Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Aidons les Grecs à résister, car demain ce sera notre tour

Aidons les Grecs à résister, car demain ce sera notre tour

Tout le monde prend un malin plaisir à faire la morale à La Grèce, et à Alexis Tsipras en particulier. Les grands de ce monde ont enfin trouvé un ennemi commun, un bouc-émissaire, un punching-ball pour de défouler, et surtout pour reporter leur incompétence sur un homme qui n’est seulement au pouvoir que depuis quelques mois.

Taper sur les grecs, voilà ce que font le F.M.I, l’union européenne et les banques du matin au soir, et ils sont bien aidés en cela par des éditorialistes pour le moins serviles. Mais tous ces gens semblent oublier que sans la crise mondiale, qui comme chacun semble l’oublier nous vient des USA avec la crise des supprimes, la Grèce, tout comme les autres pays européens d’ailleurs, ne seraient pas dans un état aussi catastrophique.

Alors, avant de s’en prendre à un pays, qui certes à commis de nombreuses fautes avec ses gouvernements précédents,il serait équitable de voir d’ou viennent les différentes responsabilités. Les grecs sont des fainéants, les grecs sont des fraudeurs, les grecs ne payent pas d’impôts. Mais ceux qui osent balancer de telles clichés « populistes » sont les mêmes qui refusent de prendre des mesures contre les paradis fiscaux, qui permettent aux grands groupes de payer un minimum d’impôts, qui passent au delà référendums, qui sont scandalisés dès que l’on veut faire payer les plus riches, tout cela encore une fois soutenue par la pensée unique ulltra-libérale qui est sensé nous informer.

On peut avoir la nausée lorsqu’on voit une Christine Lagarde faire la morale aux grecs, elle qui sur ordre de Sarkozy a tout arrangé pour que Tapie encaisse plus de 400 millions d’euros. Et que dire de l’Allemagne, ce pays qui a pu renégocier sa dette à plusieurs reprises lors du XXème siècle alors qu’elle avait mis le Monde à feu et à sang. Il ne faut pas oublier non plus de rappeler ce qu’a coûté la réunification allemande à l’ensemble de l’Europe. Mais dire tout cela, c’est faire preuve de germanophobie si l’on en croit la pensée ultra-libérale, celle qui conserve tout sa haine pour la seule et unique Grèce.

Et si demain un autre pays ose résister à la dictature des marchés, il se verra lui aussi lyncher sur la place médiatique.

Heureusement, il existe dans encore dans ce monde des élites pour se ranger du coté de la Grèce. On pense aux prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz et Paul Krugman, qui se rangent du coté du Premier ministre grec qui a choisi de procéder à un référendum. En France , Thomas Picketty est également sur cette ligne. Si vous aussi, vous êtes contre la dictature des marchés qui étouffent le peuple grec, signez cette pétition.


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • jako jako 3 juillet 2015 10:53

    La liste est longue des gens qui ne sont pas au pouvoir et veulent que la Grêce sorte de l’Euro.
    Merci de votre article, réponse dans 2 jours.


    • bernard29 bernard29 3 juillet 2015 11:24

      « Entre la soumission et la dignité des peuples, je choisis la dignité »..


      • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 3 juillet 2015 11:38

        @bernard29

        Vous fixez parfaitement le choix smiley : La soumission dans l’austérité ou la dignité dans la misère

        Et voulez-vous continuer à payer pour qu’ils s’en sortent ?


      • bernard29 bernard29 3 juillet 2015 13:48

        @Sharpshooter

        en France..la misère va s’accroître sans même que l’affaire grecque y soit pour quelque chose....

        La dette a progressé de plus de 50 milliards au premier trimestre. Le pays s’expose au risque d’une remontée des taux d’intérêt. L’endettement de la France atteint désormais 97,5% du PIB. Soit nettement au-dessus de l’objectif de 96,3% fixé pour cette année dans la dernière trajectoire des finances publiques. Chaque Français supporte ainsi une dette de plus de 31.660 euros 

        ce qui fait que 600 Euros en plus pour la Grèce, c’est vraiment pas le problème .. Est-ce que si la Grèce dit OUI au référendum, où vont passer les 600 euros d’économies ??


      • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 3 juillet 2015 14:31

        @bernard29

        Oui, en France on voit tous les jours les damnés de la terre faire la queue à la caisse ou à la station-service de Carrefour smiley

        Mais c’est sûr que ne pas joindre les deux bouts avec 45% du PIB en prélèvements obligatoires et 57 % de dépenses publiques on est mal placés pour donner des leçons aux grecs ...


      • amiaplacidus amiaplacidus 3 juillet 2015 14:38

        @bernard29
        Vous pouvez rajoutez que la situation de la Grèce est moins mauvaise (notez que je ne dis pas meilleure) que la situation de la France.

        En 2014, la France a fait un déficit primaire de 4 % du PIB, la Grèce a fait un bénéfice primaire de 1 % du PIB.
        C’est à dire que, si l’on annule les dettes françaises et grecques, la Grèce se retrouve dans une année avec un petit capital alors que la France doit contracter de nouvelles dettes.

        Il faut bien dire que ce bénéfice primaire grec se fait au détriment des services élémentaires qu’un état doit à sa population (c’est d’ailleurs ce contre quoi s’élève Syriza). Mais, la dégradation des services à la population en France n’a que peu de choses à « envier » à ce qui se passe en Grèce.


      • bernard29 bernard29 3 juillet 2015 15:31

        @Sharpshooter

        en Grèce il y a un peu moins de 11 millions d’habitants. En France il y près de 5 millions de personnes au chômage. 

        Selon l’Insee, la France compte de 8,5 à 8,6 millions de pauvres, soit environ 14 % de la population de 2010 à 2012 ; 10 millions sous le seuil de pauvreté .

        Selon l’Insee, « si la pauvreté monétaire, stable, touche un peu plus d’un ménage sur dix, c’est près d’un tiers d’entre eux qui expriment un net sentiment de difficulté d’existence ».


        On peut donc vous dire que si les gens ne font pas la queue à Carrefour ou pour le plein d’essence, c’est parce qu’ils vont au resto du Cœur et qu’ils n’ont pas de voiture.


      • Garance 3 juillet 2015 12:03

         « Demain ce sera notre tour ... »


        C’est déjà notre tour : 


        Ca part d’un bon sentiment de vouloir aider les grecs ; mais avant de le vouloir il faut être en position de pouvoir le faire

        Si il reste une possibilité de pouvoir s’en sortir un jour c’est en virant ces incapables de socialos (pléonasme) qui sont au pouvoir dans C’Pays

        Tous les Pays du monde ou les socialos ont été au pouvoir se sont retrouvés en faillite

        Tous

        Nos socialos étant encore plus mauvais que ceux des autres Pays il était fatal que nous nous retrouvions dans la panade ou nous sommes

        Les grecs sont bien gentils mais ils devront attendre que nous ayons virés nos « socialistes » qui nous ruinent chaque jour davantage avant de pouvoir penser à eux

        • amiaplacidus amiaplacidus 3 juillet 2015 14:43

          @Garance
          C’est vrai que Sarközy, avec ses réductions d’impôts en faveur exclusive des possédants et ses quelque 600 milliards de déficit durant son quinquennat n’est pour rien dans la situation française ...
          Il est vrai que le soit-disant socialiste PS n’a pas fait grand chose pour redresser la barre. Et après lecture du programme « économique » du FN, je ne vous raconte pas la catastrophe s’il arrivait au pouvoir.
          Et c’est bien tout le problème de la France : que faire ? Et, surtout, avec QUI ?


        • Baltha 3 juillet 2015 15:28

          @Garance


          "Tous les Pays du monde ou les socialos ont été au pouvoir se sont retrouvés en faillite »

          Vous commettez une erreur de méthodologie : vous utilisez le terme « socialistes » sans faire la moindre distinction entre Olof Palme et DSK. Argumentation intenable.

          En fait vous re-inventez un film qui vous va bien à partir de photos actuelles uniquement, en partant de ce que sont les « socialistes » actuels, des défenseurs vautrés devant la finance mondiale. Ca n’a pas été le cas dans le passé, bien au contraire.

          Je vous fais le résumé du film original, qui vous a apparemment échappé : actuellement les pays qui s’en sortent le mieux en Europe, après avoir été ceux qui ont le plus progressé socialement et économiquement, sont précisément ceux qui ont instauré la social-démocratie pendant des décennies après la guerre, ( Europe du Nord).

          Ceux qui sont en train de crever sont ceux qui ont instauré la dictature pendant les même décennies : Grèce/régime des colonels, Espagne/ Franco, Portugal/Salazar. Et pendant la période précédente : Italie/Mussolini et dans une moindre mesure, France/Pétain. Seule l’Allemagne/Hitler s’en est sorti, justement en optant pour la social démocratie… et aussi en partie grâce à la Grèce qui a alors eu la bonté d’effacer la dette de l’Allemagne vis-à-vis d’elle (dédommagements de destructions de guerre = l’équivalent de 80 miliards d’euros actuels tout de même) afin de laisser l’Allemagne souffler et se reconstruire.

          Je n’ai pas notion que l’Allemagne de Merkel envisage en retour d’effacer la dette grecque pour permettre à ce pays de s’en sortir. J’ai même souvenir que sa chancelière rêvait par un temps de se sercvir au passage en « anschlussant » des îles grecques, sans Panzer, certes, mais en la achetant au gouvernement grec ayant mis le pays en faillite pour gaver les banques. Ce que la Troïka, Merkel en tête, continue de vouloir imposer à un peuple spolié par la finance mondiale chérie de Madame la Chancelière.

          Alors ne nous trompant pas d’ennemi. Lles belligérants sont les suivants : la finance mondiale qui a déclaré la guerre aux peuples. Et la Grèce fait un excellent laboratoire, présentant de surcroît une certaine symbolique : la dictature européenne sans contre-pouvoir se régale à l’idée de terrasser pour l’exemple le berceau de la démocratie européenne, le peuple ayant par ailleurs eu l’affront, pour la première fois de son histoire, de tenter de s’en sortir en empruntant la voie sociale-démocrate.

          Continuez à tourner le dos aux « socialistes » actuels, c’est très sain. Les Grecs ont eu la sagesse de le faire en atomisant le PASOK, le frère jumeau de notre Parti Solférinien. Au lieu de vous en prendre au choix de tout un peuple étranglé debout par ceux qui sont et seront de plus en plus nos ennemis dans cette guerre qui n’avoue pas son nom, prenez-vous en plutôt aux « socialistes » grecs et leurs clones français, qui sont dans le camp de nos ennemis.

        • fred.foyn Le p’tit Charles 3 juillet 2015 12:30

          Le OUI l’emportera...et chez nous il y a MLP pour sauver la France..ça fait une drôle de différence non.. ?


          • jako jako 3 juillet 2015 12:46

            @Le p’tit Charles
            « MLP pour sauver la France.. » hum surement un effet de la canicule ? ils ne font rien dans votre maison de retraite ?


          • fred.foyn Le p’tit Charles 3 juillet 2015 12:54

            @jako..heu MLP..pour vous c’est quoi.. ?


          • fred.foyn Le p’tit Charles 3 juillet 2015 13:57

            @Le p’tit Charles...jako ne sait pas...normal c’est un perroquet.. !


          • fred.foyn Le p’tit Charles 3 juillet 2015 13:58

            @jako...MLP...c’est un feuiileton pour enfant...« My Little Pony »... !


          • jako jako 3 juillet 2015 14:59

            @Le p’tit Charles
            « My Little Pony » mais bien sûr.... on peut aussi l’appeler comme cela.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 3 juillet 2015 15:32

            @jako...Pour les incultes dans votre genre...MAIS QU’EST-CE QUE MLP FRANCE ?

            Il s’agit d’un site regroupant les épisodes de la série My Little Pony Friendship is Magic et les films Equestria Girls dans leur version originale et leur version française....Allez salut est bonne cuite.. !


          • Loatse Loatse 3 juillet 2015 12:44

            C’est aux grecs de décider s’ils veulent ou non renoncer à leur souveraineté et continuer à se plier aux diktats de bruxelles... Evidemment cela nécessiterait qu’ils sortent de l’UE, qu’ils renoncent à l’euro et aux « aides diverses »...et qu’ils appliquent les réformes qui seront alors nécessaires pour relancer leur économie sans l’étouffer par trop d’austérité...


            Le challenge à remporter pourrait être celui de la france.. Un nombre raisonnable de fonctionnaires tout en garantissant un service public de qualité, revoir leur constitution qui permet aux « gros poissons » une totale immunité fiscale, récupérer l’argent de l’impot qui a fuit dans des paradis fiscaux... Ne pas faire porter tout le poids de celui ci sur les classes moyennes (ce qui expliquerait en partie la fraude quasi généralisée, les grecs comme tout autre citoyen du monde n’appréciant guère de payer pour ceux qui en ont les moyens mais ne le font pas)

            Hélàs, tsipras n’a pas l’air de vouloir (pouvoir ?) en finir une fois pour toutes avec les niches fiscales, ayant promis à certaines iles (les plus riches) de maintenir l’exonération de charges dont ils bénéficiaient jusqu’alors tandis qu’ailleurs les charges augmenteront...

            toutefois je lui reconnais le courage d’avoir tenu bon quand il s’est agit de vouloir supprimer le complément d’aide aux petites retraites... bien qu’il ait cédé sur la retraite à 67 ans

            Mais bon, il est pour moi inacceptable que le contribuable francais paie à la place des armateurs grecs et de tous ces privilégiés (notamment ceux de la liste lagarde dont on n’entend pas parler) qui ont planqué leur fortune exonérée d’impots dans des paradis fiscaux... !

            A part partir en vacances en grèce et contribuer ainsi pour ceux qui le peuvent à soutenir le secteur touristique qui récuperera cette année les téméraires qui avaient envisagés de partir en Tunisie, je ne vois pas ce que nous pourrions faire étant nous même dans une situation pas très confortable, notamment avec des régions en faillite qui ne pourront plus si rien ne change, payer les minimas sociaux en 2016...

            On en peut déshabiller paul pour habiller pierre... et donc certains ne peuvent avoir le beurre (rester dans l’UE) l’argent du beurre (les aides) et le sourire du crémier (soit celui qui in fine paiera)

            Solidaires oui, des plus vulnérables, des grecs de bonne volonté qui exigeront la fin des privilèges dont bénéficient leurs concitoyens les plus riches.. Pigeons non !



            • Loatse Loatse 3 juillet 2015 13:00

              Bordu il fait 30° à coté de mon PC ! :(


              à plus tard ;)

              • 6ber 6ber 3 juillet 2015 13:43

                Merci Fatizo de nous réunir sous cette bannière le temps d’un article.
                Autant j’ai décrié cette regrettable mascarade du je suis charlie en début d’année, autant j’ai envie de dire aujourd’hui que je suis Grec.
                En effet, demain ce sera nous, si ce ne l’est pas déjà aujourd’hui et j’ai comme l’impression que certains nous disent déjà d’aller nous faire voir chez les Grecs, justement.
                Alors à tous ces cons, ces profiteurs et ces méprisants, je réponds que j’y vais avec grand plaisir.


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 3 juillet 2015 15:00

                  Voilà

                  J’ai posté mon commentaire sur Agoravox, donc j’aide la Grèce.

                  Par contre j’vais pas faire de don à l’opération de charité de l’autre anonyme anglais pour rembourser 1.5 milliard au FMI, je vais directement faire un virement à Mme Bettancour

                  Réalisme


                  • Ger. 3 juillet 2015 18:32

                    oui, c’est quand même marrant d’entendre Madame Lagarde faire la morale aux Grecs quand elle même ne paye pas d’impots !!!!


                    • lloreen 3 juillet 2015 18:54

                      Vous pouvez résister tout simplement en refusant de payer vos impôts en euros.

                      Ecrivez une lettre au Trésor public en indiquant sur l’ honneur que vos désirez payer vos impôts en francs.
                      La monnaie nationale de la France est la France. Pas l’ euro.
                      Mais si vous continuez à accepter des euros vous vous engagez tacitement à être l’ esclave des Rotschild qui sont à la tête de l’ escroquerie de l’ argent-dette et qui sont à la tête de la City de Londres qui contrôle les Etats-Unis qui sont non pas le territoire américain mais tous les pays contrôlés par la City (Israel, Washington DC et tous les pays de l’ UE).

                      Refusez d’ être payés avec la monnaie de singe ( dette) des Rothschild et exigez d’ être payés dans la monnaie nationale qui a toujours cours.


                      • lloreen 3 juillet 2015 18:55

                        pardon:le franc.


                        • lloreen 3 juillet 2015 19:02

                          Les canadiens ont déjà aidé les grecs.
                           
                          26 JANVIER 2015 : ANNULATION DE LA LOI ROTHSCHILD 1973) AU CANADA.

                          Les informations sont en lien.
                          https://www.youtube.com/watch?v=wTjMGK_Gkoo
                          https://www.youtube.com/watch?v=cgdyWPxLf1s

                          Le baron David de Rothschild inculpé par des retraités spoliés.

                          http://stopmensonges.com/david-de-rothschild-inculpe-en-france-pour-une-affaire-de-fraude/

                          Plus les informations se propageront et plus vite ces escrocs qui parasitent les nations seront mis hors d’ état de nuire.

                           


                          • lloreen 3 juillet 2015 19:17

                            Un excellent article au sujet de la Grèce en lien.

                            " Peu de gens comprennent que le sort de la liberté occidentale, ce qu’il en reste, est en jeu dans le conflit et, en fait, le sort de la vie sur terre. Il est certain que le gouvernement allemand ne le comprend pas. Sigmar Gabriel, un vice-chancelier allemand, a déclaré que le gouvernement grec était une menace pour l’ordre européen. Ce qu’il entend par ordre européen est le droit des pays les plus forts de piller les plus faibles.

                            La crise grecque n’est pas à propos de la dette. La dette est la propagande à laquelle l’Empire recourt pour nier la souveraineté partout dans le monde occidental.

                            Le gouvernement grec a demandé à la brochette de pays qui composent la démocratique Union européenne une prolongation d’une semaine pour rembourser la dette afin de permettre au peuple grec d’approuver ou de désapprouver les conditions léonines imposées à la Grèce par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI, sur l’insistance de Washington.

                            La réponse de l’Europe et du FMI, et de Washington, a été NON.

                            Ils ont dit au gouvernement grec que la démocratie ne s’applique pas lorsque les créanciers sont déterminés à faire payer les citoyens grecs pour les erreurs de leurs créanciers, avec la diminution des pensions de retraite, la réduction des soins de santé, de l’éducation, de l’emploi et des services sociaux. La position de l’Empire est que le peuple grec est responsable des erreurs de ses créanciers étrangers, et que le peuple grec doit payer pour les erreurs de ses créanciers, en particulier les erreurs [et magouilles comptables, NdT] commises par Goldman Sachs.

                            Comme cela a été définitivement prouvé, l’affirmation de l’Empire est fausse. Les mesures d’austérité qui ont été imposées à la Grèce ont fait chuter l’économie de 27%, augmentant ainsi le ratio de la dette par rapport au PIB et aggravant la situation financière du pays. Tout ce que l’austérité a fait est de tirer le peuple grec encore plus bas, ce qui rend le remboursement de la dette impossible.

                            L’Empire a rejeté le référendum démocratique de la Grèce de dimanche prochain, parce que l’Empire ne croit pas à la démocratie. L’Empire, comme tous les empires, croit en la soumission. La Grèce n’est pas soumise. Donc la Grèce doit être punie. Les Perses Darius et Xerxès avaient la même vision que Washington et l’UE. Le gouvernement grec est censé faire ce que les précédents gouvernements grecs ont fait, accepter de rembourser et autoriser le pillage de la Grèce.

                            Le pillage est la seule manière qui reste au système financier occidental pour faire de l’argent. Dans la course aux profits à court terme, les sociétés occidentales, encouragées et contraintes par le secteur financier, ont délocalisé à l’étranger l’industrie, la fabrication et les compétences professionnelles, ainsi que la technologie de l’information et l’ingénierie des logiciels. Tout ce qui reste à l’Occident, ce sont les paris de casino sur les produits dérivés à effet de levier. Apple est une société américaine, mais pas un seul ordinateur Apple n’est fabriqué aux États-Unis.

                            Les gouvernements allemand, français et néerlandais, avec Washington et le système financier occidental, se sont prononcés en faveur du pillage. Pour qu’un pays puisse être pillé, il faut que la voix de son peuple soit réduite au silence. Voilà pourquoi les Allemands et l’UE contestent au gouvernement grec le pouvoir de confier au peuple grec le droit de décider de l’avenir de la Grèce.

                            En d’autres termes, en Occident aujourd’hui, la souveraineté des peuples et la responsabilité des gouvernements sont incompatibles avec les intérêts financiers du 1%. Pour conclure : si la démocratie peut être détruite en Grèce, elle peut être détruite dans toute l’Europe.

                            Le peuple ne tient pas seulement le sort de la démocratie occidentale entre ses mains, mais aussi le sort de la vie sur la terre. La méthode de Washington pour créer un conflit avec la Russie est l’UE et l’Otan. En violation des accords [verbaux, NdT] passés entre Gorbatchev et les précédents gouvernements états-uniens, Washington a amené l’Otan aux frontières de la Russie et déploie actuellement plus de troupes, d’armements et de missiles sur les frontières russes, tout en tenant des propos agressifs à l’égard de la Russie.

                            La Russie n’a pas d’autre choix que de viser ces déploiements militaires insensés. Comme ces derniers augmentent et que la propagande occidentale irresponsable et totalement faussaire contre la Russie et le gouvernement russe dégénère, la guerre peut éclater.

                            Il est clair que Washington et ses États vassaux ont évité la diplomatie et ont recouru en lieu et place à la diabolisation et à des tentatives de coercition pour forcer la Russie à satisfaire les demandes de l’Empire.

                            Cette politique irresponsable se poursuit malgré les nombreux avertissements du gouvernement russe à l’Occident de ne pas poser d’ultimatum à la Russie. Comme les empires se caractérisent par l’arrogance et l’hybris, l’Empire n’entend pas les avertissements.

                            Nous avons récemment eu des menaces britanniques contre la Russie de la part du Premier ministre marionnette de Washington à Londres, en dépit du fait que le Royaume-Uni ne peut engager aucune force contre la Russie et peut être détruit en quelques minutes par celle-ci. Cette sorte d’insanité est ce qui mène à la guerre. Le Premier ministre britannique est cinglé, il pense qu’il peut défier la Russie.

                            Washington prépare l’Armageddon. Mais la Grèce peut nous sauver. Tout ce que le peuple a à faire est de soutenir son gouvernement et d’insister pour que ce gouvernement, le premier depuis longtemps à représenter les intérêts du peuple grec, envoie l’UE corrompue au diable, fasse défaut sur la dette et se tourne vers la Russie.

                            Cela serait le début de la fin de l’UE et de l’Otan et cela sauverait le monde de l’Armageddon.

                            Très probablement, l’Italie et l’Espagne suivraient la Grèce et sortiraient de l’UE et de l’Otan, puisque ces pays sont aussi visés par un pillage sans merci. L’UE et l’Otan, les supplétifs utilisés par Washington pour créer un conflit avec la Russie, se déliteraient. Le monde serait sauvé et devrait son salut à la capacité des Grecs à réaliser ce qui est réellement en jeu. Exactement comme ils l’ont fait à Marathon, aux Thermopyles, à Platées et à Mycale.

                            Il est difficile d’imaginer un autre scénario qui nous sauverait de la Troisième Guerre mondiale. Prions pour que les Grecs comprennent la responsabilité qui est entre leurs mains, non seulement celle de la liberté mais aussi de la vie sur la terre.

                                                 


                            • lloreen 3 juillet 2015 19:22

                              " La position de l’Empire est que le peuple grec est responsable des erreurs de ses créanciers étrangers"

                              Si le peuple (notion vague) grec est responsable des erreurs des autres on leur retourner le compliment.
                              Arrêtez de payer vos impôts et vous pourrez faire condamner Hollande, Giscard, Chirac et pourquoi pas le FMI et l’ UE parce qu’ ils sont responsables des erreurs de leurs peuples...

                              On aura décidément tout vu et tout entendu de la part de ces escrocs !


                              • Elliot Elliot 3 juillet 2015 20:05

                                Le grexit, de toute manière, interviendra tôt ou tard quel que soit le résultat du référendum.

                                Imaginons, hypothèse plausible en raison du matraquage auxquels les Grecs sont soumis qui fait croire à des retraités à qui on a déjà sucré 30 % de leur retraite que le pire est encore à venir s’ils s’avisaient de refuser les conditions indignes que Madame Merkel et ses vassaux consentent à leur offrir, imaginons donc que pris de panique, mauvaise conseillère s’il en est, les Grecs acceptent d’abdiquer toute dignité et voient la rédemption dans de nouvelles saignées.

                                Le oui l’emporte.

                                Il ne faudra pas beaucoup de temps au peuple ( dont certaines franges auront été abusées par les prêcheurs d’apocalypse ) pour se révolter contre les conditions indignes de vie qui les toucheront.

                                Ces jacqueries, suivies d’émeutes puis d’une paralysie du pays ébranleront de nouveau le crédit de la Grèce au sein de la zone Euro et la question de son maintien sera de nouveau posée.

                                Les Grecs auront perdu leur honneur et seront ramené à la case départ.

                                 Les Grecs disent NON à l’issue du référendum et Madame Merkel qui dirige sans partage l’Eurogroupe ne peut échapper à la logique de sa position figée ; elle trouvera des arguments pour procéder à une exclusion de la Grèce, coupable de privilégier les intérêts de son peuple à ceux des banques ; c’est il est vrai en néo-libéralisme un péché capital....

                                Ou alors opérer un virage à 360 degrés dont je ne la crois pas capable ni intellectuellement ni politiquement.

                                Dans tous les cas de figure, l’Euro entamera sa déconstruction plus ou moins rapide et il m’étonnerait fort que ce scénario ne soit pas déjà à l’étude à la BCE. 

                                Gouverner, c’est prévoir, y compris les voies et moyens d’une porte de sortie d’un système monétaire incapable de s’adapter à des économies au développement disparate.
                                Et si, au fond, en forçant les Grecs à choisir en la peste et le choléra, entre la précarité dans le déshonneur ou la pénurie dans la dignité, l’Allemagne n’anticipait pas un démantèlement progressif de la zone Euro pour en chasser les moutons noirs.
                                Car après les Grecs, d’autres boucs émissaires se profilent à l’horizon. 

                                Le système ne fonctionne pas et la tentation sera grande de mettre ses incohérences sur le dos d’autres partenaires de l’Europe du Sud qui, comme les stéréotypes le rappellent constamment aux citoyens de l’Europe du Nord, sont indolents, inefficaces et indélicats par nature. 


                                • Samson Samson 3 juillet 2015 21:39

                                  A tous ceux concernés par la démocratie en €urope, je trouve l’initiative d’un anglais plutôt sympathique.
                                  Il a compté que si chaque citoyen Européen versait la somme de 3 €, la dette grecque serait remboursée et propose donc une initiative de financement participatif qui - en 6 jours et à l’heure ou j’écris - a déjà récolté 1.696.885 € versés par 97.114 personnes (dont moi pour le prix d’une bouteille d’Ouzo smiley ).
                                  Excellente manière de payer (un peu) de sa personne pour - faute hormis les Grecs d’être consultés - d’exprimer notre opinion et faire la nique à ces pâles valets de la financratie qui prétendent nous asservir.
                                  Désolé, je n’ai trouvé la page qu’en anglais.


                                  • lloreen 3 juillet 2015 22:21

                                    « la dette grecque serait remboursée »

                                    Il n’ a toujours pas compris que la « dette » n’ existe que dans le rêve des escrocs.


                                    • lloreen 3 juillet 2015 22:32

                                      Pour refuser la dette (= la presse à billets pour imprimer leur monnaie de singe) il faut refuser leur euro.
                                      Exigez d’ être payés en francs (ou en autres monnaies nationales) parce que c ’est le monnaie officielle de la France.

                                      Ces escrocs de l’ UE n’ ont aucune légitimité ni aucun territoire. Ce sont des parasites qui vampirisent les nations en créant des multinationales gouvernementales (forcloses depuis le 25.12.2012).

                                      La république française est une multinationale gouvernementale inscrite auprès de la SEC américaine (Security & Exchange Commission).
                                      La preuve en lien.

                                      Les états de l’ UE ainsi qu’ Israël et Washington DC (District of Columbia) c ’est à dire les Etats-Unis (qui ne sont pas l’ Amérique !) sont des multinationales sous le contrôle de la City de Londres (=la Couronne) . Les présidents à la tête de ces états sont donc des PDG au même titre que ceux des autres multinationales.

                                      Le président de la République n’ est pas le président de la France.

                                      UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
                                      Non-registered name or business unit
                                      LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
                                      CountryFrance WCountry code241
                                      Post office box number

                                      Post office box town

                                      Telephone number

                                      Fax number

                                      Name primary executive

                                      Activity (SIC) 9199

                                      • lloreen 3 juillet 2015 22:38

                                        Il en va de même pour les autres pays de l’ UE.
                                        La situation de l’ Allemagne est encore plus pittoresque...
                                        Madame Merkel est la chancelière de la RFA ...

                                        UPIK®-Search hit list To access the detailed information, you have to click on the company name. LBundesrepublik DeutschlandAlt-Moabit 101DBranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandTaubenstr. 42-43BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandScharnhorststr. 34-37BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandDorotheenstr. 84BranchBerlin LBundesministerium für Gesundheit und soziale SicherungWilhelmstr. 49BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandAlexanderplatz 6BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandJerusalemer Str. 24BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandAlt-Moabit 101DBranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandJägerstr. 9BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandBreite Str. 3BranchBerlin LBundesrepublik DeutschlandPlatz der Republik 1HeadquartersBerlin
                                        Pourtant, la RFA et la RDA ont été unifiées en 1989....

                                        • lloreen 3 juillet 2015 23:01

                                          Ces PDG n’ ont donc aucune légitimité, leurs lois, traités, règlements accords et conventions ne s’ appliquent pas pour les nations car ils n’ ont pas été légitimités par referendum.

                                          Les français ont voté à 53% CONTRE le traité de Lisbonne.
                                          Quant aux allemands et aux nombreux autres , ils ne se sont même pas exprimés...
                                          Et quand ils se sont exprimés les votes ont été trafiqués (comme en Ecosse) pour coller à l’ agenda des escrocs à la tête des multinationales qui sont grassement payés par le cartel bancaire international pour diffuser la propagande du manque d’ alternative à l’ euro et du chaos en cas de « sortie de l’ UE ».

                                          Fraude aux élections pour l’ indépendance de l’ Ecosse.
                                          https://www.youtube.com/watch?v=4aAnWAACF4Q

                                          Chaque nation a sa monnaie.
                                          La pseudo dette doit être annulée et cette somme doit être portée au crédit de la banque nationalisée.
                                          Quant aux escrocs et à leurs complices , leurs biens doivent être saisis et nationalisés.

                                          L’ Islande a montré l’ exemple et depuis sa révolution pacifique, une partie de la dette hypothécaire des islandais a été annulée par deux fois.

                                          http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/30/l-islande-va-annuler-jusqu-a-24-000-euros-de-dettes-par-menage_3523345_3234.html

                                          http://www.express.be/business/fr/economy/lislande-annule-encore-une-fois-une-partie-des-emprunts-hypothecaires-des-menages/209361.htm

                                          Les seuls qui ont tout à perdre sont les escrocs (dynastie bancaire des Rothschild à la tête de la City de Londres (=la Couronne), ceux qui sont à la tête des PDG de multinationales gouvernementales ainsi que tous ceux qui directement ou indirectement soutiennent cette escroquerie de la dette en utilisant l’ euro.

                                          Ceux qui ont tout à gagner sont ceux qui subissent depuis plus de 40 ans (1973) l’ austérité, la précarité, la hausse du chômage, la baisse du niveau de vie c ’est à dire 90% de la population nationale.En refusant l’ euro et en exigeant d’ être payés avec la monnaie nationale ils contribueront à faire chuter le fléau de la dette à l’ origine de toutes les calamités (guerres, crises, etc...).
                                           


                                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juillet 2015 07:30

                                            Utiliser Piketty en dit long sur l’euro-atlantisme de l’auteur.
                                            Piketty est favorable au Fédéralisme européen, et à la création d’un Trésor Européen :
                                            encore moins de souveraineté aux Etats et aux citoyens, et un pillage encore plus organisé des peuples... Merci du cadeau !

                                            Ce qui aiderait les Grecs, c’est qu’ils sortent de l’ UE, de l’euro & de l’ OTAN.
                                            C’est ce qu’expliquent divers opposants, à la fois à Tsipras et à la Troïka :

                                            - Le Parti Communiste grec.

                                            - Roberto Lavagna, ancien Ministre des Finances argentin qui s’est opposé au FMI en 2002.

                                            - L’UPR : « Syriza est un Parti leurre ».

                                            - Raphaël Corréa, Président de l’Équateur : 4% de croissance par an. 

                                            - James Petras, opposant anti impérialiste : « Le pillage & l’effondrement »

                                            Tsipras n’a suivi aucun des conseils de Roberto Lavagna, ni de Raphaël Correa.

                                            Il a annoncé dès les élections que la Grèce rembourserait et que la Grèce resterait dans l’ UE et l’euro. Les mâchoires du crocodile n’ont plus qu’à se refermer.

                                            Mais Syriza et le PCF/FG vont nous expliquer que oui, oui, on peut transformer des crocodiles en végétariens... Rêve !

                                            Tout ce cirque n’a qu’un but, diviser les Grecs au moment où ils auraient besoin de s’unir pour sortir du piège européen.


                                            • Le421 Le421 4 juillet 2015 09:42

                                              Mais dire tout cela, c’est faire preuve de germanophobie...

                                              J’irais jusqu’à dire, qu’au siècle dernier, les teutons ont démontré une volonté d’hégémonie en Europe totalement criminelle... A cette époque, les moyens militaires* primaient encore sur tout autre.
                                              L’impression actuelle serait que Mme MERKEL et consors tiennent à installer son IVème REICH et son EUROMARK comme moyen de contrôle de la zone EURO.
                                              Je me demande d’ailleurs si ce n’est qu’une impression...
                                              Et les français, notamment les dirigeants, en bons jacquouilles, suivent servilement en badant comme des malades cet état germanique, alors que bien des fois, il ne s’agit que de supercheries.
                                              Le seul type qui a un peu les pieds sur terre en remettant les « casques à pointe » en place, c’est Méluche, qui se fait aussi sec tacler par les médias aux ordres...
                                              Mais bon, puisque ce sont les germains qui ont raison, allons-y !!
                                              Mais dans moins de dix ans, la Grèce, ce sera nous.
                                              Et quand on sera bien dans la merde (même capable de voter pour la folle si il le faut !!), peut-être qu’un Podemos ou un Syriza à la française verra le jour. Peut-être que les français retrouveront le courage de dire « basta » !! (ça suffit)

                                              *aujourd’hui, ce sont des moyens « économiques » qui sont utilisés...


                                              • Le421 Le421 4 juillet 2015 09:47

                                                Ah !! Au fait !!
                                                Vous vous souvenez que la BCE ne peut prêter qu’aux banques et non aux états directement...
                                                Capito ??


                                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juillet 2015 18:46

                                                  @Le421
                                                  « La BCE ne peut que prêter aux banques et pas aux Etats ».
                                                  C’est l’article 123 du TFUE qui oblige les Etats à emprunter aux banques.
                                                  Mais à quoi bon en parler, le Gouvernement grec ne veut pas sortir des Traités européens.


                                                  Et Varouflaquettes dit que l’ euro est irréversible et que les machines pour imprimer les drachmes ont été détruites. Il existe en France 2 entreprises qui fabriquent les billets de banque, mais il ne semble pas au courant.

                                                  Seule l’ UPR a déjà prévu les maquettes des billets en Francs.
                                                  « Sortir du désastre de l’euro ».

                                                • VICTOR VICTOR 4 juillet 2015 22:05

                                                  À les croire, les propositions de l’Eurogroupe seraient bégnines et l’accord avec la Grèce était proche. Il n’était pas question d’austérité, ni d’ultimatum, ni de baisse des retraites, ni de réductions de prestations sociales, ni de hausses de TVA.

                                                  Nous voiçi revenus au temps de GOEBBELS, le ministre de la propagande d’Adolf HITLER qui disait : "Plus c’est gros, plus ça prend".

                                                  Les médias français sont au taquet et reprennent avec un parfait ensemble les discours mensongers.

                                                  Voici, publié par le gouvernement Grec sur la base du document officiel de l’Eurograoupe (également disponible sur le site Syriza-France), la vérité.

                                                  Comme il est mentionné, dans le texte d’aujourd’hui et celui du 25 juin, posé comme un ultimatum, les institutions exigent, entre autres :

                                                  • l’imposition d’une TVA à 23% sur la restauration collective

                                                  • l’abolition de la baisse de la TVA dans les îles

                                                  • l’application d’une avance d’impôt de 100% sur les sociétés et les travailleurs indépendants

                                                  • l’abolition des réductions pour les agriculteurs (pétrole, impôt sur le revenu)

                                                  • que soient baissées de 900 millions € (0,5% du PIB) les dépenses de l’aide sociale (subventions, etc.).

                                                  • la limitation immédiate des pré-retraites

                                                  • l’abolition progressive de la retraite complémentaire.

                                                  • l’application complète de la loi de mémorandum 3863/2010 sur la sécurité sociale

                                                  • l’application de la clause de déficit zéro et que le financement des caisses complémentaires soit réalisé uniquement par des fonds particuliers

                                                  • l’abolition de toutes les participations en faveur de tiers qui financent les caisses de sécurité sociale, qui a pour conséquence une baisse de leurs recettes de plus de 700 millions €

                                                  • l’augmentation des prélèvements pour soins de santé sur les pensions de 4% à 6%

                                                  • le gel des retraites jusqu’en 2021

                                                  • une législation sur les licenciements collectifs et la non-réintroduction des conventions collectives, si les institutions ne le permettent pas

                                                  -la diminution à 1500€ du montant des dépôts non saisissable

                                                  • l’augmentation du taux en vigueur pour le règlement des dettes

                                                  • la réduction des salaires dans le secteur public

                                                  • la mise en oeuvre complète des boîtes à outils de l’OCDE (lait, pain, pâtisseries, dimanches, …)

                                                  • un coup important contre les médicaments grecs

                                                  • la poursuite de la privatisation du secteur de l’électricité.

                                                  -la vente des actions de l’OTE(Compagnie du téléphone) détenues par l’État

                                                  • la non-application d’une taxe spéciale de 12% sur les bénéfices supérieurs à 500.000 pour l’exercice 2014

                                                  • le non-retour des cotisations sociales patronales au niveau de l’année 2014

                                                  Tout ceci constitue un ensemble de propositions qui s’inscrivent dans la conception du Fonds monétaire international, qui ont été posées comme ultimatum à la Grèce, ce qui ressort aussi de l’Eurogroupe, rapporte le bureau du Premier ministre grec qui ajoute : la seule différence concerne la TVA sur les hôtels dont le taux, dans le texte actuel posté sur le site Web de la Commission européenne, est passé de 13% à 23% pour le 25 Juin.

                                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès