Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Bâle 3 : Il faut reprendre le contrôle sur les normes bancaires (...)

Bâle 3 : Il faut reprendre le contrôle sur les normes bancaires !

Malheureusement, l’information n’a pas fait la une des grands médias. C’est The Economist qui en a fait un sujet majeur il y a une semaine  : dans la petite cuisine de Bâle 3, les normes bancaires ont été assouplies, au point de laisser les banques européennes dangereusement sous-capitalisées.

Un relâchement de la régulation
 
Ce qui est en jeu est assez technique. Les règles Bâle 2 imposaient théoriquement aux banques d’avoir 8 euros de capital pour 100 euros d’actif. Mais ces règles dépendaient du risque des actifs, à savoir que pour les meilleurs actifs (parfois, en fonction de leur notation), il suffisait d’avoir seulement 20% de ce capital, soit 1,6% de couverture !!! Quand on sait ce qu’il est advenu de certains titres notés AAA… Depuis la crise, le comité Bâle met au point de nouvelles règles, dites Bâle 3. Dans un précédent papier, j’avais déjà indiqué que les lobbys financiers oeuvraient dans l’ombre pour les assouplir.
 
Il était prévu que les banques soient contraintes d’avoir 3% de capital par rapport à leur actif. Mais alors que trois quarts des banques étasuniennes respectent déjà cette règle, du fait d’une pression plus importante des régulateurs outre-Atlantique, approximativement le même pourcentage ne les respecte pas en Europe. Comme le rapporte The Economist, certains actifs ne seront pas pris en compte et certains dérivés pourront se compenser entre eux. Résultat, la plupart des banques européennes passeraient les tests avec ces règles et n’auront pas à lever les 70 milliards d’euros dont elles avaient besoin.
 
Ce que cela dit des normes bancaires

Bien sûr, le secteur bancaire européen affirme que cet assouplissement était nécessaire pour éviter un resserrement du crédit sur le vieux continent, qui n’en a pas besoin. Mais le fait que The Economist, qui prend souvent la défense du secteur bancaire contre les volontés régulatrices (notamment la taxe Tobin), critique aussi vivement cette mesure indique qu’elle est sans doute carrément abusive. Soit dit en passant, 3% de capital par rapport aux actifs, cela semble toute de même totalement dérisoire au regard de la crise de 2008. Si les actifs des banques perdent 4%, elles sont en faillite…

Cela en dit long également sur la manière de réguler les banques. Le comité Bâle semble plus prompt à défendre les intérêts des banquiers que de mettre en place des règles solides. On l’a vu en 2008. Et on le voit à nouveau aujourd’hui. Toutes les règles prudentielles doivent réintégrer le cadre démocratique, être discutées et votées au Parlement. Il n’est pas normal qu’une partie de ces règles soient aujourd’hui confiées à un aéropage de techniciens apatrides et irresponsables qui ne semblent défendre que l’intérêt des banques qu’ils sont pourtant supposés réguler et non l’intérêt général.

Parce que ce relâchement de règles, pourtant déjà pas assez contraignantes, est profondément choquant, même pour The Economist, nous devons nous poser la question de la responsabilité de ces règles. Elles doivent retourner dans le champ démocratique et être fixées par les élus du peuple.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • eau-du-robinet eau-du-robinet 27 janvier 2014 13:04

    Bonjour Laurent,

    Merci pour votre article.

    Je dirait :

    Il faut reprendre le contrôle sur nos finances est surtout sur les finances de l’Etat.

    La banque de France doit retrouver son droit à financer directement des projets d’état voire des colectivitées locales, sans le tour de passe passe par intermédiaire des banques privées qui se gavent au passe avec des intérêts prélevée de nos impôts ! 
    Pour y revenir nous devons quitter l’Europe !

    La libéralisation des banques été une pure folie la quele à conduit aux exès donc nous subissons toujours les conséquences.

    Des nombreux banquiers devront se trouver le verrou, mais aux USA il est possible de trouver des arrangements avec l’état moyennement finance pour rester en liberte et de continuer à escroquer les petits gens voire la classe moyenne.

    En attendant la prochaine surprise de Goldman & Sachs ...


    • Rensk Rensk 27 janvier 2014 16:45

      Mais tu semble oublier que les banques privée on été sauvée par le contribuable et ce par chantage...


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 27 janvier 2014 17:10

      Bonjour Rensk,

      Non pas du tout ... mais merci pour le rappel.

      Depuis la crise en 2008 le banques privées ont reçu 1 600 milliards d’Euro ’’ d’aides ’’ et c’est pour cette raison qu’on doit aujourd’hui se serrer la ceinture ! C’est scandaleux qu’on doit sauver des banques privées fraudeurs. Il faut pas oublier la crise n’est pas terminé, loin de la, et je me demande à quand le grand crash du système monétaire ?


    • Rensk Rensk 27 janvier 2014 18:56

      UBS nous doit toujours encore du fric (cela avait été partagé en 2 parties ; 1° un petit prêts par les impôts direct (6 milliards) et 2° par la prise des papiers pourris par la banque nationale (60 milliards))... (Et je ne parle pas de Crédit Suisse...)

      Aujourd’hui la banque nationale ne donne plus rien aux États (26 cantonaux et 1 fédéral), pour le petit Jura (dernier État crée dans le pays) c’est 6 millions de perte prévu dans le budget... C’est 100 millions pour Genève, 150 pour Vaud, 200 pour Berne et 300 pour Zurich... Pour la confédération c’est 333 millions de francs... Sans cette contribution, un déficit de 212 millions devrait être déploré en 2014 pour l’État central !

      Il faut donc obliger toutes les banques a avoir au moins 8% de fonds propre (Bâle II), et pour les tricheurs sur l’or, les change, le Libor c’est au moins 15% qu’il faut en Europe !

      Sachez que je prévois une sacrée « surprise » (prévisible) si vos banques font Bâle III et que nous nous dépassons Bâle II... (Après venez nous dire que nous faisons notre fric avec l’évasion fiscale...)


    • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 28 janvier 2014 00:00

      @ RENSK :


      «  UBS nous doit toujours encore du fric (cela avait été partagé en 2 parties ; 1° un petit prêts par les impôts direct (6 milliards) et 2° par la prise des papiers pourris par la banque nationale (60 milliards))... (Et je ne parle pas de Crédit Suisse...)  »

      Ce que vous écrivez là est absolument inexact !

      UBS a remboursé à ce jour la totalité de l’aide obtenue de la Confédération d’une part, de la BNS d’autre part :

      « La Suisse avait alors acquis une participation de 9% dans la banque (UBS) en contrepartie de l’apport de 6 milliards de francs. Cette participation a été revendue moins d’un an plus tard, la Confédération empochant au passage une plus-value de 1,2 milliard de dollars.  »

      Voir ici :




    • dom y loulou dom y loulou 28 janvier 2014 13:33

      non monsieur rensk, vous receviez des soutiens internationaux parce que les nations vous prenaient pour des humanistes de la SDN

      et depuis douze ans son esprit ressurgissait et fut aimé à nouveau

      la défense des droits des aom qui était la flamme de l’espoir pour les peuples, pas l’assurance de la vassalité à l’empire financier massacreur et banqueroute !!


      mais cette société est à peine connue en suisse et ne reçut aucun soutien de la part du pays pour exister, même le palais wilson dut être donné par des privés tant le pays ne soutenait PAS sa création !!

      mais l’aura de *conseillers de la paix" resta sur la suisse par les nations unies, la vérité endolorie tenue en sous-bassement des verbiages officiels 

      mais le pays en a fait son beurre de tous ces ambassadeurs venus entrainants les marchands derrière eux dans ce petit pays que personne ne connaissait , ravagé par des misères noires jusque là


      septante ans que ce monde vous prenait pour des champions de la liberté d’expression politique... et des défenseurs de droits de l’homme

      ...

      on en sait un peu plus maintenant n’est-ce pas ?

      comprenez bien que jamais les soutiens ne sont allés aux principes d’exclusion, de bannissement ni de pissage sur l’amour des simples envers les pensées d’un aom qui vous a brillamment défendu


      mais c’est encore lui-même qui doit vous le rappeler quand tous les jours vous le piétinez sans façons ni égards, comme jadis la suisse avait traité les fondateurs de la SDN

      enterrés vivants et insultés tous les jours de leur vie au lieu d’être dignement remerciés

      et son pays arrive même à le mettre aux poursuites après avoir tout fait pour le LIQUIDER

      merci bien 

      démerdez-vous maintenant pour vous défendre vous-même


      les soutiens internationaux infinis remerciés avec la vantardise et finalement même la vassalité complète à l’OTAN n’intéressent malheureusement personne 




    • claude-michel claude-michel 27 janvier 2014 13:25

      La « BANQUE » reste un lieu secret ou rien (ou si peu) ne doit sortir de ses murs...Quiconque vous dira le contraire est un menteur...Un exemple...le crédit agricole et ses 88 milliards d’actifs nocifs (il n’est pas le seul)...


      • Rensk Rensk 27 janvier 2014 19:28

        Je t’ai plussé car il y a un croyant qui t’avait moinssé...

        Et dire que tu ne prend pas comme exemple la banque qui vous coûtent le plus, que tu as voulu être « gentil »...

        C’est qui... qui ne sait pas de quoi il parle quand il donne des « points » comme les banquiers ?

        Pauvre cloche... ne sait-tu donc pas que l’arnaque va plus loin que ça ?
        Les banques achètent des assurances, des assurances achètent des banques... prévoyez vos mouchoirs !


      • Aldous Aldous 27 janvier 2014 14:47

        « mon ennemi c’est la finance... »


        On sait la suite.

        • Aldous Aldous 27 janvier 2014 15:21

          A propos, Bâle, ça vient de Basilic, qui a 3 sens : 


          Basilicos en grec = impérial

          Basilic = serpent mythologique au regard mortel, né du sang répandu de Méduse.

          Baal en langue sémitique = le maître. Divinité punique, symbolisant les faux dieux dans la bible et au culte du veau d’or. 

          Ball est un Hermaphrodite, cornu servi par des prostitués masculins et féminin aui font aussi des sacrifices d’enfants. Ça vous rappelle quelque chose ?

          Le lien entre le 1 et le 3, c’est l’empereur romain Heliogabale lequel était aussi grand prètre de Baal tout en étant petit-fils de pape et pédé comme un foc...

          Il fit amener de Syrie la statue-phallus de Baal, fantaisie qui connu une belle renaissance avec le pape Sixte V lequel érigeât 3 obéisques dont celui de la place St Pierre.

          • Rensk Rensk 27 janvier 2014 20:03

            Me semblais bien que tu va chercher midi a 14 heures...

            Il y a plus de 2000 ans, les Celtes occupaient déjà ce territoire où vinrent s’installer successivement plusieurs peuplades, dont les Rauraques. Cependant, c’est l’Empire romain qui donne à Bâle ses plus beaux vestiges...

            Les Rauraques (en latin : Rauraci) apparaissent dans le récit de César lorsqu’il bat et refoule les Helvètes qui avaient quitté la Suisse actuelle pour aller s’établir dans l’ouest de la Gaule. On a pensé qu’ils étaient à l’origine établis sur les bords de la Ruhr. L’explication bien plus simple est qu’ils tirent leur nom de l’Araura, l’Aar actuelle. Leur nom en fait donc des « riverains de l’Araura ».

            Chose promise, chose due : à peine né de ses cendres, Le Rauraque se lance dans la course au législatif prévôtois et propose 13 femmes sur 41 candidats de 18 à 28 ans. Hier, au lancement de ses poulains, le comité a déclaré vouloir jouer un rôle essentiel dans la construction de son avenir. Il espère obtenir quatre sièges, tout en intégrant l’Entente jurassienne.

             smiley smiley


          • Rensk Rensk 27 janvier 2014 20:10

            Me fait d’ailleurs penser aux Amish des USA... dont je comprends tout ce qu’ils disent... vu qu’ils viennent de l’Emmenthal... (Votre gruyère a des trous... pas le notre car avec les trous c’est de l’Emmenthal et pas de Gruyère)...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 janvier 2014 20:18

            Pas tout compris ,à moins que l’ementhal ait des trous remplis de gruyère ,qui lui même ...


          • dom y loulou dom y loulou 28 janvier 2014 14:00
            vous ne dites que le sens greco-perso-romain de basilic

            babylonien donc


            mais Basel vient de Basil

            et il est un des symboles de la vouivre, du courant tellurique chez les celtes

            et il y a trois animaux mythiques de Bâle


            l’homme sauvage représentant les bourrus du canton de campagne et les hommes de la forêt en hommage aux Waldstaetten (cités de la forêt du centre de la suisse qui avaient viré les Habsburg)

            le lion représentant les forces bourgeoises liées aux royautés d’europe et à la Bâle industrielle de l’autre côté du Rhin

            et le basil qui représente la vieille ville de bâle construite sur un axe du courant tellurique comme l’indique son « St Georges tuant le dragon » sur sa cathédrale


            et à carnaval ils dansent les trois ensemble ;)


            ne parlez pas de choses que vous ne savez que déformer ou voir sous l’angle des lobotomies obscures du pays de Canaan qui, lui, tenait le culte de Baal dans toute la Perse des temps anciens et jusqu’à wall street aujourd’hui

            même la statue de la liberté est une représentation d’Inanna-Ishtar babylonienne, alors le basil bâlois a bon dos


            mais comme toutes les villes elle sut abriter ses prédateurs impériaux en cravates de soie 

            en garrots étrangleurs donc, marque de l’esclave, puisque vous aimez les images pleines de sens symboliques







          • Rensk Rensk 27 janvier 2014 16:40

            14% pour tous en 2019 et 19% pour les « too-big-to-fail »... ils ont aussi essayé de faire changer d’avis nos politiques mais, si ils le font, une initiative serai lancée... (Aie)


            • OMAR 27 janvier 2014 17:03

              Omar33

              Salut Laurent :« (Les règles) doivent retourner dans le champ démocratique et être fixées par les peuples ; ».

              Jamais les lobbys qui n’existent pas ne permettront cette liberté....
              http://2012lavoixdupeuple.over-blog.com/article-la-soumission-aux-banques-juives-116950422.html

              Et ce qui conditionne la réalité financière et la même dans le monde des médias...
              Patrick Cohen vous expliquera...
              http://www.liberation.fr/medias/2013/03/17/la-liste-de-patrick-cohen_889214


              • Rensk Rensk 27 janvier 2014 19:05

                Les lobbys ont investit plus de 10 millions contre le vote populaire « contre les abus des salaires et bonus » contre moins d’un million pour les initiant...(0,8 contre 100)... et le peuple a voté contre les lobbys !

                Il en va de même pour le 9 février, les patrons ont dépensé plus de 10 fois ce que l’initiative ( Contre l’immigration de masse") a coûté... cela leurs fait peur, comme pour l’autre cité plus haut et celle des minarets...


              • zygzornifle zygzornifle 27 janvier 2014 17:33

                « Un relâchement de la régulation » Le trou de bale 3


                • Proudhon Proudhon 27 janvier 2014 18:25

                  Et pendant ce temps :
                  http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/27/herve-falciani-l-homme-par-qui-le-scandale-est-arrive-est-desormais-protege-par-le-fisc_4354991_3234.html

                  Sauf que les articles et les témoignages s’accumulent en France sur le scandale des banques via la dérive fiscale et que contrairement aux USA avec UBS, rien ne se passe dans notre chère répoublique des droits de l’homme de mes deux.
                  Un livre sur le sujet à lire absolument :
                  Antoine Peillon - « Ces 600 milliards qui manquent à la France »

                  Après vous serez encore un peu plus énervés mais combien instruits des réalités bancaires.


                  • Rensk Rensk 27 janvier 2014 19:18

                    Le Monde... vous « protège »... il y a des services dont ce sont servis les procureurs de la confédération qui contredisent tout cet article...

                    A ne pas oublier que même les journaleux ont trouvé les arnaques de cet énergumène surprotégé en France...

                    Vous ne devez pas savoir nos lois en vigueur pour encore oser affirmer que...

                    600 milliards... ben tiens, hier c’était encore 60 milliard et votre gouvernement (qui a réduit plus de la moitié les comptes de HBSC crée en 2001) espère toucher +quelques millions+...

                    PS : j’ai donné la date de création de cette banque pour que ceux qui s’excusent avec la 2ème guerre mondiale se rendent compte de leurs mensonges ! Même votre cuisinier ne peu prétendre qu’il a « oublié » plusieurs millions depuis... 2001... voir depuis après quand il a ouvert réellement son compte. Tout ça n’est plus crédible, c’est de la politique d’autruches faites par la gauche et la « justice » aux ordres en France !


                  • Rensk Rensk 27 janvier 2014 19:43

                    Tiens pour votre info... il n’y a pas qu’UBS et Crédit Suisse dans le pays (beaucoup de banques, dont des françaises...) ont leurs sièges en Suisse (HBSC en est un exemple, crée en 2001 et pourtant elle fait partie de Londres (siège principal) !)

                    Le Département de la Justice a reçu 106 requêtes d’établissements suisses désireuses de participer à son programme sur l’évasion fiscale... 106 et il y en a dès qui n’ont pas voulu participer vu que le tribunal fédéral (dernière instance judiciaire) leurs a donné raison = Faut savoir poser la question en justice... = Beaucoup d’avocats ont eu leurs diplômes en cadeau, un peu comme pour les conducteurs de voiture et leurs « permis » (de tuer).


                  • Proudhon Proudhon 27 janvier 2014 20:17

                    @Rensk

                    J’ai l’impression que vous n’avez pas lu le livre. C’est bien la peine que des journalistes honnêtes risquent leur peau à faire des enquêtes si c’est pour se faire critiquer par des gens qui n’ont pas lu le livre :

                    "600 milliards d’euros : c’est la somme astronomique qui se cache depuis des décennies dans les paradis fiscaux, soit près de 10% du patrimoine des Français. Comment cette évasion fiscale massive a-t-elle été rendue possible ? Et pourquoi l’évasion de ce patrimoine fait-elle l’objet d’une telle omerta judiciaire, alors que les institutions de contrôle, la police, la justice, la douane, les services de renseignements, etc. en possèdent l’essentiel des preuves ? Quand on connaît la situation des comptes publics de la France, la question mérite d’être posée…Exploitant une somme impressionnante de données ultraconfidentielles, l’auteur de ce livre met pour la première fois au jour l’étendue, les circuits, les mécanismes secrets de cette gigantesque fraude fiscale. Il montre quelles techniques sophistiquées - et parfaitement illégales - utilise une grande banque étrangère pour opérer sur le territoire français, pour approcher les fortunes privées, celles du showbiz, du sport et des affaires. S’appuyant sur des témoignages exceptionnels, il révèle comment s’organise l’impunité de tous ceux qui participent à ce système qui soustrait à la France une part colossale de sa richesse nationale. Où l’on croise alors d’autres réseaux et circuits de financement, politiques cette fois…"


                    • paul 27 janvier 2014 21:06

                      On peut se demander si Bâle III n’est pas déjà un sujet secondaire, quand on voit où en est le projet d’union bancaire de fin 2013 . Le but était de mettre en place « un fonds de résolution » en cas de faillite du réseau bancaire .... après avoir ponctionné tous les comptes au-dessus de 100.000 E ( modèle Chypre, le laboratoire ) .

                      Le Parlement européen a refusé un premier accord entre tous les états, au motif que les décisions d’intervention seraient prises par les états, et non par la Commission européenne. Preuve que les états ne peuvent rien décider .


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 janvier 2014 21:16

                        On utiliserait Bâle pour tuer Moloch ...
                        Méso potes et amis nous sommes mal barrés !


                        • BA 27 janvier 2014 21:17

                          Lundi 27 janvier 2014 :

                           

                          Etats en difficulté : la Buba prône une taxe sur le patrimoine.

                           

                          La Banque centrale allemande, la Bundesbank, a défendu l’idée d’une taxe sur le patrimoine privé pour les Etats menacés de banqueroute, avant qu’ils ne réclament l’aide de leurs partenaires, dans son rapport mensuel publié lundi.

                           

                          Une telle taxe "correspond au principe de responsabilité nationale, selon lequel les contribuables sont responsables des obligations de leur gouvernement avant de réclamer la solidarité des autres Etats", a expliqué la Bundesbank, sans davantage préciser son idée.

                           

                          "Mais sa mise en oeuvre est difficile et risquée, a-t-elle ajouté, soulignant qu’elle doit intervenir dans des situations exceptionnelles comme la nécessité d’éviter qu’un Etat ne devienne insolvable."

                           

                          Rappel :

                           

                          Quels sont les Etats européens insolvables ?

                           

                          1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 317,310 milliards d’euros, soit 171,8 % du PIB.

                          2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2068,722 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.

                          3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 210,965 milliards d’euros, soit 128,7 % du PIB.

                          4- Irlande : dette publique de 204,696 milliards d’euros, soit 124,8 % du PIB.

                          5- Chypre : dette publique de 18,403 milliards d’euros, soit 109,6 % du PIB.

                          6- Belgique : dette publique de 393,603 milliards d’euros, soit 103,7 % du PIB.

                          7- Espagne : dette publique de 954,863 milliards d’euros, soit 93,4 % du PIB.

                          8- France : dette publique de 1900,848 milliards d’euros, soit 92,7 % du PIB.

                          9- Royaume-Uni  : dette publique de 1431,399 milliards de livres sterling, soit 89,1 % du PIB.

                           

                          http://www.romandie.com/news/n/UEEtats_en_difficultla_Buba_prune_taxe_sur_l e_patrimoine_RP_270120141455-17-441059.asp


                          • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 2014 10:23

                            Grace au mariage gay le trou de Bâle 3 reprend le contrôle sur les normes bancaires  smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès