Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Témoignage sur le photovoltaïque en France

Témoignage sur le photovoltaïque en France

Photovoltaïque, ou thermique, l’énergie solaire cartonne partout dans le monde, sauf en France.

Pourtant, je suis à l’origine, avec deux autres militants (M. Djeliska et T. Girardot), de la création de la première centrale photovoltaïque reliée au réseau en France.

C’était en 1992, et notre but était de faire un peu d’ombre à la centrale de Creys Malville, et d’agacer les partisans du nucléaire.

Nous avons rencontré Max Schneider, un élu Genevois, qui avait à l’époque lancé un concept quasi révolutionnaire : il vendait des petites voitures sans permis, avec la station solaire qui rechargeait les batteries de la voiture.

La centrale solaire dont nous mîmes le projet au point grâce à lui faisait une douzaine de m2, et elle était complétée par un onduleur, ce qui permettait de produire du courant compatible avec le réseau EDF, et d’éviter de stocker l’énergie dans des batteries, ce qui comme chacun sait est très polluant. Notre projet coûtait environ 100 000 francs, dont nous n’avions pas le moindre centime. Nous avons donc réalisé une plaquette d’information, et proposé à un réseau de militants antinucléaires d’acquérir des parts indivisibles de cette centrale.

En quelques semaines, nous avions la somme espérée, et quelques mois après, nous inaugurions la première centrale photovoltaïque reliée au réseau français.

Cette inauguration s’est faite en présence de la presse parlée, écrite et audiovisuelle.

Comme le compteur de la centrale pouvait tourner dans les deux sens, lorsque l’utilisateur ne consommait pas l’énergie produite, celle-ci était renvoyée automatiquement sur le réseau, au grand dam d’EDF qui était donc obligée de racheter cette énergie au même prix qu’elle vendait la sienne.

Nous avons eu droit à un procès au niveau européen, et nous avons gagné. De plus, pour encourager cette production d’énergie propre, le prix du kilowatt solaire a été fixé plus haut que celui du kilowatt nucléaire.

Cette installation qui existe toujours est à L’Huis, dans l’Ain, chez un militant antinucléaire, G. David. Cette commune se trouve de l’autre côté du Rhône, à quelques kilomètres de Malville. Nous l’avions appelée « Phébus », et plus tard nous avons dû la débaptiser en « Hespul » (Phébus étant déjà pris).

A la suite de notre action, une société s’est créée et a commencé à proposer ce type d’installation à qui le voulait, à des prix très intéressants, car le gouvernement socialiste de l’époque avait multiplié les subventions rendant l’accès au photovoltaïque plus facile.

Malheureusement aujourd’hui, ces subventions n’existent pratiquement plus, et les réductions d’impôts qui les ont remplacées se sont réduites comme peau de chagrin.

Cela montre, s’il fallait encore le démontrer, le peu d’intérêt que représente pour le gouvernement actuel ce genre d’énergie.

Bien sûr, il est évident qu’en termes de prix, de rendement, ce n’est pas une énergie compétitive. Mais lorsque l’on compare les prix, il ne faut pas en rester au simple prix du kilowatt, et s’interroger sur les répercussions sur la santé.

Quel est le prix d’un cancer ?

Il faut aussi comparer la durée de vie de la centrale photovoltaïque avec celle d’une centrale nucléaire (30 ans).

Au bout de 30 ans, pour le photovoltaïque, on peut assister à un léger ternissement du verre, ce qui diminue un peu le rendement.

Quant aux déchets, cette installation est recyclable (aluminium, verre, et composants électroniques).

On ne peut pas en dire autant pour le nucléaire.

Croyez-vous qu’il en sera question lors du « Grenelle de l’environnement » ?

Personnellement j’en doute, et j’espère de tout cœur me tromper.


Moyenne des avis sur cet article :  3.58/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 30 août 2007 11:56

    Si le photovoltaïque ne constitue pas une source d’électricité utilisable pour une fourniture d’électricité à grande échelle, les progrès considérable dans la technologie (on est proche de pouvoir utiliser du silicium base et non plus hautement purifié, et on peut avoir des cellules en couches très minces et souples) en font une source idéale pour les usages dans l’habitat.

    IL est tout à fait lamentable que les pouvoirs public n’aient pas, en France, favorisé à grande échelle sont utilisation au niveau des logements (individuels et collectifs), surtout avec l’ensoleillement dont bénéficient nombres de régions en France.

    Cette utilisation à grande échelle permettrait d’ailleurs de faire baisser de façon importante les coût de production, et donc d’accroitre la rentabilité du système.


    • Servais-Jean 30 août 2007 18:38

      Ce que l’on ne dit pas c’est que la production de courant provenant soit des éoliennes soit du photovoltaïque est trés fluctuant. Il convient donc pour assurer un approvisionnement stable de doubler ce système de production par un système thermique trés souple. Le seul qui existe étant le système à gaz. Les énergies renouvelables sont une illusion, elles multiplient par deux les puissances installées. La aussi il faut réfléchir jusqu’au bout.


    • dahan 2 septembre 2007 02:15

      Vous dites que les productions d’électricité éolienne-solaire sont « fluctuantes ». C’est donner des énergies renouvelables une image fausse. La France a mis le paquet à une certaine époque pour que la production en nucléaire atteigne 78 % .Si la France faisait la même chose pour le photovoltaïque et l’éolien. S’il y avait une politique de couverture intégrale des nouvelles toitures en panneaux et si le long de tous les grands espaces (fleuves, autoroutes, littoraux il y avait des éoliennes reliées au réseau EDF existant au lieu de vouloir créer une nouvelle (et coûteuse) infrastructure, vous ne pourriez pas parler ainsi. Vous le faites car en France les productions photovoltaïque et éolienne ne représentent qu’un malheureux 0,6 % de la production globale d’électricité. Cordialement.


    • Servais-Jean 2 septembre 2007 03:20

      Les nuits sans vent ne sont pas une exeption tant s’en faut !Que faire alors le soir en pointe de consommation s’il n’y a pas de nucléaire,de l’hydraulique et du thermique couvrant la totalitée des besoins ?


    • Bigre Bigre 2 septembre 2007 09:30

      On ne maîtrise pas la production, soleil ou vent, et la mise en réseau, sans être un moyen de stockage, permet de bénéficier de la régulation des autres sources d’énergie, notamment de l’hydro-électricité (il n’y a pas que le nucléaire et le gaz !).

      La France a raté le démarrage des éoliennes (les fabrications fiables sont allemandes ou danoises), rate probablement le volet photo voltaïque (ou le solaire « eau chaude ») par manque de politique.

      Et comme actuellement, le politique n’est que ce qui a un intérêt financier (et même plus industriel), on n’est mal partis ici !


    • Bigre Bigre 2 septembre 2007 09:49

      Aucun doute, parler des énergies renouvelables suscite des réactions. C’est déjà ça de pris !

      Maintenant, à chacun de faire son choix, ses calculs et de voir s’il a la trésorerie.

      Le plus gros gisement se trouve dans les économies d’énergies, rendement garanti dès la décision d’action ! Ne plus regarder TF1 et lire un livre économise 100 W pendant 3 heures ! Pareil pour une partie ou deux de Scrabble. Et c’est bénéfique pour le cerveau en plus !


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 septembre 2007 11:02

      Il ne s’agit pas de remplacer les systèmes en place, mais de diversifier les productions. Plus la source d’énergie est proche, et moins elle pollue.

      L’un n’empècherait pas l’autre...si l’autre voulait bien accepter le suivant !


    • arthur 30 août 2007 15:24

      Quel est le rapport avec le prix du cancer ???

      Et revoyez votre copie quant à la durée de vie d’une centrale. Pour la santé d’AGORAVOX, essaye de ne pas écrire de chiffres totalement faux dans vos articles.


      • olivier cabanel olivier cabanel 30 août 2007 16:35

        n’importe qui vous confirmera que la durée d’une centrale nucléaire est de 30 ans, 40 au maximum, avec des réparations bien risquées (voir bugey)


      • judel.66 30 août 2007 15:46

        il est certain que la genéralisation du solaire privé permetrait de diminuerla consommation publique d’electricité ...il est vrai qu’il n’y a pas en France la publicité et l’incitation fiscale suffisantes pour le solaire privé....mais que vient faire cabanel dans cette affaire ???...cabanel est brulé depuis longtemps par son parti pri anti nucléaire maladif ..comment le prendre au sérieux ???!!!..


        • olivier cabanel olivier cabanel 30 août 2007 16:37

          brulé ? hum, çà donne chaud. si vous avez bien lu l’article, vous comprendrez ce que je viens faire la dedans. cordialement oc


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 septembre 2007 11:08

          Il est même probable que si chacun produisait sa propre électricité sur son toit, Chacun y regarderait de plus près sa consommation...


        • teyssaire 30 août 2007 16:24

          Bravo pour cet article. J’aimerais bien prendre contact avec son auteur pour parler véhicule électrique, (www.clean-auto.com) mais son site http://olivier.cabanel.fr/ ne fonctionne plus. Pouvez vous transmettre ???


          • olivier cabanel olivier cabanel 30 août 2007 16:40

            je suis surpris d’apprendre que le site ne fonctionne pas.

            de toutes façon, pas de problème pour vous donner mon mail : olivier.cabanel@yahoo.fr cordialement oc


          • Polemikvictor Polemikvictor 30 août 2007 16:31

            Personne ne doute que le voltaïque fonctionne, le problème est son intérêt environnemental à une échelle significative. Bilan GES sur le cycle de vie complet du produit ? Alternatives en cas de faiblesse de production ? Bilan GES de l’ensemble ? Bilan pollution global sur un cycle de vie

            Ci dessous un lien qui fait une bonne synthèse des énergies alternatives.

            http://www.novethic.fr/novethic/site/dossier/index.jsp?id=100280&titre=Les%20énergies%20renouvelables%20peuvent-elles%20assurer%20notre%20avenir%20énergétique%20 ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 30 août 2007 16:46

              en terme de bilan, il faut tout prendre en compte. pas uniquement l’énergie produite, par rapport a l’investissement financier.

              mais aussi comparer avec d’autres types d’énergie qui posent des problèmes de pollution, donc avec des conséquences sur la santé.

              je pense naturellement à l’énergie nucléaire, aux risques d’accidents, et aux cancers qui en découlent.

              quel est le prix d’un cancer ?

              de toutes façons, l’interet de la centrale photovoltaique reliee au réseau, est qu’elle produit de l’énergie en continue, des que la lumière est au rendez vous (pas seulement le soleil), et que lorsqu’on ne consomme pas l’énergie produite, elle est envoyée sur le réseau.

              mais je pense que je ne vous apprend rien.

              dommage que la france soit si en retard la dessus, car des pays moins bien placés en terme solaire que nous , ont souvent dix fois plus d’installations de ce type, et que chez nous, il n’y a plus grand chose de fait pour encourager cette énergie propre, et renouvelable.


            • Polemikvictor Polemikvictor 30 août 2007 17:11

              Je ne connais pas d’énergie propre, les grandes énergies fossiles sont génératrices de GES et de cancer, notamment par l’intermédiaire des pluies acides qu’elles génèrent, plus d’autres morts plus brutales : accidents miniers, explosions de raffineries... On attribue également des cancers au nucléaire et c’est probable.

              Curieusement dès qu’on parle pollution nucléaire on évoque immédiatement Tchernobyl et la production d’énergie électrique, les essais militaires de la fin des années 50 sont oubliés par tous le monde, y compris les pacifistes. Pourtant c’était la course à qui allait faire exploser sa bombe de 100Megatonnes dans l’atmosphère, je suis convaincu que cette pollution est plus grande que tous le reste du nucléaire, mais je voudrais bien trouver des chiffres.

              Quand au cout d’un cancer, il a été établis par des organismes de retraite (Anglais je crois) qu’un cancer du fumeur, rapportait à la collectivité : les victimes ont cotisées aux caisses de retraite et n’ont rien perçues de plus, Cette maladie à évité à la société, les couts liés aux autres fin de vie qui sont très élevés. Ceci pour compliquer le débat 


              • olivier cabanel olivier cabanel 31 août 2007 08:45

                une énergie propre est par définition une énergie qui ne dégage pas de pollution.

                si on veut chipoter, pour produire la structure alu des capteurs photovoltaique, il y a surement un peu de pollution, pour construire le verre aussi..

                mais il n’y a pas de commune mesure avec une centrale nucléaire qui pose des problèmes de pollution :

                pendant son fonctionnement (risque d’attentats, ou sismiques pas pris en comptes),

                lors de son démantelement, que faire des matériaux irradiés,

                et surtout gestion des déchets.

                a cet égard le photo voltaique ne pose quasi aucun problème.


              • libremax libremax 30 août 2007 17:21

                Bonjour

                Je pense que le photovoltaïque devrait avoir un avenir au niveau individuel, en effet nombre de nos appareils fonctionne de plus en plus en courant basse tension continu (éclairage néon ou led, téléphone, ordinateur, radio, etc) avec une consommation faible, n’oublions pas que le courant alternatif très haute,haute,& moyenne tension n’a d’autre but que le transport à moindre perte du courant.

                Il serait judicieux de se préoccuper sérieusement de ces possibilités ...


                • g.jacquin g.jacquin 30 août 2007 18:59

                  Bonjour Monsieur Cabanel,

                  Décidément, vous n’avez pas de chance ou alors vous êtes maso. Force est de constater que vous écrivez souvent des bétises. Comment voulez vous être crédible.

                  Cependant, comme il faut rabâcher les vérités qui fâchent, allons-y !

                  Ce qui se passe en France est exceptionnel !

                  1) Edf rachète à 55 centimes d’€ le KWh produit alors que dans le même temps, le KWh consommé nous coute (en moyenne) 11 centimes d’€.

                  2) De plus, les aides d’état (crédit d’impôts à 50% du matériel éligible soit 8000 € d’économisé pour un couple plus la prime régionale) dégage (pour une installation de 3KWc) un temps de retour sur investissement d’environ 7 ans...

                  En clair, vous payez pendant 7 ans et au delà (pendant la période de production qui peut durer + de 20 ans, durée du contrat passé avec EDF) la vente de l’énergie à EDF vous paye largement votre propre consommation.

                  Pendant 13 ans vous risquez même de faire des bénéfices sur la revente de l’énergie...

                  C’EST GENIAL !!!

                  Oui mais, c’est quoi le problème !?!

                  C’est l’augmentation de notre consommation d’énergie (soit l’augmentation d’environ 1 GWe de producteur par an) mais inégalement réparti dans la journée puisque la pointe principale se situe à partir de 18h jusqu’à 21h.

                  Donc je résume... On favorise le PV qui ne fonctionne pas pendant les heures de pointes l’hiver là ou on a vraiment besoin d’énergie...Ou autrement dit, on impose à EDF de racheter de l’énergie à 55 Cts le KWh alors que dans le même temps EDF produit cette énergie à environ 4 Cts le KWh (le nucléaire M Cabanel). Auquel il faut rajouter, cerise sur le gâteau, que comme Edf est excédentaire en heures creuses, l’équivalent de l’énergie PV produite à 55 cts d’€ le KWh est vendue à environ 4 Cts à l’export.

                  C’est très citoyen cette affaire, un tout petit nombre de favorisés s’installent des centrales PV sur le dos des français (le remboursement des aides se fait sur la facture acquitté donc il faut des sous pour devenir producteur) alors que dans la logique de l’adéquation consommation/production, les besoins sont essentiellement en heures de pointe, là ou le PV est inéfficace.

                  C’est vrai qu’on ne peut pas critiquer en permanence, mais cela commence à faire beaucoup.

                  Ce qu’il faudrait faire :

                  1) Que les français consomment plus éfficacement dans le but de limiter notre consommation en heure de pointe.

                  2) Concernant le PV puisque c’est le sujet, il me semble que la bonne logique aurait été de ne faire payer à EDF 55Cts le KWh, que l’énergie vraiment en excédant de la consommation du foyer.

                  En clair je reçois des aides de l’état pour réaliser une installation PV (peut-être plus importante que celles actuelles) Je ne paye mon électricité au tarif normal que lorsque je ne produit rien ou, moins que ce que je consomme.

                  Si je produis d’avantage que ce que je consomme, EDF me rachète cette électricité à 55 Cts d’€ le KWh.

                  3) Que les aides ne soient pas décidées seulement par un ou des énarques qui ont comme finalité de s’en mettre plein les poches mais que ce soit réfléchi avec l’objectif de réaliser des économies à long terme.

                  Ex1 : le renforcement de l’isolation de l’habitat, des aides massives pour remplacer les convecteurs de chauffage par des systemes thermo dynamiques(pompe à chaleur).l’obligation pour l’habitat neuf de respecter les normes type RT2005 (avec contrôle)etc...

                  Ex2 :L’investissement dans l’hydraulique qui contrairement à ce qu’on veut nous faire croire à un potentiel de l’ordre de 20 GWe en France. C’est un investissement pour plus d’un siècle !

                  Ex3 : le gaspillage de l’argent des Français dans des projets idiots du type éolien...

                  Etc. Y en a plein...

                  4) Financer la recherche dans les énergies nouvelles et rentables de type géothermie profonde

                  5) Surtout, ne pas privatiser EDF !

                  G.JACQUIN


                  • olivier cabanel olivier cabanel 31 août 2007 08:49

                    comme vous l’avez remarqué, j’ai voulu surtout donner un témoignage, et pas rentré dans le détail, pour ne pas faire naitre une bataille de chiffres.

                    chacun a les siens.

                    j’ai seulement fait remarquer que les facilités de financement venaient d’etre modifiées de part la volonté du gouvernement actuel:il y a eu une mesure fiscale qui a été prise depuis l’élection : la TVA sur les travaux d’installation de panneaux photovoltaïques par les particuliers (maison de plus de deux ans) avec revente totale de l’énergie (condition pour bénéficier du tarif de rachat à 30 ou 55 cts) est désormais de 19, 6 % au lieu de 5, 5 %.

                    ce n’est pas ce que l’on peut appeler un signe d’encouragement a utiliser cette énergie.


                  • Servais-Jean 31 août 2007 00:16

                    Jacquin a tout à fait raison, exepté le prix d’achat du Kwh Celui-ci est acheté au prix de vente moyen soit 15cm/Kwh, ce qui ne modifie pas le raisonnement. Pour compenser les variations importantes de production des énergies éoliènes ou voltaïques EDF doit construire des centrales thermiques trés souples donc au gaz.

                    Le bénéfice net pour la collectivité est négatif:Dans le prix de vente on retrouve les 15 cms au lieu de 4, et aussi l’investissement lié à la non fiabilitée de ces énergies. Ce qui pousse les investisseurs, canadiens entre autre, à venir chez nous pour ramasser cette mane financière. chez eux ce n’est pas rentable car les services de production électrique achètent le Kwh au prix du marché.

                    C’est donc un maché de dupe et beucoup s’y font prendre.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 1er septembre 2007 18:52

                      quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage

                      ma foi, si vous ne croyez pas au photovoltaique, vous trouverez 100 000 raisons pour le contester.

                      l’argent n’est pas tout. il est seulement la partie emmergée de la misère.

                      meme si le photovoltaique ne représentera jamais plus que le 1/10 eme de l’energie de notre pays, je continue a penser que c’est génial de convertir la lumière en électricité.

                      d’envoyer l’énergie non consommée sur le réseau.

                      pour ma part, j’en ai marre et plus que marre des ces millions de pylones a haute tension, qui défigurent notre paysage, polluent en dégageant de l’ozone athmosphérique, et génèrent vraisemblablement des cancers , comme l’ont prouvé plusieurs enquetes épidémiologiques.

                      il me semble plus respectueux de l’environnement de produire et consommer l’energie fabriquée sur place.

                      et je repose ma question : quel est le prix d’un cancer ?


                    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 septembre 2007 11:23

                      Bonjour, L’un empèche pas l’autre.

                      ITER, comme airbus, Eurotunnel et les frégates de « l’île de taille vent « , c’est la pratique façon qu’utilisent nos dirigeants pour produire des factures à rallonges. Celles-çi peuvent être largement multipliées en fonction de la gourmandise de ceux qui les parasitent. Ainsi, il devient difficile de vérifier comment des milliards d’euros sont détournés.

                      Dans le cas d’ITER, 20 milliards d’euros sur 20 ans pour fabriquer une grosse cocote minute et la raccorder au réseau EDF...ça fait mille millions d’euros par an, ( six mille cinq cent soixante dix millions de francs, plus de six milliards de francs...) avec trois cent emplois ouvriers !

                      Pour ce prix, on pourrait doubler chaque poteau électrique, ( Il y en a encore 65000 non enterrés dans le département de la Creuse, et donc plus ou moins six millions dans le pays. ), d’un semblable, mais éolien. Une hélice en proportion, débrayable, transparante, un relais au réseau et un accumulateur pour ceux qui sont situés en bord de route. Avec une place pour se garer, le temps d’une pause, d’un repas, d’un appel, ou d’une ballade en campagne, on peut ainsi faire son plein en une demi-heure, pour +ou—1 euro avec une simple carte bancaire... Une batterie vide montée dans une voiture qui tourne est pleine au bout de sept km.

                      Puis, fabriquer une voiture électrique à chassis et arceaux tubulaire permettrait d’y enfermer cinquante mètres de piles rechargeables renforçant ainsi sa structure et pour un poids plus que raisonnable. Il ne reste plus qu’à intégrer les moteurs dans les roues ce qui vous permettrait de changer vous-même, madame, un moteur défectueux en trois minutes.

                      Evidemment, pourquoi faire simple et local quand on peut faire compliqué et hors de vue...si ce n’est encore pour embrouiller le peuple, favoriser les détournement de factures au seul profit des gourmands et développer le système de dépendance par abonnement, extensible à volonté jusqu’à étranglement du contribuable.

                      Il nous reste 15 ans avant le renouvellement de notre parc nucléaire et l’un n’empèche pas l’autre. La technologie existe et ne demande aucune nouvelle étude ni recherche coûteuse. Il y a bien trente emplois par département à la clé...Il ne nous manque plus que le principal...la volonté des autorités !


                    • Stephane Klein Stephane Klein 31 août 2007 01:41

                      Ca y est les memes intoxicateurs viennent polluer le debat et a nouveau, il faut faire de la contre-intox.

                      Il faut dire que le debat est biaiser des le debut puisque l’auteur pourtant bien intentionne est peu renseigne.

                      D’abord aujourd’hui il est parfaitement possible de s’equiper de facon economiquement viable avec un generateur PV de 3 a 5 kWc. Avec un credit d’impot de 8000 euros pour un couple plus des primes regionales le cas echeant et le tarif d’achat (et pas de rachat) de 56 c€/kWh, vous pouvez vous equiper en generateur solaire sans probleme et meme a Dunkerque (mais a Marseille c’est encore plus interessant evidemment).

                      On rappelera le principe des mesure gouvernementales d’appui au PV : inciter les particuliers a s’equiper en leur permettant d’amortir leur investissement sur 20 ans via le contrat d’obligation d’achat avec EDF puis celui-ci etant echu, les particuliers auront naturellement interet a auto-consommer voire se creer un petit tampon de batterie amortissant les fluctuations journalieres.

                      @Voltaire : ecoutez cher ami, renseignez-vous avant de debiter de faussetes. On ne prend pas la parole sur un sujet qu’on en maitrise pas : 2 600 000 kWc de panneaux PV produits en 2006, un total de puissance installe de 3 000 000 kWc en Allemagne, une industrie en croissance de 50% par an depuis 3 ans.... moi j’appelle ca de l’echelle industrielle. Deux centrales solaire thermiques a sel fondu de 50 000 KW en construction en Espagne pour ne parler que de ca, une centrale solaire PV de 40 000 kW en construction en Allemagne, vous n’appelez pas ca de la grande echelle ?

                      Le PV a vocation a produire une grande partie de nos besoins de facon industrielle.

                      Et son intermittence n’est absolument pas un probleme, les solution sont nombreuses et feront l’objet d’un article prochainement :
                      - grands barrage : lorsqu’il fait soleil, on peut parfaitement consommer l’energie solaire et stocker l’eau dans nos barrages alpins pour turbiner en complement.
                      - le centrales de pompage-turbinage : de meme, celles-ci peuvent pomper l’eau en stockant l’energie au besoin.
                      - l’autoroute de l’energie : une nouvelle technologie de transport du courant DC genere moins de champs magnetique permet d’entrevoire un marche global ou centrales solaires et eoliennes seraient compensees au besoin par l’hydro alpin et scandinave. Ce maillage est en train de se consituter.
                      - il y a aussi les techniques en cours de maturation : stockage d’energie par air comprime dans des mines, centrales thermiques renouvelables (biogaz, biomasse).

                      Donc les opposants aux EnR soit ne connaissent pas leur sujet soit sont de fiefes menteurs.

                      Un proprietaire de centrale solaire et investisseurs renouvelable.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 31 août 2007 08:54

                        je n’aurais pas dit mieux.

                        comme vous l’avez remarqué, j’ai surtout voulu donner l’information que les facilités de financements du photovoltaique ne sont plus les memes depuis l’élection du nouveau président :

                        la TVA sur les travaux d’installation de panneaux photovoltaïques par les particuliers (maison de plus de deux ans) avec revente totale de l’énergie (condition pour bénéficier du tarif de rachat à 30 ou 55 cts) est désormais de 19, 6 % au lieu de 5, 5 %.

                        comme je l’ai dit plus haut, en réponse a un autre commentaire.


                      • BMD 31 août 2007 13:05

                        @Stéphane Klein, si vous parlez en puissance ( watt) au lieu de parler en énergie( wattheure),puisque vous prétendez avoir une grande connaissance du sujet on peut vous soupçonner de truquer les bilans, et donc le débat. Un exemple est celui de la centrale de Brandis, qui produira en principe 40 GWh par an sur 112 ha de terrain, soit environ 35 kWh par m2 et par an.Pour produire avec ce type de centrale la production électrique annuelle de l’Allemagne,620TWh,il faudrait donc environ 18 000 km2. C’est une surface énorme, l’équivalent de 3 départements Français . Rien que l’ investissement en terrains, supposé agricoles, serait d’environ 15 milliards d’Euros, et cette « disparition » de 3 départements poserait quelques problèmes, je suppose, ne serait-ce que le relogement de leurs habitants. Mais pour moi l’essentiel n’est pas là : je suppose, étant donné que vous avez des compétences, que vous savez parfaitement qu’il n’est pas possible de produire toute l’électricité d’un pays avec du solaire parce que l’utilisation du solaire, à cause de son intermittence, requiert l’assistance de centrales thermiques. Nous ferons quelques économies de combustible, mais pas autant qu’on pourrait l’espérer car le rendement de ces centrales, obligées de travailler dans de mauvaises conditions, sera abaissé. La réduction de l’effet de serre sera faible. Nous sommes un certain nombre sur agoravox à alerter sur ces évidences,et nous connaissons également ces questions, mais comme on dit, il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ! Il devrait être possible d’atteindre avec éolien + solaire environ 10 % de l’électricité circulant sur le réseau européen en moyenne annuelle.Mais ce faisant nous nous lierons aux centrales thermiques. Le solaire et encore plus l’éolien, fixeront donc dans notre paysage les centrales thermiques et en l’état, leur destinée est liée à celle de ces centrales. Les centrales à concentration qui se construisent en Espagne n’échappent pas non plus à ces contraintes. Est-ce enfin clair ou faut-il encore des explications ? La seule façon de sortir de ce dilemme est de trouver le moyen de stocker l’électricité dans des dispositifs beaucoup plus efficaces que les actuels.Tous les stockages que vous décrivez sont soit saturés ( hydraulique) soit peu performants. Je suis prêt à admettre qu’avec les dispositifs existants, on puisse à grands frais arriver à se passer de l’assistance du thermique pour 5% de solaire et d’éolien circulant sur les réseaux . Reste à produire les 95 % restants. Comment ?


                      • Stephane Klein Stephane Klein 1er septembre 2007 00:24

                        On peut avoir vos sources concernant vos ’10%’ sortis du chapeau ?

                        Vos explications sur les ressources hydro saturees, en partculiers pourquoi no 4 300 MW de puissance de pompage-turbinage qui fonctionnent en complement du nucleaire ne pourraient pas l’etre de l’eolien ?

                        Tout ca sachant que l’Allemagne en est deja a 12% d’electricite renouvelable, en progression, avec relativement peu d’hydro et un objectif de 30% d’ici 2020.

                        Vous devriez demander une entrevue a cette farfelue de chanceliere Merkel pour lui expliquer combien elle a tort, elle vous ecoutera surement avec interet...


                      • olivier cabanel olivier cabanel 1er septembre 2007 18:58

                        les sources énergétiques propres,et renouvelables sont nombreuses, et permettraient si un gouvernement le voulait de nous donner toute l’énergie possible, sans se priver, et sans le pétrole, le charbon, et le nucléaire.

                        c’est juste un choix de société. savoir si on veut une vie propre, sans déchets ingérables, si on veut laisser une terre propre à nos enfants.

                        géothermie, eolien, méthane, hydraulique, solaire et bien d’autres.

                        tout çà est possible demain.

                        il suffit d’une volonté politique.

                        et le grenelle de l’environnement accouchera d’une souris.

                        il y a déja des inconscients qui prétendent que le nucléaire est une énergie propre, et sans danger, car on le sait bien, la pollution radioactive s’arrete toujours à nos frontières.

                        et la terre est plate.


                      • BMD 1er septembre 2007 21:57

                        @Stephane Klein, l’Allemagne fait certes 12% de son électricité avec du renouvelable, mais seulement 6% avec de l’intermittent,le reste est de l’hydraulique, du déchet, du biogaz etc.Nous faisons aussi bien rien qu’avec l’hydraulique.Quand je parle de 10 %,je parle de la capacité du réseau européen dans son ensemble, en moyenne annuelle à accepter de l’électricité intermittente. Pour votre gouverne, même le syndicat des énergies renouvelables ne revendique que 12 %, et c’est pourtant un groupe de pression puissant.


                      • BMD 1er septembre 2007 22:10

                        @Cher Monsieur Cabanel,je vous ai demandé votre avis sur les dangers du développement du charbon comme principale source de production de l’électricité dans le monde , et de me donner votre évaluation de la mortalité qu’il entraîne dans les pays européens qui l’ont choisi, Allemagne, Danemark, Pologne , Ukraine entre autres. Pourquoi ne me répondez-vous pas ?


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 septembre 2007 04:18

                        Est-ce qu’on ne pourrait pas enlever au départ quelques hypothèses absurdes, ce qui simplifierait le débat ?

                        1. La consommation d’énergie ne diminuera pas ; Les histoires d’économie sont de la foutaise. Avec la demande des pays émergents, elle va doubler ou tripler d’ici 15 ans.

                        2. Si on ne prouve pas hors de tout doute que le réchauffement : 1) est bien dû à la consommation de hydrocarbures, et 2) met vraiment la planète en péril, on va continuer à tirer prioritairement l’énergie du petrole et du gaz, ce qui veut dire que le débat sur l’éolien et le solaire vise uniquement à en faciliter le développement pour des fins spéculatives.

                        3. L’hydroelectricité est évidemment la meilleure source d’énergie, mais le potentiel à développer n’est simplement pas là.

                        4. On a créé une psychose contre le nucléaire à laquelle seule la France a résisté. L’avenir du nucléaire dépend de la gestion de cette psychose et obéit donc à des intérêts occultes que je ne prétend pas connaître.

                        5. L’énergie solaire est déjà presque concurrentielle. Si la découverte à Rice University dont on parlait sur AV il y a quelques semaines est avérée, elle EST concurrentielle. Les intérêts commerciaux s’affronteront alors et la part du solaire augmentera progressivement, là où l’insolation est suffisante ; je doute qu’elle couvre une large part des besoins de la France.

                        6.L’énergie éolienne représente déja 30% du chauffage du Danemark en hiver. Norsk Hydro a dans ses cartons un projet pour un parc de 200 éoliennes de 5 MW pour 1 GW. A établir au large.... En France, on estime que l’olien pourrait répondre a 38 % des besoins. Besoins actuels, qui iront en augmentant Intéressant, mais ne pas croire que c’est la panacée. Il faut un ’panier"...

                        Il faudrait une politique à long terme qui propose un « panier » énergétique optimal pour des horizons de 10, 20, 50 ans... Avec des hypothèses de fluctuations des coûts, bien sûr. Ça ferait une thèse simple, pour un étudiant raisonnablement doué. Est-ce qu’on va plutôt en faire un débat politique interminable, ne reposant que sur des préjugés et des rumeurs ?

                        http://nouvellesociete.org/415.html

                        Pierre JC Allard


                      • effisk 31 août 2007 10:23

                        « Cela montre, s’il fallait encore le démontrer, le peu d’intérêt que représente pour le gouvernement actuel ce genre d’énergie. »

                        Article incroyable ! Si la personne qui l’a écrit était au point il y a 20 ans, ce n’est clairement plus le cas aujourd’hui, et heureusement que quelques-uns sont intervenus pour rétablir des vérités sur les aides accordées aujourd’hui.

                        En quelques mots : il est rentable d’installer une centrale solaire sur son toit. On sait exactement combien une centrale coûte, on connaît le montant des aides et des subventions (crédit d’impôt, aides régionales, rachat subventionné, etc.), on est en mesure de calculer très précisément le rendement d’une installation en fonction de sa localisation géographique, de son inclinaison, de son orientation, avec un contrat sur 20 ans et la revente au réseau, on arrive très aisément à un retour sur investissement au bout de 10 ans, parfois même moins. Quand on sait que le contrat de rachat est sur 20 ans et que la durée de vie d’une installation est au moins de 30 ans, le calcul est vite fait. Certains installateurs vont même jusqu’à proposer un financement intégral qui permet de conserver une trésorerie positive !!!

                        Aujourd’hui, grâce aux aides (de l’état notamment), être producteur d’électricité solaire est non seulement un geste citoyen, mais cela vous fait en plus gagner de l’argent ! Les intérêts écologiques et économiques combinés, que demande le peuple ?

                        Quant à la réflexion :

                        « les facilités de financements du photovoltaique ne sont plus les memes depuis l’élection du nouveau président »

                        C’est vrai, mais le jeu en vaut toujours la chandelle.


                        • pcak 31 août 2007 10:37

                          Oui certes, le photovoltaique ou l’eolien ne peuvent fonctionner qu’en reseau avec les autres moyens de production d’electricite, mais il n’empeche que les jours de soleil et quand il y a du vent la consomation de gaz peut etre reduite:c’est ca de gagne.Et puis il faudrait parler du bilan ecologique du photovoltaique et des eoliennes....


                          • BMD 31 août 2007 13:17

                            pcak, il faut s’ôter de la tête une bonne fois pour toute l’éolien et le solaire photovoltaïque considérés isolément, puisque, à l’exception de petites installations isolées, ils fonctionnent en réseau avec du thermique.Ce qu’il faut avoir en tête, c’est éolien +thermique ou solaire PV + thermique. Les effets écologiques ne sont alors pas très différents de ceux du thermique seul, c’est-à-dire mauvais.


                          • Stephane Klein Stephane Klein 1er septembre 2007 00:18

                            Decidemment, il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

                            Non, l’eolien et le solaire ne fonctionne pas avec du thermique en complement.

                            Ca c’est la solution qui a ete developpee jusqu’a present.

                            Depuis peu une reflexion globale a ete engagee pour relier a tres haute tension les reseaux et coupler l’eolien de l’atlantique et le solaire d’Afrique du Nord avec l’hydro alpin et scandinave.

                            D’autres pistes sont poursuivies : le developpement du pompage-turbinage en Europe la ou c’est possible, le stockage d’energie sous forme d’air comprime la ou c’est possible, le stockage d’energie sous forme thermique dans les futures centrales a sel fondu, etc...


                          • g.jacquin g.jacquin 1er septembre 2007 18:34

                            @M. Klein

                            C’est très surprenant votre discourt. J’avais cru comprendre que vous étiez un pro ?

                            Savez vous, Monsieur Klein, que l’électricité ce n’est pas magique ?

                            Lorsque qu’il n’y à plus de soleil (c’est assez fréquent chez nous ex : la nuit) il faut bien substituer au photovoltaïque une autre source d’énergie idem pour l’éolien (c’est quand il n’y a plus de vent...) sinon, il n’y a plus rien sur les fils et votre télé ou je présume vous devez regarder des films de science fiction (ou on vous raconte que l’on va interconnecter l’Afrique avec l’Europe ou qu’il existe plein de procédés de stockage de l’énergie), et bien elle s’éteint ! ça au moins, c’est terre à terre !

                            Donc comme le dit justement BMD pour éviter d’ouvrir les disjoncteurs de lignes par sécurité tension basse ou basse fréquence ou pire, par maxi I, on doit remplacer rapidement cette énergie manquante... C’est la raison pour laquelle EDF à plusieurs projets de centrales à flammes dont quelques uns démarrent bientôt.

                            Et oui Monsieur Klein, l’électricité c’est complexe, ce n’est pas juste, j’appuis sur l’interrupteur et l’ampoule s’allume !!!

                            G.JACQUIN


                          • olivier cabanel olivier cabanel 1er septembre 2007 19:01

                            monsieur jacquin

                            en ajoutant le mépris à vos propos

                            vous vous discréditez tout seul.

                            miroir , mon beau miroir...


                          • g.jacquin g.jacquin 2 septembre 2007 06:54

                            Non, je ne crois pas smiley


                          • pcak 31 août 2007 10:46

                            Parlons simplement des chauffes eaux solaires,ces bacs a vitres et a serpentins qui valent si peu a fabriquer et sont si chers a la vente.Ainsi l’investissement devient rentable que lorsqu’il faut pratiquement les changer ou presque. Mais une energie non taxable est insupportable aux yeux des economistes.Une etude faite dans les annees 80 proposant de deplacer les industries francaises dans le sud pour beneficier du solaire et du renouvelable avait conclu que c’etait possible et rentable a faire sur 30 ans !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès