Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit : Les perdants sont ailleurs qu’en Angleterre… Liliane (...)

Brexit : Les perdants sont ailleurs qu’en Angleterre… Liliane Held-Khawam

Avec 51.9%, soit 17 410 742 de voix, la Grande Bretagne quitte avec fracas le paquebot européen ! Les médias grand public leur annonce les pires calamités… Mais ici nous n’y croyons pas.

Au contraire, dans l’article « Brexit ou pas, le navire UE commence à tanguer…« , nous relevions deux points essentiels :

  • la panique des tenanciers de Bruxelles à l’idée de voir sortir la grande Bretagne de l’UE. Preuve en est l’accord signé entre les deux parties qui y acceptaient de remettre en question les textes fondateurs de l’union sur des sujets aussi sensibles que le financement de l’immigration, la monnaie unique ou la souveraineté des Etats.

De fait, le management de Bruxelles est le grand perdant du Brexit. Ce référendum vient sanctionner une gouvernance typique du 21ème siècle qui pense se passer des peuples pour imposer SA vérité.

  • Nous relevions aussi dans cet article, les dangers quotidiens et systémiques que faisaient courir les banques européennes quotidiennement à l’ensemble de la zone euros.

Bien que la Grande Bretagne ne soit pas membre de cette plateforme T2S à risque atomique, le signal envoyé par le Brexit fut effectivement hautement néfaste à ce noeud gordien supranational qui regroupe même des pays qui sont officiellement hors de la zone euros. Voici quelques données relevées ce jour (pour des raisons de confort, les graphiques illustratifs sont publiés ci-dessous en annexes)

1.- Des pertes considérables sur la bourse de l’Eurozone :

  • L’Eurostoxx 50 qui regroupe 50 groupes de l’Eurozone. Il perd en ce moment plus de 9%
  • Le « palmarès » des banques françaises n’est guère brillant : Société générale est à plus de 21% de perte, BNP à 18,245 et Natixis à 16,6%…
  • Les banques allemandes, talon d’Achille de l’Eurozone, effectuent une sérieuse plongée. Commerzbank n’en menait pas large cette nuit avec 5, 41 euros l’action…

Quant à la Deutsche bank, elle perdait plus de 155 sur son titre…Bref, les pertes sur le marché boursier de l’Eurozone sont considérables…

2.- Les pertes sur le marché boursier britannique

Avec -4,37% les pertes sur le FTSE sont nettement plus limitées… Les prévisionnistes mainstream annonçaient l’apocalypse pour la Grande Bretagne.

Les faits leur donnent tort. Il suffit de regarder les données pour comprendre où se trouve la faiblesse…

3.- Les impacts sur les monnaies

Au niveau des monnaies, effectivement la livre est en train de perdre près de 8.58% par rapport au dollar. Mais est-ce une mauvaise chose ? Nous venons de vivre des années de politique monétaire non conventionnelle supposée dans le cas de la Banque centrale suisse affaiblir un franc trop fort et donc néfaste aux exportations.

D’un coup, dans le cas du Brexit, on nous explique que la chute de la livre est mauvaise.

Alors une monnaie faible est bonne ou mauvaise pour les experts du 21ème siècle ? Faudra se mettre d’accord une fois pour toute.

Force est de constater qu’en quelques heures, la Banque d’Angleterre a atteint à zéro frais les objectifs recherchés par la BNS qui ont coûté des centaines de milliards…

4.- Au niveau américain

Le dollar américain est en train de gagner face à toutes les monnaies y compris face au franc suisse… (graphique ci-dessous).

Bref, si nous disions il y a deux jours que le bateau bruxellois tanguait. Nous pouvons dire aujourd’hui, que la zone euro pourrait risquer la faillite. Une faillite systémique grandeur nature qui relèguerait les crises de 2008 ou de 2011 à des épiphénomènes… Les sauveteurs qataris qui ont renfloué plusieurs banques dont le Credit suisse ou la Deutsche Bank n’y pourraient plus rien cette fois tant la zone euro et ses partenaires ont été financiarisés de manière systémique et systématique dans une grande fuite en avant…

L’ampleur du crash qui menace aujourd’hui encore plus qu’hier des banques comme la Deutsche Bank ou la Commerzbank est à prendre très au sérieux dans les temps à venir. nous suivrons de près l’évolution de cet ensemble….

Voilà ce qu’il en coûte à vouloir construire un projet sans le facteur humain. Bruxelles a voulu gouverner par la force en augmentant la résilience des peuples à travers des normes écrasantes et aliénantes. Le tout se retourne aujourd’hui contre elle.

La propension à l’échec se poursuivra jusqu’au jour où le facteur humain sera intégré dans la réflexion, la vision et les actions qui en découlent. L’humain est la base et l’assise sans lesquelles aucune structure ne peut tenir et encore moins durer…

Faire sans l’Humanité mènera systématiquement à l’échec. C’est une loi de la nature.

Liliane Held-Khawam

Annexes :

  • Des pertes considérables sur la bourse de l’Eurozone :

 

Banques européennes

 

commerzbank

Eurostoxx 50.PNG

  • Les pertes sur le marché boursier britannique

  • FTS 100

 

  • Au niveau américain

 

  • Franc suisse brexit

Source : https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/

http://news360x.fr/brexit-perdants-ailleurs-quen-angleterre-liliane-held-khawam/


Moyenne des avis sur cet article :  2.29/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 25 juin 14:53

    Salut

    j’ai trouvé cela très bon.......

    je cite : Faire sans l’Humanité mènera systématiquement à l’échec. C’est une loi de la nature.

    Tout à fait, il est un moment ou de choix radical il sera question, il est question déjà en fait...

    la nature va systématiquement pourrir toute gestion individualiste humaine....car l’Univers n’a de sens que globalement....avant toute chose

    le fait global précède le particulier qui alors s’intègre dans le global

    pour des raisons de stratégie gagnante pour lui , le voleur qui dirige la planète et que l’on laisse faire ou élisons et bien plus, ce voleur qui est aussi nous même ; nous a persuadé sans nous forcer la main que chaque humain est exceptionnel, mérite plus que le voisin..que la vie, son sens est le combat, la preuve est la absolue, l’oiseau mange des vers de terre, c’est t’y pas une preuve ça ???
     smiley smiley

    oui mais le beauf qui peut très bien avoir un QI de 200, et être un pseudo génie en math, physique etc et bien il y croit, flattez moi encore mon ami !!! flattez moi et je vote pour vous....vous travaillerez pour mon compte en banque

    l’unité de mesure du génie c’est l’argent alors que mère nature dit : point de génies, point de crétins, vous êtes tous « moi »....nous sommes tous liés, d’ailleurs seul sur son propre travail qui devient riche et puissant....personne car seul personne n’existe....

    alors d’ ou vient tout ce pouvoir ,cette richesse ? du vol du vrai travail des autres...

    voleur et volés sont juste le coté d’une même pièce....

    mais tout ceci reste en surface des choses....la vie nous échappe et alors on essaye d’en créer une ....

    la profondeur ne nous intéresse plus car on alors on sent que on se rencontrerait soi même....et là ce serait pas très beau....mais il faut commencer par là...par soi t voir...

    Je trouve les cloportes sympathiques....

    merci donc...


    • hugo BOTOPO 25 juin 15:07

      Belles présentations de chiffres, de tableaux et de graphiques piochés sur des sites spécialisés.

      Avant de comparer des chiffres, il faudrait les rendre compatibles par une
      ÉNORME OPÉRATION MATHÉMATIQUE à savoir une ADDITION  !!!

      Oublier d’additionner la chute de la livre par rapport au $ ou €, soit 8,58 %, à la baisse modérée du FTSE 100 de 4,37 % soit un total de 12,95 %, pour faire une comparaison « biaisée » avec « l’EUROSTOXX 50 » en perte de 9,03 %, va vous faire rater votre examen de sortie de CP !
      C’est même indispensable pour des actions cotées simultanément sur plusieurs places financières.

      Les Britanniques possesseurs de titres résidant sur le Continent comme en Espagne et en France, savent calculer leurs pertes réelles.


      • Held-Khawam 25 juin 16:15

        Et pour le français des US vous lui cumulez les pertes de change de l’euro à celles du Cac 40 ?Réussir le CP n’est pas une garantie de bonne foi.


      • hugo BOTOPO 25 juin 16:57

        @Held-Khawam
        Le Français des US fera naturellement le cumul des pertes de change €/$ et du CAC 40, pour estimer le montant ou pourcentage de ses pertes, s’il détient des actions du CAC 40.

        Tous les étrangers de la GB, avec des avoirs en livres cotés à Londres font naturellement l’addition des deux dépréciations, avec ou sans CP.


      • Alren Alren 25 juin 19:24

        @hugo BOTOPO

        Les Britanniques possesseurs de titres résidant sur le Continent comme en Espagne et en France, savent calculer leurs pertes réelles.

        Ils perdent s’ils vendent aujourd’hui.

        Mais comme cette baisse des cours est uniquement spéculative, elle va être suivie avant moins d’un mois d’une remontée et peut-être, du fait que, comme en Islande, l’économie britannique se portera mieux après le Brexit, ces actions de sociétés anglaises deviendront-elles au contraire très recherchées et leurs propriétaires pourraient faire un joli bénéfice s’ils vendaient avec une monnaie revenue à son cours habituel !


      • lsga lsga 25 juin 18:28

        Encore une fois : la grande Bretagne ne va pas quitter l’UE. Seuls les anglais devront assumer leur vote de consanguins de souche. Les différentes régions du Royaume Uni vont enfin pouvoir prendre leur indépendance... peut-être même Londres....


        • soi même 25 juin 18:46

          Il est évident que la City a déjà une longueur d’avance, le seul point positif, cela pourrait contribuer à faire avorté le traité Transatlantique.
           


          • Alren Alren 25 juin 19:35

            @soi même

            Le TAFTA est un « traité inégal » comme l’Europe en a fait signer aux Chinois au XIXe siècle, tout à l’avantage des firmes états-uniennes et au détriment des firmes et des peuples d’Europe.
            Il va nécessairement susciter de puissantes révoltes quand il sera mis en œuvre et que ces peuples mesureront à quel point ils ont été trahis par leurs gouvernants. Ces révoltes pourraient prendre une ampleur imprévisible comme le rejet de la loi El Khomri.
            Si j’étais un conservateur britannique désireux de calme social dans mon pays, je ne serais pas pressé de le signer. Donc la menace d’Obama d’en exclure la GB en cas de Brexit était plutôt ridicule.


          • hervepasgrave hervepasgrave 25 juin 22:13

            @soi même
            Bonsoir ,pour ce qui est le traité transatlantique ,ce n’est pas l’avortement ,mais plutôt que les Anglais ont peut-être utilisé ce brexit pour se replacer du côté bénéficiaire du traité.N’est-ce pas d’ailleurs ce que l’on nous rabâche en boucle les perdants sont les Européens.Maintenant le brexit a permis certainement et monétairement a faire du fric en douce et sans secousse,c’est bien évident.


          • ticotico 25 juin 18:55

            C’est pas un peu tôt pour tirer des conclusions ? Je suis du genre nul en maths, mais l’histoire, je pense avoir quelques bases. Donc, là, il faut clairement laisser un peu de temps avant de dégager des tendances.

            Sinon, pour vérifier qu’on est bien dans un moment historique, il y a une citation que j’aime bien « écrire l’histoire, c’est souvent modifier la géographie »... Merci Daniel P


            • jocelyne 1er juillet 11:58

              @ticotico
              laissez le temps au temps, vous êtes de l’ancienne école, celle du bon sens. Aujourd’hui c’est action/réaction toutes les 10 minutes  smiley


            • baron 25 juin 19:58

              Dans ce genre de situation il faut aussi regarder attentivement de ce dont on ne parle pas.


              Personne ne parle des Grecs, qui s’enfoncent de plus en plus et ont cru jusqu’a present que rester dans l’europe les sauvaient.
              Imaginons un depart des Grecs et ses consequences tout particulièrement sur notre ennemi seculaire qu’est L’Allemagne. Parce de cela aussi il faudrait parler un jour, la haine des boches pour les Français et leur volonte historiquement obsessionnel de devenir propriétaire de la France.

              • MILLA (---.---.1.10) 25 juin 21:12
                Et comme disait Margaret Thatcher, qui ne portait pas l’UE dans son coeur mais n’a jamais souhaité en sortir : “if you are not at the table, you are on the menu”. Ce que les euro-sceptiques oublient de préciser, c’est qu’un Brexit fera sortir l’île de l’UE mais ne la déplacera pas ailleurs. Dès le lendemain de leur hypothétique victoire, ils devront composer avec ce qu’ils honnissent.



                La mythique souveraineté A l’inverse, si vous vous branchez sur Nigel Farage ou Boris Johnson, les deux ténors favorables au Brexit, ils promettent au Royaume-Uni de retrouver le temps béni d’une souveraineté pleine et entière, ce qui de facto permettrait de résoudre tous les problèmes du pays. Mais de quelle souveraineté parle-t-il ? Avec 50% de son commerce dépendant de l’UE, le pays sera toujours obligé de composer avec l’ensemble continental et d’appliquer ses normes s’il veut pouvoir accéder au marché unique.

                • howahkan howahkan Hotah 26 juin 07:18

                  @MILLA

                  salut...la redécouverte que tout est lié, du fil à couper le beurre donc...seul l’homme agit comme si cela n’était pas ainsi pour des raisons de vol du travail des autres et d’ignorance crasse de quasiment tout à propos de ce qui est infini...

                  ce que entre autre Nigej Farage a bien précisé c’est que ils ne veulent plus que ce soient des fonctionnaires de Bruxelles aux ordres de ??? qui vont décider à leur place...

                  c’est comme si dans ma maison, et bien ce sont mes voisins proches et éloignés qui décidaient de tout, mes vêtements, mon boulot, ma bouffe, la taille de mes sous vêtements, ce que je dois cultiver etc etc ...etc

                  c’est totalement aberrant et juste le signe d’un totalitarisme ou le peuple est juste de la merde et qui refuse de se dire comme tel...de voir ce qu’il est, car ce totalitarisme a honte de ce qu’il est....la vérité est belle et ne se cache jamais

                  alors seul reste la violence et le mensonge...

                  Bien sur que le UK va continuer à composer avec tout le monde...car la planète est une interaction globale...depuis le début...seule la dégénérescence mentale des humains depuis quelques millénaires ne comprends plus rien à cela....nos machines ne rattrapent pas cette descendance...elles sont froides et vides de sens profond, c’est normal

                  ceci peut être changé mais sûrement pas par la politique , par la compétition donc le business qui élimine...le principal et seul en fait, vecteur de crétineries qui tuent par milliers est l’homme qui pour l’instant refuse de se voir comme seul responsable de ce désastre planétaire, désastre en mort par crimes d masses, , en pollution, en violence, en confit , en non sens etc etc qui donne pour les riches ou pauvres avec ou sans robinet en or et montre à 50 000 euro qui donnent aussi i l’heure , au fond de nous même une vie de merde..faite de peur, de terreur , de souffrances mentales, de mécontentement permanent etc etc

                  certes derrière le clavier il est facile de faire le malin ou même quand la bave de la haine coule a flot.. comme ici  smiley

                  etc bien sur..


                • MILLA (---.---.1.10) 25 juin 21:13





                  L’argent trouble du Brexit. 


                  A visionner absolument !


                  Il faut être complètement naïf pour croire que le Brexit va améliorer la situation du petit peuple anglais. Je vous poste une vidéo extrêmement importante que je vous recommande d’écouter. 
                  Vous comprendrez qui est derrière le Brexit et quels intérêts il sert réellement. 
                  En bref, le Brexit est soutenu par des hommes d’affaires (Nigel Farage, le chef de UKIP, est lui-même un ancien homme d’affaires) et des fonds d’investissement qui estiment que les règles de l’UE sont un frein à leurs affaires et qui, par conséquent vont faire affaire dans des paradis fiscaux. Justement, 200 milliards se sont volatilisés des marchés financiers hier. Pour aller où ? Dans les paradis fiscaux, pardi ! 
                  Le Brexit va changer la vie du peuple anglais, oui, mais pas en bien ! Qu’un pays soit dans l’UE ou en-dehors, son peuple n’y gagnera jamais rien ! 




                  Nous allons vers une ère dictatoriale : nazisme, austérité, islamophobie, attentats fomentés par les services secrets, rafles de musulmans, meurtres de jeunes arabes de cités par des groupes d’extrême-droite liés à Israël (comme aujourd’hui à Marseille) maquillés en « règlement de comptes »... Un avenir sombre nous attend ! 

                  • tonimarus45 26 juin 08:30

                    @MILLA--- absolument deconsiderer les pro brexit ??.Les pros brexit soutenus par des hommes d’affaires ?????et les autres ????y compris le « fmi »« qui est venu y mettre son grain de sel

                    Et que dire des medias audio visuels et papier qui ont atteint là le degre triple zero du journalisme en donnant la parole exclusivement aux »europhiles« , au point de nous presenter une anglaise qui auarait vote pour le »brexit" en esperant qu’il ne passe pas ????????.DIctature dites vous ??? oui la dictature journalistique est bien là ,ça c’est sur
                    Mais continuez a prendre les gens pour des trufes, cela ne marche plus et au contraire cela leur ouvre les yeux
                    Pour terminer ;; comment font lesdizaines de pays qui ne sont pas dans l’europe ou qui tres malins ont un pied dedans un pied dehors ???????

                  • jakem jakem 27 juin 13:18

                    @MILLA
                     Vous êtes un(e) responsable de la Jeunesse Barrosienne ?
                     € heil !


                  • Milla (---.---.1.10) 26 juin 00:21

                    L’immigration, une des principales causes du Brexit : fantasmes et réalités

                    L’immigration a été au cœur de la campagne du Brexit. De fait, les chiffres montrent que ces dernières années, on a constaté une augmentation du nombre de migrants au Royaume-Uni. Les partisans du « leave » ne se sont pas privés d’exploiter ce thème à fond. Quitte à commettre des dérapages xénophobes.

                    « C’est le côté émotionnel qui l’a emporté » lors du référendum, observe un professeur à la London School of Economics (LSE), Iain Begg, cité par l’AFP. Un côté émotionnel qu’a très bien su mettre en scène Nigel Faragedéputé européen et leader du parti europhobe Ukip. Il n’y a qu’à le voir poser devant une affiche désignant un flot de migrants. Avec comme slogan :« Le point de rupture : l’UE n’a pas tenu ses engagements vis-à-vis de nous. Nous devons nous libérer de l’Europe et reprendre contrôle de nos frontières ». Sous-entendu vis-à-vis des hordes de migrants-envahisseurs…

                    Le leader politique a été accusé d’« inciter à la haine raciale ». Pour le chancelier de l’Echiquier (ministre des Finances), George Osborne, ce type d’affiche, « écœurante et vile », rappelle la propagande fasciste des années 30.« Effectivement, la campagne pro-Brexit a largement flirté avec la xénophobie, et plus particulièrement l’islamophobie », constate un Français installé à Londres.

                    Dans le cas d’espèce, cette affiche joue à fond sur l’émotionnel, quitte à tordre le cou à la réalité : elle montre une longue file d’immigrants et/ou de réfugiés venus du Moyen-Orient. Le problème, c’est que les chiffres font état d’une réalité quelque peu différente : selon CNN, 50,5% des migrants arrivant en Grande-Bretagne sont extérieurs à l’UE et sont originaires des Etats-Unis, du Canada, d’Inde, du Pakistan, d’Australie... Le reste, 49,5% viennent effectivement de pays membres de l’Union européenne.

                    Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les europhobes ont d’ailleurs insisté sur la nécessité d’arrêter l’immigration en provenance de l’UE.

                    Et les chiffres dans tout ça ? Au-delà de prévisions toujours un peu hasardeuses, qu’en est-il des chiffres de l’immigration. En 2015, selonl’Office for National Statistics (ONS), l’Insee de sa Majesté, 333.000 travailleurs étrangers sont arrivés en Grande-Bretagne. « Sur les 63 millions d’habitants du pays, on compte cinq millions d’étrangers venus du monde entier et trois millions venus de l’Union européenne. Parmi eux, beaucoup de Polonais », observe le correspondant de France 2 à Londres, Loïc de la Mornais. On parle ainsi de 600.000Polonais ayant franchi la Manche. D’une manière générale, « la grande majorité » des citoyens de l’UE en Grande-Bretagne vient des pays de l’ancien bloc communiste : Pologne, mais aussi Etats baltes, Slovaquie, Roumanie, Bulgarie... On trouve aussi beaucoup de Français : le chiffre de300.000 de nos compatriotes installés en Angleterre


                    • fred.foyn Le p’tit Charles 26 juin 08:11

                      L’UE est une « aberration » voulu par les banquiers et les marchés pour faire de l’argent sur le dos des peuples...

                      depuis 2002 la monnaie unique, augmentation des prix à la consommation de façon vertigineuse (voir sur le net)
                      Perte du social au profit des patrons qui en veulent toujours plus..
                      Délocalisation des entreprises..
                      Perte du pouvoir d’achat des Français..
                      Explosion du chômage et de la dette...
                      Etc...
                      Vive le RU pour avoir su prendre la bonne décision... !
                      Et les Français...ben ils regardent le foot à la télé... !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès