Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Crise belge : les libéraux sont appelés à la rescousse

Crise belge : les libéraux sont appelés à la rescousse

Les libéraux entrent enfin en piste après huit mois d’exclusion par la seule volonté de la ‘gauche francophone’, le PS et ses deux acolytes CdH et Ecolo. Opération de la dernière chance ? Si ce n’est pas le cas, ça y ressemble même si l’invitation des libéraux n’est que logique : on ne peut décemment réformer l’Etat en excluant les représentants d’un cinquième des citoyens de ce pays. 

Après 234 jours de guerre de tranchées et plus de trois mois de tentatives infructueuses de conciliation par le socialiste flamand Vande Lanotte, le roi Albert II s’est donc gentiment rangé au souhait bien tardif des sept partis (4 flamands et 3 francophones) incapables de parvenir à un accord sur une profonde réforme de l’Etat qui est, rappelons-le, pour la Flandre tout entière, LE préalable in-con-tour-na-ble à la formation d’un quelconque gouvernement fédéral. 

Les Bleus du nord (Open VLD, à l’origine de la chute du gouvernement Leterme) et du sud (MR, cousin de l’UMP) vont donc avoir désormais droit au chapitre. Mais, pas de triomphalisme béat. La mission que vient de confier le souverain à Didier Reynders, vice-premier ministre du gouvernement démissionnaire et encore président du MR pour quelques jours, n’est qu’un remake de ce que l’on connaît bien en Belgique : informateur. 

Le nouvel émissaire royal est chargé de vérifier ”la volonté des partis démocratiques” à aboutir à un accord institutionnel. En tête des priorités, l’inénarrable scission de “BHV”, le financement des régions, le transfert de compétences aux entités fédérées et la pérennité de l’Etat fédéral. En corollaire, M. Reynders devra tenter de déterminer quels partis pourraient former une coalition compte tenu qu’il faut une majorité des deux tiers pour voter une réforme de l’Etat. 

Même si la mission « royale » d’information n’engage pas vraiment M. Reynders ni son propre mouvement, elle est considérée comme délicate car au sein du MR il y a la branche FDF (Front démocratique francophone), très influent à Bruxelles et dans sa périphérie, dont les vues sur ‘BHV’, le fantasme flamand, sont diamétralement opposées aux exigences nordistes sur la question. 

Didier Reynders s’est peu exprimé durant ces bientôt huit mois qui ont mené le pays dans l’impasse. Ce que l’on sait, c’est qu’il ne rejette pas le confédéralisme, un point qui réjouit les Flamands. Il a surtout décrié la méthode de négociation adoptée par les sept partis “autour de la table”. Lors de ses consultations, il ne manquera pas de proposer la sienne aux éventuels partenaires et on saura vite si elle fait consensus. On peut en douter, surtout du côté de la gauche francophone qui s’accroche à l’idée d’un Etat fédéral fort et vache à lait des Régions. 

Les libéraux sont donc rappelés et c’est une excellente chose, mais pour l’instant ce n’est qu’un petit tour de chauffe. C’est déjà un premier pas. Gageons que l’opposition viendra essentiellement du côté francophone où la lutte a toujours été âpre entre socialistes et libéraux pour le leadership régional. 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 février 2011 18:06

    Qu’est ce que veut dire « libéral » dans le cadre d’un affrontement entre nationalismes d’un autre âge en Europe ? 


    Le libéralisme nationaliste est un cercle carré, au même titre qu’un parti révolutionnaire institutionnel (Mexique), un parti démocratique juif (Israël), un parti islamiste démocratique (Turquie), ou un parti chrétien-démocrate nationaliste (Belgique) et même un parti chrétien-démocrate tout court (Allemagne) comme si un parti religieux pouvait prétendre représenter tous les citoyens, parler, penser et agir au nom de tous, croyants ou non ! etc...

    On peut multiplier les exemples d’oxymores et de confusionnismes politiques. On ne sortira pas du chaos politique sans effort de clarté et de cohérence.



    • zany 6 février 2011 01:58

      nationalisme, ce n’est pas un gros mots d’aimer sont pays que je sache.

      On peut multiplier les exemples d’oxymores et de confusionnismes politiques. On ne sortira pas du chaos politique sans effort de clarté et de cohérence.

      Pas faux, je rajouterais sans se bouger. ;)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès