Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Autriche : l’extrême-droite incontournable

Autriche : l’extrême-droite incontournable

Une élection test avant les européennes.

La grande coalition entre sociaux-démocrates et conservateurs en Autriche devrait se maintenir au pouvoir à l'issue des élections législatives, mais de justesse. Une victoire sous forme de défaite.

Les sociaux-démocrates (SPÖ) du chancelier sortant Werner Faymann arrivent en tête avec 27,10% des suffrages, soit une baisse de plus de deux points, comparée aux 29,26% de 2008. Son traditionnel allié gouvernemental, le Parti populaire (ÖVP, démocrate-chrétien) accuse un recul similaire à 23,81%, comparé aux 25,98% en 2008. Le scrutin est marqué par la progression du principal parti d'extrême -droite FPÖ qui gagne près de quatre points à 21,40% (17,54% en 2008).

Le FPÖ de Heinz Christian Strache, qui a prêché en rap « l'Amour du prochain  » - à condition qu'il s'agisse d'Autrichiens - a mené une campagne axée sur le rejet du centralisme de Bruxelles et des attaques contre les demandeurs d'asile et les immigrés. « HC », comme il aime se faire appeler, a profité de la campagne terne et clientéliste des deux grands partis.
 
En revanche le BZÖ, parti fondé à la suite d'une scission du FPÖ, par le charismatique dirigeant populiste Jörg Haider, décédé dans un accident de voiture en 2008, avec seulement 3,63% des voix est éliminé du Parlement, alors qu'il avait encore obtenu 10,70% en 2008.
 
L’Autriche est venue donc confirmer, le pronostic de plusieurs analystes : les élections européennes de mai prochain risquent d’être « l’équivalent pour l’Europe du 21 avril 2002 en France ». L’extrême droite y a reçu dimanche plus de 25% des voix, et un nouveau parti anti-européen est crédité de 6% des suffrages aux européennes de mai prochain.
 
La forte présence de forces populistes ou d’extrême-droite n’est pas nouvelle en Autriche. Mais, s’agissant d’un pays qui n’a pas traversé récession et austérité comme une bonne partie de l’Europe, la poussée constatée dimanche n’en est que plus révélatrice du climat. On a vu déjà en Grèce que l’une des conséquences de la crise et des mesures d’austérité dramatiques est la montée du parti néonazi Aube dorée, dont les principaux dirigeants ont été arrêtés samedi suite à des actes de violence criminelle. Tout le monde a paru approuver cette mesure, au nom de la démocratie, sans souligner qu’il s’agit de députés élus et présumés, à ce jour, innocents. L’impunité parlementaire n’a pas été respectée, ce qui ne c’était pas vu en Grèce depuis 1974 avec le coup d’état des «  Colonels ». 

Le résultat autrichien augure certainement de ce qui se passera dans les 28 pays de l’Union qui éliront en mai prochain le nouveau Parlement européen, dans une apathie et un climat de défiance politique qui risque d’envoyer un contingent sans précédent de députés situés à la droite extrême de l’échiquier.

http://www.metamag.fr/metamag-1577-AUTRICHE—L%E2%80%99EXTREME-DROITE-INCONTOURNABLE.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • howahkan Buddha 5 octobre 2013 11:09

    pour moi toute droite, enfin pseudo droite ,qui désigne surtout de nos jours les bourgeois financiers influents , les voleurs du collectif qui veulent diriger, toute droite dans ce sens est extrême...la droite à peine modérée superficiellement c’est le PS. le parti si.....e smiley
    non pas le PSG, le PS !

    Ferré disait : ne vote pas sinon t’es foutu....quelle juste vision....car cela ne mets au pouvoir que ceux qui le veulent, or ceux qui veulent le pouvoir ce sont des gens qui roulent pour eux mêmes avec l’intention cacher d’en prendre un max sur le dos de ceux qui travaillent réellement...pognon, pouvoir...les deux mamelles de la démence humaine..les gens avec un peu d’ intelligence étant coopératifs naturellement, dans un tel système de vote ils sont toujours lésés...voter n’est pas non plus la solution ..
    le vote finit toujours par profiter aux voleurs.....car c’est lui qui l’a initié bien sur..
    Une solution....il y en a une seule...unité, des gens unis , faire volontairement ensemble ce qu’il faut pour bien survivre physiquement, mais le fait de vivre est beaucoup plus que survivre.....il est de savoir autre chose qui est caché................mais çà c’est un sujet pour quand l’humanité sortira des couches culottes..et du je te pique ton jouet....ça peut etre demain ,qui sait ?? smiley


    • baldis30 5 octobre 2013 11:33

      « rejet du centralisme de Bruxelles »......
       il est gentil le mot « centralisme » , .. bien gentil ....
      Le développement de la politique techno-bureaucratique bruxelloise conduit naturellement au rejet...
      Et celui qui use de l’argument se trouve en position de force, c’est naturel . Les autres laissant faire ne peuvent qu’être accusés de laxisme , de jemenfoutisme et pour finir d’irresponsabilité tout en bénéficiant des places avantageuses du pouvoir, sans en avoir les inconvénients.
      La Commission a tous les pouvoirs et n’est responsable devant personne .... Un mur ! Peut-on croire que le citoyen européen de niveau intellectuel moyen ne s’en aperçoive pas ? La réaction psychologique est facile à imaginer : si les élites qui prétendent gouverner comme seule courroie de transmission sans responsabilité en sont inconscientes elles doivent s’attendre à recueillir les fruits amers de leurs abandons !
      Et en matière d’abandon il y en a de deux sortes
      - l’abstention
      - le vote contre .


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès