Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Cette Europe de tous nos malheurs ?

Cette Europe de tous nos malheurs ?

A l’aube des élections européennes, ils sont nombreux à montrer du doigt l’Europe, responsable de tous nos malheurs, mais au-delà des colères justifiées des citoyens, qui contestent lucidement une règlementation autoritaire, la volonté d’austérité, ou l’influence des lobbys, quelle Europe voulons-nous aujourd’hui ?

Il est certain que l’épisode anti-démocratique du traité de Lisbonne est resté logiquement en travers de la gorge de nombreux français, puisque ceux-ci, par référendum, avaient refusé l’Europe qu’on leur proposait, et que les députés avaient majoritairement fait rentrer par la fenêtré celle que les citoyens avaient fait sortir par la porte.

Quand l’on constate l’influence grandissante des conseillers de tout poil, des lobbys qui ont table ouverte au conseil européen et qui se donnent les moyens de faire avancer leurs idées, entrant dans les bureaux de l’assemblée européenne aussi bien que dans un moulin, il y a de quoi largement s’indigner.

Ajoutons que la négociation autour du grand marché transatlantique en cours, et qui permettrait, par des jeux administratifs et une instance juridique privée, échappant au contrôle des états, d’imposer aux pays ce qu’ils ne veulent pas : des OGM aux grands travaux inutiles, en passant par les gaz de schiste, n’est pas de nature à soutenir l’Europe chère à Jean Monnet.

Coralie Delaume, cette diplômée de l’institut d’études politique de Grenoble vient de publier

« Les Etats désunis  » (éditions Michalon) et dans cet ouvrage fait le bilan de cette Europe qui serait détruite par l’Union Européenne. lien

Au-delà de la stratégie du FN qui siphonne les bonnes idées de la gauche, réclamant, par opportunisme, la sortie de l’euro, de nombreux partis réclament, soit la sortie de l’Europe, soit celle de l’Euro, (ou les deux), soit que des distances soient prises avec cette Europe qui décidément oublie régulièrement la dimension sociale citoyenne, et privilégie d’abord le monde de la finance, sans pour autant permettre une réelle régulation en matière fiscale, alors qu’elle pourrait mettre un terme aux paradis fiscaux, et punir l’exil fiscal.

Le 14 avril, sur l’antenne de France Culture, Brice Couturier dans sa chronique matinale engageait le débat avec l’auteure du livre « les états désunis  », évoquant ceux qui au lieu de reconnaitre nos faiblesses, auraient trouvé le bouc émissaire idéal, en faisant porter sur l’Europe tous nos problèmes.

Extrait : « à nouveau, la France est dominée. A nouveau le modèle qu’elle prône depuis 40 ans connait un échec. C’est cet échec qui nous a privés du statut de copilote que nous exercions en Europe à égalité avec les allemands. A nouveau nous tenons notre bouc-émissaire : c’est l’Union Européenne, cette technostructure irresponsable et aveugle aux souffrances des peuples ; c’est la monnaie unique qui handicape notre compétitivité et nous contraint à peser sur les salaires, faute de pouvoir dévaluer ; c’est la commission européenne qui nous inflige l’austérité, ce boulevard ouvert aux partis populistes. Et que découvre-t-on derrière ces puissances maléfiques ? L’éternelle responsable, la cruelle Allemagne coupable surtout de réussir là ou nous échouons avec obstination  ».

Constatant que l’Autriche ne connait pas le chômage, que les finances publiques de la Suède sont équilibrées, et que sa croissance est soutenue, que les Pays-Bas sont parvenus à conserver leurs parts de marché mondial, évoquant une classe politique française qui a manqué de courage, prenant l’exemple des Allemands, des Hollandais, ou des Scandinaves qui exportent toujours plus, alors que nous enregistrons des vertigineux déficits, le chroniqueur de conclure : « et si le constat que vous faites, celui d’une impuissance de l’Union Européenne, d’une divergence des pays membres de la zone euro, était déjà dépassée ? ». lien

Laurent Wauquiez, le vice président de l’UMP, constatant que « l’Europe, ça ne marche plus  », (lien) voyant la stratégie des anti-européens récolter de plus en plus de suffrages, s’est fendu d’un ouvrage, (Europe, il faut tout changer - éditeur Odile Jacob), et fait une ouverture timide vers la contestation européenne, proposant une Europe plus réduite, se limitant à 6 pays, affirmant « soit l’Europe change du tout au tout, soit elle est condamnée… »

Agnès Bénassy-Quéré, dans sa chronique matinale du 24 avril, sur France Culture, a prolongé le débat, faisant remarquer que casser l’euro, comme on casse un train électrique que nous venons de recevoir à Noël, risque d’avoir des conséquences inattendues, démontrant que le retour de notre monnaie flottante sera soit un leurre, pire un cauchemar, puisque nous ne sommes pas sur d’être dans une « zone monétaire optimale  », ajoutant que nous vendons beaucoup plus à l’Italie, et à l’Espagne, qu’à l’Allemagne, et que si ces pays dévaluent leur monnaie nationale retrouvée, notre balance commerciale va en pâtir une fois de plus.

Alors, conclue-t-elle, au lieu de casser le « train européen  », ne faudrait-il pas mieux tenter de réparer la loco. lien

Quant aux économistes, au fur et a mesure que l’on s’approche de l’échéance des élections européennes, ils sont quelques-uns à avoir changé d’avis, optant finalement de prendre des distances avec cette Europe, et surtout de « sortir de l’euro », tel l’Oncle Bernard de Charlie Hebdo, Bernard Maris pour les intimes, qui reconnait s’être trompé au sujet de la monnaie unique, déclarant « l’union n’est jamais venu à cause de la monnaie unique, les Etats allaient se lancer dans une Europe fiscale et budgétaire : ils allaient organiser leur budget à leur manière, sous le parapluie de l’euro. »

Constatant que cet euro fort est une catastrophe pour la France, il est convaincu que « soit on reste dans l’euro et on accepte qu’il n’y ait plus aucune industrie en France (…) soit on sort de l’euro et on sauve ce qui peut être sauvé »…il reste tout de même évasif sur les conséquences d’une telle décision, car il s'il est convaincu que si on sort de la monnaie unique, tout ne se « casse pas la gueule »…il n'explique pas pour autant comment…lien

Ce changement d’opinion réjouit Jacques Sapir, qui constate avec plaisir qu’un économiste de plus, et pas des moindre, rejoint le camp de ceux qui veulent sortir de l’Euro, d’autant qu’aujourd’hui la dette publique des pays européens atteint les 11 000 milliards d’euros. lien

Au niveau des autres pays européens, on ne peut que constater la montée de la contestation de cette Europe de la rigueur : en Espagne, (lien) en Italie (lien), en Grèce, (lien) au Portugal, (lien) les manifestations se multiplient, la Grande Bretagne va être consultée, et force est de constater que l’Islande, qui a dit non, se porte plutôt bien.

Ce qui est original, c’est qu’elle s’est éloignée de l’Union Européenne, et si aujourd’hui, ils ne sont que 25% des islandais à vouloir rejoindre l’union, 70% de la population tient malgré tout à obtenir un référendum pour le décider, même si le résultat pourrait bien être un refus de s’intégrer à cette Europe là. lien

En tout cas, le débat proposé par Médiapart, le 24 avril était riche en promesses et les a tenues comme on peut le constater sur ce lien.

Revenons en France.

Pour le PS, le casse tète est de faire mentir les sondages qui ne le voient arriver qu’en 3ème position…lien

Le front de gauche serait devancé par l’alliance UDI-Modem, mais surtout par EELV qui avec ses 12,5% talonne le PS avec 15 %.

L’exemple grenoblois, démontrant qu’une alliance Front de gauche et écolos pouvait être porteuse de succès, fera-t-il naitre au niveau européen une nouvelle donne ?

Le FN se frotte déjà les mains, car en s’attirant les voix des mécontents de tout bord, il est certain d’arriver en tête, espérant pouvoir enfin créer un groupe avec les autres partis d’extrême droite européens. lien

A l’UMP, on reste dans le flou artistique entre ceux qui commencent à contester l’Europe, et ceux qui restent droit dans leurs bottes.

Cependant les grands gagnants de cette élection pourraient être les abstentionnistes, dans cette élection où ils voudront marquer leur désintérêt de la chose, ou leur colère, d’autant que des initiatives ont été lancées sur les réseaux sociaux appelant au boycott. lien

Une certitude demeure, les français qui ont sérieusement sanctionné le chef de l’état lors des municipales, constatant que celui-ci continue de plus belle sans tenir compte de l’avertissement, choisissant comme premier ministre un homme dont on ne parvient pas à comprendre comment il pourrait être « de gauche », se serviront peut-être de cette nouvelle élection pour envoyer à François Hollande un message encore plus fort, au point que la gifle des municipales pourrait ressembler à une caresse.

Le président français a eu un avant gout de cette colère en se rendant à Carmaux, la ville de Jaurès, dans une opération qui ressemblait plus à de la « com » qu’à une commémoration, puisqu’il s’y est fait sérieusement chahuter. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « quand on a de la température, il ne faut pas accuser le thermomètre ».

L’image illustrant l’article vient de « polemixetkavoixoff.com »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Le changement, c’est pas tout de suite

Le poisson d’avril hollandais

Ne me parlez pas de Grenoble

Le désamour citoyen

Les comptes de fées du F N

Le changement ? c’est tout le temps !

Qui Hollande trompe-t-il vraiment ?

Mollande, terre de mirages

La fable du ruissellement

En marche pour une 6ème

Hollandie, l’autre pays du chomage

L’odeur nauséabonde de l’argent

Qui veut la peau des lanceurs d’alerte ?

La victoire des délinquants

La main dans le Cahuzac

Des sous et des déçus

De Woerth à Cahuzac

On a marché sur la thune


Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

160 réactions à cet article    


  • kalon 25 avril 2014 08:44

    Bonjour, Olivier

    Pourquoi quitter l’Europe ?

    Il n’est plus à constater que la commission « européenne » qui n’a d’européenne que le nom est totalement inféodée aux intérêts des états unis et, finalement, n’est composée que d’agents formés en Amérique.

    Ne serait ’il pas plus simple et bénéfique aux Européens de limoger les cadres supérieurs qui composent cette commission.

    En effet, celle ci n’a aucune légitimité politique n’ayant jamais été élue par les citoyens mais nommée par des organes dont le moins qu’on puisse en dire est qu’ils sont fort « nébuleux »

    Pour rappel, le président de l’Europe, Mr. Van Rompuyt à été nommé à ce poste le lendemain d’une réunion qu’il avait eu avec le groupe « Bildenberg ».

    Lees fondateurs de l’Europe, Robert Schumann, Konrad Adenauer et Jean Monnet étaient directement appointés par la C.I.A. de l’époque.

    Pour moi, l’Europe est un outil formidable mais actuellement mis dans de mauvaises mains. 


    • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 08:58

      kalon

      oui, c’est aussi mon sentiment.
      je l’avais déjà évoqué dans un article sur le sujet de ce « partenariat transatlantique de commerce et d’investissement » que l’on peut retrouver sur ce lien.
      alors oui, comme vous, je pense qu’il y a quelque chose de pourri dans cette europe, et pourtant qu’elle est nécessaire, mais pas sous cette forme.
      le débat est ouvert, et merci de votre commentaire

    • taktak 25 avril 2014 14:38

      L’UE et l’euro ne sont pas des institutions neutres. Construite par et pour l’oligarchie capitaliste, ce sont les outils, les armes de d’exploitation massive du néolibéralisme.

      Depuis le début de la construction européenne, l’UE repose sur le dogme de la concurrence libre et non faussée, sur une économie toujours plus libérale et capitaliste.
      La construction européenne se fait de façon supranationale, c’est en dire en écrasant la souveraineté populaire, pour ne laisser le pouvoir que dans les mains des marchés de la finance et du patronat. Ainsi, la Commission et surtout la BCE instance dirigeante à la fois legislative et executive (quid de la séparation des pouvoirs ?) sont elles totalement indépendantes des peuples - sans pouvoir - mais totalement sous la coupe de leur maitre l’oligarchie capitaliste.
      l’UE les sert et sert donc à démanteller les protections sociales, les salaires, les régles environnemental et protéger le système, c’est à dire pouvoir absolu de la classe dominante, cette classe capitaliste. l’UE sert également les ambitions impérialistes et guerre, un nouveau nationalisme européen à visé expantionniste menaçant la paix dans le monde. Il suffit de voir les néonazis installés par l’UE à Kiev !

      C’est pourquoi pour la démocratie, pour une politique de progrès social, de justice, de paix, pour la souveraineté populaire, il faut sortir de l’UE, sortir de l’euro, sortir de l’OTAN
      C’est ce que propose le rassemblement du PRCF, des CPF et du MPEP

      Le 25 mai pour dire Ni UE, Ni Euro, Ni FN, refus de vote, boycott militant et abstention citoyenne avec le CNR-RUE


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 avril 2014 19:18

      kalon,
      L’UE n’a jamais été un outil formidable, mais dès le début, une colonisation américaine, et une machine à détruire les Etats Nation d’ Europe.

      Voici ce qu’écrivait Jean Monnet le 6 mai 1943 (au moment où Jean Moulin faisait sa 1ere réunion du CNR), cette note déclassifiée en 2000, adressée au Secrétaire d’Etat américain Harry Hopkins :

      « Il faut se résoudre à conclure que l’entente est impossible avec De Gaulle, qu’il est un ennemi du peuple français et de ses libertés, qu’il est un ennemi de la construction européenne, et qu’en conséquence, il doit être détruit dans l’intérêt des Français. »

      Vous subissez encore aujourd’hui la propagande déversée pour que les Français croient qu’il s’agit d’une idée européenne... , et d’une super idée, pour la paix, la prospérité, toussa, toussa...


    • kalon 25 avril 2014 08:59

      Voici un lien qui pourrait mieux éclairé tes lecteurs sur la construction de l’Europe :

      http://reseauinternational.net/quand-la-cia-financait-la-construction-europeenne/


      • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:06

        kalon

        merci de ce lien historique, complet, et convaincant.
        je le remet sur ce lien

      • JVSDE 28 avril 2014 02:39

        Voici un autre lien tout aussi révélateur d’une conférence de François Asselineau, fondateur de l’Union Populaire Républicaine : https://www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3BdE&index=24&list=PLHEQC9MyAH1_18dMlokXSJ5IM5MCkODFY

        C’est vraiment très instructif...


      • kalon 25 avril 2014 09:05

        Cela se voit encore plus à l’occasion de la pseudo crise Ukrainienne qui, à mon sens, n’a été déclenchée que pour diaboliser à nouveau la Russie parmi les « faiseurs d’opinion ».

        Car il faut bien l’admettre, c’est la Russie qui nous a débarrassé du nazisme en Europe et sans elle, les U.S.A. ne seraient probablement pas entré en guerre.

        On pourrait même considérer que les U.S.A. ne sont pas entré en guerre pour combattre le nazisme mais pour contrer la Russie !


        • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:09

          kalon

          historiquement, il ne faut tout de même pas oublier le pacte passé entre les nazis et la Russie à l’époque, dans lequel cette dernière promettait de ne pas s’en mêler...puis par la suite, voyant la tournure des événements, rompre ce pacte de non agression. lien

        • kalon 25 avril 2014 09:18

          Pour moi, ce pacte était un pacte de « circonstance » qu’aucune des deux parties n’avait l’intention de respecter :

          Hitler souhaitait avoir le calme sur son front Est pour avoir les mains libres à l’Ouest et Staline voulait gagner du temps pour réarmer la Russie.


        • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:21

          kalon,

          oui, c’est pas faux.
          je voulais juste rappeler ce pacte...mais je ne faisais qu’enfoncer une porte ouverte, manifestement.
           smiley

        • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 17:46

          tonimarrus

          bien sur que je ne l’ignore pas... qu’est-ce qui a pu vous faire croire le contraire ?
           smiley

        • Robert GIL ROBERT GIL 25 avril 2014 09:05

          l’europe on n’a pas fini d’en parler, mais que ce soit en europe ou en france, il faut se rendre compte que ce sont les memes qui sont aux manettes...

          voir : C’EST LA FAUTE A L’EUROPE !


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:11

            merci Robert Gil de cette contribution au débat.

            passionnante.

          • kalon 25 avril 2014 09:26

            Je peux me tromper mais je pense que le changement majeur dont il est question en fin d’article du lien pourrait être que l’Allemagne s’oriente durablement vers la Russie avec laquelle elle a de puissants intérêts économique et, pourquoi pas, quitte la zone monétaire de l’euro car, si l’euro lui a été bénéfique pour sa réunification, actuellement l’Allemagne porte l’euro comme un boulet à sa cheville.

            Beaucoup de personnalités allemandes et non des moindres commencent à douter sérieusement de cette Europe tournée vers l’Atlantisme.


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:41

            kalon

            je ne lis pas dans le marc de café, mais les politologues disent le contraire, prétendant au contraire que ces deux pays s’éloignent de plus en plus, même s’ils ont effectivement des intérêts économiques en commun. 
            c’est sur ce lien (et sur d’autres !)

          • kalon 25 avril 2014 09:56

            Les politologues sont comme les avocats.

            Statistiquement, la moitié d’entre eux perdent leur procès !

            et il en est de même pour les politologues ! smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 10:45

            kalon

            les politologues se trompent plus souvent qu’à leur tour, je veux bien l’admettre, mais si vous aviez au moins UN politologue qui affirme ce rapprochement entre les deux pays ?

          • kalon 25 avril 2014 11:09

            Aucun pour l’instant sauf quelques Allemands car pour les autres, c’est la censure totale au niveau des médias subsidiés, et cela se comprend aisément ! smiley

            Mais faut ’il un politologue pour confirmer le bon sens d’une réflexion ? J’en doute vu l’orientation qu’ils ont subi lors de leurs études !

             


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 11:23

            kalon

            les politologues sont un peu comme les économistes... ils ont chacun leur analyse, et ils sont rarement d’accord entre eux.
             smiley
            c’est toute fois assez étonnant que pas un seul n’envisage le rapprochement que vous évoquez...

          • kalon 25 avril 2014 11:52

            Charles De Gaule dont on ne peut pas dire qu’il était « politologue » mais plutôt un homme de grande valeur politique le disait déjà après la guerre.

            La seule Europe viable politiquement est celle qui ira de l’Atlantique à l’Oural !


          • alinea Alinea 25 avril 2014 12:31

            Il faudrait bien que les adeptes de Asselineau se le fourrent dans le crâne ! eux qui ne voient que l’article 50 pour résoudre tous les problèmes ! certains penseront que je redis toujours la même chose, mais enfin, voilà des gens qui disent et pensent des choses qu’on ne peut guère leur reprocher et qui s’arc-boutent sur cet article ; c’est dommage à la fin !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 avril 2014 19:35

            Alinea,
            Les militants de l’UPR s’il vous plaît, Alinea.
            L’ UPR n’est pas une secte, mais un rassemblement déjà de 5000 adhérents, ouvert à tous les Français qui ne veulent pas que la France disparaisse en tant qu’ Etat Nation, engloutie par les accords transatlantiques et morcelée par les euro-régions.

             Voici ce qui restera de la France quand les membres du Congrès américain siègeront à Bruxelles. C’est ce que vous voulez ?

            La moitié des adhérents de l’ UPR vient de la Gauche, particulièrement du FDG.
            Ils en ont assez de ces Partis politiques qui laissent au Front National la défense de la France et des Français. Assez des promesses « d’une Autre Europe » qu’on nous promet depuis 1979 et dont on ne voit jamais la couleur.

            La Gauche a peur du FN, peur de défendre la France et les Français. Elle est tétanisée à l’idée de demander la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, comme soit disant, le demande le FN. C’est d’ailleurs à cela que sert le FN, à faire peur à ceux qui veulent sortir de l’ UE !

             Et même si le FN le demandait, il y a intérêt pour nous tous, à ce que soit fait par d’autres organisations que le FN, démocratiques et républicaines, celles là, comme l’est l’ UPR.

            La politique de l’ autruche n’a jamais donné de bons résultats.


          • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 20:05

            kalon

            tant pis si je ne suis pas politiquement correct, mais sur le grand charles, j’ai un avis disons mesuré...
            ça n’est pas trop connu, mais comme je l’ai prouvé dans un article, en me basant sur les recherches d’un grand historien (Henri Guillemin), de Gaulle a été un peu « résistant malgré lui »...mais c’est une autre histoire.

          • alinea Alinea 25 avril 2014 20:54

            Fifi, j’ai lu les article de Asselineau, j’ai suivi ses conférences ; et je pense qu’il fait de bonnes analyses et je me retrouve dans mon nombre de choses que j’ai lues ; ce n’est pas cela que je critique, c’est faire croire que « cette » solution est l’unique, la bonne ! Personne n’en sait fichtre rien !
            Il faut déboulonner l’ultralibéralisme, déboulonner la finance ! Diantre, c’est une autre histoire à l’heure de la mondialisation ; et vous n’évoquez jamais le problème écologique, qui est lié, et qui est essentiel !
            Mon rêve à moi, c’est une Europe du sud, de gauche, liée au Maghreb et à la Russie : mais pas une Europe qui s’uniformise, mais qui partage ! Certes cela paraît plus compliqué, mais ce n’est pas sûr, car ces peuples, méditerranéens, ont quelque chose en commun, et déjà, le ras-le-bol !
            Si on sort de l’Europe, très bien, je le souhaite, mais j’ai du mal à le voir comme une fin !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 avril 2014 08:21

            sampiero,
            Le programme du Conseil National de la Résistance contenait-il tout ce que vous demandez ? Pas du tout. Sinon, le PCF se retrouvait tout seul.

            Le but de l’ UPR est de rendre la démocratie aux Français, comme le CNR.

            Les élections ne servent plus à rien, les élus ne décident plus de rien d’important.
            Et ceux qui décident à la Commission européenne, à la BCE et au FMI ne sont pas élus, et sont totalement indifférents à l’avis des peuples.

            Le programme de l’ UPR est copié sur celui du CNR.
            Programme signé par les 8 Mouvements de Résistance, pas tous communistes ni de Gauche. Par les 2 syndicats CGT et CFTC, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a jamais été communiste.
            Et par les Partis politiques non collabos, pas tous communistes non plus, tant s’en faut. Organisations signataires du CNR.

            Vous qui soutenez des partis européistes de Gôche, qui vont appuyer la fin de la France en tant qu’ Etat Nation, je vous trouve un peu gonflé de venir chercher des poux de ce type à l’ UPR !


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 avril 2014 08:27

            Alinea,
            Je ne vois ce qui empêche, une fois sortis de l’ UE, de signer des accords de coopération avec la Tunisie qui attend désespérément l’aide de la France, l’Italie, la Grèce, ou d’autres qui sortiront de l’ UE s’il veulent, ou avec le Venezuela, la Russie, avec les pays de la Francophonie, le Vietnam, le Québec ou d’autres...

            La France a le plus important réseau d’ambassades au monde après les USA.
            Nous n’aurons que l’embarras du choix. C’est l’ UE qui nous ferme au reste du monde.
            Et les européistes qui font croire que nous serons isolés.


          • soi même 26 avril 2014 14:55

            @ ROBERT

            Avec vos exigences utopiques, vous êtes pas non plus à l’avant-garde, pensé qu’une France de la vrai gauche réglerait le problème et aussi stupide que de parier sur le FN où la vrai extrême droite !
            Tant que vous n’aurez pas réalisé que c’est l’ensemble des utopies issus du XIX siècles qui faut balayer, vous aurez qu’un ersatz de réponse à ce qui menace le continent Européen !


          • jaja jaja 26 avril 2014 15:03

            On ne bâtit pas un monde sans s’inspirer du passé.... Ce qu’il faut c’est bien voir ce qui a marché et ce qui n’a produit que du négatif.... et de repartir au point où les processus négatifs se sont enclenchés...
            Jeter le bébé avec l’eau du bain n’est pas une solution....


          • soi même 26 avril 2014 15:13

            @ Jaja, ( On ne bâtit pas un monde sans s’inspirer du passé ) A bon tant que l’on y est pourquoi pas restaurer l’Empire Romain ?


          • kimbabig 1er mai 2014 00:21

            Jaja,


            Ce qui a marché pour le peuple, c’est un pacte social plutôt généreux par rapport au reste du monde, obtenu par un peuple conscient de former une seule communauté. C’est ce qui s’est produit à la libération, en France, avec le CNR qui nous a légué notre modèle social.

             

            Ce qui a marché pour l’oligarchie capitaliste, c’est de réunir dans un même ensemble des pays qui n’avaient rien à y faire, tant les besoins de leurs populations et de leurs structures économiques sont divergents. Très pratique pour les obliger ces pays à renoncer à leur acquis sociaux, comme à tout moyen de défendre leurs intérêts. On a vu le résultat : c’est ce que fait l’union européenne depuis sa création, n’amenant que la régression sociale.

             

            Conclusion logique : mieux vaut s’inspirer de ce qui a fonctionné pour le peuple, la souveraineté nationale et le renforcement de notre pacte social, au lieu d’essayer de le renégocier avec nos voisins. Un pacte social ne peut être généreux que s’il est établi au sein d’un peuple qui a conscience de son existence.

             

            Notre peuple, c’est le peuple Français : le peuple européen, ça n’existe pas. Et il n’y a aucune raison pour chercher à le faire exister, à moins de considérer les critères ethnico-religieux comme élément fondateur d’une Nation. Ce qui est totalement détestable.


            Les autres pays de l’ue n’ont pas à être plus à nos yeux que le reste de la planète.


          • zygzornifle zygzornifle 25 avril 2014 09:43

            L’Europe à été mise en place par les mêmes politiques qui ruinent leurs propres pays respectifs, comment voulez vous qu’elle puisse fonctionner autrement ?? 


            • olivier cabanel olivier cabanel 25 avril 2014 09:46

              zygzornifle

              il reste une possibilité (au moins) démocratique, ce serait que ceux qui contestent cette europe telle qu’elle est conçue aujourd’hui, soient majoritaires au parlement européen...

            • kalon 25 avril 2014 10:13

              personnellement, je n’y crois pas trop car si l’opposition est fort critique au parlement, cette critique est rarement constructive.

              Ainsi, Nigel Farage ne critique la construction européenne que dans l’idée de rétablir l’hégémonie Anglo-saxonne.

              Je pense plutôt à une crise économique et politique majeur qui obligerait les politiciens, sous la pression des peuples, à accepter de collaborer avec Poutine à la ré industrialisation de la Russie.

              Ce serait un « remake » des goldens sixties« pour les Européens car le défi est immense.

              L’alliance de la Russie et de la Chine n’est qu’une alliance de »circonstance« et Poutine le sait car, une fois l’empire déchu, cette alliance s’avérera vite contre nature alors qu’un partenariat avec l’Europe occidentale est un partenariat incontestablement gagnant pour les deux parties.

              Et Obama le sait pertinemment bien !

              D’où la volonté de la commission »pseudo" européenne à boucler en vitesse l’accord de libre échange transatlantique quitte, même à le bâcler car cela devient URGENT pour les atlantistes de même que pour l’OTAN


            • Hermes Hermes 25 avril 2014 11:50

              Bonjour Olivier, la constitution de l’EU bloque toute ces possibilités, car pour changer son orientation, il fait l’unanimité du parlement. Je l’avais lue en détail.... pas vous ?
              C’est aussi la raison pour laquelle les partis pour la réforme de l’Europe sont des attrapes nigauds.

              Bonne continuation !


            • kalon 25 avril 2014 11:59

              peut-on appeler cà une constitution ?

              Car, en principe, la constitution d’un pays est rédigée par une assemblée constituante provenant des citoyens de ce pays vu qu’elle est destinée à nous protéger contre les abus des différents pouvoirs organisationnels de ce pays.

              Si la constitution est rédigée par ces pouvoirs, on peut considérer, qu’a la base, il existe un conflit d’intérêt majeur et que donc, cette constitution est frappée de nullité dés sa rédaction ! smiley


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 avril 2014 19:46

              kalon,
              Je crois que vous faites de la politique fiction...
              Les USA ont chargé l’ Allemagne de protéger leurs intérêts en évitant, autant que possible, tout éclatement de l’ UE et de l’euro.
              Pour sauver leur économie en perdition et sauver le dollar...

              C’est le Directeur du Trésor américain qui vient en personne donner ses ordres aux Ministres des Finances européens.

              C’est Vincent Brousseau, ancien économistes français à la BCE qui explique que Geithner est venu voir le Président allemand, en vacances, pour lui indiquer ce qu’il devait faire par rapport à la crise.

              Que les intérêts de l’ Allemagne soit autres, ne change rien à la situation de sa soumission à l’ Empire.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 avril 2014 19:53

              Hermès,
              Ce n’est pas tout à fait cela. Pour modifier les Traités, c’est l’article 48 du TFUE, il faut l’unanimité des 28 pays. « Un seul pays peut s’opposer à toute modification » .

              Les 28 pays ont tous des intérêts économiques, ou géopolitiques différents, des Partis politiques différents, la probabilité qu’ils se mettent d’accord pour refonder l’ensemble des traités est égale à 0.

              Ils ont tellement palabré pour arriver à ces Traités, qu’ils ne rouvriront jamais la boîte de Pandore...
              Il faut se faire une raison, l’ UE, tu l’aimes ou tu la quittes.
              C’est Etienne Chouard qui l’explique très bien.


            • zygzornifle zygzornifle 25 avril 2014 09:46

              Bruxelles ne gère pas l’Europe , elle la digère .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès