Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Un bien mauvais 1er Avril, les agro-carburants font une arrivée en (...)

Un bien mauvais 1er Avril, les agro-carburants font une arrivée en fanfare...

On connaissait l’indigence intellectuelle de nos dirigeants, mais à ce point là il y a de quoi vraiment s’inquiéter pour l’avenir. En portant une attention particulière sur les agissements de nos gouvernants au nom de la mascarade du Grenelle de l’environnement, on ne peut que déplorer une fois de plus leurs incompétences et surtout l’enrobage d’un bon vouloir écologique pour servir la soupe à l’agro-business, acoquiné avec la pétrochimie. Et ceci sous le prétexte du sacrosaint développement durable qui est la plus belle escroquerie que les défenseurs de la loi du marché ont inventée. J’avais qualifié cela de fumisterie il y a quelque temps déjà, le temps qui passe confirme.


Donc, la France qui se veut en pointe de la réduction de gaz à effet de serre s’était donnée un objectif en pourcentage de 7% d’éthanol dans le carburant sans plomb, objectif que l’on veut dépasser puisque l’on parle maintenant de 10% pour épater la galerie, ce qui est un leitmotiv chez l’agité de l’Elysée. Car en effet au premier avril le SP 95-E10 devrait remplacer peu à peu le maintenant traditionnel sans plomb 95. Au premier abord, sans réflexion approfondie, cela peut paraître une bonne idée puisqu’il sera composé de 90% d’essence et 10% d’éthanol essentiellement produit par l’agriculture…. Que naturellement l’on va encore une fois qualifier de biocarburant confirmant avec cette appellation usurpée le non respect du consommateur.

Faisant partie de ceux qui avaient déjà dénoncé ce détournement de la terre nourricière pour les profits de l’agro-business, on ne peut que recommencer à jeter un cri d’alarme contre cet état de fait qui va donner lieu à des surproductions agricoles au service des carburants, ayant pour conséquence des famines et un renforcement de l’utilisation d’engrais, pesticides, déboisements, arrosages intempestifs, OGM, malheureusement, j’en oublie…

On comprend aisément pourquoi ces inconvénients majeurs ont jeté le trouble dans les esprits ainsi que l’on peut le constater avec une attitude nettement moins pro-agrocarburants de la part de beaucoup de dirigeants européens. Il n’y a que la France qui insiste lourdement avec en plus la mise sur le marché d’un éthanol inadéquat !

Comme il s’agit d’alcool issu de la betterave sucrière, en plus d’un intérêt environnementale et sociétale tout à fait discutable, ce produit ne s’associe qu’avec l’E10, essence la plus polluante. Si on fait le tour de la question, en mélangeant les deux on arrive au même résultat qu’auparavant, autant d’émissions de CO2. Nonobstant que l’E10 pose aussi problème pour les véhicules fabriqués avant 2000. D’ailleurs l’Allemagne a déjà refusé d’utiliser se substrat et toute sorte de mélange allant avec.

Néanmoins, Total qui voit dans l’agro-business un débouché fructueux a minimisé les méfaits de son carburant allant à l’encontre d’autres expertises, en particulier l’Ufip. (l’Ufip déclare que : « L’éthanol peut être mélangé à l’essence, mais sa sensibilité à l’eau et sa volatilité -contenue dans l’essence- peuvent engendrer un mauvais fonctionnement des moteurs ainsi que des risques d’émission de vapeur d’essence ». Cécile Cassier- Univers-Nature). Pour ce faire, ce gouvernement obstiné dans ces options contestables doit aussi permettre à ce que ce nouveau carburant soit véhiculé par des moyens mécaniques, puisqu’il ne peut utiliser les oléoducs, on verra aussi les stations services subir des travaux importants pour pouvoir exploiter cette foutaise.

Foin de toutes ces mises en garde, Borloo, qui n’est pas à un paradoxe près, plonge à pieds joints dans le lobbying associé de l’agro-business et de la pétrochimie. Qu’attendre de plus d’un gouvernement à la solde des multinationales, rien… Ce qui était d’ailleurs prévisible avec le dévoiement d’un Grenelle qui ne fut qu’une mascarade. Nous vivons dans une époque où le mensonge est permanent, particulièrement au sommet de l’état…
 
Donc, dans la lignée tout le monde s’en donne à cœur joie, déjà l’appellation de « Biocarburant » est une escroquerie de fait puisque les moyens de production n’ont rien d’écologiques. De surcroît, aussi une escroquerie intellectuelle car cette dénomination sert à tromper le tout un chacun ! Alors pourquoi se gêner, l’exemple venant d’en-haut, c’est ainsi que l’éthanol fabriqué à partir de la betterave n’échappe pas à cette règle puisque ses promoteurs – Association de producteurs, France Betterave- se sont offerts une campagne publicitaire des plus mensongères, voir le logo ci-joint.

Naturellement des associations, Les Amis de la Terre entre autres, se sont émues de cette fausseté manifeste. Finalement, les membres du jury de la déontologie publicitaire ont accueilli favorablement les plaintes, mais cela restera un pis-aller dans la mesure où la campagne étant lancée certains naïfs vont être convaincus du bien fondé de l’utilisation d’un éthanol venant d’un agro-business sans foi ni loi.

Cependant, cela pose une question de fond, car on sent l’opinion consciente des méfaits de la généralisation des agro-carburants, donc nécessairement, il faut trouver d’autres solutions…

Je sais qu’il est malvenue de parler des problèmes de l’automobile en raison de l’emploi qui est un sujet sensible avec la diminution de la vente de bagnole.

Mais justement ne serait-il pas bon de s’interroger sur la place réelle de la bagnole dans nos sociétés ?

De toute évidence, c’est et cela restera, quoi que l’on en dise, l’un des éléments les plus polluants malgré que l’on diminue sa consommation, avec ou sans éthanol. De plus, l’orientation vers l’électrique pose aussi d’autres problèmes, le nucléaire, et l’incontournable dans les deux cas, la fabrication qui est aussi un élément polluant. Sans oublier les matières premières, et surtout l’arrivée des plastiques, polymères issus des amidons végétaux, un autre aspect en pleine évolution du productivisme de l’agro-business.

A fortiori, la priorité est de s’éloigner au plus vite du productivisme capitaliste, relocaliser l’emploi afin de limiter les transports, diversifier les moyens de productions, et naturellement promouvoir le transport collectif favorisant ainsi un impondérable, la diminution du parc automobile.

Malheureusement ce ne sont pour l’instant que des pistes de travail, mais qui sont cependant urgentes. Plus en tout cas que la formule 1 ou quelques milliards s’envolent en fumée pendant l’un des participants, Renault, met en chômage technique une partie de ses usines. Même si ce n’est pas entièrement Renault qui fait courir les bolides, une partie de la logistique et des subsides viennent bien du constructeur dans lequel l’état est actionnaire.
 
Quoi qu’il en soit, la formule 1, entre autres sports mécaniques, n’est que le reflet d’un capitalisme orientant essentiellement la recherche vers le productivisme.

Alors, de qui se moque-t-on !!!
 
le-ragondin-furieux.blog4ever.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 1er avril 2009 13:49

     En attendant, il fait beau et chaud dans le sud. Vive le réchauffement climatique, profitons de la vie, et merde aux écolos grincheux


    • pilet14 1er avril 2009 14:23

      Ce qui est assez risible dans l’affaire est tout de même que les anti-agrocarburants parlent de déforestation... alors que ces mêmes personnes s’émerveillent devant la durabilité de la filière bois en France.

      Il faut tout de même savoir que la filière bois n’est durable qu’à long terme et que la politique actuelle de court terme conduit au massacre de nos dernières haies bocagères pour des raisons de développement durable. Pour information, pour qu’un peuplier, qu’un pin ou qu’un bouleau arrivent à maturité, il faut au minimum 50 ans, pour un hêtre 100 ans... et pour un chêne près de 150 ans. Vous avez dit durable mon cher cousin, comme c’est durable... et ce ne sont pas les travaux d’élagage ou d’entretien qui suffiront à chauffer des millions de foyers...

      Une fois de plus, l’écologie ne voit que pour quelques milliers de personnes... les plus souvent fortunés mais ignorent la plèbe.

      D’autre part, une fois de plus, nos écolos de service oublie un autre aspect du problème, la combustion du bois est polluante car on observe la formation de suies qui n’ont rien à envier aux moteurs diesels... mais il est vrai que leur dogme tout entier tient sur l’origine hypothétique d’un réchauffement climatique d’origine anthropique.


      • Nautile 1er avril 2009 17:15

        @ le péripate :
        A ceci prêt qu’il fait plus beau sur le nord du pays que sur le sud actuellement ! Vous avez bien raison profitons de la vie, et détruisons cette planète avant que nos sales gosses en profitent ! Encore un petit effort, un peu plus de "bio" éthanol dans nos bagnoles et ce sera chose faite !

        @pilet14 :
        la filière bois n’est certes pas la panacée. Son principal avantage est sans doute de ne pas augmenter le carbone atmosphérique, contrairement aux carburants fossiles. Mais en aucun cas cette filière ne permet le gaspillage énergétique actuel. Je ne suis pas certain que la suie engendrée par la combustion du bois provoque les même problèmes de pollution que les milliers de litres consommés quotidiennement par nos véhicules essence ou diesel. D’autant que les cheminées ne rejettent pas comme les véhicules automobiles leurs fumées au ras des poussettes de nos enfants ! ..été comme hiver !!
        La déforestation ? c’est vrai qu’elle est faite depuis longtemps dans les plaines betteravières .. Maintenant, on s’attaque aux poumons verts de la planète. L’Indonésie dilapide sa forêt primaire pour plantier des palmiers, l’Afrique détruit sa forêt pour que le banlieusard puisse jouir de son salon de jardin en bois sur sa terrasse idem, et le Brésil se dépèche de faire pareil ... il n’y aura pas de greffe de poumon possible !
        Est ce vraiment l’écologie qui ne voit que pour les plus fortunés ? Qui est directement touché par les augmentations du prix des carburants, si ce n’est justement la "plèbe". Surtout quand celle ci ne peut disposer de transport en commun efficaces.
        je suis cependant d’accord avec vous pour dire qu’une attitude responsable vis à vis de la planète a un coût que tous ne peuvent forcément se permettre ! Et pourtant, quand c’est possible, les transports en commun reviennent bien moins cher que la voiture.
        Manger bio revient plus cher, mais si les plus fortunés s’y mettent, les prix devront baisser et devenir abordable pour un plus grand nombre .. et l’enjeu devenir plus attractif pour les agriculteurs !

        On peut réfléchir, voire se poser des questions sur les hypothèses du réchauffement climatique. Mais faut il accepter pour autant ce gaspillage effreiné des ressources que la planète met à notre disposition ?

        @ l’auteur
        merci de dénoncer ce scandale des agro carburants dont on connait aujourd’hui le bilan plus que négatif ! Les intérêts de l’agro business et pétrolier sont très liés. les derniers n’ont ils pas investi massivement dans la filière ?
        In fine, le problème essentiel n’est il pas effectivement celui de la bagnole dans notre société ? Tout a été structuré autour :

        - les zones industrielles pour le travail dans lesquelles les transport en commun ont été tardivement et maladroitement greffés

        - la grande distribution qui dévore des hectares agricoles en marge des agglomérations

        - l’habitat individuel loin des gares ou des lignes de bus.
        Il es plus que temps de poser les vraies questions et réflechir aux solutions à y apporter. je ne suis pas sur que les bonnes solutions passent necéssairement par la voiture individuelle. Mais nous avons un obstacle majeur en france : nous avons trois constructeurs automobiles majeurs et un nombre conséquent d’emplois associés.








        • armand 1er avril 2009 19:25

          Merci pour cet aricle, à tous les gens qui vivent "heureux" dans ce monde changeant et disent (comme ci dessus) tout baigne je dirais : "pauvre idiots"


          • Romain Desbois 1er avril 2009 19:26

            Il est évident que si la production d’agrocarburants se fait en plus et non en remplacement, c’est négatif.

            On pourra toujours condamner les effets nocifs des agrocarburants devant son entrecôte, son litre de wisky et pleurer sur les famines en se lavant les cheveux avec un shampooing aux oeufs.

            Mais il ne faut pas s’inquièter, Barnier préfère subventionner les élevages plustôt que l’agriculture bio.


            • antyreac 1er avril 2009 19:31

              Je rappelle pour memoire que de nombreux écolos ont soutenus le carburent vert il ya encore quelques années.

              Il va de même maintenant pour l’ampoule ecologique que déjà certains ecolos trouvent trop polluante..

              Que remarque-t-on

              à chaque qu’une idée proposée par les ecolos est mise sur le mrché est imédiatement combattue par ce derniers quand elle est fonctionelle

              et défendues par ces derniers quand justement elle n’ est pas réellement fonctionnelle (c’est le cas de fameuses éoliennes qui défigurent le paysage de nos campagnes )


              • 1984 2 avril 2009 12:11

                Les éoliennes à axe horizontal sont une absurdité bruyante, polluante et tueuse (pour les oiseaux) !

                Et pourtant ce sont les seules que l’ont installe dans cette république bananière, ne serait-ce pas justement pour décrédibiliser l’énergie éolienne ???

                Les éoliennes à axe vertical ne font aucun bruit ne tue aucun oiseau et sont bien plus performantes, elles tournent avec des vents trés faibles comme trés forts. Et pourtant elles ne tournent pas dans notre belle démocrature !


              • La mouche du coche La mouche du coche 2 avril 2009 13:25

                Antireac a bien parlé. Il y a des professionnels de la râlerie, et Antireac les a bien débusqués. smiley


              • Polemikvictor Polemikvictor 2 avril 2009 08:19

                Les ecolos ont milités pour l’incinération des déchets quand c’etait tres polluant , a l’époque des bouteilles en PVC (on brulait les sorcières ils faut bruler la polution ) apres avec couvert le pays de dyoxines, ils deviennent contre quand le danger est moindre et que la récupération d’energie issue des déchets commence à avoir du sens.
                Ils n’ont jamais défendu le compostage alors qu’il s’agit de recycler la matiere organique, ils ont défendu le tri à la source alors que son interet pour la planete n’est pas démontré.
                Ils n’ont jamais milités pour l’instauration d’un eco bilan sur un cyvcle de vie de vie pour determiné les grands choix environnementaux.
                La fete continue : ils ont defendus les agrocaburants avant d’en connaitre les conséquences, idem pour les éoliennes qui fonctionnent 20% du temps et le reste du temps doivent etre remplacées par des centrales thermiques.
                Ce mouvement represente la grande forme d’abrutissement de la jeunesse comme l’a été en son temps le partie communiste, c’est un mouvement totalitaire, sa demarche est la meme que celle du PC.
                Du temps du PC triophant on ne discutais pas avec un opposant qui ne pouvait n’etre qu’anticommuniste primaire, c’est a dire qu’on n’acceptait de discuter qu’avec ceux qui sont du meme avis !
                Idem pour les écolos si on n’est pas de leur avis on ne peut etre que vendu aux lobbies,et ils veulent appeller cela de la "démocratie cytoyenne"


                • Romain Desbois 2 avril 2009 13:26

                  Peut-être parceque les écolos comme entité ça n’existe pas.
                  Il ya des écolos qui défendent le nucléaire, d’autres non.
                  Et puis il y a des qui se font passer pour des écolos genre Borloo qui ne sont que des environnementaux.

                  Il existe aussi des écolos qui préfère garder ce qui existe plutôt que de changer pour autre chose qui n’est pas écologiquement parfait même si cela apporte un petit mieux. C’est je pense le cas pour les agrocarburants.

                  Trop souvent il y a aussi des écolos qui jètent le bébé avec l’eau du bain, condamnant l’outil au lieu de la façon de l’utiliser. C’est encore le cas des agrocarburants.

                  Mais à leur décharge, c’est difficile d’identifier vraiment le pour et le contre (et leurs conséquences) de telles ou telles choses.


                • Emile Red Emile Red 2 avril 2009 10:49

                  Et bien, à lire es commentaires, il y a encore du chemin à faire.

                  Trop nombreux voient dans les écolos de vilains empêcheurs de tourner en rond qui n’ont aucun droit et surtout pas celui de se tromper. Cependant, il faut bien admettre que question erreurs stratégiques et politiques, nos deux grands partis nationaux sont au top, mais ils ont le droit puisqu’ils ne défendent qu’eux-même.

                  En attendant, le discrédit qu’entretiennent l’UMP et le PS chaque jour engraisse avantageusement les multinationales qui s’en lèchent les babines.
                   Etrangement, au niveau de la rédusction de consommation énergétique, on s’aperçoit que tous les moyens la permettant sont chers, ne baissent pas avec l’augmentation des ventes, sont ankylosés dans une paperasse administrative invraisemblable et ne bénéficient pas des aides liées à la crise. 

                  Achetez un panneau solaire, horriblement cher, et essayez de faire installer un compteur inversé à EDF, achetez une éolienne domestique et essayez d’en obtenir l’agrément, le compteur inversé, là, est quasiment du rève.

                  Maintenant, sachez qu’on peut se chauffer et être autonome énergétiquement et sans polluer, ce qui est le minimum, rien oblige à être écolo, mais le portefeuille lui oblige à des choix et à moyen terme l’investissement est plus qu’intéressant et en surplus ne gave pas les pétroliers et le nucléaire.

                  Le simili biocarburant, ici traité, est une mascarade qui ne diminue pas les profits des pétroliers, qui augmente l’occupation industrielle des sols avec la pollution inhérente, qui par contre coup diminue la surface agricole alimentaire, qui ne remplace pas les carburants fossiles, et, sans parler des apports supplémentaires aux constructeurs automobiles, ne va pas vers une recherche positive vers les véhicules propres.

                  Alors sans être un acharné ni un intégriste, voyez qui bénéficie de cette nouveauté, et cherchez où est votre intérêt économique, le gouvernement dans cette affaire, comme dans toutes celles qui ont trait à la régulation écologique ainsi qu’à une meilleure autonomie de chacun n’est pas notre ami mais celui de Total, PSA et Renault...


                  • Pierrot Pierrot 2 avril 2009 11:12

                    C’est exact que le carburant à base de 10 % d’éthanol issus de la betterave est stupide.


                    - sur le plan émission de CO2 (et autres gaz à effet de serre  : N2O) si on fait le bilan complet du cycle : défrichement, plantation-récolte, fabrication de sucres se transformant en éthanol, distillation, transport, mélange. Même s’il s’agit à l’origine de terres en friche qui absorbaient du CO2.


                    - prix de revient élevé (même si le prix de vente subventionné est inférieur à celui de l’essence)


                    - aumentation de la consommation de carburant (2 à 3 %) sur des millions de tonnes)


                    - corrosion du moteur


                    - hausse des denrées alimentaires (il vaut mieux se nourrir avec des aliments que de remplir son réservoir !)


                    - impact sur les quantités d’engrais et de produits phytosanitaires (appelés à tort pecticides) augmenté


                    Les seuls gagnants : les agriculteurs et l’industrie agroalimentaires et chimiques (distillation).

                    Un désastre !


                    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 2 avril 2009 13:46

                      Le probleme de l’ecologie vient des ecolos-politiciens.Les verts et consort ont fait de l’ecologie une ideologie politique,imposant l’incompetence et la partisannerie des hommes de pouvoir au sommet de la gestion du probleme.
                      L’ecologie a mon sens est un probleme qui sort du champ politique,il devrait etre confié à des comités de scientifiques et de techniciens plus à meme de trouver des solutions concretes.


                      • shadok71 shadok71 2 avril 2009 13:48

                        Le rapport Syrota (réaliser par 80 personnes (à la demande du gouvernemant Villepin et rendu sous le gouvernement Fillon)) condamnait pourtant les agrocarburants, et principalement ceux a base de blé ou de bettrave.
                        Bref, les politiques commandent des rapports et s’asseyent dessus quand ça ne va pas dans le sens de leurs interêts politiciens.


                        • antyreac 2 avril 2009 14:30

                          L’écologie à mon avis ne consiste pas seulement à denoncer les problèmes (ce qui est trop simple tout le

                          monde peut le faire) mais aussi proposer des solutions fiables et raisonnables.

                          Sensibiliser le public est une première démarche intéressante .Faire coopérer tous les partenaires de la

                          société en est une autre.Dans notre société il n’ya pas forcément des méchants d’un côté (les capitalistes et

                          consort) et des bons de l’autre côté : les écolos

                          Les écologistes jusqu’à présent se sont contentés de dénoncer les grosses industries tout en proposant des

                          solutions souvent irréalisables et simplistes.Ceux qui ont fait un énorme travail en faveur de l’écologie ce sont

                          bien les politiques pragmatiques et les industries qui ont été sensibilisé par ce problème.

                          Bien souvent leurs solutions sont netement plus ingénieuses, plus pratiques et plus fiables que ceux que

                          les ecolos avaient l’habitude de précauniser.

                          Le but de écolos ce n’est sauver la planète mais de demontrer au public que que notre type de civilisation

                          n’a que des inconvenients leur but est tout simplement politique.


                        • Romain Desbois 2 avril 2009 16:51

                          @Antiréac
                          Les écologistes se sont lancés dans la politique lorsqu’ils ont eu marre de crier dans le désert et ce pendant des années.
                          Je vous conseille l’excellente revue S !lence qui depuis plus de vingt-cinq ans recense les alternatives écolos (sociales,techniques, politiques)
                          Le Canard enchainé en parle cette semaine.

                          Vous êtes libres de ne pas être d’accord avec les écolos (cela m’arrive aussi), mais c’est malhonnête d’écrire qu’ils ne proposent rien.


                        • Emile Red Emile Red 2 avril 2009 17:55

                          Tout à fait d’accord Romain...

                          Et se voiler la face en pensant que l’écologie peut être autrement que politique c’est comme permettre le laisser faire constant et ne pas reconnaitre que plus on consomme plus on pollue, donc en tirer les conséquences et les solutions.

                          L’écologie est avant tout et principalement politique.


                        • thomthom 3 avril 2009 10:47

                          je n’aurais qu’un mot face à cet E10 : BOYCOT !

                          et faites passer le message auprès de tous vos proches.

                          Ce carburant est simplement une abomination et une imbécilité, pour les raisons explicitées ci-dessus !


                          • jjwaDal marcoB12 5 avril 2009 14:06

                            Veut-on économiser du carburant automobile (et donc des devises) ? Dans ce cas
                            on a des formules bien plus efficaces que l’ajout marginal d’un agrocarburant dans
                            les réservoirs. On pourrait diminuer la masse des voitures (via les composites on
                            pourrait la diminuer de 50% et deux fois moins de masse deux fois moins d’énergie
                            à fournir), développer les transports publics pour attirer réduire l’utilisation de
                            l’automobile, favoriser l’achat des petites voitures en pénalisant celui des grosses,
                            favoriser le covoiturage, la voiture électrique ou hybride...
                            Veut-on réduire les émissions de CO2 ? Là aussi (voir ci-dessus) il y a des formules
                            qui semblent bien plus efficaces. l’une d’elle consisterait à méthaniser à la fois nos
                            déchets organiques et des cultures énergétiques (style "micanthus") pour à la fois
                            produire nos engrais (notre agriculture est mortellement dépendante du pétrole y
                            compris pour ses engrais) et les valoriser en centrales (rendement bien meilleur
                            que le moteur thermique). En y ajoutant la capture et stockage du CO2 (commence
                            à se faire) on aurait des centrales à "contre-émissions" (ou émissions négatives) de
                            CO2, environ 1kg de CO2 capturé par kwh, offrant de très loin un meilleur bilan
                            que cet aimable "bricolage".
                            On veut aider nos agriculteurs ? Qu’ils fabriquent leurs engrais, leur énergie (ils
                            le pourraient via l’éolien, le solaire et leurs ressources organiques) et nous donnent
                            une alimentation saine tout en capturant et stockant du carbone.
                            Trop compliqué à comprendre pour nos "élites pensantes" ? Pas étonnant...



                            • Mengneau Michel Mengneau Michel 9 avril 2009 10:15

                              Le seul problème qu’il y a, et il est de taille, c’est que les composites vont dans l’avenir être à base d’amidon venant principalement des céréales ce qui ne fera qu’accentuer les problème que l’on connait.

                              La seul solution véritablemnt réaliste, c’est la diminution du parc automobile.


                            • jjwaDal marcoB12 14 avril 2009 21:39

                              Je n’avais pas vu votre réponse et je suis assez dubitatif.
                              Un concept car récent utilise la fibre de basalte (tout sauf de l’amidon) et il y a des projets de développement des composites en fibre de carbone pour l’automobile (japonais).
                              Quand bien même, un kg d’amidon utilisé pour alléger un véhicule ferait économiser par an bien plus d’un kg de carburant et donc le bilan écologique serait (a priori) bien moins désastreux que les agrocarburants pour moteurs thermiques de véhicules. By the way pourquoi choisir l’amidon de céréales en oubliant celui de la pomme de terre ? Les rendements ne sont pas les mêmes...


                            • chria chria 9 avril 2009 09:52

                              En ce moment notre gouvernement est vraiment pathétique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès