Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Aujourd’hui en Russie, Tsipras met (enfin) la pression sur (...)

Aujourd’hui en Russie, Tsipras met (enfin) la pression sur l’Europe

Il y a quelques semaines, Syriza semblait avancer vers une capitulation de son programme au nom de sa préférence européenne, à la grande déception de ceux qui, comme moi, espéraient une libération du peuple grec de l’oppression austéritaire. Ces derniers jours font renaître l’espoir.

Les jokers chinois et russe
 
Coralie Delaume, dans le FigaroVox, puis sur Marianne, se demande « Et si les Grecs préparaient leur sortie de l’euro avec l’aide de… Poutine ?  ». Il faut dire que le timing du Premier ministre grec est assez fort : alors qu’il doit payer demain 458 millions au FMI, il est en visite aujourd’hui en Russie, le moyen de signifier aux dirigeants européens qu’il a un plan B au cas où Bruxelles n’accède pas à ses demandes ? Sur son blog, Jacques Sapir souligne aussi l’enjeu géopolitique qui émerge sur la scène européenne. L’économiste en fait le possible « acteur du grand basculement  ». Les deux pays ne cessent de souligner leurs liens et leur proximité, y compris dans la lutte contre le nazisme.
 
En outre, Athènes dispose également d’une carte chinoise dans son jeu. A ce titre, comme le souligne bien Coralie Delaume, la poursuite de la privatisation du port du Pirée est à double tranchant. Bien sûr, elle peut sembler contradictoire pour un parti de gauche radicale, mais elle représente aussi un geste envers la Chine puisque c’est une société chinoise qui en bénéficie. Pour elle, « Athènes a envoyé par ce biais un signal amical à la Chine, à la suite de quoi Pékin s’est empressé de racheter cent millions d’euros de bons à court terme », alors même que la BCE « avait demandé quelques jours auparavant aux banques commerciales hellènes de ne plus acheter de bons du Trésor du pays  »…
 
Plus ferme avec l’Europe ?
 
Bref, dans ses négociations, Alexis Tsipras n’est pas démuni. Même s’il préfère une voie européenne, comme le souligne Jacques Sapir sur son blog, le nouveau gouvernement semble trop bien construire un ou plusieurs plans B pour ne pas sembler considérer sérieusement de les activer au besoin. Comme le dit Coralie Delaume, « même si la sortie de l’euro ne figurait pas dans le programme électoral de Syriza et même si les Grecs n’y sont majoritairement pas favorables, ils doivent être en train de s’apercevoir à cette heure qu’ils n’ont le choix qu’entre le Grexit et la capitulation. Or le refus d’être davantage humiliés par l’UE a beaucoup joué dans la victoire électorale de la gauche radicale  ».
 
Mais ce faisant, comme le soutient Romaric Godin dans la Tribune, Athènes a renversé la situation. Pour lui, « en agissant avec prudence et détermination, Alexis Tsipras a su contourner la stratégie du ‘nœud coulant’ des Européens. Désormais, la pression est de nouveau sur Angela Merkel  ». Il note qu’aujourd’hui, le temps semble jouer contre les dirigeants européens et que le Premier ministre grec ne cesse de renforcer son jeu en jouant la carte russe comme il le fait aujourd’hui. Ce faisant, l’Europe pourrait être prise au piège d’un choix cornélien, entre pousser Athènes dans les bras de la Russie, et risquer d’enclencher la destruction même de leur tour de Babel monétaire, ou beaucoup céder à Syriza.
 
Bien sûr, il est encore trop tôt pour juger définitivement la stratégie d’Alexis Tsipras, mais les évènements des derniers jours semblent indiquer que la partie est encore assez ouverte. La possibilité d’une escapade russe pourrait pousser les dirigeants européens à plus de souplesse. Ou, à la rupture ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Bernard Pinon Bernard Pinon 8 avril 2015 10:45

    Il est aussi possible que la Grèce se prépare à une double circulation de monnaie (euro+drachme), un moyen de retrouver sa souveraineté monétaire sans vraiment sortir de l’euro.C’est ce qu’avait fait en son temps Arnold « Gouvernator » Schwarzenegger en Californie, et ça lui a permis d’éviter la faillite.


    • Olivier 8 avril 2015 11:57

      Difficile évidemment de dire ce qui va se passer, mais à mon avis la BCE va tout simplement racheter en sous-main la dette grecque pour éviter sa sortie de l’euro. Il faut voir que ce sont les grecs qui, paradoxalement, sont en position de force : il leur suffit de faire le chantage à la sortie de l’euro pour obtenir tout ce qu’ils veulent. Cette sortie serait tellement catastrophique pour le projet politique fédéraliste que l’UE est prête à tout pour l’éviter - et d’autant plus que par le biais du « quantitative easing », c’est-à-dire la planche à billets, elle peut créer autant d’argent qu’elle veut !


      • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 12:56

        @Olivier


        Et vous croyez vraiment qu’on peut faire marcher la planche à billets à foison...On n’est plus dans la toison d’or....
        L’économie de la grèce qui n’a vraiment de toute façon jamais existé, n’aurait jamais du rentrer dans L’UE ; elle a été possible uniquement grâce aux appuis français, VGE en particulier.
        Il est évident que la sortie est inéductable.
        Les surenchères nationalistes et borgnes, sur la dette de guerre, envers l’allemagne, montrant que la grèce n’a pas du tout la même objectivité selon qu’elle soit créditrice, ou débitrice, vont un peu plus accélérer les choses. Ce voyage de maquignon à Moscou ruinant un peu plus l’image

      • Laulau Laulau 8 avril 2015 13:30

        @bakerstreet
        Et vous croyez vraiment qu’on peut faire marcher la planche à billets à foison..

        Et que ce fait marcher la BCE lorsqu’elle achète des titres pourris aux banques, ça n’est pas la planche à billets ? Ah non c’est vrai, dans ce cas on dit « assouplissement monétaire » ou bien « quantitative easing » ... ça change tout.


      • gerard5567 8 avril 2015 14:53

        @bakerstreet
        L’Allemagne non plus n’est pas objective. Elle a déjà oublié qu’on avait annulé sa dette à deux reprises par le passé. Quant au voyage de maquignon, la Grèce est à bonne école avec Union européenne, qui n’est qu’une institution néolibérale, adpete justement du maquignonnage à grande échelle.. ...


      • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 17:02

        @gerard5567

        Ouai, moi le voyage de tsipras faisant la danse du ventre me ramène à des mauvais souvenirs ; les intellos français se rendant à Berlin en 42 ; ou bien des ministres portugais et autres pays satellites tout juste rendus dans L’UE rendant grace à WW bush, quand chirac avait refusé de monter dans la coalition.

        270 milliards, vous pensez que c’est objectif ?

         L’objectif, c’est de faire pression tout simplement sur l’europe. ....A mon avis c’est nul, les jours de la grèce sont comptés.....Étonnant comment ce type peut séduire les gogos. La grèce n’a pourtant pas changé d’un iota,, pire elle se caricature : Retour aux accents les plus rances du nationalisme, avec auto apitoiement, refus d’auto critique, la faute c’est les autres, même quand on la prend à piquer dans le pot à confitures, à magouiller....Du pure tapie, vous dis-je.....mentir, bluffer, même quand toutes les charges sont contre vous.
        Mais tout cela repose plus sûrement sur de la politique interne : Faire de l’esbrouffe, faute de résultats, afin de ne pas trop dévisser...
        C’est drôle ce qu’on peut faire subir à la mémoire, amnésique d’un coté, celui des subventions, les plus importantes que l’europe ai accordé à ce jour....Je ne parle pas de la dette qui passera dans l’oubli....Mais par contre aux taquets des exigences remontant à plus de 70 ans.....
        A ce titre, on pourrait demander aussi aux allemands raquerr, et à mon avis, aux vues des deux guerres, des vingt départements et des vingt villes portuaires détruites, on pourrait demandait à la louche dix fois ce que la grèce demande, c’est à dire 2000 milliards 
        Mais 2059 milliards et 20 centimes ça ferait plus joli...Mieux compté...
        Donc encore un effort, et on repart comme en 14....

      • marc23 8 avril 2015 17:10

        @bakerstreet
        Charabia inepte. 


      • Laulau Laulau 8 avril 2015 17:33

        @bakerstreet

        Retour aux accents les plus rances du nationalisme

        Bouh que c’est mal le nationalisme, c’est rance. Par contre je sais un pays où l’on voit des drapeaux partout, où l’on chante l’hymne national à tout bout de champs et qui met ses base et ses bannières tout autour du monde, mais curieusement les européistes trouvent ça très bien. Peut être parce qu’il s’agit du drapeau étoilés de l’empire ? Celui des boss quoi !


      • agent ananas agent ananas 8 avril 2015 19:15

        @bakerstreet

        L’économie de la grèce qui n’a vraiment de toute façon jamais existé, n’aurait jamais du rentrer dans L’UE

        Oui mais avec la nouvelle configuration géostratégique et énergétique qui se dessine, la Grèce a un atout. Elle pourrait devenir la porte d’entrée en Europe du gaz russe (Turk Stream/Balkan Stream)... et le port du Pyrhée devenir la tête de pont en Europe de la « Nouvelle Route de la Soie » que la Chine essaye de mettre en place.
        Ce qui en ferait un pays incontournable.
        Est-ce que l’OTAN laisera faire... est une autre histoire !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2015 20:42

        @Olivier
        Mais c’est déjà fait. Les dettes grecques sont devenues publiques.
        Ou pour dire autrement, c’est vous qui les avez en charge, enfin, vous, moi, nous, les contribuables européens ! « Dette grecque : le FMI et la BCE, créanciers privilégiés, aux Etats de payer ? »


        Les joueurs de bonneteau européen ont fait passer la dette grecque des banques aux institutions publiques.
        Pour comprendre la restructuration de la dette grecque de 2012

      • alinea alinea 8 avril 2015 23:43

        @alinea
        D’autant plus que ce n’est pas de l’argent que l’on a prêté aux Grecs, mais qu’on a racheté au privé, pour les soulager, les pauvres. Pauvres banques qui, je le constate, ne suscitent pas tant de rogne !!!


      • arnulf arnulf 12 avril 2015 16:10

        @bakerstreet
        Merci de mettre un G majuscule à Grèce. Le mépris trop voyant est contre productif. Si vous pouviez insérer quelque part dans votre texte un compliment bien senti pour le nationalisme etazunien ce serait super.
        Une fois cela fait nous tiendrons compte de vos extraordinaires réflexions.


      • hgo04 hgo04 12 avril 2015 19:49

        @bakerstreet
        «  »« Et vous croyez vraiment qu’on peut faire marcher la planche à billets à foison...On n’est plus dans la toison d’or.... »«  »

        Et que font les USA, avec pourtant 18 000 milliards de dettes ???


      • Vipère Vipère 12 avril 2015 20:21

        @hgo04


        Tant qu’il y aura des arbres à abattre, on pourra produire du papier et faire fonctionner la planche à billets ...

        La dette n’est que papier monnaie et tous les Etats libres et souverains peuvent produire de l’argent et acheter ce que bon leur semble ! 

        Comme au monopoly, les chinois achètent des hotels et des aéroports français, les quataris font pareil ! 

        La règle du jeu du grand monopoly mondial est que les français liés à l’Europe et à la « dette » comme la chèvre de Monsieur SEGUIN à son piquet, ne peuvent que vendre leur pays à la découpe aux étrangers !!!


      • Dom66 Dom66 8 avril 2015 12:18

        Martin Schulz commence à faire la grimace, et demande à A. Tsipras de ne pas mettre en danger « l’unité de l’UE. » Ça  me fait bien rire, il ne manque pas de culot ce Martin. comme quoi il n’y a pas qu’un âne

        Pour Tsipras j’espère que son voyage en Russie sera positif pour la Grèce.   

         Le gouvernement grec subit également une forte pression par le biais de mises en garde contre la coopération avec la Russie. Spiegel Online a publié hier un article annonçant que la « CDU est indignée par le flirt gréco-russe ».

        Lire la suite : http://fr.sputniknews.com/presse/20150331/1015409091.html#ixzz3Wi6kwPs3

         "Le gouvernement grec a l’intention de demander à la Russie de réduire le tarif du gaz et d’annuler l’embargo sur les importations de certains produits grecs"

         


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2015 20:44

          @Dom66
          Nada pour les fruits grecs exportés en Russie !
          Poutine maintien l’embargo sur les produits agroalimentaires européens.
          Cf le compte rendu de l’entretien Tsipras -Poutine dans la Tribune.


        • pens4sy pens4sy 9 avril 2015 00:10

          @Fifi Brind_acier

          Comment ça nada ?

          http://francais.rt.com/lemonde/1597-russie-prepare-levee-lembargo

          Le ministre russe du Développement économique Alexeï Oulioukaïev envisage même de faire cette faveur non seulement a la Grèce mais a Chypre et a la Hongrie.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 9 avril 2015 05:41

          @Dom66

          Le 13 fevrier, sur un article de Victor. et dautres, je commentais qu’on avait une perception erronée eu rapport de forece entrela Grece et l’Europe. En fait, c’est la Russie qui tient les atouts,, car avec son alliée la Chine elle a l’option de racheter la dette grecque à sa discretion. Elle peut donner à la Grece une bonne raison de sortir de l’UE, de renverser toutes ses alliances et d’amarrer la Grece (et Chypre) comme de gros porte-avions aux ordres des Brics en Méditerrané Orientale.... comme Israel l’est depuis 50 ans aux ordes des USA en Méditerrané Occidentale..... C’est tout l’équilibre des forces mondiales qui serait inversé.....

          Incidemment, cette transaction pourrait etre, au profit de la Chine ou des Brics. la manigance financiere la plus rentable de l’Histoire : racheter discretemnet la dettegrecque a rabais aujourd’hui... étant les seuls a savoir qu’avec l’endossemnt de la Chine cette dette reprendra sa pleine valeur nominale !

          Les USA ne peuvent courir ce risque, surtout au moment où toute l’Amérique latine pourraitaussi se désinféoder. Car tout peut arriver à l’OEA ces jours-ci, où il n’est pas impensable que les USA soient enjoins de se rétracter de leurs menaces au Venezuela sous peine d’être exclus de cette Organisation des Etats Américians qui est la structure d’encadrement de leur asservissement de l’Amérique latine... On pourrait vire une passionnante Quasimodo cette année....

          PJCA

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 9 avril 2015 07:13

          @pens4sy
          Exact, je présente toutes mes excuses !
          « Projet de sociétés agricoles gréco- russes pour contourner l’embargo »
          Et aussi un projet gazier.


          Le premier projet n’est pas du tout apprécié au niveau européen !
          La question qui se pose est de savoir si la Grèce, sous perfusion financière permanente, pourra réaliser ses projets ? Il suffit que la Troïka ferme le robinet des prêts.

          Contourner l’embargo signifie aussi que la question ukrainienne, à l’origine des sanctions contre la Russie, ne concerne plus la Grèce, alors qu’elle est un pilier militaire de l’ OTAN ?

          On voit bien que le plus simple serait que la Grèce sorte de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, elle aurait les mains libres pour signer tous les accords qu’elle veut !

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 9 avril 2015 13:53

          @Fifi Brind_acier

          "On voit bien que le plus simple serait que la Grèce sorte de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, elle aurait les mains libres pour signer tous les accords qu’elle veut ! "

          Je serais vous je garderais mes sarcasmes, on ne sait jamais :
          vous pourriez être un jour, qui sait, en responsabilité, et on pourrait aussi juger la différence entre les actes et les belles promesses radicales smiley


        • pens4sy pens4sy 9 avril 2015 13:55

          @Fifi Brind_acier

          Excuses acceptées, et bien d’accord avec le commentaire ci-dessus.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 avril 2015 19:16

          @Olivier Perriet
          Vous devriez lire le discours de Valls sur la Grèce pendant son séjour au Portugal.
          « Soit la Grèce fait ce qu’on lui dit, soit on coupe les crédits ! »


          Mon engagement politique ne regarde que moi, et les risques de se tromper qui vont avec.
          Ceux qui ne font rien ne risquent pas de se tromper.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 15 avril 2015 10:28

          @Fifi Brind_acier

          exact, c’est ce que je dis : vous ne faites rien pour l’instant


        • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 12:41

          La corde se tend, manifestement Tsipras tente de voir jusqu’à où elle peut résister. Pas dit qu’elle ne va pas casser et lui revenir en pleine tronche !


          La grèce veut bien rembourser 450 millions au FMI, condition pour obtenir une nouvelle tranche de plus de 7 milliards.....

          Sinon elle exige de l’Allemagne 278,7 milliards de remboursement de dettes de guerres ! ( ce que j’aime bien, c’est la virgule, le détail, qui montre qu’en grèce tout de même, on est parfois comptable....)

          Dans cette épicerie en faillite, l’esbroufe est tellement patente, qu’on ne peut penser qu’aux jeux de ressemblances entre Bernard Tapie et Tsipras.

          • wesson wesson 8 avril 2015 14:23

            @bakerstreet

            « La grèce veut bien rembourser 450 millions au FMI, condition pour obtenir une nouvelle tranche de plus de 7 milliards..... »


            Ce n’est pas exactement ça. 

            Le FMI est une institution mondiale, qui dépasse largement le cadre Européen. Depuis sa création, personne ne lui a fait défaut pour une raison très simple : si on fait défaut au FMI, alors plus rien ni personne ne vous prêtera le moindre argent dans le monde entier.

            C’est pourquoi ne pas rembourser le FMI est toujours une mauvaise idée.

            Par contre, et c’est là où réside toute la subtilité, Syriza n’as rien dit sur l’argent qu’il utiliserait pour effectuer ce remboursement.

            Par exemple, Syriza peut réquisitionner la banque centrale de Grèce afin de lui octroyer un prêt forcé (ça fait partie des choses qui sont possibles dans un cadre légal prévu), et payer le FMI avec cet argent là. Une telle action obligerait la BCE à réagir d’une manière ou d’une autre : Soit rien faire, ce qui équivaudrait à une victoire des Grecs, soit interdire à toutes les banques Européennes les Euros Grecs, ce qui reviendrait à expulser la Grèce de la zone Euro, tout en lui fournissant une raison valable (c’est à dire juridiquement défendable) de faire officiellement défaut sur sa dette.

          • gerard5567 8 avril 2015 14:57

            @bakerstreet

            L’esbrouffe est du côté de la Troïka qui n’a jamais cherché à sauver la Grèce mais à renflouer les banques allemandes et françaises, dont le Crédit agricole. La Grèce est en position de force désormais.


          • gerard5567 8 avril 2015 14:59

            @wesson
            Très bien vu.


          • alinea alinea 8 avril 2015 15:16

            @bakerstreet
            Avec tout le respect que je te dois, n’as-tu pas l’impression, bakerstreet, de confondre les oligarques, les dirigeants d’un pays, et son peuple ? Ou ne parler que des premiers et taire le second ?
            Au train où l’on va, nous ne tarderons pas à être dans une merde noire ; les autres, ailleurs, auront beau jeu de nous condamner, nous, peuple de France, qui laissons faire ce qui se fait chez nous !!


          • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 17:11

            @alinea

            @alinea

            Je sais bien que les céréaliers mettent devant eux les ramasseurs de noix, pour faire valoir leurs subventions. On peut placer le débat à deux niveaux. Si on se place dans la rue, au niveau de la misère, ce que tsipras tente un peu démagogiquement, alors on est tétanisé, et on envoie même ses économies à la banque grecque. Mais quand on prend un peu de hauteur, qu’on regarde les actions et les conséquences, on ne peut être que furieux contre ce pays, qui s’est joué admirablement de l’oubli, quand ça l’arrange, et de la pire capacité à réinstrumentaliser le passé. Cette histoire de dette que l’allemagne lui doit, c’est de pire connerie, celle qui réallume les feux. 
            En tout voilà Tsipras se rendant à Moscou, béni par les popes....Le clergé en grèce doit se faire encore un peu moins de soucis, s’il s’en faisait. Regardez l’histoire depuis les JO, ce pays est dans une gabegie constante : Triplement des salaires entre 2000 et 2010, gonflement des fonctionnaires, avec un seul impôt pour financer : Celui de l’europe qu’on appelle le crédit.....


          • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 17:19

            Alinea


            Je joint ce lien


            Nicolas Bloudanis  : Avec Syriza, la Grèce oscille à nouveau « entre démocratie et régime autoritaire »

            L’historien grec, Nicolas Bloudanis, auteur d’une remarquable « Histoire de la Grèce moderne, 1828-2010, mythes et réalités » (L’Harmattan), m’a fait parvenir le texte ci-dessous pour que je le publie sur mon blog. L’homme, que j’ai plusieurs fois interviewé et qui réside entre Patmos et Leros, estime que deux mois après la victoire de Syriza, il est temps de tirer le signal d’alarme sur ce qui se passe dans son pays.


          • alinea alinea 8 avril 2015 18:34

            @bakerstreet
            Que propose-t-il ce brave homme ; une sonnette d’alarme, c’est pour arrêter le train : que faut-il arrêter ? Le réveil ? La conscience ? ou la soumission, la gabegie des puissants ?
            Un peuple est en danger : bien fait dis-tu, comme la fourmi à la cigale ?
            Si on doublait ton salaire ( à prouver encore), tu monterais au créneau ? On t’a vanté l’Europe comme un cadeau ? Ben non les gars, les cadeaux, c’était pour nous !
            C’est pas Giscard qui a traficoté les comptes ! mais les américains, je parie que les Grecs ne le savaient pas !!
            En tout état de cause, qu’ils se barrent de ce merdier, et qu’on les soutienne !


          • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 18:53


            @alinea


            On peut pas empêcher les gens de vouloir voir les bons et les méchants là où ils veulent les mettre, et croire en ce qui les arrange. Hitler aussi défendait le populo, qui avait besoin de brouettes de marks pour s’acheter un pain. En ce temps on montrait des images de miséreux tendant la main pour montrer les conséquences du traité de Versailles......La Grèce a très bien su manœuvrer avec un jeu qu’était pas terrible, en usant et en abusant de subventions, de subverfuges savants. 
            Celui auquel vous faites allusion, avec Goldman sachs n’est pas piqué des vers, puisqu’il oblige la grèce à lui filer maintenant 500 millions d’euros jusqu’en 2037 je crois, pour l’avoir aidé à magouiller ses comptes, et s’être foutu de la gueule de l’europe...Le soutien à la grèce, mais il existe depuis 20 ans, ce n’est plus un soutien, d’ailleurs, c’est un mur en béton, un barrage contre la mer egée de la faillite. Pendant ce temps la marine grecque, a retrouvé la première place sur le podium mondial, devant le japon, et, ne paie toujours pas un rond d’impôts. No problem, sans doute....

          • lloreen 8 avril 2015 19:21

            @wesson
            "Le FMI est une institution mondiale, qui dépasse largement le cadre Européen. Depuis sa création, personne ne lui a fait défaut pour une raison très simple : si on fait défaut au FMI, alors plus rien ni personne ne vous prêtera le moindre argent dans le monde entier."

            Le FMI avec le FED et les autres corporations sont les plus gros escrocs que la planète ait portés.
            Non seulement plus aucun état ne devrait leur rembourser le moindre centime d’ euro mais en plus ces malfaiteurs associés devraient être arrêtés pour racket et crimes contre l’ humanité et condamnés à dédommager tous ceux qu’ ils ont spoliés .

            La cour fédérale du Canada a d’ ores et déjà jugé que la loi Rothschild est inconstitutionnelle. Et cette loi Rothschild est la même dans tous les états de l’ UE.En France elle s’appelle la loi Pompidou -Giscard (1973).

            https://www.youtube.com/watch?v=4x1Fn5yFcF8&feature=youtu.be

            http://decisions.fca-caf.gc.ca/fca-caf/decisions/en/item/100762/index.do


          • alinea alinea 8 avril 2015 19:45

            @bakerstreet
            C’est pas les bons les méchants, c’est des gens dans la merde et des coupables : le hic c’est qu’il y a beaucoup de coupables qui d’ici semblent être des leurs : un peu comme chez nous en fait !
            Les changements de « moeurs »(! !) ne se font pas en deux mois ; ils sont en cours ; personne avant ne les avait tentés...
            ...il y a quelque chose que je ne comprendrai jamais, ce caillou, là, qui obstrue le chemin, et que je rencontre, toujours le même, chez tant et tant de gens !!


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2015 20:48

            @wesson
            Si, si l’Argentine a fait défaut en 2012.
            « Nous ne rembourserons pas tout, et pas tout de suite ».
            cf l’entretien de l’ancien Ministre des Finances argentin.
            La différence, c’est que l’ Argentine n’a avait rien à cirer de sauver la construction européenne, contrairement à Syriza. L’Argentine est un pays indépendant et souverain.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2015 20:50

            @bakerstreet
            Vous avez raison, c’est une pyramide de Ponzi !!
            Ils empruntent pour rembourser les emprunts.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 avril 2015 20:55

            @bakerstreet
            L’argent des emprunts a surtout servi à acheter des armes, à la France, à l’ Allemagne et aux USA. Et les rétrocommissions qui vont avec !
            Où est passé l’argent prêté à la Grèce ?


          • alinea alinea 8 avril 2015 20:58

            @bakerstreet
            Tu m’envoies un article de Quatremer ? Dia !!
            je commence à comprendre !! Charlie, Libé toutça ; ce n’est pas du racisme mais de l’allergie.
            Désolée ; je crois avoir dit ça une fois !


          • bakerstreet bakerstreet 8 avril 2015 21:13

            @Fifi Brind_acier


            De toute façon, bien que la réalité soit accablante, ou pire, à cause de ce fait, on est chez la plupart des internautes ici,dans une forme de déni.
            Même déni d’ailleurs que chez les grecs d’ailleurs, qui depuis des siècles l’invasion turc entretiennent deux positions favorites
            - Un passé mythifié, qui leur permet de penser que le monde entier leur doit une dette
            - Un autre obscur, sous domination turc, qui les a dispensé de se gouverner, mais qui leur a donné une autre illusion tenace : Celle d’être toujours victime. Hier des ottomans, aujourd’hui des européens. La xénophobie est constante. L’histoire en sert que dans un seul sens, endosser le statut de victime
            De son passé sous tutelle, la grèce a appris magouilles diverses, et un état d’esprit s’est figé : L’impot est injuste, c’est un vol ; donc refuser de payer l’impot, c’est échapper au vol.

            On en est là. Il suffit de regarder les faits, accablants, de détournements, qui sont légions pour s’en assurer. Mais de cela, beaucoup refusent de le faire.
             Les chiffres seraient menteurs, manipulés. Seuls les effets populistes sont tolérés. C’est pour ça qu’on a toute indulgence pour Tsipras, qui a réussi à voler sa clientèle à « aube dorée »....C’est dire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès