Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Corruption et trahison de la classe politique grecque

Corruption et trahison de la classe politique grecque

En Grèce, l’enquête sur le gonflage artificiel du déficit public pointe la responsabilité du gouvernement Papandréou.

En septembre 2011, un ancien membre du conseil d’administration de l’Institut national de statistique en Grèce à accusé publiquement l’allemand Walter Rademacher, directeur général de Eurostat, organisme chargé de l’information statistique à l’échelle communautaire, Giorgos Papakonstantinou, ministre de l’Economie de l’époque, et Andréas Georgiou, président du conseil d’administration de l’Institut national de statistique (ELSTAT), d’avoir dérogés à certaines règles relatives au calcul du déficit public, et cela dans le but de le faire artificiellement augmenter.(http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/en-grece-la-verite-des-chiffres-101342)

Deux mois après cette révélation, un procureur du pôle économique, Grigoris Peponis se saisit de l’affaire, et convoque plusieurs témoins (liste en bas). Plusieurs parmi eux mettent en cause Andréas Georgiou, qui est rapidement convoqués comme suspect par le procureur. Il nie les accusations, et ne sera pas davantage mis en cause, demeurant même président d’ELSTAT.

Dans son dossier, dont quelques passages ont fuités dans la presse grecque, le procureur énonce que « de l’ensemble des preuves collectées (témoins et documents écrits), et essentiellement des témoignages, des éléments sont apparus mettant en exergue des infractions à la loi commises sous la responsabilité de ministres et de personnes occupant certaines positions dans le gouvernement de la Grèce ». Il ajoute que « régulièrement dans les témoignages, référence est faites au gonflement et à la détermination arbitraire du déficit public de 2009, et par connexion, à la responsabilité du Premier ministre de l’époque, Giorgos Papandréou, des membres de son gouvernement, et du ministère de l’Economie. »(1)

Après avoir manipulé les statistiques à la baisse avec l’aide de Goldman Sachs(2) pour pouvoir faire partie de la zone euro, chose qui arrangeait plus les grands pays européens comme l’Allemagne ou la France, notamment pour la vente d’armes(3), que la Grèce elle-même. Le gouvernement grec aurait donc cette fois-ci manipulé les chiffres à la hausse, sous l’oeil de Papandréou, lui-même mandataire des institutions européennes. Entre immunité et impunité, les irresponsables politiques ne sont jamais inquiéter. Ni en cas d’incompétence, pas non plus en cas corruption, encore moins pour les actes commis durant l’exercice de leur fonction. La sanction électorale ne suffit pas. Elle n’a même aucun sens dans un pays qui se revendique démocratique, dès lors qu’en démocratie personne ne peut détenir indéfiniment le pouvoir. Le départ ne peut pas être une punition lorsqu'il est inévitable.

A cette heure, l’Islande demeure le seul pays à avoir traduit en justice un responsable politique, en l’espèce son ancien Premier ministre, pour sa responsabilité dans la crise(4). En Grèce, les députés, les ministres ou le Président de la République se font hués et « yaourtés » à chaque apparition public. Le 15 décembre 2010, Kostis Hatzidakis, député de droite, ancien ministre du Développement, est passé à deux doigts du lynchage(5). La méthode est différente, mais l’objectif ne change pas, punir.

En Islande, la population est sortie dans la rue, à poussée son gouvernement à la démission, et réécrit actuellement sa constitution démocratiquement sur Internet(6), chacun étant libre de participer à sa rédaction. En Grèce, la population est sortie dans la rue, elle s’est faite matraquée(7) et intoxiquée par des gaz périmés. Le gouvernement actuelle est dirigé par Lucas Papademos, technocrate non-élu, ancien vice président de la Banque Centrale Européenne et surtout ancien président de la Banque Centrale de Grèce entre 1994 et 2002, et qui a donc participé à cet effet aux trucages des comptes opérés par Goldman Sachs à l’époque(8). La décision politique n’est pas complètement impuissante devant les circonstances, celles-ci, lorsqu’elles sont extrêmes, révèlent juste le vrai visage des décideurs.

Liste des témoins :

- Zoi Georganta, ex-membre du conseil d’administration d’ELSTAT
- Nikolaos Stroblos, ex-directeur de la Direction des Comptes Nationaux d’ELSTAT
- Nikolaos Logothétis, ex-vice-président d’ELSTAT
- Konstantinos Skordas, ex-membre d’ELSTAT
- Nikolaos Choudis, député européen
- Sofia Voultepsi, journaliste
- Georgos Kassimatis, professeur de droit constitutionnel
- Georgos Romanias, économiste
- Anna Zoirou, économiste
- Stavros Beriatos, chef du département gouvernance générale et compte économique
- Andres Filippou, ex-membre d’ELSTAT
- Anastasia Pateraki, chef à la Direction du PIB
- Georgos Simigiannis, ex-membre d’ELSTAT
- Stella Balfousia, économiste
- Konstantinos Kuriakopoulos, journaliste
- Epanimondas Marias, professeur d’université

 

(1) http://news247.gr/oikonomia/oikonomika/eythunes_sthn_kyvernhsh_papandreoy_gia_to_foyskwmeno_elleimma.1583354.html-

(2) http://www.nytimes.com/2010/02/14/business/global/14debt.html?pagewanted=1&sq=goldman%20sachs&st=cse&scp=2-

(3) http://international.blogs.ouest-france.fr/archive/2012/01/12/grece-arme-allemagne-france-vente-defense-euro-cohn-bendit-c.html-

(4) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/05/04016-20110905ARTFIG00516-un-ex-premier-ministre-islandais-a-la-barre.php

(5) http://www.youtube.com/watch?v=i6hDxiHMz5c-

(6) http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/06/23/l-islande-et-la-premiere-e-constitution_1539767_3232.html-

(7) http://www.youtube.com/watch?v=VlVML5ih2Qs-

(8) http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • sylvie 21 janvier 2012 09:25

    En Grèce, l’enquête sur le gonflage artificiel du déficit public pointe la responsabilité du gouvernement Papandréou.




    Oui mais une des mains sur la photo est goldman sachs ce genre de responsabilité ne peux être le fait d’une seule personne

    • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 21 janvier 2012 10:16

      L’internationale socialiste alliée à Goldman sachs....Tous unis par la franc-maçonnerie mondialiste pour détruire la souveraineté des peuples en faveur d’une oligarchie.


      • BA 21 janvier 2012 14:43

        - Au début, les bisounours disaient : "Ne vous inquiétez pas. La Grèce pourra rembourser toute sa dette."

         

        - Ensuite, les bisounours ont dit : "Ne vous inquiétez pas. La Grèce pourra rembourser PRESQUE toute sa dette."

         

        - Ensuite, les bisounours ont dit : "Ne vous inquiétez pas. La Grèce pourra rembourser une grande partie de sa dette. Les banques et les assureurs européens ne subiront qu’une petite décote de seulement 21 %."

         

        Les dirigeants de la zone euro se sont mis d’accord le 21 juillet sur un deuxième plan d’aide à la Grèce d’un montant total de 109 milliards d’euros. Le secteur privé, détenteur d’obligations souveraines grecques, sera mis à contribution à hauteur de 37 milliards d’euros. L’accord prévoit que les banques et assureurs européens subiront une décote de 21 % sur la dette grecque qu’ils détiennent.

         

        http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/07/28/97002-20110728FILWWW00455-grece-les-banques-proposent-15mds-d.php

         

        - Ensuite, les bisounours ont dit : "Ne vous inquiétez pas. Les banques et les assureurs européens ne subiront qu’une décote de 40 %."

         

        - Ensuite, les bisounours ont dit : "Ne vous inquiétez pas. Les banques et les assureurs européens ne subiront qu’une décote de 50 %."

         

        - Aujourd’hui, les bisounours ne savent pas de combien sera la décote.


        • daily.logan 24 janvier 2012 19:55

          Ce message a été publié sur :

          agoravox rue89 chevallier.biz www.francophonia.net alternatives-economiques.fr www.pauljorion.com/blog/ olivierdemeulenaere.wordpress.com ladettedelafrance.blogspot.com blog.crottaz-finance.ch www.les-crises.fr finance.blog.lemonde.fr peyrelevade.blog.lemonde.fr www.gaullistelibre.com www.christiansaint-etienne.eu gsorman.typepad.com

          Sur des articles sans aucun lien avec le sujet bien sûr.

          Cher Bruno, il est temps de vous faire soigner...


        • Richard Schneider Richard Schneider 22 janvier 2012 16:25

          L’alliance néfaste entre les politiques et la Finance a conduit, avec l’approbation de Bruxelles, à la situation grecque. 

          À la limite, cela ne serait pas dramatique, si ce n’était pas le peuple grec qui devait payer les turpitudes des dirigeants et les aberrations du système ultra libéral qui règne en Europe.
          Ceux qui ont commis ces erreurs et ses malversations ne risquent évidemment rien, ou quasi rien. Ceux qui les subissent souffrent et vont encore souffrir longtemps. 
          Dire qu’on nous avait vendu l’Euro en nous promettant « paix, bonheur et prospérité » ! Et où sont-ils ces menteurs vendus à la Grande Finance et aux Grands Groupes ? Ils sont bien au chaud dans leur palace, ou font de juteuses affaires sur le dos des peuples. Certains sont même à la tête de la BCE ou du gouvernement italien. Normal : ils ont été récompensés par leurs Maîtres d’avoir bien fait « leur travail » !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès