Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Vaches trouées : une pratique qui choque

Vaches trouées : une pratique qui choque

Depuis quelques mois circule sur le Net une pétition pour protester contre la « pratique déviante » des vaches à la panse trouée d’un hublot aux fins de recherche scientifique. Selon l’Institut de recherche agronomique (Inra), cette technique existe depuis des décennies et est menée dans des conditions parfaitement respectueuses du bien-être des animaux.

Vaches fistulées (percées d’une sorte de trappe) à des fins scientifiques.
 
 
« Une pratique répugnante et peu divulguée consiste à aménager une ouverture sur le flanc de l’animal, comme accès direct au rumen (panse), afin de contrôler le synchronisme énergie-protéine, la digestibilité de différents aliments, notamment pour combattre l’acidose lente qui a des effets défavorables sur la valorisation de la ration. L’objectif est la performance laitière la plus efficace. Aux Pays-Bas, c´est déjà monnaie courante. Dans la foulée méritante du Grenelle, on nous dira peut-être que cela participe à la réduction du méthane éructé et qui contribue au réchauffement de la planète. Cette expérience ignoble et déjà standardisée est conduite en France par l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) et exploitée sur le site de Theix, près de Clermont-Ferrand. »
 
L’auteur de ce texte, Michel Tarrier, en appelle « à la constitution d’un comité de veille à l’égard de cette pratique déviante ».
 
Contacté par nos soins, l’Inra, par la bouche de la chargée de communication du centre de Clermont-Ferrand, nous a expliqué que l’Institut était conscient des questions éthiques posées par ces méthodes, que la pose de ces canules était effectuée dans des conditions rigoureuses « de bloc opératoire » et de « bien-être » établies par ses comités d’éthique : « Nos animaux opérés sont bichonnés. Les agriculteurs savent qu’une vache perturbée fait peu de lait et vêle moins. Or, toutes nos bêtes se portent bien ».

Dans un document diffusé à l’automne dernier, l’Inra explique, sous la plume de Michel Doreau, que « ces techniques ont permis des progrès rapides et importants dans la connaissance et la quantification des processus digestifs. Des méthodes alternatives peuvent remplacer les techniques de chirurgie digestive, mais seulement en partie. (...) La canulation est la seule méthode disponible pour une connaissance exhaustive du fonctionnement digestif ».

Les principales méthodes ne faisant pas appel à la chirurgie sont décrites dans ce document : différentes méthodes in sacco et in vitro (rumen artificiel), mesures chez des animaux abattus, ruminocentèse, analyses des fèces ou de liquides biologiques, et approches par méta-analyse ou modélisation.

Le crabe souffre-t-il ?
 
Michel Tarrier est présenté par le site notre-planète.info comme un « électron libre de l’entomologie française ». Ses expressions sont, selon nous, excessives. On ne peut pas le suivre et il dessert sa cause quand il écrit : « Le Dr Josef Mengele est-il maintenant vétérinaire à l’Inra ? Pour les animaux, tous les humains sont des nazis. Pour eux, c´est un éternel Treblinka... ».

En revanche, les questions qu’il soulève sont d’importance :
- Jusqu’où pouvons-nous aller dans l’utilisation de l’animal pour les intérêts de notre espèce ?
- Y a-t-il une différence de degré (comme le prétend Darwin) ou de nature entre l’homme et l’animal ? S’il n’y a qu’une différence de degré, de quel droit pouvons-nous prétendre à la supériorité de notre espèce (quels critères ?)
- L’animal souffre-t-il ou non ? Si oui, pour quelles espèces devrions-nous éviter toute souffrance ? Seulement les animaux proches comme les chats, les chiens ? Tous les animaux, y compris, par exemple, les crabes, comme le soutiennent des chercheurs irlandais ? Etc.
 
>> Article paru une première fois dans Ouvertures n° 6.

Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Epeire 6 juin 2009 10:50

    Mouais... Effectivement, je me demande si c’est bien la peine d’en faire tout un plat. J’ai déjà vu des vidéos avec des vaches ainsi opérées, et effectivement, elles n’ont pas l’air de souffrir. Et quelles sont les autres alternatives ? Faire vomir les vaches tout les jours pour analyser la composition du bol alimentaire ? L’un dans l’autre, cette méthode doit être moins traumatisante pour les animaux. En matière de cause animale, je suis sûre que l’on peut trouver plus urgent à défendre sans trop se fatiguer. (condition de respect des chevaux de courses ou des abattoirs par exemple...)

    En plus ça fait un bail que la question traine sur le net, il y a déjà eu article là-dessus il y a quelques mois.


    • gustov53 6 juin 2009 15:41

      Et vous, cela vous plairait-il qu’on vous troue ton ventre pour voir comment est traité un Big Mag bien plein de graisses et de sucres, par votre si mignon estomac ??

      Mais je mets cela sur ta jeunesse et votre manque d’expérience de la Vie, sinon votre réaction serait bien différente. De plus, je pense que vous vivez en milieu urbain et vous n’avez qu’une connaissance très superficielle du milieu de l’élevage.

      « Vous ne serez jamais, et dans aucune circonstance, tout à fait malheureux si vous êtes bons envers les animaux » (Victor Hugo).

      Donc, je vous souhaite de ne pas être trop malheureuse...


    • Epeire 6 juin 2009 18:57

      Relisez mon commentaire : Vous préfériez ça ou le vomissement commandé une fois par jour ? De plus, avant de dire que les vaches en sortent complètement traumatisée (à en croire les vidéos, ça n’a pas l’air) il faudrait se renseigner de plus près, et sans doute payer un éthologue pour une étude plus approfondie (les vaches se rendent elles seulement compte qu’elles ont un trou dans l’abdomen ? Je n’en suis pas sûre du tout).


    • appoline appoline 6 juin 2009 20:26

      @ Epeire,

      Laissez donc les vaches vivre leur vie, elles n’ont pas besoin de l’homme pour savoir comment se nourrir et de quelle façon. Ces pratiques sont une honte et dire que l’animal ne souffre pas, relève du ridicule. Quand vous triturez un nouveau-né, il ne vous dit pas qu’il a mal alors comment voulez-vous que la vache vous réponde. Une intervention chirurgicale aussi bénine soit-elle, n’est jamais sans risque.

      L’être humain n’a pas fini d’être con avec ses théories à la mord moi le noeud qui ne font, non seulement pas avancer les choses mais au contraire les dégradent davantage. Vous comprendrez d’ici peu que nous avons atteint un tel degré dans notre bêtise, que nous allons payer chèrement nos abus, très chèrement


    • manusan 6 juin 2009 10:57

      ... et la vache qu’est ce qu’elle en pense elle ?


      • Nycolas 6 juin 2009 18:11

        C’est vrai ça, qu’est-ce qu’elle en « panse » ?

        Moi je trouve ça juste risible... c’est une preuve de plus de notre manie gestionnaire délirante...

        On rentabilise les surfaces cultivables, on rentabilise tout, et maintenant (depuis longtemps en fait, apparemment) on rentabilise la digestion des vaches....

        N’importe quoi.

        On ne peut pas juste laisser la nature se gérer elle-même, et tenter de faire avec, que de se prendre sans arrêt pour des démiurges ?

        Quand je vois ça, je me dis vraiment que le fantasme des extra-terrestres de type « petit-gris » qui effectueraient sur nous des expérimentations de type quasiment agricole ne peuvent être nées que du constat que l’homme est un monstre qui traite son « environnement » comme un « objet » à disséquer et à exploiter. Le petit-gris, c’est juste la forme froide, décolorée, déshumanisée, que l’homme se plait parfois à être.


      • ZEN ZEN 6 juin 2009 11:25

        La vache !

        J’ignorais
        Rien n’arrête les lubies de l’Inra
        « Il faut que ça rapporte une vache », comme disait déjà mon grand-père, qui en avait six pour faire vivre une famille de six, mais qui les aimait bien, qui les connaissait chacune par leur nom, et qui pleurait presque quand l’une partait à l’abattoir...
        S’il revenait...


        • Deneb Deneb 6 juin 2009 11:26

          Y a pire ! On les tue plus tard ...


          • non666 non666 6 juin 2009 11:31

            Moi, je propose qu’on donne le droit de vote aux vaches et qu’on favorise leur insertion professionelle avec une politique de discrimination positive.
            Pourquoi les vaches seraient elles en effet condamnées a n’etre que des pisseuses de lait ?

            C’est Trop Inzuste dit calimero !

            Quelques « droit de l’hommiste » avec moi pour creer l’association « du droit des vaches a disposer de leur panse » ?
            Je propose egalement que Ferrari et Pujadas organisent subrepticement la diabolisation de tous les mangeurs de viande dans leurs journaux TV, que les animateurs de talk show caricaturent a l’extreme les chercheurs afin de creer un sain climat d’interdit et de tabou sur ces problèmes.

            Après quoi nous demanderons au monde du show biz de faire de la compassion , des concerts gratuits et de crer l’association « les enfoirés des produits laitiers ».
            Goldmann est pressenti pour creer un tube que tout le monde chantera ensemble, la main dans la main, les yeux dans les yeux d’un ruminant...Meuhhhh.

            J’espere que nous serons nombreux a nous mobiliser pour cette noble cause et que ce sujet mobilisera bientot la presse et tout le bruit mediatique.
            Car les fenetres sur les vaches c’est quand meme un sujet beaucoup plus important, (bien que similaire sur certains points) que les nouvelles lunettes de Johny et Laetitia, les nouvelles rolex de Nicolas et Rachida .

            Il ne manquerait plus que certains essaient de nous detourner vers des sujets mineurs . Tiens comme les origines de la crise, la realité du 11-09 ou pire , les elections europeennes !

            Les vaches, les vaches , les vaches !


            Comité du Droit des Vaches a Disposer de Leurs Panse
            Envoyez vos dons a :
            CDVDLP
            Bank Suisse
            Compte n° NON666


            • appoline appoline 6 juin 2009 20:49

              @ Non,

              Ah la vache, vous perdez pas le nord d’envoyer les fonds en Suisse.

              Bah, tout cela me dégoute, surtout quand on pense qu’on est déjà gros comme des moines et qu’il nous faudrait réduire la consommation de viande considérablement. On bouffe trop, Non.

              S’ils ne savent quoi foutre à l’inra, ils feraient bien de trouer quelques cerveaux politiciens avec un hublot transparent ; mis à part constater le néant dans l’encéphale, on pourrait enfin comprendre où s’est barré la matière grise ;


            • dom y loulou dom 7 juin 2009 14:38

              oh mais quelle excellente idée !!!

              surtout chez Oblabla... on verrait alors les recoins sordides de wall street et rockefeller et rothschild tapis dans un coin du cervelet de ce monsieur...

              quelle prouesse technologique ce serait...

              mais avons-nous besoin de technologie pour le voir ?

              ...



            • Fergus fergus 6 juin 2009 12:02

              Bonjour,

              Pour avoir assisté à plusieurs reprises à des trocardages de vaches (évacuation de trop-plein de gaz à l’aide d’un trocard), je pense qu’il s’agit là en effet d’une pratique peu douloureuse pour les bovins. Encore faut-il qu’elle soit justifiée, ce qui semble être le cas pour les chercheurs de l’INRA.

              Beaucoup plus problématique pour les animaux est la pratique de l’entrave, omniprésente dans certains pays de l’Union, et particulièrement en Grèce pour limiter la mobilité des ovins. Résultat : nombre d’entre eux se tuent dans les escarpements rocheux ou, pire, se blessent et agonisent, parfois dévorés par les rapaces avant même d’être morts. Suite à la découverte de plusieurs cadavres dans les Cyclades (sur 3 îles différentes), j’avais d’ailleurs écrit au gouvernement grec et au Commissaire européen de l’Agriculture pour obtenir une directive interdisant cette pratique. Des courriers qui n’ont eu strictement aucun effet.

              Cela dit, j’aime les vaches intègres, autrement dit ni « trouées » ni écornées, autre monstruosité des plus discutables...


                • Siko 6 juin 2009 14:56

                  Visiblement, elles n’ont pas l’air d’en souffrir. Et je dis que seul les gens qui ne mangent jamais de viande ont le droit de critiquer cela, est-ce que faire un tel trou qui n’a pas l’air de déranger la vache est pire que de la tuer et de la bouffer ? Je crois que la réponse est évidente. Alors qu’ils s’attaquent d’abord aux carnivores avant de s’attaquer à ce petit point anodin !


                  • gustov53 6 juin 2009 15:52

                    Et vous, si on vous faisait un petit trou dans votre ventre pour voir combien vous produisez de méthane en mangeant votre panoplie d’herbivore ?

                    Un bonne côtes de bœuf, grillée, un peu saignante, c’est excellent pour les papilles ! Je vous le conseille... De plus, la viande ne produit pas de méthane...  smiley


                  • Reinette Reinette 6 juin 2009 15:27


                     
                    C’est vachement grave !


                    Si j’étais un des randonneurs de l’affiche, je me méfierais. Il faut dorénavant en avoir conscience, les trois ruminants de l’arrière plan ne sont pas si inoffensifs que ça.

                    A chaque rot de bovin, c’est un peu de réchauffement climatique en plus. Les trois vaches de la photo et leurs millions de congénères élevés en France produisent, sources officielles à l’appui, 5% des émissions françaises de GES, à cause d’un phénomène biochimique : la fermentation entérique.


                    http://www.infoxygene.com/dossiers/article.php?id=114


                    • Reinette Reinette 6 juin 2009 15:46

                      L’alimentation végétarienne, un bon choix

                      La viande renferme une grande quantité d’acides gras saturés, qui peuvent être responsables de maladies cardio-vasculaires. Il faut donc éviter autant que possible de la consommer en excès. Opter pour une alimentation végétale, c’est profiter de toute la diversité des végétaux et de leur richesse en vitamines, minéraux et fibres.


                      Les céréales doivent être la base de l’alimentation. Elles doivent être présentes à tous les repas. Riches en amidon, autrement dit en sucres lents, elles sont une importante source d’énergie, physique et cérébrale. Elles contiennent également des fibres, surtout lorsqu’elles ne sont pas raffinées (complètes), des protéines et de la vitamine B.
                      Consommez du pain, du riz, des pâtes, oui, mais aussi toutes celles que l’on connaît moins - boulghour, avoine, orge, quinoa, millet, seitan.

                      Ne négligez pas la pomme de terre. Souvent mal vue, c’est en réalité une véritable alliée de l’équilibre. Pauvre en graisse et très rassasiante, elle renferme en outre de la vitamine C. Et elle se prépare de mille et une façons, de la simple pomme vapeur à la purée maison en passant par les délicieuses pommes duchesses ou noisettes.

                      Les légumineuses trouvent une place importante dans le quotidien. Riches en protéines et en fibres, elles apportent, en combinaison avec les céréales, les acides aminés essentiels que le corps ne sait pas fabriquer et que seuls viande et poissons fournissent. Pauvres en graisses, elles sont à mettre à l’honneur aussi souvent que possible.

                      Le choix est là aussi, très varié : haricots blancs et rouges, flageolets, pois chiches, pois cassés, lentilles... Inspirez-vous, pour les cuisiner, des cultures indienne ou orientale qui les utilisent abondamment : houmous, moujadara, riz aux lentilles, couscous et pois chiches, etc.

                      Les fruits secs : amandes, noix, noisettes, pistaches, pignons, châtaignes, cacahuètes, etc, autrement dit les fruits oléagineux. Excellents fournisseurs de lipides de bonne qualité, ils doivent être présents aussi souvent que possible.

                      Attention, car ils sont très énergétiques. Donc, on se contente d’en parsemer une poignée sur les salades et les yaourts ou de les glisser dans les gâteaux.

                      • gustov53 6 juin 2009 15:59

                        C’est cela être herbivore et produire énormément de méthane...

                        Merci tout de même pour ce cours magistral pour devenir herbivore et fructivore....


                      • Deneb Deneb 7 juin 2009 07:56

                        Le régime végétarien, j’ai eu trois périodes dans ma vie, chacune durait quelques années.

                        De nouveau carnivore, je peux témoigner de la différence.

                        En régime vegétarien, l’odeur corporel change legérement. On ne pue pas moins, mais différement.
                        On a peut-être moins de mal à supporter le jeûne. Que l’on soit plus calme, je n’y crois pas vraiment.

                        Par contre, à force de chercher les protéines ailleurs que dans la viande, on se gave de legumineuses, et on est sujet aux flatulences fréquentes. Ca ne doit pas faire que du bien à la couche d’ozone, sans parler de l’entourage, qui n’apprécie que très moyennement ces expressions musicales et les apparente plutot à une agression chimique, intérdite par la convention de Genève.


                      • Deneb Deneb 7 juin 2009 17:19

                        Actias : il faut se méfier de l’orthoréxie qui, poussée à son extrème, peut devenir une pathologie sevère et parfois mortelle.

                        Je pense que le mieux c’est de manger ce dont on a envie, mais en petites quantités. Et d’y prendre plaisir, surtout.


                      • Julien Fischer Julien Fischer 6 juin 2009 18:00

                        On pourrait croire à une blague... C’est fou ce que certains peuvent faire sans scrupules...


                        • MARIE 7 juin 2009 02:29

                          Par quelles circonvolutions bizarres des cerveaux désincarnés et légèrement dépressifs en viennent-ils à des idées aussi gerbantes ?...
                           Le gars était dans sa baignoire, il mangeait du gruyère et il a crié : je panse, donc je suis !


                          • Pourquoi ??? 7 juin 2009 06:49

                            Ce n’est pas la première ignominie de l’INRA. Ils font un concours avec Monsanto. La seule différence c’est qu’ils sont payés avec notre fric !


                              • furio furio 7 juin 2009 10:28

                                Je pense qu’il s’agit d’une belle connerie ! Vraiment pas drôle. Car si les scientifiques de l’INRA n’ont pas d’autres moyens « vachement » plus scientifiques pour faire leur boulot, c’est qu’ils sont vraiment trop cons ! Entre nous les trous existent déjà pourquoi en faire un autre ?


                                • Christoff_M Christoff_M 7 juin 2009 23:03

                                  c’est marrant cette société qui monte des associations pour les vaches et les escargots, qui s’inquiète de tel poisson parce qu’il est demandé !! qui s’occupe de la dispariton des écrevisses sauvages de nos cours d’eau ( plutot que du thon rouge pour les snobs mangeurs se sushis)

                                  Comme dirait Helmut, le coté complètement démago et tendance des causes lancées à coup de pubs commencent à m’ennerver sérieusement...

                                  des gens qui se retrouvent dans la rue des chomeurs démunis, des enfants en difficultés... c’est peut etre plus génant que les problème de digestion des vaches !!

                                  il y a un déni de la réalité et un déformation selective fantasmée des problèmes, inquiétante en 2009, qui nous prouvent à quel point nos pays d’Europe de l’Ouest, les pays dits riches, sont atteints de troubles bipolaires face à la réalité et d’un classement des problèmes assez étrange....


                                  • Christoff_M Christoff_M 9 juin 2009 20:06

                                     mais je m’en fous des vaches et je ne suis pas un bobo jintegriste écolo...
                                    je vous répète ce que j’ai dit il y a d’autres choses plus importante que des créer encore des commissions de gens torturés qui se masturbent plus l’esprit que les vaches ruminent !!


                                    • Christoff_M Christoff_M 10 juin 2009 23:30

                                       pourquoi j’arreterais, mélez vous de planter vos choux dans votre jardin et arretez d’interdire pour les autres...
                                      Vous faites partie de ces malades de la tete de 2009 qui des qu’on leur projette un film de Besson, se sentent investis de faire chier tous leurs concitoyens...
                                      Nous mangeons des animaux d’élevage, nous expérimentons sur des animaux, si vous voulez vous présenter comme cobaye libre à vous !!

                                      Mais j’ai bien peur que vous n’interessiez que les psychiatres, vous avez votre opinion, tout le monde n’est pas obligé de vous suivre, je ne fais pas partie des troupeaux qui se mettent à courrir des qu’on leur agite une pancarte sous le nez !!


                                    • steph 20 août 2009 15:14

                                      Moi,
                                      je me dis que l’acceptation de pratiques contre-vivantes nous entrainent toujours un peu plus dans le permissif.
                                      Notre curiosité flirt avec le morbide, et on n’a pas de limite si ce n’est celle de notre propre capacité à nous mettre « à la place de » , ou sensibilité, ou respect etc...je fais, j’aimerais pas qu’on me le fasse.
                                      On agit comme des gosses, il y a trop de ...solution pas facile : on change solution facile : je fais comme je veux !
                                      Et en réponse un professeur qui se justifie avec « elles ne sentent rien... » Comme si ce n’était que cela qui nous choquait ! bien sûr qu’elles ne sentent rien,les images sont rassurantes on les voit en train de glisser la main...et elle ne bronche pas... moi non plus je ne sens rien quand on me fait une césarienne et que je parle avec le gynéco !!!!
                                      Nos petits d’homme étaient opérés de leur bec de lièvre à vif quelques heures aprés leur naissance car ils ne sentaient rien bien evidemment......allez aujourd’hui demander un tel geste en néonat’’........ impossible ?!? ben on est devenu sensible au fil des ans ?

                                      Bon peut-être qu’un jour utopiquement on pourra voter et donner notre accord ou pas de pratiquer tel ou tel recherche.....
                                      Steph


                                      • Stlmf 20 juillet 2010 11:31

                                        "Michel Tarrier est présenté par le site notre-planète.info comme un « électron libre de l’entomologie française ». Ses expressions sont, selon nous, excessives. On ne peut pas le suivre et il dessert sa cause quand il écrit : « Le Dr Josef Mengele est-il maintenant vétérinaire à l’Inra ? Pour les animaux, tous les humains sont des nazis. Pour eux, c´est un éternel Treblinka... ».

                                        Cette dernière phrase n’est pas de M. Tarrier, mais de l’ecrivain Isaac Bashevis Singer, qui a le premier fait ce rapprochement. Elle a été reprise par Charles Patterson dans son livre : Un Eternel Treblinka.
                                        A lire par tous ceux qui n’ont pas encore compris sur quel modèle était fondée notre société, avant qu’il ne soit trop tard. S’il n’est pas déjà trop tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès