Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Constitution de Lisbonne : c’est décidément non, et c’est tant (...)

Constitution de Lisbonne : c’est décidément non, et c’est tant mieux !

Ainsi, donc le Traité de Lisbonne a été rejeté par le seul peuple dont le gouvernement était contraint par sa Constitution à le consulter. Etrange coïncidence qui voudrait que les gouvernements arrivent à s’entendre entre eux, mais lorsqu’on demande au vulgum pecus, ce dernier serait opposé à toute forme de compromis.

Certains voudraient y voir la tentation des gouvernements des pays de l’UE à s’entendre sur le dos des peuples, mais ce serait vraiment voir le mal partout.

Le résultat est pourtant sans appel : 53,4 %contre 46,6 %, qui plus est, avec un taux de participation supérieur à 50 % dans chacune des circonscriptions.

Je vois d’ici les réactions du camp béniouiouiste : "ingrats", "inconséquents", "assassins de l’UE", et j’en passe... L’Irlande a certes bénéficié d’importantes subventions par le passé, mais, à ce compte-là, pourquoi le Portugal, également bénéficiaire de subsides conséquents, n’a-t-il pas décollé économiquement ? Peut-être est-ce le réseau télécom qui n’a pas supporté un trop grand nombre de call centers ? Etonnant comme lorsqu’on est contre une proposition européenne on est nécessairement antieuropéen. Manque de bol, j’ai deux nationalités, inutile donc, de me ranger dans la case "franchouillard isolationniste".

Il y a cependant quelque chose que ne veulent pas admettre les tenants de ce texte, ainsi qu’une partie des nonistes : l’Europe ne pourra pas, de toute façon, se construire contre les peuples, tout simplement parce que l’UE, en tant que superstructure politique, se doit d’être au service des citoyens européens, sinon elle n’est tout simplement pas légitime et doit être renversée. Or, c’est loin d’être le cas jusqu’à présent : qu’ils fassent donc leur preuve en matière sociale et fiscale, nous verrons ensuite s’il convient de leur accorder plus de pouvoirs.

La principale erreur des tenants de cette constitution bis aura été de vouloir maquiller le même texte en l’éclatant en divers articles renvoyant à des renvois ! Autant cela pouvait passer auprès des peuples qui n’étaient pas appelés à voter ("l’Europe c’est compliqué : autant laisser ça aux professionnels de la politique"), autant lorsqu’on demande à un citoyen de signer un contrat qui est inintelligible, il y a peu de chance qu’il y adhère. Franchement, vous avez vraiment jeté plus qu’un œil au Traité de Lisbonne ? Vous trouvez ça lisible, alors qu’une présentation simple aurait été possible comme le démontre le projet de Constitution de 2005 ? Comment accorder la confiance à un vendeur qui vous loue un produit manifestement vicié ? Il est certain que l’excès de franchise du Premier ministre irlandais, qui affirmait il y a peu ne pas avoir lu le texte du Traité aura également eu des conséquences néfastes pour son camp.

L’Europe est morte, vive l’Europe !

Il serait grand temps que les "UMPS" d’Europe écoutent un peu ce que souhaitent les Européens. A commencer par des droits politiques qu’on leur dénie en refusant des référendums sur un texte de cette importance. Que l’objectif de l’UE ne soit pas la "concurrence libre et non faussée" comme avec Lisbonne, mais l’augmentation du bien-être matériel et intellectuel de ses habitants, une reprise en main de la BCE, etc. Pour les alternatives au modèle ultralibéral de l’UE, je vous laisse chercher sur le web il y en a plein... De ce point de vue, il va être assez amusant d’observer les contorsions de ceux qui, hier encore, nous disait qu’il n’y aurait pas de second vote (Encore ? Vous ne vous lassez pas depuis 2005 ?), et qui maintenant vont tenter de faire revoter les Irlandais d’ici un an ou deux (nul doute que ces grands démocrates réclameront un nouveau vote en cas de victoire du oui).

Et puis, avouez, le hasard faisait mal les choses : comment ne pas souligner la manipulation politique, lorsque "comme par hasard", trois parlements nationaux votaient le traité hier ? C’est un peu gros comme ficelle, non ?

A trop jouer avec le feu de "l’entente entre personnes du même monde", l’UE s’est brûlée, et c’est tant mieux pour la santé de notre démocratie !


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 17 juin 2008 13:50

    Oui à une Europe par et pour le Peuple, à l’opposé de l’Europe actuelle !


    • Julius Julius 17 juin 2008 13:51

      > Pour les alternatives au modèle ultralibéral de l’UE, je vous laisse chercher sur le web il y en a plein...

      Vous savez ce qui est drôle ? Ici, en France, tout le monde attaques Traité, en raison de ce Traité est trop libéral.

      Mais l’Irlande a refusé le Traité pour la raison exactement inverse : il aurait pour effet de limiter le libéralisme économique traditionnel de l’Irlande. L’un des principaux arguments contre le Traité est le danger d’une harmonisation fiscale qui obligerait l’Irlande à augmenter leur faible impôt sur le capital.

      Tchèques peuvent décider contre le traité (ils peuvent le faire même par le Parlement) - là encore parce qu’ils la considèrent comme trop socialiste.


      • wesson wesson 17 juin 2008 14:21

        @julius

        Votre propos est une belle démonstration que l’Europe d’aujourd’hui n’est rien d’autre qu’un assemblage malaisé de pays dont les vues sont bien trop différentes pour être compatibles dans cette union forcée.

         

        Pour faire simple : C’est une union à la soviétique.

         

        Et pourquoi avons-nous intégrés tant de pays dont les valeurs sont tellement différentes des notres. Pourquoi dès que l’on parles de Social en Europe il faille toujours niveler par le bas, au moins disant....

        Comment cela peut-il se terminer autrement que très mal ?


      • Julius Julius 17 juin 2008 15:30

        > Pour faire simple : C’est une union à la soviétique.

        Cela montre que vous ne savez pas ce qui a été Union Sovietic. smiley

        > Comment cela peut-il se terminer autrement que très mal ?

        Oui. Trois conditions :
        1) Les pays devraient être prêts à faire des compromis. Ils ne doivent pas refuser le traité si elle ne correspond pas à 100% de leurs attentes. De nombreux pays étaient prêts à faire cela pour le traité original. Ils sont moins disposés à accepter maintenant. Et il est certainement difficile de faire des compromis par un référendum.
        2) Ne pas essayer d’homogénéiser trop. Il ya beaucoup de choses qui pourraient rester différentes dans chaque pays. Pourquoi est-ce que nous avons une réglementation pour la forme d’une banane ?
        3) La collaboration peut commencer dans les petites traités multilatéraux. La défense, restrictions sociales, l’immigration, ... Il n’est pas nécessaire d’inclure tout le monde dès le début.


      • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 17 juin 2008 14:17

         

        L’article résume bien l’antagonisme antre les aspirations démocratiques des Européens et le système que les politiques ont mis en place.

         

         

         

        « l’Europe ne pourra pas, de toute façon, se construire contre les peuples, tout simplement parce que l’UE, en tant que superstructure politique, se doit d’être au service des citoyens européens, sinon elle n’est tout simplement pas légitime et doit être renversée ».

         

         

        Le problème c’est que les cercles au pouvoir sont justement au pouvoir et ils arrangent les choses comme il leur plait. Ils peuvent très bien continuer à faire ce dans quoi ils excellent : prendre des décisions anti-démocratiques et construire l’UE qui ne défend pas les intérêts des Européens.

         

         

        « l’UE s’est brulée, et s’est tant mieux pour la santé de notre démocratie ! ».

         

         

        Quelle démocratie, où la voyez-vous ?

         

         

        Il se trouve que le système politique que les Européens veulent et n’obtiennent pas c’est justement la démocratie, qui n’existe dans aucun des États membres de l’Union européenne et n’a pas non plus été mise en place dans le fonctionnement des institutions de l’Union européenne.

         

         

        • DE QUELLE UNION EUROPÉENNE NE VEULENT PAS LES EUROPÉENS ?

         

         

        Le non irlandais ne met pas en évidence que la consultation populaire conduit à un rejet de l’Europe.

         

         

        Par contre je suis persuadé que la consultation populaire conduit à un rejet de l’Union européenne qui ne respecte pas la démocratie.

         

         

        Les orientations mondialistes, gravées dans le Traité de Lisbonne, la façon de décider anti-démocratique, qui est devenue la règle dans les institutions de l’Union européenne (exemple : la poursuite de l’intégration de la Turquie alors que la majorité des Européens ne veulent pas de Turquie dans l’Union européenne) sont les raisons du rejet qu’expriment les citoyens lorsque l’occasion leur est donnée de s’exprimer directement, sans intermédiaires politiques.

         

         

        • QU’EST-CE QUE LA DEMOCRATIE ?

         

         

        La démocratie est dans le contrôle du pouvoir par les citoyens, puisqu’en démocratie le pouvoir doit en permanence, dans ses actions, refléter la volonté de la majorité des citoyens.

         

         

        Il ne faut pas, comme c’est très souvent le cas, confondre la démocratie avec le fait de pouvoir élire les représentants. Être représentés par des députés, élus selon la règle de la majorité des citoyens s’exprimant dans le secret, ne signifie pas qu’on est en démocratie.

         

         

        Examinons cette question centrale du pouvoir politique d’un coté et de la volonté de la majorité des citoyens de l’autre coté.

         

         

        Tout d’abord revenons aux fondations de la démocratie.

         

         

        Rappelons la définition de la démocratie, définition qui est sans doute connue de presque tous les participants à AgoraVox. Cette définition fait partie de l’héritage culturel des Européens.

         

         

        La première mention écrite connue, une définition courte de ce qu’est la démocratie, a été donnée par l’historien Thucydide (470 à 395 avant JC).

         

         

        La définition qui répond exactement et entièrement à la question « qu’est-ce que la démocratie ? » a été donnée par Aristote (384 à 322 avant JC).

         

         

        Définition de la démocratie par Aristote (dans La Politique) :

         

         

        « Le principe de base de la constitution démocratique c’est la liberté (c’est, en effet, ce qu’on a coutume de dire parce que c’est seulement dans une telle constitution que les citoyens ont la liberté en partage ; c’est à cela, en effet, que tend, dit-on, toute démocratie). Et l’une des formes de la liberté, c’est d’être tour à tour gouverné et gouvernant. En effet, le juste selon la conception démocratique, c’est que chacun ait une part égale numériquement et non selon son mérite, et avec une telle conception du juste il est nécessaire que la masse soit souveraine, et ce qui semble bon à la majorité sera quelque chose d’indépassable [...] De sorte que dans les démocraties, il se trouve que les gens modestes ont la souveraineté sur les gens aisés ; ils sont en effet plus nombreux, et c’est l’opinion de la majorité qui est souveraine. [...] »

         

         

        Voici donc ce que disait cet Athénien il y a plus de 2000 ans, bien avant la Révolution française, laquelle quoi qu’on en dise n’a pas mis en place la démocratie véritable.

         

         

        Les deux conditions de la démocratie véritable ont été définies par Aristote et en des termes modernes ces conditions sont exprimées ainsi :

         

         

        •  La liberté d’opinion doit être garantie : cela signifie que les citoyens sont libres d’exprimer et de propager toutes les opinions quelles qu’elles soient, sans censure, sans interdit .
        •  Chaque décision politique doit être conforme aux désirs de la majorité des citoyens qui désirent prendre part à la décision. Cela signifie que lorsqu’il y a un doute toute décision politique doit pouvoir être soumise à la validation par la majorité des voix des citoyens qui désirent s’exprimer, donc le référendum d’initiative citoyenne doit être garanti sans restriction.

         

         

        Il est certain qu’aucune des deux conditions n’est respectée ni en France ni dans l’Union européenne.

         

         

        En France et dans l’Union européenne nous vivons dans un système oligarchique qui est au mieux une « pseudo-démocratie » de façade, qui utilise le vocabulaire de démocratie mais qui dans les faits est une oligarchie technocratique.

         

         

        Cependant, la démocratie véritable n’est à présent plus une théorie mais est depuis plus d’un siècle devenue une réalité. Certes pas en France, ni dans aucun des États membres de l’Union européenne. Mais il existe pourtant un État européen qui poursuit l’idéal de se rapprocher le plus possible de la démocratie véritable.

         

         

        Avec son système politique basé sur la démocratie directe et avec son organisation fédérale, la Confédération Helvétique pourrait être un modèle pour les États membres de l’Union européenne et pour les instances de l’Union européenne (Commission européenne, Conseil de l’Union européenne) qui ont pris l’habitude de prendre des décisions non conformes à la volonté de la majorité des Européens.

         

         

        Sur les questions fondamentales – la constitution etc. – les citoyens suisses ont la garantie que toute décision sera prise uniquement et obligatoirement après le vote direct des citoyens. Sur les questions qui ne sont pas fondamentales, les citoyens suisses ont la garantie que sur leur demande, donc suite à une initiative des simples citoyens, toute loi peut être soumise à la votation directe de tous les citoyens.

         

         

        La démocratie véritable, qui est donc dans la pratique basée sur la démocratie directe – avec la possibilité donnée aux citoyens de déclencher les référendums – n’élimine pas les éléments de « démocratie représentative » ni les éléments de « démocratie participative ». La démocratie directe laisse aux uns et aux autres la possibilité de faire des propositions et laisse aux politiques la responsabilité de gérer les affaires de la communauté au quotidien. Mais elle exerce sur les politiques et sur les lobbies (c’est à dire sur les groupes de pression) le contrôle permanent du respect de la règle démocratique : « pour toutes les questions qui touchent la communauté c’est la volonté de la majorité des citoyens qui décide ».

         

         

        • DE QUELLE UNION EUROPEENNE ONT BESOIN LES EUROPEENS ?

         

         

        Les orientations mondialistes sont devenues le fondement de toutes les actions que lance l’Union européenne. Ces orientations mondialistes sont nuisibles aux Européens. Autrement dit : l’Union européenne n’a pas pour objectif principal la sauvegarde des intérêts des Européens.

         

         

        L’Union européenne doit changer si elle veut être soutenue par les citoyens : elle doit avoir pour objectif principal la sauvegarde des intérêts des Européens. Les peuples européens sont divers et en même temps ils ont beaucoup en commun, si on les compare globalement à d’autres branches de l’humanité.

         

         

        Le but de l’Union européenne doit être de réunir les Européens pour qu’ainsi unis les Européens deviennent plus forts afin de pouvoir résister face aux pressions mondiales. L’Union européenne devrait toujours agir en prenant en compte les désirs des citoyens dans les États membres et en veillant à assurer la préservation des spécificités locales. D’ailleurs pour mieux identifier les besoins et les désirs locaux, exprimées de bas en haut par les citoyens, il faudrait proposer d’organiser l’Union européenne en s’appuyant sur les Régions européennes qui ne seraient pas définies d’après le critère de taille géographique, démographique ou économique « nominale » mais d’après les critères de préservation des spécificités. Autrement dit : les Régions européennes pourraient être déterminées d’après les critères directement exprimées par des citoyens, donc de bas en haut, par des critères qui optimisent la gestion et la préservation de ce qui leur est spécifique, cela pourraient donc être des critères linguistiques, raciaux ou ethniques, fonctionnels (bassin d’infrastructures, de ressources ou de production etc.) ou autres.

         

         

        Une grande partie des États membres de l’actuelle Union européenne correspondent déjà à ce type de Régions européennes, les autres États membres pourraient être restructurés en plusieurs Régions européennes. L’union de ces Régions européennes autonomes dans un système fédéral pan-européen, permettrait de réunir la puissance nécessaire et suffisante pour s’opposer avec efficience aux forces uniformisantes du mondialisme afin de défendre les spécificités qui caractérisent les Européens.

         

         

        • QUE PEUT-ON FAIRE ?

         

         

        Concernant ce sujet comme concernant les autres questions qui relèvent des décisions politiques, les articles que l’on peut écrire, sur AgoraVox ou ailleurs, peuvent-ils amener les politiques qui sont au pouvoir à respecter les règles fondamentales de la démocratie véritable ? Cette question est analysée dans l’article « La France et l’Union européenne face aux citoyens : comment obtenir la démocratie ? » qui a été publié sur AgoraVox.

         

         

         

         

        Quelles actions faut-il entreprendre pour obliger enfin les politiques au pouvoir à mettre en application la démocratie véritable, la démocratie dans laquelle chaque décision politique répond aux souhaits de la majorité des citoyens qui se sentent concernés par la décision ?

         


        • morice morice 17 juin 2008 14:33

           

          Le résultat est pourtant sans appel : 53,4 %contre 46,6 %,qui plus est, avec un taux de participation supérieur à 50 % dans chacune des circonscriptions.

           si, il ya appel : et c’est ici !!! 

          100 000 voix acquises à coups de dollars, c’est un appel...

          " Peut être est ce le réseau télécom qui n’a pas supporté un trop grand nombre de call centers ?" vous ne croyez pas si bien dire, l’homme a failli s’en occuper ! 


          • Francis Francis 17 juin 2008 16:05

            Croire que l’on peu acheter 100 000 voix dans un pays comme l’Irlande relève du doux rêve. C’est vraiment mal connaître les irlandais...


          • dup 18 juin 2008 09:59

            vous blaguez ? pas besoin d’un ’sponsor’ pour comprendre qu’on est entrain de vous enchainer

             


          • Francis Francis 18 juin 2008 19:57

            Qui plus est, payer des habitants de la zone euro en dollards US, ça frise l’escroquerie


          • millesime 18 juin 2008 11:11

            il y a des élections en 2009 et pour ma part j’ai choisi :

            il existe à ma connaissance un seul parti politique trans-européen...je ne fais pas de propagande, j’ai découvert leur site par hasard, mais j’adhère à leur façon de vouloir "construire" de sorte que je tente d’en faire profiter.. ; voici le lien

            www.newropeans.org/fr/comite.htm

            voici aussi le site de commentaires "européens"

            www.newropeans-magazine.org/

             

            au fait, avez-vous connaissance de ce que fait "votre" député européen à Strasbourg ? quelles actions et quels votes à-t-il menés ? 

            pour ma part mon député se nomme Nathlie Griesbec et je suis bien incapable de dire son action depuis qu’elle est au parlement de Strasbourg....mais je suis bien certain qu’elle va se manifester bientôt dans la presse locale....

            voila pourquoi je voterai pour le candidat soutenu par ...newropeans. !

             


            • Pierrot Pierrot 18 juin 2008 12:14

              Le peuple irlandais a refusé le "traité simplifié".

              C’est leur choix mais c’est aussi leur problème d’en tirer les conséquences : quitter l’Union Européenne ou se désavouer en revotant (comme l’ont déjà fait les Danois).

              A mon avis, ce ne peut pas être aux autres pays, qui ont approuvé le Traité (17 pays) de le modifier, ce ne serait pas de la Démocratie.

              L’Irlande pourrait aussi former une Union de pays avec la Norvège, la Croatie, la Serbie, Macédoine, Albanie, l’Ukraine et le Biélarus etc. à eux de voir.

              Il est certain que la lecture du projet de Traité européen est souvent difficile et même parfois obscure mais c’est souvent aussi le cas d’autres traités internationaux (non soumis à référundum) et d’articles de loi, souvent incompréhensibles pour le "simple" citoyen.

              Je pense, qu’il ne faut pas voir là un vaste complot de capitalistes mais la nécessité de précision juridique.

              Si les citoyens devaient voter sur chaque loi, les critiques seraient les mêmes, "on y comprend rien", "on nous trompe" ...


              • Francis Francis 18 juin 2008 12:35

                Raisonnement absurde. A t’on demandé à la France de quitter l’UE le 30 mai 2005 ?

                Et sur la base, je vous prie, de quel article de loi (question de précision juridique) ?

                 

                Que la commission prenne ses responsabilités et démissione ! Cette façon d’inverser les choses est malsaine, ecoeurante et biaisée : c’est le peuple qui est le législateur suprême, pas ses représentants ou prétendus tels, sinon, ça ne s’appelle tout simplement plus une démocratie.


              • FYI FYI 18 juin 2008 13:55

                Le Traité de Lisbonne sent le sapin !

                16 juin 2008 (EIRNS) – Il est clair que le Traité de Lisbonne est « aussi mort qu’un clou de porte » comme l’a déclaré un membre du parti socialiste du Parlement hollandais. Le Conseil européen se réunira cette semaine pour parler du vote irlandais et décider des perspectives d’avenir.

                Le Financial Times, « porte-parole » de l’oligarchie financière anglo-hollandaise a déclaré dans son éditorial : « Il est temps de geler le Traité européen ». Il poursuit : « Il y aura sans doute des pleurs et des grincements de dents lors du sommet de l’Union européenne à Bruxelles la semaine prochaine lorsque les dirigeants de l’UE se réuniront pour décider que faire après le Non irlandais ». Le FT note que les Irlandais ont rejoint la France et les Pays-Bas qui avaient rejeté la « Constitution de l’UE » en 2005, traité qui ressemblait fort au Traité de Lisbonne. Selon le journal financier britannique, un second référendum irlandais « serait voué à l’échec » et le Traité devrait être mis de côté.

                Le Daily Telegraph fait un tour d’horizon des différentes couvertures de presse en Europe :

                * En Autriche, Der Standard écrit : « L’heure zéro fournit l’occasion d’un nouveau départ. Bruxelles et les gouvernements des pays de l’UE sont obligés de comprendre que les citoyens ne veulent pas d’une Europe où tout se décide à Bruxelles. Ils veulent d’une Union qui s’attaque aux problèmes sociaux. A présent, soit l’Europe choisit la voie franco-allemande de l’intégration, soit celle de l’économie libérale britannique, le choix sera décisif. »

                * En Allemagne, Die Welt écrit : « Les Irlandais ont rejeté les réformes de l’UE et c’est une bonne chose. Pourquoi ne devraient-ils pas voter contre une constitution, dont personne ne pouvait leur présenter clairement les avantages ? Si l’élite politique européenne est intelligente, elle n’essaiera pas de forcer l’Irlande à voter, encore et encore, jusqu’à ce que le résultat lui convienne. Ceci enlèverait toute légitimité au principe de référendum, ainsi qu’à celui du projet européen dans son ensemble. »

                Le Sueddeuttsche Zeitung déclare : « Le rejet irlandais est le plus grand désastre des politiques européennes car il annule les ratifications des autres pays. La réforme de l’Union européenne, telle que proposée par le Traité de Lisbonne, a échoué. »

                * En Italie, le journal La Repubblica titrait : « Le Non irlandais : une gifle pour l’Europe ». Il affirme ensuite que le résultat en Irlande « a divisé le gouvernement italien, mais a comblé la Ligue du Nord ». « Est-il possible d’atteindre la cinquantaine (âge de l’Union européenne) sans savoir de quoi on fait partie ? Est-il interdit de se demander pourquoi ? A voir les réactions de l’Union européenne, il semblerait que cela soit le cas. »

                * Au Danemark, le Jyllands-Posten : « Une fois de plus, nous voyons que les dirigeants européens sont incapables de transformer les idées simples, les valeurs et le potentiel de l’Europe en un message compréhensible pour les opinions des Etats membres. »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès