Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > 8 mai ou 9 mai ? France ou Europe ?

8 mai ou 9 mai ? France ou Europe ?


Cette année, comme depuis 1951, les Français célébreront le 8 mai, en référence à l’armistice qui signa la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

Qu’il soit de nature religieuse ou historique, on a trop tendance à se réjouir d’un jour férié en oubliant toute sa symbolique et/ou son origine. Que signifie le 8 mai 1945 ? La commémoration de la paix suite à la plus grande barbarie européenne ? La victoire du gentil Français sur le méchant Allemand ? La première option semble évidente. C’est pourtant bien la deuxième qui s’impose si l’on jette un oeil outre-Rhin où cette date est inconnue au bataillon. Mais où elle a, en revanche, cédé la place à un mea culpa latent et profond depuis plus de 60 ans. La France ayant préféré, à juste titre à l’époque, oublier cette sombre période avec cependant un post-it de rappel annuel dans son calendrier.

La fête est finie !

60 ans plus tard, que reste-t-il à fêter ? Une France qui croit avoir gagné - gagné quoi d’ailleurs ? Une France qui « n’a pas commis de génocide ni inventé la solution finale » comme l’a clamé haut et fort le nouveau président Sarkozy durant toute sa campagne électorale ?

On construit l’avenir sur son Histoire, y compris sur ses pages sombres. Mais à l’instar de la réunification allemande fêtée outre-Rhin, ne devrait-on pas fêter également en France des symboles de construction, de réunion, plutôt que des symboles guerriers qui, de toute façon gravés dans notre conscience collective, ne reflètent plus aujourd’hui qu’un fond de rancoeur avérée ou non, en l’occurrence à l’égard de l’Allemagne.

La question mérite enfin d’être (re)posée : faut-il supprimer le 8 mai comme jour férié ? Valéry Giscard d’Estaing, président de la République française entre 1974 et 1981, fut le seul à le faire en 1975, par souci de réconcilier les deux ennemis d’hier. Le jour redeviendra férié en 1981 avec l’entrée en fonction de François Mitterrand…

Travailler un jour de plus ?

« Supprimer un jour de congé, hors de question ! » Certains bondiront à cette évocation, votre serviteur y compris. Pourquoi pas alors le remplacer ? Les dates de remplacement ne manquent pas. Qui sait que le 9 mai est la fête de l’Europe ?

Les Français l’ont prouvé lors du débat autour du Traité constitutionnel européen, ils s’intéressent à l’Europe. Si seulement leurs dirigeants daignaient en parler avec pédagogie et non démagogie. Qui aura remarqué le cinquantenaire du traité de Rome cette année ? Alors même que l’Europe génère la plupart des lois qui dirigent notre quotidien. Cette Europe justement rêvée à haute voix par un certain Robert Schuman, le 9 mai 1950, où le père de l’Europe appela les nations d’Europe à surmonter les haines du passé pour mettre en commun leur bien le plus précieux de l’époque : le charbon. Ce qui allait amener à la création de la Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA).

Une évolution logique

Après les 50 ans du traité de Rome, en 2007, après un 60e anniversaire du débarquement allié célébré en 2004 en présence du Chancelier allemand Gerhard Schröder, le nouveau président Sarkozy, grand Européen autoproclamé, s’excuserait de la plus belle des manières pour ses dérapages verbaux de campagne à l’égard de l’Allemagne et lancerait un signal européen fort à quelques mois de la présidence française du Conseil européen en décidant de remplacer ce triste 8 mai par un 9 mai synonyme d’espoir pour nos grands-parents et d’avenir pour nos enfants ?

62 ans après ce deuxième armistice, l’heure n’est plus à la rancune ou à la stigmatisation. Ensemble, France et Allemagne se sont détruites pendant des années. Ensemble, elles se sont reconstruites ces 50 dernières années. Ensemble, elles se réinventent chaque jour en même temps que l’Europe. Qui réinventera le calendrier français ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2008 10:49

    il s’est passé plein de choses le 9 mai

    chacun peut y trouver quelque chose .....


    • Gazi BORAT 6 mai 2008 13:06

      Chacun pourrait y trouver quelque chose..

      Nicolas Sarkozy pourrait ainsi voir célébrés :

      • L’avènement du prince Rainier de Monaco (Un état-modèle en matière de Bling-Bling)
      • La publication de l’oeuvre phare de L.R. Hubbard (le maitre à penser de son ami Tom Cruise)
      • L’ouverture du Schtroumpf Park (il adore draguer dans ce type d’endroits)..

      gAZi bORAt


    • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2008 14:53

       sacré gazi !


    • 5A3N5D 6 mai 2008 11:56

      Je ne suis pas sûr que le choix de la date du 9 mai soit une bonne idée : c’est la commémoration de la victoire sur l’Allemagne nazie dans les pays de l’Est.

      Et quand on sait le prix qu’on payé les soviétiques par rapport aux alliés occidentaux, ce choix pourrait être critiqué.

       


      • Gazi BORAT 6 mai 2008 13:01

        @5a3n5D

        "quand on sait le prix qu’on payé les soviétiques par rapport aux alliés occidentaux, ce choix pourrait être critiqué"

         ?????

        • S’agit-il ici d’un rappel de nombres de pertes humaines subies par les Russes, beaucoup plus lourde que celles subies par les Occidentaux ?
        • S’agit-il ici du maintien du régime stalinien plusieurs années après le conflit ?

        Cette questions des bilans tirés du deuxième conflit mondial est passionnante : en Allemagne sont ainsi comptabilisées dans la catégorie "pertes allemandes civiles" du fait de la deuxième guerre mondiale aussi bien les victimes de bombardements alliés que celles du système concentrationnaire..

        Pourquoi vouloir à tout prix supprimer ou remplacer cette commémoration du 8 mai ? Le caractère symbolique de cette date n’est-il pas plus fort et plus universel que certaines f^tes religieuses dont bien peu de gens aujourd’hui sont capables d’expliquer l’origine..

        gAZi bORAt


      • 5A3N5D 6 mai 2008 16:31

        @ Gazy Borat,

        S’agit-il ici d’un rappel de nombres de pertes humaines subies par les Russes, beaucoup plus lourde que celles subies par les Occidentaux ?

        Mes plus plates excuses : je parlais effectivement des pertes humaines (civils et militaires confondus) de la 2nde Guerre Mondiale, en URSS, encore mal connues à l’heure actuelle. Au moins 20 millions de morts, peut-être davantage. 


      • Gazi BORAT 6 mai 2008 16:56

        @3a5n5d

        Inutile de vous excuser.. Ce post n’avait pas pour but de vous prendre en défaut mais de faire apparaitre les interprétations multiples auxquels se livrent tous les pays impliqués dans ce conflit à propos du bilan que l’on peut en tirer.

        C’est donc à moi de vous présenter mes excuses..

        gAZi bORAt


      • claude claude 6 mai 2008 14:21

        bonjour,

        plus que la victoire de la gentille france sur la méchante allemagne,

        c’est l’abandon des armes pour dominer les autres peuples, le début de la construction européenne et surtout cela fait plus de 60 ans que nous vivons en paix sur le sol européen.

        on peut aussi célébrer la naissance d’henri dunand,de keith jarrett ou de l’immense charles dullin...


        • Chtiboom 6 mai 2008 16:18

          Le remplacement de la fête du 8 mai par le 9 serait doublement une bonne chose : D’une part cela permettrait de fêter le premier jour de paix en Europe après l’armistice, et d’autre part cela permettrait de fêter la signature de l’accord sur la CECA 5 ans après.

          Vive l’Europe, et vive les Jeunes Européens !


          • Krokodilo Krokodilo 6 mai 2008 17:42

            Coucou ! Les dates des fêtes ne sont que des broutilles, même si les évènements en question étaient majeurs. Ne mettons pas la charrue avant les boeufs : quand nous aurons le sentiment d’être européens, dans une UE peuplée d’Européens, alors il sera temps de réfléchir à nos commémorations.



            "Yet apart from the debates of the European parliament, ignored by most European citizens, there is no public deliberative democracy, no equivalent of national political controversies, no mass, continent-wide conversation - or, in a more portentous jargon, European public sphere. Except about football - and more recently, Madeleine - the pan-European conversations are generally elite conversations. And the biggest single reason for this is quite simply that we speak and think in so many different languages. The heart of Europe’s democracy problem is not Brussels, it’s Babel."

             

            www.timothygartonash.com

             

            http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2007/oct/18/comment.politics
             


            • 5A3N5D 6 mai 2008 19:14

              @ crocodilo,

              "Yet apart from the debates of the European parliament, ignored by most European citizens, there is no public deliberative democracy, no equivalent of national political controversies, no mass, continent-wide conversation - or, in a more portentous jargon, European public sphere. Except about football - and more recently, Madeleine - the pan-European conversations are generally elite conversations. And the biggest single reason for this is quite simply that we speak and think in so many different languages. The heart of Europe’s democracy problem is not Brussels, it’s Babel."

              Vous, je vous soupçonne de vouloir nous proposer un remède à cette Tour de Babel !

              L’Esperento ? Humm ? Qu’en pensez-vous ?

              Je me permets de ne pas être d’accord avec ce texte. S’il existe un déficit de démocratie en Europe, c’est bien de la responsabilité des dirigeants de chaque pays, pas de la diversité des langues. Néanmoins, le multilinguisme européen est un phénomène qui peut poser problème.

              Je pense que, pour un américain "moyen", qui a l’habitude d’entendre baragouiner sa langue dans à peu près tous les pays du monde, ce qui le dispense de faire le moindre effort, cette situation peut apparaître surréaliste.


            • Krokodilo Krokodilo 7 mai 2008 15:33

              Je pense que l’article ne parlait pas seulement de démocratie parlementaire ou élective, mais de shère publique, d’opinion, de débat d’idée, aussi bien au café du commerce que dans les médias. Or, ce phénomène naturel dans un pays est fortement freiné par la barrière des langues, aussi bien entre les gens que par l’intemédiaire de la presse. Simple exemple : il est très difficile de se renseigner sur tel ou tel sujet qui concerne un pays étranger, simplement parce qu’on ne comprend pas leurs articles.


            • Daniel Roux Daniel R 6 mai 2008 20:13

              Vous ne le savez pas encore mais l’Europe Unie est morte. Certes elle remue encore et parade mais ce qui la rendait attrayante et formidable a disparu. Un grand corps froid qui n’intéresse plus personne.

              Comme dans une relation à deux, dès que l’estime, le respect ou l’admiration disparaissent le couple est mort. Bien sûr, nous allons faire semblant. Nous nous feront des risettes. Mais inéluctablement après les disputes, viendra l’indifférence et la haine. Nous nous égorgerons pour les petits cuillères en argent.

              Pour vous en convaincre, lisez l’histoire d’Airbus et d’EADS. Vous apprendrez comment les allemands, depuis longtemps, syphonnent la technologie puis les actifs puis le management des deux sociétés dont nous étions si fières. Je précise qu’à mon avis, les français sont les principaux responsables de ce fiasco. Ils n’ont pas compris ce qui se tramait outre-Rhin et maintenant le mal est fait.

              L’image pathétique du couple Merkel et Sarkozy est la parfaite illustration de se qui se passe. L’une méprisant ouvertement l’autre, et l’autre, qui voudrait tant que tout le monde l’aime comme il est, essayant par des pitreries lamentables, d’attirer un peu l’attention sur lui.

               

               


              • Céline Ertalif Céline Ertalif 6 mai 2008 21:32

                La seule date qui est susceptible de parler en positif à, à peu près, tous les européens, c’est le 9 novembre 1989 : la chute du mur de Berlin. Cela pourrait sans doute se substituer au 11 novembre 1918, après la mort du dernier poilu - d’origine italienne.

                Une bonne idée à pas cher pour la période de la présidence française de l’Europe.


                • Gazi BORAT 7 mai 2008 06:37

                  @ Celine

                  La fin de la RDA serait un évènement plus positif que celle du Troisième Reich ?

                  gAZi bORAt


                • Krokodilo Krokodilo 7 mai 2008 15:35

                  Et puis, au Taurillon, vous soutenez justement que la diversité des langues et des peuples est la richesse de l’UE. Pourquoi vouloir normaliser, harmoniser les fêtes de chaque pays ou région ? Qu’on ait une journée de l’Europe est bien suffisant, autant garder nos spécificités.


                  • galois 24 mai 2014 10:39
                    Je suis tout à fait d’accord avec cet article !

                    J’ai par ailleurs lancé la pétition publique : "Que le 9 mai devienne jour férié à la place du 8 mai". Voici le lien :

                    http://www.change.org/fr/pétitions/présidence-de-la-république-que-le-9-mai-devienne-jour-férié-à-la-place-du-8-mai


                    Buts :

                    1. Essentiellement pour remplacer la fête de « la Victoire » de 1945 par la fête de l’Europe encore et toujours à (re)construire. C’est le sens de l’appel de Schuman du 9 mai 1950. Ce sera un signe fort pour les nouvelles générations.

                    2. Accessoirement

                      pour que le « pont » du 8 mai, les années où il « tombe bien », ne répète pas celui du 1er mai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès