Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Arrogance incompétente

Arrogance incompétente

En Grèce, le salaire minimum prévu par la convention salariale s’élève à la somme astronomique de 751,39 euros. (Le travail journalier étant de 33,57 euros). A 50-100 euros près, c’est ce que touche la plus part des salariés : un Himalaya de pognon. En tous cas c’est bien ce que pense la Troïka (UE, FMI et BCE) puisqu’elle vient d’exiger du gouvernement grec de mettre fin à la convention collective : « Il faut tout de suite commencer un dialogue avec les partenaires sociaux pour les convaincre d’abaisser le seuil salarial minimum mais, si cela s’avère impossible, il faudra légiférer ». Commission européenne et FMI pensent donc qu’il faut supprimer les syndicats en Grèce, qui n’ont de toute façon « obtenu » qu’un salaire au dessous du seuil de pauvreté. La commission considère qu’il reste toujours trop élevé. Il ne s’agit pas là de mesures concernant les fonctionnaires, mais bien des salariés du privé. En d’autres termes, puisque le privé « peine » à payer ses impôts (fourchette haute) ou risque de fermer boutique faute d’acheteurs (fourchette basse) ne reste que les salariés (déjà ponctionnés trois fois en deux ans) et les retraités (eux aussi saignés jusqu’à l’os). 

Lorsque le gouvernement grec a sorti sa dernière lubie (le fisc exige désormais des factures couvrant soixante pour cent du salaire, sinon, il taxe de dix pour cent la différence), on pensait avoir atteint le degré zéro de la pensée (et de l’efficacité) économique (pour l’éthique et la justice sociale ce degré est largement dépassé depuis longtemps). Et voilà que la Commission réussi à aller encore plus loin. Car ce qu’elle propose ce n’est rien d’autre que la fin de l’Etat de Droit, des corps constitués, de la société civile, de la séparation des pouvoirs, de l’indépendance des syndicats (et, en passant, de celle de la confédération patronale ). 

Nous décidons et nous ordonnons était le slogan de la dictature militaire. Il semble désormais être celui de la Troïka. Prompts a exiger des nouveaux efforts à la Grèce, la Commission et les Etats membres le sont beaucoup moins dès lors qu’il faut prendre une décision. Au tout début de la crise, le problème grec était quantifié : il se situait autour de 120 milliards, tous engagements et emprunts confondus. A force de traîner, il a doublé, et, cette crise de confiance, cette paralysie ont ajouté au déficit grec quelques 600 milliards, partis en fumée au sein des bourses européennes. Cet appauvrissement généralisé, conséquence d’une moins value qui ne valorise désormais les géants du CAC, du FTSC ou du DAX qu’au prix de leurs avoirs immobiliers ou de leurs stocks, n’a rien de commun avec la dette souveraine grecque qui initialement se situait autour de moins de1% du PIB des pays membres. Si les Etats membres avaient comme objectif leur faillite généralisée ils ne se seraient pas pris autrement. Boutiquiers irresponsables, gestionnaires dépourvus aussi bien d’esprit anticipateur que de courage, ils exigent en sus aux plus pauvres de leurs concitoyens de céder une part de leurs 751 euros mensuels. Il ne faut pas les virer pour cruauté et manque d’humanité : leur incompétence suffit amplement 


Les réactions les plus appréciées

  • pissefroid (---.---.---.39) 4 octobre 2011 13:18
    pissefroid

    Je pense que la seule issue, pas trop destructrice pour les grecs, c’est que la grèce annule, unilatéralement, sa dette.

    Les banquiers ont prêté, ils ont perdu, à eux d’assumer leurs responsabilités.

  • Arfgrrr (---.---.---.190) 4 octobre 2011 10:47

    D’ou voyez-vous des incompétents ?
    Ces gens là savent très bien se qu’ils font au contraire. Ils ne sont ABSOLUMENT pas incompétents malheureusement pour nous le Peuple.

  • Yvance77 (---.---.---.51) 4 octobre 2011 10:31

    De l’auteur cet extrait de son excellent billet :

    « Il faut tout de suite commencer un dialogue avec les partenaires sociaux pour les convaincre d’abaisser le seuil salarial minimum mais, si cela s’avère impossible, il faudra légiférer  »

    Dès que quelqu’un au pouvoir politique ou type Medef prononce ces paroles il faut purement et simplement le passer par les armes.

    Ce n’est pas acceptable !!!

  • Ariane Walter (---.---.---.252) 4 octobre 2011 10:51
    Ariane Walter

    Michel,

    Merci d’abord pour ton article d’hier. Grand plaisir de te retrouver avec les beaux noms de cette pensée grecque qui a forgé la nôtre. Nous la suivons quand il s’agit de comprendre , intelligence raffinée qui nous fait honte quand nous voyons le marasme de la pensée actuelle.
    En ce qui concerne l’état de ton pays, je conçois que tu deviennes fou. Car ceux qui prennent des décisions sont fous. Bien plus qu’incompétents. Je viens de lire un article sur les programmes à la nanoseconde que mettent au point les traders de wall street. Voilà les assassins de ton monde et de nos pays. Son-ils heureux pour autant, les yeux rivés toute la journée à des chiffres incompréhensibles ?
    Quelle pitié pour ton pays. Nous en avons le ventre tordu car nous savons que cette folie vient vers nous. Que nous sommes préservés simplement le temps de ces élections et que lorsque le nouveau maître, quel qu’il soit, sera installé, là, ils pourront donner la mesure de leur volonté de carnage. Quelle guerre incroyable. Invisible. On meurt debout. On meurt de faim. On meurt dans la rue. Certains s’arrosent d’essence pour finir plus vite. C’est cela ton beau pays. Nous pouvons bien protester, défiler, écrire. Ils ont la police et leurs journaux de propagande.
    Le masque de la démocratie, bientôt ils l’enlèveront.
    Faudra-t-il les égorger ? Quelle solution laissent-ils ?




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article

  • Catherine Segurane (---.---.---.49) 4 octobre 2011 10:28
    Catherine Segurane

    Pleinement d’accord.


  • Yvance77 (---.---.---.51) 4 octobre 2011 10:31

    De l’auteur cet extrait de son excellent billet :

    « Il faut tout de suite commencer un dialogue avec les partenaires sociaux pour les convaincre d’abaisser le seuil salarial minimum mais, si cela s’avère impossible, il faudra légiférer  »

    Dès que quelqu’un au pouvoir politique ou type Medef prononce ces paroles il faut purement et simplement le passer par les armes.

    Ce n’est pas acceptable !!!

  • Arfgrrr (---.---.---.190) 4 octobre 2011 10:47

    D’ou voyez-vous des incompétents ?
    Ces gens là savent très bien se qu’ils font au contraire. Ils ne sont ABSOLUMENT pas incompétents malheureusement pour nous le Peuple.

    • PAS GLOP PAS GLOP (---.---.---.223) 5 octobre 2011 14:25
      PAS GLOP PAS GLOP

      Tout à fait d’accord . La Grèce n’est qu’un laboratoire à ciel ouvert où sont testé les moyens qui seront par la suite appliqués à tous les autres pays en voie de liquidation .

    • Richard Schneider (---.---.---.52) 6 octobre 2011 17:57
      Richard Schneider

      Bien en accord avec vous. Comme vous le dites, « ces gens savent très bien ce qu’ils font ».

      Pour moi, ce que les Grecs devraient exiger de leurs dirigeants, c’est de sortir de l’Euro ; ils se débrouilleraient au moins tout seuls : ce ne serait pas pire que ce qu’ils subissent actuellement . Ainsi, ils arrêteraient d’engraisser les banques allemandes et françaises.
    • bigglop (---.---.---.143) 4 octobre 2011 18:51
      bigglop

      Bonjour,

      Les masques commencent à tomber. Il ne s"agit, ni plus, ni moins, que de la mise en servage, en esclavage de l’humanité à terme au profit d’une « élite » autoproclamée.

      Souvenez-vous de ces deux réflexions :

      Après 14 années passées à l’Elysée, et quelques semaines avant de mourir, François Mitterrand livra son testament politique aux Français : "La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort...apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.

      Les Américains d’aujourd’hui seraient outragés si les troupes des Nations Unies entraient dans la ville de Los Angeles pour ramener l’ordre ; demain, ils en seront reconnaissants. Ceci est particulièrement vrai si leurs regards furent préalablement dirigés vers une quelconque menace lointaine, qu’elle soit réelle ou non, et qui cible notre propre existence. C’est alors que tous les hommes de la terre souhaiteront discuter avec les dirigeants de la Terre, afin d’être délivrés de cet enfer.

      S’il est une chose que tous les hommes ont en commun, c’est la peur de l’inconnu. Lorsque considérés à l’intérieur d’un tel scénario, les droits individuels sont volontairement abandonnés pour la garantie de bien-être qui sera apporté sur un plateau par leur gouvernement mondial.  »

      Henry Kissinger Evian, France 21 mai 1992

      C’est plus qu’un génocide financier, c’est le génocide d’une nation, la négation de la volonté populaire. Les citoyens grecs sont très dignes et eux se battent en utilisant la désobéissance civile alors que les autres européens ont débranché le seul neurone qu’il leur reste.
      J’ai bien peur que cette seule désobéissance ne soit pas suffisante.

      Malgré sa dette publique en constant accroissement, les gouvernements grecs ont investi dans leur Défense des sommes colossales, 4,5% du PIB, 180.000 militaires sur 500.000 fonctionnaires (bénéficiaires : industries d’armement française, allemande, US...), pour plus de détail :

      http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-un-gouffre-explore-du-deficit-grec-les-achats-massifs-d-armes-a-la-france-a-l-allemagne-aux-eta-78300187.html

      La Grèce est le laboratoire de la déconstruction européenne et il patent qu’elle est sous tutelle du FMI, de la BCE, du FESF de la Banque-MESF et des marchés financiers spéculatifs. Papandréou, Président de l’Internationale Socialiste, n’est que le porteur de mauvaises nouvelles de ses tuteurs. Le courage politique aurait été de démissionner, de convoquer une nouvelle élection présidentielle et législative pour proposer des solutions alternatives d’organisation du système bancaire grec, refuser la partie indue de cette dette.
      Le pillage de la Grèce va se poursuivre jusqu’à ce qu’il ne reste que la carcasse et encore elle aura un prix.

      Voilà le projet de tutelle de la Grèce :

      http://bruxelles.blogs.liberation.f...

      http://bruxelles.blogs.liberation.f...

      En dehors de la période « des Colonels », la Grèce a été dirigée par trois familles :
      - les Papandréou
      - les Caramenlis
      - les Mitsotakis
      qui se sont servies sur les fonds publics par la corruption, les passe-droits, rémunération des influences, marchés truqués, etc...
      Et maintenant, les médias, occultant ces informations, s’acharnent, hypocritement à accuser le petit peuple de corruption

      En suivant, un commentaire sur AVOX d’une résidente en Grèce :

      Bonjour a tous,

      ceci est mon premier message et je me décide a intervenir car "on dit" tellement de chose sur la Grèce qu`il est temps d`éclaircir pas mal de zone d`ombre sur ce pays, son histoire, sa culture, ses rapports avec l`argent, l`Europe etc... Je me permet de réagir notamment a l`article de chapoutier interrogeant une syndicaliste enseignante car je vis dans ce pays depuis de nombreuses années, non pas en tant qu`expatriée professionnelle mais par choix personnel. Ma vision n`est pas celle d`une personne gagnant des milliers d`Euro tous les mois mais vivant avec les Grecs, parlant grec bref totalement intégrée...

      Avez vous entendu parler de la Grèce avant la crise de 2008 ? Très certainement avec sa mer bleue, ses maisons blanches, sa joie de vivre et l`hospitalité grecque, cliché très vacances mais loin du quotidien même avant 2008 !
      La Grèce est aussi un pays ou l`État n`a aucun pouvoir sans le consentement de l`église car cette dernière possède 94% du foncier dans le pays, n`est pas soumis a un système fiscal mais par contre l`État paye les salaires des Pops et comme l`État n`a jamais pratiqué la fiscalité a la française bien au contraire, il ne rentre pas d`argent et cela depuis toujours.
      Les armateurs sont aussi exonérés comme certains le savent déjà mais ceci pour une raison... Ce sont ces derniers qui au cours du XX siècle ont tout développés dans la vie grecque.
      Les compagnies de Ferry, l`ancienne compagnie aérienne Olympic Airline etc... alors que l`État depuis la dictatures des colonels ne faisait absolument rien faute de moyen.
      Les armateurs tels que le célèbre Onassis mais pas seulement lui ont transmis ces pôles économiques a l`État pour que la Grèce continue de se développer en échange d`une exonération fiscale.
      Malheureusement ce fut pendant de nombreuses années le règne de deux dynasties (Papandreou/Caramalis) qui ont avec le temps, dilapidée l`héritage des généreux donateurs faute de rentrées fiscales aggravé de corruption a tous les niveaux (État, peuple, église). 
      Il faut savoir que le peuple grec n`aime pas payer quoi que ce soit, le Grec est râleur, capable de colère terrible et finir dans des embrassades chaleureuses deux minutes après.

      Les Grecs ne se sont jamais sentit redevable de quoi que ce soit vis a vis de l`État car ce dernier n`a jamais rien fait pour le peuple qui a appris a se « débrouiller ». Pourquoi aurait il payer alors que l`esprit de justice sociale est totalement absente, le pays vit sous la culture du bakchich depuis la nuit des temps. Il y a encore quelques mois il n`était pas rare de voir des Grecs sortir des liasses de billets pour payer qu`un paquets de cigarette, ça c`est le cote très oriental car le rapport a l`argent n`a rien de commun avec la France. Ici demander combien vous gagnez n`est pas tabou.

      Tout c`est développé dans cette esprit et cela depuis très longtemps d`ou la difficulté pour un Français, un Allemand de comprendre le fonctionnement du pays en rapport avec le leur ou tout est encadré, loi, medecine, scolarité et j`en passe.
      Il en est de même au niveau des banques, des ministères, des services publiques ou devant le manque de développement économique privé, l`État a embauché des milliers de personnes souvent peu qualifiées dans des emplois, ou il n`était pas rare de trouver cinq personnes armées chacun d`un stylo de différentes couleurs pour signer un document. Peu payé mais les Grecs n`ayant pas de gros besoins, étant propriétaire de leur bien (Raison culturelle, dote du mariage etc..) il ne se sont jamais transformé en « killer ».

      Est arrivé l`Europe avec sa société de consommation et ça bien avant l`adoption de l`Euro. Les Grecs ayant toujours vécu dans une vie simple sortant d`une dictature militaire ou s`exprimer pouvait entrainer d`être fusiller en place publique, tout cela a bouleversé leur comportement d`autant que la structure financière bancaire n`a jamais été encadrée, prêt a gogo, pas de limite d`emprunt eux mêmes travaillant et étant payés en espèces, pas de recouvrement qui n`existe toujours pas actuellement... Pas d`huissier parce que la société grecque fonctionne a la confiance. Ça paraitra fou a un européen du nord mais au sud de l`Europe c`est comme ça, d`ailleurs si je devais faire une comparaison la culture grecque se rapproche plus du Liban que de la France. 

      Les investisseurs se sont empressés de s`installer ici car il y avait aussi a gagner pour eux, Carrefour, Fnac, ciment Lafarge, Société Générale, BNP, Crédit Agricole, EDF, Vinci.... Et surtout les « bienfaiteur francais/Allemand de l`armement » qui ont vu ce pays au centre des Balkans avec son ennemi juré de toujours la Turquie.
      Les USA ont entretenu ce conflit pendant des années leur permettant de vendre du F16 des deux cotés, vous n`avez pas d`argent, pas de soucis on vous prête. La Grèce est devenu en quelques années le quatrième acheteur d`arme !
      Les Grecs se sont vite retrouver acculer au mur en dépensant a outrance pour se protéger de la Turquie, l`État ne faisant pas de recette fiscale la situation est vite devenu ingérable.
      L`Europe est arrivée en « renfort » surtout a coup de concurrence sur les armes d`autant que la Grèce s`est vu gratifiée de l`espace Schengen, sans compter aujourd`hui les flux migratoire d`Afrique, moyen et proche orient, Europe de l`Est.
      Les Européens ont « aider » la Grèce a coup de prêt représentant des millions voir des milliards d`Euro, en contre partie la Grèce doit acheter son quota d`arme chaque années ! Pas d`achat d`armement pas d`argent. Cet ainsi que la dette de la dette a explosée accentuée par un manque de développement économique qui a plongé le peuple grec dans cette situation.

      Entendre dire des Français que les Grecs sont des voleurs est intolérable pour moi qui vit ici ! D`autant que les gros trusts financiers ont grandement creusé le déficit de se pays. Ce n`est certainement pas le peuple grec qui a piller le pays.
      Aujourd`hui les hôpitaux ne font plus de chimio faute d`argent, les enfants ont fait leur rentrée scolaire sans livre, les écoles ne sont plus chauffées en hiver et il y aurait tant a dire.
      J`entends dire « Diminuez le budget de l`armement », comment lorsqu`il est le fruit d`un odieux chantage financier !
      Les Allemands qui ont construit l`aéroport El Venizelos mais qui en ont l`exploitation totale ou les taxes d`aéroports sont les plus chères en Europe.

      Voila la réalité d`une Grèce qui souffre, d`un peuple a qui aujourd`hui on demande l`impossible et que les médias font passés pour des voleurs auprès de Francais ou aux yeux de l`Europe.
      piotreck parlait des médias grecs mais qu`en est il des chaines tv européennes ou y compris sur France 2 on balance des reportages sur Athènes a feux et a sang en utilisant des images des événements de 2008 alors qu`on est en 2011 n`ayant même plus la déontologie de marquer « images d`archives ».

      Le peuple européen vivant dans son confort social qui attends que le peuple grec fasse la révolution pour tous car eux mêmes critiquent ce pays, alors qu`en France personne ne plus défendue les acquis sociaux comme la retraite.

      Le Grec est tout sauf un voleur, il a appris a compter sur personne, il se « débrouille » comme il peut pour survivre dans un monde.

      Maintenant le temps est a la solidarité y compris celle de garder cette Grèce dans la zone euro qui ne représente que - 2% du pays européen et surtout de l`aider, car si demain elle sort de cette union le peuple souffrira davantage.
      Ce n`est pas en revenant a des monnaies nationales qui ne vaudront plus rien devant ce qui sera demain la guerre de la dévaluation.
      Nous sommes dans une restructuration mondiale de l`économie a coup de guerre monétaire est/ouest, s`entraider est une valeur essentielle a la survit de chaque pays européens sinon personne ne relèvera la tête y compris chez vous en France en Allemagne.
      Laissez le temps a la Grèce de faire ses reformes mêmes si elles sont difficiles pour le peuple grec mais on ne passe pas de l`économie libanaise a l`économie suisse en un clin d`œil. 
      Les Grecs souffrent mais restent pragmatiques pour la plupart, beaucoup savent que l`origine du mal est aussi la corruption et que dans la situation dans laquelle ils étaient auparavant il n`y avait pas d`avenir.
      Engendrer une révolution actuellement plongera le pays dans le sang car ils sont aussi conscient de qui etait au pouvoir il y a a peine quarante ans.

      Merci de m`avoir lue pour ceux qui le feront.

      Bon week end
       

      http://www.slate.fr/story/11249/en-grece-le-pouvoir-politique-est-aux-mains-de-trois-familles

      http://mobile.agoravox.fr/actualite...


  • Ariane Walter (---.---.---.252) 4 octobre 2011 10:51
    Ariane Walter

    Michel,

    Merci d’abord pour ton article d’hier. Grand plaisir de te retrouver avec les beaux noms de cette pensée grecque qui a forgé la nôtre. Nous la suivons quand il s’agit de comprendre , intelligence raffinée qui nous fait honte quand nous voyons le marasme de la pensée actuelle.
    En ce qui concerne l’état de ton pays, je conçois que tu deviennes fou. Car ceux qui prennent des décisions sont fous. Bien plus qu’incompétents. Je viens de lire un article sur les programmes à la nanoseconde que mettent au point les traders de wall street. Voilà les assassins de ton monde et de nos pays. Son-ils heureux pour autant, les yeux rivés toute la journée à des chiffres incompréhensibles ?
    Quelle pitié pour ton pays. Nous en avons le ventre tordu car nous savons que cette folie vient vers nous. Que nous sommes préservés simplement le temps de ces élections et que lorsque le nouveau maître, quel qu’il soit, sera installé, là, ils pourront donner la mesure de leur volonté de carnage. Quelle guerre incroyable. Invisible. On meurt debout. On meurt de faim. On meurt dans la rue. Certains s’arrosent d’essence pour finir plus vite. C’est cela ton beau pays. Nous pouvons bien protester, défiler, écrire. Ils ont la police et leurs journaux de propagande.
    Le masque de la démocratie, bientôt ils l’enlèveront.
    Faudra-t-il les égorger ? Quelle solution laissent-ils ?



  • tinga (---.---.---.165) 4 octobre 2011 10:55

     « Si les Etats membres avaient comme objectif leur faillite généralisée ils ne se seraient pas pris autrement.  »


    Mais c’est l’objectif ! Si vous travaillez sur les drogues, vous devez savoir ce qu’il en est du DEA et autres officines de trafics, les intentions affichées ne sont jamais les intentions réelles...
  • jef88 (---.---.---.166) 4 octobre 2011 12:49
    jef88

    En Grèce, le salaire minimum prévu par la convention salariale s’élève à la somme astronomique de 751,39 euros
    ce n’est qu’une face du problème ....
    quel est le cout de la vie ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès