Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit : l’effarant après référendum

Brexit : l’effarant après référendum

L’onde de choc déclenchée par le vote du 23 juin des britanniques pour sortir de l’UE a provoqué un séisme révélateur dans notre débat public. Comme si tous les travers des dernières décennies s’étaient concentrés en quelques jours qui ont vu un déferlement de mensonges et choix effarants.

 
En France, des média façon Pravda
 
Bien sûr, il y a des exceptions, mais le traitement du référendum par la majorité des média est honteux de biais partisan. Ne doit-on pas au minimum envisager la thèse et l’antithèse ? Là, nous avons eu droit à une présentation totalement caricaturale du débat et du vote. N’ont eu droit de citer que les habitants de Londres (à 75% contre la sortie), les financiers (la bulle dans la bulle), les expatriés Français vivant au Royaume-Uni, ou les expatriés britanniques vivant en France. Les 17 millions de britanniques ayant choisi de quitter l’UE n’ont été représentés que par une poignée d’individus affirmant regretter leur vote, sur la foi d’une pétition aux scores trafiqués. Quelle intolérance et manque de respect démocratique à l’égard de cette majorité qui s’est exprimée clairement, avec 72% de participation !
 
Nous avons même eu droit au plus ridicule des arguments, magistralement démonté par Olivier Berruyer sur son blog, à savoir le procès des personnes âgées, qui auraient imposé le Brexit aux jeunes, comme a titré le Times. Déjà, il faut noter que les médias se sont référés à la seule tranche des 18-24 ans, feignant d’ignorer que les 35-44 ans étaient déjà presque à parité. Ensuite, ils ont aussi feint d’ignorer que 64% des 18-24 ans n’ont pas voté. Bref, le premier choix des jeunes a été l’indifférence. Et seulement un quart d’entre eux a voté contre le Brexit. Il est tout de même effarant que les ayatollahs eurobéats aient utilisé un tel argument quelques jours à peine après le vote de la présidentielle Autrichienne, où pas moins de 51% de ces mêmes jeunes avaient voté pour l’extrême-droite au premier tour  !
 
Et dans ce grand n’importe quoi, les marchés, jamais en reste, se sont effondrés, avant d’effacer les pertes consécutives au référendum en quelques jours, démontrant sans doute que la sortie de l’UE n’aura pas un si mauvais effet. Nous avons également eu droit aux despotes en herbes, qui envisagent très sérieusement de passer outre ce vote. David Cameron a eu l’indécence de demander le départ du chef du Labour, alors qu’il n’a toujours pas quitté son poste ! Bien sûr, le camp du Brexit n’est pas exempt de toute critique, même s’il faut nuancer les attaques violentes venues de média peu objectifs sur la question, le refus de Boris Johnson de se présenter pour prendre la tête du parti conservateur apparaissant pour le moins suprenante, même s’il faut nuancer par le fait que d’autres partisans du Brexit y vont.
 
 
Et la commission européenne, en mode arrogance extrême, ou suicide inconscient, a multiplié les décisions contraires à la volonté des peuples européens, entre la prolongation de l’autorisation de commercialisation du glyphosate, l’ingrédient actif du Roundup de Monsanto, et l’ouverture d’un autre chapitre de négociation pour l’adhésion de la Turquie à l’UE. Et en matière commerciale, le président de la commission, après s’être interposé très démocratiquement devant des journalistes voulant prendre en photo Nigel Farage, a annoncé vouloir avancer sur le traité transatlantique. Il a aussi utilisé une astuce technique pour faire adopter l’accord commercial avec le Canada, qualifié de traité « non mixte », sans vote des parlements, et pire, ne pouvant être repoussé qu’à l’unanimité des Etats-membres !
 
 
Le climat post référendum est si délétère qu’on en vient à craindre que les dirigeants britanniques finissent par ne pas respecter le vote du 23 juin. Ceci sera un test intéressant pour la solidité de la démocratie de nos voisins : est-elle aussi mal en point que la nôtre, qui avait trahi le vote de mai 2005  ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

136 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 4 juillet 09:49

    Il est vrai que dans nos médias, je n’ai pas entendu un seul partisan de la sortie de l’UE. Seulement des personnes « catastrophées » de ce vote. Mais où sont passés ces 52% de votants ?
    Encore pire que partisan, mensonger.
    Comme d’habitude, nos médias s’efforcent de nous manipuler. Ils ne semblent pas encore avoir admis que quasiment plus personne ne leur fait confiance et que leurs techniques sont éventées. Peuvent ils changer ? Non, leurs actionnaires imposent leur crédo.

    Quand à la mise en oeuvre du vote ... on verra. Il est effectivement difficile dans la mesure où le gouvernement actuel et la majorité des élus en place sont contre. Et la volonté du peuple n’a jamais été réellement leur crédo.

    Cameron osera t-il ou attend il un moyen de contourner le vote comme certains le supposent ?


    • Alren Alren 4 juillet 12:24

      @Alpo47

      Peuvent ils changer ? Non, leurs actionnaires imposent leur credo.

      Vrai pour les chaînes et radios privées car pour les publiques, c’est nous, les actionnaires, payeurs de la redevance et qui ne pouvons pas imposer un minimum de neutralité politique à nos médias !!!


    • toloro (---.---.190.48) 4 juillet 12:24

      @Alpo47
      Je ne partage pas. J’ai vu plusieurs d’interviews de personnes qui avaient voté leave. Les média ne nous manipulent pas vraiment. Mais ils nous vendent du « papier » donc ils cherchent l’info choc. Tout simplement.

      Beaucoup, dans les média français sont ceux qui étaient contre la présence de l’Angleterre dans l’Union pour la zizanie qu’elle a créée depuis des dizaines d’années au sein de l’Union.
      Le problème est que la campagne Brexit / Leave a été largement basée sur des arguments plus ou moins mensongers et chocs.
      L’Angleterre ne fonctionne pas comme chez nous, il est difficile de poser une comparaison basique entre le vote anglais, et l’euroscepticisme qu’il y a en France.
      L’Angleterre est un pays beaucoup plus libéral que l’Europe continental, avec les inégalités que cela implique. Seulement, les politiques se sont largement dédouanés de leurs responsabilités en reportant la faute sur l’Europe, alors que finalement, l’Angleterre ne suivait pas les règles européennes :
       - Pas d’Euro (C’est le point qui a posé problème à la Grèce)
       - Pas de Schengen
       - Dérogations à outrance : Le Royaume-Uni était qualifié comme champion des passes-droits en Europe.
      A mon avis, si il y a manipulation, c’est de la part des politiques anglais qui ont joué un double jeu. Rien qu’à voir le retournement de veste de Johnson et de Farage au lendemain du Brexit. Au final, les gens ont voté contre les « Roumains qui violent nos femmes » contre les « polonais qui prennent nos emplois », et pour récupérer « nos eaux territoriales » ... j’en passe ... C’est bien le gouvernement anglais qui avait dit en 2012 « offrir un tapis rouge » aux entreprises françaises qui s’installeraient en territoire britannique. Drôle de façon de voir l’amitié franco-britannique.

       Cependant, le choc et les larmes font vendre du papier.

      Bon je ne m’étale pas.


    • Fergus Fergus 4 juillet 13:36

      Bonjour, toloro

      Globalement d’accord avec vous.

      On a effectivement vu et entendu dans les médias des partisans du Brexit, et s’ils ont été peut-être moins nombreux à bénéficier d’un micro, on est très loin de l’absence dénoncée par certains. Partisan du Brexit à titre personnel, j’aurais d’ailleurs été de ceux qui se seraient indignés haut et fort s’il y avait eu un traitement par trop déséquilibré.

      Quant à la duplicité des politiciens britanniques, elle a en effet été totale, et cela dans les deux camps !


    • tonimarus45 4 juillet 18:00

      @Fergus-bonjour— on surement pas regarde les memes chaines-Et toutes celles que j’ai regardees etaient a l’image de «  »c dans l« air »« qui a ete surement »«  »«  » objective«  »«  » comme a son habitude ??????


    • tonimarus45 4 juillet 18:23

      @Fergus—bonjour— oui, oui le rapport a ete le meme que celui du pate de cheval et d’alouette a 50/50, un cheval une alouette


    • Fergus Fergus 5 juillet 09:01

      Bonjour, Pierre

      Bien sûr qu’il y a des interviews de pro-Brexit, même si elles n’ont en effet pas été majoritaires. Il est effarant que ce fait puisse être à ce point dénié.


    • Charly83 6 juillet 10:58

      @Pierre D’accord pour les interviews des pro-Brexit, encore qu’il y aurait là aussi des choses à dire sur la manière dont ils s’insèrent dans le propos général. Et puis il faut bien qu’ils fassent semblant d’être impartiaux. Je peux me tromper mais j’ai quelquefois ressenti de l’étonnement chez le journaliste qui fait l’interview, de l’étonnement mêlé d’incompréhension : comme s’il cherchait sincèrement à comprendre ce qui apparaît à ses yeux comme inconcevable, comme une hérésie, un peu comme on interviewe un membre d’une secte. J’y vais peut-être un peu fort, mais c’est ce que j’ai ressenti. Moi ce qui me choque c’est, et personne ne semble le relever, l’absence d’experts pro-Brexit et pro-Frexit. Qu’on ne vienne pas me dire que les experts qui interviennent sont neutres ! Sapir dit qu’on l’a appelé pour lui demander s’il accepterait de venir débattre et donner son point de vue. Il a dit oui. Ils ne l’ont pas rappelé...


    • fred.foyn Le p’tit Charles 4 juillet 10:14

      +++++++++++

      Surtout l’onde de choc de leur incompétence..Pas un pour relever l’autre..Sont TOUS dans leur fosse septique à tenter de sauver leurs salaires de la HONTE.. !
      Pitoyable classe politique Française...

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 juillet 13:00
        «  Ceci sera un test intéressant pour la solidité de la démocratie de nos voisins : est-elle aussi mal en point que la nôtre, qui avait trahi le vote de mai 2005 ? »

        Le Royaume-Uni est une monarchie parlementaire. 
        Peut-on vraiment parler de « démocratie » pour un pays dans lequel une des deux chambres (la chambre des lords) se compose de membres nommés à vie par la reine sur proposition du Premier ministre, de 92 lords héréditaires élus parmi les membres des différentes pairies du Royaume-Uni et de 26 lords clercs de l’Église d’Angleterre, membres de droit.(Le nombre de membres n’est pas fixe et dépend des nominations : il y en a aujourd’hui près de 780).

        L’aristocratie anglais a été plus intelligente que les nobles français de l’ancien régime en mettant en place un système parlementaire, puis la bourgeoisie anglaise a été plus avisée et plus cynique que la bourgeoisie française en ne s’enfermant pas dans une constitution, mais en faisant référence à des conventions à géométrie variable. Cela ne veut pas dire que ce pays soit une « démocratie » ! Les ouvriers anglais en savent quelque chose : leur sort n’a pas pesé lourd dans les choix de Madame Thatcher ni dans ceux de M. Blair, les larbins stylés des Britanniques puissants.

        • Fergus Fergus 4 juillet 13:41

          Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

          La Chambre des Lords est grosso modo l’équivalent britannique de notre Sénat, et ses pouvoirs ne sont pas plus étendus, les décisions législatives finales revenant aux députés du Parlement.


        • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 juillet 14:30

          @Fergus

          bonjour Fergus.

          j’ai bien compris que dans un système bicamériste comme le modèle qu’on nous a servi à l’école primaire en tant qu’archétype de l’équité sociale reposait sur la « sagesse » de la « chambre haute » qui est censée calmer les ardeurs de la « chambre basse »... tout ça, tout ça...

          donc ça voudrait dire pour vous que dans ce genre de système, le fait que les parlementaires soient nommés, ou qu’ils reçoivent leur mandat par hérédité, ou « de droit » ou qu’ils soient élus, en fin de compte, ça revient au même ?

          Pourquoi pas un suffrage censitaire ou même des états généraux où les représentants du medef côtoieraient ceux du clergé et des syndicats mais à titre consultatif seulement, le président désigné par les banques ayant un droit de veto ?

        • Fergus Fergus 4 juillet 14:41

          @ Jeussey de Sourcesûre

          Houla, vous me prêtez des pensées qui ne sont pas les miennes, loin de là : je me suis prononcé sur l’utilité relative de ces chambres, pas sur leur légitimité !

          La chambre des Lords est une survivance de la monarchie qui n’a en effet pas sa place dans un système démocratique basé sur la représentativité du peuple.

          Quant au Sénat français, je ne suis pas pour sa disparition, mais pour sa transformation en chambre des régions sur le modèle du Bundesrat allemand.


        • tonimarus45 4 juillet 18:02

          @Fergus—bonjour— ah voyez qu’il y en a d’autres qui ne comprennent pas parfois vos cheminements de pensees


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 juillet 18:25

          @Jeussey de Sourcesûre

          Dans la mesure ou la chambre des Lords n’a qu’ une influence minime face à la chambre des Communes qui elles sont élues au suffrage universel direct, oui, on peut dire que le RU est une démocratie.

          Elle a certes un souverain a sa tête mais ce dernier n’a pratiquement aucun pouvoir. La Reine règne mais ne gouverne pas.

        • Fergus Fergus 4 juillet 19:37

          Bonjour, tonimarus45

          Ce que j’ai écrit à 13 h 45 était pourtant on ne peut plus clair et ne faisait nullement référence à la légitimité de la Chambre des Lords, simplement à son pouvoir.


        • Atakruz 4 juillet 13:51

          Ce que montre ce graphique c’est que plus les gens sont âgés, plus ils ont connu autre chose que la situation actuelle et moins ils ont envie que ça continue.




          • Fergus Fergus 4 juillet 14:46

            Bonjour, Atakruz

            « plus ils ont connu autre chose que la situation actuelle et moins ils ont envie que ça continue »

            Certes ! mais pour beaucoup sans se rendre compte que le monde a changé et qu’il va être de plus en plus difficile de survivre politiquement et économiquement hors d’une entité politique supranationale - de type fédérale ou confédérale - de taille critique.

            Encore faudrait-il que celle-ci ne soit pas au seul service des marchés, mais prenne en compte la nécessaire harmonisation sociale. Et pas par le bas ! Or, c’est là que le bât blesse actuellement avec une UE de modèle anglo-saxon.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juillet 22:08

            @Fergus
            C’est vraie que la GB est isolée, la pauvre...  ! Elle a juste dans ses relations le Commonwealth... Soit 53 pays et plus de 2,3 milliards d’habitants...Mais comment les Anglais vont ils survivre sans Junker ? Sans BHL ? Les pauvres, quelle triste fin ....


          • Habana Habana 5 juillet 08:24

            @Atakruz
            Je crois que c’est surtout la preuve qu’on manipule plus facilement un jeune qu’un type avec de l’expérience !

            Mais il suffit de voir ce que les jeunes sont justement capables d’absorber à la télé !
            Patrick Le Lay, PDG de TF1 disait à juste titre : il est nécessaire que nos émissions ramollissent suffisamment le cerveau des téléspectateurs afin qu’ils puissent être réceptifs au programme phare de notre chaîne : « la publicité ».
            On a le PAF qu’on mérite !

          • Fergus Fergus 5 juillet 09:07

            Bonjour, Fifi Brind_acier

            Rassurez-vous, je ne m’inquiète pas pour les Britanniques dont je souhaitais d’ailleurs la sortie.

            Pour ce qui est de l’Union Européenne, des sondages ont été faits en Europe du Nord après le Brexit pour tester les euro-sceptiques. Et là, surprise : Les pro-UE remontent de 10 points au Danemark, et de 12 points en Suède et en Finlande !

            Mais on va sans doute me dire que ses sondages ont été truqués, organisés par la CIA en sous-main et directement financés par Goldmann-Sachs ! smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 10 juillet 19:06

            @Fergus
            Attendez qu’ils voient les sanctions contre l’ Espagne et le Portugal ...


            Ainsi que le bombe à retardement des banques italiennes....
            Nous en reparlerons...

          • Auxi 4 juillet 14:27

            Le vote étant à bulletins secret, en principe, il faudra qu’un jour quelqu’un m’explique doucement et gentiment COMMENT on peut savoir ce que votent les différentes tranches d’âges, ou les catégories socio-professionnelles… Les sondages ? Ne me faites pas rire, j’ai mal aux dents…


            • jakem jakem 4 juillet 17:41

              @Auxi
               Vous me devancez ! j’y crois pas non plus à ces analyses fines.

              Qu’on puisse dresser des cartes de fréquences et de préférences, et aussi une pyramide des âges des votants, ça je comprends.

              Le reste c’est du pee-pot comme le blabla de la cartomancienne.


            • tonimarus45 4 juillet 18:20

              @Auxi— bonjour — Et meme !!! Ce que je retiens de ce vote si ces baremes sont vrais, c’est que ceux qui ont l’experience de cette europe et cela depuis des dizaines d’ annees ont vote contre avec une tres petite abstention et ceux qui en ont l’experience depuis seulement un petit nombre d’annees ont vote pour et encore avec une tres forte abstention

              Curieux que nos experts et neanmoins« tartufes » n’aient pas releve cela

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juillet 22:15

              @Auxi
              Il faut faire des études par niveau de revenus, taux de chômage etc, par quartiers, par villes..., et on finit par savoir quelles sont les variables qui pèsent.
              Les cartes qui expliquent le vote du Brexit.


              " Les explications « multicritères » du vote, selon le « Guardian »
              Les remarquables cartes interactives du site du journal britannique le Guardian confirment que ce sont les parties de l’Angleterre qui se sont le mieux adaptées à la mondialisation qui ont voté contre le Brexit.

              Les données compilées dans ces cartes montrent que ce sont les électeurs disposant des plus hauts revenus, des plus hautes formations et des qualifications les plus élevées qui ont le plus voté contre le Brexit. En revanche, il apparaît que les donnés sur l’âge ou les origines étrangères ou non des électeurs pèsent peu sur le résultat du vote (voire la carte interactive)."

              Ce sont les bénéficiaires de la mondialisation qui ont voté pour rester dans l’ UE.
              Et les laissés pour compte de la mondialisation qui ont voté la sortie.

            • izarn 4 juillet 14:55

              Je vous signale qu’une large bande de cons de français avaient voté Sarkozy contre Royal, jugée par les ricains de « gaulliste »....
              Ceci dit, on se rappelle que Cameron a été obligé de renoncer au bombardement de la Lybie.
              De fait il est douteux d’aller contre le referendum britanique...
              En France, le peuple de moutons:meeee ! beeeee ! meeeee ! Crot !(Finkel) bouse !! 
              Ne dit rien, et saute de joie comme un cabri sur sa chaise en criant « europe, europe » et vote Sarko qui fait passer le TCE dans le trou du cul dilaté pour l’occasion, des français....
              Français préparez un stock de vaseline pour 2017, ou faites vous greffer un anus d’éléphant...
              Le LGBTQ+ est la pour ça, vous serez remboursé par la sécu : Tout va bien !


              • izarn 4 juillet 15:00

                Zut, pas Libye mais Syrie....Mais c’est pareil !
                Vous avez compris le topo de ces barbares qui ne respectent aucune loi internationale, ni l’ONU, et viennent nous faire chier avec leur Paix, leur droit de homme trouduculté...
                Ces menteurs mafiosos qui ne méritent que la corde :
                -Ils nous vendront la corde pour les pendre !
                Lénine.
                J’achète !


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 juillet 22:18

                  @izarn
                  Cameron a renoncé à la Syrie, pour les mêmes raisons qu’ Obama : les armes de défenses russes.


                • Mader M 4 juillet 15:37

                  Quelle arrogance et quelle mauvaise foi dans cet article contre le projet européen ! J’ai vraiment du mal à comprendre ce que defendent ces soi-disant indépendants nationalistes de chaque pays européens ?

                  Pparce que vous pensez vraiment que le Royaume-Uni va devenir un grand pays loin de l’UE ? ou potentiellement que la France peut devenir un grand pays hors de l’Europe... quelle pédance, quelle prétention et surtout quelle naiveté smiley
                  Vous critiquez les banquiers, les 1% et la bulle de la bulle de vouloir maintenir une UE .. mais vous n’avez pas compris que les vrais 1% ou plutot 0.1% (qui vivent pas à Londres mais plutot outre atlantique) revent de l’eclatement de l’UE pour encore plus de déregulation, plus d’uberisation, plus d’amazonisation, .. plus de petits soldats à vélo avec des appli et sans securité sociale.. haha on vous pointe la lune, vous regardez le doigt.
                  les 0.1% vont dépecer les économies européennes une fois que l’UE sera morte... 
                  Critiquons l’UE, changeons là (parce qu’ il a mille defauts) mais n’abandonons pas l’unité européenne parce que d’experiences les autres pays du monde sont comme des hyenes autour de l’Europe malade et les pays europeens n’ont plus le luxe de l’egoisme et du nationalisme bigot (par opposition au patriotisme solidaire)

                  • sokom25 (---.---.177.251) 4 juillet 16:14

                    @Mader M
                    C’est là que vous avez tout faux ! Si je suis souverain chez moi, je fais ce qu’il me plait. Si l’uberisation ne me va pas, elle passe pas, et ainsi de suite... Aujourd’hui qu’est ce qu’on a ? La commission européenne (non élu) ordonne, et nos 28 gouvernements exécutent !

                    Est ce que ça vous convient ? Avez vous vu seulement les têtes de ces consanguins de la commission européenne ? De quelle droit ces manges merdes nous imposent leur vision du monde ?
                    Ou elle est cette magnifique Europe ? Cette prospérité et ces avancés social ?
                    Regardez nos PIB, jamais nos pays n’ont été aussi riche soit disant, et il est où le pognon ?

                    Bref, c’est un échec cette Europe, plus vite on en sortira, et moins dure sera la chute. 

                  • Fergus Fergus 4 juillet 16:31

                    Bonjour, sokom25

                    « Si je suis souverain chez moi, je fais ce qu’il me plait. »

                    Le belle illusion que voilà !

                    Autrement dit, le fantasme consistant à croire qu’une nation de moyenne puissance - c’est de plus en plus le cas de la France - pourra dans le contexte mondialisé de plus en plus prégnant où nous vivons s’opposer aux volontés politiques et économiques des grands blocs émergeants.

                    Sans alliance intégrée et mutualisation de nos forces avec plusieurs de nos voisins, nous n’avons pas l’ombre d’une chance de retrouver le lustre d’antan. Croire le contraire, c’est à mon avis croire aux chimères !


                  • Fergus Fergus 4 juillet 16:34

                    Cela dit, vous avez raison sur un point : « c’est un échec cette Europe ».

                    D’où la nécessité urgente de la refonder, faute de quoi elle disparaitra et les pays du sud de l’Europe - dont la France - seront parmi les premiers à en payer le prix fort.


                  • PakMat PakMat 4 juillet 16:40

                    @Fergus

                    Croire qu’avec l’Europe ont retrouvera le lustre d’antan, c’est à mon avis une chimère.

                    Pour retrouver notre lustre, il nous faudrait le retour de notre empire, non ?

                    vous avez quel poids face aux chinois ? que ce soit seul ? ou en nombre avec l’europe même si on est 4x plus petit que la chine ou l’inde, même si nous ne parlons jamais d’une seul voix ?

                    On ne retrouvera jamais la place qu ’étais la notre durant la colonisation, le but n’est pas de dominé les autres mais de seulement développé notre pays. Je pense que cela serait plus simple avec des frontieres et une monnaie que l’on peut faire varié.

                    Par contre une sortie de l’europe et l’euro, ne changera pas la donne, mais une premiere etape pour les autres changements (repirse de la création monétaire, nationalisation des infrastructures)


                  • jakem jakem 4 juillet 17:35

                    @Mader M
                     Ainsi parla l’€-tousse-trop ! Comme vous avez raison !

                    C’est ça, changeons-la ! Je vous suggère de rallier Merkel, Juncker, Barroso, Ashley, Roumpuy, Mosco, le Cohn, et d’autres excellences pourries jusqu’à la moelle, et vous souhaite de passer un agréable moment. N’oubliez pas le Harlem ! ni Gouda 1er !


                  • tonimarus45 4 juillet 18:06

                    @Fergus—«  »d’ou le necessite urgente de la refonder«  » dites vous et precisez «  »et menacer de la quitter suite a un referendum« comme le preconise »melenchon" ?????


                  • tonimarus45 4 juillet 18:12

                    @sokom25— Sans l’europe point de salut disent certains ;; mais comment font ceux qui ont un pied dehors un pied dedans ceux qui ont deux pieds dehors ,un orteil dedans et ceux qui n’y sont pas du tout ???????


                  • Fergus Fergus 4 juillet 19:42

                    @ tonimarus45

                    Où est l’incompatibilité ? Dès lors que l’on estime que l’Union Européenne va dans le mur, n’est-il pas nécessaire de mettre tout son poids dans la balance pour changer le cours des choses ?

                    Or, ce poids ne pèsera que s’il est assorti d’une condition de sortie qui équivaudrait à précipiter la chute de l’UE.

                    Moyennant quoi, je suis persuadé que Merkel et ses alliés libéraux seraient contraints de s’engager dans la voie de la renégociation.


                  • Auxi 4 juillet 19:48

                    @Mader M
                    Magnifique numéro de cirque avec contorsions variées et double saut périlleux arrière : faire porter au contradicteur ses propres turpitudes. Le pédantisme, la prétention et, surtout en ce qui vous concerne, la naïveté sont dans le camp des euro-fascistes. QUI s’est torché avec le suffrage universel en 2005 ? Être contre le monstre bureaucratique et totalitaire qu’est l’UE n’implique certainement pas mécaniquement d’être nationaliste, et encore moins fasciste ! Il y a une opposition de gauche à l’UE, Murène n’en a pas l’exclusivité, elle exploite fort habilement le déni de cette opposition de gauche par les socio-collabos.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès