41

      @ffi,
      Voici un article que je viens de trouver, en espérant que vous en saurez plus, étant donné que nous faisons du surplace. Peut-être en savez vous beaucoup. Alors, cherchez ce que vous ne savez pas.

      http://idata.over-blog.com/2/48/74/19/Ecologie/poisson-fort-chipewyan.jpg
      Il y a une dizaine d’années, les habitants de Fort Chipewyan ont commencé à pêcher des poissons difformes au goût de pétrole (Photo). Puis le médecin local a été confronté à plusieurs cas d’un cancer rare des voies biliaires dont l’incidence est, normalement, de 1 sur 100 000. Or il y a ici à peine un millier d’habitants. Au printemps 2006, le Dr John O’Connor s’interroge publiquement sur la responsabilité de l’industrie pétrolière. Mal lui en prend. Santé Canada, l’administration fédérale, le poursuit pour « attitude non professionnelle » causant « une inquiétude injustifiée ». Meurtri par ces attaques, il quitte la région en 2007.
      http://pcfbalaruc.over-blog.com/pages/Or_noir_contre_peuples_premiers_sur_les_sables_bitumine ux_de_lAlberta-3100163.html
      _________________
      Et en passant, je fais ça pour la gloire, pour l’argent, et pour avoir l’air intéressant.
      Je dois avoir un gros zégo... 
       smiley
      Croyez-moi, j’ai d’autres ça à fouetter....


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 septembre 2010 23:53

      @ Gaetan Pelletier.



       Vous avez raté un élément important pour la compréhension du milieu agoravoxien. En plus des rédacteurs de droite comme de gauche, dont certains sont nettement plus égaux que d’autres, mais qui ont en général une idée a défendre ou une marotte à vendre et dont dont la plupart apportent quelque chose, il traine ici une faune bizarre désoeuvrée, qui siffle mais ne chante pas.

       Il n’écrivent jamais, mais ils commentent . Leurs commentaire, inintéressants quand ils ne sont que des opinions - puisque par définition ils ne peuvent jamais être liés a une pensée constructive - servent à détecter les erreurs factuelles qui peuvent se glisser dans un texte. Milliards au lieu de milions, miles US au lieu de kilométres… etc.  Une erreur sur le nom d’un poisson est du pain béni pour eux…

       Ce qui pour le lecteur moyen est une erreur de détail ou même un lapsu devinet pour eux un casus belli… Ilne faut pas prêter attention a cette engeance ; d’ailleurs, d’autres, excédés de leur insignifiance viendront a votre rescousse.

       Comment reconnaitre ces gens qui ne méritent generalement pas d’autre réponse qu’un correctif ? Vérifiez ce qu’ils ont écrit et voyez comment ils se tiennent en bandes. Ici trois (3) vous ont attaqué, qui ont respectivement fait sur ce site, 1 300, 1 100 et 900 commentaires sans jamais rien publier… Va Via ! disent les Italiens .

       PJCA



    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 22 septembre 2010 00:57

      Pierre,
       smiley
      Des piranhas smiley


    • slipenfer 21 septembre 2010 12:32

      Bon article
      il faut manger du poisson c’est plein de phosphore


      • kitamissa kitamissa 21 septembre 2010 13:11

        la photo de vôtre poisson,c’est une lotte ,ou une beaudroie si vous voulez,en vente chez tous les poissonniers ..

        pour info,on n’en vend que la queue ...

        alors pour le monstre vous repasserez !


        • ffi ffi 21 septembre 2010 13:15

          Ok, ça m’a induit en erreur.
          Conclusion : cet article est vraiment fait pour tromper.
          Fausses images, pour faire sensation, puis discours idéologique...


        • ffi ffi 21 septembre 2010 13:17

          crachat, pourriture, poux, serpent, tels sont les mots employés : cet article joue de la haine.


        • ARMINIUS ARMINIUS 21 septembre 2010 15:53

          Ce poisson n’est pas une baudroie( lotte étant le nom « poissonnier ») foi de pêcheur et de gastronome ! Ce n’est pas non plus une lotte d’eau douce. De plus la baudroie est un poisson marin et l’Alberta n’a pas de contact avec la mer...


        • shadok71 shadok71 21 septembre 2010 16:50

          à kitamissa : vous l’air d’etre un grand connaisseur !
          une baudroie d’eau douce...

          allez sous google, tapez « poisson Athabasca »
          j’aimerai que vous nous donniez le nom du poisson à 2 bouches


        • dawei dawei 21 septembre 2010 16:50

          honnetement, faut quand meme reconnaitre que meme pour une lotte, le poisson a vraiment une salle gueule. Si vous aviez des photos de lottes « normales » comparables à celle de la photo, je suis preneur !


        • Plus robert que Redford 21 septembre 2010 17:04

          Ben mon Kiki, t’as pas dû en voir une seule, de baudroie pour confondre avec ce genre de poisson globuleux assez bizarre j’en conviens !
           Pour ta gouverne, en voilà une trouvée sur le net dans une position comparable à celle de la photo...


          http://imworld.aufeminin.com/destination/users/D20061002/7_127_pecha__baudr oie_H115731_L.jpg


        • dawei dawei 21 septembre 2010 17:26

          c’est marrant elle à l’air fourrée au crabe celle la !


        • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 17:54

          http://www.radio-canada.ca/regions/alberta/2008/08/19/003-poisson-2-bouches_n.shtml

          Si vous n’êtes pas satisfait de l’image de « mon poisson », allez voir celle du poisson à deux bouches....
          On ne mange que la queue  smiley


        • foufouille foufouille 21 septembre 2010 13:18

          faut rien manger la bas
          beurk


          • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:49

            @foufouille,
            C’est pas si mal ici. Mais le National Geographic vient de publier un article :
            Voici un passage. Désolé pour l’anglais...

            Nowhere on Earth is more earth being moved these days than in the Athabasca Valley. To extract each barrel of oil from a surface mine, the industry must first cut down the forest, then remove an average of two tons of peat and dirt that lie above the oil sands layer, then two tons of the sand itself. It must heat several barrels of water to strip the bitumen from the sand and upgrade it, and afterward it discharges contaminated water into tailings ponds like the one near Mildred Lake. They now cover around 50 square miles. Last April some 500 migrating ducks mistook one of those ponds, at a newer Syncrude mine north of Fort McKay, for a hospitable stopover, landed on its oily surface, and died. The incident stirred international attention—Greenpeace broke into the Syncrude facility and hoisted a banner of a skull over the pipe discharging tailings, along with a sign that read "World’s Dirtiest Oil : Stop the Tar Sands."


          • Ronald Thatcher rienafoutiste 21 septembre 2010 13:20

            qui a laissé passé un article comme ça ? totale décrébilisation...


            • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:34

              C’est une opinion... smiley


            • kitamissa kitamissa 21 septembre 2010 14:28

              c’est certain que si l’on prend pour argent comptant tous les articles d’Agoravox,on risque de tomber sur de la désinformation dans 50% des cas ....

              dans ce cas de figure,l’auteur nous a pris pour des cons ,vu que justement on ne vend que la queue de ce poisson à cause de sa gueule peu engageante !

              donc supercherie et article à foutre aux chiottes !


              • birdy 21 septembre 2010 14:35

                50% ? Vous êtes bien magnanime.


              • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:25

                Parmi les poissons mutants on a capturé en aval du même lac un laquaiche aux yeux d’or de 2,5 kilogrammes – à deux bouches !

                Le fleuve est bourré d’hormones. La présence de résidus d’oestrogène dans l’eau et leurs effets sur les espèces aquatiques, comme le brochet, sont connus. Mais le constat est inquiétant : le Saint-Laurent est rempli de composés d’oestrogène. Résultat : une fertilité moindre et une féminisation des mâles. Pas moins de 128 millions de pilules contraceptives et 107 millions de doses d’hormonothérapie substitutive sont consommées chaque année au Québec ! 

                @Kitamissa

                Je ne connais pas la lotte. Il est fort possible que vous ayez raison et je m’en excuse puisque je n’ai pas gardé l’adresse de la photo. Voici la photo accompagnant un article.

                Je ne vous prends pas pour des cons. Dans ce cas-ci, c’est moi le con. J’aurais dû me méfier...

                http://idata.over-blog.com/2/48/74/19/Ecologie/poisson-fort-chipewyan.jpg




              • shadok71 shadok71 21 septembre 2010 17:25

                à kitamissa :
                "c’est certain que si l’on prend pour argent comptant tous les articles d’Agoravox,on risque de tomber sur de la désinformation dans 50% des cas ...."
                j’ajouterai que c’est encore plus vrai pour les commentaires
                je pense surtout aux tiens, pas à ceux de l’auteur.

                dire que certains se sont laissés convaincre par le ton peremptoire et agressif de tes commentaires...


              • kitamissa kitamissa 21 septembre 2010 22:48

                le ton de mes commentaires ne regarde que moi, les plus gênés s’en vont ou la ferment ..

                je m’occupe du ton de tes commentaires à toi ? Shadock de mes deux !


              • jako jako 22 septembre 2010 08:17

                Shadock, agressif ? tu es sure ?  smiley


              • kitamissa kitamissa 21 septembre 2010 14:48

                ouais,je sais,c’est mon jour de bonté pour pas froisser .


                • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:36

                  @kitamissa,
                  Qui t’as mis ça ?
                  Pourriez-vous m’indiquer vos jours de « non bonté » ?


                • birdy 21 septembre 2010 14:51

                  Bon quand même il y a une remarque que je souhaite faire à propos de la pollution tant par les hydrocarbure que par les éléments radioactifs.


                  Puisque selon la théorie de l’évolution, toute vie est apparu de l’inerte et que les mutations génétiques ont été bénéfiques au point de voir se multiplier des milliers d’espèces, pourquoi donc s’inquiéter de ces mutations qui sont pourtant l’aube lumineuse de nouvelles espèces ? 

                  Allons donc, l’homme irradié devrait muter vers le surhomme et la mouette engluée dans le pétrole devrait développer un réacteur propulsif anal !

                  • joelim joelim 21 septembre 2010 22:10

                    Argument d’une débilité sans fond. 

                    A part pour quelqu’un n’aimant strictement personne.

                  • Plus robert que Redford 21 septembre 2010 22:48

                    Tu oublies que selon la théorie de Jacques Monod (le Hasard et la Necessité) l’homme irradié peut aussi facilement muter vers le surhomme que vers la surmerde...


                  • kitamissa kitamissa 21 septembre 2010 15:08

                    même pour les humains ,plus besoin de voiture ,en vélo avec un piezzo électrique au cul, un pet,une étincelle ,et vroummmmmm,propulsés comme des missiles .

                    bon faudra changer de bénard et de caleçon assez souvent,mais vu les avantages de cette propulsion gratuite ,le prix de quelques accessoires vestimentaires s’oublie !


                    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:32

                      @kitamissa
                      Je suis parfaitement d’accord avec vous. J’ai d’ailleurs écrit une nouvelle de SF sur le sujet.
                      Une nouvellette, écrite il y a près de 15 ans minimum.

                      2044

                      Dans une ville près de chez vous…

                       

                      Les entrailles de la Terre étaient vides de ce précieux or noir qui avait fait rouler les voitures pendant plus d’un siècle, était devenu rarissime.

                      Quelques années plus tôt on avait créé un programme de production de gaz à partir des déchets humains. Chaque maison était connectée à un immense réservoir où était traité l’or brun transformé en gaz.

                      Pour vivre, on mangeait énormément de soupe au chou, fèves, etc. , bref tous ces produits qui gonflent. Un compteur était relié au maison, et chaque mois on vous envoyait un chèque pour votre production.

                      - Chéri, qu’est-ce que tu fais aux chiottes.

                      - Merde ! Je travaille… Mais pas trop…

                      Le voisin venait d’acheter la maison. Il s’était endetté. Et pour payer son hypothèque il n’arrêtait pas de manger pour gonfler ses revenus de production d’or brun. Il n’avait pas arrêté d’avaler des produits pour aller aux chiottes. Il est mort dans son lit, le pauvre.

                      Je ne voulais pas en arriver là.

                      Et comme tout bon capitaliste, pour me soustraire à la tâche, j’avais acheté une petite usine dans le quartier industriel. 254 sièges. Comme le parlement d’Ottawa.

                      Mes ouvriers travaillaient assis, les culottes baissées. Pour la plupart, ils lisaient en travaillant.

                      Je fis le tour, ce matin-là, et vit un de mes ouvriers, le faciès pourpre, en pleine production. Il faut spécifier que l’usine ressemblait davantage à une étable.

                      Il sortit de l’usine, épuisé, vidé, il fut attaqué par trois voleurs qui entaillèrent ses entrailles et lui volèrent sa précieuse cargaison.

                      Je me rendis sur les lieux pour l’identifier.

                      Un belle voiture passa en trombe.

                      Le luxe n’a jamais eu de pris et n’en aura jamais.

                      J’étais dégoûté.

                      Quelques jours plus tard, je vendis ma compagnie Gazanus Inc. pour une bouchée de pain.

                      Mais je suis resté handicapé : à chaque fois que je lis j’ai envie de courir aux chiottes.

                      http://gaetanpelletier.wordpress.com/2008/04/08/gazanus-inc/


                      • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 15:44

                        La forêt boréale est aussi importante pour la culture et la subsistance des peuples autochtones du pays. Près de 80 pour cent des Autochtones du Canada vivent dans des régions forestières et beaucoup d’entre eux tirent leur gagne-pain et leurs traditions spirituelles de la nature, de l’eau et de la faune. Selon le Canadian Medical Journal du 31 mars 2009, le taux de cancer des communautés Fort Chipewyan est supérieur de 30% à la moyenne de l’ensemble du Canada. Lorsque les gisements sont situés plus en profondeur, des techniques dites in-situ sont utilisées. De la vapeur d’eau à haute pression et température est injectée dans le gisement afin de séparer le bitume du sable directement sous terre. Les techniques in situ de forage gravitationnel mobilisent d’énormes quantités d’eau : de un à quatre barils d’eau pour un baril de pétrole. L’eau utilisée pour la séparation du bitume et du sable est stockée dans de gigantesques lacs artificiels, qui couvrent aujourd’hui plusieurs centaines de km2 visibles depuis l’espace, où se concentrent des composés toxiques. Plus de 1500 canards y ont trouvé la mort, au point que les compagnies pétrolières ont installé des canons pour les chasser. ’’C’est un paysage de guerre, ces canons diffusent un bruit d’enfer dans une odeur atroce. Ces lacs deviennent un problème environnemental monumental’’, décrit Eriel Déranger, qui évoque les coûts démesurés de l’exploitation de ces sables. Aucune étude d’impact des techniques in situ n’a été effectuée par l’Alberta, qui pratique par ailleurs une fiscalité légère et un laxisme environnemental notoire. Plusieurs plaintes d’organisations autochtones et écologistes ont été déposées en justice.
                        http://www.actu-environnement.com/ae/news/sable-bitumineux-alberta—10351.php4


                        • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 16:09

                          @ARMINUS
                          J’ai replacé sur Cent-Papiers la photo et j’ai indiqué mon erreur.
                          http://www.centpapiers.com/wp-content/uploads/2010/09/poisson-fort-chipewyan1.jpg

                          Ce qui ne change rien, puisque le poisson est plus laid. Je n’ai pas trouvé non plus de précisions sur le poisson.
                          Je ne peux rien changer ici...
                          Mais je persiste et signe pour le reste.


                          • Plus robert que Redford 21 septembre 2010 22:44

                            @ Gaëtan :
                            Je suis intéressé par votre poisson globuleux, sorte de version d’un « Mangalore » qui serait retombé dans le lac Athabasca...
                            Il mériterait mieux qu’une simple photo à la va-vite pour que nous puissions contempler le rebondi de ses formes, vu sous différents angles.
                            En outre une autopsie montrant un peu le dedans de la bête serait appréciée, pour augmenter un peu la scientificité du sujet...
                            Cela dit, il est patent que, les bitumes et autres dérivés d’hydrocarbures abondent en dérivés phénoliques et polycycliques, dont le caractère mutagène est connu depuis des lustres !

                            Et pis pour les commentaires désobligeants du Kikimachin, te fais pas de bile, ça pisse pas loin, comme on dit chez nous...
                            Je suis d’ailleurs étonné de l’icône qu’il s’est choisie ; le pauvre Lucian Freud en serait probablement fort marri, dont la puissance artistique vole à des années lumière de la merditude Kitamissesque...


                            • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 23:16

                              @Plus Robert,
                              Je voudrais aussi en connaître plus sur le poisson. Mais le combat se fait surtout au sujet du nombre élevé de cancers dans la région, particulièrement chez les amérindiens qui y travaillent.
                              Des poissons difformes, on en a eu dans les Grands Lacs il y a une vingtaine d’années. Depuis, on a coupé un peu les industries en provenance du Canada encore plus que de l’’autre côté, les étatsuniens qui se sont plaints avec raison. Pour une fois qu’ils ont raison...
                              Quant aux commentaires désobligeants, je dois avouer que la première fois que je suis arrivé ici - au premier article - j’ai été secoué. On n’a pas l’habitude de l’insulte gratuite ici.
                              On dirait que certains s’en font un mode de vie smiley
                              Aujourd’hui, ça ne me touche plus. J’ai compris que dans bien des cas, il s’agit de grincheux professionnels. Et je salue leurs épouses... Du moins, s’il en reste... smiley
                              Dommage ! Mais, l’internet, c’est comme la vie : on en rencontre de toutes les couleurs.
                              J’ai fini par apprécier les insultes, quoique je suis seulement surpris du peu de finesse de celles-ci. Il me semble qu’on devrait au moins y mettre un peu d’esprit....
                              Ça se digère mieux.
                              Si vous trouvez des renseignement, ou plus de renseignements sur ces poissons, envoyez-les-moi par email. Site. Contacter l’auteur.
                              Bonne journée à tous !


                            • Salade75 23 septembre 2010 20:08

                              « Des savants qui fabriquent des zombies. Avec bonne conscience… Assez intelligents pour fouiller dans les chromosomes, mais pas assez pour faire le lien entre l’eau dans laquelle nous baignons et le résultat de nos sociétés développées ».

                              J’aime bien cette phrase !
                              Les savants nous valident une entrée sur le marché en quelques semaines, en nous garantissant « scientifiquement » que le produit est au pire sans conséquence pour la santé, et bien souvent incroyablement bénéfique.
                              Par contre, il leur faut des décennies pour valider « scientifiquement » l’évidence contraire : l’amiante, le plomb, les angrais chimiques, les gaz d’échappement, (les OGM ?), les eaux de consommation bourrées de résiduts médicamenteux ...

                              Mais sans tous ces malades que l’on fait durer de plus en plus longtemps (merci les religions pour justifier l’acharnement à les faire « vivre », y compris quand eux même réclament d’être libérés), c’est toute l’industrie pharmaceutique et des apareils hospitaliers ainsi que le fond de commerce des médecins qui s’effondrerait !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès