Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Warming or not ?

Warming or not ?


Un lecteur m’a suggéré de regarder cette vidéo qui met en cause non pas le réchauffement climatique actuel, avéré si on regarde les courbes de température, mais le fait que les émissions CO2 d’origine humaine le provoquent.

Le début du film m’a fait sursauter à cause du premier argument énoncé : nous n’avons pas la preuve que le CO2 est responsable du réchauffement. Je déteste ce genre d’argument car on peut immédiatement lui opposer la proposition inverse : nous n’avons pas de preuve que le CO2 ne provoque pas le réchauffement.

La science ne se réduit pas aux mathématiques. En science, il n’y a pas de preuves, mais des hypothèses que nous confrontons à la réalité. Soit elles tiennent, soit elles ne tiennent pas.

Ce film comme les films qui défendent les positions contraires me dérangent. Il s’agit chaque fois d’expliquer des courbes et de chercher des corrélations. Comme notre cerveau est fantastiquement doué pour cet exercice, nous sommes capables de faire dire n’importe quoi aux chiffres. Au passage, nous savons être persuasifs, d’où le grand nombre de théories conspirationnistes.

Le réchauffement est-il provoqué par l’homme ou non ? Franchement, je crois que nous n’en savons rien. Ce film est aussi convaincant que ceux qui défendent l’idée contraire. Excepté quelques articles de vulgarisation, je n’ai pas suffisamment étudié la question pour me forger une opinion.

En revanche, il me suffit de débarquer dans une grande ville pour ressentir la pollution. Je n’ai pas envie de vivre dans un tel monde. Je n’ai pas besoin de la menace du réchauffement climatique pour désirer vivre dans un autre monde.

Même si le CO2 et les autres gaz industriels ne provoquent pas le réchauffement climatique, ils nous empoisonnent et c’est pour cette raison que nous devons limiter les émissions. Nous n’avons même pas besoin de rappeler que les énergies fossiles ne sont pas inépuisables et que, dans tous les cas, nous devons trouver d’autres solutions.

Ma position est idéologique. Les écologistes doivent reconnaître que leur position est idéologique. À l’aide d’arguments scientifiques souvent biaisés, ils ne doivent pas faire croire que c’est la seule possible.

Je ne sais pas si le réchauffement climatique se poursuivra, mais la peur qu’il engendre me paraît bénéfique car elle orientera vers un développement plus en accord avec la nature. Je l’espère du moins.

Je ne crois pas, comme le film le suggère, que le réchauffement climatique soit agité à seule fin d’empêcher les pays en voie de développement de se développer. L’Inde ou la Chine nous prouvent qu’il est possible de se développer malgré cette menace. Par ailleurs, le ticket d’entrée des nouvelles technologies n’est pas nécessairement plus élevé que celui des anciennes. Un pays, si ses habitants le souhaitent, peut prendre en marche le train du développement. L’Afrique a même tout à gagner de la peur du réchauffement climatique car elle est la mieux placée pour produire de l’énergie solaire à grande échelle.

Dans ce film, comme dans tous les films sur le sujet que j’ai pu voir, celui de Gore notamment, le camp adverse n’a pas la parole. Les partisans des diverses thèses ne semblent plus débattre. Nous entrons dans une ère d’endoctrinement. Prenons garde : le dogmatisme conduit à la violence.

Pour moi, le réchauffement climatique est aujourd’hui un prétexte pour agir, agissons et ne perdons pas de vue que le prétexte n’est qu’un prétexte.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Alain D 16 janvier 2008 13:58

    De toute façon le réchauffement climatique n’est pas le seul enjeu de l’écologie : épuisement des réserves en eau, en pétrole, en matières premières de toute sorte, des sols, des réserves halieutiques... et j’en oublie.

    Tout le monde trouvera une cause à défendre dans l’inventaire des questions d’environnement.


    • thirqual 16 janvier 2008 14:06

      Tout à fait. À se demander quand on voit les sommes dépensées pour le stockage du CO2 en profondeur (par exmple) si le problème de ce gaz ne sert pas d’écran au reste de l’empreinte humaine sur l’environnement.


    • 16 janvier 2008 14:34

      Ce film est quand meme un peu bidonné.

      http://canadianspectator.ca/stuff/Wunsch.html

      C’est une des personne interviewé sur le CO2 dans les océans qui explique comment le montage fait apparaitre l’opposé de ce qu’elle disait.

      Autrement, pour ceux qui veulent rire un peu,

      http://www.youtube.com/watch?v=Wq_Bj-av3g0

      C’est une pub pour dire que le CO2 c est bon, mangez en payé par exxon via un think tank (Competitive Entreprise institute)...

       


      • alberto alberto 16 janvier 2008 14:44

        Très bon article (et très interessante Vidéo) et j’ai bien aimé votre conclusion pleine de circonspection sur les doctrines et les dogmes...

        Quant au climat, je constate que les spécialistes s’y perdent un peu car pendant que les uns nous prédisent un "réchauffement", d’autres nous promettent une glaciation...

        Juste pour le plaisir, je vous cite une des conclusions de l’excellente étude de E. Le Roy Ladurie à la fin de son "Histoire du climat depuis l’an mil". Dans sa conclusion, E.L.R.L. cite lui-même un climatologue ainsi :

        "Quand au prochain millénaire, un admirable travail de A. Berger (de Louvain-la -Neuve) permet de penser sur la base des vastes cycles du passé que le démarrage d’un grand âge glaciaire commencera en douceur au cours des mille années qui vont venir..."

        Que sera le climat de demain : le saurons-nous jamais ? Mais comme vous le dites, en attendans protègeons le Nature !

        Bien à vous.

         


        • Gilles 16 janvier 2008 15:53

          Cette theorie du Soleil est interessante.

          Mais je crois que cette video triche un peu avec les echelles quand meme. Moi aussi je peux prendre leur graph de correlation soleil/Temperature, entre 1900 et 2000, et dire "ah tiens, sur ces dix années, le soleil est moins actif alors que la temperature monte". C’est exactement ce qu’il ont fait avec le CO2 après tout...

          Ensuite, le GIEC ne refute meme pas cette theorie, puisque selon eux, il y a plusieurs causes au rechauffement climatique :

          1. les fluctuations cycliques de l’activité solaire ;
          2. La rétention de la chaleur par l’atmosphère, amplifiée par les gaz à effet de serre ;
          3. la réflectivité de la surface terrestre (albédo) qui est modifiée par la déforestation, l’avancée des déserts, l’agriculture, le recul des glaces, neiges et glaciers, mais aussi par les cirrus artificiels créés par les traînées des avions et l’étalement urbain ;
          4. les émissions volcaniques

          Comme je le disais, question d’echelle : Oui, à une certaine echelle, le Soleil fait varier la temperature (comme il est dit dans cette video, "Comment pourrait-il en etre autrement ?"), mais PAS dans les proportions que les mesures relevent actuellement (voir la sequence du film d’Al Gore qui suit immediatement celle montrée).

          Voilà un graphique mettant en perspective une dizaine de mesures paleontoclimatologique : Ici (Les sources du graphiques sont citées dans le lien). A coté de l’augmentation actuelle de la temperature, le Middle-Age Warming fait petit joueur non ?

          Sur une echelle constante, si l’on place, le CO2, l’activité solaire, et la temperaure, sur un meme graphe à la meme echelle, on obtient les faits suivants : alors que l’activité solaire s’est stabilisée (voir lien), la temperature n’a jamais autant augmenté dans le meme laps de temps. Et devinez quel est le facteur qui suit cette augmentation ? (Un indice : C’est le dernier facteur)


          • Jovial Jovial 16 janvier 2008 18:12

            Je suis assez d’accord, mais ce genre d’interrogation sur l’origine humaine du réchauffement doit nous faire regarder attentivement les solutions proposées par nos élites. Si pour lutter contre le réchauffement on produit des biocarburants, je tique. Si on favorise le diesel car celui ci rejète moins de CO2, je tique aussi. Si pour lutter contre le réchauffement on se permet de larguer dans le ciel des produits toxiques, c’est pareil, je ne suis pas d’accord. Les problèmes écologiques sont nombreux et sont loin de se limiter au réchauffement donc attention !


            • Borat Borat 16 janvier 2008 20:23

              Quels sont les plus gros producteurs de gaz à effet de serre (il n’y a pas que du CO2) dans le monde ?

              - les vaches et les termites.

              Demander aux gens de réduire leurs déplacement ; OK, mais demander aux pays en voie de développement de réduire leur consommation de viande ....

              http://photosdafrique.free.fr

               

               


              • Bobby Bobby 16 janvier 2008 23:22

                Bonsoir,

                 

                Bien bon article ! N’étant pas du tout spécialiste, j’aimerais cependant ajouter mon témoignage qui va dans un sens assez différent !

                 

                Vivant il y a quelques années sur une crête près de Malchamps (Spa) et amoureux des ballades à pieds, il m’arrivait de temps en temps d’approcher le champ d’aviation et la station météorologique par la fagne. Le spectacle y est grandiose par beau temps, on y voit à des dizaines de kilomètres à la ronde : le plateau de Herve, la vallée de la Meuse par delà de Visé... La ville de Liège encaissée dans la vallée est surmontée par un vaste dôme de gaz de couleur rouille-foncé et il est notoire que la température y est de 3 à 4 degrés C plus élevée que dans ses environs.

                 

                J’ignore si le CO2 vient y jouer un rôle, mais de toute évidence, la pollution de la vallée semble influer directement les conditions microclimatiques qui y règnent !

                 

                Bien cordialement

                .


                • JoëlP JoëlP 17 janvier 2008 09:19

                  >>>Ma position est idéologique. Les écologistes doivent reconnaître que leur position est idéologique. À l’aide d’arguments scientifiques souvent biaisés, ils ne doivent pas faire croire que c’est la seule possible.<<<

                  >>>Je ne sais pas si le réchauffement climatique se poursuivra, mais la peur qu’il engendre me paraît bénéfique car elle orientera vers un développement plus en accord avec la nature. Je l’espère du moins.<<<

                  Ces deux phrases refletent exactement mon point de vue. Ceci dit, il faudrait encore définir sur quoi se base une position idéologique et là c’est assez complexe. C’est un peu comme de définir l’intuition...

                  Excellent article sur une video pas très bonne. Nous sommes capable de faire dire n’importe quoi aux chiffres et l’nterprétation des signes par les chamanes de tous poils date de la plus haute antiquité comme disait Vialatte.

                   


                  • gnarf 17 janvier 2008 10:30

                    De 1945 a 1970, la temperature de surface de la terre....baissait. Et ca n’est pas une vue de l’esprit subjective.

                    En 1970 on pouvait lire des articles alarmistes dans les plus grandes revues scientifiques du monde, annoncant une nouvelle ere glaciere.

                    Et pourtant pendant toute cette periode le niveau de CO2 dans l’atmosphere augmentait.

                    Aujourd’hui, les scientifiques ont ete obliges de rajouter certaines choses a leurs modeles de rechauffement pour expliquer cet episode. Ce seraient parait-il les sulfates des engrais qui auraient abaisse la temperature pendant ces 25 annees.

                    Cela prouve deux choses :

                    - quand la temperature evolue dans un sens ou dans l’autre vous trouverez toujours des scientifiques pour vous prouver modele a l’appui que ca va empirer.

                    -quand le passe n’est pas en accord avec un modele, on peut tres bien, au moyen de coefficients appropries, faire coller le modele au passe tout en gardant le resultat que l’on veut pour le futur.


                    • saint_sebastien saint_sebastien 17 janvier 2008 11:12

                      je pense que le réchauffement climatique est une donnée parmis d’autres de la gestion de notre envirronement. La pollution , elle est bien réelle et nous affecte directement ( explosion des cancers , mais désolé , je n’ai pas les chiffres en tête).

                      Il est évident qu’on ne peut continuer à produire et consommer autant qu’aujourd’hui , et il ne suffit pas de balancer les détritus à la mer pour s’en débarraser , ils réaparassent dans notre assiète.

                      Savoir si oui ou non l’homme est responsable d’une partie du déreglement climatique est nécessaire. Affirmer d’entrée que non est criminel pour nous aujourd’hui et pour les générations futures .


                      • brieli67 17 janvier 2008 11:56

                        C’est méridional au nord de Lyon les figuiers les oliviers poussent et survivent de mieux en mieux ; L"UE subventionne la plantation de vignes en Belgique et en Hollande....

                        Les glaciers fondent et reculent ... il y a pas photo. Le niveau de la mer remonte..... Des polders sont en grand danger des catastrophes sont à craindre.

                        Le Co2 n’est pas létal au niveau actuel. Faut reboiser .... semble t-il en Australie la vaccination et les antibiotiques donné aux moutons et autre ruminants sont très efficaces et réduisent leur énorme trou d’ozone.

                         

                        Des changements climatiques .... Oui les ouragans d’hiver comme le Lothar n’ont jamais été décrits sous nos latitudes. Le platane et l’homme s’adapteront déjà.....


                      • Antenor Antenor 17 janvier 2008 12:02

                        J’avais un prof de fac qui disait à peu près la même chose : l’effet de serre produit par le CO2 est infiniment ridicule comparé à celui produit par la vapeur d’eau.

                        Le croisement des différentes sources présenté dans la vidéo, si elles ne sont pas bidonnées, est des plus convaincant. Par contre la fin du film est assez décevante : rendre les écologistes responsables du sous-développement en Afrique, c’est risible. De même je ne vois pas trop ce que vient faire là-dedans la remise en cause du principe de précaution.

                        L’enjeu du 21ème siècle qu’on le veuille ou non, c’est la fin du pétrole. Vraie chance ou catastrophe ?


                        • pallas 17 janvier 2008 12:29

                          le probleme en cours au niveau des scientifiques c’est de leurs dogmes et qu’ils souhaitent etre publier et tout les pretextes sont bons. Je fais un retour en arriere en donnant quelques exemple, celui de la disparition des dinosaures, certains disent que c’est du a une meteorite et d’autres a causes des volcans, pourtant les descendants des dinosaures sont les oiseaux, donc ils n’ont pas disparu, de plus les reptiles communs vivant a notre epoque existait deja il y a 60 millions d’années et n’ont pas enormement evoluer. Les dinosaures en conclusion n’ont pas disparu subitement, il y a eu une disparition de quelques branches des tres grands reptiles et les autres ont evoluer, sa montre que l’extinction massive, la 6 eme n’etait pas tres importante et c’est derouler sur une echelle de temps tres longue. d’ailleur il n’y eu pas 1 asteroide mais 2 qui percuterent la planete, et il se peut qu’il y eu aussi un reveil massif des volcans avant ou apres ou entre le choc de ces ledit asteroides, les theories ou plutot dirai je les observations se concordent parfaitement en tout cas se rapproche le mieu de la realité. Un autre exemple pour la formation de l’univers la theorie du big bang est tres fortement contesté avec des pseudos theories essayant de rafistolé l’idéeologie au mieu du big bang, mais la, sa part totalement dans le n’importe quoi, avec aucunes preuves, sa en devient problematique car sa part en croyance non fondée, mais, l’autre theorie d’un univers statique n’est guere mieu, donc sur le sujet de l’univers, sa creation, nous sommes au point de depart, nous ne savons absolument rien. Le dernier point et qui n’est pas des moindres, un scientifique a affirmer trouver l’ancetre du Tyranosaure il y a un peut pret une année, il avait des ailes d’oiseaux. Les plumes sont apparu que recemment, le chainon manquant du Tyranosaure, ne peut en aucun cas avoir des plumes et des pseudos ailes, c’est totalement farfelu, pourtant c’est passé a la television, dans les journeaux ecrits sans que personne, pas meme le lecteur n’est fait remarque sur la chose. Tout cela pour en arriver au sujet de l’article et du CO2 et des differentes theories sur le rechauffement et refroidissement climatique, le climat de planete change, c’est a la fois un rechauffement et refroidissement climatique, ont passe d’un extreme chaud a un extreme froid battant les records de l’un et l’autre, dans une periode d’un seul mois, en France par exemple, l’irak qui vient d’avoir de la neige, et qui demain battera les records de temperatures dans la chaleur. Le soleil lui n’y est pour rien, la Nasa ainsi que les autres groupes observant le soleil, ont demontré que notre etoile n’etait pas en periode d’augmentation de temperature, la preuve en est pour les sceptiques que notre haute atmosphere est tres froide. Les phenomenes lié au changement climatique ne sont pas du qu’au seul gaz de CO2, il y a aussi les autres gaz, dont l’hydrite de methane qui vien de la fonte du permfrost qui est et de loin le plus grave et qui peut transformer notre planete en Venus. La quantité en oxygene sur la surface du globe tend a diminuer, donc a se rythme la principal menace est le changement chimique de notre atmosphere qui va rapidement devenir irrespirable pour notre espece, les oceans s’acidifient et donc il y a rique eminent pour toute la vie, faune et flore marine et donc la creation d’oxygene qui a diminuer d’au moin 50%. Ce n’est pas tant que le CO2 ainsi que les autres gaz qui est grave, il y a le parametre que le O2 semble allez en diminuant. De plus, en parallele, il y a la ceinture de radiation van hallen qui diminu et donc les vents solaires peuvent provoquer des degats, si cette ceinture n’existait pas, la Terre ressemblerai a Mars, une planete morte en surface, sans oceans, et de sable. La couche d’ozone s’aminci, des trous apparaissent sur toute sa surface autour de la planete, elle ne guerit pas contrairement a ce qu’ont avaient penser apres que le CFC est ete arreter, c’est tabou d’en parler, mais, il faudra pourtant se reveiller qu’ont le veuillent ou non, le peril de survie de la Vie sur la planete est tres serieux et sa depasse le cadre de la survie de notre propre espece, nous ne controlons absolument rien et les scientifiques qui ne savent pas dire "Je ne sais pas", le religieux qui ne sait pas dire "Je ne sais pas", l’individu lambda qui ne sais pas dire "Je ne sais pas", il n’y a pas de pragmatisme chacuns croyant savoir se bornant dans son dogme. Moi je dit clairement "Je ne sais pas", parcontre la realité est le purgatoire et il faudrait sortir la tete du sable si ont espere s’ensortir.


                          • brieli67 17 janvier 2008 14:00

                             

                            j’aime bien........ et on en trouve en fac.............

                             

                            http://www.dailymotion.com/inconnu81726/video/x1l8qn_bac-oral_fun


                          • ICE 17 janvier 2008 15:04

                            bon, encore cette vidéo....

                            debunkée ici par exemple : http://www.realclimate.org/index.php/archives/2007/03/swindled/

                            cela dit je comprends les interrogations de l’auteur : qd on a pas les moyens d’étudier les arguments en détails, et que pour telle ou telle raison on ne croit plus pouvoir faire confiance à la science "mainstream" (ces méchants climatologues obnubilés par la gloire médiatique, les financements faciles, l’aura des prophètes, le goût de la taxe, etc...), alors toutes les théories un tant soit peu bien "cosmétisées" se valent. C’est malheureux, et les sceptiques en jouent très bien...

                             


                            • parousnik 17 janvier 2008 19:42

                              De toute évidence trés prochainement nous allons savoir qui à raison, ceux autorisésde télévision ou ceux qui y sont interdits.... puisque les uns prédisent un réchauffement "longue durée", les autres un refroidissement prochain... Comme le réchauffement ne s’est traduit que par le prélevement de nouveaux impôts et taxes divers...je me doute du résultat, mais m’interroge sur les prochains mensonges du GIEC pour ne pas fondre de froid...


                              • Di Girolamo 18 janvier 2008 09:14

                                Il est vrai de dire que tous ceux qui ne se sentent pas bien dans le monde tel qu’il va et souhaitent le modifier se sont sentis confortés par les observations scientifiques indiquant que nos modes de développement participent pour beaucoup à l’effet de serre.

                                Poutant , face aux phénomènes observés , non seulement sur la thématique climat mais sur l’ensemble de ce qui se passe sur la planète (raréfaction des ressources, désertification, polutions des sols des eaux de l’air etc ) , cette "satisfaction" d’avoir là dans ces observations scientifiques ,un allié politique , a vite fait place à une grande inquiétude , au point que ceux ayant quelque honnêteté intellectuelle, préferrent de loin qu’effectivement on se trompe et que le compte à rebour ne soit pas en lien direct avec nos modes de vie.

                                La prise en compte des conséquences prévisibles de l’ensemble de ces dérèglements et celle de notre incapacité chronique à agir sur nous mêmes et nos société est tout simplement désespérante.

                                La manière dont on aborde le problème est tout sauf courageuse et rigoureuse . Il est rigoureusement impossible de se faire une idée sur la question et de prendre les bonnes décisions sans s’en donner les moyens ; face à un danger potentiel pouvant mettre en cause notre survie à moyen terme , c’est faire preuve d’une légèreté suicidaire d’en rester à des débats sur le net .

                                Seule l’organisation sérieuse d’une expertise et d’un débat public contradictoire sur ces sujets , en y mettant le temps et les moyens qu’il faut pourrait nous aider à prendre les bonnes décisions. Cette expertise devant bien sûr être accessible à tous et participative (TV publique + internet )


                                • Stoïque 19 janvier 2008 07:42

                                   

                                   

                                   

                                  La video surprend et se fait s’interroger beaucoup dans sa première partie surtout, mais on sent avant la fin la manipulation et la pensée originelle de ceux qui ont financé et fait ce "film", par les redites et les titres "choc" faisant pensant penser à du bourrage de crane, par la défense de la consommation d’énergie actuelle, par la partie ridicule sur l’implication négative pour l’Afrique et par - ce qui m’a semblé - les images presque subliminales de ces avions passant et repassant au dessus de buildings.... Plusieurs fois, j’ai eu l’impression qu’on allait revoir dans la video des images du 11 septembre, amenant leur cortège d’implications et de peurs dirigées...

                                  Cette video est faite à l’attention des gens peu connaisseurs des sciences impliquées dans l’analyse des problèmes actuels, ce qui est le cas de la majorité des humains, car il faut être bien au fait de ces sciences pour avoir un avis pertinant sur les diverses données scientifiques amenées.

                                  Cependant, quant on voit que le GIEC est tout de même soutenu par des organismes internationaux et que ses travaux se passent sous l’égide de l’ONU et de l’Unesco ou l’Unicef - sauf erreur de ma part - on peut quand même plus sereinenement avoir confiance dans le GIEC que dans ses rares détracteurs peut-être en mal de publicité...

                                  Outre le fait que certains intervenants scientifiques puissent avoir été manipulés, tel que ce fut le cas de Wunsch indiqué dans l’un des messages d’avis de cet article,

                                  http://canadianspectator.ca/stuff/Wunsch.html

                                  on trouvera toujours des scientifiques allant à contre-courant - parfois avec justesse - mais plus souvent pour diverses raisons plus ou moins avouables et notamment lorsque des intérêts politiques et économiques sont en jeu.

                                  L’argument de la vapeur d’eau comme principal vecteur d’effet de serre pour disculper le CO2 est vraiment léger, car ce qui importe c’est le changement aux conditions initiales de l’atmosphère qui a vu naitre l’homme et non sa composition dans ses grandes lignes.

                                  C’est le changement des proportions des éléments composant l’atmosphère qui est inquiétant et il n’y a pas que le CO2 qui grimpe à l’échelle de la vie humaine....Le dernier rapport du GIEC est éloquent à ce niveau-là.

                                  Chacun peut se rendre compte - s’il est un tant soit peu observateur - que les activités humaines doivent obligatoirement influer sur le climat global, dèjà par des observations locales et des comparaisons à différentes époques

                                  Habitant dans la région grenobloise et ayant à bord de mon véhicule un thermométre, je constate quasiment constamment quand je reviens de l’extérieur de l’agglomération la lente montée de la température qui atteint 3 à 4°C de plus en passant à Grenoble puis la redescente de température quand on s’en éloigne (12 à 20km) .

                                  Par ailleurs le flanc Nord-Est du Vercors situé contre Grenoble est toujours celui qui se dégage en premier de la neige tombée sur ses flancs.

                                  La couche d’ozone qui se crée au sud de la ville l’été, la nappe très fréquente de pollution sur la vallée grenobloise visible des montagnes, la lente dégradation du ciel nocturne, etc.... sont d’autres manifestations de l’incidence de l’homme sur le climat et l’environnement local.

                                  Grenoble et son agglomération ne représentent pourtant que 500000 habitants, soit le douze millième de la population mondiale...


                                  • gdm gdm 27 janvier 2008 02:04

                                    Cette video est passionnante. L’article est instructif. J’avais lu en entier le rapport du GIEC sans y voir aucune preuve scientifique d’un quelconque réchauffement climatique. La these de cette video rejoint les doutes que j’avais sur la realité d’un réchauffement climatique causé par l’homme.

                                    La video cite un argument qui serait, selon les auteurs, tres important. cet argument est que la troposphere ne se réchauffe pas du tout. Pourtant tous les modeles de prévision de réchauffement prévoient un réchauffement de la troposphere.

                                    Cette absence de réchauffement de la troposphere prouverait de maniere indubitable, selon les scientifiques parlant sur la video, qu’il n’existe aucun réchauffement de la planete. J’aimerai lire un débat entre deux scientifiques sur cet argument. En attendant, je me refuse à adopter la croyance d’un hypothétique réchaufement climatique.

                                    Ce réchauffement est peut-etre un pur phenomene politique et médiatique, sans réel fondement scientifique. Cet épisode deviendra alors un sujet de these de sociologie pour voir comment des erreurs scientifiques peuvent devenir des dogmes.


                                    • Brieuc Le Fèvre brieuclef 8 février 2008 19:27

                                      Bonjour,

                                      En ce qui me concerne, j’ai travaillé deux ans au plus haut niveau avec des spécialistes du climat (à l’Université du Québec à Montréal, centre de recherche GEOTOP : http://www.geotop.uqam.ca). Les discussions là-bas ne sont absolument pas de savoir si le climat se réchauffe ou pas, si c’est de la faute de l’homme ou pas, mais bien de combien ça va se réchauffer... Et ce n’est pas pour la gloire !

                                      Bien sûr, il y a toujours le risque d’une erreur collective (voir l’opposition farouche des médecins anglais à la théorie de Harvey sur la circulation sanguine, voir l’opposition des géologues à la théorie de la dérive des continents, etc). Cependant, des données restent indubitables, car ce sont des mesures, pas des interprétations :

                                      *le température globale et le niveau des mers montent

                                      *le taux de CO2 atmosphérique (et d’autres gaz à effet de serre) augmente

                                      *la surface de glace à la surface de la Terre diminue (glaciers, inlandsis, banquise)

                                      *les climats arctiques se réchauffent plus vite que le reste de la planète

                                      *les zones de végétations migrent vers le nord (traçage des populations de pollen)

                                      *les "événements climatiques extrêmes" se multiplient, entre autres les ouragans (si je me souviens bien des chiffres, il n’y avait jamais eu d’ouragan de catégorie 5 avant les années 80, et la fréquence des ouragans de catégorie 4 et 5 augmente, à tel point qu’ils représentent désormais la majorité des ouragans observés, tandis qu’avant 1980, les plus violents étaient uniquement de catégorie 4, et épisodiques).

                                      *plus d’autres indicateurs que j’oublie volontairement.

                                      Enfin, un point crucial pour parler correctement de tout ceci : le temps. En effet, les extrema climatiques ont toujours existé ("petit âge glaciaire" sous Lous XIII, "optimum climatique" peu avant, etc). Mais ces changements étaient plutôt lents, et s’installaient par petites touches sur un siècle ou deux. Ce que nous observons aujourd’hui se joue sur une décennie. Je vous laisse apprécier la différence : dix fois plus vite que jamais auparavant.

                                      Le changement climatique EST une réalité. D’ailleurs, chacun de nous, pour peu qu’il soit un minimum observateur, peut le constater autour de lui. Printemps précoces et hivers doux en moyenne, entrecoupés de semaines "extrêmes", en froid ou en chaud, dispersées au petit bonheur la chance sur toute l’année. Les jardiniers vous diront avoir observé plantes et insectes autrefois (c’est-à-dire il y a dix ans) inconnus dans leur plantations. Les quadragénaires qui ont vécu dans certaines régions particulières se souviendront sans doute que, dans leur enfance, la neige était annuelle (Cévennes, par exemple), tandis qu’aujourd’hui, c’est rare, une année de temps en temps, et pas très abondant. Les exemples ne manquent pas.

                                      Après, la question de savoir si c’est de la faute de l’activité humaine, pour moi c’est oui, parce que j’ai une culture scientifique dans ce domaine qui me pousse à penser ainsi. Peut-être suis-je sous influence, je l’admets. Dans tous les cas, les limites de la planète à bien des égards sont atteintes et doivent nous pousser à changer de comportement, quoi qu’il en soit au niveau climat.

                                      Enfin, il reste la question de l’évolution du climat, dans les conditions nouvelles observées (diminution des glaces de surface, fonte du permafrost, augmentation de la température de surface des océans, augmentation des teneurs en gaz à effet de serre, etc). Ce dernier point est encore plus hypothétique, car il fait appel à des modèles mathématiques très complexes, dont tous les paramètres ne sont pas connus ou maîtrisés. Entre autres, le comportement de la circulation pan-océanique (un courant d’échelle planétaire qui distribue l’eau des océans tout autour du globe, et dont le Gulf Stream est une composante majeure) n’est pas connu avec certitude.

                                      Ce qui est certain, c’est que tous les scientifiques qui étudient le climat sont certains qu’il se réchauffe. La statistique est éloquente : sur près de 1000 articles scientifiques publiés dans les revues spécialisées, quel que soit le domaine précis concerné (palynologie, glaciologie, atmosphère, océanologie, etc), pas UN seul ne remet en cause le réchauffement. Rarement consensus plus parfait n’a été vu en science. Par contre, sur le même nombre d’articles dans la presse populaire et de vulgarisation, près de la moitié contestent le réchauffement. Où l’information contradictoire a-t-elle été ajoutée, et par qui ? Voilà la vraie question.

                                      Pour connaître le coupable, cherchez à qui profite le crime.

                                      En clair, le débat pro- ou anti-réchauffement n’existe que dans la population générale. Pas chez les scientifiques. Qui a intérêt à ce débat, si ce n’est ceux qui vivent outrancièrement du système actuel ? Quel est le message des détracteurs du réchauffement, tel qu’on le voit dans ce film et dans d’autres ? C’est "Consommez du pétrole, consommez de l’énergie, continuer à vivre votre American way of life sans scupule, car tout baigne". Je sens le message intéressé. Par contre, quel intérêt ont les tenants du réchauffement à convaincre les populations de sa réalité ? Aucun, car la plupart sont des scientifiques inconnus, qui ne seront jamais lus que par quelques confrères. Et eux aussi subiront les effets du changement de mode de vie qui se présentent à l’horizon. En ne disant rien, ils auraient tout aussi bien pu finir leurs jours peinards, avant que ça ne devienne trop visible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès