Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > ALERTE ! Une directive européenne pour protéger les magouilles des (...)

ALERTE ! Une directive européenne pour protéger les magouilles des entreprises arrive

Dans quelques jours, le 13 avril, une première séance aura lieu au Parlement européen pour « débattre », c'est-à-dire adopter une directive totalement scélérate concernant le « secret des affaires » et qu' « ils » ont prévu d'adopter le 16 juin.

 

 Lancée en novembre 2013 par la Commission européenne, cette proposition définit le secret des affaires comme des techniques (procédés de fabrication, recettes, composés chimiques, etc.) ou des informations commerciales (listes de clients, résultats d’études de marketing, etc.) ayant une valeur économique pour l’entreprise. Les dispositions de cette loi destinées, en principe, à contrecarrer les pratiques d'une concurrence sans scrupules ni éthique pourraient en effet être détournées pour empêcher la publication juste et légitime d'informations qui pourraient être dérangeantes...

Ce qui veut dire que toute entreprise pourra, selon ses propres critères, décider si une information la concernant a « une valeur économique » et donc pourra ou non être divulguée. Avec pour conséquence de mettre sous le coup de la loi tout journaliste qui pourrait les révéler, avec des dommages et intérêts plus que dissuasifs. Et pour corollaire qu'aucun rédacteur en chef n'osera se mettre dans une situation délictueuse et que les journalistes eux-mêmes pratiqueront à grande échelle l'auto-censure...

C'est une loi scélérate car des considérations économiques prévalent ainsi sur l'exigence démocratique de garantir la liberté d'expression et le droit à l'information concernant les pratiques douteuses de certains groupes, entreprises et acteurs économiques ou financiers.

« Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié  : tout le reste n’est que relations publiques.  » Orwell.

« ...d'autres », c'est-à-dire les lobbys représentants les grandes entreprises et les multinationales qui font des pieds et des mains pour que les journalistes, ces affreux fouille-merde, se contentent de copier-coller les communiqués de presse, les belles brochures en couleurs données au cours de généreux repas d'information voire de coûteux voyage de presse au soleil !

Mais ça ne suffit pas puisqu'il y a parfois quelques lanceurs d'alerte, traités de « fouille-merde », qui ne se contentent pas de la bouillie pré-mâchée des « services communication » des entreprises. Ces malotrus ont ainsi révélé au grand public des « broutilles » comme les affaires du Médiator, de l'amiante, du Crédit Lyonnais, des défauts de l'EPR, des magouilles des multinationales au Luxembourg, etc. Pas bon pour les affaires ça, Coco ! Pas bon pour les affaires...

Alors les dirigeants de ces grands groupes tirent les ficelles de leurs marionnettes politiques pour mettre en place des lois interdisant ou dissuadant les journalistes et les lanceurs d'alerte de dévoiler des pratiques scandaleuses ou des produits dangereux. Tout ceci sous un faux-nez, bien sûr, celui de « protéger le secret des affaires des entreprises ». Ben voyons...

En France, une disposition vicelarde de la Loi Macron voulait « protéger le secret des affaires », c'est-à-dire réduire au silence les « fouille-merde ». Une forte mobilisation des journalistes et des syndicats a forcé le gouvernement à retirer cette disposition. Mais la voilà qui revient avec cette proposition de directive européenne qui, si elle passe, sera automatiquement retranscrite dans le droit français.

Mais rien n'est gagné pour les « étouffeurs », comme le montre ces jours-ci la mise au grand jour du scandale « Panama ». Une coalition européenne d’organisations de la société civile, de travailleurs et de journalistes demande aux membres du Parlement européen de rejeter la directive sur les secrets d’affaires

Le projet de directive européenne sur la « protection du secret des affaires » créerait un droit au secret pour les entreprises qui est excessif : il menace directement le travail des journalistes et de leurs sources, les lanceurs d’alerte, les syndicalistes, la liberté d’expression des salariés et nos droits d’accéder à des informations d’intérêt public (par exemple sur les médicaments, les pesticides, les émissions des véhicules, etc.).

Une coalition européenne d’associations, de syndicats, de journalistes, de lanceurs d’alerte et de scientifiques a envoyé aujourd’hui aux membres du Parlement Européen une analyse critique du projet de directive (voir-ci-joint), leur demandant de la rejeter (un premier débat en séance plénière est prévu le 13 avril). Une pétition européenne a également été lancée.

Cette directive est officiellement appelée « Directive sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites ». Mais la définition du secret des affaires prévue est tellement large que presque toutes les informations internes d’une société peuvent y correspondre. Cela mettra en danger toute personne qui révèle ces informations sans le consentement de l’entreprise.

Informer n’est pas un délit et les syndicats de journalistes, les citoyens, les journalistes ou encore les scientifiques ont parfois besoin d’avoir accès à ces informations et de les publier dans l’intérêt général.

Si la directive est approuvée au niveau européen, les États membres pourront encore aller plus loin quand ils l’adapteront à leurs droits nationaux, et on peut compter sur les multinationales pour les pousser en ce sens !

Une pétition européenne contre cette horreur peut-être signée là :

https://act.wemove.eu/campaigns/les-lanceurs-d-alerte-en-danger

N'oublions jamais que « Les tyrans ne sont grands que si nous sommes à genoux ».

BANZAÏE !

Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Robert GIL Robert GIL 5 avril 12:04

    Le secteur privé est une catastrophe, il nous coute chaque année plus de 200 milliards d’aide directe et indirecte : et malgrés toutes ces aides ; il est incapable de creer de l’emploi !
    En 1981, un salarié travaillait 10 jours par an exclusimement pour payer les dividendes des actionnaires ... aujourd’hui c’est 45 jours !
    Et maintenant ce meme secteur privé reclame le retour de l’esclavage avec la loi El Komery !
    Toujours plus au patronat et ses actionnaires, toujours moins aux salariés ..
    Les entreprises privé mettent tranquillement en place une société totalitaire marchande !


    • Petit Lait 5 avril 13:51

      @Robert GIL

      J’aime bien votre exemple, Mr Gil. Et une fois qu’il a travaillé ses 45 jours pour payer un dividende, votre salarié, il travaille combien de jour pour payer impôts, taxes et autres charges sociales ? 200 jours ? Et vous remarquerez que si vous prenez le chiffre de 1981, il sera également beaucoup plus faible.

      Qui est le pire en fait ? L’actionnaire, propriétaire de l’entreprise, qui « ponctionne », selon vos dires, 45 jours du travail du salarié ou l’état et ses parasites qui se gavent de plus de la moitié du travaille produit par votre gentil salarié ?



    • Ar zen Ar zen 5 avril 13:58

      @Petit Lait

      Si l’argent « pompé » par l’état est reversé à destination de la collectivité, de l’intérêt général et du bien commun, y a t-il quelque chose à dire ? Si l’argent est collecté par l’actionnaire à des fins tout à fait personnelles, on peut légitimement se poser des questions. Le travail, ail, ail, ail, et pas la gousse !


    • Robert GIL Robert GIL 5 avril 14:18

      @Petit Lait
      « l’état et ses parasites qui se gavent de plus de la moitié du travaille produit par votre gentil salarié ? » ... pour en redistribuer la plus grande partie au Medef ! Donc, c’est encore une foi les actionnaires et le Medef qui se gave a nos depends ... quand vous aurez compris que les vrais parasites ( ah, je remarque que vous les avez citez dans votre commentaire ) ce sont ces gens la, vous aurez fait un grand pas dans la compréhension de notre société !


    • Jean Pierre 5 avril 15:10

      @Petit Lait
      Les prélèvements obligatoires sont utilisés pour la santé, les allocations, l’éducation, les infrastructures. Ils permettent d’assurer la satisfaction de besoins essentiels en créant au passage quantité d’emplois. Quelle est la part des dividendes qui restent en France et participe à son économie et à l’emploi ? Vue l’ampleur des délocalisations, du déficit commercial et du taux de chômage, je suis persuadé, contrairement à l’idée que vous essayer d’avancer, que les prélèvements obligatoires sont incontestablement plus favorables à l’intérêt général que la distribution de dividendes.


    • clouz (---.---.159.247) 6 avril 16:29

      @Petit Lait

      Les parasites vous ont eduque gratuitement...ILS ont construit Les services sociaux...Les telecoms...Les routes...etc...libre a vous d habiter ailleurs allemagne ,angleterre etc..mais quand on voit que pour vivre faut faire 1,2, void 3 boulot ???????? smiley


    • Jeff84 10 avril 15:52

      @clouz
      Gratuitement ? Et ben, qu’est-ce que ce serait si c’était payant ! Perso, je comprends les riches qui font tout ce qu’ils peuvent pour échapper à l’impôt, parce que, contrairement à vous, je sais exactement ce que l’Etat voudrait qu’ils payent.

      Evidemment, quand ont est dans la tranche à 0 à 14%, ca va encore. Mais dans la tranche à 45%, en rajoutant la TVA, l’IS et la CSG, on arrive à 80% du revenu brut. Sans compter l’ISF, le foncier et autres droits de succession. Et là, je serais à leur place, je ferais tous les montages possibles.
      Parce que se faire taxer 80% de ce que l’on gagne, c’est du foutage de gueule.

    • flourens flourens 5 avril 15:44

      ben, c’est-y pas le fondement même de l’europe, celle qui protège ?
      ce qui est digne d’être protéger bien entendu, pas les gueux ni les salariés parasites, faudrait pas pousser tout de même, restons sérieux


      • Croa Croa 5 avril 16:28

        Normal c’est la politique voulu par l’Union Européenne. Nous avons signé des traités pour ça !


        • fred.foyn Le p’tit Charles 5 avril 17:09

          What else avec la mafia de l’UE... 


          • jocelyne 5 avril 19:13

            dommage qu’ils ne prévoient pas ( pas encore...) de nous protéger des magouilles des partis politiques comme celles du fn dernièrement  smiley


            • Habana Habana 7 avril 08:01

              @jocelyne
              Ouahou ! Vous prenez de sacrés raccourcis ! C’est bien, vous êtes très réceptive à la propagande télévisée. Mais regardez plutôt la réalité en face et vous verrez que les voleurs, les escrocs, les mafieux viennent tous de l’Herpès (LRPS). 


            • christophe nicolas christophe nicolas 5 avril 19:22

              C’est drôle parce que si vous saviez ce qu’on dit de mal sur l’état dans une entreprise !!! C’est à mourir de rire, rien n’est plus amoral qu’une entreprise et ils le reconnaissent eux-mêmes, c’est d’ailleurs le souci donc il n’y a qu’une seule règle : paraître moral, c’est l’unique règle.


               Imaginez une loi qui punisse ceux qui disent du mal de l’état, ça rapporterait plus que l’impôt sur les sociétés. De toute façon, la diffamation est interdite et la propriété intellectuelle est protégée, quand aux bénéfices, ils sont privés à conditions qu’ils ne résultent pas d’ententes dans les marchés publics. J’ai vu des gars pleurer et crier qu’on les assassinait alors qu’ils se faisaient des marges démentielles tandis que d’autres restaient digne au ras des pâquerettes ou la tête sous l’eau. En plus, les chiffres donnés aux gars étaient tendancieux, ils abusaient de la « psychologie » pour les pousser au cul. 

              Le point délicat venait du fait que la direction faisait du prosélytisme athée pour pousser à la truande immorale et ils glissaient petit à petit dans l’ignominie sans retenue des mensonges à n’en plus finir parce qu’ils avaient flingué tous les contre pouvoirs, ils ne leur restaient plus qu’à s’approprier les âmes des salariés pour les rendre comme eux se permettant n’importe quoi. 
              Ceux qui ne croient pas en Dieu s’en foutent mais qu’ils consultent donc la longue liste des faits miraculeux qui parsèment 2000 ans de Chrétienté et ils verront qu’ils se gourent or dès qu’on sort de l’esprit de vérité, on va vers la secte et c’est un problème plus important qu’on croit parce que l’état soutient cette attitude et récolte ce qu’il a semé, des entreprises amorales qui magouillent pour lui faire la peau.

              • Samson Samson 6 avril 02:22

                Merci pour l’info et le lien ! smiley


                • Maître Keïta (---.---.62.91) 6 avril 03:19

                  Quenelle à toute la république ! Plus rien à donner à ces sysyèmes. C’est un destin qu’on veut , qu’on réclame ! C’est la réparation qu’on veut ! Je brandis l’étendard de la liberté,de la chance , et ces prétendus fractions du système et qui imposent leur loi , j’en rigole bien fort. Une seconde quenelle crochue cette fois dans leur fion.


                    • Werner Laferier Werner Laferier 6 avril 16:16

                      L’auteur est manifestement un inculte, concernant le sujet sur l’Europe.L ’ époque est à l ’Europe . Ça vous gène. On a bien compris.
                      Il n ’est pas sûr du tout que supprimer l ’Europe résoudrait la crise.
                      Le terme dictature s ’applique à un régime (Syrie, Soudan, Russie, Venezuela...) , ce qui n ’est pas le cas de l ’Europe.
                      Les membres de la commission Européenne sont proposé par le chef d’état en fonction de l’état membre, puisque le pouvoir du peuple , désigne le président ,qui désigne lui même un membre représentant à la commission .
                      Grâce à l’union européenne, la France, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie... ont enfin une idée de grandeur, des libertés, des démocraties, la paix....
                      la construction européenne est une des meilleurs conception qui puisse arriver à l’histoire après des décennies de monarchies et d’empires qui ont coulé l’Europe et ont fait des milliards de victimes.
                      L’Europe du peuple, c’est l’UE.


                      • clouz (---.---.21.227) 6 avril 16:54

                        Oui pour une Europe ..Mais une Europe politique pas une Europe economique..les mentalits sont trop diffrentes, les styles de vie aussi.. L amour de l’argent aussi.. La preuve nous c’est l’argent fait pas le bonheur... Les anglais, bizness is bizness...... smiley


                        • clouz (---.---.21.227) 6 avril 16:55

                          Oui pour une Europe ..Mais une Europe politique pas une Europe economique..les mentalits sont trop diffrentes, les styles de vie aussi.. L amour de l’argent aussi.. La preuve nous c’est l’argent fait pas le bonheur... Les anglais, bizness is bizness...... smiley


                          • Lambert 6 avril 17:37

                            Merci de nous alerter. J’ai signé la pétition.


                            Vous êtes toujours à médiapart ?

                            • VICTOR VICTOR 6 avril 21:05

                              @Lambert
                              Je suis toujours à MDP mais...


                            • GB 6 avril 19:12

                              L’article, intéressant, est quand même celui d’un doux rêveur. Depuis quand les journalistes font des révélations ? Ils reçoivent des subsides de l’Etat pour nous enfumer avec des faits divers. Les affaires citées ne viennent pas de journalistes mais de lanceurs d’alerte hors système. Le Médiator c’est le Dr Irène Frachon qui a dénoncé sa dangerosité et que les laboratoires Servier ont fait condamner. Aucun journaliste n’est monté au créneau pour la défendre. Et, malgré la condamnation, fruit d’une justice clairvoyante, elle a continué à poursuivre son combat pendant des années avant d’être entendue.

                              L’amiante, dans notre beau pays, où toutes les institutions d’Etat ou privées sont payées par le peuple est un symbole. Depuis les années 1900 des constats de surmortalités ont dénoncé l’amiante. Mais, patronat et syndicats se sont entendus pour mettre une chape de plomb sur les cancers de l’amiante. Le patronat, bon prince a facilité les relations avec des primes confortables aux dirigeants syndicaux.

                              L’EPR ce sont les antinucléaires qui ont révélé les failles des belles machines à empoisonner. Les journalistes, là encore ont pris le train en marche pour donner le change. S’il existait un vrai modèle d’information en France, il n’aurait pas besoin des aides d’Etat. Et pour mesurer la réalité des investigations de la presse écrite et audiovisuelle il n’y a qu’à écouter les uns et lire les autres pour s’apercevoir qu’ils servent tous la même soupe qui vient des agences de presses.


                              • JMichel (---.---.95.216) 6 avril 20:52

                                La neo-propagande et le neo-fascisme se met en place en ce début du XXI ème siècle.

                                Sans aucune âme, sans aucune limites, ils sont prêt à massacrer la planète, notre maison, et nosu tuer à petits feu pour une poignée d’euros de plus.
                                Ils manipulent aujourd’hui déjà une partie de la classe politque, s’invitent à Bruxelle et corromp la justice pour qu’enfin un de leurs plus grand rêve devienne réalité ; tuer en tout légalité et sans avoir de compte à rendre.

                                Il est de notre devoir de les arrêter dès maintenant. Ils seront jugés ainsi que leurs complices, puis tenu en hopital specialisé le temps nécessaire. Certains pourront être libérés mais seront quotidiennement sur écoute avec bracelet connecté.


                                • zygzornifle zygzornifle 7 avril 14:29

                                  la durée de vie va baisser rapidement en Europe.....


                                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 avril 18:02

                                    Bonjour,
                                    .
                                    Un petit groupe censé représenté « 1% » de la population détiendrait 50% des richesses mondiales serait en passe de prendre le pouvoir politique mondial.
                                    .
                                    D’arrière le projet de la mondialisation se cache en fait un transfert de la souveraineté des états envers le monde de la finance, l’abandon de la démocratie des peuples, la suppression des états européens, l’impunité auto-accordée des fraudeurs en col blanc n’est donc qu’une étape supplémentaire pour satisfaire leur boulimie du pouvoir et de l’argent.
                                    .


                                    • zygzornifle zygzornifle 8 avril 09:40

                                      L’Europe est la pour magouiller , laisser la bosser tranquillement .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès