Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > C’est la journée de l’EUROPE

C’est la journée de l’EUROPE

Peut-on, doit-on encore y croire à cette Europe ? Fait-elle encore rêver ? Elle fait rêver ceux qui veulent venir s'y installer (un peu trop souvent sans y être invités), mais elle prend de plus en plus figure de repoussoir pour ceux qui y vivent. Et cette constatation est consternante, déprimante. Parce qu'elle est belle l'idée de l'EUROPE ! Et elle est indispensable en ces temps difficiles. Rappelons brièvement sa genèse.

Le 9 mai 1950, il y a donc 66 ans, Robert Schumann, alors ministre français des Affaires étrangères français, faisait dans les salons de l'Horloge du Quai d'Orsay, à Paris, la déclaration qui marquait le premier acte de la construction européenne. Il proposait aux pays qui s'étaient entre-déchirés en 14-18 puis 39-45 de gérer en commun leurs ressources en charbon et acier. C'était la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA). « L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction d’ensemble  : elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait »…/...« la mise en commun des productions de charbon et d’acier changera le destin de ces régions longtemps vouées à la fabrication des armes de guerre dont elles ont été les plus constantes victimes. »

Six pays ont répondu à cet appel et ont créé, par le traité de Paris du 18 avril 1951, la Communauté économique du charbon et de l’acier (CECA)  : l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.

Un grand espoir était né. L'Europe s'est construite non sans mal, non sans soubresauts. Cette belle idée était acceptée, plébiscitée par les peuples européens. Mais, héla, elle se construisait selon les plans des Etats-Unis qui voulaient en faire un énorme marché pour leurs productions et, en lui imposant l'Otan, un glacis militaire face à l'URSS. L'Europe grandissait, s'émancipait, innovait. Allait-elle tailler des croupières à son maître d'Outre-Atlantique ? Les Etats-Unis lui imposèrent donc d'intégrer la Grande-Bretagne, son cheval de Troie. Et ce fut le début de la fin…

Sous la pression de la Grande-Bretagne, pitbull de l'Oncle Sam, qu'est devenue l'Europe ? Un énorme marché ouvert à tous les vents. Une construction pléthorique ayant intégré trop vite trop de nations trop différentes. Elle s'est laissée phagocyter par les seules forces économiques ultra libérales. Elle est devenu le terrain où sévissent sans contraintes tous les banksters du monde, où se gavent toutes les multinationales. Et cela au détriment des peuples européens en instituant leur concurrence sauvage à la place de la solidarité. Concurrence fiscale, alignement sur le moins-disant social, démantèlement et privatisation de tous les systèmes de protection, travailleurs détachés, etc. Il n'est pas inutile, à ce sujet, de rappeler ce que disait Jean Jaurès il y a bien longtemps mais qui est de plus en plus actuel :« Ce que nous ne voulons pas, c’est que le capital international aille chercher la main-d’œuvre sur les marchés où elle est le plus avilie, humiliée, dépréciée, pour la jeter sans contrôle et sans réglementation sur le marché français, et pour amener partout dans le monde les salaires au niveau des pays où ils sont le plus bas. C’est en ce sens, et en ce sens seulement, que nous voulons protéger la main-d’œuvre française contre la main-d’œuvre étrangère, non pas je le répète, par un exclusivisme chauvin, mais pour substituer l’internationale du bien-être à l’internationale de la misère . » Jean-Jaurès « discours pour un socialisme douanier » 17 février 1894.

L'Europe, pour revivre, devrait méditer aussi ces propos de De Gaulle en 1962 : « L’Europe occidentale est devenue sans même s’en apercevoir, un protectorat des Américains. Il s’agit maintenant de nous débarrasser de leur domination. Mais la difficulté dans ce cas, c’est que les colonisés ne cherchent pas vraiment à s’émanciper. Les vues du Pentagone sur la stratégie planétaire, les vues du business sur l’économie mondiale nous sont imposées. Bien des Européens y sont favorables. » Obama n'est-il pas, il y a quelques jours venu faire sa tournée des popotes en Europe, indiquant aux Britanniques comment voter, donnant ses directives et sa feuille de route à son autre pittbull, Frau Merkel ?

Ce protectorat imposé coupe l'Europe de son partenaire naturel : la Russie. Les USA ne veulent surtout pas d'une Europe et d'une Russie prospères et amies car cela constituerait une puissance économique et militaire qui serait la première au monde, bien devant les USA et la Chine. Ce que les yankees ne veulent surtout pas.

Ce qui est insupportable, ce sont les diktats étasuniens imposant aux entreprises européennes de se plier aux droit étasunien et ainsi d'être directement tributaire de la politique étrangère de ce pays étranger bien qu' « allié ». En acceptant ça, l'UE accepte sans bouger son allégeance aux USA.

Ce qui est insupportable, c’est le « choix » de « l'ennemi », en l'occurrence la Russie par les mêmes USA.

Ce qui est insupportable, c'est la délimitation des frontières de l'Europe qui doivent correspondre aux frontières de l'Otan

Fais-nous de nouveau rêver, Europe ! Émancipe-toi, refonde-toi autour des membres premiers. Les autres viendront ensuite, mais pas à n'importe quelles conditions.

L'horizon pourrait s'éclaircir au mois de juin, si les Anglais « libèrent l'Europe ». Par le « Brexit » !

 

 Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  2.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Clofab Clofab 9 mai 14:08

    +1000 . Tout est dit !


    • Jo.Di Jo.Di 9 mai 14:46

       
      UE ? Juste le troupeau de veaux à multi-ethniquer de force pour en faire US bis ...
       

      A la fin du siècle l’UE sera à 75% arabo-turco-africaine, c.a.d sans Passé. C’est le lègue de bobo à ses (1,7) enfants minorité visible, être des dépossédés colonisés, chiures finales de leur Histoire.
       
       
      « L’UE doit faire de son mieux pour détruire l’homogénéité des nations européennes »
       
      Peter Sutherland, conseiller spécial multiethniqueur aux migrations de l’ONU, Bilderberg, Goldman-Sachs GATT OMC etc .... un super gôôôchiste, 2012, Londres, devant la chambre des Lords ...
       


      • V_Parlier V_Parlier 9 mai 23:22

        @Jo.Di
        Gauchiste bobo ou néolibéral, on s’y perd tellement tout ça se ressemble aujourd’hui !


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 9 mai 15:41

        « ...elle se construisait selon les plans des Etats-Unis »


        Eh oui,et personne ne l’a vu venir !

        Pourtant, il y avait des indices : le dollar comme étalon de régulation monétaire mondiale (accords de Bretton Woods), le plan Marshall, l’OCDE, le FMI, l’OMC, etc, autant de pions disposés pour développer progressivement un mécanisme mis en route au moment de l’entée en des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale sur les deux fronts : Atlantique et Pacifique. Un énorme effort industriel et financier pour préparer les cent années à venir pour un pays dans lequel la crise de 1929 avai parai-il laissé exsangue l’économie.

        Pendant ce temps-là, les économistes de droite s’extasiaient devant les « trente glorieuses » (qui n’étaient glorieuses que pour les rentiers et les industriels) et l’extrême gauche préparait les lendemains qui chantent, ce qui ne lui laissait guère de temps pour analyser le présent. Quand le rêve s’est écroulé, le réveil a été et continue à etre douloureux.

        L’Europe n’a pas été dévoyée. Les électeurs ont cru aux balivernes qu’on leur racontait parce qu’ils avaient envie d’y croire, mais il s’agissait bien d’un plan que nous semblons découvrir a posteriori.

        • Phoébée 9 mai 15:48

          ’ C’est la journée de L’Europe ! ’

          .

          Ah bon c’est aujourd’hui qu’on lui fait sa fête !!! Champagne !!!


          • César Castique César Castique 9 mai 17:34

            «  L’Europe grandissait, s’émancipait, innovait. Allait-elle tailler des croupières à son maître d’Outre-Atlantique ? Les Etats-Unis lui imposèrent donc d’intégrer la Grande-Bretagne, son cheval de Troie. Et ce fut le début de la fin… Sous la pression de la Grande-Bretagne, pitbull de l’Oncle Sam, qu’est devenue l’Europe ? »

            Ce n’est pas en sautant à pieds joints par dessus quarante-cinq ans de Guerre froide, que vous livrerez une explication historique cohérente.


            • Samson Samson 10 mai 00:07

              Pour rappel, la création du Bénélux remonte à 1948.

              Brillante analyse, sinon que vous omettez le prix de la vassalité européenne et de son adhésion à l’OTAN, soit les 13 milliards de dollars d’aide à la re-construction d’une « nouvelle » Europe - sur les ruines encore fumantes de son suicide - dispensés par les Etats-Unis dans le cadre du plan Marshall : l’OTAN en découle. Et si De Gaulle - trahi depuis par la girouette hyperkinétique et son flasque successeur - a pour le plus grand honneur de la France rejeté le deal, tout le reste de l’Europe occidentale l’a accepté avec un enthousiasme et une reconnaissance largement justifiés par l’ampleur de son ravage.

              L’€urope actuelle se réduit à une terne structure bureaucratique uniquement destinée à relayer dans ses normes la féodalité des « 1% », les diktats imposés depuis Washington pour la servitude au Nouvel Ordre Mondial unipolaire et néo libéral et son pillage planétaire : pas de quoi susciter l’enthousiasme, sinon celui des forbans et de leur pâle valetaille.

              Mais oui, vous avez raison, l’idée d’une Europe réconciliée et solidaire est belle, pourvu cependant qu’il s’agisse d’une Europe des peuples et des nations, libre de déterminer ses propres lois et règles, intérêts et partenaires.

              L’iceberg démocratique d’un « Brexit » très imprudemment proposé aux « rosbifs » ouvrira peut-être la voie d’eau décisive au naufrage du Titanic €uropéen et permettra d’enfin se pencher sur le projet d’une Europe réellement émancipée, solidaire et conforme aux valeurs humanistes qui la fondent.

              Tant qu’il n’est pas encore interdit de rêver, profitons-en ! smiley

              Merci Victor, et cordiales salutations ! smiley


              • aimable 10 mai 00:09

                la Grande Bretagne est un poison lent dont les effets commencent a se faire sentir sur ce grand corps malade qu’ est devenue l’ U E , le coma est proche , les Britanniques nous fourniront peut-être l’ antidote avec le brexit
                j’ai bien peur malgré tout que ce cancer aie libéré des métastases et que le malade ne soit très difficile a soigner !


                • devphil30 devphil30 10 mai 08:20

                  +10 


                  L’Europe est une construction Américaine pour assurer la main mise sur cette région du monde.

                  Le plan Marshall de prêt d’argent assorti de clauses pour acheter aux USA ...permis le boom de l’après aux USA financé par l’Europe exsangue.

                  Jean Monnet , un Français aux ordres de USA pour la mise en place de l’Europe.

                  Et maintenant on continue avec les Tafta et autres traités aliénant pour l’Europe.

                  Une forme de rejet et de refus de l’Europe , un rejet du Tafta coïncide avec une augmentation des troupes US en Europe pour juguler la Russie encore une folie mais permet également une présence et une pression accrue des USA sur les pays Européen.

                  Que la GB sorte et nous aussi afin de retrouver la liberté 

                  Philippe
                   

                   

                  • zygzornifle zygzornifle 10 mai 17:01

                    il n’y a plus que les migrants qui croient encore a l’Europe .....


                    • Parrhesia Parrhesia 10 mai 19:39

                      Bonjour Victor !

                      Excellente analyse dans un excellent esprit !!!


                      • zygzornifle zygzornifle 11 mai 19:12
                        La journée de l’EUROPE c’est la journée de la fosse septique

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès