Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Un pneu fatigué ou la crise (verte) de l’automobile

Un pneu fatigué ou la crise (verte) de l’automobile

La crise financière au service du développement durable : ça c’est bon pour la planète ça…

Formidable ! La crise financière fait plonger les ventes de bagnoles.

On nous serine depuis quelques mois que l’automobile va mal, les ventes se cassent la poire à la vitesse d’un cheval cabré au galop. Ici Général Motors, là Renault ou encore Michelin qui ferme des usines. Pas bon pour le chômage ça, des milliers d’emplois « détruits » comme se plaisent à dire les journaleux qui ne manquent pas le moindre nouveau terme pour se rendre intéressants et faire crédible, comme les pros. Le « pronostic vital » de notre bonne vieille caisse mieux que celle de mon beauf serait-il engagé ? Intéressant ça.

A coté, on nous serine aussi que bientôt, la planète bleue sera d’un joli coloris de terre sèche et qu’il faut qu’on arrête de polluer. Faut être cohérent et savoir ce qu’on veut.

Bon, pour être un peu plus sérieux, selon un avis purement personnel, il faut s’attendre à ce que la crise de l’automobile s’amplifie. En effet, selon une logique purement mathématique, plus on prendra des mesures en faveur des alternatives à l’automobile, moins on en vendra. Ce qui somme toute est une bonne nouvelle pour l’avenir de nos enfants.

Les mentalités changent en prenant la couleur verte. On réfléchit plus avant d’utiliser sa voiture, un usage croissant des transports en commun, des politiques urbaines qui favorisent les modes doux en retirant l’espace occupé par les voitures, un renouveau du vélo et de la marche à pied, tout ça qui vient s’ajouter à une augmentation hebdomadaire du prix de l’essence à une époque ou le pouvoir d’achat est, à défaut d’être dans toutes les bourses, sur toutes les lèvres.

C’est donc bien le signe d’une mort lente qui s’annonce.

Les constructeurs n’ont pas vu venir le vent semble t-il. Ils ont voulu jouer pendant le plus de temps possible la carte des pétroliers et volontairement brider la recherche vers des solutions moins polluantes et ont été pris de vitesse par les consommateurs, qui renouvellent moins, qui roulent moins et qui n’apportent plus autant d’herbe à mâcher à la vache à lait de l’entretien. Le système automobile perd donc de l’huile de toute part et le phénomène s’amplifie depuis la fameuse crise.

Si on est cohérent donc avec les Grenelle de ceci et de cela, il est logique que la courbe soit décroissante et que tout soit à l’avenant, ce qui implique à plus ou moins long terme un problème de « destruction » d’emplois dans le secteur automobile et toutes les activités connexes qui lui sont liées.

Aux constructeurs je dirais, gaffe les gars, le feu est orange, faites bosser vos bureaux d’étude d’arrache pied et à tous ceux qui bossent chez Renault, Peugeot Citroën et consorts, allez vite faire des formations pour vous recycler dans l’environnemental ou passer votre permis de conducteur de bus. Parce que des bagnoles, il en restera certes, mais ce sera un produit de luxe qui marquera encore plus les différences sociales, car aujourd’hui, il ya ceux qui ont des Twingo et d’autre des Mini, et demain, il y aura ceux qui en auront et ceux qui n’en auront pas, comme au début du XXème…

La crise financière à donc joué un rôle « d’accélérateur » de ce déclin, mais si on prend la chose sur le coté environnemental, est-ce que c’est vraiment une mauvaise nouvelle ? Qu’est-ce qui est plus grave ? La couche d’ozone, le réchauffement de la planète ? Ou les files d’attentes qui vont s’allonger à l’ANPE ? Je gage qu’il sera plus facile de régler les problèmes d’emploi que de diminuer la température de la planète de 1 ° C.

Raisonnement un peu radical me direz-vous, que je ne pense pas à ces pauvres gens qui auront du mal à boucler les fins de mois et je compatis à 110 %. Mais quoiqu‘il arrive, que ce soit d’un coté ou de l’autre, on va en baver.

Il n’y aura pas de solution miracle, mais une partie de celle-ci se trouve dans la capacité de réaction de l’être humain et dans son aptitude à s’adapter à son environnement. Il est encore temps de modifier nos modes de vie avant d’être obligés de modifier notre organisme et de l’adapter à des conditions extrêmes. Aujourd’hui, modifier notre mode de vie passe par la modification systématique de notre façon de consommer, et les conséquences économiques seront telles que cela impactera bien plus que le secteur automobile. Parce que si demain on diminue les emballages des produits, ce sera le secteur des emballages qui sera touché, pareil pour tous les produits dont la durée de biodégradabilité dépasse les quelques mois, le secteur des plastiques se planteront aussi etc. etc.

Une partie de la solution serait elle économique ? Peut-être. Diminuer les prix des produits respectueux de l’environnement pour lancer des secteurs dont l’activité en est à ses balbutiement, et je ne parle pas de ces produits bio si bien « marketés » de façon à ce qu’ils soient plus chers au salon du bio…et augmenter et surtaxer tout ce qui est polluant d’une façon ou d’une autre. L’acte déclencheur est donc d’inverser la tendance des usages pour que l’économie se relance de l’autre coté. Mais c’est pas gagné, car au-delà de nos habitudes au quotidien, il faut que les détenteurs des clés de l’économie (banques, grands groupes commerciaux etc.), jouent le jeu, mais là, on rentre dans le registre du pognon et c’est une autre paire de manche car aucun d’entre eux n’est prêt à sacrifier son portefeuille. Quoique je leur fait confiance, à terme, ils feront comme De Funès dans « La Zizanie », ils trouveront toujours le moyen de relancer la machine sur le dos de l’environnement, que même que si ça trouve, ça fait partie de leur plan, et en ce moment ils écoulent les stocks…A limite, c’est ce qu’il reste à espérer…


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Juju Dredd 20 juin 2009 12:45

    Entièrement d’accord avec l’auteur. Je suis toujours ulcéré quand, le matin, je regarde les voitures qui doublent mon bus : il va falloir comprendre le gaspillage de ceux qui trouvent naturel de se déplacer avec leur armure d’une tonne de métal.
    De toutes façons, le pétrole il n’y en a plus pour très longtemps.


    • perlseb 20 juin 2009 21:52

      Oui, il faut préférer des chômeurs maintenant que des masques à gaz obligatoires pour toutes les générations futures (si l’humanité survit aux dégâts qu’elle cause !). D’ailleurs, je pense que nos descendants parleront de la période actuelle comme de l’âge du gaspillage.

      Mais si vous soulevez le problème des reconversions vers l’énergie verte vous ne soulevez pas le problème de la société de consommation. Si la société écolo de demain consiste à consommer autant de produits écolo (sinon plus, car la productivité va fatalement augmenter) que de produits actuellement non écolo, alors on n’aura pas une vraie société écolo.

      Pour moi, l’écologie, c’est la dépense minimale : on a peu de choses (mais des choses qu’on utilise vraiment), et on fait tout pour les faire durer. Cela n’est absolument pas compatible avec la société actuelle où les gens doivent travailler beaucoup trop longtemps (par rapport à leur productivité) pour pouvoir vivre décemment.

      On parle d’écologie à tort actuellement : on veut plutôt donner bonne conscience aux gens lorsqu’ils consomment des produits soit-disant plus respectueux de l’environnement. C’est aussi un moyen de faire monter les prix...

      La meilleure façon de faire de l’écologie et, aussi, de ne pas avoir honte vis-à-vis des générations futures, c’est de ne jamais acheter ou seulement lorsque l’on est obligé. Quoi ? Vous êtes malheureux si vous n’achetez rien ? Il faudrait peut-être songer à vous soigner... Mais il est vrai que la plupart des gens ont été conditionnés à l’achat par cette même société dès leur enfance et je comprends très bien que le marginal (et fou, si vous voulez), c’est moi. Mais j’ai ma conscience et je tire mon bonheur de mes nombreuses activités, pas de mes rares consommations.

      Bien sûr il faudra changer le système, à moins qu’il implose de lui-même (on entend des craquements, je crois...).


      • signolab signolab 20 juin 2009 22:27

        c’est bien ça : l’auto va finir comme elle a commencé , en produit de luxe.
        Et finira tout court : seront ils bien nombreux parmi la majorité qui en seront privés à continuer à payer via l’impôt pour les happy few qui continueront à en jouir.

        Autant il était concevable que les deniers publics servent au développement du réseau routier par exemple, car chacun voulait en profiter même plus tard, autant je doute que l’on continue de faire l’accord de tous pour que des véhicules eco-hors de prix puissent seuls l’emprunter.

        Alors, plus de routes façon billard, plus d’infrastructures et de services de toutes sortes ( pompiers, gendarmes, etc, etc..) Autant dire la fin de la civilisation de la bagnole !
        Quand on voit le marasme que provoque le ralentissement, imaginez le désastre que serait son arrêt.

        Sinon, c’est vrai aussi que ma caisse n’a plus son entretien aussi souvent et que je redécouvre marche, transport en commun et co-voiturage. C’est en route.


        • signolab signolab 20 juin 2009 22:41

          Les taxes acquittées par les automobilistes rapportent plus de 50 milliards d’euros à l’Etat.

          Le président de l’Automobile Club Didier Bollecker a "regretté le poids des taxes qui pèsent sur le budget de l’automobiliste", lors de la conférence de presse mercredi 17 juin de présentation du budget 2008 de l’automobiliste. « L’automobile est le bien de consommation courante le plus largement taxé », a-t-il affirmé.

          Budget de l’automobiliste taxé de 24% à 35%

          Pour 100 euros d’achat de produits ou de services, il y a 16 euros de taxes en moyenne, selon l’association française des automobilistes. Mais, la charge fiscale va jusqu’à doubler dans le budget de l’automobiliste. Ainsi pour 100 euros de budget automobile (carburant, assurance, péages,...), il y a 24 euros de taxes pour une 308 diesel, 26 euros pour une Clio essence neuve, 27 euros pour une 607 diesel et jusqu’à 35 euros pour une Clio d’occasion.

          50 milliards de taxes

          Les taxes acquittées par les automobilistes représentent un sacré pactole pour l’état : plus de 50 milliards d’euros, soit un montant équivalent à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés, souligne l’Automobile Club. 25,2 milliards d’euros proviennent des taxes sur les carburants, 7,5 milliards des péages, 6,1 milliards de la TVA sur les voitures neuves, 4,5 milliards des taxes sur les assurances et 1,6 milliards des cartes grises.

          tiré de 24.fr le 17/06/2009

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès