Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Conducteur de bus pour 2 euros de l’heure

Conducteur de bus pour 2 euros de l’heure

Assurer le transport des enfants à l’école, conduire des personnes handicapées au nom de l’État pour deux euros de l’heure, c’est en Hongrie, en Lituanie ou en Slovénie que l’on trouve ces salaires pingres ? Loin s’en faut, cela se passe en Allemagne (de l’Ouest). Salaires de misère - vive le dumping salarial, et bonne année !

L’Allemagne a un nouveau scandale de dumping salarial : des conducteurs de bus, qui transportent des élèves et des personnes handicapées, un travail de responsabilité importante. L’entreprise où les heureux conducteurs travaillent s’appelle Sonnenschein (rayon de soleil) . Le salaire est inversement proportionnel au nom poétique qui suggère bonheur et chaleur humaine : le salaire maximal s’élève à 3,87 par heure, c’est ce qui est précisé dans deux contrats de travail qui sont présents au journal Frankfurter Rundschau. L’entreprise Sonnenschein conteste ce salaire.
 
D’après le syndicat Verdi, le salaire horaire réel est au-dessus de 2 euros. C’est le record actuel dans le dumping salarial en Allemagne, et il n’a pas lieu dans l’est de l’Allemagne comme on aurait pu le croire et où le niveau salarial est plus bas, mais dans l’ouest. L’entreprise a des sites dans des villes Warendorf, Offenbach, Mainz, Koblenz, Celle, Hanovre ainsi que Wuppertal et Leipzig.
 
Le conducteur L.M. travaille 15h par semaine pour un salaire brut de 250 euros par mois. D’après le syndicat Verdi, ce n’est pas le salaire réel, car les trajets entre l’emplacement des bus et le début du transport des voyageurs ne sont pas payés ce qui mène au salaire faramineux de 1,94 euro de l’heure. L’entreprise "rayon de soleil" riposte qu’elle paye un forfait qui inclut les frais pour ces trajets.
 
Ce qui est particulièrement intéressant est le fait que le client de l’entreprise est l’État comme des réseaux communaux, des villes et des fédérations régionales. À la demande de Verdi, des responsables administratifs déclinaient toute responsabilité. Les deux conducteurs de bus dont le contrat est présent au Frankfurter Rundschau sont des retraités (probablement des retraités pauvres qui ne peuvent vivre de leur retraite). Verdi a porté plainte contre Sonnenschein pour salaire indigne.
 
Après d’autres recherches, on se rend compte qu’il s’agit d’un scandale à plus grande échelle. La fédération LWL[1] (cliente publique de Sonnenschein) en savait beaucoup plus qu’elle n’a prétendu. Deux autres entreprises de transport en bus ont été trouvées qui paient des salaires horaires autour de deux euros : Busverkehr Pader et Kaiser Busse. Verdi a également porté plainte contre ces entreprises.
 
Ce qui est plus grave est le soupçon, que l’administration qui supervise les transports a été au courant de ces pratiques. La mère d’un garçon handicapée qui avait parlé avec des conducteurs de bus à plusieurs reprises s’était étonnée des nombreux changements de conducteurs et avait pour cette raison demandé des explications à cette administration. D’après la mère, c’était le salaire insuffisant qui était responsable du changement fréquent du personnel. L’administration n’a jamais répondu à ses lettres. En tant que mandataire public elle prétend n’avoir pas le droit d’exiger le respect de salaires conventionnels.
 
Ce serait aux politiques de changer cette situation, se dédouane-t-elle. Transporter des enfants et des personnes handicapées demande une grande responsabilité. Quel degré de responsabilité peut-on attendre pour deux euros de l’heure ?
 
Sources : Cet article est un compte rendu de deux articles (1 et 2) du cotidien Frankfurter Rundschau, parus les 11 et 19 décembre 2008. Depuis la parution de ces articles, ce scandale fait une apparition timide aux infos dans différentes chaînes de radio.


[1] Landschaftsverband Westfalen Lippe


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 5 janvier 2009 10:26

    En France, c’est un autre problème de financement qui se pose pour les handicapés. La réforme du 5 mars 2007 réduit la prise en charge des frais de transport par l’Assurance-maladie à un maximum de 200 euros par mois. Certes, des économies s’avéraient sans doute nécessaires mais cela posera de graves problèmes dans certains cas.
    Lire Ici Le Monde.


    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:20

      en france, on a l’insertion et le mitemps obligatoire
      bientot avec le RSTO on sera au meme niveau
      on a aussi les stages a 400€/mois
      de toute maniere, les transports en commun ne sont pas accessible. sauf le wagon de marchandise


    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:31

      @ taverne

      presque personne n’a la PCH, qui sert egalement a l’aide a domicile
      si les transports vers le kine ne sont plus pris en charge, les gens ne se feront plus soigner et donc les kines vont hurler


    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:34

      en fait, il faut depasse le plafond transport de 12000€ sur cinq ans........


    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:37

      http://bellaciao.org/fr/spip.php?article77260

      un peu mieux explique que le monde
      (1000€/sem, ca fait beaucoup)


    • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:42

      200€ par semaine, ca represente un transport en taxi AR sur 80 km plus attente
      aucun handicape ne voyage en ambulance, sauf entree/ sortie hosto
      dans ce cas, ca devrait etre pris en charge sinon c’est non assistance a personne en danger sans argent


    • jakback jakback 5 janvier 2009 12:21

      Le rayon de soleil low coast, vous en rêviez, Merckel l’a fait !!
      Indécent, mais pas étonnant de la part d’une chancelière qui souhaite l’embauche de salariés en dehors des conventions collectives.


      • Polimeris 5 janvier 2009 12:45

        C’est pour le moins étonnant !
        Les deux conducteurs de bus dont le contrat est présent au Frankfurter Rundschau sont des retraités (probablement des retraités pauvres qui ne peuvent vivre de leur retraite).
        J’aurai pensé qu’il fallait encore attendre 3 ou 4 ans avant que cela n’arrive...

        Ceci était malheureusement prévisible. Et ca va s’accentuer. Et il n’y a pas de solutions.

        Il faut savoir vivre avec son temps :)


        • Yvance77 5 janvier 2009 13:35

          Bonjour,

          Quand le libéralisme brille ainsi de mille feux, je préfère encore être aveugle. Bon post qui laisse sans voix, car sincèrement j’aurai pensé cela en Slovaquie, République Tchèque ou Bulgarie ... mais au pays de Prosche BMW et Mercedes là jamais.

          Remarque Sarko devrait importer cette méthode, au moins t’es certain que tous travailleront plus pour survivre plus ! C’est dans ses cordes au bohomme en plus.

          A peluche


          • LE CHAT LE CHAT 5 janvier 2009 14:06

            ça commence à bouger en Allemagne , il y a de l’orage dans l’air dans la coalition , le SPD refusant que l’on fasse de nouveaux cadeaux fiscaux aux classes privilégiées alors qu’on exploite les autres .


            • dup 5 janvier 2009 14:07

              et alors ?? c’est ça la concurrence libre et non faussée. C’est ça la belle europe ouverte libre et liberale. C’est avec de tels salaires que vous voulez lancer la croissance. Il y a qu’une solution : le retour aux états nation , aux préferences nationales ,le protectionisme intelligeant . retricotez les nations et detricotez les technocrates de bruxelles à 15000 euros par mois.

              http://www.dumpert.nl/mediabase/161331/afc902e3/europarlementariers_zijn_za kkenvullers.html


              • StephanM 5 janvier 2009 18:01

                Bonjour,
                merci pour vos commentaires. Il s’est glissé une faute de frappe dans le texte : la phrase
                "D’après le syndicat Verdi, le salaire horaire réel est au-dessus de 2 euros."
                doit être "D’après le syndicat Verdi, le salaire horaire réel est au-dessous de 2 euros."
                Mais vous l’avez bien compris.

                Quand à ce type de salaire la majorité des politiques gouvernants crieent : "Attention, nous allons perdre des emplois !" quand les gens exigent l’introduction d’un salaire minimum obligatoire et vivable, ça a le goût d’un certain cynisme.


                • ZEN ZEN 5 janvier 2009 18:17

                  Merci à l’auteur de lever le silence sur ce dont à peu près personne ne parle en France
                  Il est utile de relire ses derniers articles , notamment celui-là


                  • marignan155 5 janvier 2009 21:33

                    à l’auteur :

                    j’ai sursauté en lisant cela se passe en Allemagne (de l’Ouest). Parce que j’ai aussi pensé Allemagne de l’Est (RDA DDR) en me disant que le mur était pourtant bien tombé. J’ai été rassuré en lisant plus loin dans l’est de l’Allemagne.

                    Vu mon âge (64) et le fait d’être de culture française ET allemande, j’ai pensé à Ostzone. 

                    Pour le contenu de l’article, je vous remercie de mettre en exergue un cas. Vous aviez déjà signalé celui de l’universitaire à Hambourg en son temps. L’Allemagne nous est parfois présenté comme un modèle. Cela ne doit pas empêcher la lucidité.

                    J’ai assisté, en "période calme", dans le Landkreis Lüchow-Dannenberg, à une mobilisation permanente et visible contre le stockage des déchets nucléaires, des X jaunes partout ! La presse ne signale que les manifestations lors de transports de Castors (containers de déchets) mais cette opposition tranquille mériterait aussi un jour un article. Il faudra que j’y pense, cette année peut-être.

                     


                    • JONAS Virgule 5 janvier 2009 21:41

                      @ Tous :

                      Regardez-moi ces pingres qui s’apitoient sur des personnes qui travaillent pour 2 euros de l’heure, alors que dans certains pays du tiers-monde, ils en aient qui travaillent une journée pour le prix d’une heure !

                      Ce sont les mêmes humanistes qui se prenant pour des " dieux ", n’accepteraient pas de travailler pour ce même prix.

                      La charité, oui ! Avec l’argent des autres, eux sont des " dieux ! ". Comment ! Travailler pour 2 euros de l’heure, c’est impensable !

                      Hypocrites ! Menteurs ! Faisans !


                      • foufouille foufouille 6 janvier 2009 11:30

                        on est pas en afrique
                        la baguette en france est a 60c
                        va vivre avec 250 euro par mois


                      • ficelle 6 janvier 2009 02:28

                        Non, poète ! c’est le risque de se retrouver diffamatoire.

                        Face à bilger, aucune chance. Trilger aussi, d.ailleurs. C’est la vieille saloperie de l’homme qui exploite .

                        l’homme.


                        • Pourquoi ??? 6 janvier 2009 07:36

                          Bon sang, ouvrez les yeux ! Ca existe aussi en France.

                          Une grande société embauche des distributeurs d’annuaires. Les conditions sont les suivantes : vous êtes payé à l’annuaire distribué. OK.

                          Les annuaires sont à récupérer à 20 Km de chez vous. Les trajets pour aller les chercher ne sont pas payés, ni en temps ni en essence. Or, vous devez y aller plusieurs fois par jour.

                          Si vous voulez gagner le SMIC, vous devez distribuer 100 annuaires de l’heure. Impossible en campagne. D’autant que vous devez le déposer en mains propres, à défaut, vous devez l’emballer dans un sac, le déposer dans un endroit discret, et mettre un mot dans la boîte aux lettres pour indiquer la cachette.

                          Et gare à vous si vous ne respectez pas les consignes : un inspecteur (aussi mal payé que vous) passe contrôler votre travail.

                          Celà n’empêche pas cette société de vous recruter par petites annonces précisant que "salaire très motivant" !!!
                          Et pour qui travaille cette société, sinon pour l’état ?

                          C’est l’exemple que je connais. Mais je suppose que des tas de méthodes pour vous faire bosser pour moins que le SMIC ont été inventées et pas seulement en Allemagne....


                          • c.d.g. 6 janvier 2009 18:16

                            c est ce que les allemands appellent "le salaire de la faim". Comme il n y a pas de salaire minimal, on peut tres bien vous proposer 1 cent/h
                            par contre, ce que l auteur oublie de preciser c est que ces personnes vont se retourner comme l etat allemand pour avoir le minimum vital. autrement dit l etat va payer pour qu ils gagnent au moins 800 € /mois (je suis pas sur des 800 €, c est a peu pres ca mais ca depend en particulier du nombre de personnes a charge)
                            Autrement dit c est une sorte de RSA a l allemande

                            la question de ce type de contrat c est la question des working poors. des gens a qui leur travail ne permet pas de vivre (et ici que l etat doivent compenser)

                            Plus generalement, on a compense le manque de revenu par le credit (d ou les subprimes aux USA ou les credits immo sur 30 ans en france)

                            Malheureusement dans notre cas, je vois pas trop de solution.
                            Tout ce qui est delocalisable va l etre ou etre soumis a une pression sur les salaires a la baisse et un grand nombre d emploi non delocalisable n ont pas les moyens d employer des gens bien paye (typiquement les "services a la personne" autrement dit torcher le culs des vieux )

                            Une solution partielle serait la bassie des couts en europe. apres tout si on divise par 2 le prix des logements par ex (etant donne qu une bonne partie du cout est le foncier, c est possible), on peut vivre aussi bien avec un salaire plus faible


                            • StephanM 6 janvier 2009 18:59

                              ce que l auteur oublie de preciser c est que ces personnes vont se retourner comme l etat allemand pour avoir le minimum vital. autrement dit l etat va payer pour qu ils gagnent au moins 800 € /mois (je suis pas sur des 800 €, c est a peu pres ca mais ca depend en particulier du nombre de personnes a charge)

                              Vous avez raison avec vos remarques. Il s’agit bel et bien du problème des "working poor" - phénomène qui s’est largement amplifié pendant les dernières années. Dans ce cas précis il s’agit de deux retraités qui complètent leur maigre retraite.

                              Si ce ne sont pas des retraités mais des salariés plus jeunes, ils peuvent recevoir un complément à leur salaire qui complètent au minimum vital. Le calcul est compliqué et dépend de plusieurs paramètres. Pour avoir une idée : chaque personne a droit à un certain nombre de mètres quarrés pour se loger. Le minimum vital est 351 euros pour une personne seule, 688 euros pour une personne avec un enfant jusqu’à 6 ans, 604 euros pour une personne avec un enfant entre 7 et 13 ans (on considère qu’un enfant entre 7 et 13 ans a besoin de moins d’argent qu’un enfant plus jeune), puis se rajoute le besoin du loyer qui s’oriente aux loyers "habituels" dans la région.

                              Tout salarié qui a un salaire en dessous du minimum vital peut demander le complément au minimum vital. Ce sera la "Bundesagentur für Arbeit" (l’Anpe allemande) qui le paiera. Pour pouvoir bénéficier de ce complément, il faut avoir épuisé toutes ses ressources et toute épargne (à un petit minimum près).

                              Parcequ’il n’y a pas de salaire minimal en Allemagne, beaucoup de "working poor" travaillent 40 heures par semaine et sont néanmoins obligés de compléter leur salaire par l’Anpe. (Ils travaillent à plein temps et sont en même temps des "chômeurs" en quelque sorte, une aberration) La discussion en Allemagne autour de ce problème est vive. Les uns disent que ce sont les entreprises qui se laissent financer leur "compétitivité" par l’argent du contribuable, les conservateurs disent qu’il vaut mieux avoir du travail tout court même si on ne peut pas en vivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès