Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > 63 % des Français veulent être consultés sur la Constitution européenne (...)

63 % des Français veulent être consultés sur la Constitution européenne bis

A Lisbonne, le président a répété qu’il ne voulait surtout pas consulter les Français sur le nouveau traité et, s’agissant du contenu, prétendu sans sourciller que « ça n’est pas la Constitution, ça n’est pas le traité de la Convention, c’est le résultat d’un consensus de toutes les forces politiques y compris de ceux qui avaient voté non »... Un sondage publié au même moment, mais quasiment occulté par les médias français, montre que les Français ne sont pas en phase avec la stratégie européenne du président Sarkozy.

Par Christophe Beaudouin (depuis Lisbonne)

Vers 13 h 30 environ ce 19 octobre, le président Nicolas Sarkozy, accompagné des ministres Bernard Kouchner et Jean-Pierre Jouyet, a fait son entrée dans la salle de presse du palais des expositions de Lisbonne, où se terminait le sommet informel des chefs d’Etat et de gouvernement venu formaliser l’accord des vingt-sept sur le nouveau traité européen.

La diplomatie des derniers mois l’avait visiblement épuisé : «  Après les six mois que l’on vient de passer, j’espère qu’on a passé le goût des questions institutionnelles, enfin, pour les gens normaux... »

Tout sourire, il s’est félicité de l’accord intervenu dans la nuit entre les gouvernements après quelques ultimes marchandages (un eurodéputé "offert" à l’Italie notamment) : « Les vingt-sept sont tombés d’accord sur un traité simplifié (...) Nous avons trouvé des solutions à une Europe bloquée depuis maintenant dix ans et j’ai tenu la promesse que j’avais faite pendant la campagne présidentielle ».

Ratification précipitée avant Noël

Bien décidé à éviter tout débat sur le fond et en particulier sur la question du référendum, Nicolas Sarkozy n’a cessé de précipiter le calendrier de relance du processus institutionnel européen et a annoncé que la France serait « le premier pays  » à ratifier, dès avant Noël, au lendemain de la signature définitive du traité le 13 décembre prochain. Il faudra avant la ratification réunir préalablement le Parlement en Congrès pour réviser la Constitution française à l’heure actuelle incompatible avec le traité de Lisbonne. Une dizaine de jours donc seulement, pour boucler l’ensemble de la procédure, où même au Parlement l’on n’aura guère le temps (ni l’envie semble-t-il) d’en débattre...

A moins que ce traité ne rencontre de nouvelles difficultés de ratification dans d’autres pays, son entrée en vigueur est prévue pour le 1er janvier 2009.

« Consensus de toutes les forces politiques »

Sur les soupçons de gémellité entre le traité constitutionnel rejeté et le traité dit « modificatif » -, le président Sarkozy y est allé "franco" : «  ça n’est pas la Constitution, ça n’est pas le traité de la Convention, c’est le résultat d’un consensus de toutes les forces politiques y compris de ceux qui avaient voté non » Les « forces politiques » de gauche, de droite et d’ailleurs, qui ont animé la campagne du « non » apprécieront leur ralliement forcé au traité signé par Nicolas Sarkozy.
Avec un petit rictus, il a insisté, devant une presse mondiale dubitative : «  oui c’est un traité simplifié : il n’y a quand même que sept articles dans le traité simplifié  ».

Ni « mini » ni « simplifié » : le traité est plus long (2 800 pages) et plus compliqué encore que la Constitution européenne

En fait, le président a une approche toute personnelle et pour le coup, simplificatrice, de ce [traité de Lisbonne (en ligne ici) qui compte quand même 250 pages.

Voici comment les juristes de Bruxelles l’ont rédigé pour y camoufler la Constitution européenne : ils ont démonté les 448 articles de cette Constitution, puis ils les ont intégrés dans les Traités actuels et, là est le tour de génie, ils ont redémonté le tout pour aboutir à ce texte extrêmement complexe.

Celui-ci ajoute plus de 400 articles supplémentaires aux traités de Rome (1957) et de Maästricht (1992), la plupart identiques aux articles du Traité constitutionnel rejeté il y a deux ans, l’ensemble des traités européens en vigueur atteignant ainsi un volume de 2 800 pages, selon le jurisconsulte du Conseil lui-même, M. Jean-Claude Piris. Tous les observateurs un peu objectifs le jugent « indigeste », à l’instar du Pr Christian Lequesne (London School of Economics and Political Science), qui le qualifie d’« embrouillé » et même d’«  usine à gaz » (France Culture, 9 octobre 2007).

Nicolas Sarkozy a par ailleurs décrit la composition du « comité des sages » censé réfléchir à l’avenir institutionnel de l’Union - alors que l’option fédérale vient d’être scellée de manière irréversible à Lisbonne - et à ses limites - alors que nul gouvernement n’a osé jusqu’ici opposer son veto à l’ouverture des nouveaux chapitres de négociation avec la Turquie, rendant son adhésion de moins en moins refusable. «  Pour le comité des sages, d’une douzaine de membres environ, je veux une logique exclusivement européenne. Il faut des savants, des historiens, des géographes, des philosophes, des hommes d’affaires, des femmes aussi, des personnalités représentatives de toutes les cultures. Mais il lui faut au moins deux ans de durée, afin d’être déconnecté de tout enjeu politique.  »

Enfin, il a loué longuement le travail du président de la Commission européenne : «  Vous connaissez l’appréciation extrêmement positive que la France porte sur le travail de M. Barroso (...) M. Barroso est un très remarquable président de la Commission  ».

Consulter le peuple français, ce serait « renier [sa] parole »...

Interrogé par l’un des rares journalistes français à poser une question intelligente, Jean Quatremer (Libération), qui lui faisait remarquer les appels à référendum « à droite et à gauche », le président n’a pas hésité une seconde : « Souvenez-vous de ce que j’ai dit pendant la campagne (...) ce serait un reniement de ma parole. »

Autrement dit : le recyclage de la Constitution européenne refusée par le peuple français, ça n’est pas un reniement et le net infléchissement de sa position sur l’entrée de la Turquie, ça n’est pas un reniement non plus. En revanche, ne pas consulter les Français sur le traité qui était supposé intégrer les préoccupations exprimées par le vote « non » il y a deux ans, là ce serait une magnifique démonstration du respect par le président de ses "promesses" de campagne...

Une écrasante majorité d’Européens veut pourtant un référendum sur le nouveau traité

En Espagne, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie et en France pourtant, on semble ardemment souhaiter ce référendum sur le nouveau traité. En effet, un sondage Louis Harris* publié jeudi par le Financial Times, et sur lequel la presse française a été assez discrète, révèle que 76 % des Allemands, 75 % des Britanniques, 72 % des Italiens, 65% des Espagnols et 63 % des Français souhaitent un référendum sur le traité remplaçant la Constitution européenne.

Rappelons que des 27 pays de l’Union européenne, seule l’Irlande, qui y est tenue par sa Constitution, a prévu d’organiser un référendum, dont le résultat positif est loin d’être assuré. Le même sondage indique que 61 % des personnes interrogées admettent "ne pas être du tout familières" avec le contenu du traité, 34 % disant l’être "plus ou moins". Et pour cause...

Une écrasante majorité d’Européens refuse l’entrée de la Turquie, laquelle est pourtant à la table des négociations d’adhésion à l’UE

Toute aussi révélatrice du fossé qui s’élargit entre les gouvernements autosatisfaits devant les caméras hier à Lisbonne et les peuples européens dont ils tirent leur légitimité, cette étude d’opinion sur l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne : son adhésion est rejetée par 71 % des Français et 66 % des Allemands.

Le président Nicolas Sarkozy a beau s’afficher triomphant au soir du sommet de Lisbonne, les Français comme la plupart des peuples européens ne semblent pas très en phase avec lui sur les limites orientales à donner l’Europe, ni très heureux d’apprendre qu’on évitera soigneusement de leur (re)demander leur avis sur cette "usine à gaz" juridique dont tout le monde a bien compris qu’il passait le "non" français par pertes et profits.

CB

*Pour réaliser son sondage, Harris Interactive a interrogé 1 025 Britanniques, 1 014 Allemands, 1 012 Français, 1 090 Italiens et 1 010 Espagnols via internet entre le 31 mai et le 12 juin


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

142 réactions à cet article    


  • Christophe Beaudouin Christophe BEAUDOUIN 23 octobre 2007 11:29

    Corrigendum ! Les résultats du sondage Harris Interactive d’octobre 2007 sont justes mais j’ai indiqué les références d’un précédent sondage du même institut sur le même thème, qui donnait d’ailleurs à peu près les mêmes résultats. Voici les références correctes du sondage cité ici : *Harris a interrogé 5.604 personnes entre le 3 et le 15 octobre sur Internet, parmi lesquelles 1.126 Allemands, 1.138 Britanniques, 1.090 Espagnols, 1.128 Italiens et 1.122 Français. Mes excuses pour cette erreur.


    • Ingrid du Midi 23 octobre 2007 12:37

      Je ne pense pas qu’il faille croire aux sondages. Mais, en l’occurrence, il paraît évident que la grande majorité des Français veulent être consultés sur un projet de Constitution européenne auquel ils ont déjà dit non.

      D’autant plus que cette fois-ci, c’est l’abandon effectif de la souveraineté française pour « construire » une grande puissance impérialiste « USA-bis », à nos frais et avec une très lourde facture financière, sociale et humaine.

      Si cette Constitution passe, nous deviendrons les vassaux d’une Europe pleine de monarchies, les payeurs malgré nous d’une machine militaire, éventuellement ses soldats, et les alliés de la machine militaire US dans les guerres de domination du monde.

      Plus le dumping social, le nivellement par le bas des salaires et des standards sociaux, etc...

      Lire notamment :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

      Sarkozy, Bush, médias, lobbying... et ce qu’on nous prépare (1)

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235

      Nicolas Sarkozy, capitalisme de choc et alliance impérialiste Europe-USA

      et, sur l’Europe militaire :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=118

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=148

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=182


    • malqp 24 octobre 2007 02:37

      comme si la democratie s’arretait aprés l’election de sarkozsy...


    • dasnet dasnet 24 octobre 2007 12:03

      Tout a fait d’accord Ingrid, avec l’article très bien écrit et avec votre comment.

      On ne parle jamais de Mafia en France, mais il semble pourtant que cela existe chez nous et depuis longtemps. Or cette structure qui est anti-démocratique et fantome par nature est aussi très impliquée dans les fonctionnements obscures des politiques locales, et pas que dans le Sud... (dans quelle région n’y a-t’il pas des entreprises « leaders » qui raflent la majotité des gros appels d’offres publics ? des accointances entre élus et affaires ?)

      Après toutes les affaires remisées dans leurs tiroirs et de tous les juges remisés aux placards, des médias qui s’autocensurent et des machines à voter de dernière minute, Nous pouvons constater un fonctionnement bien obscure de ce système. On peut même se demander « mais comment cela fonctionne t-il réellement ? »

      Sarkozy est en train de protéger son parrain Pasqua, peut-etre vont ils condamner un peu le fils pasqua pour délester les soupçons, mais l’essentiel est que les interets du clan ne soit pas remis en cause. Voir ce post sur le forum de France3 http://forums.france3.fr/france3/france3jt/pasqua-sarkozy-politique-sujet_1332_1.htm

      Maintenant ils vont s’assurer de rendre leurs sombres projets possibles au niveau européen, et pour ça ils n’ont pas besoin des électeurs !


    • ZEN ZEN 23 octobre 2007 11:32

      Je dirai non à cette « usine à gaz »,ce bricolage-camouflage institutionnel qui ne change rien d’essentiel au précédent traité...Mais je crains de ne pouvoir m’exprimer.


      • Alpo47 Alpo47 23 octobre 2007 12:06

        Un sondage en cours dans « 20 minutes », donne sensiblement le même pourcentage.

        Pour ma part, je reprends les termes de Chevènement et de quelques autres, il s’agit d’un « coup d’Etat », effectué en douceur, dans l’indifférence générale et avec la complicité de nos élus ...

        J’ajoute que c’est extrêmement grave, puisque ce processus va consister à confisquer le pouvoir aux élus, donc au peuple, pour le confier aux fonctionnaires de Bruxelles (ce qui est déjà très largement le cas)...

        Qui sait que le parlement Européen n’a plus qu’un rôle consultatif ? A titre d’exemple, ces dernières semaines, le parlement s’est opposé à une modification du taux maximum d’OGM dans les produits Bio, les fonctionnaires de Barroso se sont « assis dessus » ... Résultat ? Désormais, les produits étiquetés « Bio » peuvent contenir des OGM (0,9%, je crois)


        • LE CHAT LE CHAT 23 octobre 2007 12:07

          Vu qu’il y a 55% de moutons noirs en france , avant Sarko ça sera méé mééé mééé pas de mais ! smiley


          • bernard29 candidat 007 23 octobre 2007 12:19

            Tout a fait d’accord avec vous.

            Mais comment faire respecter le principe du parallélisme des formes. ( toute décision ne peut être annulée que par une procédure similaire à celle qui a présidé à son adoption). Et donc dans le cas qui nous préoccupe, obtenir un nouveau référendum.

            Une personne pseudo « les veyssières » a recencé les pétitions pour une telle revendication ( voir ; http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=2716#p2716)

            http://referendumeurope2007.free.frhttp://www.gaullisme.fr/breve070907a.htmhttp://www.debout-la-republique.fr/legi ... ons-d.html • http://www.debout-la-republique.fr/http://dlr76.blogspot.com/http://x09.eu/splash/http://x09.eu/fr/https://www.europeanreferendum.eu/http://agitlog.zeblog.com/229366-pour-u ... -europeen/ • http://paris.indymedia.org/article.php3 ... ;id_mot=40 • http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=53821http://www.20minutes.fr/article/188786/ ... rendum.php • http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1484http://didier-hacquart.over-blog.com/ar ... 994-6.html • http://www.altermonde-sans-frontiere.co ... rticle2423 • http://upf-rsi.activebb.net/l-europe-f9 ... e-t226.htm • http://www.lepeupleadejaditnon.com/http://republique.blogspirit.com/archiv ... e-eur.html • http://e-deo.net/?p=167http://www.traite-simplifie.org/Que-faire.htmhttp://www.pmcouteaux.org/. • http://www.mesopinions.com/Un-million-d ... 84b6a.html • http://europe-federale.asso.fr/Resoutio ... REFERENDUM

            Mais en France les pétitions n’ont aucune conséquence juridiques contraignantes. Et en plus il faudrait les mettre en commun, pour qu’elles aient un poids significatif.

            Au niveau européen, une pétititon de 1 million de signatures est je crois valable et entraîne une prise en compte par le parlement européen. Enfin, c’est que ce disaient les partisans du Oui au moment du débat sur le TCE.

            Mais il faudrait avoir une pétition consensuelle et unique pour atteindre ce chiffre, et sur un point précis. « nécessité d’un référendum européen pour tout traité relatif aux institutions européennes » .

            Qui pourrait mener une telle pétition ?


            • Christophe Christophe 23 octobre 2007 12:25

              Nous sommes confrontés à la vision démocratique de l’Union ; à savoir qu’il suffit qu’elle revendique le fait d’être démocratique pour que beaucoup le perçoivent comme tel.

              La culture mercantiliste nous apprend que les slogans et les discours sont les éléments déterminants des définitions dont nous nous affublons. Cela était impossible à l’époque du bloc de l’Est puisque cela aurait légitimé des pays comme la RDA qui n’était pas une République et dont les principes de fonctionnement n’étaient nullement démocratiques.

              L’Union se construit de la sorte. De grands discours, des grands termes, de grandes valeurs qui sont systématiquement baffoués dans les actes. Les citoyens européens ne sont plus que des sujets européens ; ce qui n’implique aucunement la notion de citoyenneté !


              • Alpo47 Alpo47 23 octobre 2007 13:55

                L’UE, c’est « LA DEMOCRATIE CONFISQUEE ».

                Les principaux arguments en faveur de cette Europe sont émotionnels (Liberté de circulation, fraternité, libres échanges,...etc...). Tous ces mots, qui sont souvent des valeurs, provoquent des émotions, lesquelles vont rendre la personne plus réceptive et malléable, et permettre de l’inciter à passer à l’action. Manipulation !

                Car, de tout temps, c’est ainsi qu’on manipule les foules.

                Mais, pas de souci, on continuera de nous demander de mettre un bout de papier dans une urne, afin d’élire des représentants qui perdent peu à peu tous leurs pouvoirs.

                Sarkozy et ses « mentors » savent très bien que les Français sont toujours hostiles à l’europe, de même les néerlandais et encore plus les Britanniques et surement d’autres à qui on ne demande pas leur avis.

                Alors que faire ? Simple, on passe en force, sans leur demander leur avis.

                La fin justifie les moyens pour les lobbies qui gouvernent désormais l’europe (tout comme les USA).


              • Falkland 23 octobre 2007 12:28

                on s’est fait un peu avoir sur ce coup là non ?


                • Christophe Christophe 23 octobre 2007 12:39

                  @Fakland,

                  Peut-être est-ce se faire avoir, mais c’est surtout l’interprétation faite du vote de la présidentielle.

                  En effet, lorsque vous écoutez F. Fillon, il exprime clairement que les 53% de votes favorables au président représentent 53% de votes favorables à chaque point du programme ; ce qui politiquement est une hérésie.

                  Lorsque le vote a lieu, il me semble que les citoyens se positionnent pour un ensemble équilibré de toutes les mesures mais nullement favorablement pour chacune. Cette façon d’interpréter le vote m’interpelle beaucoup d’un point de vue démocratique !

                  Il existe sans aucun doute des citoyens ayant voté pour notre président actuel qui sont opposés à la démarche menée actuellement (DLR étant un exemple flagrant).

                  Je ne pense pas que cela soit une position démocratiquement défendable ; que l’on ait voté oui ou non au précédent Traité. C’est avant tout un problème démocratique ... ou plutôt la fin annoncée de la démocratie en Europe ou quand les citoyens d’Europe n’ont plus droit de citer.


                • Sigefroid 23 octobre 2007 13:04

                  Avec tout le « machin » on se fait avoir sur TOUS les coups !! L’Europe contre les Européens quoi !! Derrière, la mainmise de l’OCDE, des multinationales qui rédigent souvent elles-mêmes les directives de la Commission et des eurocrates dignes de la valetaille qui sautillait à Versailles autour de Louis XIV.. nous vivons de plus en plus en plein Ancien Régime ... mais , démocratie oblige !!, on nous fait voter pour en fait mieux confisquer encore l’opinion publique car tous les élus suivent doigt sur la couture le Diktat de Bruxelles ... A quoi servent encore les coûteux Parlements ? A valider des décisions non démocratiques du Diktat bruxellois pour les rendre démocratiquement « propres » ! Du blanchiment politique, quoi !! Celui qui arrivera à faire un Parti des chômeurs, national d’abord et européen ensuite, prendre tous les pouvoirs ! A essayer mais bonne chance ... il faut au moins supprimer la TV et fermer Auchan pendant 6 mois pour réaliser un nettoyage mental et une prise de conscience politique ! Et ça !


                • dasnet dasnet 24 octobre 2007 12:11

                  Bravo pour ce commentaire Sige froid


                • hgo04 hgo04 27 octobre 2007 15:36

                  C’est vrai, je me souviens de mitterand quand il a dit que si les français avaient voté pour lui, c’est qu’ils étaient tous contre la peine de mort...


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 octobre 2007 12:53

                  Vous êtes touchant, Christophe. Vous croyiez vraiment qu’on allait nous demander notre avis pour cette resucée du TCE ? Alors qu’on a déjà dit non ? Ce serait trop risqué... D’autant qu’il ne faut contrarier le gentil Sarkozy : c’est une promesse à lui, il faut suivre son planning d’agitation à lui, même si les gens ne le suivent pas sur ce point, ils n’avaient qu’à pas l’élire, enfin quoi.

                  Voilà la politique moderne : le peuple n’est pas d’accord, alors on nomme quelqu’un qui signe pour le peuple, et comme ça on signe ce qui ne passait pas. Ah, la politique sans demander leur avis aux gens, c’est tellement plus commode.


                  • tvargentine.com lerma 23 octobre 2007 13:04

                    Nicolas Sarkozy ne peut pas ignorer que les français savent comprendre tous et qu’ils ne sont pas des imbéciles et nous pouvons espérer qu’il aura le courage politique de consulter les français dans les urnes sur ce nouveau traité


                    • T.REX T.REX 23 octobre 2007 13:27

                      Non ! Lerma ou Ierma je ne sais ?

                      Il n’a pas le courage d’interroger les Français car il connait déjà leur réponse et ne veut pas se faire désavouer.

                      C’est anti-démocratique, il croit savoir mieux que nous ce qui est bon pour la France et donc, quelque part, nous prend pour des demeurés.


                    • Anto 23 octobre 2007 14:37

                      en plus sarko pense deja a la campagne de reelection. Donc il vaut mieux que ce genre de camouflet passe en debut de mandat, histoire que lerma ait le temps d’oublier qu’il s’est fait enfler d’ici la prochaine presidentielle.


                    • Nemo 23 octobre 2007 16:16

                      A tous !

                      Ce post est à marquer d’une pierre blanche !

                      LERMA VIENT DE MARQUER SON DESACCORD AVEC UNE DECISION POLITIQUE DE NICOLAS SARKOZY !

                      Je crois qu’aujourd’hui, de ce point de vue, est un jour historique !


                    • LE CHAT LE CHAT 23 octobre 2007 16:49

                      @NEMO

                      il reste plus que frédéric Lyon à desintoxiquer ! smiley


                    • jg17 23 octobre 2007 18:09

                      la est justement le problème.Si il y a une rébellion citoyenne,il ne pourras pas l’ignorer,dans le cas inverse...


                    • dasnet dasnet 24 octobre 2007 12:16

                      T rex, tu rigoles ? Tu crois vraiment que Sarko fait cela pour la France ? Tu cois vraiment en ses vertus d’homme politique ? pourtant une Nation n’est rien sans son peuple, et il semble bien l’ignorer ce peuple. Moi ce mec m’inspire tout sauf l’integrité !


                    • Hakim I. 23 octobre 2007 13:44

                      Bonjour,

                      « Mini traité », « Traité simplifié », etc, ne sont que des termes ici purement marketing (comme sa campagne éléctorale d’ailleurs). Les mots « mini » et « simplifié » suggèrent que ce traité serait aisément lisible par toute personne, du coup l’élécteur moyen se dira que puisqu’il est simplifié, il sera très difficilement possible pour le gouvernement de léser la population. Combien vous pariez que ce traité ne sera envoyé à personne ?

                      Sarkozy n’a pas vraiment menti, il utilise des techniques d’avocats pour nous faire des promesses vagues, interprétables et non claires (comme les lois). 53% des Francais ont voté pour un « Mini » traité ? Eh bien ils l’ont eu, c’est bien comme cela qu’il s’appelle non ?

                      Une petite chose qu’il faudrait néammoins ne pas oublier, c’est qu’il est prévu de créer un poste de « Président de l’Union » choisi par les pays membres avec un mandat de 5 ans. Je ne sais pas pour vous tous, mais j’ai l’impression que la présidence de la république Francaise n’est qu’une étape dans l’ambition personnelle de Pinnochio...

                      Il serait même capable de créer une union mondiale juste pour en être le président. A propos, il a bien dans ses cartons un projet d’« union méditerrannéènne » non ? smiley


                      • hgo04 hgo04 27 octobre 2007 15:41

                        Lol, présenté avec humour, mais c’est la réalité.. Il y aura un président de l’U.E, comme aux usa, et notre président deviendra un gouverneur de l’état français... et ensuite ??


                      • Emmanuel 23 octobre 2007 14:19

                        « 76 % des Allemands, 75 % des Britanniques, 72 % des Italiens, 65% des Espagnols et 63 % des Français souhaitent un référendum sur le traité remplaçant la Constitution européenne. »

                        Sauf que les gouvernements n’en ont rien à foutre.

                        La démocratie part clairement en sucette, et se rapproche de plus en plus d’un régime à la chinoise : libertés économiques de plus en plus grandes, libertés individuelles de plus en plus réduites.

                        Et la gauche bien pensante s’en tamponne : il suffit d’avoir observé comment les CRS ont évacué à grands coups de bottes les personnes susceptibles de poser des questions dérangeantes lors du forum politique de Libé, à Grenoble. (cf. « le plan B » actuellement en kiosque)


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 octobre 2007 14:28

                          Il est plaisant de constater que vous avez appelé, ainsi que votre dirigeant P de Villiers, à voter NS au deuxième tour des présidentielles tout en sachant que celui-ci refusait tout nouveau référendum sur un traité simplifié reprenant l’essentiel du TCE (qu’il avait approuvé) contre SR qui, elle, voulait un nouveau texte ratifié par un nouveau référendum.

                          Si je vous comprends bien, les français, selon vous, souhaitent ce référendum tout en sachant qu’ils ne l’auront pas selon la promesse de NS qu’ils ont élu majoritairement.

                          Comme quoi il y a une grande différence entre vouloir réellement et souhaiter...la lune.

                          Qui se moque de qui ?


                          • Christophe Beaudouin Christophe BEAUDOUIN 23 octobre 2007 14:53

                            Cher Sylvain, vous auriez donc voulu, que bien qu’opposants aux socialistes mais en puristes absolus du référendum, nous appelions à voter Ségolène Royal parce qu’elle promettait, elle, un référendum, contrairement à son concurrent ? Lisez son entretien donné à Libération aujourd’hui. Ségolène Royal déclare aujourd’hui que « même imparfait », ce traité « peut remettre l’Europe en marche ». Et boum ! Pire, sur le référendum, voici comment elle essaye de se dépêtrer : « Nous n’avons pas de temps à perdre à nous diviser », et elle refuse de faire du référendum une « question de principe » en demandant aux socialistes de passer le plus vite possible à « l’étape suivante » d’un traité social européen. (Cf http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-32917129@7-354,0.html)CQFD.


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 octobre 2007 15:41

                            SR ne fait que tirer la leçon de la victoire de NS sur ce point et de l’état de division du PS qui est aussi (et à mon avis surtout -et cela depuis le référendum de 2005-) responsable de sa défaite. En cela elle est réaliste.

                            Je rappelle qu’elle approuvait le TCE et donc que son approbation du traité simplifié qui reprend, comme vous le dites, l’essentiel du TCE n’est en rien contradictoire avec sa position antérieure. Elle s’incline simplement devant le choix des français en faveur de le position de NS (contre un nouveau référendum), ce qui n’est pas, semble-t-il, votre cas : vous avez appelé à voter pour NS alors mêmes que vous considérez que la question européenne est centrale et engage toute la politique de la France.

                            Quant à la question de la Turquie, je n’ai jamais cru une seconde à l’oukase de NS dès lors qu’il voulait le TCE sous la forme d’un traité simplifié : ce qui veut dire renoncer à une totale souveraineté sur ce point, comme sur d’autres...

                            La cohérence de NS ou de SR n’est pas en cause dans cette affaire, mais celle de qui a soutenu NS tout en sachant qu’il allait à l’encontre de ses positions sur l’Europe.


                          • Christophe Beaudouin Christophe BEAUDOUIN 23 octobre 2007 16:08

                            Nous avons déjà eu cet échange ailleurs et je vous réponds ce que je vous ai déjà dit : au premier tour, on choisit, au second tour on élimine. C’est ce que nous avons fait. Et nous ne sommes pas responsables si le second tour a opposé deux partisans du « oui », l’enjeu européen ayant été soigneusement écarté de cette élection présidentielle. Seriez-vous en train de dire (comme J.Delors en 1992 qui conseilla en grand démocrate, aux partisans du « non » à Maastricht de... « changer de métier » !) aux opposants au Traité de Lisbonne que leur position est immorale et qu’ils doivent la fermer ?


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 octobre 2007 19:25

                            Je n’ai heureusement pas ce pouvoir, mais je garde celui de critiquer tout discours qui me paraît en contradiction avec la pratique qu’il est censé éclairer, sinon justifier.

                            Vous avez contribué à éliminer la candidate qui répondait à votre voeux de reconsulter les français sur un point qui fait l’essentiel de votre position politique, à savoir le souverainisme « populaire ». Que SR était favorable au oui n’est pas le sujet, car c’est la question du référendum que vous soulevez. À confondre les deux vous risquez de vous mettrez dans la situation absurde de réserver la pratique du référendum aux seuls partisans du non...


                          • Pinpin 23 octobre 2007 14:48

                            Pour une fois (et c’est bien rare), je donnerai un peu raison à notre président bien-aimé. Cette ratification reste démocratique et un référendum serait trop dangeureux.

                            Les élus des 27 états membres se sont mis d’accord sur un traité. Espérons qu’ils agissent pour le bien de leur concitoyen. Etant donné qu’il y a des gouvernements de droite comme de gauche, on peut esperer qu’il n’en découle que des conséquences bénéfiques d’une politique équilibrée pour l’ensemble.

                            Il y a urgence à rénover l’organisation des organes européens, à l’heure de la mondialisation, face à la puissance des grands blocs, tels ces belliqueux expensionnistes Etats-Unis, et devant le constat de l’inefficacité actuelle des infrastructure organisationnelles pachidermesques et inertielles. Or les pays européens individuellemnt n’ont que peu de poids sur la scène internationale, seuls unis ils sauront porter notre voix, défendre notre cause et améliorer nos conditions de vie dans un développement durable.

                            Enfin, un referendum en France aboutirait certainement sur un non, en opposition pour beaucoup au fait que Sarkozy soit l’initiateur de ce projet, par anti-sarkozysme primaire ; car il est plus agréable de dire non que de dire oui ; car encore moins de monde ira lire ces 2800 pages de traités ; car les précédents tenant du non majoritaires voulant légitimer leur intelligence citoyenne n’accepteont pas de changer d’avis de peur d’être considéré soit comme des arrivistes, soit comme des idiots de ne pas avoir voter oui la 1ère fois et oui la 2nde fois ; car statistiquement le non l’emporte très souvent lors des referendum.

                            Nos pays qui s’organisent, faut pas y voir que du noir, ni la marque de BigBrother.


                            • Internaute Internaute 23 octobre 2007 15:29

                              Sakozy fait ce qu’il a dit. Je suis résolument contre mais il faut quand-même lui reconnaître l’honnêteté de sa position.

                              Dans cette histoire européenne il y a quand même quelque-chose de troublant. La majorité des peuples européens veulent un référendum sur la constitution, la majorité aussi en a assez des mesures immigrationistes prises par l’UE et la majorité n’a pas envie d’intégrer la Turquie.

                              Pourquoi donc, sur des questions aussi fondamentales, l’ensemble des présidents sans exception se mettent-ils au diapason sur le dos de leurs citoyens ? Le seul qui ait réussi à freiner un petit peu est Tony Blair qui a eu la sagesse de refuser le carcan des droits de l’homme.

                              Il semble qu’il y ait une force supra-européenne qui pousse irrésistiblement nos présidents à prendre des décisions sans tenir compte en aucune manière de ce que souhaite la majorité des gens, uniquement sous l’excuse ô combien fragile d’avoir gagné les élections. Une élection n’est jamais un chèque en blanc et ne dispense pas du respect des électeurs. D’autant plus qu’on n’est pas entrain de parler de la hauteur réglementaire des flammes des briquets mais de mesures qui ont un impact substantiel sur notre survie en tant que peuples européens.


                              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 octobre 2007 15:49

                                Il faut aussi remarquer que la majorité dans tous les pays sauf en Angleterre et encore votent massivement pour ceux qui sont favorables à l’union européenne et non pour les souverainistes ; même en Pologne !

                                Les sondages sont une chose et les élections une autre ! Un souhait négatif est une chose une volonté positive une autre.

                                La démocratie est compliquée, mais c’est cette complexité qui en fait le pire des régimes à l’exception de tous les autres.


                              • Christophe Beaudouin Christophe BEAUDOUIN 23 octobre 2007 16:13

                                A Sylvain. Quel rapport avec le précédent commentaire ? Vous célébrez la « démocratie » mais vous êtes contre le référendum, c’est bien ça ?


                              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 23 octobre 2007 19:40

                                Je ne suis pas contre tout référendum mais pas non plus partisan de la seule démocratie directe (en particulier en matière de traité diplomatique), en l’occurrence j’étais même plutôt partisan d’un nouveau réferendum étant donné la situation créée par le premier (équivalence des niveaux de décisions). Je constate seulement que les français, en partie grâce à vous, en ont décidé autrement...Et qu’il n’est plus temps de vous en plaindre.

                                Je pense aussi

                                1) Que le premier référendum n’impliquait en rien une position politique cohérente et réaliste et d’alternative positive chez les opposants du TCE.

                                2) Que ceux-ci n’ont politiquement rien fait de leur éphémère victoire et que les électeurs ont sanctionné par leur vote cette impuissance en confiant à NS le soin de sortir le pays d’une situation intenable.

                                3) Que l’électorat de 2007 n’est pas celui de 2005

                                4) Que L’électorat peut changer d’avis sans vouloir le dire, alors que, selon moi, il aurait mieux valu qu’il soit inciter à le dire, sauf qu’il s’est débarrassé en 2007 de l’embarrassante question sur le parlement en votant pour NS.

                                Je n’y puis rien et vous pas grand chose...


                              • stradiuvarius 23 octobre 2007 22:11

                                Reboul a dit :

                                1/ « Que le premier référendum n’impliquait en rien une position politique cohérente et réaliste et d’alternative positive chez les opposants du TCE. »

                                - Ce n’était pas son but premier, ni son projet, ni d’ailleurs de faire émerger chez les courageux opposants au TCE (dont je suis) l’impérieuse nécessité d’une alternative. Les Français ont répondu à 53 % Non , les Néerlandais à 60 % , et force est de constater que ce sont bien les démocrates chagrins dont vous êtes, qui en ont fait à posteriori un objet politico politicien rabaissant lamentablement le débat aux sempiternelles querelles stériles gauche/droite Françaises. Que dire des Néerlandais ? Que dire des Britanniques, des Danois qui n’ont pas même eu l’occasion de s’exprimer dans cette mascarade démocratique qu’est censée représenter l’UE et ses institutions ?

                                2/ Que ceux-ci n’ont politiquement rien fait de leur éphémère victoire et que les électeurs ont sanctionné par leur vote cette impuissance en confiant à NS le soin de sortir le pays d’une situation intenable.

                                -  Mais Mr Reboul , ce n’était pas aux citoyens qui ont voté NON à faire « quelque chose » de leur victoire, c’était à Bruxelles et à Paris d’en tirer DEMOCRATIQUEMENT les conclusions. Sous les mêmes hospices fascistes , l’on pourrait réévaluer l’issu du scrutin présidentiel de 2007 en France, et la légitimité de Mr Sarkozy, puisque votre candidate de cœur n’a pas réussi à atteindre le but escompté, voir trouver des moyens, quand bien même hors du champs de la légalité, pour en infirmer le résultat.

                                3/ Que l’électorat de 2007 n’est pas celui de 2005

                                Les Français ne se sont pas désavoués. Ils ont juste répondu NON à une constitution en 2005 qui inféodait leur pays et par extension des vassaux Américains tels que l’Allemagne championne toute catégorie , la Tchéquie, la Pologne, la Hongrie au Diktat du Dow Jones .

                                Et en 2007, ils ont élu leur président.

                                4) Que L’électorat peut changer d’avis sans vouloir le dire, alors que, selon moi, il aurait mieux valu qu’il soit inciter à le dire, sauf qu’il s’est débarrassé en 2007 de l’embarrassante question sur le parlement en votant pour NS.

                                Phrase qui ne veut rien dire : « Que L’électorat peut changer d’avis sans vouloir le dire » !!! Le décodeur ?


                              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 24 octobre 2007 08:55

                                Sans vouloir le dire clairement en confiant à NS le soin de faire passer le TCE, sous forme de traité dit simplifié, par le parlement et non par un nouveau référendum ; les électeurs qui ne sont pas nécessairement les mêmes au vue de la différence de date et du taux de participation, ont voulu désavouer le premier réfrendum sans se désavouer complètement.

                                Ce n’est pas très responsable, mais c’est humain. Quant à savoir si les électeurs se sont conduits de manière responsable en votant, de Le Pen à Besancenot pour le NON, en 2005 sans avoir aucune alternative (plan B) cohérente à leur disposition je vous laisse libre de votre jugement.

                                Selon moi la responsabilité implique au minimum une idée des conséquences positives des choix que nous effectuons.


                              • Mescalina Mescalina 23 octobre 2007 15:49

                                Et bien, que de commentaires réactionnaires, protectionnistes et j’en passe... Je serai curieux de savoir, sur le bon paquet qui a voté non ici, qui a pris ne serait ce que 5 minutes pour découvrir la constitution morte née, avant d’aller se faire lobotomiser en AG, par le 20h de TF1 / FR2, pui sde déposer un beau et fier NON dans l’urne ?

                                Je sai sbien qu’il est « moderne » de vous demander à vous, citoyens lambda, qui que vous soyez, de donner votre « opinion » sur tout et n’importe quoi, mais ce n’est pas parceque Agoravox vou sen donne la possibilité que cela doit vous parraître comme un droit acquis !!!! C’est quand même incroyable cette façon pédante d’affirmer pouvoir donner un avis QUI COMPTE sur tout et n’importe quoi, et surtout sur un sujet aussi sensible et, sans vous offencer, qui vous dépasse tous sans exceptions à 90%.

                                Nou savons des élus, ils sont la pour traiter ce genre de question institutionnelle. Pour rappel et sans jugement, Sarkozy n’est pas le seul à avoir travaillé sur ce mini traité, et loin de la d’ailleurs.

                                Alors donnons l’occasions à vous, à nos chers campagnards (que j’estime au demeurant)d’étaller leur belle argumentation protectionniste, peureuse et surtout INCOMPETENTE se déverser de nouveau sur nos écrans, et les débats de seconde zone genre « antilibéralisme, Maastricht, grand patronat » etc, pour féter un deuxième non qui sonnera la fin de l’Europe pour laquelle nos ancètres se sont tant battus. Elle sera belle et forte après, notre France !!!

                                Allez, retournons au Franc, c’était mieux avant...


                                • Alpo47 Alpo47 23 octobre 2007 15:56

                                  Autrement dit, et si je vous lis bien, chère Mescalina, vous êtes en train de dire à tout le monde : « Vous êtes trop co.., fermez vos gueu..s ? »

                                  Exprimé en d’autres termes, c’est bien ça ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès