Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Avons-nous réellement élu le président de la Commission Européenne (...)

Avons-nous réellement élu le président de la Commission Européenne ?

C'était censé être la "grande" nouveauté de ces européennes. Pour plus de démocratie, le scrutin ayant pour but d'élire les députés européens devait influencer le choix du prochain président de la Commission Européenne. Une mesure qui, à défaut de pouvoir faire de nouveau aimer l'Europe à ses citoyens, avait au moins pour objectif d'instaurer une dose plus grande de démocratie dans les institutions européennes et de donner une plus grande légitimité à la Commission qui, même si composée de non élus, a de réels pouvoirs (notamment celui de l'initiative des lois au détriment du parlementaire). 
 
Et cette mesure semblait réaliste, si bien que le débat plus quelque peu européisé par rapport à d'habitude, amenant même les leaders européens candidats à la présidence de la commission pour les plus grands partis à participer à la campagne, notamment par des débats et meetings dans plusieurs pays. 
 
Eh bien malgré tout cela, il semblerait que les dernières actualités européennes contredisent ces faits et cette belle intention. En effet, malgré une majorité de députés du centre-droit (214) aux élections du 25 mai dernier, Jean-Claude Juncker, le candidat du PPE ne sera peut-être pas le président de la Commission car il n'a pas de majorité absolue au sein du parlement. Voyons voir comment la montagne européenne a encore accouché d'une souris sur cette question.

Juncker pas élu ? 

En réalité, si les partis européens ont présenté leur candidat à la présidence de la Commission dès les élections européennes, ceux-ci ne sont pas systématiquement candidat en droit. En effet, le traité de Lisbonne impose au Conseil Européen de proposer au parlement un candidat en tenant compte des élections, mais n'impose pas de choisir le candidat dans les rangs du parti vainqueur puisqu'il faut que le candidat puisse obtenir du vote parlementaire une majorité absolue (376 votes) : il faudra donc rassembler au-delà du PPE et même s'appuyer sur le PSE avec une alliance "contre nature" selon certains du Front de Gauche.
 
Il faut aussi rappeler le Conseil européen et ses chefs d'Etats garde la main sur la nomination, mais certains dirigeants comme David Cameron refusent de soutenir Jean-Claude Juncker, trop fédéraliste pour les britanniques. Aussi, étant co-fondateur de l'euro, Juncker n'apparaît pas comme un bon signal envoyé aux eurosceptiques toujours plus nombreux. Mais à l'inverse, Angela Merkel a réaffirmé son soutien au Luxembourgeois. Plus original, Daniel Cohn-Bendit, qui n'est plus député, a toutefois appelé à voter pour... Jean-Claude Juncker alors qu'il n'est pas du tout de son bord. Il faut dire que cela a au moins le mérite de la cohérence.

La multiplication des candidatures

Comme si cela ne suffisait pas à discréditer la nouvelle mesure pour plus de démocratie, les candidatures se multiplient et cela n'a plus rien à voir avec les candidats d'origine. En effet, les différents chefs d'Etat ayant perdu les élections au niveau national veulent tenir compte des résultats nationaux pour proposer un autre candidat ou pour s'opposer aux candidats déjà proposé (comme David Cameron opposé à Jean-Claude Juncker).
 
Ainsi, François Hollande verrait bien Pierre Moscovici pour remplacer José Manuel Barroso. Exit Martin Shulz le candidat du PSE qui a pourtant beaucoup soutenu les socialistes français, exit aussi la victoire du Front National, la légitimité serait donc à un candidat représentant la troisième force politique de France a moins de 14 pour cent... Une conception intéressante de la légitimité. Une drôle de manière de prendre en compte le vote national.
 
Et la liste pourrait s'allonger, certains évoquent même Christine Lagarde, Michel Barnier, à la tête de la Commission, des personnalités qui pourraient être le compromis entre les députés et les chefs d'Etat.

Affaire à suivre

En bref, on balaye les candidats proclamés auparavant et cela ne ressemble plus du tout à une élection ni directe ni même indirecte, mais à un enregistrement par le parlement ce qui rappelle le peu de pouvoir qu'il a notamment dans l'initiative des lois.
 
Même si rien n'est encore officiel, il semble que le fait de tenir compte du vote pour choisir le président de la Commission meurt petit à petit. On voit bien une fois de plus que les institutions européennes ne résistent pas aux divergences nationales et aux difficultés du compromis. Pour plus de démocratie, on repassera sans doute... 


Sources
20minutes
Metronews
Le Monde
Le Monde
Le Parisien

Blog Actualité : http://www.blogactualite.org/2014/06/europeennes-avons-nous-reellement-elu.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • jako jako 6 juin 2014 12:19

    « En bref, on balaye les candidats proclamés auparavant et cela ne ressemble plus du tout à une élection ni directe ni même indirecte, mais à un enregistrement par le parlement ce qui rappelle le peu de pouvoir qu’il a notamment dans l’initiative des lois. »
    tout est dit en d’autre mots on appelle cela une forfaiture. Merci de vos informations


    • zygzornifle zygzornifle 6 juin 2014 13:37

      25 000 € par mois avec une retraite doré voila ce qui à été élu .......Pour le reste circulez l’Europe n’appartient qu’aux politiques....Les citoyens ne sont la que pour les faire vivres....


      • barbarou46 barbarou46 6 juin 2014 14:55
        N’oubliez pas que le capitaine crochet est mort en se grattant les couilles !
        mais, small is beautiful !

        Et c’est nous qui donnons des leçons de démocratie à la planète entière nous payant au passage la déstabilisation occasionnelle de quelques régimes jugés trop autocratiques....
        Elle est où la démocratie là ?
        Le plus hallucinant c’est que le système est entendu, Personne ne réagit à autant d’incohérences et trouve normal de voir Fabius défendre à l’Est les moulins US. En effet peu importe c’est la ploutocratie et la corruption qui semblent l’avoir emporté pour légitimer le bal mené par la finance mondialisée et le roi Dollar...
        Va t’on construire une Europe digne de Game of Trhones avec le mur, et derrière les morts vivants, non plus au Nord mais à l’Est avec la garde impériale du congrès Américain pour veiller... ?
        Comment la justice Américaine peut elle s’arroger le droit de juger des fonds qui circulent autour de la planète, de quel droit serait-elle juge et maître du droit d’échanger et de vendre. AMI TAFTA personne ne veut de l’Europe atlantique dans laquelle nous ont enfermés nos amis Anglo/Allemands, On veut une Europe à l’image de la république mourante que l’on démantèle, Une fédération d’états pas une grande Allemagne fédérale violée par les lobbys d’Amérique et de la City.
        Voilà pourquoi on est pas allés voter !
        Faudrait commencer à penser autrement, relocaliser l’économie l’intriquer dans le social afin de rendre à nouveau le travail rentable pour l’humain. Lutter contre la néo féodalité de l’argent globalisé. Repenser un système social conforme aux droits humains où la micro économie affranchirait l’homme et le rendrait garant de la paix retrouvée.....
        Mais la je rêve, On est à des années lumières de ce que pensent nos bien pensants des mieux autorisés.... ( à penser celà va de soi !)
        Un système qui ne prend pas en compte les considérations du peuple n’est pas une démocratie...
        Cette Europe est autocratique et au service des multinationales guerrières de la finance, personne n’en veut et cela est légitime...

        Ca va mieux en le disant !





        • France Europe République Fulbert de Chartres 6 juin 2014 19:32

          « Nous » avons élu le président du syndic des banques mondialistes qui vont nous faire trimer pour leur plus grand profit. Il n’y a pas de démocratie quand le peuple ne gouverne plus et que toutes les décisions sont au main du pouvoir économique...


          • christophe nicolas christophe nicolas 6 juin 2014 19:43

            Non mais il faut faire « sauter » ce truc. J’ai envoyé la théorie de l’intrication à tous les administrateurs du CERN et l’Union européenne est au courant, ils sont tous au courant et ils votent des rallonges de budget pour ITER comme si de rien n’était. Qui a pris la décision ? Rolf Heuer, le Directeur du Cern, Rompuy ou sa déléguée à la recherche qui est incompétente. Qui sait... mais ils sont tous au courant


            Ils ont voulu me prendre à la gorge et maintenant c’est eux qui le sont. Ils nous piquent notre argent pour construire des installations qui vont flinguer la Provence. Avec un peu chance ça saute avant qu’il mettent le tritium mais ils ne peuvent pas tester sans le tritium, donc.... c’est 40 ans de traversée du désert. Je vous rappelle que le canal de Provence passe à coté. Plus ils feront costaud, plus ce sera fragile car en métallurgie, les défauts s’évacuent en surface, on appelle cela des dislocations. Comme là ils ont fait très costaud, ce sera parfait pour foutre en l’air 20 milliards d’euros. On applaudit l’orgueil....

            Ces gens ne travaillent pas correctement. Tout ce que je vous ai expliqué en antigravité sont tout simplement des condensats de Bose Einstein réalisés à l’ambiante par des champs magnétiques un peu spéciaux que j’appelle "champs de Searl. Dans les laboratoires, c’est fait en abaissant la température près du zero absolu vers -273°C. Dans ces conditions, un gaz peut devenir super fluide et s’écouler sans frottement. A très basse température, on a affaire a un phénomène d’ordonnancement spontané des atomes comme les pingouins qui se rapprochent pour se tenir chaud et on ne voit pas l’antigravité parce que le système est isolé et doit se mettre spontanément plutôt en surgravité. La quantification des vortex montre que l’ordre est dérangé par les rotations ce qui est cohérent, je passe les détails, faites mi confiance.

            Potentiellement, les transports qu’ils soient maritimes, ferroviaires ou aériens sont révolutionnés et sans énergie, sans pollution, disponible partout, même au Burundi...

            Je recommande vivement de sécuriser les institutions par la royauté en la donnant à Louis XX et de consulter Etienne Chouard pour travailler sur une constitution qui relativise la notion de parti politique. Je recommande de rétablir une forme de conscription pour souder la nation, il va falloir faire un tour à Bruxelles, éventuellement en Allemagne, et surtout aller jusqu’à Rome pour voir se qu’il se passe réellement , pas les conneries médiatiques... 

            Certains se croient tout permis et prennent 99,9 % des gens pour des crétins... Il se passe de ces choses en coulisse... Babel et le culte de l’argent ne sera pas et s’il faut la guerre, il y aura la guerre. La paix dans le mensonge vous prépare réellement l’enfer.


            • KARMANIOL 6 juin 2014 20:55

              Cette élection n’a aucun intérêt, c’est la même équipe qu’avant qui domine le parlement. Préoccupés par leurs magouilles et leur obsession de servir comme des petits soldats l’oligarchie, ils vont élire encore un clone, informe et sans saveur, comme une Ashton, un Barroso ou un Van Rompuy.

              Ils n’ont donc pas compris qu’il faudrait donner un sens et du souffle à leur machin moribond, sinon c’est l’involution sénile accélérée. Cette Europe-là prend de plus en plus l’allure des encombrants promis à la déchetterie municipale.


                • soi même 6 juin 2014 20:59

                  Par défaut, oui, et c’est là, le problème, par défaut !
                  l’UE est un automate politique, même avec la sonne d’opposition, elle est nullement entraver dans son objectif final !


                  • médy... médy... 7 juin 2014 13:24

                    Revenons au début. Est-ce quelqu’un comprend ça ?

                    www.paris-europe.eu/media/pe-exercez-votre-pouvoir.pdf

                    et bien sûr le sport TV inter-sidéralisant : http://www.youtube.com/watch?v=kWwcpktyPdE

                    Mais qu’est-ce qu’il se passe ??


                    • booper 7 juin 2014 16:49

                      @médy

                      incroyable mais malheureusement vrai


                      • Donquichuchote 8 juin 2014 09:24

                        Le président de la Commission sera donc choisi par les partis, les 28 du Conseil, et recevra l’onction du Front républicain européen du Parlement, PPE, centriste et PSE. Nous qui vivons en France, nous serions à la fois étonnés et affligés face à cette carence démocratique !


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 juin 2014 11:20

                          Évidemment NON ! Mais tous avaient cautionné et cautionnent encore le LEURRE DÉMOCRATIQUE qui conduit au choix des candidats par les pouvoirs de l’argent ! Ce n’est qu’après la proclamation des résultats que tout le monde réagit, ce qui n’est malheureusement pas rentable ! L’exemple le plus frappant est celui de « l’élection de Hollande » sur un programme de la faillite générale : économique, politique et morale ! Est-ce que le chômage recule ? Est-ce que la France respire mieux ? Est-ce que la France s’accommode avec sa république et ses institutions homosexuelle ? Évidemment NON !!!


                          • zygzornifle zygzornifle 9 juin 2014 11:59

                            la soupe est bonne à Bruxelles pour cela qu’ils se bousculent tous pour y aller ....

                            340 députés mis en préretraite à 9000€ par mois c’est trop cool :

                            Consultez la liste sur :

                            http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Et ude_27.pdf

                             

                            Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot ( 73 ans) avec une retraite de 4.728,60 ? pour 5 années de commissaire européen aux transports À cela il faut ajouter sa retraite d’ancien député, celle d’ancien ministre, d’ancien président du Conseil général de la Haute Loire, de maire d’Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, le 23 février 2010 il a été nommé au Conseil Constitutionnel.

                             

                            Pour eux, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Car, c’est à peine croyable... Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 42 ans.

                             

                            Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problèmes, le taux plein c’est 15,5 ans... De qui se moque-t-on ? A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires. Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc.

                             

                            Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite !!! Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable....

                             



                            • claude-michel claude-michel 9 juin 2014 14:21
                              Avons-nous réellement élu le président de la Commission Européenne ?....ben..NON...c’est dame Merkel qui préside le IV Reich qui décidera...comme toujours...c’est la patronne.. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès