Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Servons-nous des balises de l’IRSN pour voir clair dans le jeu des (...)

Servons-nous des balises de l’IRSN pour voir clair dans le jeu des autorités nucléaires

Chers amis,

En soutien à l'article très instructif de Sylvie Simon, je vous invite à consulter les balises d'analyse de la radioactivité de l'IRSN réparties sur le territoire français et à choisir en particulier celles qui se trouvent dans les régions des centrales nucléaires, vous allez être édifiés.

http://criter.irsn.fr/exercice/acteur/
Cliquer sur un point bleu de la carte une fois, un graphique apparait et vous pouvez y faire correspondre un tableau. C'est là que cela devient intéressant !!

Le tableau donne les valeurs de radioactivité gamma en nanosievert par heures, soit un chiffre qu'il faut multiplier par 8760 pour avoir la dose annuelle (équivalence reçue par le corps en un an, en restant au voisinage de cette source pendant un an). Les doses acceptables pour une année sont rappelons le de 1 millisievert par an pour la population, la tolérance est de 20 millisievert par an pour les employés du nucléaire (ça déjà, ça en dit long).
Exemple : la balise de Caen (n° 11) affiche à un moment 100 nano sievert/heure = 876000 nano sievert par an, soit 0,8 millisievert pour l'année.

Certaines balises, comme la n° 79 donne des valeurs le plus souvent au dessus de 220 nano sievert. De même les balises à proximité des grandes centrales ont des valeurs bien supérieures à celle de Caen ou de Bayonne, ou de Paris (où l'on trouve les valeurs les plus faibles (tiens, tiens). 250 nano sieverts par heure est une valeur que l'on retrouve dans certaines régions aux alentours même pas immédiat des centrales. Alors 250 x 8760 = 2190000 nano sievert par an, soit 2,19 millisievert par an, soit plus de deux fois la dose annuelle acceptable pour le public.

Une colonne du tableau est aussi très intéressante, c'est celle appelée "bruit de fond". Ce chiffre, renseignement pris, est censé représenter la valeur la plus faible de radioactivité captée par la balise. Celle en dessous de laquelle les mesures ne sont pas significatives. Bon ! Pour la borne n°11 de Caen le bruit de fond de la radioactivité est de 75, mais pour notre balise n°79, cette valeur devient 223 ou 225 nanosievert par heure. Que doit on en déduire ? Que les balises sont moins précises au voisinage des centrales que celles qui en sont les plus éloignées... ? Que les balises sont faussées pour fournir des statistiques se basant sur le facteur de bruit de fond (la colonne suivante) ? En tout cas il serait utile de demander à l'IRSN des explications.
A bon entendeur

P.S un conseil, équipons nous de compteur Geiger, et comptons sur la Criirad, un organisme qui nous informe correctement, pour prévenir les conséquences de l'accident de Fukushima.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • sto sto 28 mars 2011 13:02

    Hello

    Un compteur geiger n’est pas tres utile avec le nuage dilue actuel
    Le seul moyen de detecter les poussierres est de les concentrer (comme le fait la CRIIRAD) sur divers filtres dans lesquels on pompe beaucoup d’air (reproduisant ce qui se passe dans une paire de poumons, d’ailleurs). Il est ensuite judicieux de passer ces filtres dans un spectrometre gamma, pour faire la part entre la radioactivite naturelle (radon et ses descendants) et les radionucleides artificiels relaches par chaque centrale.

    Pour info, les mesures dont vous parlez, de radioactivite ambiante sont influencees par le radon, qui peut etre tres actif et variable selon les regions. Mais il reste bien sur a verifier pourquoi justement le bruit de fond serait superieur comme par hasard aux abords des centrales


    • Ferdinand_Pecora 28 mars 2011 13:37

      "Les doses acceptables pour une année sont rappelons le de 1 millisievert par an pour la population, la tolérance est de 20 millisievert par an pour les employés du nucléaire (ça déjà, ça en dit long). « 

      A Ramsar, en Iran, la population vit (très bien) dans un environnement naturel où la radioactivité courante est de 132 millisieverts ! :)

       »la Criirad, un organisme qui nous informe correctement"

      Comment un organisme anti-nucléaire - c’est à dire que sa raison d’être est d’être contre - peut-il informer correctement ??

      Vous voulez travailler la question de la radioprotection ? Je vous recommande de lire « Les dix plus gros mensonges sur le nucléaire » du journaliste Vincent Crousier.


      • dogon dogon 28 mars 2011 15:17

        Le dernier article de la CRIIRAD, à lire ici-même, pose clairement la question de la sensibilité des capteurs, voire de l’opportunité des types utilisés dans certains cas.

        Espérons qu’ils obtiendront une réponse à leur courriers.
        A suivre, donc ...
         smiley


        • Alain-Goethe 28 mars 2011 21:37

          @ L’auteur

          Votre article je pense que nous devons le lire avec attention, ainsi que tous les autres sur FUKU

          Voici 2 jrs, ELKABBACH a fait une émission ( sur LCP ) où y avait plusieurs interlocuteurs dont

          REPUSSARD ( IRSN 

          En plus y a l’ASN ..
          L’ASN serait indépendante . mais son directeur ( LACOSTE) est nommé par le Pdt de Républik .. dans ce cas c’était par CHIRAC ( et non pas CRIIRAD ..)

          Les directeurs de ces trucs devraient être élus par une Commision d’experts ..

          mais on va me dire :
          «  sur quels critères choisir ces experts  ?? » pas évident  !! ??


          • ptiche 28 mars 2011 21:45

            Tout est relatif bien sur ! Mais quand on sait qu’un seul millisievert annuel supplémentaire conduit à un risque pathologique...
            Comme on peut le lire sur la notice des compteurs Geiger Radex : « il n’y a pas de seuil d’innocuité à la radioactivité ». Toute dose même faible peut modifier le comportement des cellules. « Plus la dose est importante, plus le risque de cancer et d’anomalie génétique est important. La relation entre risque et dose est considérée comme linéaire. Ainsi, la Commission Internationale de Protection Nucléaire (CIPR) a proposé en 1990 que
            l’équivalent de dose maximale soit, pour le public, de 1 millisievert par
            an, soit 11,4 μRem/h en moyenne. Cette norme concerne les doses
            reçues en plus de celles dues aux examens médicaux et à la radioactivité
            naturelle. L’ancienne norme parfois encore en usage était de 5 millisievert
            par an mais elle comprenait l’ensemble des radiations. Le CIPR
            estime que pour chaque millisievert on comptabilise 60 cancers (dont 50
            mortels) et 13 défauts génétiques de plus par million de personnes ».
            Et il faut aussi multiplier cette dose annuelle qui s’accumulera années après années par 10, 20, 30 et plus pour les plus jeunes.
            Pourquoi ce comportement suicidaire ? On ne peut pas tout de même pas laisser cette situation à nos enfants et il faut aussi penser au reste du monde animal et à l’environnement végétal, à ce qui permettra de nourrir l’être humain, etc.
            Dommage que l’on ait pas pu mesurer la radioactivité avant les premières explosions et essais nucléaires, ou même avant Tchernobyl, pour comparer avec aujourd’hui.


            • ptiche 28 mars 2011 22:27

              Un compteur Geiger mesure les doses équivalentes à des valeurs très faibles (le micro sievert), et cela donne une idée de la radioactivité générale de votre cadre de vie (jardin, eau, pièces à l’intérieur). J’ai d’ailleurs constaté des valeurs hors normes sur l’évier de la cuisine, sur des briques mouillées. Je fait des relevés quotidiens pour ne pas avoir de mauvaise surprise et pouvoir informer mes voisins, etc.
              Le danger est l’accumulation de matières notamment concentrées par la pluie. Ici en Normandie, il n’a pas plu depuis plus de quinze jours. Le compteur permettra de mesurer d’éventuelle concentrations.

              Pour en savoir plus :
              http://lpsc.in2p3.fr/gpr/french/RadioOrdre/radioGrandeur/radioGrandeu...
              Les compteurs Radex sont en vente publique (quelques semaines de délai actuellement) au prix de 228 euros environ.


              • Cyprès Cyprès 29 mars 2011 02:22

                Si on cumule les doses reçues.. de Tchernobyl à Fukushima en passant par Long Island et Tricastel et tous les incidents mineurs ou non dévoilés du nucléaire civil
                On ajoute les milliers d’essais nucléaires militaires hors sol des nations ayant l’arme atomique
                (je crois même que URSS en compte pas moins de 500 sur un seul site au Kazakhstan de 1949-1989)
                Et qu’on ajoute a cela les doses reçues dans cadre d’examen médicaux, dentaire ou sécuritaire (cf les scanner corporels aux states).
                Ainsi que radiation naturelle agrémentes de quelques remblais de stériles, issu des mines d’uranium, et sources d’eau vitaminés par la Cogema...

                ...Il est presque étonnant que nous ne sommes pas encore tous réduit a l’état de masses métastases

                C’est a se demander combien de doses seront nécessaires a nous transmuter en Prolls smiley


                • Greys 29 mars 2011 11:04

                  entre etre prudent et etre parano il n’y a qu’un pas, faites attention.

                  On risque plus un cancer de la peau en allant faire bronzette que de par le nucléaire français.
                  Après je dis ca, je dis rien.
                  avec 50ans d’exploitation nucléaire dans l’hexagone (avec les progrès technologique/connaissance de l’atome/etc.), on a pas encore de zombies qui sortent des tombes pour nous réclamer de la matière grise en casse-croute, un 3e bras, des moutons a 5 têtes, des moustiques de 5kg ou encore des vaches qui brillent dans le noir.

                  Je pense que le nucléaire civil français (mondiale ?) a atteint un pic d’exploitation et l’accident japonais vient rappeler a l’ordre les pouvoirs mondiaux sur le sujet que non, le nucleaire est peut-etre une source d’energie extrement pratique (stable, fiable, puissante), mais loin d’être sans risque, ce que certaine personne avait peut-être oublie (prise de conscience quand tu nous tient).

                  Reste a voir la marge de manœuvre qu’il est possible de prendre a partir de maintenant sachant qu’il est impossible d’engager une sortie rapide du nucléaire (perso, je pense qu’on peut tabler sur au minimum 30-50ans), tant qu’on aura pas trouve une autre source d’énergie équivalente qui soit fiable/stable/puissante ce que ne sont pas les énergies renouvelable a l’heure actuelle.


                  • ptiche 31 mars 2011 10:55

                    Vous ne vous êtes pas posé la question : pourquoi les cancers sont en grande augmentation ?
                    Et ne venez pa


                    • ptiche 31 mars 2011 11:02

                      J’ai replié moi même ce commentaire, je n’ai pas réussi à le corriger pour ne publier que la première phrase

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ptiche


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès