Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Comment la droitisation de l’Europe s’autoalimente (...)

Comment la droitisation de l’Europe s’autoalimente ?

 

En 2004, une étude européenne[1] coordonnée par un centre de recherche autrichien montrait l’existence d’un lien entre une détérioration des conditions de vie et de travail en Europe et la montée des partis extrémistes, populistes et eurosceptiques. Elle mettait également en évidence la menace que cela représentait en définitive pour la poursuite de la construction européenne.

Pourtant, en dépit de cet avertissement, les politiques libérales à l’origine d’un malaise social persistant n’ont cessé de se déverser sur l’ensemble de l’Europe ainsi qu’en témoignent les illustrations suivants.

L’ex-directive Bolkestein dont le principe du pays d’origine avait nourri le mythe du plombier polonais et qui avait fait couler beaucoup d’encre est finalement entrée en vigueur, même remaniée. Dans le même temps, des arrêts de la Cour européenne de Justice (Laval, Viking et Rüffert) ont relativisé les garanties offertes par les conventions collectives et ont considéré que le droit de grève ne se justifiait qu’à partir du moment où il était « proportionné ». Dans la foulée, aucune majorité n’a pu se dégager dans les institutions européennes pour éviter que le droit social ne soit subordonné à la libre circulation des personnes, des biens et des services.

La flexicurité, concept combinant flexibilité du marché du travail pour les entreprises et sécurité du travail pour les salariés, qui n’était qu’une des dimensions de la Stratégie Européenne pour l’Emploi est monté en puissance si bien qu’elle a cannibalisé cette Stratégie. Or, ce concept, bien plus restrictif que ladite Stratégie qui aborde notamment la qualité du travail et fixe des orientations pour les Etats membres, a davantage penché du côté de la flexibilité.

L’impossibilité de parvenir à un accord sur la révision de la directive sur le temps de travail est un autre symptôme de cette époque marquée par cette volonté de flexibliser. Le Parlement européen refusa en avril dernier de céder face à l’intransigeance du Conseil des Ministres. Une majorité de ceux-ci se cramponnait au maintien de la dérogation à la limite des 48 heures de travail hebdomadaires. Ils insistaient également pour que, contrairement à la jurisprudence de la Cour européenne de Justice, le temps de travail passif (un pompier dans sa caserne ou un médecin en attente d’une intervention) ne soit pas considéré comme temps de travail effectif. Faute d’accord, leur jusqu’au-boutisme leur vaudra une action en justice car 23 d’entre eux ne respectent pas la législation européenne actuelle.

Entre 2004 et 2008, le nombre de travailleurs occupant un emploi temporaire ou un temps partiel alors qu’ils auraient souhaité mais n’ont pu décrocher un emploi permanent (CDI) a augmenté respectivement de 10 % et de 52 % dans la zone euro ! Soit, pas moins de 4,7 millions de travailleurs qui, avant même la crise, étaient mécontents de leur sort car aurait voulu un contrat pour sortir de la précarité ou « travailler plus pour gagner plus ». Ils en ont été empêché car le mot d’ordre est qu’il faut convertir les frais fixes des entreprises en coûts variables pour leur permettre de s’ajuster au plus vite aux nouvelles conditions du marché ou exigences des actionnaires avides de dividendes et de plus-value…

Là où cette étude de 2004 prend tout son sel est qu’elle a été cofinancée par la Commission européenne, elle-même, la même Commission à l’origine de ces projets législatifs et autres plans d’action… Elle a donc joué avec le feu car en appliquant son agenda libéral, elle a attisé la méfiance envers la construction européenne (faut-il rappeler à quel point la directive Bolkestein a plombé en France le débat sur la ratification référendaire de feu le Traité constitutionnel ?). En cela, l’équipe du Président Barroso a détourné la Commission de son rôle établi par le Traité qui est d’être la gardienne de l’intérêt communautaire…


Les derniers sondages en vue des élections européennes semblent confirmer les conclusions de l’étude. En effet, ils indiquent une consolidation des partis d’extrême-droite, eurosceptiques, populistes et souverainistes à l’image du parti islamophobe de Geert Wilders, du British National Party, du FPÖ anciennement présidé par Jörg Haider (source RTBF belgique). C’est inquiétant car ce groupe, fort des 13 % de sièges qu’il occupe aujourd’hui même au Parlement européen joue un rôle d’arbitre entre les conservateurs et Tories britanniques (36,7 %) et les socialistes (27,4 %). Il sera vraisemblablement l’un des deux grands vainqueurs des élections européenne et un clou de plus dans la tombe de l’intégration européenne.

L’autre groupe victorieux serait la droite européenne. Bien que la droite au sens large domine l’Europe comme elle ne l’avait jamais fait jusqu’ici, elle serait encore renforcée à l’issue du scrutin du 7 juin (cf. graphique qui résulte d’un examen de la composition du Parlement européen et de la Commission européenne ainsi que du résultat des élections dans les Etats membres afin de déterminer le rapport de force entre « gauche » et « droite » au Conseil des Ministres[2]). Pourtant, elle n’est pas sans responsabilités dans l’avènement de la crise, les subprimes américains n’ayant servi que de détonateur : sous couvert du « mieux légiférer » hissé comme priorité de l’activité européenne, on n’a en fait plus légiféré et jusqu’à récemment, refusé de contrôler les fonds spéculatifs, les parachutes dorés et plus largement les marchés financiers. D’où les excès que l’on a connu et dont tout le monde paie la note, même si les 8,5 millions de travailleurs qui seront licenciés en 2009 et 2010 n’avaient jusque-là jamais entendu parler de CDO, de vente à découvert ou d’effet levier !

 

Par ailleurs, 19 Etats membres sont aujourd’hui dirigés par une coalition menée par des partis de droite qui ont montré leur incompétence à élaborer un réel plan de relance européen ambitieux et convaincant. Aucun ne souffrirait d’une perte d’électeurs.

Dominant le Parlement européen et le Conseil européen, la droite risque d’avoir toute latitude pour reconduire le mandat de José Manuel Barroso à la tête d’une Commission européenne pas du tout désavouée, bien au contraire… La boucle est bouclée et une certaine idée de l’Europe – jadis portée par la démocratie-chrétienne – probablement condamnée.



[1] SIREN, « Socio-economic change, individual reactions and the appeal of the extreme right », 2004

[2] Pour plus de renseignements, voir Revue Nouvelle, "Corriger la droitisation de l’Europe", mai-juin 2009 et contacter l’auteur

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • noop noop 2 juin 2009 10:49

    Le problème c’est que la gauche européenne (plus encore que la gauche française) n’est pas étanche au libéralisme...
    C’est une des raisons qui alimente la popularité des partis d’extême droite, mais aussi d’extrême gauche, que vous jugez « populistes ».

    Les libéraux et les capitalistes ont beaucoup de munitions. Leurs moyens pour contraindre les politiques de gauche comme de droite et du centre sont nombreux. La délocalisation en est un, l’immigration en est un autre.

    Le « débat » sur le protectionnisme en est un bon exemple. Il est d’ailleurs à l’image de celui sur l’immigration. C’est d’emblée réductio ad fascismus... Au PS c’est le cas et à droite c’est reductio ad cretinum (c’est pas mieux).
     
    Fabius en a fait les frais. Proner un protectionnisme européen serait préparer une nouvelle guerre mondiale, ni plus ni moins (plus c’est gros plus ça marche).


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 juin 2009 09:31

      Il n’y a pas pire que d’exiger l’impossible pour condamner le possible à l’échec. L’égalité qu’on souhaiterait entre tous les citoyens de l’Europe ne peut pas être une condition de départ, mais un but à long terme.



      Pierre JC Allard

    • manusan 2 juin 2009 11:09

      Le graphique est très intéressant mais devrait donner les dates des nouveaux entrants, je pense en particulier au 10 derniers d’Europe de l’est, politiquement plus a droite qu’a gauche si je ne me trompe.


      • wesson wesson 2 juin 2009 11:18

        Bonjour l’auteur,

        si j’ai bien compris votre propos, vous avez parfaitement mis dans le mille : les politiques libérales introduites et votées par tous les partis « traditionnels » risquent à terme de flinguer l’Europe.

        Et n’oubliez pas d’inclure dans votre panel la gauche « sociale démocrate » qui nous a fait rentrer de plein pieds dans le libéralisme (et oui, ça c’est passé en 1986 et c’était eux au pouvoir), notamment avec Jacques Delors, un ami des banquiers qui aurait même pu être président de la république. Et maintenant, on est prié de croire que c’est sa fille (Martine Aubry) qui va rattraper tout ça. mais oui, mais oui ...

        L’Europe a plusieurs problèmes rhédibitoires. L’un de cela est que toute décision doit être prise à l’unanimité. Autant dire que prétendre possible une harmonisation par le haut des conditions salariales est au mieux une utopie totale, au pire une hypocrisie parfaite.
        Son second plus gros problème est le peu de cas qui est fait de l’avis populaire. Le référendum de 2005 est à ce titre une catastrophe donc on n’a pas encore mesuré l’ampleur. Il a permis d’une part de contrer l’ancrage libéral de l’Europe dans un texte constitutionnel, et d’autre part de mettre au clair le peu de cas qu’il est fait à l’avis populaire. Le coup porté à la crédibilité Européenne a été fatal, à tel point qu’ils ont décidé de faire leur Europe en force, sans faire aucun cas des aspirations de ses peuples. So long for the democracy.

        En bref, l’Europe est devenu un gigantesque conseil d’administration d’une multinationale, qui comme toutes les multinationales doit s’agrandir pour survivre.

        On nous demande de voter, mais c’est pas pur besoin de communication, pour dire que les partis traditionnels sont toujours là, et représentent toujours la « meilleure solution » à quoi ? à la merde qu’ils ont eux-même contribué à créer.

        non, non et non. Votez, pour qui vous voulez, mais ne votez pas pour un parti, ou une personne qui a dit oui une fois à l’Europe, ou qui accepte les alliances avec un parti traditionnel.

        ne votez pas ump, modem, socialiste, communiste, le frond de gauche (qui accepterai une coalition avec les socialistes). Votez Dupont Aignan, CPNT, le NPA. Entre les eurosceptiques on est d’accord sur pratiquement rien, mais il y a un dénominateur commun : virer ceux qui nous ont mis dans cette situation. Et c’’est déjà pas si mal que ça.

        Ce qui est important maintenant, c’est de montrer à tout ces grands partis Européens que nous ne voulons plus d’eux, et de leur Europe libérale déconnecté du peuple et gouvernée comme une multinationale, et de faire en sorte que les médias ne puissent plus continuer à mentir à longeur de journée en faisant croire que l’Europe est une construction démocratique, et pas la conception médiévale léonine avec un véritable instrument de casse sociale qu’elle est.


        • morice morice 2 juin 2009 11:38

          si j’ai bien compris votre propos, vous avez parfaitement mis dans le mille : les politiques libérales introduites et votées par tous les partis « traditionnels » risquent à terme de flinguer l’Europe.


          vous avez bien compris : il faut rester de gauche donc. Ça va être dur pour Strauss-Kahn...

          • Kalki Kalki 2 juin 2009 12:32

            Nos pays sont tellement unis se retrouvent etre UNE PETITE RUSSIE DES-UNIS.

            Apres on viendra nous parler de new world order, pour tout cette axe, ces « PAYS DU NORD »


            • Kalki Kalki 2 juin 2009 12:34

              Mais bien sur il y a l’histoire que l’on écrit, il y a l’histoire que l’on fait, et il y a l’histoire qui se passe.

              Et l’histoire qu’on apprend a la nouvelle génération.


            • jeanclaude 2 juin 2009 13:50

              Je ne m’en plains pas, mais je regrette que la gauche européenne ne soit pas un contrepoids suffisant, d’où un politique TROP à droite.
              La clé du problème est donc bien sûr à gauche.
              On ne voit pas comment à moyen terme le clivage interne pour ou contre l’économie de marché puisse être surmonté.

              Il sera toujours plus simple à une droite des différents états de se retrouver, qu’à des gauches, la réalité étant une et les alternatives multiples.

              Cela va donc continuer à être non satisfaisant les dix prochaines années. Je suis convaincu que l’Europe ne va pas capoter, car elle laisserait un vide incompatible avec les intérêts d’une économie libérale. Quoi qu’il arrive, l’Europe devra se coordonner comme bloc d’intérêt face au reste du monde.

              Les analyses actuelles de la gauche et l’espoir d’une reconquête par un clash de la droite sont donc inopérantes et on n’avance pas. Les partisans du statu quo peuvent dormir tranquille. D’autant plus qu’avec Barroso, pas de problème.
              La gauche française portera une responsabilité historique pour son argument de plan B.


              • ZEN ZEN 2 juin 2009 19:38

                La gauche européenne a été phagocytée par l’idéologie et les pratiques néolibérales.

                La démocratie chrétienne , ou ce qu’il en reste, n’a rien dit
                Avez-vous entendu Delors critiquer le plan Hartz en Allemagne ,soutenu par Schröder, par exemple ?


                • franck2009 2 juin 2009 22:02

                  C’est trés bien au jusqu’au boutisme des néo-libéraux, correspondra le jusqu’au boutisme des peuples en colères. Tout cela finira dans la rue....


                  • Lucrezia 3 juin 2009 07:27

                    Voici bien un raisonnement par l’absurde ... De la même manière nous pourrions corréler tout et n’importe quoi comme par exemple au réchauffement climatique ou bien à n’importe quel hausse ou baisse (L’insécurité, le moral des Français, la baisse de la fertilité etc .. ? Comme quoi quand on veut manipuler l’opinion on peut toujours justifier son raisonnement par une démonstration « foireuse » !


                    • pdth pdth 7 juin 2009 10:56

                      En Europe et dans les principaux pays de l’ OCDE , les conceptions françaises , anti libérale et socialistes ont quasiment disparues de la scène politique (hors partis confidentiels) depuis bientôt 30 ans. Ainsi un français de gauche trouvera toujours l’ Europe trop à droite. Sarkosy est un conservateur à ce titre un homme de droite mais économiquement il passe pour un interventioniste, plus à gauche que l’essentiel des sociaux démocrates.
                      L’école socialiste française , égalitariste et anti libérale conserve une certaine audience dans certains pays en voie de développement , essentiellement en Amérique centrale et du Sud.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès