Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit : le continent européen isolé (1)

Brexit : le continent européen isolé (1)

« On ne laissera personne nous prendre notre Europe ! » (Frank-Walter Steinmeier, Ministre allemand des Affaires étrangères, le 25 juin 2016, au cours d’une réunion des chefs de la diplomatie des six pays fondateurs de l’Union Européenne). Première partie.



La décision du Brexit que les Britanniques ont prise lors du référendum du 23 juin 2016 va rester un sujet d’actualité majeur pour les au moins deux prochaines années. Voici quelques réflexions complémentaires sur le Brexit.

Un journaliste sur une chaîne info a eu la maladresse de dire le 25 juin 2016 que « le référendum n’avait aucune valeur juridique » pour les institutions européennes et que les négociations de sortie ne pourraient démarrer que si le Royaume-Uni saisissait l’article 50 du Traité de Lisbonne (un traité pas si mauvais que ce que certains voudraient l'affirmer puisqu'il organise le retrait d'un pays). Il avait raison même si l’expression est malheureuse et peu respectueuse des électeurs britanniques.

Or, David Cameron, qui voudrait laisser à ses collègues conservateurs le temps de lui choisir un successeur, jusqu’en octobre 2016, ne voudrait pas initier la procédure du Brexit. Et beaucoup de conservateurs d’ailleurs voudraient faire traîner en longueur la procédure pour être en meilleure posture de négociation.


Beaucoup d’énergies mobilisées pour un divorce

La bataille qui commence va être rude. Les représentants de l’Union Européenne et des vingt-sept pays restants, au contraire, voudraient aller vite. Il y a 200 accords commerciaux à renégocier, 80 000 pages de lois communautaires à réécrire… Cela va être un travail de titan, qui va mobiliser les énergies pour de nombreuses années dans une période où il y avait sans doute mieux à faire pour préparer l’avenir.

L’Institut Montaigne, dirigé par Laurent Bigorgne, a même préconisé le 24 juin 2016 que les 74 députés européens britanniques quittent immédiatement le Parlement Européen (ce qui va mettre au chômage des pourfendeurs de l’Europe comme Nigel Farage qui vit aux crochets du budget européen depuis juin 1999), considérant qu’il n’est pas possible qu’ils puissent se prononcer sur des décisions qui engagent un avenir qui n’est plus le leur. Les divorcés ne vivent plus sous le même toit.

De même, il n’est plus question de laisser aux Britanniques le soin de présider l’Union Européenne, comme c’était prévu, du 1er janvier 2017 au 30 juin 2017. Assez logiquement dans l’évolution des événements, Jonathan Hill, l’unique commissaire européen britannique, a donné sa démission le 25 juin 2016.

Au fait, certaines personnalités politiques françaises très mal inspirées ont réclamé, peu après l’annonce du Brexit, la démission …du Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker. C’est assez fort d’imaginer de telles confusions mentales. D’une part, Jean-Claude Juncker et plus généralement la Commission Européenne n’y sont pour rien sur le principe du référendum qui n’est qu’une décision nationale annoncée le 23 janvier 2013 par David Cameron dans un seul but de politique politicienne (une arme qu’il a brandie un peu rapidement et qui lui a brûlé les doigts). D’autre part, Jean-Claude Juncker est justement le PREMIER Président de Commission Européenne qui a reçu une légitimité personnelle pour ce mandat de cinq ans lors de l’élection du Parlement Européen au scrutin universel direct du 25 mai 2014. Il est donc à ce poste directement par la volonté populaire des 500 millions de citoyens européens !

_yartiBrexitC07

Il y a aussi une raison politique à faire le moins longtemps traîner ces négociations : c’est de montrer rapidement ce qu’un pays peut perdre à vouloir quitter l’Union Européenne, et pas seulement économiquement, mais aussi politiquement. Il n’y a aucune raison que les autres pays européens fassent des fleurs au pays qui veut les quitter. D’ailleurs, il y a un réel fossé entre ceux qui voudraient "changer d’Europe" et ceux qui voudraient la quitter. Toutes les énergies auraient dû se focaliser sur comment changer l’Europe, et pour quels objectifs communs.

Mais les négociations pour de nouvelles relations entre l’Union Européenne et le Royaume pourraient durer au moins une décennie, c’est ce qu’il a fallu pour négocier une relations particulière entre l’Union Européenne et la Suisse et aussi entre l’Union Européenne et le Canada.


La gifle

Pour rappel, la surprise a été grande car la plupart des experts misaient sur le "Bremain" (maintien au sein de l’Union Européenne). Le jour même du référendum, Wall Street évoluait à la hausse, sur la base des tout derniers sondages favorables au Bremain. Encore dans la soirée, même le leader d’extrême droite Nigel Farage reconnaissait à mi-mots sa défaite…

Pour donner un exemple d’expertise, le bulletin "Perspectives" qui présente officiellement l’analyse économique et sectorielle du groupe Crédit Agricole expliquait dans une note rédigée le 2 mars 2016 : « Nous continuons de penser que la probabilité d’un Brexit est de moins de 50%. Tout d’abord, nous croyons que les indécis auront une propension élevée à voter pour le statu quo (…). Le deuxième point est qu’être eurosceptique ne signifie pas nécessairement être favorable à la sortie de l’UE. (…) Notre scénario central continue de tabler sur le maintien du Royaume-Uni au sein de l’UE après le référendum du 23 juin prochain. » (n°16/065 du 11 mars 2016). Cela ne vaut pas mieux que la voyance et l’astrologie mais ça a l’air plus sérieux…

La gifle va se décliner de différentes manières dans les deux partis traditionnels britanniques.

Chez les travaillistes officiellement pour le Bremain, le leader Jeremy Corbyn, qui a fait un campagne pour le maintien du bout des lèvres (il avait voté contre l’Europe au référendum du 5 juin 1975), est contesté, d’autant plus qu’il avait dit qu’il se retirerait si le Brexit l’emportait. Le 26 juin 2016, ce fut Hilary Benn, ancien ministre de Gordon Brown et responsable pour les affaires étrangères dans le shadow cabinet du parti travailliste depuis le 11 mai 2015, qui a été limogé pour avoir réclamé la tête de Jeremy Corbyn, soulevant une vague d’indignation et de démissions au sein de ce parti.

Chez les conservateurs, la situation n’est guère plus claire. David Cameron a annoncé le 24 juin 2016 sa démission avant octobre 2016. Le choix de son successeur risque d’être difficile. Partisan du Bremain, Dominic Grieve, député conservateur de Beaconsfield, interrogé par France 24, a déjà expliqué qu’il n’était pas question de choisir Boris Johnson qui avait trahi certaines amitiés au profit de son ambition.


Le Brexit pour rebondir, politique de la terre brûlée

Une telle "douche écossaise" va peut-être encourager les pays restants à réagir. Je l’espère mais c’est un peu tard et il aurait mieux fallu que cela se fît en dehors de ce contexte de gifle monumentale qu’est devenu ce référendum du 23 juin 2016.

Certaines personnes favorables à la construction européenne étaient d’ailleurs favorables au Brexit pour cette raison, considérant que le Royaume-Uni coupait court à toutes les tentatives de renforcer l’intégration européenne.

Le plus emblématique en France est sans doute le journaliste Jean Quatremer, correspond à Bruxelles. Dans un article daté du 24 juin 2016, il ne mâchait pas ses mots : « Les réformes de l’Union ont toujours abouti, à cause de vous [vous, Britanniques], à la rendre de plus en plus illisible aux yeux des citoyens et donc à les en éloigner. En dépit de tous nos efforts, vous continuez à trouver cette Europe ultra-réglementaire et dirigiste, alors que la majorité des Européens la trouvent bien trop libérale (…). Aussi, nous avons dû accepter d’affadir le projet des pères fondateurs et pratiquer une politique du moyen terme qui, au final, déplaît à tout le monde : l’Europe a réussi l’exploit d’inventer l’ultralibéralisme réglementaire ! » ("Libération").

Jean Quatremer disait déjà le 2 février 2016 : « L’Union d’aujourd’hui est largement "made in Britain". Pourtant, cela ne suffit pas à une classe politique et à une "opinion publique" hystérisée par une presse europhobe qui fait feu de tout bois contre ce monstre continental, toujours trop bureaucratique et pas assez libéral. (…) Plus personne ne se fait d’illusions, parmi les partenaires de Londres, sur le fameux pragmatisme britannique : chantre de la mondialisation heureuse, il persiste à rêver de l’Europe telle qu’elle était au XIXe siècle. (…) Le cœur du projet communautaire, c’est la zone euro (…). C’est elle qu’il faut intégrer et démocratiser d’urgence, sa survie en dépend (…). Si l’Allemagne y est prête, la France, elle, est ailleurs. Et c’est cette absence qui est dangereuse, bien plus qu’un Brexit. » ("Libération").

Et le 31 mai 2016, dans un article traduit le lendemain en anglais, il était encore plus clair en s’adressant aux Britanniques : « Si vous restez, vous allez nous pourrir la vie comme jamais auparavant (…). [Vous négocierez] alors concession sur concession pour enterrer totalement le rêve fédéraliste des pères de l’Europe et achever la transformation du Vieux Continent en une zone de libre-échange de plus en plus molle. Tout espoir d’un rebond sera alors définitivement enterré (…). Autant dire, amis Anglais, que votre maintien dans l’Union évitera une crise immédiate, mais plombera durablement le projet européen jusqu’au délitement final. L’Europe, qui voulait peser dans un monde où "l’Occident" deviendra inexorablement quantité négligeable, ne sera plus qu’un "failed project" qui fera sourire les dirigeants chinois, indiens ou même américains. Seul votre départ en fanfare pourrait lui permettre de rebondir. » ("Libération").

C’est aussi ce que pense la centriste Nicole Fontaine, ancienne Présidente du Parlement Européen du 20 juillet 1999 au 15 janvier 2002. Elle disait le 25 juin 2016 notamment ceci : « Le résultat du référendum peut être un choc salutaire. (…) Le Royaume-Uni ne pourra plus empêcher les avancées de l’Union. (…) Pour sa conception ultralibérale, la concurrence est une vache sacrée. Le droit de regard sur la zone euro [obtenu par l’accord du 20 février 2016] (…) lui aurait donné le pouvoir d’empêcher toute intégration plus forte (…). La tentation du statu quo est mortelle pour l’Europe. Elle risquait la dislocation. (…) Rien n’est perdu si on se retrousse les manches. » ("L’Express" et i-Télé).

Je pense que cette idée de vouloir le Brexit pour faire enfin l’Europe "entre soi" n’a pas beaucoup de sens. J’ai quatre raisons pour penser que les partisans de la construction européenne auraient dû au contraire redouter le Brexit.

Premièrement, virer les empêcheurs de tourner en rond n’est pas très malin, car c’est la seule vraie problématique de la construction européenne. Après les Britanniques, il y aura toujours d’autres empêcheurs de tourner en rond, les Danois par exemple, ou alors les Hongrois, les Polonais, etc. Avec cette logique, on en arriverait rapidement à ne rester plus qu’un seul pays. Et encore ! nous ne sommes pas d’accord entre nous !

_yartiBrexitC04

Deuxièmement, le Brexit pourrait lancer un mouvement irréversible de "détricotage" de l’Union Européenne. Déjà, des irresponsables populistes des Pays-Bas et de la France réclament à grands cris un référendum sur le maintien de leur pays à l’Union Européenne, à l’instar des Britanniques. Inutile de dire que voir Marine Le Pen, sur le perron de l’Élysée, parce qu’elle venait d’être reçue par François Hollande ce 25 juin 2016, répéter à s’en époumoner, qu’il fallait un référendum sur le maintien de la France dans l’Union Européenne est une image désolante de la vie politique tant française qu’européenne. Un référendum n’a jamais résolu les grands problèmes qui se posent dans une nation, comme le chômage, la désindustrialisation, l’insécurité, etc. Il permet de départager sur des projets concrets, ponctuellement, pas de mener une politique volontariste qui est du ressort avant tout de la responsabilité des gouvernants démocratiquement élus, justement.

Troisièmement, et cela s’est illustré avec la montée de la notoriété de Nigel Farage au Royaume-Uni, le Brexit a donné un écho inconsidéré dans les autres pays aux populismes de toutes sortes. Il n’est donc pas sûr que les peuples restants s’en remettront de ce choc politique et économique si terrifiant.

Quatrièmement, enfin, les capacités de renforcement de l’Union Européenne vont être limitées avec le départ du Royaume-Uni. L’un des axes essentiels de renforcement aurait dû être l’Europe de la Défense. Sans les Britanniques, cette Europe de la Défense serait déséquilibré et sans efficacité puisque les deux pays européens essentiels de la défense, ce sont la France et le Royaume-Uni en raison de leur capacités de dissuasion nucléaire.

D’autres Européens convaincus s’en prennent maintenant à David Cameron, à son irresponsabilité, à son inconséquence, voulant utiliser l’arme du référendum comme un moyen très électoraliste de consolider son pouvoir au sein du parti conservateur mais qui s’est retournée contre lui. C’est vrai, mais cela ne sert à rien de le dire car c’est du passé et qu’il est surtout important d’envisager l’avenir. Ces Cassandre tardives s’étaient d’ailleurs bien gardées de contester cette irresponsabilité avant le référendum car elles jouaient autant que David Cameron à ce jeu de poker : en cas de victoire du Bremain, ces europhiles auraient été bien entendu très heureux de montrer que l’Europe avait l’adhésion du peuple britannique.

_yartiBrexitC08

Ce "génie politique" de David Cameron est pointé aussi du doigt par Daniel Schneidermann dans sa chronique du 27 juin 2016, en expliquant que les plus jeunes Britanniques, plutôt opposés au Brexit, sont très peu allés voter : « Ce n’est d’ailleurs pas entièrement de [leur] faute, mais aussi celle du gouvernement Cameron qui, pour lutter contre la fraude, avait durci les conditions de participation au scrutin (…). Ce qui constitue encore un indice du génie politique de Cameron, seul enseignement à peu près indiscutable de ce scrutin. » ("Arrêt sur images").

Dans un prochain article, j’évoquerai la profonde division du peuple britannique et la réalité que l’Union Européenne est un pôle de stabilité mondiale.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 juin 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’Union Européenne, élément majeur de stabilité mondiale.
Terre brûlée ?
Brexitquake.
Boris Johnson.
To Brexit or not to Brexit ?
L’euro.
Le conflit syrien.
Les réfugiés syriens.
La construction européenne.
Jo Cox.
Élisabeth II.
Un règne plus long que celui de Victoria.
Philip Mountbatten.
Vive la République !
David Cameron.
Margaret Thatcher.

_yartiBrexitC52
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.45/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • tashrin 27 juin 14:55

    Autrement dit bouh les mechants anglais, à bas la perfide albion et vive l’UE telle qu’elle existe, merci aux pères fondateurs d’avoir imaginé un tel projet transnational dénué de toute visée d’arrière plan, bien pensée, dans l’interet des peuples européens, et dont le resultat au bout de plus de 50 ans est facile à observer...


    • oncle archibald 27 juin 15:06

      @tashrin : et non le résultat au bout de plus de 50 ans n’est pas si facile que ça à observer car pour imaginer le résultat il faudrait aussi imaginer comment aurait évolué chaque pays d’Europe sans l’union européeenne, sans monnaie commune, avec des accords commerciaux différents applicables à chacun des 27 états ...

      Vous avez juste le nez dans le guidon, il y a une crise de société majeure et un bouc émissaire au poil juste sous la main ... Saloperie d’Europe et tout est dit. C’est dit juste pour que chaque gouvernement puisse la main sur le cœur dire c’est pas moi M’dam, c’est l’Europe ! Trop fastoche mec !


    • tashrin 27 juin 15:12

      @oncle archibald
      Oui c’est sûr, l’UE de 2016 correspond en tous points à ce qui a été vendu lors de sa mise en place, ne sert aucun intéret autre que ceux des peuples européens, dispose d’un fonctionnement absolument democratique,et n’a absolument pas été imposé contre leur volonté à la quasi totalité des peuples dont elle régit les modalités d’organisation sociale sans aucun controle.
      La main mise du secteur bancaire est egalement une invention des contestataires de tout poil, qui décidement s’evertuent à ne pas penser comme il faut
      Heureusement, vous êtes là pour rétablir la verité, reprenant bien sagement les elements de langage consacrés. So 2005...
      Divers echanges entre vous et moi m’ont déjà amené à la conclusion qu’ils etaient vains. Merci d’aller polluer un autre commentaire


    • oncle archibald 27 juin 16:20

      @tashrin : « Merci d’aller polluer un autre commentaire ».

      Permettez moi, au nom de la liberté d’expression, de passer outre votre injonction.

      La perfection n’est point de ce monde et l’UE comme toute autre organisation a besoin d’être améliorée, de voir ses défauts corrigés, pas d’être détruite.

      Ne vous déplaise les principes fondateurs étaient excellents et la prospérité actuelle des états membres qui ont été les fondateurs historiques est là pour le démontrer. La répartition du PIB entre le capital et le travail est un autre problème et rien n’empêche les dirigeants de chaque pays de se doter de lois fiscales et sociales à sa convenance.

      Mais les hommes sont faibles et menteurs et les hommes politiques plus que les autres. Il est plus facile de faire des campagnes démagogiques puis de se cacher derrière son petit doigt en disant c’est la faute de l’Europe plutôt que de reconnaitre ses propres erreurs passées, présentes et probablement à venir.

      C’est exactement ce que viennent de faire les Anglais, se servir de ce referendum pour essayer de régler un problème de politique intérieure. Ils ont cru jouer à chérie fais moi peur mais le revolver était chargé et ils ont perdu !


    • Ar zen Ar zen 27 juin 16:28

      @oncle archibald

      J’ai manqué un épisode tonton. Pouvez vous me le résumer ? Quels étaient les principes fondateurs (excellents) de l’Union Européenne ?

      J’ai comme des doutes mais vous allez les dissiper.


    • tashrin 27 juin 17:02

      @oncle archibald
      Permettez moi, au nom de la liberté d’expression, de passer outre votre injonction.

      si vous voulez mais c’est en pure perte. Rien ne vous empeche de commenter l’article. Reagir à un commentaire revient à chercher un debat, un echange d’idée, ce qui n’est possible qu’avec quelqu’un d’ouvert au dialogue et interessant qu’avec un interlocuteur dont les facultés d’analyse sont aiguisées et pertinentes. Or à tort ou à raison (selon qu’on est de mon avis ou pas, mais que vous le partagiez ou non me preoccupe pas plus que ca), je ne vous reconnais pas cette qualité et les echanges qui en decoulent sont donc de mon point de vue ininteressants. Donc pas indispensables

      Quant au fond puisque vous y tenez...
      Ne vous déplaise les principes fondateurs étaient excellents et la prospérité actuelle des états membres qui ont été les fondateurs historiques
      Et la marmotte tout ca.
      Non, ca c’est l’argumentation qu’on vous a vendue, c’est le joli story telling que vous sortent tous les representants des principaux beneficiaires de ce systeme totalitaire. Et vous le ressortez jusqu’à plus soif sans vous apercevoir que vous jouez contre votre propre camp. Faire croire que les contestataires sont soit stupides soit fachos, c’est une des ficelles utilisées pour verouiller toute velleité de contestation. Jusqu’ici ca a plutot fonctionné mais le jouet est cassé va falloir trouver autre chose

      Et sans même vous en rendre compte, vous adoptez exactement le même ton moralisateur que vous adoptez lorsque vous parlez de religion ou d’IVG, tout en niant vouloir expliquer la vie aux autres... Et comme je trouve cela irremediablement insupportable, je ne souhaite pas particulièrement entamer un échange inutile avec vous. Je vous souhaite neanmoins bonne continuation


    • foufouille foufouille 27 juin 17:49

      @oncle archibald
      "Ne vous déplaise les principes fondateurs étaient excellents et la prospérité actuelle des états membres qui ont été les fondateurs historiques est là pour le démontrer"
      comme d’autres, j’ai absolument pas vu çà. au contraire, plus de pauvres et chômeurs, libéralisme réservé aux riches, baisse du pouvoir d’achat, etc.


    • Ouam 27 juin 18:23

      @oncle archibald

      « Ne vous déplaise les principes fondateurs étaient excellents et la prospérité actuelle des états membres qui ont été les fondateurs historiques est là pour le démontrer.  »

      C’est de l’humour au 3eme degres ??

      Ou vous etes vraiment sérieux ?

      La prospérité ?, c’est celle des chomeurs ? (10 Million toutes classes confondues)

      Ou la sécurité ? on se rapproche de l’Algérie de l’époque Du Fils, assassinat de journaistes, assassinats dans des concerts par des islamistes radicaux, ou ils navigue sans pb de syrie à la france en se fondant dans le flot incessant des migrants achetés par Tata Merkel 

      La liberté : on navigue en plein « état d »urgence", avcec ses lois associées (super)

      Nos services publics qui vont de mieux en mieux ?

      Le droit du travail raboté avec un systeme diktatorial (49.3), qui lui va aussi de mieux en mieux.

      L’évasion fiscale, ah si pour elle tout va très bien, les délocalisations aussi, ainsi que le dumping social

       

      (etcetc la liste est hélas tellement longue)


    • Auxi 27 juin 19:32

      @oncle archibald
      La perfection n’est point de ce monde


      Avec ce genre de formule, une valise dans laquelle on peut mettre tout et le contraire de tout, on peut justifier absolument n’importe quoi sur n’importe quel sujet. 

    • tonimarus45 28 juin 13:01

      @Ar zen— avec tout le respect que je lui doit ,peut de chance que le « tartufe »vous reponde ou alors en "trollant..Mais sait t’on jamais ?????


    • oncle archibald 28 juin 13:52

      @Ar zen : manqué un épisode ? Votre jeune âge sans doute .... Les principes fondateurs de l’union européenne étaient de constituer en Europe de l’ouest un groupement de pays susceptibles de constituer un contrepoids au pays d’Europe de l’est rassemblés sous bannière URSS et pacte de Varsovie. C’est aussi simple que ça et ça nous a sans doute évité d’être bouffés un par un à la sauce russe tout en faisant l’économie d’une nouvelle guerre.


    • Jo.Di Jo.Di 27 juin 15:56

      Site de rencontre pour trouver une deuxième femme : multiculturalisme ou bigamie ? — RT en français
       
      Dans la colonie du Londonistan, souchien finance la polygamie des colons ....
       

      « Les représentants du gouvernement permettent aux musulmans de prendre différentes femmes aux frais du contribuable »
       
      Robin Tilbrook, chef du Parti démocrate anglais


      • Jelena 27 juin 16:02

        >> Un référendum n’a jamais résolu les grands problèmes qui se posent dans une nation
         
        Hitler ou Staline auraient approuvé ce genre de phrase... Merci de démontrer une fois de plus, le véritable visage de Bruxelles.


        • Pere Plexe Pere Plexe 27 juin 20:23

          @Jelena
          J’aime également «  Juncker et plus généralement la Commission Européenne n’y sont pour rien sur le principe du référendum  »

          Sur le principe c’est sur.
          Sur le résultat du référendum en revanche ils ont une responsabilité écrasante...
          Responsables et coupables !
          C’est un des principe de la démocratie que de valider ou de sanctionner des responsables politiques.

        • Alain 27 juin 16:17

          L’auteur, dans sa grande cécité à voir la réalité, a t-il vu que l’américain John Kerry débarque ce jour à Londres et à Bruxelles avec le mot d’ordre suivant : 1) faire en sorte que l’Angleterre ne sorte pas de l’Europe tout en faisant croire qu’elle en sort, et 2) fiare comprendre aux autres qu’il est hors de question d’un autre peuple qui décide d’une sortie d’un système qui est....
          la mise sous tutelle des pays d’europe, ne devant être que les pro victis de la pax americana.

          L’auteur a t-il remarqué aussi qu’un commissaire européen ancien de Goldman Sachs et ancien de l’OMC a dit qu’il fallait tout faire pour « annuler le brexit d’une manière ou d’une autre », c’est à dire de ne pas tenir compte des votes des peuples, de s’affranchir de la démocratie.

          A part çà, cher auteur, avant d’écrire n’importe quoi, renseigne toii et surtout lis des livres d’histoires, çà sera plus utile que de raconter ta propagande.


          • tonimarus45 28 juin 13:06

            @Alain—tout a fait«  » faire croire que tout change pour que tout reste comme avant«  ».Le probleme c’est que les gens sont de moins en moins dupes de ces magouilles


          • Jeekes Jeekes 27 juin 18:27

            @AYAO
             

            Ôh grand maitre, je crois que j’aurai en effet bien besoin de vos services.
            Je suis l’heureux possesseur d’une moto ancienne (russe) qui refuse malheureusement de démarrer.

            Je me souviens avoir vu, il y a quelques années, qu’un de vos confrères avait cette capacité. Je n’ai, hélas, pas songer à l’époque à conserver ses coordonnées... 

            Confiant dans vos immenses capacités, j’imagine que vous saurez me contacter sans que je communique mes coordonnées publiquement.

            Dans cette attente, je me prosterne déjà pour vous remercier.
             


          • Jeekes Jeekes 27 juin 18:28

            Ah flûte, la pub a déjà été sucrée... 


            • Piere CHALORY Piere CHALORY 27 juin 19:11

              ’’Déjà, des irresponsables populistes des Pays-Bas et de la France réclament à grands cris un référendum sur le maintien de leur pays à l’Union Européenne’’


              Oh, les vilains !

              ’’Dans un prochain article, j’évoquerai la profonde division du peuple britannique et la réalité que l’Union Européenne est un pôle de stabilité mondiale.’’
               
              Ah oui, si l’on excepte les attentats qui n’épargnent plus personne, le taux de suicide par habitant, le chômage, le prix des aliments de base, le détricotage des acquis sociaux, l’immigration massive, l’état d’urgence permanent en France... 

              pas de doute ; ’’L’Union Européenne’’ est bien, en effet, un pôle de stabilité mondiale !

               smiley




              • Auxi 27 juin 19:37

                Je propose que, désormais, la majorité référendaire soit fixée à 99,99 % des voix. Si on ne les atteint pas, si on fait 99,98 %, on est minoritaire quand même et on a perdu. smiley


                • Jeekes Jeekes 27 juin 19:52

                  @Auxi
                   

                  Ben... En fait ça dépend de la question posée.
                  Il pourrait être utile de pouvoir aussi fixer la majorité à 0,01%, des fois que... 



                • Piere CHALORY Piere CHALORY 27 juin 19:59

                  @Jeekes


                  ’’il pourrait être utile de pouvoir aussi fixer la majorité à 0,01%, des fois que... ’’

                   smiley

                • Auxi 27 juin 20:01

                  @Jeekes
                  Aussi, oui. Ça peut servir…


                • Vinciboulette 27 juin 22:04

                  D’autre part, Jean-Claude Juncker est justement le PREMIER Président de Commission Européenne qui a reçu une légitimité personnelle pour ce mandat de cinq ans lors de l’élection du Parlement Européen au scrutin universel direct du 25 mai 2014. Il est donc à ce poste directement par la volonté populaire des 500 millions de citoyens européens !


                  Donc si je comprends bien c’est la première fois que que le président de la Commission, ce truc qui concentre à la fois des pouvoirs législatifs et exécutifs (comme dans toutes les bonnes démocraties), est approuvé par le parlement et non pas seulement choisi par ses potes du Conseil ?

                  • Zip_N Zip_N 27 juin 22:30

                    Cameron sacrifié comme Jésus ? combien d’âge d’activité au service des rois de Galilée et de Judée puis de la reine ? si le référendum était au début de son pouvoir il aurait pas fait long feu !


                    • Zolko Zolko 28 juin 01:20

                      Article tellement nul et biaisé que je ne vais pas perdre mon temps à lister toutes les inepties, mais celle-là me fait bondir à chaque fois qu’on essaye de me la servir :
                       
                      « Jean-Claude Juncker est justement le PREMIER Président de Commission Européenne qui a reçu une légitimité personnelle pour ce mandat de cinq ans lors de l’élection du Parlement Européen au scrutin universel direct du 25 mai 2014 »
                       
                      Le nom de Jean-Claude Juncker ne figurait sur aucun bulletin de vote ! C’était un arrangement entre lui et Schultz, et seulement eux. Ni l’un, ni l’autre n’ont la moindre légitimité « démocratique » d’après ces élections pour être les leaders de l’Europe. Après-coup, ils ont tenté ce coup d’état pour sceller dans le marbre leur arrangements entre amis, mais aucun n’avait reçu de mandat personnel autre que député Européen ... pas plus que Marine LePen !


                      • Djam Djam 28 juin 11:09

                        C’est for-mi-da-ble ! Depuis l’affaire du Brexit, on voit sur AV mais aussi bon nombre d’autres forums sur le net, exploser les esprits super pointus, analystes de haute volée, anonymes bardés de blogs, de site « spécialisé » ou commentateurs de comptoir à eau qui font des cours à tout le monde !
                        Sylvain, vous avez rêvé d’être prof pour le monde entier ? ou journaliste « espécial » ? Parce que là, il faut très vite vous lancer cher ami car la vérité suinte de tous vos articles... on se demande même pourquoi vous n’êtes pas encore consulté par les médias officiels « de haute probité »....


                        • baron 28 juin 13:36

                          Pourquoi ne pas simplement dire, que les dirigeants et le peuple Britanniques ont parfaitement compris que l’europe est foutu car destructrice. 

                          Ils ont simplement decidé de partir avant l’effondrement final pour pouvoirbpréserver leurs intérêts vitaux tant que cela reste possible.
                          Il n’y a plus qu’a attendre l’énorme crash économique qui s’annonce, parce que celui là va être cataclysmique, au moins les Anglais auront les mains libres pour anticiper et s’en sortir le mieux possible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès