Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Boïko Borissov, enfin un chef d’état libéral qui comprend (...)

Boïko Borissov, enfin un chef d’état libéral qui comprend l’impasse de l’austérité

Le mercredi 20 février 2013, le ministre-président de la Bulgarie annonce sa démission et celle de son gouvernement. Boïko Borissov, élu en 2009 et membre de la formation politique de centre-droit GERB (Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie) avec sa démission montre l'exemple à l'ensemble des états austéritaires européens, en comprenant l'impasse d'une politique budgétaire restrictive.

Suite à des manifestations de plusieurs dizaines de milliers de personnes dans plus d'une vingtaine de villes de la Bulgarie, Boïko Borissov a annoncé sa démission.

Les manifestations dénonçant la vie chère et notamment le prix du gaz qui peut atteindre la somme exorbitante de 100 euros par mois et par foyer pour un salaire moyen de 350 euros par personne. Le gouvernement libéral ne comptait pas s'arrêter là, car pour obéir aux exigences de Bruxelles, il était prévu d'augmenter l'âge légal de départ à la retraite, de supprimer encore et encore des hôpitaux et des universités ; en quelque sorte continuer de faire payer la crise aux classes moyennes et auxplus démunis dans le pays le plus pauvre de l'UE qui aurait plus besoin d'aide que de plans d'appauvrissement généralisés.

Boïko Borissov, jusqu'alors fidèle serviteur de Bruxelles plutôt que de désobéir a démissionné, mais derrière cette phrase prononcé devant le parlement on retrouve ce sentiment d'injustice concernant les plans d'austérité : "Nous avons de la dignité et de l'honneur. Le peuple nous a donné le pouvoir, aujourd'hui, nous le lui rendons".

Malheureusement, derrière cette affirmation assez creuse, il y a une erreur de jugement, car si Boïko avait eu tant d'estime pour son peuple, il aurait abandonné sa fonction depuis belle lurette ou bien n'aurait pas accepté les plans d'austérité et réagi bien plus tôt à la colère de la rue (30 bléssés et 2 immolations par le feu). De plus, le peuple désormais jeté dans une situation misérable, va, peut être, "retrouver le pouvoir" pour quelques mois, le temps que de nouvelles élections aient lieu et que la situation sociale s'empire avec les plans d'austerité qui seront appliqués indistinctement par le parti de "droite" ou de "gauche".

"Chaque goutte de sang versée est une honte" a lancé Borissov, montrant ainsi la limite à ne pas franchir, les peuples ne peuvent pas être ponctionné sans arrêt et sa colère doit être (vraiment) écoutée. Rester au pouvoir aurait été pour lui rester sourd aux aspirations du peuple dont il est incapable de mener à bien. L'immense majorité des dirigeants européens se trouvent dans cette situation mais préfèrent s'accrocher au pouvoir jusqu'au bout quitte à essuyer une défaite écrasante lors de nouvelles élections.

Malheureusement, le peuple apaisé par cette démission, va désormais rester inactif et un parti libéral, le GERB ou un autre, va être amené a dirigé en continuant les plans d'austérité sans que les masses n'ait la clairvoyance suffisante pour détecter que changement de parti ne veut pas dire changement de politique économique et amélioration des conditions de vie.

Alors, dès à présent Boïkotez le libéralisme en démissionnant. Borissov est un exemple pour les dirigeants européens qui font souffrir la population. Chefs d'états et dirigeants, démissionnez, démissionnez et vos sujets se rendront compte (peut être un jour à force de démissions) de l'illégitimité des plans d'appauvrissement.

Merkel, Rajoy, Cameron DEMISSIONNEZ !

Hollande, Samarás, Monti, Di Rupo DEMISSIONNEZ !...

Le pape l'a bien fait alors pourquoi pas vous, les dirigeants fatigués de s'enrichir et d'enrichir les copains en faisant souffrir ?

Tous mes hommages à cet homme, Boïko Borossov, qui a eu le courage de démissionner, de devenir lucide en refusant la propre politique qu'il avait menée.

Mais, comme d'habitude, nous n'en tirerons pas les leçons...

Sources : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/02/20/demission-du-gouvernement-bulgare-apres-plusieurs-jours-de-manifestation_1835258_3214.html

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jNJjqtAZ6g6gSFIbeJBXvYO6cupg?docId=CNG.4e0109d7723865afae4a6ccc5a0d5650.301


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Peretz1 Peretz1 21 février 2013 16:58

    Pis qu’une impasse, c’est une erreur, et même une faute. Décrêtée par la finance, ce système arrivé à ses extrêmes n’épargnera que les classes favorisées. Nos dirigeants actuels le savent parfaitement, mais n’ont pas le courage d’inverser le cours des choses. Et comme la guillotine n’existe plus, il s’en lavent les mains...Pour l’expliquer ; on peut lire : « En finir avec les crises et le chômage » Editions edilivre.com (version numérique ou papier)


    • malape 21 février 2013 23:14

      Tout à fait d’accord, pire qu’une impasse, c’est une erreur, une faute et même une catastrophe.

      S’il n’ont pas le courage, c’est car il ne peuvent pas se défaire de la tutelle de la finance (dont hollande avait tant parlé durant la campagne, et aujourd’hui voilà le résultat...). Plutôt que d’écouter les financier, traders, banquiers, spéculateurs et agences de notations, de suivre le modèle (que j’appellerai anti-modèle) allemand du néolibéralisme, suivons le modèle islandais qui a laissé coulé ses banques et dont l’économie se porte bien mieux. Un très bon livre : « Désobéissons à l’UE » de Aurélien Bernier

      « Décrétée par la finance, ce système arrivé à ses extrêmes n’épargnera que les classes favorisées. », J’ajouterais à cela que la crise en plus de les épargner les favorisent, c’est bien Wall street qui et les banques qui ont reçu 700 milliards de dollards et pas les miséreux, les chômeurs, les exploités... Un très bon film pour se rendre compte de cela et l’influence directe dans la vie de tous les jours, Cleveland vs Wall street : http://www.youtube.com/watch?v=sQ1XVPBZNtw
      « Leur profits sont indexés sur notre malheur », tout est résumé.


    • soi même 21 février 2013 22:50
      libéral est synonyme d’Égoïsme, pas d’autre comentaire qui causse la ruine des gens ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

S ou B


Voir ses articles







Palmarès