Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Analyse politique après les Européennes

Analyse politique après les Européennes

Je m’étais essayé sur ce blog à une analyse du nouveau contexte politique issu des présidentielles de 2007. Au lendemain des élections Européennes qui ont vu une nouvelle étape dans l’effondrement du Parti socialiste en France et une "vague bleue" au Parlement européen (selon les grands médias...), nouvelle tentative d’analyse politique des résultats du vote et de ce qui pourrait advenir par la suite.

- Stagnation des équilibres au Parlement : constat du maintient des grands équilibres entre les partis européens, à l’exception près de l’apparition d’une troisième force (devant les libéraux et démocrates) de non inscrits rassemblant listes exotiques (parti pirate suédois) et euro-sceptiques. Quelle remarque à cela ? D’abord que comme le fait remarquer Pierre Larrouturou, seuls 34% des gens ont voté, ce qui discrédite toute signification politique des résultats (ce que ne se gênent pourtant pas de faire tous les politologues). Et que mécaniquement (lorsque l’on connaît la démographie du vote en France) le vote des "anciens" et des classes relativement aisées a été sur-représenté... exactement comme lors des élections présidentielles où 20% des 18-24 ans s’étaient abstenus (contre 12% des plus de 50 ans) !1 Les "seniors" sont traditionnellement une population civique (qui vote) et ancrée à droite, lui apportant ainsi un socle garanti. Le socle de la gauche (jeunes et classes populaires), lui, ne vote plus ou se disperse entre différentes formations. Tant qu’une alliance entre gauche radicale (Parti de Gauche, PCF) et mouvements écologistes ne se fait pas, la droite restera mécaniquement majoritaire, quel que soit le ressenti des électeurs envers le pouvoirs.

- Catastrophe du traitement médiatique en France, où lors de la soirée électorale (uniquement sur France 3, France 2 et TF1 préférant traiter le sujet dans le journal pour passer ensuite la série du dimanche soir...) l’on put entendre un journaliste demander avec insistance à M. Cohn-Bendit ce qu’il comptait faire sur le plan national quand l’interrogé insistait pour parler d’Europe au soir d’une élection européenne... L’on s’est longtemps interrogé du soi-disant non-intérêt des électeurs pour ce scrutin. Il serait pourtant intéressant de regarder les statistiques de fréquentation des sites des partis engagés dans l’élection. Le référendum de 2004 a montré, justement, cet intérêt et une étonnante maturité européenne de l’électorat. Mais comment intéresser les gens lorsque des journalistes demandent de parler national lors d’une élection européenne (sans doute considéré comme plus "médiatiquement parlant") et que les candidats sont soit parachutés, soit incompétents, soit je-m’en-foutistes ? L’attitude d’une Rachida Dati est symptomatique. En outre, pas un média (presse comme web) n’a annoncé les résultats sur l’ensemble de l’Union avant le lundi matin, alors que la France pèse moins de 10% des députés sur l’ensemble du Parlement ! Un ras de marrée rose en France n’aurais eu aucune implication sur l’équilibre du Parlement de Strasbourg...

- L’effondrement du Modem
sur cette élection ne signifie rien sur le plan national (contrairement à la majorité des commentaires qui donnent M. Bayrou fini) étant donné la spécificité de l’élection. Le Modem reste un parti jeune, sa campagne s’est trompée de direction en ne parlant pas d’Europe et l’échec du parti centriste n’est pas plus significatif que les chiffres de la plupart des formations de gauche. SI l’on regarde les résultats post présidentielle (très conjoncturelle puisque portée sur un homme), le Modem a fait 3.7% aux municipales sur les villes de plus de 35.000 habitants et 7.61% aux législatives. Les 8.45% des Européennes ne semblent donc pas si catastrophiques avec un peu de recul. L’attaque de M. Bayrou sur les sondages aurait peut-être été plus pertinente quand à leur gonflement de son score...
La seule information (d’importance) est la perte de sang-froid du troisième homme de la présidentielle à la veille de l’élection. Entendre l’homme qui se proclamait l’incarnation d’une République digne qui ne tombe jamais dans les travers politiciens, se vautrer dans des accusations hasardeuses et nauséabondes (l’attaque contre les sondages et contre M. Cohn-Bendit) risque de porter un coup à son image, élément essentiel de sa conquête de 2012.

- Le parti de Gauche
fait plus de 5% (même s’il est allié avec les communistes) six mois après sa naissance. Il est étonnant de noter les commentaires plutôt positifs sur le parti de M. Dupont-Aignan quand au jeune âge de sa formation, alors que le Front de gauche est donné comme perdant au regard du poids du non de gauche au référendum constitutionnel de 2004... En outre, certaines incohérences pointent dans les commentaires : soit le PCF s’est fortement ressaisi depuis la dernière présidentielle (moins de 2%) et c’est très positif, soit le Parti de Gauche fait un score énorme à 5% alors qu’il vient de naître...

- Sur le déroulement de la campagne :
Europe-Ecologie est le seul parti à avoir présenté un véritable programme point par point, affichant une compétence technique sur l’Europe. Le seul également à avoir présenté des têtes médiatiques fortes, issues de la société civile. Les candidats ont évité toute tentative de débordement du sujet et les querelles (cf Cohn-Bendit/Bayrou). C’est plus la méthode qu’une réelle fureur écolo qui a probablement séduit les électeurs. Ainsi, M.Cohn-Bendit demandant à Mme Dati de débattre de justice avec Mme Joly (toutes deux magistrats, candidates sur la même circonscription) et se voyant retourner une fin de non recevoir...

- Ce qu’il peut advenir :

La question se pose de savoir si l’électeur français a enfin digéré les fortes mutations du paysage politique national depuis dix ans en comprenant enfin que chaque élection est devenue un enjeu unique découplé des autres scrutins ? Il se pourrait que ce vote montre que oui. Il se pourrait que le vote continue à se porter sur le PS (ou la "gauche de la gauche") sur les prochains scrutins locaux et aux législatives et portent un homme seul, incarnation d’un projet de société plus que d’une ligne politique, sorte de président mode IV° République garant des institutions de la République. Dans ce cadre un Strauss-Kahn, un Bayrou, (voir même un Cohn-Bendit ou un Hulot...) pourraient tirer les marrons du feu.
Les possibilités de Nicolas Sarkozy sont faibles. Tous les analystes soulignent l’épuisement de sa "filière d’ouverture". Et aucune alliance n’est possible tant l’UMP est seule à droite. En politique l’on sait comme il est dangereux de connaître exactement ses capacités de voix sans réserve possible. C’est dans cette situation que se trouve l’UMP. Cela suffira tant que personne n’aura éclos en face. La France demande à être "prise" par une personnalité acceptable (que n’est pas Ségolène Royal, considérée aussi anxiogène que Nicolas Sarkozy)...
L’image du changement va-t-elle tenir encore 3 ans ? Il y a un risque d’effondrement juste avant 2010 faute de possibilités de nouveauté. Sarkozy est victime de son système du changement permanent.
 Le salut du PS passe par une nouvelle modestie (entrouverte par Benoit Hamon le lendemain du scrutin) qui doit redevenir l’un des partis de la gauche (et non LA gauche) et abandonner toute supériorité, en acceptant de constituer un programme sur la base du Parti de Gauche, du PCF et des écologistes avec répartition équitable des rôles (par exemple en cédant le poste de premier ministre).

- Le rôle de François Bayrou n’est pas terminé, s’il comprend qu’il doit réellement se poser au dessus des partis mais en prenant personnellement position et en annonçant sa volonté, non de construire une force politique, mais un entourage autour d’une figure paternelle apolitique travaillant avec un gouvernement issu de l’alliance PG-PS-Verts.


1 - Les cinq leçons des votes de 2007 (Alternatives economiques, juillet 2007)
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 11 juin 2009 13:04

    @Chanteclerc

    y’a eu aussi un débat là dessus dans C dans l’air ; on vient à se demander si la nullité du PS n’est pas une des causes de l’absention massive , la démocratie étant la possibilité de remplacer nos dirigeants par d’autres . Comme ils ne sont plus crédibles , de même que le modem , beaucoup ne vont pas voter car ils savent que rien ne changera .

    ça commence mal avec Benoit Hamon qui ne démissionne pas comme il l’avait dit , une réunion vite fait bien fait le mardi vite torchée , c’est plus facile que d’attendre de s’étriper le week end quand tout le monde est là , et tout ça pour ne rien décider , qu’il faut attendre 6 mois , etc etc . Faudra pas être étonné s’ils ne sont pas au deuxième tour en 2012 , y’a pas de leadership , pas de message clair , que des haines recuites et de l’antisarkozisme primaire sans rien d’autre à proposer . 70¨% des français pensent qu’ils ne ferainet pas mieux , c’est vraiment signe qu’ils ont inter^t à se bouger le cul de suite et pas dans six mois , ça sera trop tard , les régionales c’est déjà demain !!!!


  • LE CHAT LE CHAT 11 juin 2009 16:11

    @

    ouais , au pays des aveugles , les borgnes sont rois !  smiley


  • jacquesg 11 juin 2009 16:38

    Le Ps est sans doute le seul parti au monde - en dehors du parti d’en rire - dans lequel des membres ont le culot, le masochisme, le ridicule, de baver sur leur parti à longueur d’année, sans s’interroger sur leur propre contribution à sa mauvaise image, et sans qu’il leur en soit tenu rigueur. Leurs manifestations de traitrise ont bien entendu décuplé depuis dimanche : le « parti vermoulu » de Moscovici ! les interventions des Vals (un vrai spécialiste du dénigrement !), Collomb, Montebourg...

    Tant que ces traîtres seront impunis, ils continueront leur basses besognes devant des micros complaisants, et le Ps, en effet, « touchera le fond ».


  • jaja jaja 11 juin 2009 19:27

    Malheureusement un programme pour nos politicards n’est fait que pour se torcher les fesses avec. Une fois élus ils font tout le contraire de ce qu’ils promettaient pour se faire élire...

    L’histoire du PS confirme cette règle... Ah les belles privatisations du gouvernement Jospin ! (Pas vrai Mélenchon ou Buffet ?)

    Ce n’est sûrement pas avec les vieux chevaux de retour de la social-démocratie que l’on fera du neuf. Surtout pas avec ceux qui nous ont trompé au moins une fois !


  • Flo Flo 12 juin 2009 09:21

    @Chantecler : tout à fait d’accord avec votre commentaire.

    J’irais même jusqu’à dire qu’il est tout à fait possible de considérer la nullité de l’actuel PS comme la raison majeure de la dérive vers la droite de la vie politique française. Le scrutin calamiteux de 2002 peut évidemment être interprété de cette manière ; on peut appliquer cette grille de lecture à la plupart des événements ultérieurs.

    Si cette analyse s’avérait valide, le PS porterait une terrible responsabilité dans la déliquescence des institutions républicaines...


  • bernard29 bernard29 11 juin 2009 11:31

    « La France demande à être »prise« par une personnalité acceptable...... »

    Vous en êtes sûr ? Qui a bien pu vous le dire ?


    • Niklaus 11 juin 2009 13:55

      Ce que je retiens principalement de ces élections, c’est que le recul de la social-démocratie européenne va de pair avec.... la remise en cause du système libéral ! Tout cela est finalement très logique, puisque les sociaux-démocrates ont activement participé à créer cette Europe là...


      • anny paule 11 juin 2009 16:07

        Les Français, au même titre que les autres Européens, ont peu voté ! C’est un fait !
        Comment aurait-il pu en être autrement, vu qu’ils avaient rejeté massivement l’Europe libérale lors du référendum sur le TCE, le 29 mai 2005 ?
        Comment aurait-il pu en être autrement, étant donné que le petit nerveux a imposé le traité de Lisbonne... que le PS, qui avait une occasion rêvée de faire en sorte que notre constitution ne soit pas modifiée et que l’assemblée et le sénat ne puissent se substituer à un second référendum populaire ? En s’abstenant et permettant de faire passer ce texte, ils ont cautionné ce déni de démocratie !
        Comment aurait-il pu en être autrement quand les grands médias ont donné la parole à quatre partis seulement, quand ils ont clamé sur tous les tons que l’abstention serait la règle ?
        La conscience politique de beaucoup de nos concitoyens est très limitée... La TV reste la voix de son maître... et quand on voit ce qu’elle est, il n’y a plus à s’étonner ! La banalisation de l’abstention a joué à plein !
        Mais, la crise qui va laisser sur le carreau plus de gens qu’on ne pense verra peut-être les citoyens remettre le politique au goût du jour ! Cette crise est liée étroitement à une forme politique, à un système économique et financier... il suffit que les gens en prennent réellement conscience pour qu’ils réagissent ! Mieux vaut que ce soit encadrés par une gauche de gauche que par des extrémistes incontrôlables. Le PG, dans ce cas, pouvait être une bouée... mais il n’apparaissait pas sur le plan médiatique ! Pourtant, « La révolution par les urnes », c’est une bien belle et juste formule ! 


        • Matéo34 Matéo34 12 juin 2009 09:32

          @ l’auteur.

          Bonjour,

          Je veux bien que vous fassiez de l’analyse politique mais il va falloir éviter les coquilles : Je vois pas bien le lien entre Dupont-Aignan et le « Front de gauche pour changer l’Europe » : Dupont-Aignan est président de « Debout la République », Celui du Parti de gauche c’est Jean Luc Mélenchon...

          Bon après, c’est des questions de chronologie : l’idée du Front de gauche a été lancé par le PCF avant même la constitution du PG... On peut dire que c’est les communistes quui se sont alliés avec le PG. Mais bon, c’est pas grand drame !
          C’est à mon avis la startégie d’union qui a payé car le reste n’est quie spéculation : le PG apporte-il des voix, est-ce que le PCF aurait retrouvé son score de 2004...

          Bonne journée.

          Matéo 34


          • Hobbes Hobbes 12 juin 2009 12:28

            Mon parallèle entre les deux formations ne portait pas sur leur idéologie respective mais sur le caractère récent de leur création en tant que partis politiques autonomes (fin 2008 pour les deux). Leurs scores respectifs me semblent plus qu’honorables au regard du nombre d’adhérents, militants, niveau de finances et nombre d’élus.


          • bonsens 12 juin 2009 10:00

            Peut être que si l’UMP et Europe Ecologie ont fait de si bon scores, c parce que ces deux listes ont parlé d’Europe tout simplement et pas les autres.
            Alors on peut être d’accord ou pas avec ce qui est dit, mais les français réagissent par rapport à des contenus aussi.
            C’est du bon sens !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès