Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Belgique : un grand cri d’amour

Belgique : un grand cri d’amour

Alors que le pays s’enfonce dans une crise de plus en plus grave, quelques citoyens ont voulu reprendre le flambeau belge. Résultat ? Une manifestation historique à Bruxelles afin de marquer son attachement au Royaume.

Bien sûr, la manifestation était à majorité francophone. Bien sûr, elle avait lieu à Bruxelles, ville de langue française. Bien sûr, les hommes politiques s’étaient peu déplacés. Bien sûr, tout cela sonne peut-être plus comme le chant du cygne que comme la résurgence de la fierté d’être Belge. Il n’empêche, le défilé de dimanche, le plus important connu par la Royaume depuis la Marche Blanche (suite à l’affaire Dutroux), force l’admiration.

Et pour cause, sans aucun relais institutionnel et marginalisé par les médias, le mouvement a pris de l’ampleur par l’abnégation de simples citoyens dont une truculente dame, comme seule la Belgique sait en servir, Marie-Claire Houard. Cette Liégeoise de 45 ans, fonctionnaire et mère de deux enfants, voulait à l’origine seulement faire un geste pour son pays. Mais elle a surtout été agréablement dépassée par le succès de sa pétition qui a recueilli plus de 100 000 signataires de Namur à Anvers, de Courtrai à Malines. Alors, la pimpante Marie-Claire a vu qu’une brèche s’ouvrait et a voulu transformer l’essai par une manifestation d’attachement au pays de la bière.

Pour s’assurer un succès maximum, la mère de famille a mis elle-même les mains dans le cambouis et est allée distribuer des tracts. Les voyageurs de la gare centrale à Bruxelles ont donc croisé son enthousiasme et son optimisme toute la semaine. Le résultat est au rendez-vous de l’investissement puisque au moins 35 000 personnes ont bravé le froid pour battre le pavé aux cris de « vive le roi » ou de « vive la Belgique ».

Mieux, les slogans rivalisaient d’imagination pour affirmer leur attachement à la Belgique. On a ainsi pu lire « Belgium Best », un pastiche du slogan du Vlaams Belang « Belgie barst » (Belgique crève), ou encore l’Union fait la force (devise du Royaume)... Les joyeux manifestants se sont même surpris à entonner La Brabançonne que le favori au poste de Premier ministre, Yves Leterme, confond avec La Marseillaise. Pour finir, tout cela s’est terminé dans le parc du Cinquantenaire par une bière et des frites et toujours dans une ambiance festive.

Alors, quel poids aura cette démonstration d’amour. Difficile à dire à l’heure actuelle ? En effet, si les médias francophones ont largement relayé l’initiative, on ne peut pas en dire autant côté Flamands puisque certains journaux ont même raillé la manifestation. Aussi, que se passera-t-il demain ? Qui va donner un nouvel élan au mouvement de dimanche ? Les politiques, souvent présents, se sont fait discrets.

A contrario, on peut aussi être optimiste quant aux suites. En effet, c’est une initiative citoyenne qui a eu raison de l’inertie des politiques. Ainsi, le mouvement n’est pas politisé et donc ne peut être accusé d’obéir à une quelconque obédience. Cela devrait rendre la critique des séparatistes difficiles et ce surtout du côté du Vlaams Belang. Mais c’est surtout le nombre de participants qui interpelle dans un pays où les manifestations, même pour des considérations sociales, sont assez rares. Voilà donc comment une bande de joyeux idéalistes a vaincu l’électrocardiogramme atone du Royaume. C’est pour cela que leur initiative redonne un sens à la Belgitude. Ainsi, ce dimanche, c’est peut-être la majorité silencieuse qui est sortie de sa torpeur pour s’emparer du débat et forcer les politiques à s’entendre sur un futur vouloir vivre ensemble.

Et si les Belges s’étaient tout simplement réinventé un avenir ce dimanche ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • TALL 19 novembre 2007 13:23

    Je l’attendais ce délire couétiste belgicain. Mais pas aussi biaisé que ça, quand même. L’auteur fait ici encore + fort que les + belgicains des médias belges.

    Mais peu importe, puisque de toute manière, les Français s’en fichent de cette manif. C’est pour cette raison d’ailleurs que je n’ai pas écrit d’article là-dessus.

    Je mettrai donc juste ici le copy d’un post que j’ai écrit dans un forum belge sur le sujet :

    C’est le bide

    La marche blanche de ’96 a rassemblé + de 300.000 personnes pour un motif pas + important que celui-ci. Car si la réforme judiciaire était importante, l’unité du pays l’est au moins autant. Donc, 200.000 aurait été un succès, 100.000 aurait été correct, mais moins de 50.000, c’est le bide.

    Et on pouvait s’y attendre au vu de la pétition qui n’a rassemblé que 140.000 voix en 3 mois, malgré sa forte médiatisation. Ce qui est très peu au vu de l’enjeu et de la facilité à signer des pétitions sur le web.

    Faut arrêter la méthode Coué, c’est du temps perdu. En 2009, il faudra de toute façon acter le divorce qui s’affichera dans les urnes. Alors, n’attendons pas la dernière minute pour se préparer à l’avenir post-Belgique.


    • TALL 19 novembre 2007 13:35

      Contrairement à ce que dit l’article, la marche qui a suivi le meurtre de Joe Van Holsbeek l’an passé à Bxl a réuni 80.000 personnes. Et sa pétition : 255.000 signatures

      [Voici une autre source le confirmant qui émane pourtant d’un média très belgicain


    • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 19 novembre 2007 15:15

      Article incorrect. Je rejoins tes observations Tall, 0.3% de la population d’un pays qui bouge pour le préserver, ça veut tout dire...


    • Yohan92 19 novembre 2007 15:22

      C’est quand même bien triste de voir une ville comme Bruxelles, symbole fort de l’union européenne, menaçait de devenir le nouveau Berlin ... Toutes mes condoléances aux belges.


      • TALL 19 novembre 2007 16:11

        Non pas Berlin, au contraire. Une ville-état prospère, capitale de l’UE et en bonne relation avec la Flandre indépendante et la Wallonie devenue française.

        Le seul obstacle actuel est que les Wallons n’ont pas encore fait le deuil de leurs rêves nostalgiques. Mais les Flamands vont les forcer au réveil. Aux élections régionales de 2009 ( dans 18 mois déjà ) ce sera l’hallali.


      • Lambert85 Lambert85 19 novembre 2007 16:32

        Tu rêves aussi j’ai l’impression... smiley


      • Cangivas 19 novembre 2007 16:39

        A Tall,

        J’ai cru comprendre qu’il y avait plus de Bruxellois que de Wallons dans cette manifestation.

        Alors s’il y a une population à « réveiller »... s’agit-il plutôt des Bruxellois ou plutôt des Wallons ?


      • Cangivas 19 novembre 2007 16:45

        A l’auteur,

        Un grand cri d’amour à la Belgique. On peut dire aussi un grand cri d’amour de francophones à la Flandre et aux Flamands... cri d’amour dont une partie des Flamands se serait bien passée.

        Les Flamands ont encore du pain sur la planche (et des provocations à programmer) pour « ramener à la raison » ce noyau, petit mais dur.


      • TALL 19 novembre 2007 16:54

        Lambert85,

        Et toi, comment tu le vois l’avenir belge ?

        - la Belgique va tenir encore 20 ans ? smiley smiley
        - la Wallonie va prendre Bxl avec l’accord des Flamands ? smiley smiley
        - la Flandre va prendre Bxl avec l’accord des Wallons ? smiley smiley

        Alors, c’est quoi ta version, qu’on rigole aussi un peu smiley


      • TALL 19 novembre 2007 17:05

        Cangivas,

        Quand la Flandre dira good bye, et que la Wallonie proposera à Bxl le grand amour-toujours avec une fiscalité 3 fois + forte et le sacrifice de son autonomie, on mesurera alors mieux la vigueur du romantisme bxlois. smiley


      • Cangivas 19 novembre 2007 17:17

        A Tall (rapport au statut de Bruxelles),

        Toutes les évolutions sont par définition possibles. Puisque cela au final dépend des populations.

        Mais pour que Bruxelles devienne une ville-état avec statut européen, il faut l’accord des pays de l’UE. Là est la (grosse) différence.

        Or avant d’arriver à cette éventualité, on doit me semble-t-il passer par des scénarios qui ne plaisent pas à certains pays européens :

        Scénario 1 : La Belgique transformée en 3 ou 4 entités indépendantes, Flandre, Bruxelles, Wallonie (+ éventuellement minorité germanophone), c’est l’horreur pour certains pays de l’Ouest.

        Scénario 2 : La Belgique éclatée avec des territoires qui se rattachent à tel voisin, d’autres à un autre, etc., c’est l’horreur pour certains pays de l’Europe de l’Est.

        Or, selon moi, accepter le scénario de Bruxelles-Europe revient au préalable à accepter l’un ou (et) l’autre des deux scénarios ci-dessus, n’est-ce pas ?

        Si la Belgique éclate selon l’un de ces deux scénarios, j’ai le sentiment que les dirigeants européens auront bien d’autres soucis que de s’intéresser au petit confort matériel et fiscal des Bruxellois.


      • Cangivas 19 novembre 2007 17:31

        A Tall (rapport aux relations Bruxelles-Wallonie)

        L’écart de richesses n’est pas un motif suffisant pour se séparer. Ni d’ailleurs pour s’unir. En fait, ce n’est pas un critère valable.

        Parce que suivant ce critère, il n’y aurait pas d’Europe.

        Ou alors une Europe réduit à 5, 6 ou 7 Etats membres... ce qui nuirait au rayonnement international (et même simplement européen) de Bruxelles.


      • TALL 19 novembre 2007 17:42

        Cangivas, les eurocrates sont au beau milieu du jeu de quilles ici, à 1/4h à pied de chez moi ( Etterbeek ). Le QG de l’OTAN est à 10 minutes en bagnole ( Evere ) et sur la route on passe par un grand zoning de multinationales ( IBM, Philips, etc.. ). Toujours à 1/4h à pied d’ici, il y a l’avenue de Tervueren avec des dizaines d’ambassades ( + d’une centaine sur tout Bxl ). A 20 minutes en bagnole, il y a la gare du midi avec ses 30 quais et ses tgv vers Londres ( 2h10 ), Paris ( 1h50 ), Amsterdam et Cologne. Et enfin, Bxl, c’est 20% du PIB belge et 300.000 navetteurs wallons et flamands qui y bossent chaque jour.

        Alors que les autres pays n’aiment ou n’aiment pas le problème belge, peu importe, l’UE ne pourra pas l’ignorer.

        Enfin, il n’est pas question pour l’UE de gérer la ville-état de Bxl elle-même. C’est l’affaire des Bxlois ça. Le contrat de capitale est un deal à mettre au point.


      • TALL 19 novembre 2007 17:46

        Cangivas, c’est la Flandre qui va casser la Belgique. Bxl ne fera que s’adapter, c’est tout. Et pour la Wallonie, la France est le best-off, et de loin. Quant au rattachelent de Bxl à la France, ça ne sera jamais accepté par l’UE par contre ( vetto anglais, entre autres )


      • Cangivas 19 novembre 2007 17:57

        La Flandre va casser la Belgique. Soit.

        Mais Bruxelles (dans ton cas de figure) ne va rien faire pour limiter le merdier. Au contraire, elle va amplifier la désintégration de ce qu’il reste de la Belgique.

        ... tout en expliquant, la main sur le coeur, le résultat est uniquement imputable aux Flamands.

        Faudrait quand même pas prendre les Européens pour des andouilles.


      • TALL 19 novembre 2007 18:25

        Mais, les Européens veulent la paix, non ?

        Alors, c’est la seule solution pour Bxl. Les Flamands sont d’ailleurs prêts à accepter cette 3e voie, certains l’ayant déjà proposé ( Tobbak ). Et je l’ai vu aussi dans les forums en discutant aec les Flamands. C’est une partie des Wallons qui refusent pour l’instant, mais ils ne sont pas en position de force.

        En fait, les Bxlois n’auront pas grand-chose à faire pour avoir leur autonomie, peut-être même rien ! Car elle va couler de source comme étant la meilleure issue pacifiquement négociable entre Wallons et Flamands.


      • Cangivas 19 novembre 2007 19:18

        Ben justement, si les Européens veulent la paix je les vois mal (au dela de la séparation de la Flandre de la Belgique) encourager des scénarios d’éclatement de la Belgique façon puzzle (avec indépendances ou/et rattachements dans tous les sens) ou se lamenter que la situation ne soit pas suffisamment bordélique.

        Que la Belgique donne naissance à deux pays, je ne suis pas certain que cela enchante beaucoup de dirigeants européens.

        Alors que cela en enfante 3 pays ou entités voire 4 et qui sait plus, là ça fait beaucoup. C’est à dire trop.


      • Antoine Diederick 19 novembre 2007 22:29

        on a compris Tal, tu « débectes » les wallons...tu as un peu de « vlaamse gevoel » que tu connais bien et tu es bruxellois, c’est ton seul horizon.

        il y a aussi 65 % de belges flamands et francophones qui ont peur de l’avenir et de l’avenir pour leurs enfants tandis que la cherté de la vie est là, que le logement devient aussi cher et les emplois plus rares...

        Mais cela, les politiques aux prises des querelles linguistiques n’en ont cure, forcé, ils sont incapables de trouver une solution.

        35.000 personnes ds la rue, ce n’est pas bcp, mais c’est un bon début.


      • TALL 19 novembre 2007 22:46

        De toute façon, le problème devra être réglé. Car les revendications flamandes sont telles qu’on ne peut pas rester ainsi. J’ai écrit La Wallonie bientôt française ? il y a 2 mois à peine. Vous y trouverez mon pronostic ( 3 à 7 ans ) et regardez ce qui s’est passé depuis. Mon pronostic était encore optimiste finalement.


      • Amaury Boucheteil Amaury Boucheteil 19 novembre 2007 18:28

        Que de réactions pessimistes. N’enterrez pas la Belgique était le seul sens de mon article.

        Maintenant, peut-être qu’une maniféstation a réunis plus de monde depuis la marche blanche. Mais qu’importe ? 40 000 personnes sans revendications politiques claires et sans porte parlole connu, je trouve que cela constitue un évenement majeur dans un pays qui n’a pas la culture française en matière de manifestation.

        La Belgique n’est pas morte car il ne faut pas confondre la classe politique Flamande qui court derrière le Vlaams Belang (qui peut dire pourquoi ce parti est si haut ? Xénophobie ? Séparatisme ? Les deux ?) et le peuple Flamand. En effet, peu de sondages montrent une vraie volonté séparatiste en Flandres.

        La Belgique traverse une crise, c’est un fait, mais elle peut s’offrir un débat public sur les conséquences d’une partition. On pourrait expliquer aux Flamands que sans Bxl, la visibilité internationale de leur région sera moindre. Mieux, qui connait vraiment la Flandres ? Il ne suffit pas d’agiter des drapeaux pendant le Tour de France pour être connu. La Flandres n’est pas la Californie !!

        Quid de Bruxelles ? Indépendant ? Rattaché à la France (peu probable mais possible contrairement à ce que dit Tal car l’Europe n’a rien à dire sur ce point). Rattaché à la Flandres ? J’aimerai voir ça avec 80% de francophones...

        Alors la Belgique morte ? Je ne le pense pas encore. Du moins, j’ai la faiblesse de croire que les thèses du Vlaams Belang peuvent encore être contrecarrée.


        • TALL 19 novembre 2007 18:51

          Mais ce que vous dites est faux, je suis désolé, Amaury.

          - pas politique, le souhait d’unité belge ? smiley
          - 45% des Flamands sont pour l’indépendance et 80% pour + d’autonomie selon de nombreux sondages de ces 3 derniers mois.
          - Leterme a dit encore avant les élections que la Belgique n’avait plus de valeur ajoutée. Et son parti, le CDNV est partenaire de la NVA aussi séparatiste que le VB, racisme en moins.

          A vous lire, je ne vous crois plus propagandiste. En fait, vous parlez avec votre coeur, mais vous êtes mal informé pour l’instant. Ce que je préfère d’ailleurs smiley car il n’y a pas de vrai dialogue avec les propagandistes. Renseignez-vous bien, vous verrez.


        • Amaury Boucheteil Amaury Boucheteil 19 novembre 2007 19:08

          Mal informé ? Tout est une question de point de vue...

          Chez moi 45% des Flamands pour l’indépendance ce n’est pas 50%. De plus, d’autres sondages vont dans le sens inverse. La Libre Belgique avait fait une enquête montrant que le désir d’indépendance des Flamands étaient beaucoup plus nuancé. Mieux selon un sondage pour la DH (fait les 25 et 26 aout) 70% des belges pensent que la Belgique a encore un avenir. Aussi, selon le journal Het Nieuwsblad, 31,6% des Flamands sont pour l’indépendance (sondage réalisé en septembre)... On est loin des 45%.

          Ce que je veux dire, c’est que votre sondage est peut-être vrai mais il est difficile de se baser sur un seul pour affirmer sur un ton péremptoire que la Belgique est finie.

          D’une manière plus générale quand bien même un sondage dirait qu’il faut l’indépendance de la Flandres, quelle credibilité lui apporter... Entre un sondage abstrait et une question concrète posée par référemdum (pas autorisé en Belgique) il y a une grande différence. En france, la constitution européenne avait montré qu’un débat national pouvait largement changer le rapport de force.

          Enfin, oui il y a une partie sentimentale dans mon article (et je ne m’en cache absolement pas) mais cela ne m’empêche pas d’avoir conscience des problèmes Belges.


        • Amaury Boucheteil Amaury Boucheteil 19 novembre 2007 19:10

          Ah oui, j’oubliais pour Leterme. On parle bien de celui qui ne sait pas à quoi corréspond la fête nationale belge et qui chante la Marseillaise ?


        • TALL 19 novembre 2007 19:22

          Mais ce n’est pas sur un seul sondage que je me base, c’est sur 50 ans de vécu à Bxl, avec les 3/4 de ma famille flamande ( côté maternel ) et de nombreux amis wallons et bxlois. Bref, je connais les 3 mentalités en profondeur.

          Mais vous ignorez, comme quasi tous les Wallons d’ailleurs, le sens de l’expression « Vlaams gevoel », alors qu’il est la base de tout ce qui se passe actuellement et m’a permis de prévoir sans aucune surprise l’évolution de la Belgique depuis 20 ans.

          Et qu’est-ce que le Vlaams gevoel ? C’est le sentiment identitaire flamand, tout simplement. Et quand on le connaît, on sait que la Belgique est finie. Peu importe la date et la manière.

          Saviez-vous que Talleyrand avait déjà conseillé aux Belges de 1830 de créer une confédération plutôt qu’un royaume ? Pourquoi, croyez-vous ?


        • TALL 19 novembre 2007 19:26

          Oui justement, Leterme, qui devrait être 1er ministre s’il parvient à former un gouvernement, car il a obtenu le meilleur score en Flandre avec 800.000 voix de préférence, soit 23 fois la manif de Dimanche smiley


        • Antoine Diederick 19 novembre 2007 22:20

          Tal a l’air super content de dire que la Belgique est « finie ».


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 19 novembre 2007 23:40

          Et moi, suis-je content ? Non, mais est-ce que je peux y changer quelque chose ? Non

          Le roi est mort vive le roi. Si la Belgique disparait, nous devons préparer notre avenir car il n’est d’autre solution que de continuer. Au cours de l’histoire des pays se sont formés et d’autres ont disparu.

          Je constate avec Tall que du côté flamand il n’existe plus de volonté de vivre ensemble, la mort de la belgique se fait dans une certaine indifférence. Chacun constate qu’il devient difficile de vivre ensemble.

          C’est absurde. La wallonie refuse aujourd’hui une politique libérale, pourtant demain elle devra en appliquer une. Je pense que pour la wallonie la séparation sera peut-être un bon moyen de la sortir de sa torpeur, et de commencer son redressement.

          Me résignant à l’inévitable scission, j’aime autant que la séparation soit aussi rapide que possible, j’avoue que ces cérémonies funèbres qui n’en finissent pas, c’est insupportable. J’aime autant les enterrements juifs, tu décèdes et 10 minutes plus tard tu es enterrés.

          Quant à Bruxelles, la Flandre a proposé de reconstituer le Brabant et a reçu une fin de non-recevoir de la part des francophones. Les francophones savent qu’ils ne pourraient jamais reconstituer la Belgique avec un Brabant unifié. Ils préfèrent tout tenter pour conserver Bruxelles, qu’ils risquent encore plus surement de perdre... La flandre ayant un regret dans la coupure des deux brabants, une bonne partie du brabant wallon est simplement la partie la mieux francisée du brabant. Elle aurait pu admettre trois régions (Flandre, Brabant et Wallonie) Mais bon la wallonie ne jure majoritairement que par la Belgique, et il me parait clair que la Flandre ne cèdera pas Bruxelles aux francophones pour continuer la Belgique.

          L’agenda caché est souvent repproché aux flamands, mais les francophones ont aussi un agenda caché qui a certainement compliqué les choses. Les francophones ont toujours admis un risque de scission en Belgique, à priori ils souhaitaient continuer la Belgique avec la wallonie et Bruxelles.

          L’avenir est tracé, les francophones de Bruxelles doivent marchander chèrement leur flamandisation qui sera inévitable. Les wallons doivent refiler un max de la dette aux flamands, et rejoindre la France. Si les wallons continuent à spéculer sur une continuité de la Belgique, ils perdront inévitbalement toute sorte d’avantages qu’ils pourraient obtenir...


        • TALL 20 novembre 2007 09:35

          La flamandisation de Bxl est définitivement impossible, de par la simple réalité du terrain ( trop international ). Les Flamands l’ont d’ailleurs tenté de diverses manières depuis 15 ans ( par l’immobilier, notamment ). Echec total. Ils ont abandonné. Le nombre de Flamands bxlois a même diminué. C’est l’anglais qui devient la 2e langue sur le terrain.


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 20 novembre 2007 10:03

          flamandisation disons plutôt leur semi indépendance en Flandre...

          ...


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 20 novembre 2007 10:06

          Par contre je trouve que maintenant ce cirque a assez duré. Il est temps de se résigner à passer devant monsieur le juge...

          Bête exemple, la régionalisation de l’Isoc sera défavorable à la wallonie, indépendante, elle fait ce qu’elle veut, enfin disons plutôt qu’elle devra trouver des solutions.


        • Stephan Hoebeeck Stephanesh 19 novembre 2007 19:28

          (Salut Tall)

          Le problème de la Belgique est que c’est aussi affaire de gros sous

          Pour la flandre la wallonie, c’est un trou sans fond, on donne de l’argent pour le redressement de la wallonie, et il disparait, et en plus la wallonie ne se reconstruit pas...

          La dette belge a finalement servi à la Wallonie, mais bon c’est le flamand qui rembourse,

          Gérard Deprez (ancien président du chrétiens francophones) a dit la triste réalité : vous voulez empécher la réforme de l’état, redressez la wallonie, etc. Si demain il y a scission entre la Flandre et la wallonie, il est vraisemblable que la dette soit prise en grande partie par la Flandre 200-210 milliards d’€, pour 70-80 milliards d’€ pour la Wallonie. Dix ans après la dette flamande sera à moins de 100 milliards d’€ et la dette wallone à 100-120 milliards d’€, et en plus on paiera moins d’impôts en Flandre, en en plus la Wallonie sera encore loin du redressement...

          Je pense qu’aux élections du 10 juin 2007, la volonté des partis flamands était claire, soit on scissionne la Belgique, soit on fait une réforme de l’état, soit on gouverne à droite, le CDH (chrétiens francophones) se situant à gauche, ben à droite c’est pas possible... La réforme de l’état les francophones n’en veulent pas, donc le pays va scissionner...

          Concernant le Vlams Belang, son programme est simple oui à tout ce qui est flamand, non à tout ce qui n’est pas flamand du moins en Flandre.

          Concernant le rattachement de Bruxelles à la Wallonie, il faudrait que des flamands fassent des erreurs, genre aller abattre quelques francophones de la périphérie, etc. Mais en l’état actuel des choses, je pense que c’est plutôt quelques flamands de Bxl qui risquent d’être attaqués comme cela se serait vu à Wolluwe ce vendredi...

          ...


          • TALL 19 novembre 2007 19:45

            Tout-à-fait d’accord, Stephanesh. Juste un détail à la fin. Quasi tous les Flamand bxlois sont bilingues, ce qui rend les violences peu probables. Ceci dit, les 100.000 Flamands de Bxl vont jouer un rôle important pour préserver Bxl de la wallonisation, car la Flandre ne les lâchera pas. C’est pour ça aussi qu’ils préfèrent son européanisation ( multilinguisme + protection des minorités ).


          • Antoine Diederick 19 novembre 2007 22:09

            en terme de protection des minorités tel qu’inscrite ds le projet européen, nous pouvons dire que la Flandre ne respecte pas cet avis....


          • TALL 19 novembre 2007 22:33

            Exact, mais la Flandre indépendante devra sans doute la signer pour entrer dans l’UE.


          • Stephan Hoebeeck Stephanesh 19 novembre 2007 23:41

            Je pense que contrairement à ce qui se passe maintenant le sort des francophones pourrait s’améliorer dans le cadre d’une flandre indépendante. De plus si la wallonie devient française se serait un bon moyen de modérer les extrémistes flamands.


          • TALL 20 novembre 2007 09:41

            Absolument. La Flandre devenue indépendante sera décomplexée et aura de bonnes relations avec Bxl si celle-ci est européanisée. C’est l’idée de la wallonisation de Bxl qui les insupporte. Et avec Bxl EC ( European Capital ) on pourra négocier constructivement tout ce qu’il faut pour la périphérie et l’hinterland. Comme Berlin l’a fait, et d’autres métropoles.


          • Stephan Hoebeeck Stephanesh 19 novembre 2007 20:29

            Maintenant je me pose quand même une question concernant la manifestation. Comment y a-t-il eu si peu de monde, j’ai l’impression que même les francophones sont résignés à la disparition de la Belgique, je m’y attendais mais si vite...

            Dans les forums j’ai bien vu une montée en puissance des indépendantistes francophones, mais bon ils considèrent qu’ils vont conserver Bruxelles...

            On peut estimer que la prise de Bruxelles est un jeu d’échec. Actuellement les francophones sont en échec et demain en check/mat. Donc fin de partie...

            Il était évident que quand les députés et sénateurs francophones votent en 1963, un statut des facilités linguisitiques de la périph de BXL dans lequel il est écrit que les francophones ont un délai (imprécision temporelle) pour apprendre le néérlandais, il fallait se dire qu’un jour ou l’autre cela finirait.


            • TALL 19 novembre 2007 22:36

              J’ai l’impression qu’ils n’ont pas cru à l’utilité de la manif. Ce en quoi ils avaient sans doute raison, vu que les Flamands s’en fichent.


            • Antoine Diederick 19 novembre 2007 21:43

              Merci pour cet article Amaury,

              Que de pessimisme, écrivez-vous dans les commentaires. En effet...

              La situation bien sûr se crispe au fur et à mesure que le temps passe et personnellement comme francophone la colère commence à monter.

              Mais restons positifs, vous avez raison et ne suivons pas les pessimistes.

              Vive la Belgique !


              • Antoine Diederick 19 novembre 2007 22:40

                La Flandre est devenu le repaire de gens qui ont décidé de « chier » ds les bottes d’une Belgique qui a permis son émancipation.

                Grave erreur de la Flandre de confirmer ce jeu aujourd’hui.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès