Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Sydney sous le sable

Sydney sous le sable

Mercredi 23 septembre. Réveil classique en direction du travail quand au moment de regarder près de ma fenêtre si sombre normalement, un puissant rouge-orange s’échappait de l’espace entre le rideau et ma fenêtre.

« Lever de soleil australien » ai-je pensé rapidement, mais la couleur intense connotait quelque chose d’inhabituel. Un orange uniforme aveuglant pesait sur la ville de Sydney ce matin à 6.00 AM.

Phénomène indescriptible pour un Européen d’un urbanisme s’avouant vaincu par une force naturelle telle qu’on pourrait le voir dans « Le jour d’après ». Ciel orange fluo marqué par une indescriptible lueur dont il est impossible de déterminer l’origine, votre vision ne dépassant pas les 100 mètres.
 
Magnifique à regarder par la fenêtre.
 
C’est en revanche beaucoup moins amusant que d’évoluer dans cette douce tempête ; le vent plutôt calme continue de faire circuler cette poussière sableuse qui apparaît progressivement sur vos doigts et vos vêtements. L’atmosphère est malsaine ; votre respiration est gênée et votre vision troublée par toutes les poussières que vos yeux récupèrent. Les masques préventifs pour la grippe A sont de sortie.

Vers 12.00 PM la tempête martienne était terminée laissant derrière elle un ciel magnifique et un sol sablonneux. Sydney, mélangeant buildings et espaces verts, démontre qu’elle n’est pas maitre en ses lieux.

On ne pourra s’empêcher de faire le lien non vérifié entre ce phénomène si rare et le réchauffement climatique que l’Australie subit notamment à cause de sa position face au trou de la couche d’ozone.

Les couleurs des photos n’ont pas été modifiées et sont extraites du Sydney Herald Tribune.

 

Documents joints à cet article

Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable Sydney sous le sable

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • manusan 23 septembre 2009 16:45

    mars attack.

    comme quoi, nos petites vies modernes avec parcs, voitures, baies vitrées ect ... ça tient pas à grand chose.


    • Voldomir Olmoranz Voldomir Olmoranz 24 septembre 2009 14:59

      Du moment que les vers des sables restent dans le désert d’Arrakis, la situation n’est pas catastrophique... 


    • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 16:53

      La lumière est un don divin. Ce n’est qu’une fois en étant dépourvu que l’on devient à même de l’estimer à sa juste valeur.

      Certains regardent le monde dans lequel ils gravitent que par leurs yeux, et omettent de l’admirer autant avec leurs cœurs qu’avec leurs esprits, s’arrêtant juste à la façade des choses.


      • Halman Halman 23 septembre 2009 19:01

        Paradisial la lumière n’est pas un don divin.

        Les photons solaires sont fabriqués au coeur du Soleil par la nucléosynthèse stellaire, réaction nucléaire créée par la gravité qui transforme les noyaux d’hydrogène en noyaux d’helium.

        L’énergie dégagée l’est sous forme de photons extremement énergétiques qui mettent des milliers d’années à arriver à la surface du Soleil et 8 minutes de la surface du Soleil à la Terre.

        C’est la gravité qui crée la lumière.


      • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 19:17

        Halman,

        Mon discours est souvent duel voire multiple.

        Le Miracle de l’Atome (format pdf - fichier à dézipper)

        Mon commentaire :

        Il s’agit d’une invitation à faire un voyage peu ordinaire dans les entrailles de l’atome, pour y retrouver Dieu, à travers ses signatures divines dans la création.

        C’est un voyage dans le temps, remontant jusqu’au big-bang, qui se déroule aussi dans l’espace*, faisant promener le sceptique dans un monde électro-microscopique fascinant, celui de l’atome.

        * : c’est un voyage également aux fins fonds de l’atome.

        Donc, je persiste et signe : il ne faudrait jamais s’arrêter à la façade.

        Je conseille vivement ce très très excellent ouvrage.


      • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 19:37

        C’est dans ce genre d’ouvrages « Le Miracle de l’Atome » que le cœur et l’esprit se rencontrent.

        Dépassons les façades. Yallaaaaaah.


      • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 20:01

        L’ouvrage « Le Miracle de l’Atome » est un document parfait et complet qui explique pleinement tout ce que l’on souhaite savoir au sujet de l’atome, et dépasse même largement nos attentes au-delà pour nous étonner complètement.

        Quand on est athée ou agnostique, continuer à méconnaître les réels visages de l’atome c’est continuer à méconnaitre Dieu.

        Je préconise vivement cet ouvrage à quiconque esprit éveillé qui est dans la quête de La Vérité.

        A lire sans zapping, afin d’en tirer le meilleur des enseignements.


      • L'enfoiré L’enfoiré 23 septembre 2009 20:25

        Pardisial,
         Dieu passe allègrement de l’infiniment grand à l’infiniment petit chez vous.
         Atome du grec atomos « que l’on ne peut divisser ».
         Pourtant aujourd’hui, tout le monde sait qu’il est sécable.
         
         Les athées parlent plutôt de dieu comme un virus.
         Qu’en dites vous ?
         L’évolution est en effet aiguillée par les virus.
         Et tout le monde sait qu’ils font tellement de conneries qu’ils s’éradiquent eux-mêmes quand ils squattent et tuent leurs hôtes.


      • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 21:04

        Coran 6:21 Qui donc est plus injuste que celui qui invente (en toute insolence et ignorance) du mensonge contre Dieu, ou renie (aveuglément) Ses signes ? Ceux qui abusent (dans le mensonge et le reniement) n’auront point une salutaire fin (dans l’au-delà).


      • Halman Halman 24 septembre 2009 09:48

        Paradisial, et allez on s’abrite derrière le Coran pour ne pas voir l’infinie merveille de la Nature qui n’a jamais eu besoin d’un créateur, puisqu’elle Est Elle Même, Elle se suffit à Elle Même.

        Vous semblez être sèche de coeur pour ne pas voir dans les lois de la Nature des merveilles infinies qu’aucune écriture sainte n’est capable de décrire et de connaître.

        La religion n’a pas le monopole du coeur.

        La Nature existait et faisait des merveilles inimaginables pour votre esprit en des temps infiniment plus lointains que la bulle de Pierre.

        Les lois de la physique ne sont pas à double sens elles. Elles sont et cela leur suffit.

        Les humains oui ont inventé les paroles traitres à double sens.

        La Nature est infiniment plus pure que tout ce que pourra jamais inventer l’Homme, les religions incluses évidement puisque ce sont les hommes qui ont inventé la religion pour justifier leurs morales lamentables et à courtes vues.

        On a mis 2000 ans à se débarrasser du christianisme et enfin pouvoir commencer à respirer et à voir clair, alors si vous imaginez nous impressionner avec votre Coran....


      • Halman Halman 24 septembre 2009 09:51

        Et, Paradisial, si il faut encore vous expliquer cela : la foi n’a rien à voir avec la religion.

        Bien des scientifiques que l’on vous a décrits comme athées ont une foi bien plus profonde et sincère que ceux qui pratiquent une liturgie de quelque religion que ce soit.

        C’est pourtant tellement élémentaire, il suffit de regarder autour de soit et de s’ouvrir le coeur pour voir ces choses là.


      • Paradisial Paradisial 24 septembre 2009 16:00

        Halman,

        Vous disiez :

        "on s’abrite derrière le Coran pour ne pas voir l’infinie merveille de la Nature qui n’a jamais eu besoin d’un créateur, puisqu’elle Est Elle Même, Elle se suffit à Elle Même.

        Vous semblez être sèche de coeur pour ne pas voir dans les lois de la Nature des merveilles infinies qu’aucune écriture sainte n’est capable de décrire et de connaître« 

        Voici ma réponse pour vos propos ainsi que pour ceux que vous aviez énoncés par la suite :

        Elément 1 :

        Coran 22:46 Que n’ont-ils (amplement) parcouru la terre, n’eurent-ils pas des cœurs pour discerner, ou des oreilles (càd une ouïe fine) pour saisir [les rappels des messagers] ?! Assurément ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, ce sont les cœurs plutôt dans les poitrines qui s’obscurcissent.

        Vous êtes dans ce cas là mon cher ami. Vous regardez à la façade, mais ne parvenez point à discerner ce qu’il y a au-delà de l’horizon et des premières apparences.

        Même quand vous admirez, vous admirez que par vos sens primaires, sans hélas conjuguer votre coeur et votre esprit tous ensemble. Vous me reprochez cette attitude là, alors qu’elle est pleinement votre tandis qu’elle n’est point mienne, et je vais vous le démontrer juste ci-dessous.

        Elément 2 :

        (ceci est un témoignage vrai que j’avais un jour écrit à l’intention d’Armand)

        Ode à la Poule d’Eau

        Cher Armand,

        Je puis bien comprendre votre regard, avec cet »oeil du temps" (ou rivé sur le temps), plus fasciné par les empreintes des Hommes laissées dans l’Histoire, sur ses immémoriaux empans et ou à travers ses vestiges et reliques encore vivants.

        Mon oeil de ce côté là n’est pas encore assez bien mature que le votre. Pour autant, concernant la nature, je puis vous dire que mon regard ne tend plus seulement vers l’exultation banale et ordinaire, mais vers l’exaltation sage et réfléchie, émanant tant du coeur que de l’esprit. Dès lors, partout où il se pose, il parvient à cerner l’empreinte divine dans la création.

        Un jour de Ramadan, alors que j’attendais le crépuscule au parc de Vincennes, j’avais larmoyé - délicieusement - en admirant de très très près une poule d’eau plongeant au fond du lac, se nourrissant de feuilles décomposées.

        Son plumage très noir me permettait d’admirer à chaque moment où elle faisait surface les gouttes d’eau glissant sur son pennage comme des gouttes de mercure fileraient sur une lisse surface de marbre (j’en avais cassé des thermomètres étant enfant). Et dès qu’elle replongeait dans sa quête, je la remarquais évoluer admirablement dans l’eau, enchâssée dans une étonnante combinaison d’air, taillée sur mesure, qui la maintenait hermétiquement isolée de son milieu aqueux.

        Je ne m’étais jamais par le passé soucié de savoir ce que mangeaient les poules d’eau ; mais cette fois-ci je remarquais que c’étaient des feuilles d’arbres, décomposées (par l’effet catalyseur d’une eau verdâtre, riche d’algues, de champignons et de bactéries).

        Cette alternance de vues m’interloqua : comment un animal pareil, aussi banal puisse-t-il être (c’est loin d’être le cas), voué à évoluer dans les cieux, en était-il parvenu à se doter de moyens lui permettant d’évoluer également sous l’eau ? Comment pouvait-il s’acquérir et développer par lui-même tout un attirail de moyens pour faire l’aviateur et le sous-marinier en même temps ?!!

        • ossature légère mais robuste ;
        • plumage adapté au vol comme à la nage ;
        • glandes sudoripares assurant une étanchéité parfaite dans l’eau, et une pénétration fluide de l’air, les plumes et leurs micro-structures s’enchâssant entre elles sans aucun contact visqueux ;
        • poumons complexes, assurant - comme chez tout oiseau volant - une respiration à alimentation continue en oxygène (largement différente à celle à deux cycles, commune aux poissons et aux mammifères) ;
        • pupilles adaptées à la vue à l’air libre comme à la vue sous-marine ;
        • pattes palmées ;
        • immunité antibactérienne ;
        • immunité thermique aux variations de chaleur ;
        • orientation astrale ;
        • orientation électromagnétique ;
        • .....

        Je ne cessais de méditer l’état de cet être si habile et fragile, qui barbotait splendidement dans l’eau tout en m’ignorant.

        Tous ses traits qui s’exhibaient devant mon regard un instant nonchalant me paraissaient cette fois-ci pleins d’ingéniosités, simples et complexes à la fois.

        Cette simple poule d’eau oh combien elle narguait mon intelligence.

        De quelle école des mines pouvait-elle être diplômée ? pour en sortir ainsi, si douée et narquoise ?! bravant avec sa complexe simplicité la simplicité complexe et arrogante de l’Homme ?!!

        De toute évidence, elle ne pouvait se doter d’elle-même d’autant d’attributs, par son simple désir et volonté.

        L’Homme n’a pas pénétré l’espace et exploré les profondeurs des océans parce qu’il l’ait simplement désiré. Il lui a fallut évoluer tout au long d’une lente histoire cognitive et empirique (jonchée de sang, d’embûches et d’échecs) pour pouvoir y parvenir, de façon consciente et volontaire.

        Mais cet animal là, oh que non. Personne d’ailleurs n’aurait pu le tenir au courant que l’air peut transporter des corps, même pas les feuilles d’arbres, pour songer à le conquérir.

        Dans son espèce il n’y eut pas des savants. Et son cerveau n’est pas à même de cerner la moindre notion élémentaire d’une quelconque discipline scientifique.

        Une poule ordinaire ce n’est pas parce qu’on lui jetterait des graines dans un lac qu’elle irait les picorer dans l’eau, comme un poisson perroquet ! Plutôt mourir de faim que noyée.

        On ne plonge pas dans l’eau quand on est inapte physiquement à y évoluer dès le premier instant ; même l’homme ne fait pas cela.

        Etc, etc, etc.....

        Tout en continuant à admirer cette fameuse poule, je sentis brusquement une délicieuse larme s’écouler par dessus ma joue : j’étais en train de voir les empreintes de Dieu dans sa création. J’avais pas besoin de voir Dieu ; ses empreintes étaient là, devant moi. Vint alors une seconde larme, puis une troisième... (je n’avais pas fait le décompte)

        Mon regard cette fois-ci n’était pas fade, ni nonchalant.

        Aujourd’hui, C’est avec ce regard là que j’essaie d’apprendre de mieux en mieux à observer tout ce qui m’entoure.

        Désormais partout j’essaie de scruter les empreintes de Dieu : dans la nature, mais aussi chez les Hommes, dans leurs visages, dans leurs différences, et dans leurs richesses.

        Toutes les oeuvres mortes de l’Homme attirent relativement peu mon attention face aux chefs-d’œuvre vivants et morts du Créateur.

        La planète est une Sacrée Médina. Notre regard pourrait nous la montrer fade de l’extérieur. Si notre esprit y pénètre, tous nos sens ne peuvent que s’enivrer de ses riches facettes et de ses multiples beautés.

        Tout comme le riyade peut se retrouver enchâssé dans la ville, il est des riyades qui sont nichés dans les coeurs, qu’aller vers la nature permet de désencastrer.

        Comme le dirait un autre Majnun : ne nous confondez pas, nous autres, fous de la nature.

        Elément 3 :

        Désormais, quand je vois une poule d’eau je vois ça.

        Quand vous dites que la foi n’a aucune relation avec la religion et que vous parliez après des scientifiques athées vous bottiez tout simplement en touche. Il fallait parler de scientifique agnostiques, qui sont assez enclins à être déistes, mais qui ne se reconnaissent pas dans une religion particulière, car leur vision de la religion a été corrompue par les visions judéo-chétiennes fort farfelues quant à Dieu, tantôt emprises d’anthropomorphisme, tantôt d’ethnocentrisme, tantôt carrément de paganisme.

        Sinon, en Islam, la foi la jonction entre religion, foi et science est non seulement une possibilité, mais carrément un impératif. Croire par défaut n’est point encouragée ; justement, il faut développer la foi par conscience, science et certitude, et c’est là qu’intervient la méditation raisonnable et raisonnée (tant par l’esprit que par le coeur) de Tout l’Existent via laquelle le Coran nous appelle à chercher les preuves et les signes manifestes et irréfutables de l’Existence de Dieu.

        Elément 4 :

        The Signs - L’empreinte Majeure de Dieu (vidéo) soyez attentif à la fin de cette vidéo, et aux versets coraniques qui s’y trouvent

        The Signs - Le Miracle de L’Univers (vidéo)

        Les Miracles du Coran (document PDF à dézipper)

        The Signs - Les Miracles du Coran (vidéo)

        Le Miracle de l’Atome (document PDF à dézipper) très très intéressant

        La Création de l’Univers (document PDF à dézipper) très très intéressant

        Ce sont ces deux derniers ouvrages qui m’apprirent à regarder la nature tel que j’avais regardé ladite fameuse poule d’eau, càd autant avec le coeur qu’avec l’esprit.

        Je vous recommande également vivement cette très très excellente vidéo conférence de Tariq Ramadan :

        Dieu // Loin des yeux ... près du coeur - Partie 1

        Dieu // Loin des yeux ... près du coeur - Partie 2

        Dieu // Loin des yeux ... près du coeur - Partie 3

        Dieu // Loin des yeux ... près du coeur - Partie 4

        C’est un discours qui s’adresse tant à votre coeur et à votre esprit.

        Et pour finir, d’autres vidéos, toutes aussi intéressantes :

        La vérité sur l’Islam - 1

        La vérité sur l’islam - 2

        Le système du dajjal - 1

        Le système du dajjal - 2

        * : Dajjal = Antéchrist

        Ne continuez pas à être aveugle. Soyez curieux. Ce sont tous là haut des documents qui pourront foncièrement changer votre vision du monde. Ce serait rater une grande opportunité que de passer à côté.

        Salutations les meilleures.


      • Paradisial Paradisial 24 septembre 2009 16:08

        Halman,

        Je vous répéterais les mêmes paroles que j’avais dites récemment à un interlocuteur :

        - - - - - -

        Vous avez reçu de la mauvaise imprégnation, et c’est de la mauvaise désimprégnation que vous avez tenté depuis d’initier. Une désimprégnation épidermique.

        Je comprends absolument le fait que des gens rationnels quittent le paulinisme (pour ne pas dire christianisme, car l’Eglise est vraiment paulienne, au lieu d’être dans la vraie orthodoxie de notre cher prophète Jésus Christ).

        Et je comprends également la brutalité de ce puissant traumatisme qui les dévie carrément de la religion, les amenant à mettre toutes les religions dans le même sac.

        C’est une réaction plus passionnelle que rationnelle.

        Elle reflète une désimprégnation menée à l’extrême, à l’image de celui qui jette le bébé avec l’eau du bain.

        Il serait plus salutaire d’entreprendre une démarche plus sage.

        J’ai plus le temps pour ergoter, je m’en irais bientôt, bientôt s’annoncera l’heure de rupture du jeûne, et le programme spirituel de la soirée est assez chargé. (bon, là le ramadan est désormais fini)

        A propos : Comment se fait la construction psychologique de tout individu - Imprégnation, Désimprégnation, Recherche de Soi

        Voici l’iillustration 1 et l’iillustration 2 accompagnant ledit texte.

        - - - - -

        « Croire sans être crédule » tel est l’impératif en Islam

        Peut-on croire sans être crédule ? Il s’agit là d’une question récurrente en Occident, où l’on est habitué à opposer foi et raison. Pourtant, un œil attentif ne manquera pas d’observer que ce divorce entre croyance et intelligence est propre à la culture occidentale. Dans aucune autre civilisation, il n’a atteint de telles proportions. Dans aucune autre culture, la religion n’a autant été synonyme d’obscurantisme, c’est-à-dire de la négation de la faculté de l’homme à peser et à juger par lui-même. Les fondements de cette pensée ont été jetés au dix huitième siècle, siècle dit « des Lumières ». A cette époque, les intellectuels et les philosophes ont insufflé un formidable mouvement d’émancipation vis-à-vis des autorités religieuses, opérant une délégitimation de l’influence du religieux sur la sphère intellectuelle ; une véritable révolution en somme, inédite dans l’histoire de l’humanité, et dont les conséquences culturelles sont encore perceptibles trois siècles plus tard.

        L’approche critique de cette période a été très peu réalisée, car cette révolution a toujours été présentée comme une victoire de l’homme sur l’irrationnel.

        Bien que le contexte dans lequel s’est produite cette émancipation était celui d’un Occident malade de son Christianisme, sans nulle référence, à ce moment-là, aux autres religions ou cultures du monde, cette opposition entre foi et raison a été généralisée à l’ensemble des croyances de l’humanité. C’est le phénomène même de la foi qui a été remis en cause, comme si la moindre pensée religieuse n’était plus que l’expression de la faiblesse de l’homme, de sa peur de l’inconnu.

        La question est de savoir si cette pensée révolutionnaire n’a pas été trop radicale, voire extrémiste dans ses conclusions, au point d’ériger des barrières contre toute forme de pensée, dès lors qu’elle était religieuse. Il s’agit bien là d’une question fondamentale, puisqu’elle touche au sens de la vie.

        A l’aube du nouveau millénaire, l’Occident et l’ensemble du monde connaissent de nombreuses crises, sociales, politiques, économiques, morales... Tous en conviennent. Et pourtant les sciences et les techniques sont le domaine d’une évolution proprement vertigineuse. Le paradoxe est de plus en plus marqué entre le progrès technique d’une part et l’essoufflement du système qui l’engendre d’autre part.

        La question du « où va-t-on ? » revient en force, mettant en perspective les transformations frénétiques d’un environnement humain composé d’individus qui ne savent plus où ils vont. L’évolution n’est plus maîtrisée car elle n’est plus conduite que par des découvertes technologiques, sans véritable souci des facteurs socio-culturels ou tout simplement humains.

        En même temps, et pour d’autres raisons, la question de Dieu est de nouveau d’actualité. En effet, le monde scientifique se trouve plus que jamais confronté aux mystères de l’Univers, de la Vie, de l’Homme, etc... On sait désormais, et de manière scientifique, que les chances d’apparition et de survie d’un tel ensemble étaient si faibles qu’elles en deviennent inconcevables.

        La question du « Créateur », du « Grand Ingénieur », se pose désormais scientifiquement. Mais l’envisager de manière réflexive est lourd de conséquences. Cela nous entraîne à nouveau dans une véritable révolution culturelle, remettant en cause des postulats vieux de trois siècles.

        Au contraire de l’Occident, l’Islam n’a jamais séparé la science de la foi. Il les a en effet toujours considérées comme deux méthodes convergentes. La révélation qoranique n’a-t-elle pas commencé par l’impératif « Lis ».

        Le Qoran, livre métaphysique et métaphorique, se présente en fait comme un véritable éloge de la pensée scientifique. A titre d’exemple, on y dénombre plus de 850 mots dérivés de la racine du mot « science » ( ﻢ ﻠﻋ). Et alors que l’on y compte 250 versets d’ordre législatif, environ 750 versets incitent à l’étude des phénomènes naturels, à la réflexion, à l’usage de la raison... bref à faire de l’entreprise scientifique une partie intégrante de la vie. C’est ainsi l’ensemble de la religion musulmane elle-même qui, dès l’origine, est empreinte de science. Pour preuve, citons cette phrase du Prophète Mohammed : « Les savants sont les héritiers des prophètes ».

        Paradoxalement, c’est au nom de la lutte contre l’obscurantisme que certains ont fait le procès de l’Islam.

        Cette condamnation a été malheureusement entretenue par une grande ignorance de cette religion, tant chez les Musulmans que chez les non-Musulmans.

        Il faut dire que la dérive du monde musulman a montré à quel point celui-ci s’est éloigné du sens de la révélation qoranique reçue par Mohammed.

        Cette ignorance partagée a, davantage encore, creusé le fossé entre cette religion et l’Occident. Un mur d’incompréhension s’est érigé, alors que trop peu savent à quel point cette opposition n’a pas lieu d’être.

        La foi islamique n’est pas uniquement basée sur des sentiments, sur ce que l’on pourrait appeler des convictions intimes, mais également sur le raisonnement. Il s’agit d’une croyance « scientifique », dans le sens où elle utilise l’ensemble du monde connu pour se construire, se justifier et se renforcer. La foi y est un savoir universel, mais aussi personnel, que chacun est invité à acquérir à son rythme.

        - - - - - -

        L’Islam n’appelle pas à croire en quelque chose que l’on ignore, mais plutôt à développer foi et conscience en ce en quoi on a d’énormes et de sérieuses certitudes.

        Si vous en douteriez : Le Coran ouvre la voie à la science (document pdf à dézipper)


      • Victoria Victoria 24 septembre 2009 16:37

        Oh là là.... pfffffffffff ! 
        Qu’est-ce que ces pavés sur le dajjal et l’islam viennent faire ici ? 
        Je préfère bouffer du sable que de lire ça... 


      • Paradisial Paradisial 24 septembre 2009 18:02

        Ma Chère Victoria,

        Il s’agissait de vidéos et non d’éléments de lecture. Donc ils sont plus faciles à suivre.

        Ne vous vous fiez pas à la formulation des titres, ce qu’il y a dans ces deux vidéos est très très passionnant. Cela pourrait même vous inciter à regarder le reste.

        Le système du dajjal - 1

        Le système du dajjal - 2

        Je le répète, ne vous vous fiez pas à la formulation des titres.


      • Paradisial Paradisial 24 septembre 2009 18:19

        Halman,

        Si vous êtes suffisamment curieux pour chercher la vraie image pure de Dieu dans le vrai esprit monothéiste je vous invite à lire ceci :

        Qui est Allah ?!!!

        Lisez le document jusqu’à sa fin, et soyez très attentif à son dernier tiers, vous ne le regretterez pas.

        Concernant la sincérité de la dévotion et de L’Amour, dans la conférence Dieu // Loin des yeux ... près du coeur vous pourrez trouver plein d’intéressantes réponses. C’est une conférence trop fascinante de Tariq Ramadan.

        Sinon, quand vous parliez de liturgie sincère, vous pourrez éventuellement voir ceci :

        La Prière en Islam

        Dans toutes les précédentes références, si vous êtes suffisamment curieux, vous pourrez trouver des éléments qui éventuellement changeront complètement votre regard sur ce monde.

        - - - - - - -

        Ah oui, il fallait pas que j’oublie ce documentaire, la grosse cerise sur le gâteau : The Signs


      • Victoria Victoria 24 septembre 2009 18:36

        Tartines prosélytes indigestes ! 


      • L'enfoiré L’enfoiré 24 septembre 2009 19:27

        Coran alternatif donc sur son 31... sans rancune ... mais cela suffisait on parle d’Australie pas de Dieu, par ici.


      • Paradisial Paradisial 24 septembre 2009 20:08

        Victoria et le Belge,

        Il n’y est rien de prosélyte de présenter à quelqu’un une vision alternative par rapport à celles auxquelles il s’est longtemps habitué.

        Désolé pour vous. Vous êtes dans êtes pleinement dans le système du dajjal, vous n’en êtes pas conscients, et vous craignez même d’en sortir.

        Tanpis.


      • Victoria Victoria 24 septembre 2009 20:49

        N’importe quoi : c’est le dajjal qui est dans mon système et qui craint d’en sortir. 


      • Paradisial Paradisial 25 septembre 2009 02:18

        Tu ne serais pas sa maman par hasard ?!!

        Pas encore sorti que déjà il te craint !

        ^ __ ^


      • L'enfoiré L’enfoiré 25 septembre 2009 10:00

        Et le faux Français, Le Belge a un nom. et il le tient comme à la prunelle de ses yeux. Ton dajjal n’y changera rien. 


      • Paradisial Paradisial 25 septembre 2009 12:13

        Je ne suis pas français, mais un francophone pareil que toi. Ah non, je ne suis pas belge, parce que je ne suis pas enfoiré.

        Sinon, désolé, je ne savais pas qu’il s’agissait de ton nom de famille. C’était pour cela que je n’osais utiliser une telle épithète.

        Toutes mes excuses Monsieur L’Enfoiré.


      • Paradisial Paradisial 25 septembre 2009 13:11

        Ainsi c’est : qui ne te connais pas se méprend.


      • A. Nonyme A. Nonyme 23 septembre 2009 17:11

        Etrange et magnifique. Mais il faut laisser le côté divin de côté si j’ose dire, et remercier simplement dame nature.


        • Paradisial Paradisial 23 septembre 2009 17:33

          Faudrait apprendre à regarder au delà de la façade. Là se trouve la plus grande des lumières. Quand elle se niche au fin fond du cœur, je ne vous dis pas .... Tout devient que beauté ; beautés sur beautés.

          Ne fermons pas les yeux du cœur, car c’est là que doit se nicher L’Amour.


        • F.Salenko F.Salenko 23 septembre 2009 17:16

          Même si le lien entre le nouvel état climatique et ce phénomène rarissime n’a pas encore été démontré, j’aurais dû mentionner que l’Australie n’a toujours pas signé le protocole de Kyoto et viens de dépasser la semaine dernière les États-Unis devenant ainsi le plus gros pays producteur de CO2 par habitant.



          • L'enfoiré L’enfoiré 23 septembre 2009 19:29

            F.Salenko,
             Je n’avais pas lu ce commentaire. Merci de confirmer que tout n’est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes.
             Et dire, que quand j’étais jeune (il y a bien longtemps) je pensais m’expatrier en Australie.
             Au fait, n’est-ce pas votre cas, au vu de votre expression française au dessus de la norme australienne ?
             


          • Yohan Yohan 23 septembre 2009 18:29

            C’est un coup de François Bayrou, MODEM le retour


            • L'enfoiré L’enfoiré 23 septembre 2009 19:22

              @L’auteur,
               Et en plus vous n’êtes qu’au début du printemps.
               Qu’est-ce que ce sera en été ? Des incendies en plus, une chaleur à couper au couteau....
               Je me souviens d’une collègue pour qui Sydney était le paradis sur terre.
               Elle ne m’a jamais parlé de cela. Et pour cause, il n’existe nulle part pour celui qui a le courage et le temps voyager. Rien à voir avec les films qui sortiraient de la production touristique d’Antoine.
               Oui, cela existe ce genre de problème dans le nord. Je l’ai connu plusieurs fois avec le vent en plus en Egypte avec le vent Ramsin du printemps.
               Alors, je préfère dix fois plus une bonne pluie bien de chez nous pour me déplacer. 


              • L'enfoiré L’enfoiré 23 septembre 2009 19:24

                Je rappelle aussi que la Chine a eu très peur, lors des JO, que cela n’arrive. Car là-bas aussi, les vents amènent la sècheresse sur les villes comme Pékin.


              • le saviezvous 23 septembre 2009 20:55

                je n’ai pas accés aux commentaires de l’article sur le 11 septembre qui est en une, pourquoi ?


                • Hieronymus Hieronymus 23 septembre 2009 21:01

                  moi non plus, impigeable !
                  j’ai deja signale 3 fois ce BUG a la moderation
                  aucune reaction, aucune !


                • jako jako 24 septembre 2009 08:22

                  J’ai aussi le même problème,
                  merci à l’auteur pour ces magnifiques photos malgré le côté inquiétant
                  ou en est l’Australie avec ses problèmes de reserves d’eau ?


                • Victoria Victoria 23 septembre 2009 22:08

                  Les photos de Sydney avec ces teintes orangées sont très étonnantes. Ils auraient pu faire la même chose avec un filtre orange au lieu de disperser tout ce sable... Ah, ces Australiens... toujours dans la démesure ! 


                  • Gül 23 septembre 2009 22:53

                    Whaouh !!!

                    C’est sublime et presque inquiétant en même temps.

                    Merci pour ces images extraordinaires !


                    • MatOZ 24 septembre 2009 02:20

                      Aie,

                      Pourquoi Monsieur l’enfoire, acharnez vous sur l’Australie ?
                      Je tiens quand meme a preciser que lorsqu’on transmet des infos, ne les transformons pas en intox.
                      D’abord je m’adresse F. Salenko. Depuis le decembre 2007, l’AUstralie a ratifie le protocole de Kyoto suite au changement de gouvernement.
                      Ensuite je rapelle egalement que l"australie n’est pas concerne dans le trou de la couche d’ozone. Sa petite soeur, NZ, oui.

                      Certes je ne dirais pas que le rechauffement climatique n’existe pas mais quel est le rapport avec les incendies ? le rapport avec une tempete de sable ? Avez vous peur ?
                      Que faites vous dans la vie ? Avez vous un travail ? Comment vous y rendez vous ? La voiture ou le bus ? Pourquoi ne pas y aller en velo ou a pieds ?
                      Cela est tellement mieux, mais j’allais oublier : regardez vous les etiquettes des produits alimentaires que vous achetez ? vous savez que bcp contiennent l’huile de palme a l’origine de la deforestation et du rechauffement climatique ?
                      En ce qui concerne l’extinction des dinosaures, pensez vous qu’elle est due au rechauffement climatique ou aux chutes de meteorites ?

                      Mon discours est un peu bete, mais juste pour vous faire reflechir a votre propre comportement avant de critiquer les autres. Aussi, pour vous faire reflechir pour ne pas melanger tout dans le meme panier

                      PS : Je ne suis pas pro Australien. J’ai juste passe une annee dans chacun de ces pays> Il me semble legitime de partager le vrai du faux.

                      Je suis francais, vous etes francais, quand allez vous parler de la grippe porcine puisque les francais sont des professionnels de l’intox !!!!!


                      • F.Salenko F.Salenko 24 septembre 2009 09:07

                        @ Matoz

                        Les quotidiens australiens ne semblent pas aussi informés que vous de l’état du trou de la couche d’ozone, puisque beaucoup comettent l’erreur de ponctuellement le mentionner. De même que le gouvernement qui gaspille son argent à organiser des campagnes préventives aux bords des plages du Sud.

                        Je vous remercie pour la suggestion sur mon comportement, mais je ne crois pas avoir eu la prétention d’impliquer quoi que ce soit. Je ne peux vous assurer un changement radical, mais je vous promets de faire plus attention aux étiquettes des boites.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 24 septembre 2009 16:18

                        Matoz,

                        M’acharner sur l’Australie. Oh, que non. Pas d’intox, non plus. Par contre, quand on parle de quelque chose, on doit en chercher toujours le bon et le mauvais côté. Il existe partout. Je répète partout. On ne veut seulement pas le voir. Je parlais des cassettes d’Antoine qui a fait le tour du monde et qui, probablement pour rester attirant pour les touristes, n’a présenté que les bons aspects.

                        L’intox devient alors bien réelle.

                        « australie n’est pas concerne dans le trou de la couche d’ozone. La NZ bien »

                        >>>Ah. Intéressant.

                        « le rapport avec les incendies ? le rapport avec une tempête de sable ? Avez vous peur ?
                        Que faites vous dans la vie ? Avez vous un travail ? Comment vous y rendez vous ? La voiture ou le bus ? Pourquoi ne pas y aller en velo ou a pieds ? « 

                        >>> oh, là, cascade de questions. Rapport ? Peut-être ben que oui, peut-être ben que non.

                        Un travail ? Non, plus maintenant. Mais je reste utilisateur de tous les moyens de déplacement que vous citez.

                        « regardez vous les étiquettes des produits alimentaires que vous achetez ? »

                        >>>Par l’intermédiaire de mon épouse, oui.

                        « l’extinction des dinosaures »

                        >>> chute de météorite. Comme l’inclinaison de la Terre, qui a permis les saisons.

                        « Critiquer les autres ? »

                        >>> Ah, là, cher ami, je me critique en premier en permanence. Mais je ne me laisse pas piégé par des images d’Épinal. Je vais y voir de mes yeux voir. Ce que ne font pas beaucoup de monde, même s’ils se disent touristes.

                        Si vous aimez partager le vrai du faux. Là, vous devenez un adepte à ma théorie.

                        Je ne suis pas français cantonné à l’hexagone, rien que pour bien cerner la trop grande étroitesse de mon horizon. Mais tout cela est dans mon « About », je ne fais que répéter.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 24 septembre 2009 16:25

                        Mais je crois que j’adressais mon commentaire à l’auteure, S.Salenko.
                        C’est-elle qui est dans le « jus » actuellement.
                        J’aime l’info à chaud.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

F.Salenko

F.Salenko
Voir ses articles







Palmarès