Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Ville de Paris : les ratés du tri sélectif

Ville de Paris : les ratés du tri sélectif

Chaque jour, 3000 tonnes de déchets (1,4 kg par habitant) sont collectées par 435 bennes à ordures sur la voirie parisienne et acheminées vers des centres de traitement. Mis en place par la Mairie de Paris dans un souci de respect de l’environnement, ce tri bénéficie depuis des années d’une adhésion croissante des Parisiens, et notamment de ces bobos des quartiers centraux de la capitale si souvent moqués. Une démarche citoyenne qui serait bafouée dans les faits par certains des prestataires qui assurent la collecte...

Tout le monde ou presque est désormais familiarisé dans notre pays avec le « tri sélectif », une appellation en forme de pléonasme qui désigne la collecte des déchets ménagers dans des bacs identifiés par une couleur : verte pour les conteneurs de déchets non recyclables, jaune pour les conteneurs de déchets recyclables et blanche pour les conteneurs de verre. Un tri qui, pour être efficace, suppose une grande discipline de la part des Parisiens, qu’ils s’agisse des habitants eux-mêmes dans les petites résidences ou de salariés affectés à la gestion des ordures ménagères dans les immeubles de plus grande taille.

Et c’est là que le bât blesse car il arrive fréquemment que les « ripeurs* » affectés aux tournées de collecte des déchets recyclables découvrent dans les conteneurs jaunes des déchets non recyclables impropres à leur traitement particulier. Des déchets ayant été sciemment déposés dans le mauvais conteneur par les habitants ou, une fois le conteneur sur le trottoir dans l’attente de la collecte, par des passants peu scrupuleux.

Dès lors les ripeurs affectés à une tournée de collecte des déchets recyclables neutralisent les bacs « pollués » par un ruban adhésif et les abandonnent sur le trottoir à leurs collègues affectés à une prochaine tournée de collecte des déchets non recyclables, et par conséquent destinés à l’incinération. Résultat : pour un simple sac en plastique ou un emballage alimentaire, c’est la totalité du contenu d’un bac de déchets recyclables qui va partir vers l’incinération. Mais comment procéder autrement, si ce n’est en améliorant encore l’information afin d’optimiser la collecte sélective ? La Mairie de Paris, les mairies d’arrondissement et le Syctom (Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères de l’agglomération parisienne) s’y emploient, mais il reste encore de gros progrès à réaliser.

Des progrès qui peuvent être remis en cause par quelques comportements aberrants. Quoi de plus agaçant, lorsque vous triez consciencieusement vos déchets ménagers de voir le contenu des bacs jaunes de votre immeuble être mêlé aux ordures des bacs verts dans une benne de déchets non recyclables ? Cette scène, je l’ai constatée personnellement à plusieurs reprises lors de séjours à Paris, et cela m’a été confirmé par des Parisiens pas vraiment convaincus par les explications officielles sur la mise à l’écart de conteneurs jaunes non conformes. La photo qui illustre cet article a été prise le dimanche 19 décembre dans une rue du 11e arrondissement. On y voit clairement des conteneurs jaunes non munis d’un adhésif significatif d’une mise à l’écart préalable. Des conteneurs jaunes qui, dans cette rue comme dans la rue voisine, vont tous être versés dans la benne de déchets non recyclables et dont le contenu va en conséquence partir vers des usines d’incinération ou, dans un avenir proche, vers des centres de méthanisation actuellement en construction.

Peut-être y a-t-il eu ce jour là une explication locale particulière à ce qui s’apparente à une entorse aux règles de la collecte ? Peut-être était-ce lié au fait que nous étions un dimanche, jour où les procédures peuvent être assouplies ? Peut-être était-ce lié au fait que les conditions météorologiques pour le moins médiocres avaient entravé le service et obligé la hiérarchie à modifier exceptionnellement la commande de service des ripeurs ? Personnellement je suis tout disposé à accepter une explication de ce type tant elle me semble probable. Mais tout le monde ne semble pas de cet avis et des riverains, de bonne ou de mauvaise foi, mettent ici et là en cause une mauvaise gestion des déchets par les entreprises prestataires. Á cet égard, il faut savoir que sur les 435 bennes affectées à la collecte des déchets, seules 242 sont toujours gérées par des équipes municipales, le reste du parc étant, dans 10 des 20 arrondissements, désormais placé, dans le cadre de marchés publics, sous la responsabilité de prestataires privés : Sita-Suez, Onyx-Véolia, Nicollin ou Derichebourg. Qui a raison et qui a tort sur cette question ? Aux lecteurs parisiens d’AgoraVox de se prononcer en se référant à leurs propres constats.

Pour mémoire, rappelons que l’usage des « poubelles » a été imposé par un arrêté du préfet de la Seine... Eugène-René Poubelle en date du 7 mars 1884. Le préfet avait même, dès cette époque, envisagé le tri sélectif. Un objectif manifestement trop ambitieux puisqu’il faudra attendre plus d’un siècle pour que les premières initiatives en ce sens voient le jour dans les grandes villes françaises. Paris est d’ailleurs plutôt bon élève en matière de collecte des déchets avec 7 jours de collecte sur 7. De quoi faire rêver les Londoniens qui doivent se contenter de 2 ou 3 collectes par semaine. Au point qu’il n’est rare de se faufiler en été, jusque dans les quartiers chics de Chelsea ou Kensington, entre des amas de poubelles puantes et des voitures de luxe ! Un tableau surréaliste inconnu des Parisiens.

* Les ripeurs sont aux éboueurs ce que sont les techniciens de surface aux agents de nettoyage !

Lien Syctom

Lien Mairie de Paris


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • titi 30 décembre 2010 11:32

    Vous venez de découvrir de votre vue un réalité : recycler ne sert à rien.

    Pourquoi ?
    1. Tout d’abord parce qu’il n’y a pas de filières réelles de recyclage : bien souvent après avoir été collectés les déchets recyclés sont mis en ballots et envoyés ... à l’incinérateur.
    En Allemagne, où on est plus écologique, on envoie pas à m’incinérateur : on stocke sur des barges au milieu du Rhin en priant pour qu’aucun incendie ne s’y déclare (sur la barge, pas sur le Rhin)
    Quand on y pense c’est assez logique : on recycle pour récupérer de la matière première en vue de remanufacturer des produits. Or, délocalisation oblige, on ne manufacture plus grand chose en Europe. Il faudrait donc renvoyer tout celà en Asie...
    2. Il n’y a rien de pire que le « refus de tri ». C’est à dire l’erreur dans le bac vert.
    La collecte du recyclé coute 3 x plus cher que celle des OM : parce que le camion ne compresse pas les déchets et donc il est plein 3x plus vite et donc il faut passer 3x plus de temps à collecter. Si au final le bac « recyclé » contient de l’OM il est collecté 3x plus cher et envoyé finalement à l’incinérateur. C’est la gabegie.
    Or un refus de tri c’est, par exemple, une bouteille d’huile d’olive en verre qui même vide et rincée, va contaminer tout un conteneur. Et surtout le refus de tri ce sont les logements collectifs ou il y a une déresponsabilisation du fait de la mise en commun du bac.
    A tel point que certaines collectivités envisagent de ne plus doter les logements collectifs en bac vert.
    3. Les incinérateurs ont besoin de combustible. Ce n’est pas le cas à Paris, mais si les fermentiscibles finissent au composteur, les plastiques et cartons au recyclage, les arbres à la déchèterie, et bien l’incinérateur ne peut pas incinérer ou du moins son point de combustion est beaucoup plus élevé et nécessite plus d’energie.
    4. Plus d’autres arguments bassement financiers et de gestion du matériel et du personnel qui peuvent conduire à cette situation.


    • Fergus Fergus 30 décembre 2010 11:45

      Bonjour, Titi.

      Je ne connais pas suffisamment le dossier, mais pour ce que j’en sais vous avez en grande partie raison.

      Cela dit, c’est moins le principe du recyclage qui est remis en cause que la difficulté à mettre sur pied un tri efficace qui exige une très grande rigueur de tous les acteurs concernés. Personnellement, je pense malgré tout qu’il convient de poursuivre dans cette voie en croisant les doigts pour que les campagnes de sensibilisation portent leurs fruits, faute de quoi le tri sélectif pourrait être abandonné dans de nombreuses communes.

      Je précise que ce que vous appelez un bac vert (vert comme l’écologie) est bel et bien à Paris un bac vert (ils le sont tous) mais à couvercle jaune.


    • titi 30 décembre 2010 11:58

      Bonjour

      Déjà vous apportez un point de réponse :
      Les bacs ne se distinguent que par la couleur du couvercle du bac ce qui est une connerie.
      En général les couleurs des cuves sont différentes selon que l’on est sur le bac d’OM ou le bac Recyclage.

      Car il ne faut pas oublier que dans la communication qui doit accompagner les campagnes d’information, le public touché n’est pas nécessairement francophone, alphabétisé, ou simplement comprenant.


    • Fergus Fergus 30 décembre 2010 12:04

      Vous avez raison, Titi, il y a manifestement à Paris une carence dans l’identification des conteneurs. Le code couleur devrait être appliqué à l’ensemble des conteneurs et pas seulement aux couvercles.


    • TotoRhino TotoRhino 30 décembre 2010 12:58

      Et la confusion est pire que cela !
      Dans ma commune (en IDF) le couvercle des bacs de déchets recyclables sont... Bleu !
      Quant à celui des OM il est... Vert !
      Ce qui fait que lorsque l’on se trouve dans une autre commune (comme Paris), on ne sait plus trop ce qu’il y a lieu de faire.
      Encore une bonne idée sur le fond, mais traitée par dessus la jambe au point de se demander effectivement si le but a atteindre par certaines communes et écologique ou financier...


    • Fergus Fergus 30 décembre 2010 13:21

      Bonjour, TotoRhino, et merci pour ce commentaire.

      Effectivement, la plus grande confusion semble régner ici et là !
      Pour ce qui est des intérêts, nul doute qu’ils soient importants, vu les empoignades qui entourent les attributions de marchés publics.


    • gazatouslesetages gazatouslesetages 30 décembre 2010 14:26

      je suis d’accord avec titi, excepté pour le verre, recycler ne sert à cause d’absence de filière efficace.

      la majorité des plastiques (même ceux estampillés éco-emballage) ne sont pas recyclés dans les bacs à couvercle jaune, ils sont envoyés dans l’incinérateur..

      conclusion, à tous les parisiens, vous vous faites chier pour rien en triant bien vos déchets !


    • gazatouslesetages gazatouslesetages 30 décembre 2010 14:28

      édit de mon message précédent : « recycler ne sert à RIEN à cause d’absence de filière efficace. »


    • Fergus Fergus 30 décembre 2010 15:59

      Bonjour, Gazatouslesetages.

      Vous avez raison concernant le label éco-emballage, comme je l’indique plus loin, il est source de confusion en provoque le traitement en ordures ménagères destinées à l’incinération de conteneurs recyclables.


    • titi 30 décembre 2010 18:38

      Oups y’a eu un problème d’envoi...

      Donc je disais que trier ne sert à rien même pour le verre !!

      En effet seul le verre blanc est recyclable à l’infini a condition qu’il soit propre.
      Or dans les colonnes de collecte du verre on amène aussi bien du verre blanc que du verre « vert ». Aussi bien des bouteilles de vin, donc propre après rincage, que des bouteilles d’huile d’Olive donc sale même après rincage.

      Donc même le verrre : ca ne sert à rien.


    • brieli67 30 décembre 2010 12:11

      Dossier très important qui me tient à coeur.....

      Les vautours se font du fric et nous obligent à une solidarité citoyenne. 

      alors que les communes ( ou plutôt ces structures intercommunales qui sont loin d’être démocratiques) empochent sauvagement à l’instar des repas des cantines, de la merde à 5 balles distribuée par des agents communaux à 18 balles... 

      Toute municipalité qui passe au 2 ou 3 tri sélectif gagne plus d’argent sur les poubelles ! Une honte pour assainir le budget. Sans évoquer la « pompe » les petits cadeaux, très généreux, tout le système. 

      Faut casser les gros incinénirateurs trop polluants trop con le modèle du tout cramer pour faire du macadam et de l’eau chaude... Il faut des structures de voisinage. 

      Perso avec toutes ces bagarres, je me remets à trier que si on me donne du fric, plus de bénévolat et non qu’on m’impose nouvellement la facture au poids ! nouvelle poubelle avec puce.

      D’ailleurs c’était prévu de singer une copine suisse : amener ses bocaux et autres contenants, transvaser les contenus, laisser les emballages et déchets dans le caddy de l’Hyper. 

      Sans parler des tas d’ordures sauvages.. Les bosquets isolés sont comme des aimants.


      • titi 30 décembre 2010 12:38

        Réaction pas très intelligente...

        L’enlèvement des ordures est devenues complexe, et technique. Il faut des gens formés pour gérer celà. Et ces gens sont comme vous : ils ne travaillent pas gratos.

        Un camion poubelle c’est entre 200 000 euros.
        Pour recycler il en faut un deuxième puisque celui des OM est « contaminé » par les jus. C’est donc 200 000 euros de plus. Plus un équipage de plus qui eux non plus ne veulent pas travailler gratos. (et qui sont bien plus dévoués que les cheminots, et n’hésitent pas à dépasser l’amplitude si la nécessité de service le demande)

        Il faut un local, des tapis roulants qui s’usent et donc qui se mantiennent, et du personnel (toujours pas gratuit) pour finir le tri.

        En fait, et comme pour la cantine, les crèches et les nounous, les francais se retrouvent dans la peau d’un patron qui paie du personnel pour un service. Et bien entendu c’est trop cher pour pas assez bien...


      • titi 30 décembre 2010 12:39

        Oups... le camion c’est entre 200kE et 300kE...


      • titi 30 décembre 2010 12:44

        « Toute municipalité qui passe au 2 ou 3 tri sélectif gagne plus d’argent sur les poubelles ! Une honte pour assainir le budget. »

        Bah ca montre que vous n’y connaissez pas grand chose...
        En faite la collectivité ne gagne pas d’argent avec ses poubelles.
        De têtes :
        Compostage : 0 euro/tonne (bien que certaine collectivité paie le composteur)
        Recyclage : 150 euro /tonne.
        OM : 250 euro /tonne.

        Par contre evidemment, la fourniture des bacs, des puces, des camions, et tout le fourbis ca passe par des marchés publics.
        Et les marchés publics, ca reste des marchés publics...


      • Fergus Fergus 30 décembre 2010 12:53

        D’accord avec Brieli (que je salue) sur un point : la poubelle à puce et la taxation au poids sont des âneries qui peuvent certes conduire à un comportement plus citoyen de la part de certains, mais aussi à des aberrations comme le dépôt d’ordures dans des conteneurs publics ou la résurgence de décharges sauvages.


      • brieli67 30 décembre 2010 13:04

         !! tiens un collaborateur des vautours !!


        t’as le temps dans ton bureau !! entre midi et deux et toute la journée ... t’es là pour du débunking sur un site citoyen. Alors sors tes dossiers et fissa ! 


        C’est quoi le nom de ton employeur ? 


        TE DIS PASSER DE LA COLLECTE AU TRI SELECTIF /

        LE CONTRIBUABLE CASQUE CE SERVICE PLUS CHER 

        AUCUNE EXCEPTION EN FRANCE ET EN NAVARRE

        et chacun doit mettre son nez et ses doigts dans sa merde produite et surtout achetée


        tu nous prends vraiment pour des cons : tu vends des poubelles en plastic de couleur !!!

        ça va révolutionner un max ! 


        REVENIR AU VERRE CONSIGNE... 

        BOIRE DE L’EAU DU ROBINET non de la minérale plus ou moins avec bulles

        DIMINUER LE SEL dans l’alimentation 


      • titi 30 décembre 2010 18:30

        Mon pauvre brieli67 vous dites vraiment n’importe quoi...

        Avez seulement réfléchi à ce que vous racontez ?

        Prenons par exemple vous et votre copine Suisse qui laissez les emballages à votre super marché...
        A votre avis les surcout de traitement de ces déchets vous pensez que le super marché en fait cadeau et les passe en pertes et profits ? Bah non. Ca entre dans ces couts de fonctionnement et ca se retrouve sur les étiquettes. Donc vous payez quand même. Bon les autres consommateurs qui eux assument leurs déchets payent aussi mais je suppose que c’est votre vision de la solidarité : que les autres paient.

        Donc c’est con. Est c’est d’autant plus con que les emballages des supermarchés sont presque tous frappés du logo « éco emballage ».
        Alors c’est quoi ce logo ?
        Ce logo ce n’indique pas un emballage recyclable mais un droit de polluer. Autrement dit les Danone , BSN et autres ont déjà payé le cout de l’élimination de l’emballage. Et bien entendu l’intègre dans leur prix de vente. Donc vous payez déjà l’élimination de l’emballage.

        Donc votre pseudo action « révolutionnaire » elle est à la fois crétine et crétine.


      • titi 30 décembre 2010 18:45

        « poubelle à puce et la taxation au poids sont des âneries »
        Sur le principe, ce n’est pas une anerie puisqu’il s’agit de produire moins de déchet.
        Or il n’y a pas 36 manières pour responsabiliser les gens : c’est le porte feuille.

        Mais c’est réellement une anerie.
        Car au delà de l’aspect écologique, il y a un aspect financier.
        C’est la taxation à la levée qui doit être mise en place pour atteindre l’objectif « écologique » d’une baisse de la production et un objectif financier de baisse des couts de collecte.


      • titi 30 décembre 2010 19:07

        « C’est quoi le nom de ton employeur ?  »

        L’employeur de titi c’est titi.


      • Defrance Defrance 1er janvier 2011 18:51

        Sans parler des tas d’ordures sauvages.. Les bosquets isolés sont comme des aimants.

         Bravo Brieli67,
         Je n’ai jamais vu autant de tôles en fibrociment égarées dans la campagne que depuis qu’il faut payer pour s’en débarrasser !

         Les gens qui ont un poulailler ou un bâtiment couvert avec ces tôles doivent les eliminer si ils veulent vendre leur maison, ils les remplacent par du plastique et vont les « perdre » dans la nature !
         


      • Fergus Fergus 2 janvier 2011 09:29

        Sur ce point-là, Defrance, d’accord avec vous !


      • voxagora voxagora 30 décembre 2010 13:03

        .

        Je parie qu’à la lecture de l’article un bon nombre d’entre nous ont envie d’expliquer
        comment ça se passe mal chez eux ?
        C’est un vrai problème.
        A partir du geste de chacun (jeter) jusqu’au moment où le déchet disparaît (ou non),
        c’est toute une chaîne de responsabilités envers l’autre,
        dont beaucoup se contrefichent.

        • voxagora voxagora 30 décembre 2010 13:07

          .

          Je ne parle pas des grands principes protection de la planète etc..
          mais de simple politesse envers son voisin.

        • Fergus Fergus 30 décembre 2010 13:28

          Bonjour, Voxagora.

          En fait, je crois que l’on a brûlé les étapes en voulant aller trop vite. Sans des campagnes de senbilisation en amont (y compris des gamins dans les écoles) et, comme cela a été fait dans certaines villes, du porte à porte pour expliquer les objectifs poursuivis et la méthode de tri retenue, cela n’avait guère de chance de fonctionner convenablement. 


        • Radix Radix 30 décembre 2010 13:08

          Bonjour Fergus

          Comment diviser rapidement par 2 ou 3 le volume des ordures ?

          En interdisant toute forme de publicité !

          Autant prendre le problème à la base.

          Radix


          • TotoRhino TotoRhino 30 décembre 2010 13:30

            Exact !
            Jusqu’à 2 Kg de pub certains jours.
            Il faudrait aussi que l’on arrête de faire des emballages qui mélangent le recyclable et le non recyclable ; comme ceux des jouets où il faut dissocier les plastiques du carton pour faire un tri correct.
            Un vair logo NF de recyclage compatible avec les réalité du tri sélectif devrait voir le jour et figurer sur tout les emballages.
            Tout emballage ne répondant pas à cette norme, engendrera le paiement d’une taxe à par le fabricant. Le bénéfice de cette taxe pourrait revenir à la gestion du tri sélectif. Ouais, je rêve...


          • Fergus Fergus 30 décembre 2010 13:30

            Bien d’accord, Radix, la publicité, mais aussi les conditionnements aberrants sont à l’origine de monceaux de déchets sans réelle utilité pour la société. Seuls bénéficiaires : les grandes surface et les professionnels de la collecte et du traitement !

            Bonne journée.


          • Fergus Fergus 30 décembre 2010 13:37

            TotoRhino soulève un vrai problème contre lequel je m’insurge depuis longtemps : l’identification des produits recyclables. Il existe bien un logo constitué de trois flèches disposées en triangle, mais ce logo ne correspond pas aux déchets qui peuvent être déposés dans les conteneurs de déchets recyclables. On marche sur la tête car cela entraîne des erreurs de tri quotidiennes (et de bonne foi) avec pour conséquence la mise à l’écart de conteneurs entiers.

            Oui à un logo indiscutable et indentifiable par tous qui corresponde très exactement aux déchets à déposer dans les bacs de recyclable.


          • Radix Radix 30 décembre 2010 14:02

            Ben non Fergus, je suis beaucoup plus radical !

            Interdiction totale de toute forme publicitaire !

            Je pensais avoir été clair, il ne sert à rien de recycler, c’est donner bonne conscience au gaspillage, une escroquerie qui rapporte beaucoup trop !

            On nous parle de « développement durable » et on fait le contraire. Le développement durable c’est produire des biens durables, pas des machins qui tombent en panne le lendemain du jour où expire la garantie, c’est réparer les objets au lieu de les « recycler » !

            Radix


          • HELIOS HELIOS 30 décembre 2010 16:54

            Radix, vous avez tout a fait raison, plus les produits achetés sont « consommables » moins ils sont bons pour la nature (mais, helas, pas pour le portefeuille des requins)

            Il faudrait mettre en place des regles de duréee de vie auxquelles on attacherait probablement des taux de tva.... le cas particulier de la prime a la casse des automobiles, que les ecolos se felicitent de voir mise en place est la pire des conneries ecologique... car pour fabriquer une voiture neuve, cela a couté beaucoup, mais beaucoup plus en energie, pollution etc que le differentiel de consommation que les 2 vehicules auraient eu, sans compter le travail d’entretien que le garagiste a perdu !


          • titi 30 décembre 2010 19:10

            Concernant les problèmes de « sur sur emballage » dont je suis le premier à me pleindre,
            il est aussi important de rappeler que l’emballage à une autre fonction que d’emballer...
            il a certainement un fonction marketing... dont on peut se passer.
            mais il a très souvent la fonction d’antivol... et là ca devient plus compliqué...


          • Defrance Defrance 1er janvier 2011 18:58

            80 % des écolos sont des burnes ! Voynet ne distingue pas une vache d’un taureau ! En fait a part quelques uns (QUI NE SONT GÉNÉRALEMENT PAS ÉCOUTES) la plupart choisissent ce créneau pour faire de la politique parce que les grands partis ne leurs offrent pas de strapontins ?

            Je n’ai pas de chance d’avoir une place a l’UMP, ni au PS, je fais écolo ! (je ne sais même pas combien il y a de partis « dit écolo » en France ? 

             


          • brieli67 30 décembre 2010 13:24

            Vous venez de découvrir de votre vue un réalité : recycler ne sert à rien.


            et cette boîte a Titi s’est appropié la flotte production et épuration et la gestion et le traitement des ordures en maints pays de PAR LE MONDE

            Dans notre quart-monde à la porte de nos cités des initiatives connues pour efficacité dans les métropoles - les grandes villes du Tiers Monde.

            TRËVE DE PLAISANTERIES

            SOUS FORME BOBO http://www.homegrownevolution.com/

            http://www.cityfarmer.info/2010/12/ H

            http://www.afrigadget.com/

            faut sortir de l’hexagone !!


            • Fergus Fergus 30 décembre 2010 13:48

              @ Brieli.

              Merci pour ces liens. Dommage qu’ils soient tous en anglais.

              « Recycler ne sert à rien ». J’avoue ne pas être en accord avec toi sur la formulation. Ou du moins aurait-il fallu ajouter « en l’état actuel des processus ». Sans doute faut-il faire évoluer cette notion de tri sélectif vers quelque chose de plus rigoureux et sans doute de moins ambitieux, mais il appartient aux spécialistes (et non aux seuls politiques) de se pencher sur la question.

              D’autre part, il existe ici et là des initiatives (en province comme à Paris) pour consommer plus intelligemment, y compris en alimentant des bacs à compost situés dans les jardins collectifs qui voient le jour ici et là, souvent sous l’impulsion de... bobos. C’est évidemment insuffisant mais cela participe à une prise de conscience utile et citoyenne, comme d’aller déposer ses déchets plus encombrants ou polluants dans les bennes dédiées des déchetteries.

              Peut-être est-il encore un peu tôt pour condamner définitivement le tri sélectif, non ?


            • brieli67 30 décembre 2010 14:24

              il y a une forte mouvance canadienne à l’origine Vancouver 

              mais si il y a un blog en français

               http://www.aboneobio.com/blog/post/2010/02/15/CityFarmer-du-jardin-au-balcon

              pour afrigadget

              http://www.cursus.edu/?module=directory&subMod=PROD&action=get&uid=13091&pclass=9

              C’est sûr c’est à l’américaine : on veut te vendre, c’est un pli à prendre.

              Sinon en général les universités et les instances paysannes sont très généreuses en documents. 

              SUR http://www.ncat.org/sarc_current.php

              il y a ATTRA  avec ses fiches cultures biologiques agronomiques marketing gestion 

              série de mots à googler : hydroculture, hydroponic, aeroponic sustainable, heirloom ...

              SINON se ponger dans les DO IT YOURSELF DIY 

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Do_it_yourself


              pour ces articles « scientifiques » techniques : les traducteurs en ligne sont impecc


            • titi 30 décembre 2010 19:04

              Le problème des ordures est le même que celui de l’eau.

              Il y a 20 ans on jetait sa merde sans sa poubelle et hop sa disparissait.
              De la même manière on tirait sa chasse d’eau et hop sa disparaissait.

              Mais ca allait ou donc tout ca ? Bah dans la rivière, dans le lac, dans la décharge à ciel ouvert de « district ».

              Il y a 20 ans, mon bac +5 en poche (major de promo) j’ai du pour vivre faire entre autre le rippeur (petite dédicasse aux pleureuses qui nous disent que non vraiment les jeunes de maintenant en chient beaucoup plus que leurs ainés)
              On appelait encore celà éboueur
              On ramassait et on allait béner tout celà dans un patelin dont je me souviens le nom : Pagny sur Meuse. Alors à Pagny sur Meuse y avait un petit vallon que les camions venaient remplir d’ordure de toute la région (surtout Nancy). Les camions roulaient sur une dizaine de metre d’épaisseur d’ordure et allaient béner au bout. Et petit à petit le bout avancait metre cube par mettre cube. Ca faisait comme un mur de merde qui avancait.
              Il y a avait des mecs qui étaient payés toute la journée à passer un compresseur sur ce tas de merde. D’autres qui récupéraient les sacs qui volaient dans le grillage.

              Bah désolé pour Bieli67 et autres, mais le « c’était mieux avant » dont ils parlent c’est ca : le mur d’ordure de Pagny sur Meuse.
              Ca a heureusement changé. Mais ca a un cout.


            • Defrance Defrance 1er janvier 2011 19:07

               Bonjour Titi,

               Et les Mouettes ? 
               Il m’est arrivé de survoler la région de sarcelles il ; y a une dizaine d’années, les zone d’enfouissement étaient soit bleu(de sac), soit blanches ( de mouettes) !

               Mais pour ce qui concerne le tri, ce n’est intelligent que si la distribution fait un effort (autre que de payer la taxe de la pastille verte) !

               Il y a aussi le probleme des gens âgés qui se disputent devant la poubelle ne sachant pas ce qui va dans le bleu, le jaune ou le vert , c’est parfois très drôle, et pourtant on va aussi devenir vieux ?


            • L'enfoiré L’enfoiré 30 décembre 2010 19:22

              Salut Fergus,

               Ceci pourrait vous intéresser
               Je ne me souviens plus du nom de la société américaine qui avait aussi un procédé automatique de tri des déchets.
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès