Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Belgique, jusque quand ?

Belgique, jusque quand ?

Alors que les belges sont sans gouvernement depuis plus d'un an, les politiques sont de nouveau dans l'impasse.

La crise politque belge ne semble pas s'arranger.

Le président du Parti socialiste avait déposé début de semaine une note visant à ouvrir une réforme de l'Etat offrant plus d'autonomie aux régions et un durcissement budgétaire amenant à l'assainissement des finances publiques.

Cette étape avait comme objectif de ramener les élus à la table des négociations. Les Wallons et les Flamands ne pouvant trouver un terrain d'entente suffisant, le pays se retrouve dans une crise politique sans précédent en Belgique.

C'est alors aux politiques à trouver une manière de recoudre ce tissu fragile.

Les dernières propositions des francophones ayant été balayées par la N-VA (parti indépendantiste flamand), c'est au Roi que revient la main. M. Di Rupo étant forcé de déposer sa démission, les belges s'approchent de nouveau des urnes.

Même si sept partis ont donné leur accord pour utiliser cette note comme base des négociations, il reste le problème d'obtenir l'accord des deux tiers afin de suivre les règles politiques en Belgique. Sans cela, soit il faudra passer par l'isoloir, soit laisser les nationalistes flamands prendre la main et devront proposer une contre offre.

La Royauté est donc de nouveau en péril, car l'objectif du parti de M. De Wever est clairement de mettre fin à la Belgique telle que nous la connaissons. Trouver une solution entre le nord, voulant de plus en plus l'autonomie et le sud, attaché à leur mère patrie devient de plus en plus compliqué.

Même si Sa Majesté Albert II tente de garder l'église au milieu du village, c'est encore lui qui demande aux politiques de prendre leur responsabilité et réflechir à l'impact que leurs décisions auront sur l'avenir du pays en réclamant "quelques jours de réflexion pour mesurer les conséquences de la situation politique"

Nous verrons donc, la semaine prochaine si cet appel royal provoque le déclic nécessaire.

Dans la négative, est-ce qu'une scission du pays est réalisable ?

Alors que faire de Bruxelles, capitale belge mais aussi région en tant que telle appelée Bruxelles-Capitale, enclavée en Flandre mais majoritairement francophone. Siège de l'Union européenne, est-ce que cela ne provoquera pas le déclenchement domino en Europe ?

JPEG - 78.1 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • JL JL 14 juillet 2011 10:54

    La Belgique est un prototype politique : la démonstration qu’avec l’UE, les nations n’ont pas besoin de gouvernement souverain.


    • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 12:50

      JL,
       Oui, enfin...
       C’est pas tout à fait vrai tout de même.
       Il y a un gouvernement en affaires courantes et qui joue très bien le rôle.
       Une des options, c’est de lui donner plus de potentiels de décision.


    • JL JL 14 juillet 2011 13:13

      L’enfoiré,

      « Gérer les affaires courantes » ... c’est bien ce que j’ai dit, non ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:44

      Sorry, JL, j’ai pas vu où ?
      Mais comme tu sais ce qu’on lit dans la presse, qu’il n’y a pas de gouvernement, valait mieux répéter. smiley


    • sterne 14 juillet 2011 11:05


      Bruxelles étant le « siège de l’Union européenne, est-ce que [la crise politique belge] ne provoquera pas le déclenchement domino en Europe  » au terme de ces quelques jours de réflexion ?

      On saura vite si votre questionnement est valide à observer l’agitation, qui devrait alors être frénétique dans les jours à venir, des hauts responsables européens de Bruxelles et des pays de la zone Euro...
      Wait and see...


      • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 12:01

        C’est effectivement la seule question qui reste en suspens : quand ?


        Car vu la situation sociologique et politique de la Belgique, il n’y a plus d’issue possible.
        Ceux qui en font encore le déni aujourd’hui sont tout simplement aveuglés par leur peur du lendemain. Peur humainement compréhensible, mais qui déchaîne l’irrationnel et parfois jusqu’à la haine ( à éviter absolument ).

        Je n’ai personnellement rien à ajouter à mes analyses et prévisions de 2007, puis de 2010 vu que c’est toujours la même logique communautariste qui continue de s’appliquer implacablement. Avec même une accélération exponentielle qui n’est pas rare dans ce type de mouvement sociologique.
        A noter à ce titre une petite phrase récente du leader nationaliste flamand Bart De Wever : « ça pourrait arriver + vite que certains ne l’imaginent »

        • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 12:43

          Tiens Tonton, toi qui envoie les Wallons vers la France.
          T’as pas entendu la nouvelle du jour ?
          C’est la fête nationale française, comme tout le monde sait..
          Tout le monde sait que Liège fête celle-ci plus qu’ailleurs.
          Rien de nouveau.
          Ce qui l’est c’est que le Consulat de Français s’en va. Il plie bagage.
          Avoir des consulats en Chine, en Russie, au Brésil, cela intéresse plus les Français.
           smiley


        • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 12:53

          Il est compréhensible qu’on ferme un consulat si proche de la France. D’autant que Liège pourrait bien devenir française un de ces jours.


        • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:18

          Chut... Entre nous, la France n’en a rien cirer de la Belgique.
          Elle a ses propres problèmes.
          C’est loin de Lille, où là, dans le Nord, cela marche encore.
          Je crois que tu ne lis pas assez les articles sur les forums français, à mon avis.
          Quant à Paris, faut pas rêver. Il y a eu un sondage dans la rue.
          Les Parisiens, quand on leur demandait ce qu’était la Wallonie, il pensait que c’était aux Etats-Unis.
          Ce qui peut-être vrai, d’ailleurs, quand on sait que beaucoup de villes ont leur correspondant et homonyme sur le sol américain. 
           smiley


        • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 13:29

          Non ... d’après l’envoyée permanente du Soir à Paris ( Joëlle Meskens ), les Français sont preneurs.

          Et le Soir est très belgicain, militant affiché même.

          Mais de toute façon, toi et tous ceux à qui ça fout les jetons n’y croiront que quand ce sera là.
          Cela aussi, c’est prévu.


        • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:39

          Si t’as pas remarqué. Quand on parle de la Belgique sur Agoravox, on est moinssé.
          Ce n’est pas moi, je t’assure. Je n’aime pas ce processus.
          Je ne fais que plussé quand je vois un commentaire qui en vaut la peine.
          Peur ? tu me fais rigoler.
          J’ai été dans le midi de la France en juin et j’y retourne encore bientôt.
          Donc, je connais bien la question.


        • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:42

          Mon premier voyage dans le midi de la France date de 1957.
          Alors, depuis, je ne te dis pas.
          Faudra un boulier compteur.


        • bluebeer bluebeer 14 juillet 2011 19:25

          Et c’est reparti ! Tall qui essaye encore de fourguer la Wallonie (blessée, humiliée, offensée, mais libérée !) à la France, sans se soucier de l’avis des parties concernées. Tout ça pour garder ses biftons pour lui tout seul ! Ton prochain avatar, c’est Picsou ou Mr krab ?

          Finalement, ce que tu fais, c’est du wishful thinking. En y pensant vraiment fort, et en le répétant souvent, ça va bien finir par arriver. Je te le souhaite presque, tant ça a l’air important pour toi. Tu écris souvent que tes contradicteur « ont peur ». C’est toi qui a l’air de craindre quelque chose, vu qu’on ne peut pas mentionner le mot belgique sans que tu surgisses pour expliquer qu’elle est déjà morte et que Bxl est déjà indépendant. Et riche. Fabuleusement riche !

          Même, tu as vraiment intérêt à ce que la belgique se scinde pour de bon, sinon tu risquerais encore bien le tribunal militaire pour haute trahison. Le poteau, douze balles dans la peau - qualité fabrique nationale, ça va sans dire. Il y a encore des trucs qu’on nous envie.

          On épinglera un billet sur ton coeur, pour désigner la cible. Un petit, pour ne pas gaspiller, et pour ne pas tirer à côté. Comme ça, tu ne partiras pas tout seul.


        • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 20:50

          bluebeer


          Quant entre 2 débatteurs, l’un concentre l’essentiel de ses arguments sur la matière du débat telque je le fais, tandis que l’autre s’attaque exclusivement à la personne de son contradicteur, comme vous le faites, le lecteur avisé sait où se trouve le malaise.

          Ceci dit, j’ai néanmoins une bonne nouvelle pour vous. C’est qu’il reste un mince espoir pour que Di Rupo fasse entrer le CD&V dans le négoce à 8, et réussisse peut-être finalement à obtenir un accord à 8 sans la N-VA.
          Comment ça ?
          Et bien, en vendant corps et biens tous les droits des Bxlois de la périphérie avec : BHV scindé sans compensation, aucun bourgmestre nommé, aucune protection garantie des minorités et un refinancement rikiki de Bxl, comme l’a exigé le CD&V dans la note de Woute Beke.
          Car les Wallons n’ont jamais hésité à vendre les Bxlois pour sauver la Belgique ( entendez la Wallonie ) et que même sans le FDF, il y a moyen d’avoir les 2/3 requis à la Chambre pour faire voter la réforme.

          Alors ... heureux ? .. smiley

          En espérant que cette enième lâcheté des Wallons vis-à-vis des Bxlois ne gêne pas trop votre conscience de grand humaniste soucieux du bien collectif. Mais je pense que ça devrait aller vu que vous m’avez dit très honnêtement l’autre jour que vous en aviez strictement rien à fiche du sort de Bxl.

          Enfin, un dernier détail : de tous les schtroumpfs pseudo-moralistes que j’ai croisés pendant 1/2 siècle, ceux qui étaient réellement sincères ( et donc qui ne se mentaient pas à eux-même ) je peux les compter sur les doigts d’une main.

        • bluebeer bluebeer 15 juillet 2011 01:13

          Pour être honnête, Tall, je ne cherche plus vraiment à débattre avec toi. Quand je le fais, j’ai l’impression de vider la mer avec un seau. C’est épuisant et inutile. Tu es braqué sur ton idée, et tu n’en dévies pas.

          Si j’interviens, c’est juste pour que les non-belges qui visitent ce fil ne se laissent pas bluffer purement et simplement par le ton péremptoire que tu utilises constamment dans tes analyses, posant à l’expert unilatéral, et qu’en lisant des avis divergents du tien, ils comprennent que la situation est plus complexe que le compte-rendu simpliste et très orienté que tu en donnes.

          Je conviens que je ne fais pas beaucoup d’effortsici pour contre-argumenter. Je l’ai fait ailleurs, et s’il y en a que cela intéresse, ils pourront lire ces arguments ailleurs.

          Désolé que les humanistes t’aient tellement déçu. Mais vous ne deviez pas parler la même langue. Ceci explique peut-être cela.


        • ZEN ZEN 14 juillet 2011 13:06

          Liège ?
          Pousse pas le bouchon (de liège) trop loin !
          A moins que Sarkoléon n’envoie ses paras sur l’ancienne principauté, pour redresser sa popularité déclinante, vu que la Libye est un fiasco programmé ;
          Moins risqué que l’Afghanistan ! smiley


          • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 13:37

            Tout sera négocié. Pas besoin de paras.

            Je ne vois pas un Président français refuser l’extension géographique et démographique du pays vers le nord.
            Et la dette wallonne sera supportable pour la France ( quelques % de pib ).

          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:40

            « la dette wallonne sera supportable pour la France ( quelques % de pib ). »
            Veux-tu bien préciser ?


          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:47

            Tonton,
             C’est bizarre que tu ne vas jamais sur l’Agoravox belge.
             C’est calme, pas tellement de moinssage, pas tellement d’articles, non plus. Cool.
             Il y a même des Français qui s’y égare. smiley


          • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 14:12

            La dette belge est de 300 M ( milliards ), ce qui devrait laisser un gros 100 M pour la Wallonie lors du négoce de scission.

            Le PIB français est de 2000 M, ça fait donc un bon 5% à absorber.
            Ce n’est pas gratis, mais raisonnable. L’investissement est intéressant.

            Maintenant, arrête un peu de flipper pour ta pension ... Tu crois qu’ils vont laisser des centaines de milliers de gens sans un kopek du jour au lendemain ?

          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 14:23

            « Maintenant, arrête un peu de flipper pour ta pension ... »
            Encore une fois, laisse moi rire.
            Tu t’es déjà renseigné pour ta pension future, de combien tu vas toucher ?
            T’as intérêt. Tu risques d’avoir une attaque si t’as pas fait des réserves.
            Le pension, ce sera pour tes cigarettes. Et encore, cela dépend si elles n’augmentent pas trop.
            Non, vraiment, elle est trop drôle.
            Merci, Tonton, t’as toujours le mot pour rire.
             smiley


          • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 14:32

            ben, tant mieux alors ...

            moi aussi, je m’en fous sur ce plan, mon avenir n’est même pas ici

          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 17:06

            Tonton,
            « moi aussi, je m’en fous sur ce plan, mon avenir n’est même pas ici »

            je l’ai dit dans l’autre article, tu veux devenir plus « riche » que par ici tu vas dans un pays pauvre et tu fais suivre ta pension sur une banque locale. smiley


          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 17:37

            Tonton,
             J’ai lu l’article. D’accord avec le fédéralisme qui donne le pouvoir aux régions.
             Je crois avoir signer cette pétition qu tu signales pour qu’on rende Bruxelles aux Bruxellois.
             Mais tu ne parles pas de jeter les Wallons dans les bras de qui tu sais.
             Le fédéralisme comme au Canada, en Suisse sont à copier ou à s’inspirer.
             Le premier a essayé l’indépendance, les élections l’ont mis de côté.
             La Constitution de 1982 explique que l’on peut vivre à deux sans être d’accord sur tout (sinon sur rien), comme l’exige notre constitution.
             Le second n’y pense même pas.
             smiley


          • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 18:00

            Ce genre de comparaison n’indique à rien car il y a trop de spécificités. Notamment le fait que la demande de + d’autonomie vient de la communauté majoritaire du pays. Ce qui n’est le cas nulle part ailleurs à ma connaissance.



          • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 18:56

            Trop de vieux en Flandre et trop peu de jeunes en Wallonie, même si plus nombreux, prêts à fonder famille pour faire l’équilibre. C’est bien cela le problème.
            La démocratie fonctionne à peu près bien quand les entités sont de même force quantitativement.
            Les pensions puisque tu en as parlé c’est aussi le talon d’Achille de la Flandre.
            A la frontière linguistiques, les entreprises flamandes recrutent des Wallons pour combler les trous. 


          • Tonton de La Baffeteuse 15 juillet 2011 11:26

            Bien sûr, l’enfoiré, bien sûr .. la vieille Flandre se meurt et a besoin de la vigoureuse jeunesse wallonne pour préserver son avenir... smiley

            Tu devrais faire sponsoriser ton blog par lesoir.be ...

          • asterix asterix 14 juillet 2011 13:47

            Le vrai problème, c’est la Flandre noire qui triche et la Wallonie dépensière sous la coupe des princes rouges.
            Les deux rapaces veulent à tout prix s’accaparer Bruxelles, facteur de richesses sans laquelle la Belgique ne serait rien au détriment de la démocratie
            N’ayez crainte, le temps me manque car je suis invité à la réception de l’ambassade de France. Mais j’y reviendrai.... Je réserve juste ma place dans la discussion.


            • L'enfoiré L’enfoiré 14 juillet 2011 13:50

              Salut Asterix,
               Tu l’as dit, m’fé.
               Mais, nenni, ils nous aurons pas. smiley


            • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 14:29

              Les deux rapaces veulent à tout prix s’accaparer Bruxelles, facteur de richesses sans laquelle la Belgique ne serait rien au détriment de la démocratie


              totalement d’accord
              finalement ce qui distingue un peu la vision d’asterix de la mienne, c’est que je la joue moins sentimental et + fric-fric
              mais ça ne change rien au final

            • asterix asterix 14 juillet 2011 21:33

              Rebonjour à tous, à Icare également, Bluebeer, Zen, Ruut et même Tall de la Baveteuse qui semble s’être calmé un peu.
              J’aime bien ton exposé, Icare. Bien sûr, tu ne prends pas position comme moi mais tu expliques bien à quel point la Belgique qui nous tient tous un petit peu à coeur est dans une impasse.
              Disons-le d’emblée, s’il n’y a plus qu’un Belge au pays, c’est bien le Roi.
              Nous, c’est simple, nous ne savons plus où nous situer.
              Les Flamands, leur partie la plus extrême, ce qui comprend un échantillonnage large, majoritaire, cherchent à nous lâcher. De leur point de vue, cela peut se concevoir
              - d’une part parce qu’ils ont un sentiment national fort d’être un peuple, je me suis assez expliqué à ce sujet puisque je l’accuse de foncer droit vers le fascisme.
              - de l’autre à cause de l’échec patent du socialisme wallon empêtré dans la scandalite, le clientélisme à outrance et une gestion sans aucun projet tentaculaire, dépensière et éloignée des préoccupations des forces vives juste bonnes à subventionner via l’impôt la politique de ses dirigeants dont aucun, mais alors aucun n’a jamais revêtu un bleu de travail. Ce socialisme dont les dirigeants s’assurent des salaires dignes des consultants les plus pointus s’est fait des alliés regroupés dans un pôle des gauches. Si l’on a coutume de dire qu’il ne représente que 30 % des Wallons et moins encore de Bruxellois, force est de constater qu’il a phagocyté tant les écolos qui ne servent strictement à rien que l’ex-mouvement catholique où ne se reconnait plus la partie de la population qui allie générosité et évidence. Face à ce pôle des gauches, un mouvement libéral empêtré dans la défense du grand capital que ne parvient pas à quitter le FDF et son leader Olivier Maingain, nous privant ainsi d’une réponse efficace aux exigences de plus en plus brutales de la partie d’en face.
              Rappelons pour nos amis Français que notre système de votation est entièrement différent du leur puisque proportionnel qui nous conduit à une espèce de quatrième république permanente, compliquée encore par les options divergentes des deux communautés dans ce qui devient un face à face d’ex-époux inarbitrable par un juge mais que nous avions réglé jusqu’ici à coups de compromis toujours remis en question par la ténacité, la perversité de la partie d’en face.
              Sapée par Bart De Wever au double discours permanent, la Flandre ne voit plus d’issue que son indépendance qu’elle obtiendra un jour ou l’autre.
              Au mépris du droit des gens, mais là elle s’en fout car elle excipe toujours que si fédéralisme il y a , ce ne peut être qu’à ses conditions puisqu’elle est majoritaire. D’où le refus du referendum, de toute forme de recensement, d’écoute de tout ce qui n’est pas elle, la fibre sensible sur laquelle joue l’extrême-droite. Une extrême-droite qui creuse notre tombeau à tous puisque aucun politique de leur ethnie n’oserait encore parler de solidarité sans se faire descendre en flammes par peur d’une réaction épidermique du genre travail-famille-patrie qu’ils portent tous quelque part en leur coeur.
              Sire, il n’y a plus de Belges. Votre couronne, votre dynastie sont directement menacées et vous portez sur vos épaules la croix de ce constat.
              En tant que francophone militant, je ne puis accepter ni la négation de mes droits, ni l’écrasement de ma culture.
              Certains appellent cela le nécessaire compromis, moi je n’y vois que compromission car ce qu’on nous propose consiste à amenuiser 200.000 d’entre nous et livrer la capitale de l’Europe aux appétits de ceux qui se présentent, ceci sans hélas exagérer, comme une race supérieur. J’ai nommé tous les affidés à la politique de Bart De Wever et sa Waffel SS, un parti totalitaire tout entier composé d’adeptes d’une philosophie politique de repli sur soi et de négation de l’autre telle que vécue dans les années trente, puis quarante, avec les résultats que l’on sait.
              La Belgique est foutue ...en vérité elle n’a jamais existé, on ne marie pas l’eau et le feu.
              Si j’ai utilisé Brel, c’était pour vous démontrer que cette incongruité de l’histoire n’avait aucune raison d’être et que la fracture n’était pas inscrite que dans les astres.
              Seule l’Europe pourra régler ce conflit devenu frontalier.
              L’Europe ou la trahison, je crains que ce soit cette seconde solution qui sera la bonne. Il n’y aura dès lors plus de de territoire contestable, donc plus aucun obstacle à l’indépendance,de la Flandre, le prochain cap, exactement ce que veut Bart De Wever.
              Un marché de dupes...
              Ce sera à l’électeur de trancher, ce devrait être à l’électeur de trancher, je voudrais que ce soit à l’électeur de trancher.
              Mais voilà, ce ne sera pas à l’électeur de trancher  .
              Bien à vous tous, il tombe des cordes sur Vientiane.... 
               


            • bluebeer bluebeer 15 juillet 2011 01:00

              Rebonjour Astérix.

              J’aime bien ta fougue, ça change de la comptabilité. Je ne sens pas les choses comme toi quant à l’avenir du pays, on en a déjà parlé, mais je me trompe peut-être sur ce point. Après tout, on est toujours dépendant de ce qu’on lit. Je ne recommence pas le débat.

              Je comprends votre amertume à vous bruxellois, d’être au coeur de ces maquignonnages sans pouvoir y prendre l’initiative. Le PS wallon a perdu beaucoup de sa crédibilité auprès de sa propre clientèle, mais par la force des choses, il est devenu le champion des francophones face à la bête et tant que la crise ne sera pas terminée, je doute que son pouvoir faiblisse. Le temps des dinosaures s’érode aussi un peu, trop d’affaires se sont accumulées et l’heure est grave, les socialistes tentent de remettre un peu d’ordre dans leurs rangs. Mais surtout, ils bénéficient de l’absence d’une alternative convaincante dans le sud du pays, surtout pour ceux qui ont le cœur à gauche.

              Bart et les nationalistes ne sont pas vraiment subtils, mais ils tiennent le reste de la classe politique flamande par les couilles identitaires. Quelques signes d’irritation et de timides velléités de rébellion semblent pointer du côté flamand, mais comme je lis ça dans le soir et que le soir saute comme une poule sur un grain de maïs à la moindre critique de BDW, je n’y crois que tièdement.

              Il manque du côté francophone un homme de même stature que BDW, charismatique, bilingue, cynique, roué, déterminé, capable de fédérer et de lutter à armes égales. Alors BDW probablement, éviterait de jouer au yoyo avec le reste des partis politiques, des francophones en particulier. Il arrêterait de balancer des allumettes dans le fenil, parce que cette fois, il penserait que ça pourrait finir par prendre feu. Et je ne le crois pas capable d’assumer réellement cette indépendance qu’il fait miroiter à la flandre. Pour un révolutionnaire, il ne prend pas beaucoup de risques, mais avance à coups de sous entendus et de petites phrases sournoises. C’est un opportuniste à l’affut, qui exerce un chantage insidieux sur ses collègues flamands, mais je ne lui sens pas une âme de conquistadore.

              Hélas, du côté francophone, c’est encore beaucoup plus pâlichon, sans la moindre esquisse de personnalité forte capable de relever le défi. Pour l’instant, les francophones ne peuvent compter que sur leur jeu de jambe pour éviter de se faire coincer et mettre KO dans les cordes. Bruxelles risque effectivement de perdre des plumes dans cette bataille menée par des tièdes et des indécis. Mais ce n’est pas pour ça que les wallons sont mieux lotis. Et tant qu’à présent, quelle que puisse être nos sentiments respectifs les uns vis à vis des autres, nous avons un ennemi commun, le nationalisme flamand. Et en disant ça, à la rigueur, j’y inclus même les partis traditionnels flamands.


            • L'enfoiré L’enfoiré 15 juillet 2011 08:55

              Bonjour Asterix,
               Comme promis, une autre vision.
               smiley


            • Tonton de La Baffeteuse 15 juillet 2011 09:43

              Ah ben voilà ...bluebeer prend lesoir.be comme référence, or c’est devenu sur le plan communautaire une pure gazette de propagande à tel point que Beatrice Delvaux ne cache plus son militantisme.


              Or justement, quand lesoir.be a appris via un sondage que les Bxlois préféraient leur autonomie plutôt que le Wallobrux, elle a sorti une « enquête » expliquant que Bxl était une ville sale, criminelle, musulmane, pleine de chômeurs, etc ..etc... bref, elle s’est vengé de sa frustration en traitant les Bxlois comme de la merde.
              Bravo ! C’est la grande classe journalistique .. clap ! clap ! clap !

              Et ceci est aussi une des raisons ( en dehors du racket permanent de Bxl ) pour lesquelles, en tant que Bxlois, j’envoie désormais les Wallons sur les roses au même titre que les Flamands. Car ils le valent bien.

              La seule chose qui distingue les Wallons des Flamands pour s’accaparer Bxl, c’est que ces derniers nous la font genre batte de base-ball, tandis que les autres nous la jouent au violon avec bouche en coeur et poignard derrière le dos.

            • bluebeer bluebeer 15 juillet 2011 10:25

              mais je me trompe peut-être sur ce point. Après tout, on est toujours dépendant de ce qu’on lit. 

               Quelques signes d’irritation et de timides velléités de rébellion semblent pointer du côté flamand, mais comme je lis ça dans le soir et que le soir saute comme une poule sur un grain de maïs à la moindre critique de BDW, je n’y crois que tièdement.

              Tu vois Tall, c’était dans le texte.

              Le jour où tu consacreras un peu plus de temps à lire ou écouter ce que raconte ton interlocuteur - au lieu de te précipiter pour caser ton mantra noussommesrichesilsveulentnouspiquernossous - tu te rapprocheras d’un véritable dialogue.

              Ne te décourage pas.


            • Tonton de La Baffeteuse 15 juillet 2011 11:14

              bluebeer


              Si vous saviez à quel point je vous comprends ... Déjà quand un type fait des prévisions qui nous déplaisent, on le trouve plutôt antipathique. Mais si en + les faits lui donnent raison et qu’il continue de la ramener, alors là, ça devient vraiment insupportable. Oui, je vous comprends ...

              PS : croire tièdement, c’est croire un peu quand même, et lesoir en fait des tonnes, c’est carrément devenu la Pravda-Wallonia. Si par exemple vous voulez croire tièdement que la Wallonie va économiquement mieux, lisez donc lesoir, vous serez vite rassuré.
              C’est faux, mais peu importe, au moins ça vous fera plaisir. smiley

            • manusan 14 juillet 2011 14:44

              à Tonton Tall

              De qui les wallons se sentent-ils culturellement les plus proches ? les flamants ou les francais ?

              juste une fois.


              • Tonton de La Baffeteuse 14 juillet 2011 15:26

                latins d’abord ...


              • bluebeer bluebeer 15 juillet 2011 10:23

                mais je me trompe peut-être sur ce point. Après tout, on est toujours dépendant de ce qu’on lit. 

                 Quelques signes d’irritation et de timides velléités de rébellion semblent pointer du côté flamand, mais comme je lis ça dans le soir et que le soir saute comme une poule sur un grain de maïs à la moindre critique de BDW, je n’y crois que tièdement.

                Tu vois Tall, c’était dans le texte.

                Le jour où tu consacreras un peu plus de temps à lire ou écouter ce que raconte ton interlocuteur - au lieu de te précipiter pour caser ton mantra noussommesrichesilsveulentnouspiquernossous - tu te rapprocheras d’un véritable dialogue.

                Ne te décourage pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Icare


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès