Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > « Sauver la Terre : 365 gestes verts au quotidien » de Daniel Ichbiah et (...)

« Sauver la Terre : 365 gestes verts au quotidien » de Daniel Ichbiah et Noëlle Saugout

Les 365 actions décrites dans ce livre peuvent contribuer à la plus belle des causes : protéger la planète où vivront nos enfants. Classées par thèmes (recyclage, transports, électricité, chauffage, papier, produits de consommation, nature et animaux...), elles s’intègrent aisément dans la vie de tous les jours.

Sorti le 10 octobre aux éditions L’Archipel.

Environnement, recyclage, protection de la nature, réchauffement climatique... Longtemps considérées comme la lubie de quelques marginaux, ces divers sujets regroupés sous le vocable "écologie" sont devenus la toute première préoccupation des Français...

Pourquoi une telle évolution ? Parce qu’il est soudain apparu que les menaces qui pesaient sur le futur de cette planète étaient devenues tangibles, qu’elles se profilaient à l’horizon, non pas en termes de siècles, mais d’années...

La protection de l’environnement est devenue une nécessité vitale, incontournable pour qui veut assurer un futur à l’humanité.

L’écologie, c’est quoi au juste ? Le mot provient du grec oikos (maison) et logie (étude). Eh oui... Ecologie signifie l’étude des milieux (maisons) où vivent les êtres vivants.

Depuis un demi-siècle, le désordre règne dans cet habitat que l’on appelle "la Terre". Rien ne va plus. La température globale est en hausse, la qualité de l’air comme celle de l’eau se dégrade, les fortes tempêtes ou canicules meurtrières se multiplient. Comment en sommes-nous arrivés là ?

L’atmosphère, cette couche d’air qui entoure notre planète et grâce à laquelle les êtres vivants se développent, est composé de plusieurs gaz, les plus connus étant l’oxygène et le gaz carbonique.

Le gaz carbonique est issu du carbone, un élément que l’on rencontre dans la Nature sous de nombreuses formes. Il existe soit à l’état gazeux (CO2), soit à l’état liquide (pétrole), soit encore solide (charbon). Ce carbone voyage continuellement de la Terre à l’atmosphère et de l’atmosphère vers la Terre. Une fois absorbé par la végétation ou englouti par les océans, il est rejeté dans l’atmosphère lors de sa décomposition ou par le biais de la respiration des êtres vivants. Cet échange est un cycle naturel, perpétuellement renouvelé. Durant plusieurs millénaires, la "maison" Terre a ainsi fonctionné de manière équilibrée.

Qui a mis fin à ce bel équilibre, cet harmonie des va-et-vient du carbone entre la surface terrestre et océanique et l’atmosphère ? À partir de l’ère industrielle vers 1850, les émissions de CO2 ont augmenté en forte proportion du fait de la combustion intensive des énergies fossiles. Un siècle plus tard, ce phénomène a été renforcé par la déforestation qui a réduit la capacité d’absorption de la végétation. De nos jours, moins de la moitié du CO2 est assimilé par ce que l’on appelle les "puits de carbone" - les écosystèmes à même d’absorber le carbone. Le reste s’accumule d’année en année dans l’atmosphère. Cet excès de carbone autour de la planète contribue à dérégler le climat et à augmenter ce qu’on appelle "l’effet de serre". On désigne ainsi un phénomène naturel qui amène l’atmosphère à se comporter comme la vitre d’une serre : elle laisse entrer la chaleur du soleil et l’emprisonne. Toutefois, plus les gaz à effet de serre comme le CO2 sont abondants et plus le sol se réchauffe avec les conséquences que nous observons depuis déjà plusieurs années.

L’un des enjeux des années à venir consiste à éviter au maximum de produire du CO2 et d’encourager les solutions aptes à réduire les émissions. Le fait majeur à intégrer dans son existence est que chacun de nous est partiellement responsable de la dégradation écologique globale et que chacun peut contribuer à redresser la situation.

En France, selon les chiffres officiels, chaque ménage produit 7,8 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an pour ses usages privés. Si l’on ajoute à ces chiffres, les émissions indirectes (fabrication et transport des produits et services destinés aux ménages), nous aboutissons à 8,6 tonnes de CO2 par an. Globalement, un foyer émet donc 16,4 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an afin de répondre à ses besoins divers. Or, cette énergie est produite pour l’essentielle à partir d’éléments fossiles (pétrole, gaz, charbon), dont la combustion émet des gaz à effet de serre, ces fameux gaz responsables des dérèglements climatiques. Savez-vous ce que représente cette consommation énergétique des ménages par rapport à la consommation nationale : 47 % ! En clair, chacun de nous participe sans le savoir de moitié au réchauffement climatique.

Dans ce livre, nous vous proposons une action à mettre en œuvre chaque jour.
Les gestes proposés ici sont simples, non contraignants et à la portée de tous. Et pourtant, ils peuvent avoir un impact énorme.
Parfois aussi, l’acte proposé ne peut être accompli le jour même et représente davantage une information visant à susciter un changement de comportement à long terme. L’idée qui sous-tend chacune des actions énoncées ici consiste d’une part à réduire le gaspillage énergétique, consommer de façon plus responsable, employer les énergies renouvelables et d’autre part, à améliorer les capacités d’absorption des gaz à effet de serre de notre planète - par exemple en plantant un arbre.
Par de tels actes et aussi par des prises de conscience pouvant influer sur un comportement futur - il est possible d’avoir un impact écologique majeur.

Pour agir, il faut comprendre. Pour chaque action proposée, nous vous présentons donc les enjeux et les conséquences que peuvent avoir un geste simple, un réflexe salutaire, maintes fois répété. La bonne nouvelle, c’est que ce qui est bon pour l’écologie est invariablement, à plus ou moins long terme, une solution rationnelle qui profite aussi bien à l’économie des ménages comme à celle des gouvernements, et aussi à la qualité de vie de chacun.

Le livre Sauver la Terre permet ainsi à tout un chacun de contribuer à son niveau à la sauvegarde de cette si belle planète que nous aimons tant !

Ensemble, soulageons les plaies de cette planète endolorie.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • marcel 18 octobre 2007 18:22

    Commençons par le commencement ;règle d’or:limitons notre progéniture à 2 enfants et il ne sera plus nécéssaire d’édicter autant de règles.


    • Gwendal 18 octobre 2007 20:46

      Je suis d’accords avec vous sur le fait qu’il est indispensable de limité notre progéniture. Mais par contre j’estime que sa ne nous dispense pas du reste, vu tout le mal qu’on à déjà fait a la terre.


    • Martin Lucas Martin Lucas 18 octobre 2007 22:11

      La terre n’a besoin de personne, et n’est pas un être pensant et vivant. C’est nous qu’il s’agit de protéger.

      La première bonne action serait de proposer ce livre au téléchargement plutôt que de dépenser tant d’énergie à l’acheminer et à le fabriquer...


      • david 19 octobre 2007 01:23

        C’est bien gentil, mais c’est toujours aux même, les particuliers, de faire des efforts.

        Faut pas prendre ça voiture, en acheter une petite qui pollue moins... et pendant ce temps la, il y a de plus en plus de camion sur les routes.

        Faut pas laisser ça télé en veille et vous avez des fonderies électriques qui consomment autant qu’une petite ville

        Alors à quand un livre qui proposera des solutions pour ceux qui peuvent vraiment faire avancer les choses ? Mais faut surtout pas toucher au moteur de l’économie, a la compétitivité de nos entreprises, alors c’est toujours la même vache a lait qui paye.

        Ce commentaire n’est pas spécialement dirigé contre cet article, mais plutôt contre le fait que c’est toujours les mêmes qui doivent faire, qui sont désignés responsables et pendant ce temps la, ceux qui pourraient vraiment changer les choses ne sont pas inquiété.


        • Gasty Gasty 21 octobre 2007 10:32

          @ David

          Remarque sur les fonderies : Une fonderie ne peut pas être arrêter, cela reviendrait encore plus cher de la remettre en route et en état de fonctionnement. Le redémarrage d’une fonderie peut nécessiter 2 mois.

          Un peu comme le four à pain qui doit être à température, mais là, ce sont des températures de fusions (jusqu’à 1600°)et des tonnes d’aciers.

          Arrêter une fonderie c’est arrêter l’industrie.


        • Danic Daniel Ichbiah 21 octobre 2007 22:25

          Un extait du livre est présent sur http://ichbiah.com


          • idyllique 23 octobre 2007 22:38

            7 milliards de bipèdes !!! Quand allons-nous inverser la tendance ? il y a urgence ! Commençons par mettre en place un contrôle des naissances à l’échelle planétaire (pilule, ivg, déduction d’impôts, avantages sociaux pour ceux qui ne se reproduisent pas à la pelle) ! Encore une fois, ce n’est pas la planète qui est en danger ! Mais nous, les vivants que nous sommes ainsi que toutes les autres espèces vivantes dont nous dépendons, nous oublions que nous sommes au bout de la chaîne ...

            Un bébé vit 80 dans les pays riches et au fur à mesure qu’il vieillit, plus il consomme et il pollue de plus en plus ! Ce ne sont pas les mesurettes de couper l’alim de la Tour Eiffel 5mn tous les soirs, de prendre des douches au lieu des bains que nous allons résoudre le problème des ressources face à une explosion démographique que l’homme s’est au confort de la société de consommation

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès