Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit, on ne vote pas ! Ça ne concerne pas le prolétariat !

Brexit, on ne vote pas ! Ça ne concerne pas le prolétariat !

Depuis quelques temps la gauche bourgeoise européenne exulte à propos du duel que se livre deux factions de la bourgeoisie britannique, une faction en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, l’autre faction en faveur de l’âpre renégociation du traité de l’Union.

Tout ceci serait navrant si ce n’était que la gauche bourgeoise profite de l’opportunité pour mystifier la classe ouvrière britannique et européenne laissant croire que ce conflit au sein de la bourgeoisie l’interpelle.

 On nous dira qu’il n’y a rien de neuf sous le soleil et que depuis un siècle, depuis la Première Guerre mondiale, la gauche bourgeoise mobilise le prolétariat en faveur de l’une ou de l’autre des factions capitalistes en conflit. Si la gauche bourgeoise avait à cœur les intérêts du prolétariat européen elle se demanderait : « Pourquoi le BREXIT ? » Pourquoi ce référendum mené par Cameron, un pion politique du capital britannique, pour soi-disant sortir son pays de l’Union européenne ? Ça ressemble à la mère qui renie ses petits ! Ça ressemble avons-nous écrit, mais il faut se méfier des apparences. Le prolétariat mondial connait les manigances des riches.

 

L’analyste politique stipendié doit savoir que le capital financier du Royaume-Uni est intimement lié au capital financier étatsunien via la City de Londres que Wall Street accrédite comme deuxième place financière mondiale. L’analyste politique grassement payé doit savoir que le Royaume-Uni répond aux ordres de ses alliés de Washington et qu’il a toujours été le Cheval de Troie… au sein de l’Union européenne, au service de ses vis-à-vis de Wall Street. Sachant ces prémisses élémentaires, l’analyste clairvoyant comprend que David Cameron a reçu mission de ses patrons de rassembler le grand capital européen autour de ses compagnons de disgrâce américains en prévision du grand affrontement qui se prépare entre l’Alliance atlantique (OTAN) en débâcle, contre l’alliance montante russo-chinoise. Évidemment, cet affrontement en préparation exigera des sacrifices – telles une énergie plus couteuse pour l’Allemagne qui s’approvisionne en Russie – la perte de certains contrats militaires pour la France – la perte de contrats d’investissements pour l’Italie –, etc. mais la mise au pas de l’ogre Russe avant le repli du dragon chinois seront à ce prix.

Le « BREXIT » vise à faire monter les enchères pour le maintien de l’Union, sachant que le retrait du Royaume-Uni entrainerait d’autres replis, la Grèce est à deux doigts de suivre ses pas… et combien d’autres ? Dans cette guerre économique et politique préparatoire à la guerre militaire qui suivra, il semble que la gauche bourgeoise, comme à son habitude, ait pris fait et cause en faveur de la faction capitaliste favorable à l’âpre renégociation de l’Union en opposition à la faction capitaliste monopoliste favorable au maintien du marché commun et de l’Euro en l’état.

En quoi ce choix de la gauche bourgeoise est-il anti-prolétarien ? Après tout ce sont surtout les capitalistes moins fortunés qui sont dans le camp du « BREXIT » – et de l’âpre renégociation de l’Union – alors que les plus grosses fortunes d’Europe – les capitalistes monopolistes transatlantiques – sont eux dans le camp de l’Union coute que coute. C’est que la gauche bourgeoise mystifie ainsi la classe prolétarienne qui doit défendre ses propres intérêts de classe et refuser de jouer les thuriféraires du capital comme la gauche bourgeoise le lui a toujours suggéré.

D’abord, tout prolétaire conscient sait que la mondialisation de l’économie est inscrite dans les gènes du capital comme Marx nous l’a enseigné. Le refus de l’Europe, de l’euro, de la mondialisation, de l’internationalisation des échanges, est une futilité à laquelle seuls le petit capital non monopoliste et ses affidés de la petite bourgeoisie gauchiste croient mordicus. Le choix pour la classe ouvrière ne se pose pas dans les termes de « pour ou contre l’Europe », mais bien en termes de « Quelle Europe voulons-nous ? » L’Europe du capital ou l’Europe du prolétariat international ? Une certaine gauche bourgeoise présente l’alternative dans ces mots, sauf qu’elle laisse entendre que l’Europe du prolétariat peut s’ériger par la conquête électoraliste des parlements capitalistes à grand renfort de bulletins de votes et de plébiscites. RIDICULE. L’Europe prolétarienne nécessite de détruire de fond en comble l’Europe capitaliste, ses parlements, et ses États bourgeois et de socialiser la totalité des moyens de production, d’échanges et de communication.

Le référendum britannique sur le « BREXIT » offre-t-il cette alternative aux ouvriers britanniques ? Non, évidemment ! Il propose aux prolétaires britanniques de se ranger derrière la clique des capitalistes financiers de la City pour obtenir une renégociation douce des clauses de l’alliance avec la bourgeoisie européenne, ou de se ranger derrière la clique des capitalistes manufacturiers afin de renégocier âprement les clauses de l’Union. Car seuls les bobos de la gauche bourgeoise croient que le grand capital britannique songe sérieusement à quitter l’Union européenne alors que les capitalistes monopolistes états-uniens attendent de leurs associés britanniques qu’ils poursuivent leur excellent travail de sape à l’intérieur de l’Union.

Le prolétariat britannique n’est pas dupe de cette mascarade référendaire du « BREXIT ». Il n’a rien à faire dans cette galère entre les deux factions moribondes du capital et il doit rejeter ce référendum sans intérêt pour ses intérêts… de classe.  

 

L’article est disponible sur le webmagazine http://www.les7duquebec.com/7-au-front/brexit-on-ne-vote-pas-ca-ne-nous-concerne-pas/

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 20 juin 18:39

    « Ça ne concerne pas le prolétariat ! »



    Disons que ça ne concerne pas les prolétaires, qui se résument à un appareil digestif, mais il y a aussi ceux qui, comme le notait Orwell, cultivent des valeurs ayant des racines plus profondes que la (triviale) raison économique, comme la religion, la patrie, la famille...

    • alinea alinea 20 juin 19:12

      Qu’est-ce que le monde serait chiant si on ne se préoccupait que de ce qui nous regarde, ou nous concerne, comme vous dîtes !
      Le fait est que personne n’imagine qu’un brexit changerait en quoique ce soit le sort du prolétariat, mais c’est un peu jubilatoire de voir les english donner un coup de pied dans la fourmilière ; car l’Histoire existe, et la GB en fut maîtresse pendant longtemps, dessinant les frontières ici ou là, imposant sa langue partout,etc.
      Cette horreur qu’est l’UE, surtout pour le prolétariat, si elle était déstabilisée, si, comme vous le soulignez, cela donnait des idées aux Grecs, aux Français, aux Slovènes, ça serait un réveil, des peuples, de chacun, et quand on est politisé, la vie est plus intéressante au bistrot du coin.
      Alors, personnellement, moi qui ne suis même pas prolétaire et qui devrait n’avoir rien à foutre de rien, j’espère que le prolétariat britannique dira non à l’empire. Ce sera un premier pas.


      • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 01:27
        @alinea
        Je pense effectivement que vous avez résumé en quelques mots le résultat du BREXIT qui ne brisera nullement L’UNION ce qui n’est pas l’intention des capitalistes anglais mais plutôt de renégocier le pacte d’union et obtenir la garantie d demeurer la première place boursière d’Europe et deuxième mondiale après Shanghai ou Hong Kong (je ne sais pas encore laquelle les chinois choisiront ) Vous avez raison vous connaissez bien vos amis petits bourgeois et eux aussi pensent que « la vie est plus intéressante au bistrot du coin. » 

        C’est en effet le seul résultat qu’il faut attendre de cet kermesse référendaire et quand au coup de pied dans la fourmillière = OUBLIEZ seul le prolétariat recevra des unes et des autres un coup de pied au derrière. Je leur conseil de se contracter, ce sont mes camarades tout de même.

        Robert Bibeau Producteur http://www.les7duquebec.com



      • alinea alinea 21 juin 10:54

        @Robert Bibeau
        Vous avez une manière de déformer les phrases qui est tout à fait épatante !
        En France, les bistrots, c’est l’antre des prolétaires ! Et quand on y parle politique, c’est beaucoup plus intéressant que quand on y parle foot, comme en ce moment !
        Mais les prolétaires ici sont des petits bourgeois, il n’y a que les exclus qui ne le soient pas, et encore, le regrettent-ils.


      • zygzornifle zygzornifle 20 juin 19:33

        c’est Merkel qui a déjà donné les chiffres du résultat du référendum aux médias anglais, ils attendent sagement vendredi pour les dévoiler .....


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 00:49
          @zygzornifle

          Bel humour, mais je comprends que vous voulez signifié que l’impérialisme allemand couplé a l’impérialisme européen sont les véritables tenants du challenge USA - Europe - Russie

           

        • zygzornifle zygzornifle 20 juin 19:34

          les sans dents anglais auront du mal a mâcher le résultat et encore plus a l’avaler .....


          • sarcastelle 20 juin 19:38

            Le brexit ne sert à rien, mais quel plaisir à regarder ! Comme coup de pied au derrière de l’UE, je préfère un brexit bien propre sous l’égide d’Elizabeth II au président autrichien qu’on a manqué de peu ! 


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 juin 20:49

              « L’internationalisme des imbéciles ».


              Un conflit USA- Russie/Chine ? Faut que l’auteur se tienne au courant, la Russie a au moins 4 générations d’armements d’avance sur les USA.
              « Méfiez-vous de ce que vous souhaitez, la Russie est prête pour la guerre »

              Le Brexit ne concerne pas les prolétaires ? L’UE libérale ne les concerne pas du tout..., l’austérité, le chômage et les Lois structurelles européennes, la précarité organisée, pas d’avantage ... Ce qu’il ne faut pas lire comme idioties, parfois ... Grâce aux délocalisations, il n’y a quasiment plus de classe ouvrière en France, les ouvriers sont à Paul Lemploi, des régions entières ont été dévastées par les fermetures d’usines, mais cela ne les concerne pas ?
              La production industrielle est sur les porte conteneurs.

              C’est quoi cette Gauche qui ne comprend pas que l’ UE, c’est le projet économique d’ Hitler, mis en place par les Américains ?? Fut un temps où la CGT, le Parti Communiste et les Gaullistes avaient compris le danger de la construction européenne... , mais pas l’auteur, qui ne sait que causer du « capitalisme en général ».

              Le capitalisme « en général » a des formes diverses, variées et localisées. Aucune forme que prend le capitalisme n’est indifférente aux peuples. La Norvège, ce n’est pas le Bangladesh. La France des années 30, Pétain et l’occupation allemande, c’était toujours le capitalisme, mais pas sous les mêmes formes. On se demande bien pourquoi tant de Résistants ont combattu pour libérer la France, si toutes les formes du capitalisme sont identiques ?
              « Qui dirige vraiment la France et l’ Europe ? »



              • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 01:16
                @Fifi Brind_acier

                D’habitude je n’aime pas beaucoup répondre à FIFI qui est trop subjective et caricaturale. Mais il faut dire que cette fois elle s’est surpassée. Elle résume en trois paragraphes toute la pensée de la gauche petite-bourgeoise qui encore une fois souhaite prendre le leadership de la lutte de résistance prolétarienne pour la diriger vers les culs de sacs éculés. 1) Lors de la Première grande guerre Fallait défendre la patrie outragée par les bosh et en Allemagne il fallait défendre la patrie contre les FROGS 2) À la deuxième ils sont morts les prolétaires d’Europe pour défendre l’esclavage salarié Libéral contre l’esclavage salarié national-socialiste. 3) Cette fois les petits-bourgeois voudraient mobilisé les prolétaires our défendre le national-libéralisme-totalitaire contre l’européanisme-démocratique-totalitaire- contre l’impérialisme Atlantique en faveur de l’impérialisme russe.

                1) Non il n’est pas vrai que la Russie est 4 générations d’armements devant - Le dernier qui a chanté cette sornette s’appelait Ronald Reagan afin d’obtenir des crédits du congrès. Fifi tu es une amateur retourne te coucher. 

                2) Une armée et son armement ne sont jamais supérieur à la puissance industrielle - économique d’un pays. La Russie n’est absolument pas une puissance économico-politique en avance sur son temps _ La CHINE est en train de devenir une superpuissance économique totalitaire et la Chine est réellement dangereuse de ce point de vue - la Russie lui servant de terrain d’expérimentation - rien de réjouissant pour le prolétariat Russe

                3) Austérité et chomage et politique anti-ouvrière en Europe concernent le prolétariat au plus haut point MAIS justement il n’est nullement question de ces choses dans le débat BREXIT - POURQUOI ???????????????

                4) Parce quelque soit la faction qui gagnera le référendum il est hors de question que cette faction des capitalistes mettent fin aux politiques anti-ouvrières - elles seront intensifié justement avec la justification que le « peuple » doit faire des sacrifices pour la PATRIE - ET SI C’EST L’AUTRE FACTION QUI GAGNE ALORS ILS DIRONT QUE C’EST LA FAUTE À Bruxelles EXACTEMENT CE QUE CHANTEMT LES PETITS BOURGEOIS DE LA GO-GAUCHE FRANÇAISE

                Les prolétaires sont fait dans un cas comme dans l’autre. Ce n’est pas l’UNION EUROPÉENNE LE PROBLÈME C’EST LE MODE DE PRODUCTION CAPITALISTE en Europe mais au Canada et aux Etats-Unis et en Russie - Chine aussi...

                Robert Bibeau Producteur http://www.les7duquebec.com
                 

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 07:28

                @Robert Bibeau
                Comment l’ Islande et sortie de la crise ? En faisant tout ce qui est interdit par les Traités européens, qui ne s’appliquent pas en Islande, qui n’est ni dans l’ UE, ni dans l’euro. L’ Islande est un pays indépendant et souverain où les citoyens, en 2013, ont décidé ce qui était bon pour eux :
                - laisser les banques faire faillite
                - dévaluer la couronne islandaise
                - protéger les comptes bancaires des Islandais.
                - remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
                Résultat : un pays plus endetté que la Grèce, a un chômage à 1,9%.


                Tandis que la Grèce subit la dictature de la BCE, et qu’elle est ruinée.
                Si vous ne connaissez rien aux Traités européens, de quoi vous mêlez-vous ?
                Si vous ne comprenez pas que seul un pays souverain peut légiférer contre la finance et les multinationales, ce que ne fait pas l’Union européenne, bien au contraire, de quoi vous mêlez-vous ?

                « La gauche petite bourgeoise »..., cela doit représenter la majorité, alors ?
                Car la majorité ne voit pas pourquoi elle échangerait une dictature de la finance, contre la dictature de 3 barils d’apparatchiks, qui vont s’en mettre plein les poches, comme en Chine.

                Il y a désormais plus de milliardaires en Chine communiste, qu’aux USA. Etonnant, non, le résultat du communisme ?
                Mais surtout, ne vous posez aucune question sur le modèle que vous vendez...

              • Anthrax 21 juin 14:27

                @Robert Bibeau

                C’est vrai que dans le genre subjectif et caricatural t’en connais un rayon.

              • foufouille foufouille 21 juin 01:01

                Le refus de l’Europe, de l’euro, de la mondialisation, de l’internationalisation des échanges, est une futilité à laquelle seuls le petit capital non monopoliste et ses affidés de la petite bourgeoisie gauchiste croient mordicus.
                c’est ton opinion. cela permettrait pour les autres, une certaine menace.


                • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 01:18
                  @foufouille

                  Menace ????? D’où viendrait la MENACE ? C’est plutôt une constatation que je fais

                  Sorry de ne pas comprendre

                  Robert Bibeau


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 07:45

                  @Robert Bibeau
                  C’est clair que vous ne comprenez absolument rien. Vous croyez que l’ UE et la mondialisation, c’est de l’ Internationalisme ? Alors qu’il s’agit d’un rapport de force imposé.


                  Vous parlez pourtant français. « Inter » veut dire « entre » les Nations, et pas, suppression des Nations. Internationalisme, signifie des accords de coopération ENTRE les Nations. Comme le font les pays des BRICS.
                  Comme le font Cuba et le Venezuela, quand ils échangent des médecins contre du pétrole.
                  Les accords de coopération, comme leur nom l’indique, sont des accords gagnant/gagnant.

                  L’ Union européenne, la mondialisation ou TAFTA sont des accords gagnant/ perdant. Où vous êtes idiot de ne pas voir la différence ? ou vous adoptez la politique du pire ? Celle de tous les communistes désespérés de voir qu’ils ne font plus recette, et qu’en soutenant la mondialisation, les peuples vont se révolter pour leur tomber dans les bras....

                • Robert GIL Robert GIL 21 juin 08:24

                  @Fifi Brind_acier
                  le gagnant gagnant pour asselineau c’est tout pour les elites dont il fait parti et des miettes pour les salarié,car rien n’empeche nos « bons patrons »français que l’upr defends bec et ongle de creer des emplois, de ne pas delocaliser, de donner de bons salaires ... mais pour asselineau ceci ce sont des gros mots , il prefere enfumer le peuple. Alors pour combattre ses ennemis il faut les connaitre :
                  .
                   voir : ASSELINEAU et l’UPR ou l’imposture anti-européenne
                  .
                  fifi arretez de mentir et de prendre les gens pour des cons ! asselineau ne defneds que les interets de la petite classe parassitaire qui nous pourris la vie ... c’est quoi votre interet personnel dans cette propagande incessante que vous menez ?


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 juin 08:34

                  @Robert GIL
                  Blablabla...

                  Analyse de Gauche du Brexit par un universitaire anglais.

                  " En effet, « l’intégration » supranationale propre à l’UE pose avec force la question de l’indépendance et de la démocratie nationales, ce que beaucoup à gauche trouvent embarrassant.
                  Ils préfèrent se concentrer sur les problèmes économiques, de peur, s’ils abordent des sujets politiques comme l’indépendance nationale, de se retrouver du même côté que la droite.
                   Il leur est pénible de se confronter à de tels sujets en raison de leur sectarisme politique.
                  "


                • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juin 01:05
                  @Fifi Brind_acier

                  Il te faudra révise ta définition de SECTARISME - être en faveur de l’indépendance nationale est le sommet du sectarisme national-socialiste = NAZI. On doit pas tenter de nous la refaire elle est déjà vieille de 70 ans...


                  Oui traiter des questions économiques - du mode de production sur lequel repose les rapports de production y compris politique y compris le sectarisme nationaliste de divers type y compris fasciste et « communiste »...

                  Robert Bibeau Révolutionnaire prolétarien

                   

                • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juin 01:13
                  @Fifi Brind_acier

                  NON FIFI INTER ne signifie pas nécessairement entre les nations sauf pour les NATIONAL-SOCIALISTES = NAZI - ET POUR LES INTERNATIONALISTES COMMUNISTES.

                  Internationalisme ne signifie pas IMPÉRIALISME ce que tu tentes de décrire maladroitement.

                  L’Union européenne est une structure politique née = issue = de la mondialisation de l’économie impérialiste.

                  Ma tactique n’est pas de soutenir la mondialisation ou l’impérialisme mais de simplement me rendre compte que le prolétariat n’a pas à se battre contre des moulins à vent pour aider la petite bourgeoisie à conserver son héritage qu’elle a déjà perdu de toute manière - c’est une bataille d’arrière garde

                  L’Avenir est à la révolution sociale radicale contre tous les puissances impérialistes en fait contre le mode de production qui pousse à la mondialisation 

                  Votre BREXIT ne contribue en rien à cette révolution sociale radicale sauf à tromper les ouvriers = le reste du peuple je n’en ai rien à faire seul le prolétariat me préoccupe et les petits-bourgeois loin de ma vue SVP.

                  Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.comm



                • CHALOT CHALOT 21 juin 08:55

                  Ce n’est pas en multipliant les caractérisations à l’emporte pièce comme les accusations de gauchiste petit bourgeois qu’on convainc.

                  Des syndicalistes ouvriers britanniques et non des bureaucrates mènent une campagne pour la sortie de l’Union Européenne et même son éclatement.
                  Ils sont de plus en plus nombreux .
                  C’est un élément non négligeable


                  • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 16:45
                    @CHALOT

                    Vous avez raison de souligner que les « accusations ne convainct pas » 

                    Si je spécifie contre la petite-bourgeoisie c’est que je veux convaincre que je ne fais pas partie de la gauche sectaire qui foisonne en France et au Canada 


                    Que des syndicalistes britanniques mènent campagne contre l’UNion PAS DU TOUT ÉTONNANT. LA BUREAUCRATIE SYNDICALE EST LE FER DE LANCE de la petite bourgeoise toute secte go-gauche confondues. Soyez assuré que les bureaucrates syndicaux militeront toujours en faveur de mystique pseudo progressiste.

                    Il est malsain de laisser croire d promouvoir auprès de la classe ouvrière que le problème qui confronte notre classe ce soit l’Union européenne, Bruxelles, l’Euro etc... Tout comme il est malsain de laisser croire que Bernie Sanders pourrait réformer le capitalisme aux USA ou que Trump serait pire que Clinton... etc.

                    Le seul et unique problème de la classe ouvrière mondiale c’est la persistance du mode de production capitaliste qu’il faut abattre et le BREXIT N’APPORTERA RIEN DE RÉVOLUTIONNAIRE À LA LUTTE DE NOTRE CLASSE AU CONTRAIRE QUELQUE SOIT LE RÉSULTAT CE SERA NÉFASTE POUR NOTRE CLASSE MONDIALE

                    Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.com


                  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 juin 14:35

                    Si ce référendum était vraiment sans intérêt il n’y aurait pas autant de propagande unioniste ni d’argent dépensé pour faire rester les anglais dans l’UE. Jamais il n’ y aurait eu toutes ces réunions ni ces délais octroyés à la Grèce pour qu’elle reste dans le giron de l’Europe.
                    Ces fameux « capitalistes sans frontières » s’accommodent bien mieux de l’UE parce qu’ils ont un accès privilégié direct aux instances bruxelloises, c’est pourquoi ils dépensent autant d’argent pour cette cause.
                    L’intérêt de tout démocrate est de rétablir la souveraineté dans un état plus petit, un empire démocratique est une impossibilité, il est forcément noyauté au bout d’un temps plus ou moins long.
                    Quant à « l’union des prolétaires de tous les pays », c’est une utopie qui ne peut mener qu’à la misère, il n’y a pas un seul régime socialiste qui ait apporté la prospérité à son peuple.


                    • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 16:32
                      @Gilles Mérivac
                      Vous errez M. Mérivac.

                      1) J’ai bien mentionné que ce référendum bidon n’avait aucune importance ou intérêt pour la classe prolétarienne.

                      2) Ce BREXIT a une grande importance pour les différentes factions de la bourgeoisie britannique qui mesure leur force à travers ce référendum dans lequel le prolétariat fait figure de figurants - de faire valoir -

                      3) Après le résultat vous saurez quelle faction de la bourgeoisie britannique négociera le plus chèrement son adhésion à la Nouvelle Union ou alors laquelle se retrouvera exclu car il n’est pas certain que le grand capital Allemand soit disposé à céder quoique ce soit de ce qui a déjà été cédé.

                      $) Pour les ouvriers - rien à gagner, tout cela se passe des mètres au-dessus de leur tête de faire valoir

                      Robert Bibeau. Producteur Les7duQuebec.com



                    • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 21 juin 16:56

                      @Robert Bibeau
                      «  Pour les ouvriers - rien à gagner.. »
                      Pas d’accord, les ouvriers sont également des citoyens qui participent à la vie démocratique et il n’est pas indifférent que celle-ci soit dans les mains du peuple plutôt qu’à la merci des lobbys de toutes sortes. Je ne pense pas que les travailleurs britanniques soient de votre avis.


                    • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juin 00:59
                      @Gilles Mérivac

                      Et c’est navrant de voir les ouvriers participer avec leur crayon à leur aliénation de classe - lea rupture sociale doit commencer par le rejet des mascarades électorales tripotées par le grand capital qui vous donne toujours le choix entre une ou l’autre de ses factions et il ne peut en être autrement évidemment alors rien è faire de leurs amusettes

                      Robert Bibeau



                    • Elisa 21 juin 15:22

                      La rhétorique de cet article est une constante du trotskisme historique.

                      Quoiqu’il se passe dans le monde, que ce soit en Europe , en Afrique et au Moyen-Orient, les conflits ne concernent pas le prolétariat : il faut donc s’abstenir de toute prise de position !

                      C’est ainsi que l’ordre dominant est toujours respecté et qu’au nom de la rigueur révolutionnaire, le capitalisme restera triomphant.

                      Cynisme ou aveuglement ?


                      • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juin 16:26
                        @Elisa

                        Je passerai par-dessus l’insulte puisqu’un argument théorique est tout de même avancé dans cette intervention... mais je tiens à bien spécifié que je ne suis pas trotskyste de fait, je ne suis d’aucune secte même pas marxiste-léniniste.

                        1) A contrario de ELISA j’ai noté que les trotskyste se mêle de toute les élections et de tous les référendums bourgeois.

                        2) Ici au Canada les trotskystes se présentent aux élections municipales et nationales et autres Toutes les lections sont leur terrains de prédilection. Ainsi cherchez un peu et vous trouverez au Royaume-Uni 10 groupes trotskystes en faveur du BREXIT et dix autres défavorables au BREXIT

                        3) L’ordre dominant n’est pas respecté quand les ouvriers des raffineries francaises coupent le fuel à toute la société YES = VOILA UNE ACTION QUI CONCERNE LA CLASSE OUVRIÈRE DU MOND ENTIER NOS FRÈRES DE CLASSE DE FRANCE NOUS MONTRE COMMENT METTRE L’ÉCONOMIE CAPITALISTE EN PANNE CELA NOUS CONCERNE AU PLUS HAUT POINT

                        Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.com
                         

                      • jakem jakem 21 juin 17:36

                        Pétard mazette, quelle dialectique ! on dirait du bolcho de gat(t)az !

                        Jakem Hans Ramon Edouard Ding Ding Y vivalamuerte, Producteur de miam-miam de Kim


                        • JMBerniolles 22 juin 11:59
                          Franchement on se demande bien pourquoi, alors, le pouvoir occulte qui actionne toutes ses marionnettes, dont Obama, se mobiliserait autant pour une chose anodine que serait le « Brexit ».

                          L’union européenne c’est l’institutionnalisation du néo libéralisme. Ce système n’exploite pas seulement le prolétariat ( c’’est une notion qu’il faudrait d’ailleurs repréciser), il place les peuples entiers en esclavage.

                          D’autre part les « panama papers » ont révélé qu’il y avait des luttes d’influence (pour drainer les capitaux) entre Wall street et La City.

                          Le gros problème du prolétariat est que celui-ci n’a aucun leader et organisation qui défendent vraiment ses intérêts. Nous sommes dans une phase de corruption des « élites » et d’une ignorance abyssale des gens vis à vis des réalités qui les entourent et conditionnent leur vie. Ainsi le élections dans notre monde occidental ne plus que des tristes farces. 
                          Si le « Brexit » l’emporte il est vraisemblable que ses conséquences seront manipulées pour en annihiler la portée.

                          • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juin 14:05
                            @JMBerniolles

                            1) VOUS et plusieurs autres intervenants ne comprenez rien - à rien il me semble.

                            2) Évidemment que le BREXIT est une affaire importante POUR LES DIFFÉRENTES FACTIONS = CLANS = ALLIANCES = du capital (de la grande bourgeoisie internationale)

                            3) Mon texte spécifie explicitement que le BREXIT n’a aucune importance pour LE PROLÉTARIAT EUROPÉEN - ET SES DIFFÉRENTES SECTIONS au Royaume-Uni, en Franc, etc.

                            4) J’explique que quelque soit le résultat A) Le Royaume-Uni restera dans l’UNION, soit avec peu de nouvelles exigences si le BREXIT est battu (la faction alliée aux USA et celle alliée aux capitalistes européens ayant joué quasi leur dernière carte de menace B) Avec plus de prétention - de demande si la clique bourgeoise en faveur de la RENÉGOCIATION POUR PLUS DE CONCESSION POUR le Royaume-Uni gagne le BREXIT

                            5) Dans aucun des cas il est question que le Royaume-Uni quitte l’Union ce qui n’est dans l’Intérêt d’aucune faction du capital.

                            6) Seule la go-gauche syndicale, les petits-bourgeois communistes, socialistes, socialo-fascistes, national-socialiste croient et font croire que le BREXIT vise à défaire l’Union...

                            7) Tout ceci n’a aucun = aucun intérêt pour la classe ouvrière esclave salariée aliénée NON PAS SOUS L’UNION EUROPÉENNE MAIS SOUS LE CAPITALISME MONOPOLISTE. Les prolétaires Russes ne sont pas dans l’Union et ils vivent la même oppression - c’est simplement qu’ils seront dans la tranchée d’en face.

                            A bas le référendum bidon

                            Robert Bibeau Producteur Les7duquebec.com

                             

                          • JMBerniolles 22 juin 14:38
                            Evidemment si vous traitez comme cela les arguments que l’on vous avance.....

                            * La première chose serait que vous vous penchiez sérieusement sur ce qu’est le prolétariat aujourd’hui, alors qu’il y a une vraie liquidation des couches moyennes, que l’exploitation du travail par la monnaie s’est généralisée que les atteintes au droit du travail, la liquidation du secteur santé et de l’enseignement, l’étouffement de la liberté d’expression et de la pensée touchent toutes les catégories sociales.....


                            * Ce débat peut amener les anglais à mieux connaître la nature de l’union européenne, et c’est un vote d’expression populaire. Il me parait clair que si le « Brexit » l’emporte cela signifiera un rejet de l’Europe ultralibérale, et une volonté de récupération de la souveraineté nationale.

                            * Votre discours serait plus crédible s’il proposait une solution crédible pour sortir du capitalisme néo libéral. Il n’y a pas d’autre voie que celle qui consiste pour un pays à retrouver sa souveraineté, à disposer d’un état capable de développer une politique de redressement du pays et de développement social, les deux étant liés.












                            • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juin 18:39
                              @JMBerniolles
                              Je prends soin de répondre méthodiquement aux arguments mais pas aux insultes je n’ai pas le temps.

                              1) Sur le prolétariat j’ai publié il y a quelques semaines un topo précis de ce j’entends par prolétariat.

                              2) Je répudie totalement ce concept des sociologues de l’école de Chicago appelé « couche moyenne ou classe moyenne » Ca ne rime à rien on ne définit pas une classe sociale par son revenu

                              3) Ou la petite bourgeoisie (dite classe moyenne ) est en voie de paupérisation c’est ce qui la rend si volubile - activiste - agitée - excitée - hargneuse - d’aller ainsi rejoindre le prolétariat déjà paupérisé ...

                              4) C’est la raison pour laquelle je mets en garde les prolétaires N’ÉCOUTEZ PLUS LES ACTIVISTES LA GO-GAUCHE BOURGEOISE LES PETITS BOURGEOIS FRUSTRÉS QUI NE VEULENT PAS LA RÉVOLUTION MAIS REVENIR AU BON VIEUX TEMPS du capitalisme prospère = terminer ce capitalisme.

                              5) Je ne veux pas et ne donnerai jamais une SOLUTION pour sortir du capitalisme libéral (une autre phraséologie petite bourgeois universitaire) Le capitalisme est le capitalisme et la seule voie est de l’abattre totalement sous toute ses formes . Vous complétez votre intervention en lançant le type d’illusion RÉFORMISTE gauche bourgeoise que l’on est en droit d’attendre de la petite bourgeoisie dont le prolétariat doit se prémunir et l’éconduire. 

                              Robert Bibeau Producteur Les7duQuebec.com


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès