Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Avis de tempête sur le plan Grec

Avis de tempête sur le plan Grec

Hier, la forte hausse du CAC 40 illustrait mon papier sur « la crise économique (qui) suspend son vol  ». Mais entre temps, les choses se sont considérablement compliquées à Athènes entre les revendications de la Finlande et le rapport du parlement grec jugeant « la dette hors de contrôle  ».

Menace sur le plan européen

Décidément, les négociations pour finaliser le plan de soutien aux créanciers de la Grèce traînent en longueur. Depuis le 21 juillet, la Finlande, qui doit contribuer à hauteur de 2% des montants, refuse de donner sa garantie sans contrepartie de la Grèce. Elle souhaite en effet recevoir des cautions en cas de non remboursement. Par exemple, la Grèce pourrait donner une entreprise en garantie qu’Helsinki récupèrerait si Athènes ne pouvait pas honorer sa dette.

En effet, ces plans doivent passer dans les parlements nationaux et les parlementaires finlandais ne sont pas très favorables à une telle aide, ce qui explique les exigences du gouvernement. Malheureusement, il est bien évident que si la Finlande obtenait quoi que ce soit, d’autres pays pourraient faire des demandes équivalentes. L’Autriche, les Pays Bas, la Slovaquie ont déjà indiqué vouloir des garanties similaires, ce qui a fait hurler Jean-Claude Trichet, l’Allemagne et la France.

Il est bien évident qu’il n’est pas possible pour la Grèce de donner des garanties équivalentes au montant du plan. Et il est bien évident également qu’il serait difficile de donner des garanties spécifiques à un pays mais pas aux autres. Si la Finlande obtient quelque chose, la boîte de Pandore sera ouverte. Bref, les difficultés rencontrées dans la négociation du plan semblent indiquer qu’il n’est pas totalement impossible que le plan échoue, même si ce n’est pas l’issue la plus probable.

Athènes sur la voie de l’Argentine

Parallèlement, la situation se tend à Athènes. Le ministre des finances fait tout son possible pour suivre les exigences de la troïka bureaucratique FMI, BCE et Commission, mais la situation commence à inquiéter le Parlement grec. En effet, il vient de publier un rapport jugeant la dette « hors de contrôle » et affirmant que les différents plans « ne peuvent pas restaurer l’état des finances ». Une partie des autorités du pays commence donc à contester la ligne suivie depuis le printemps 2010.

Il faut dire que les résultats sont totalement désastreux. Après une chute du PIB de plus de 4% l’an dernier, la récession devrait s’aggraver cette année (le PIB a baissé de 6.9% au second trimestre) alors qu’il était prévu que la situation s’améliore (la troïka avait même prévu une légère croissance en 2012 !). Idem sur le déficit budgétaire, qui devait être de 8% en 2010, mais qui a dépassé 10% et qui progresse en 2011, alors qu’il était prévu qu’il descende à 7.6% cette année.

Malheureusement, cette issue était prévisible  : l’austérité sauvage qui est imposée à Athènes pour rembourser ses créanciers plombe tellement la croissance que ce qui est gagné en réduction de dépenses et en hausses d’impôts est compensé par l’effondrement de l’activité. Dès le printemps 2010, beaucoup d’économistes l’avaient écrit, ainsi que Nicolas Dupont-Aignan, ou votre serviteur. La situation semble sans issue dans le cadre actuel et il est évident qu’il y aura un troisième plan.

Toute la question est de savoir si Athènes arrivera à obtenir une véritable restructuration de sa dette, acceptée par les autorités européens ou si les dirigeants, lassés de saigner leur pays, ne vont pas finir par regarder l’exemple du défaut argentin comme une bien meilleure solution.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Le Yeti Le Yeti 1er septembre 2011 12:25

    « Avis de tempête sur le plan Grec. »
    Aussi, oui.

    Mais grand merci pour ces précisions. Elles peuvent paraitre dérisoires devant l’ampleur de la débâcle actuelle mais elle demeurent néanmoins indispensables à quiconque souhaite avoir une vision relativement détaillée des rouages de cette Bérézina moderne.

    Mais comme dirait Raymond Devos [cf « Le possédé du percepteur » ] : « enfin quelque chose de prévu. ». Car cette issue n’était pas « prévisible » mais bel et bien annoncée.

    Bizatouss !


    • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:39

      C’est même une crise fabriquée à dessein pour pouvoir conclure à inefficacité des états-nations et ammener les citoyens à implorer qu’une « gouvernance » mondiale veuille bien les soulager de leur souveraineté.


    • BOBW BOBW 1er septembre 2011 12:38

      Le peuple travailleur français ne sortira de ce traquenard (dans l’OTAN) des banques, grosses sociétés pétrolières et marchands d’armes que si l’union 

      -du Front de Gauche
      -des « Gaullistes de gauche »
      -des Verts honnêtes et de bonne foi 
      mais aussi 
      - des divers gauches et droites souverainistes non xénophobes

      se rassemblaient pour déterminer des objectifs communs, ce qui permettrait
      à notre pays de ne pas naufrager mais de se relever de cette anémie pernicieuse qui risque bien d’être fatale au classes « pauvres » et moyennes.



      • BOBW BOBW 1er septembre 2011 12:44

        Oupss : aux classes...


      • Daniel Roux Daniel Roux 1er septembre 2011 12:53

        Il ne fait plus aucun doute pour personne que la Grèce doit sortir de l’Euro. Elle n’aurait d’ailleurs jamais dû y rentrer.

        Quel organisme peut survivre en dépensant plus d’énergie qu’il n’en produit ? Aucun.

        Aucune organisation sociale ne peut survivre en dépensant plus de valeur qu’elle n’en produit. C’est un fait.

        Il n’y a donc aucun mystère là dedans. La Grèce ne trouvera son salut qu’à long terme après une dévaluation drastique, la protection de son économie, la fin du clientélisme et une réforme fiscale sans complaisance.

        Si nous enlevons nos œillères, nous constaterons que la France n’est pas, fondamentalement, si différente de la Grèce.

        La décomposition de la morale publique, prédominance de la spéculation sur les investissements, la baisse idéologique des impôts de la classe la plus riche et l’incompétence, pour ne pas dire la trahison, des plus hautes instances de l’état, nous ont aussi durablement affaibli.

        Il n’est pas certain que nous sortions indemnes de ce bourbier mais il serait souhaitable que toute la lumière soit faite sur les responsabilités des uns et des autres.


        • Emmanuel Aguéra LeManu 2 septembre 2011 02:51

          En somme, vous prônez de l’inflation ?


        • Daniel Roux Daniel Roux 2 septembre 2011 08:26

          @ Le Manu

          Vous concluez plus vite que je ne commente. Quelle phrase a bien pu vous amenez à cette conclusion ?

          Si ce que je prône vous intéresse, lisez mes articles.

          En ce qui concerne l’inflation, les quantités inimaginables de liquidités balancées sur les marchés financiers par la FED et la BCE, conduisent quasi mécaniquement à l’inflation voire à l’hyper inflation puisque beaucoup plus de monnaies pour une même valeur économique globale dilue la valeur de la monnaie.


        • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:42

          La seule différence entre la Grèce et la France c’est que la Grèce a moins de gras que la France et qu’ils sont arrivés plus vite à l’os.

          Mais le principe mis en oeuvre est le même : obliger les états à emprunter aux marchés au lieu de se financer gratuitement de façon souveraine.

          Il n’y a aucune incompétence là dedans.

          C’est un coup d’État global.


        • victor latent 16 septembre 2011 18:49

          « Il ne fait plus aucun doute pour personne que la Grèce doit sortir de l’Euro. Elle n’aurait d’ailleurs jamais dû y rentrer. »

          L’Euro est la monnaie de l’UE !

          C’est inscrit noir sur blanc dans le traité de Lisbonne, article 4 du TUE (Traité sur l’UE). Traité dans lequel Sarkozy a engagé la France en s’asseyant sur l’avis des Français.

          De plus, le traité ne prévoit aucune sortie de la zone euro, cela a été rappelé par la Commission européenne. Si un Etat s’y engage, il y reste jusqu’à sa ..mort.

          La seule et unique façon pour la Grèce à sortir de la zone euro et de retrouver la santé, c’est de sortir de l’UE !, article 50 du TUE.


        • wesson wesson 1er septembre 2011 14:24

          bonjour l’auteur,
          vous parlez d’avis de tempête, mais il s’agit plutôt d’un ouragan qui se prépare. Tout d’abord il est inutile de tourner autour du pot : Les grecs ne rembourseront pas leur dette, ce que les gouvernements européens savent parfaitement.

          D’où la manœuvre du FESF, qui n’est rien d’autre qu’’une structure de défaisance financée par le public. Et le plus beau, c’est que ce FESF est une entité privée domicilié au Luxembourg, qui dans les fait n’a pas vraiment l’obligation d’utiliser les fonds que on lui prête au sauvetage des pays en difficulté. Pour le dire différemment, le pognon public alloué au FESF aurait de forte chances de se retrouvé spéculé sur les marchés financiers. un must !

          mais revenons à nos moutons, les grecs, qui en ont un peu marre de se faire tondre. Une fois qu’ils auront constaté qu’ils n’ont plus rien, ils n’auront que deux alternatives : soit imprimer eux-même des euros en se passant de l’autorisation de Bruxelles - ce qui forcerait les Allemands à revenir au Mark, soit eux-même sortir de l’Euro et se remettre à imprimer des drachmes - ce qui donnerait la même idées aux autres candidats au FESF.

          Bref, quel qu’en soit l’issue, l’euro en temps que monnaie unique est mort. Et ça arrivera le temps de dessaouler !


          • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:10

            Il y a une voie moyenne copiée sur le systeme chinois :

            Réintroduire la Drachme comme monnaie interne et conserver l’Euro comme monnaie d’échange internationale (ce qu’elle est en réalité).

            Ca peut même être introduit de de façon unilatérale pas le biais de certaines exceptions aux traités européens dont bénéficie, par exemple, la république monastique du mont Athos.

            On peut très bien imaginer que la république monastique d’Atos frappe monnaie et garantisse sa conversion à taux constant avec l’Euro.

            L’église (dont le rôle social est encore important en Grèce) serait alors capable de diffuser cette monnaie dans tous le pays, offrant par exemple aux municipalités la possibilité de compléter les salaires de leurs fonctionnaires avec des « Athos » au lieu d’abaisser les salaires de façon drastique comme c’est le cas actuellement.

            La garantie offerte par l’église (qui est le premier propriétaire foncier) devrait suffire à convaincre les commerçants à accepter cette monnaie comme fiable.

            Sans parler de l’influence cultuelle et morale que conserve l’église grecque dans la société grecque  : non seulement les grecs sont encore très religieux mais l’église est perçue comme le refuge de l’hellénisme pendant le joug ottoman.

            Des sollutions existent, mais la question est de savoir si Papendréou joue en faveur des grecs ou de l’élite globaliste.
             


          • oncle archibald 1er septembre 2011 14:48

            Les grecs ont appuyé sur le bouton « survie » .. On n’emet plus de factures, donc on ne paie plus de TVA, on ne paie plus d’ISR, plus de cotisations sociales, tout se paie au black ... ce qui explique le ralentissement de l’économie .. et le « raté » du systeme de sauvetage ...

            Et sous peu ils vont se rendre compte que ce système pervers, qui les a déjà envoyé la ou ils sont, n’est bon que pour les plus nantis qui eux peuvent payer « hors circuit » leurs dépenses de santé, peuvent envoyer leurs momes dans des écoles privées, n’ont pas besoin de pensions de retraite vu qu’ils se sont constitué des rentes en faisant fructifier leur pognon,, etc etc .. 

            Soit on veut un pays socialement organisé, qui régule un peu tout ça et défend les plus faibles, soit c’est le far-west, et au far-west ce sont ceux qui ont les plus gros poings et qui sont les plus adroits au pistoiet qui gagnent .. Dans un pays organisé il y a un pourcentage de triche qui fait tout capoter ...

            • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:17

              Ce n’est pas vrai.

              Je viens de passer un mois en Grèce et je n’ai jamais fait une transaction sans qu’on me donne une facturette.

              C’est la première fois que ça m’arrive alors que je vais très régulièrement en Grèce.

              La contraction de l’économie n’est pas due au marché noir elle est absolument réelle.

              Imaginez qu’on vous coupe 20% de votre salaire du jour au lendemain.

              Cela suffit à expliquer cette contraction sans alimenter les fantasmes de triche qui ne servent qu’à faire croire aux autres européens que Eux c’est Eux et Nous c’est Nous.

              Ce qui se passe en Grèce n’est pas spécifique à la Grèce.

              Ce qui se passe en Grèce se passera aussi ici.

              N’ayez aucun doute.


            • Laurent Herblay Laurent Pinsolle 1er septembre 2011 17:41

              @ Le Yeti


              Merci à vous.

              @ BOBW

              Je partage également votre opinion sur le rassemblement.

              @ Daniel Roux

              C’est juste. Le point positif, c’est que le système actuel démontre tous les jours davantage son inanité, ce qui facilite indirectement le passage à une véritable alternative. Les citoyens craignent de moins en moins le changement tant la situation se détériore.

              @ Wesson

              Très juste, il est pour le moins ironique que le FESF soit basé dans un parasite fiscal. Il ne reste plus qu’à attendre. 2012 ? 2013 ?

              @ Oncle archibald

              Très juste. La population grecque peut y trouver le moyen de résister aux saignées que cette troïka technocratique leur impose et de tout faire sauter.

              • Aldous Aldous 1er septembre 2011 17:52

                L’aide « à la Grèce » était une aide aux créanciers imprudents de la Grèce.

                La Grèce n’a qu’une issue : dénoncer la dette comme Dette Odieuse et monter une commission d’enquête parlementaire pour éplucher la condition de constitution de la dette nationale.

                Les bons du trésor grec perdront toute valeur avant même la fin de l’enquête ; telle les conditions de l’endettement grec sont rocambolesques.

                Il ne restera à la Grèce qu’à) racheter à vil prix ses titres pour se désendetter.

                L’autre solution est celle prise par l’Islande : REFERENDUM
                 


                • Emmanuel Aguéra LeManu 2 septembre 2011 02:54

                  « Dette Odieuse »... comme c’est beau.
                  En fait, ne pleurons pas les amis... l’économie va bientot pouvoir se relever : les conditions me paraissent en effet se réunir à grand pas pour quelques bonnes petites guerres...


                • JL JL 2 septembre 2011 07:46

                  « Il ne restera à la Grèce qu’à) racheter à vil prix ses titres pour se désendetter. » (Aldous)

                  Sauf erreur, c’est au prix fort qu’il lui faudrait les racheter, non ?


                • Aldous Aldous 2 septembre 2011 10:45

                  Non justement, rappelez vous des emprunts russes.

                   Quand une dette est titrisée, sa valeur n’a plus rien à voir avec la somme due.

                  Les titres s’échangent sur le marché, ce qui compte c’est l’offre et la demande.

                  Si plus personne n’en veux l cours s’effondre.

                  Alors la Grèce pourra les racheter les parts de sa dette pour peenuts.

                  C’est ce qu’a fait l’Equateur en 2005.

                  La Dette Odieuse est un concept de justice internationale qui qualifie des dettes impossible à rembourser acquise par des dirigeants sans que cela ne bénéficie à la nation et alors que les prêteurs sont conscients de ces deux caractéristiques.

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_odieuse

                  La jurisprudence est constante : nul pays n’est tenu de rembourser une Dette Odieuse.


                • JL JL 3 septembre 2011 07:57

                  Aldous,

                  merci pour cette mise au point.


                • BA 1er septembre 2011 23:02

                  Les commissaires aux comptes du Parlement grec viennent de rendre leur rapport :

                   

                  « La dette grecque est hors de contrôle. »

                   

                  Maintenant, il va falloir agir.

                   

                  1- Première possibilité : le statu quo.

                  On continue de faire ce qu’on a toujours fait.

                  La BCE continue de racheter des obligations d’Etat grecques pour « rassurer les marchés », qui ne sont jamais rassurés.

                  On continue de faire des « plans de sauvetage », qui ne sauvent jamais personne.

                  On continue de faire des « Fonds de Stabilité », qui ne stabilisent jamais rien.

                  On continue de faire des centaines de réunions, qui ne règlent jamais les problèmes.

                  On continue d’apporter des milliards d’euros en garantie, que nous ne reverrons jamais puisque la Grèce ne peut pas rembourser ses dettes.

                  Rappel : concernant le Fonds Européen de Stabilité Financière, la France s’est engagée pour un plafond de garantie de 159 milliards d’euros. Je dis bien  : 159 milliards d’euros. La Grèce est incapable de rembourser : les contribuables français vont l’avoir dans le ...

                   

                  2- Deuxième possibilité : l’Union des dettes.

                  L’Union Européenne devient une Union des dettes. Le problème grec est réglé. Les contribuables européens paieront.

                   

                  3- Troisième possibilité : l’explosion.

                  Les pays européens ne peuvent pas avoir la même monnaie. La Grèce sort de la zone euro. La Grèce retourne à sa monnaie nationale, la drachme. La Grèce dévalue massivement pour relancer son économie.

                   

                  4- Quatrième possibilité : la privatisation de tout.

                  La Grèce privatise tout, sauf la Justice, la Police et l’Armée, parce qu’il va falloir réprimer les émeutes. La dette grecque est enfin remboursée. Le chaos s’installe.


                  • Emmanuel Aguéra LeManu 2 septembre 2011 02:57

                    T’as oublié un truc, la vente.
                    Les Turcs seraient peut-être heureux d’acheter le Péloponèse ?
                    Vite, parce que les Chinois ont déjà une bonne partie et ont toujours le carnet de chèque à la main.


                  • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:32

                    La status quo n’est pas possible : il faudra à la Grèce soir honorer ses échéances soir déclarer le pays en cessation de payement.

                    La seconde solution étant la plus intéressante pour les grecs car elle permet de mettre un terme au cycle de refinancement de la dette qui ne fait qu’aggraver le problème en lecregetant sur les générations à venir.

                    Ce que vous appelez l’union des dettes est à mon sens le véritable objectif de ce cycle de surendettement volontaire généralisé.

                    Ce qui se cache derrière cette « unification des dettes » est en réalité les projets de directives sur la gouvernance économique c’est à dire un abandon de souveraineté définitif instaurant l’état européen sans le dire.

                    Les USA vont avoir leur abandon de souveraineté de leur coté avec la mise en place d’un « super congrès » au dessus des élus.

                    Tout se met en place pour l’avènement du gouvernement mondial que nos politique appellent de leur voeux.

                     


                  • sparte sparte 15 septembre 2011 19:26

                    Les USA vont avoir leur abandon de souveraineté de leur coté avec la mise en place d’un « super congrès » au dessus des élus.
                    ___________

                    cékoi ce projet ? pouvez vous en toucher quelques mots ou faire un article ?
                    ( merci )

                    Ron Paul avait donc raison quand il alertait sur la « fin de la démocratie américaine » : je viens de regarder sur le web ... effectivement ... cela prouverait bien qu’il y a encore un projet pour écarter le peuple : http://www.infowars.com/ron-paul-sounds-alarm-on-disturbing-super-congress/

                    c’est dingue ce projet de réforme : un Super Congrès au dessus du Congrès : le Congrès a rechigné à voter les 2.000 milliards : les banksters veulent écarter le peuple encore plus  !


                  • goc goc 2 septembre 2011 00:36

                    @ l’auteur

                    très bonne analyse de la situation. c’est vrai que n’importe quel individu un tant soit peu capable de maitriser son budget familial, était à même de comprendre que la dette grecque était un puit sans fond

                    En tout cas, on risque à nouveau de passer un week-end plutôt chaud, car l’aggravation irréversible de la dette grecque commence à être mise sur la place publique.


                    • Aldous Aldous 2 septembre 2011 11:37

                      C’est le cas à long terme de toutes les dettes souveraines occidentales depuis que les états sont obligés à empruntés aux banques privées au lieu de se financer sans intérêt.

                      En France depuis la loi de 1973.


                    • sparte sparte 15 septembre 2011 16:41

                      350 mds ce n’est rien eu égard aux dettes des autres pays dits du sud

                      Au lieu de tomber dans le piège anti Europe de la manipulation des banksters-maitres du monde, nous avions la possibilité de re-financer la GRECE - avec l’aide de pays « amis » comme je l’avais écrit il y a un mois - ces pays se sont depuis avancés : Suisse, Chine, Russie ... Suisse ; nos « amis » ... les EUA s’en gardent bien... montrant ainsi qu’ils sont aux mains des banksters etq u’ils veulent détruire autant l’Europe que l’Euro

                      pour le moment les Bons du Trésor grec sont couvert à un taux encore acceptable et à 3 fois l’offre ! on en a parlé ici en votre absence

                      Je persiste à croire que sans l’Allemagne la France n’a aucune chance de se récupérer et que votre l’attitude anti « boche » de NDA est aussi suicidaire que dépassée. Faut laisser ça aux défunts généraux ...

                      Notre seule préoccupation doit être de supprimer nos abyssaux déficits sociaux et de libérer tout ce que l’Etat a soumis à sa griffe  : l’enseignement, la recherche, les hôpitaux, tout le système de financement de la santé et des retraites, et d’en revenir aux conditions d’avant Miterrand  : 45 heures, 65 ans , 4 semaines de congés , et suppression du smic ( comme en Allemagne ) ... et suppressions du monopole des syndicats dits « historiques »... conditions pour ressusciter notre économie moribonde, etc. :

                      France : déficit cial = -75 mds
                      Allemagne : excédent = 250 mds
                       c q f d

                      Il m’apparait que la déroute éventuelle de la Grèce et donc de l’Euro , et l’anti germanismùe font l’affaire de certains comme NDA ... c’est avoir une vision courte de l’Histoire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès