Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Constitution pour une renaissance européenne

Constitution pour une renaissance européenne

Le référendum pour le TCE en 2005 a donné lieu, non pas dans les grands médias, mais sur internet et dans la rue, à un exceptionnel débat sur ce qui est démocratique et ce qui ne l’est pas, et sur ce que désirent les citoyens pour l’avenir de l’Europe.

Il s’est avéré que ce que nous désirions n’était pas le TCE. La classe politique a pourtant décidé que leur opinion éclairée était plus importante que l’opinion des imbéciles que nous sommes. De vrais démocrates, ces gens-là. Ils entreprennent donc de ratifier, en 2008, au mépris de la décision des citoyens, un Traité de Lisbonne qui n’est rien d’autre qu’une réécriture obscure, complexe et encore moins démocratique, du TCE.

Faut-il abdiquer ? Baisser les bras et suivre nos bons bergers dans leur projet d’une civilisation ultracapitaliste, autoritaire et nihiliste ? Nous avions pourtant bien démarré. La mobilisation au moment du TCE n’était pas orientée seulement contre le projet proposé, mais aussi pour un autre projet pas encore écrit. Un plan B. Notre plan B, pas le leur. Le référendum nous a demandé ce que nous voulions, et il s’est avéré que nous voulions beaucoup plus que ce qui nous était offert. Alors, allons-nous abdiquer maintenant, à la première trahison ?

Seuls, nous ne pouvons rien, mais ensemble, en tant que communauté, en tant que nation, nous avons un immense pouvoir. Un pouvoir bien plus grand que celui de la classe politique et leurs alliés capitalistes.

Notre pouvoir, celui d’un grand nombre d’individus, doit être canalisé, ou plutôt catalysé. Nous avons chacun un point de vue différent. Nous avons besoin de nous mettre d’accord sur un projet commun, et cet accord ne peut pas être obtenu par l’ordre d’un chef. Il nous faut réfléchir collectivement et écrire ce projet collectivement, chacun apportant sa pierre à l’édifice.

Ma contribution personnelle est la Constitution pour une renaissance européenne ou CPRE pour faire court. C’est la première pierre à l’édifice, ou plutôt une proposition de première pierre. La CPRE version 1 est imparfaite car elle est le produit d’un seul homme. Analysez-la, critiquez-la, et la version 2 sera le fruit d’un travail collectif. À moins que vous ne préfériez partir sur une autre base.

La seule règle pour notre travail collaboratif est de reposer sur une discussion philosophique, c’est-à-dire que les rédacteurs des projets de Constitution se fichent totalement de votre opinion : donnez-leur vos arguments. Le débat doit reposer sur des raisonnements logiques et non sur des préférences sans analyses. Ne faites pas comme si votre point de vue personnel était universel. Cette exigence de rigueur est une force. Le résultat n’en sera que plus facilement accepté par tous.

Pourquoi nous faut-il une Constitution plutôt qu’un programme politique ? Parce qu’un simple programme ne pourrait être réalisé que dans le cadre des institutions actuelles, qui sont les institutions d’une société ultracapitaliste et assez peu démocratique. Pour obtenir autre chose, il nous faut changer les règles du jeu. La Constitution rassemble ces règles du jeu. C’est elle qu’il nous faut changer.

Voici une présentation des grandes parties de la CPRE :

0 - Introduction
Je la présente ici pour préciser que la version 2 pourra et devra avoir une autre introduction. Dans la version 1, j’ai dû expliquer ma démarche personnelle.

1 - Les citoyens
Ce sont les droits et devoirs des citoyens, en tant qu’individus. Par exemple, le pouvoir constitutionnel appartient exclusivement aux citoyens.

2 - L’université
La CPRE est conçue pour éviter les évolutions dictatoriales du gouvernement. L’éducation est une très dangereuse arme de propagande entre les mains d’un dictateur, c’est pourquoi elle est définie comme une institution autonome.

3 - Le Sénat
Il détient le pouvoir législatif.

4 - Le gouvernement
Il détient le pouvoir exécutif.

5 - La chancellerie
Elle détient donc le pouvoir judiciaire.

6 - Le triumvirat
S’occupe essentiellement des relations internationales.

7 - Le roi
Oui, il y a un roi. L’université est explicitement athée (fondée sur la démarche scientifique) et elle est chargée de préparer l’avenir. Le roi est explicitement chrétien et nous rappelle notre passé, notre héritage. Son pouvoir est surtout symbolique, il n’a aucune autorité coercitive sur les citoyens. La République est ouverte à toutes les religions.

8 - La défense
L’armée est autonome et n’a pas le droit d’agir à l’extérieur du territoire national. Autrement, ce serait une armée d’invasion indigne d’une démocratie.

9 - Les administrations
Elles aident les élus, mais ont leur propre mode de fonctionnement.

10 - Les fédérations commerciales ou politiques
Ce sont les institutions qui remplacent les entreprises et les associations. La CPRE établit une économie altermondialiste, c’est-à-dire ni capitaliste ni communiste. Les fédérations sont autonomes comme des entreprises, mais ce sont des structures démocratiques qui n’appartiennent à personne. Il n’y a pas d’actionnaire.

11 - Future bibliographie
Je n’ai mis aucune référence dans cette première version. Ce n’est pas bien. La version 2 devra inclure une bibliographie.

Voilà. Il y a 99 pages en tout. Vous pouvez les lire gratuitement à l’adresse suivante :

http://www.lulu.com/content/1480621

Les autres projets de Constitution que je connais sont sur le site d’Étienne Chouard :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

Si vous connaissez d’autres adresses, ajoutez-les en commentaire.

Vous remarquerez que la CPRE est le seul projet à être terminé, du moins dans sa première version. Ceci parce qu’une Constitution est un énorme projet. J’ai écrit ma version en seulement deux mois, mais cela ne correspond qu’à la période de rédaction. Il y a quinze ans de réflexion derrière. Il vous sera donc plus facile de contribuer à un projet existant que de repartir d’une feuille blanche.

Vous remarquerez encore que la CPRE détruit les États membres. C’est une République, une nation unique, pas une fédération d’États disparates. Cette démarche est le seul moyen accessible pour garantir que nous vivrons dans la société que nous avons choisie. Autrement, il nous faudrait remplacer en même temps la Constitution nationale et la Constitution fédérale. Faire l’un d’abord et l’autre ensuite serait impossible. L’UE interdirait que la France ne soit plus capitaliste, et la France interdirait que l’UE ne le soit plus. Ce synchronisme ne peut être assuré que s’il n’y a qu’un seul texte pour remplacer les deux précédents.

Bon, mon article est déjà trop long. Je termine en précisant que le site officiel pour centraliser nos efforts de collaboration est le groupe sur Facebook nommé "Constitution pour une renaissance européenne (CPRE)" que vous devriez trouver à l’adresse :

http://www.facebook.com/group.php?gid=16078840773

J’avais prévu de créer un blog pour jouer ce rôle central, mais j’en aurais été le seul contributeur et cela m’aurait donné trop de pouvoir. Pourquoi Facebook et pas un autre réseau social ? Parce c’est le plus sérieux. Orkut est un club de rencontres et MySpace est pour la musique. Un wiki n’aurait pas été adapté au travail philosophique d’exposition des argumentations et de vérification de l’absence d’erreur logique dans ces argumentations.

Voilà, n’hésitez pas à rejoindre ce groupe. Cela ne vous engage à rien.


Moyenne des avis sur cet article :  3.32/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 24 avril 2008 14:37

    Ca commence mal, pour cette constitution !

    Pour pouvoir participer il faut être inscrit sur facebook, et, désolé, je ne le suis pas et je ne veux pas l’être.

    Vous venez de créer la première discrimination parmi les futurs citoyens... Vous avez donc peu de chance d’aboutir, mais si vous y arrivez, cette constitution n’aura pas plus de valeur que celle que nous avons rejeté en 2005, puisqu"elle est sectaire dans son essence....


    • HBour HBour 24 avril 2008 16:43

      Un groupe Facebook n’est qu’un forum. S’il y a une demande pour créer le site cental ailleurs, moi je n’ai rien contre, pourvu que ce soit gratuit. Vous aurez de toute façon à créer un compte pour participer. Donnez-moi un site de forums gratuits et sûrs que tout le monde accepterait.


    • HELIOS HELIOS 24 avril 2008 21:46

      Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir choisi de créer un groupe "yahoo" qui ne demande vraiment rien, et qui surtout ni ne recolte ni ne met en place des mecanismes de liens destinés à connaitre le "reseau" de participants ?... c’est tout aussi gratuit.


    • HBour HBour 21 mai 2008 18:15

      Je doute sérieusement que quelqu’un souhaite contribuer, mais au cas où, je vous informe que le groupe de discussion officiel n’est plus celui de Facebook mais celui-ci :

      http://groups.google.com/group/cpre


    • 1984 24 avril 2008 16:10

      Facebook n’a rien de sérieux, c’est un réseau créé pour retrouver d’anciens amis universitaires à qui l’on à toujours rien à dire et c’est surtout un moyen de recueillir un maximum d’informations personnelles sur les utilisateurs pour les revendre !

      Quand à une constitution européenne la reponse à été claire NON !!!

      L’union européenne c’est la quatrième reich !!!


      • FYI FYI 24 avril 2008 18:19

        "7 - Le roi Oui, il y a un roi. L’université est explicitement athée (fondée sur la démarche scientifique) et elle est chargée de préparer l’avenir. Le roi est explicitement chrétien et nous rappelle notre passé, notre héritage. Son pouvoir est surtout symbolique, il n’a aucune autorité coercitive sur les citoyens. La République est ouverte à toutes les religions."

        Pas besoin de roi pour se rappeler de notre Héritage, vous rajoutez de surcroît qu’il doit être chrétien ... tient donc pour vous, l’Europe est avant tout un héritage chrétien ... on ne lit pas les-mêmes bouquins je pense !!!


        • HBour HBour 24 avril 2008 21:17

          Il me semble que l’Europe a été un ensemble de (quasi) théocraties chrétiennes pendant près de 1000 ans. Quelque part entre la fin de l’Antiquité et le siècle des Lumières. Si vous créez une variante de la CPRE, vous pouvez sans risque supprimer le roi. Ici, l’objectif est de générer une société pluri-culturelle. Si l’on veut que l’université soit fondée sur la démarche scientifique, il faut assumer qu’elle soit explicitement athée. Comme je suis athée moi-même, cela ne me dérange pas, mais au nom d’une laïcité plurielle, si une institution est explicitement athée, il faut qu’en contrepartie, une autre institution soit explicitement autre chose. En Europe, cette autre chose ne peut être que le christianisme. D’où mon étrange roi qui ne sert pas à grand chose à part à faire contrepoids à l’athéisme de l’université.


        • dom y loulou dom 26 avril 2008 12:22

          c’est bien. Je salue votre volonté de reprendre le cours des évènements en main.

          je resterai cependant observateur pour qu’on ne me reproche pas à nouveau de chercher une gloriole quelconque. Tout au plus je signallerai si vous ne respectez pas TOUTES les composantes européennes, incluses dans la CE ou pas.

           

          Je m’étonne un peu du fait que vous critiquiez la classe politique qui nous trahit à tout bout de champ, mais que vous leur accordiez quand même le rôle de faiseurs de lois dans un sénat à l’identique de ce que nous connaissons.

          Si les citoyens ne peuvent décider des lois qu’ils doivent subir ils sont, de fait, en dictature, rappelez-vous de cela durant votre réflexion. Si le bien commun est vraiment votre intention.

          bon courage

           


          • HBour HBour 26 avril 2008 15:43

            Merci. Je tiens juste à préciser que j’aimerais que ce soient les citoyens qui reprennent les choses en main, et pas moi. Devenir un chef ou même une micro-célébrité est bien la dernière chose dont j’ai envie. J’ai d’ailleurs publié la CPRE il y a 6 mois. Je n’écris cet article que maintenant, par dépit face à la résignation qui semble s’être installée.

            Le Sénat n’est pas identique à celui que nous connaissons. La CPRE a au moins deux principes anarchistes : les fédérations commerciales inspirées des fédérations libertaires de Proudhon, et le principe de liberté totale des citoyens, qui fait que le sénat ne peut imposer aucune loi aux citoyens en tant qu’individus, et donc qu’il n’y a plus de prison. L’idée derrière ce principe est que les inconvénients de la liberté sont bien plus acceptables que les inconvénients de la sécurité (et que l’on ne peut pas faire confiance aux politiciens).


          • bob 15 mai 2008 16:39

            Article interessant en ce sens qu’il propose une alternative a la constitution imposee non democratiquement aux peuples europeens.
            Je m’oppose neamoins a la notion de royaute qui fait disparaitre celle de democratie au profit d’une monarchie parlementaire. Hughues Capet a reussi a devenir roi de France alors qu’il n’etait qu’un petit seigneur regnant sur une quantite de terre ridicule. Quiconque oublie son passe est condamne a le revivre.

            Par ailleurs la notion de plan B a ete creee par Strauss-Khann comme repoussoir pour le Oui a la constitution. Le referendum n’avait pas a vocation de creer une nouvelle constitution mais a accepter ou refuser celle qui a ete proposee au francais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès