Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit : le continent européen isolé (2)

Brexit : le continent européen isolé (2)

« On ne laissera personne nous prendre notre Europe ! » (Frank-Walter Steinmeier, Ministre allemand des Affaires étrangères, le 25 juin 2016, au cours d’une réunion des chefs de la diplomatie des six pays fondateurs de l’Union Européenne). Seconde et dernière partie.



Après avoir évoqué la politique de la terre brûlée de certains partisans de l’intégration européenne, je propose d’évoquer notamment les risques de partitions territoriales du Royaume-Uni.


Un Royaume-Uni désuni

Le risque de désunion de l’Europe n’est rien par rapport au risque de désunion du Royaume-Uni. L’analyse rigoureuse des résultats du référendum montre qu’il y a une fracture très profonde du pays entre partisans du Brexit et partisans du Bremain. Deux camps s’opposent fermement : 17,4 millions (pour "Leave") contre 16,1 millions (pour "Remain"). Parfois avec violence.

Cette division n’est pas seulement politique, elle est territoriale, elle est aussi sociologique, avec l’âge et le niveau de diplôme.

Un tableau fort intéressant circule sur Internet. Il reprend les données démographiques d’un sondage réalisé quelques jours avant le référendum, du 17 au 19 juin 2016 (après l’assassinat de Jo Cox). Il ressort deux évidences.

_yartiBrexitC02

D’une part, que les jeunes sont largement favorables au maintien, tout comme les personnes d’un niveau élevé de diplôme. Ils comprennent l’opportunité de faire partie du train européen. Au contraire, les plus âgés et les moins diplômés sont majoritairement pour le Brexit, nostalgiques peut-être de l’ancien empire britannique.

D’autre part, si l’on tient compte des années qu’il reste à vivre, ceux qui ont l’espérance de vivre le plus longtemps veulent vivre au sein de l’Union Européenne. Les plus âgés, au contraire, rejettent l’Union Européenne mais n’y vivront plus très longtemps. Pour une décision qui engage l’avenir à long terme d’un pays, cette différence d’espérance de vie des électeurs est marquante même s’il n’est pas pertinent d’en tenir compte dans le décompte des voix.

La division est également territoriale et la Royaume-Uni est de nouveau proche de la partition. France Bleu, comme d’autres médias, affichait ce mystérieux titre le soir de ce samedi 25 juin 2016 : « Le Pays de Galles élimine l’Irlande du Nord ». Bon, aucune guerre ni aucun génocide là-dessus : c’était une information sportive, en rapport avec le football, mais cela donne un drôle d’écho aux grandes hétérogénéités géographiques.

Si l’Angleterre et le Pays de Galles ont voté en faveur de la sortie (respectivement à 53,4% et 52,5%), l’Écosse et l’Irlande du Nord ont, au contraire, montré leur souhait de rester dans l’Union Européenne (respectivement à 62,0% et 55,8%). De même, la ville de Londres est très largement favorable à l’intégration européenne (on peut comprendre pourquoi alors qu’elle est la première capitale financière), l’agglomération a donné 59,9% pour le maintien, dont la City of London 75,3% pour le maintien. Enfin, Gibraltar a voté pour le maintien à 95,9%.

_yartiBrexitC10

Le Sinn Fein réclame depuis le 24 juin 2016 un nouveau référendum pour unifier l’Irlande et faire quitter l’Irlande du Nord du Royaume-Uni. En ce sens, il rompt la stabilité établie par l’accord de paix appelé l’Accord de Belfast signé le 10 avril 1998 (et ratifié par le référendum du 22 mai 1998 avec 71,1% de "oui" (en Irlande du Nord).

L’Écosse aussi présente une nouvelle tentative de séparation, remettant en cause le résultat du référendum du 18 septembre 2014 rejetant l’indépendance à 55,3%. Dès ce 25 juin 2016 à Édimbourg, la Premier Ministre d’Écosse, Nicolas Sturgeon, chef du Scottish National Party (SNP), a demandé directement à l’Union Européenne de protéger la place des Écossais au sein de l’Union Européenne tout en demandant à Londres un nouveau référendum. Cela dit, la traumatisme du Brexit ne favoriserait pas forcément le camp des indépendantistes, dans la mesure où la baisse du prix du pétrole rend très aléatoire l’autonomie financière de l’Écosse. De plus, l’Union Européenne a intérêt à rejeter tout court-circuitage des États tant que l’indépence de l’ Écosse n’est pas reconnue.

Gibraltar, quasi-unanime pour rester dans l’Union Européenne, pourrait vouloir devenir terre espagnole. Même Londres voudrait faire sécession ! Le 25 juin 2016 a été lancée une pétition pour demander un référendum sur l’indépendance de la ville de Londres (sur le ton de la plaisanterie) et en quelques heures, elle a reçu 110 000 signatures (cela a déjà un nom, le "Londindependence" !).

De même, une pétition (plus sérieuse ?) pour organiser un second référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne a recueilli le 25 juin 2016 plus de 3 millions de signatures en quelques heures (certaines signatures seraient toutefois frauduleuses). Étaient-ce des abstentionnistes, ou des voix manquantes ?…

_yartiBrexitC03

Certains électeurs du Brexit laissent entendre qu’ils n’avaient pas pris conscience des conséquences graves et qu’ils regrettaient déjà leur vote et défendent le droit à l’erreur (on les appellerait déjà "Regrexit" !). Mais toute cette agitation sur Internet montre surtout que le camp du Bremain est mauvais joueur. Après tout, c’est le principe d’une élection, beaucoup d’électeurs peuvent regretter leur vote et c’est probablement l’un des problèmes récurrents de la France qui, du reste, se retrouve aussi divisée sur les enjeux européens.


Les réactions atterrées

La réaction au choc du Brexit le vendredi 24 juin 2016 dans la matinée a montré l’ampleur et la gravité de l’événement.

Parlons d’abord des places boursières. Parler de bourses peut paraître particulièrement matérialiste, et ce l’est, mais cet élément comptable est un indicateur très factuel de l’état psychologique des décideurs : les investisseurs ne veulent pas prendre de risques. L’ensemble des bourses a chuté le 24 juin 2016 : Nikkei 225 de 7,92% à Tokyo, CAC40 de 8,04% à Paris, Dax de 6,82% à Francfort, FTSE 1000 de 3,15% à Londres, FTSE MIB de 12,48% à Milan, et à Wall Street, à New York, Dow Jones de 2,73% et Nasdaq de 3,60%. De même, la livre sterling s’est effondrée face au dollar et s’est retrouvée à des niveaux proches de mars 1985, il y a trente et un ans !

La réaction des dirigeants nationaux est plutôt éloquente. Partout, il y a prudence, et volonté renouvelée de conserver des liens entre le pays et l’Union Européenne comme ceux entre le pays et le Royaume-Uni. C’était le cas en particulier de Barack Obama qui avait encouragé les Britanniques à voter contre le Brexit. Également le cas des dirigeants chinois qui ont insisté sur l’importance de l’Union Européenne comme pôle de stabilité mondiale.

Enfin, en visite le 24 juin 2016 en Ouzbékistan, le Président russe Vladimir Poutine semblait très embarrassé pour commenter le Brexit. Le Royaume-Uni a été le moteur des sanctions européennes contre la Russie en raison de la crise politique en Ukraine. Vladimir Poutine aurait pu montrer par provocation son amusement face au délitement des institutions européennes : pas du tout. Au contraire. Il a expliqué que la Russie n’était pas du tout impliquée par cet événement et ne voulait pas s’impliquer dans le futur et que la Russie conserverait sans changement ses relations avec l’Union Européenne.

_yartiBrexitC51

En fait, si tous les pays extérieurs ont montré une grande prudence pour ne pas dire une grande inquiétude, c’est parce qu’ils ont compris que l’Union Européenne était un élément majeur de stabilité dans le monde. Apparemment, beaucoup de citoyens européens l'ignorent sinon doutent, à l’intérieur, de ce sentiment partagé dans le monde : l’Europe est une institution de nature à stabiliser tant politiquement (en renforçant la paix) qu’économiquement (en créant un marché accessible de 500 millions de consommateurs).


Facteur majeur de la stabilité dans le monde

C’est ceci qu’on peut espérer pour les prochaines semaines. Que de cette douche forcée, les dirigeants européens puissent en ressortir plus propres, ou plutôt, avec les idées plus claires de ce qu’ils veulent faire de l’Europe, des objectifs qu’ils voudraient voir fixer. Tous aujourd’hui évoquent un nouveau traité européen pour redynamiser les liens de ce qui restent. Pourquoi pas ? Mais il faudra le faire en accord avec tous les peuples. Et cela, c’est quasiment mission impossible !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 juin 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’Union Européenne, élément majeur de stabilité mondiale.
Terre brûlée ?Brexitquake.
Boris Johnson.
To Brexit or not to Brexit ?
L’euro.
Le conflit syrien.
Les réfugiés syriens.
La construction européenne.
Jo Cox.
Élisabeth II.
Un règne plus long que celui de Victoria.
Philip Mountbatten.
Vive la République !
David Cameron.
Margaret Thatcher.

_yartiBrexitC06


Moyenne des avis sur cet article :  1.15/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • OlivierLevel (---.---.140.170) 28 juin 13:06

    C’est drôle comme le fond de cette « analyse » est basée sur des contre-vérités :

    - Le soi-disant vote jeune en faveur du maintien est en fait une demi-vérité et un demi-mensonge puisque le taux d’abstention a été de 65 % chez les 18-24 ans.
    Une interprétation plus juste serait de dire que la majorité des jeunes du Royaume-Uni ne se sont pas sentis concernés par un référendum sur l’Europe.
    - La pétition qui a soi-disant réuni 3 millions de signataires a été complètement bidonnée par des robots, puisque des adresses IP du Vatican sont remontées à foison. Et je ne parle même pas de toutes celles et ceux qui ont espéré refaire un vote pourtant démocratique en votant 2 fois, 3 fois, 10 fois ....   

    Décidément les fédéralistes européens se donnent un mal fou pour se faire haîr des peuples.
    Il ne reste plus qu’ils remplacent UK par la Turquie et c’est la totale smiley
    On s’enfonce, on s’enfonce toujours un peu plus ... 

    • amiaplacidus amiaplacidus 28 juin 15:30

      @OlivierLevel

      On peut aussi imaginer que les vieux pensent à l’avenir de leurs enfants et petits-enfants.

      A contrario, les jeunes voient plutôt à courte vue : études à l’étranger, achats libres (sans douane) sur internet, expat, facilité de voyage, etc.

      Si l’on analyse la participation au référendum par classe d’âge, force est de constater que les jeunes s’en foutent largement :

      18-24 : 36%

      25-34 : 58%

      35-44 : 72%

      45-54 : 75%

      55-64 : 81%

      65+ : 83%


    • Pere Plexe Pere Plexe 28 juin 19:07

      @OlivierLevel
      On peut aussi discuter du « l’Union Européenne était un élément majeur de stabilité dans le monde ».

      La bonne nouvelle c’est que Sylvain parle de l’UE au passé.
      La mauvaise c’est qu’il reprends docilement un argument habituel des euro-béats.

      Pourtant...
      Elle était où l’UE en Libye sinon du coté des déstabilisateurs...
      Et on peut poser la même question avec la Syrie .
      Avec l’Irak
      Avec l’Ukraine
      L’UE appuie systématiquement et aveuglement l’Otan dans ses entreprises de déstabilisation...et se retrouve aujourd’hui en première ligne du chaos qu’elle à soutenu à sa porte.

    • Auxi 28 juin 20:00

      @amiaplacidus
      Si l’on analyse la participation au référendum par classe d’âge


      On fait comment, ça ? Le vote n’est plus secret ? Les bulletins sont signés par les électeurs ? D’où sortent ces chiffres ? Selon quelles méthodes sont ils établis, et par qui ? Ou s’agit-il seulement d’un sondage, c’est-à-dire d’une escroquerie ?

    • sls0 sls0 29 juin 01:54

      @Auxi
      Olivier Berrurier donne la réponse sur son site. Il a toujours des références sérieuses.


    • amiaplacidus amiaplacidus 29 juin 19:24

      @Auxi

      La taux de participation s’obtient sans problème à partir des listes électorales et n’a strictement rien de secret.

      En revanche, ceux qui disent que les jeunes ont voté pour le « remain », comment le savent-ils ?
      Parce que, effectivement, le vote est secret.


    • Ben Schott 28 juin 13:20

       
      « Que de cette douche forcée, les dirigeants européens puissent en ressortir plus propres, ou plutôt, avec les idées plus claires de ce qu’ils veulent faire de l’Europe, des objectifs qu’ils voudraient voir fixer. »
       
      Ce pauvre Sylvain n’a toujours rien compris. Les dirigeants européens n’ont qu’une obligation, celle d’appliquer la volonté des peuples (et qui devrait d’ailleurs être la leur par le mandat qu’ils ont reçu d’eux).
       
      « Mais il faudra le faire en accord avec tous les peuples. Et cela, c’est quasiment mission impossible ! »
       
      Conclusion, Sylvain ?
       


      • Alain 28 juin 13:24

        Olivier :
        Ne sois pas trop méchant avec l’auteur. Ca lui a fait plaisir. C’est déjà çà. Ca en fait au moins de content. Que demande le peuple, si je puis dire....

        On lit "Cette division n’est pas seulement politique, elle est territoriale, elle est aussi sociologique, avec l’âge et le niveau de diplôme.’
        Pour l’âge, référence faite à un malheureux graphique d’un sondage d’avant l’élection... pour ceux que valent les sondages... m’enfin bon, certains y croient. Tant mieux.
        Ensuite, le niveau de diplôme... explications ? Aucune.
        A part çà, c’est un article d’un qualité remarquable.... Ou les phrases sont étayés par des sondages et sans argumentaires pour le reste.

        Ne parlons même pas du paragraphe sur la bourse. On se croirait à C’est dans l’air tellement c’est convenu.
        L’auteur peut donc se réclamer de la classe des consultants et expert en blablabla. Il n’a plus qu’à postuler pour une émission télé à la noix entre deux pages de pubs. Je pense qu’il trouvera vite une place.


        • Vinciboulette 28 juin 13:45

          Au contraire, les plus âgés et les moins diplômés sont majoritairement pour le Brexit, nostalgiques peut-être de l’ancien empire britannique.


          Tant qu’à faire des analyses à l’emporte-pièce, peut-être que les plus âgés sont simplement devenus plus sages avec l’âge et les moins diplômés constatent qu’ils n’ont rien à gagner de l’UE. Mais pour savoir ce qu’ils pensent vraiment, il faudrait peut-être aller leur demander.


          • Etbendidon 28 juin 15:40

            L’auteur (qui ne participe JAMAIS à ses articles) a TOUT FAUX un fois de plus

            https://www.les-crises.fr/brexit-l-arnaque-du-vote-des-jeunes/

             smiley


            • Jeekes Jeekes 28 juin 16:22

              @Etbendidon
               

              Vu aussi, rakoto devrait se documenter (et réfléchir) avant de pisser de la copie au kilomètre, ça le cultiverait un peu ! 

              A moins qu’il ne soit payé pour nous pondre systématiquement sa propagande pourrie ? 

            • mario mario 28 juin 15:52

              si j’ai bien compris l’auteur...
              les riches et les jeunes, d’un coté
              les vieux et les ignares, de l’autre...
              donc logiquement, il ne faut pas prendre en compte les votes des vieux (puisqu’ils vont mourir..)
              ni des ignares (parce que il ne savent pas ceux qu’ils font...)
              le font de l’article n’est donc que de la propagande d’une période tres tres sombre de notre histoire.....


              • Auxi 28 juin 16:34

                Il serait intéressant de savoir comment les divers commentateurs parviennent à prétendre que « les vieux » (?) sont pour le Brexit et « les jeunes » (?) contre. Les bulletins de vote sont personnalisés et signés ? Les journaux, radios et télés n’ayant plus la moindre crédibilité depuis longtemps, voire depuis toujours, d’ sort cette fable des « vieux » (?) anti-UE et des « jeunes » (?) pro-UE ? Certains, lorsqu’ils sont à bout d’arguments, vous invitent à aller voir en Corée du Nord si ça se passe mieux. Du train où vont les choses, le jour n’est plus très loin où il ne sera pas nécessaire de faire le voyage.


                • Ar zen Ar zen 28 juin 16:40

                  C’est simplement de la propagande pro UE. Ce qui est dit dans ce commentaire est rabâché à l’infini dans les merdias. Nous vivons dans une dictature, aucune possibilité de débat sur la sortie de l’UE.

                  Même les sites internet sont investis par les nervis de l’UE tel que l’auteur, probablement rémunéré par celle-ci pour assurer sa propagande. Mais aujourd’hui la manipulation a atteint ses limites. Plus personne ne croit à ce genre de billevesées.


                  • Auxi 28 juin 17:44

                    @Ar zen
                    probablement rémunéré par celle-ci pour assurer sa propagande.


                    Même pas ! Au moins, il y aurait un mobile… L’UE, avec ses journaux, ses radios, ses télés, dispose de bien assez de moyens de coercition mentale pour s’encombrer de Rakomachin. Un imbécile sera toujours mille fois plus dangereux qu’un corrompu, qu’on peut toujours acheter plus cher, et c’est ce qui rend Rakomachin et ses clones si inquiétants.

                  • Montdragon Montdragon 28 juin 18:44

                    Sylvain,
                    de quoi moudre votre rancœur.


                    • Zip_N Zip_N 28 juin 19:23

                      « Cette division n’est pas seulement politique »

                      Vous mettez pas les chiffres ? le 9 juin 2015 au Parlement britannique sur les 597 députés présents, 544 ont approuvé le projet de loi par référendum sur cette consultation.


                      • Phoébée 29 juin 10:14

                        Il est complètement con .... cet article, je précise *

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès