Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Croatie, l’U.E. n’est pas la solution mais le problème

Croatie, l’U.E. n’est pas la solution mais le problème

Le 1er juillet 2013, la Croatie devenait le vingt-huitième pays membre de l’Union Européenne. En dépit du tropisme si prononcé de nos dirigeants vers la propagande eurolâtre, personne ne se presse pour fêter cet anniversaire. Pourtant l’Union Européenne, chacun devrait le savoir, c’est Le Remède, la Panacée universelle, l’Elixir Miracle qui guérit des maux passés, présents et à venir…
D’ailleurs, de nombreux ukrainiens ne sont-ils pas morts récemment pour rejoindre l’Union Européenne ? (Certes l’honnêteté exige de dire que c’était sous les coups des néo-nazis de Svoboda ou du Pravy Sektor, et sous les balles de mercenaires armés par la CIA comme une enquête sérieuse de ARD l’a montré. Et puis il faut bien dire que les centaines de milliers d’ukrainiens qui fuient la terreur fasciste ne partent pas vers l’ouest mais vers l’est…).

Trêve de propagande, les faits sont têtus : depuis son adhésion, la Croatie va plus mal !

Voyons plutôt :

Depuis 2009 la récession frappe la Croatie, l’adhésion à l’UE n’a rien changé, bien au contraire, et le taux de chômage s’élève à plus de 16%. Pourtant, comme pour tous les autres membres, les promesses étaient nombreuses. L’adhésion à l’UE devait permettre le retour de la croissance, la baisse du chômage, les investisseurs étrangers devaient affluer dans tout le pays, la « solidarité » européenne devait par l’intermédiaire des fonds structurels soutenir les investissements…force est de constater que rien ne cela ne s’est passé, c’est même tout le contraire !

En effet, alors que la demande intérieure est en berne et que l’inflation est négative, l’UE empêche la Croatie de jouer sur la variable monétaire afin de garantir sa tenue face à l’euro, l’investissement public est à l’arrêt afin de se soumettre à une procédure pour « déficit public excessif ». Les contre- réformes antisociales se multiplient : hausses de la T.V.A à 25%, casse des services publics…
Il n’aura pas fallu longtemps à la Croatie et au peuple croate pour constater que l’UE n’est pas une solution mais un problème.
Ainsi, la Croatie ne touche-t-elle aucun fond structurel européen car ils sont conditionnés à un cofinancement national que la Croatie ne peut se permettre du fait de son déficit excessif aux dires de la (grosse) commission européenne. Pire, les investissements étrangers promis ne sont jamais arrivés, et pour couronner le tout la (grosse) commission européenne exige que la Croatie revoie son « Etat-providence »(hérité de la fédération yougoslave) et casse système de santé et de retraite. Si l’on ajoute à cela que le seul projet de développement concerne le tourisme, alors même que le tissu industriel déjà fragile s’étiole à grande vitesse, on peut dire que la Croatie ne touche pas les fonds européens, mais touche le fond tout court.

Cela dit, pas de déception dans le peuple croate, il faut dire que plus de la moitié des électeurs ne se sont pas déplacés lors du référendum d’adhésion et que lors des élections européennes l’abstention dépasse les 75%… le citoyen croate n’avait guère d’illusion à perdre sur le projet néo-colonial pan-européen concocté pour lui par sa classe dirigeante, et l’instrumentalisation des oppositions aux voisins ex-yougoslaves (Racines « catholiques » de l’U.E contre Serbie orthodoxe) suffit à peine à masquer la non adhésion du peuple croate à la machine à casser les salaires…

Avec l’exemple de la Croatie sous les yeux, il faut être aveugle pour ne pas voir que l’U.E n’est ni un projet d’avenir, ni un instrument de prospérité pour les peuples qui y entrent.

Force est de constater que le seul rôle de l’U.E. est de dessaisir les peuples de leur souveraineté, afin de leur imposer une casse sociale sans précédent, alliant casse des salaires et des droits sociaux à une hausse des impôts pour les travailleurs.
Force est de constater que la seule solidarité développée par l’U.E., c’est celle de son oligarchie financière pour piller les peuples, de la Baltique à l’Adriatique.

Force est de constater que pour les travailleurs, de Brest à Zagreb, l’U.E c’est comme le tabac, il ne faut pas y rentrer, et si on veut s’en sortir, il faut en sortir.

http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/croatie-lu-e-nest-pas-solution-probleme/

A retrouver et lire sur l'édition numérique d'Initiative Communiste site web du journal du PRCF


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • filo... 28 juillet 2014 19:18

    Je me souviens que lorsque la Croatie a prise son indépendance, le dépeçage de son patrimoine a immédiatement commencé.

    Et ce sont « les amis allemands » qui ont étaient en premières lignes donc premiers servis. Et ils ne se sont pas privés.

    Le bord de la mère croate p.ex. les hôtels ; on m’a raconté que des directeurs de ces hôtels se sont subitement, avec les nouveaux patrons, retrouvés comme simples employés à la plonge ou subalterne.

    Maintenant au moment d’entrer en UE il était question encore des privatisations. Et les croates, enfin leurs dirigeants actuels, ont acceptés toutes les conditions posées.

    P.ex. à Pula, une très jolie petite ville en bas de presque ile d’Istrie a un chantier naval qui fonction très bien, carnet des commandes garni. UE a demandé de la privatiser et à 100%

    Acheteur potentiel le mieux placé est a Corée de Sud. Donc elle sera probablement et bientôt son nouveau propriétaire. Mais, (il y bien entendu un mais) la fabrication va être transféré en Corée de Sud.

    Cette affaire sent un coup tordu de la part d’Italie, membre de UE et qui possède juste de l’autre côté de l’Adriatique aussi un chantier naval. Et l’Etat italien est propriétaire de ce chantier à 25%

    Finalement ce qu’il intéresses l’Occident c’est que ces 4millions de consommateurs croates en plus pour leurs produits capitaliste et c’est tout.

    Ah, quelle est belle cette UE !


    • zelectron zelectron 29 juillet 2014 18:02

      les croates ont étés naïfs de proclamer leur indépendance avec les assurances du Chancelier Kohl, à partir de là les carottes étaient cuites ...


    • Doume65 28 juillet 2014 20:44

      Bonjour.
      Le PRCF (puisque tous les liens proposés nous mène vers lui) préfère s’associer au FDG, très europhile, qu’à l’UPR, qui titre en gros dans sa charte : « L’analyse de la situation de la France : l’Europe est le problème, pas la solution ». Pourquoi le PRCF veut-il pour la Croatie ce qu’il refuse à la France ?


      • taktak 28 juillet 2014 22:49

        et vlan une pub pour ce groupuscule ! sans même prendre la peine de faire semblant de commenter l’article. Allez hop grosse retape...

        Et de gros et vilain mensonge. Le PRCF n’est ni membre du FdG, ni associé.
        Car justement le PRCF est pour la sortie de l’UE, la sortie de l’euro et la sortie de l’otan.
        Qui plus est c’est l’UPR qui refuse l’unité d’action avec quiconque. Ce qu’il a indiqué publiquement en refusant par exemple de signer l’appel unitaire pour un nouveau CNR et la sortie de l’UE, la sortie de l’euro et de l’OTAN. Appel autour duquel PLF M’PEP et PRCF ont réussi à se rassembler pour agir ensemble.
        Pendant ce temps, l’UPR préferait faire la promotion de son gourou, le choix de l’isolement sectaire. C’est votre choix. Assumez le !


      • Doume65 29 juillet 2014 10:53

        « c’est l’UPR qui refuse l’unité d’action avec quiconque. Ce qu’il a indiqué publiquement en refusant par exemple de signer l’appel unitaire pour un nouveau CNR »
        Intéressant. Aurais-tu un lien STP ?

        « C’est votre choix. Assumez le »
        Je n’ai rien à assumer car je ne fais pas partie de ce mouvement.


      • taktak 29 juillet 2014 22:04

        Il suffit de consulter la liste des signataire de l’Appel pur un nouveau cnr sur www.initiative-communiste.fr par exemple


      • Doume65 30 juillet 2014 17:29

        @taktak
        Merci pour le lien, mais il renvoie à une page comportant une foule de lien, et le seul qui concerne un appel est pour les palestiniens pas pour un nouveau CNR. Je ne suis pas plus avancé.


      • Laurent Simon 28 juillet 2014 21:12

        Ce n’est pas un peu simpliste comme analyse ?
        Dans la rubrique Economie en plus !

        En d’autres mots : est-il possible de faire un article convaincant (qui convainque d’autres personnes que les convaincus avant de lire même l’article), dans cette rubrique, en restant dans de telles généralités ?


        • taktak 28 juillet 2014 23:13

          Généralité ?
          ah bon. Pas plus simpliste que la plupart des articles de la presse spécialisés se bornant à dire : il faut réduire les salaires. Ce qui est le fondement de la politique économique de l’UE.

          Non cet article décrit l’effet de l’adhésion de la Croatie à l’UE sur son économie ; et la traduction que cela a sur son opinion publique qui désormais rejette massivement cet hydre ultra libérale

          Mais peut être voudriez vous nous régaler de votre science, on pourra alors discuter ?
          A moins que votre commentaire a pour but d’inviter à censurer un article qui vous déplait car n’allant pas dans le sens de vos croyance ?


        • lcm1789 28 juillet 2014 23:31

          Oui l’article est court, car il se borne à faire un constat simple.


          Avant d’entrer dans l’U.E la croatie allait mal,la croatie est rentrée dans l’UE est maintenant c’est pire...

          Vous voudriez que l’on vous gave de chiffres, de matrices, que l’on vous explique tout ça avec des statistiques compliquées, des lois tarabiscotées qui feraient crever de rire ou de rage Kolmogorov.

          Et bien non, quand tu es malade, que tu prends un médicament et que ton état se dégrade fortement, c’est que le médicament n’en est pas un mais que c’est un poison...


          Maintenant si tu veux descendre de ton piédestal et venir étayer ou contredire ce constat en ramenant ta science libre à toi...nous autres citoyens ordinaires, nous n’avons que faire des « experts assermentées » qui ne faon que masquer leur incurie derrière des pseudo théorie mathématiques qui si elles n’expliquent ni ne prévoient rien, ne servent qu’à l’enfumage...

        • Laurent Simon 29 juillet 2014 00:59

          "Pas plus simpliste que la plupart des articles de la presse spécialisée« 

          Ah parce que les autres sont simplistes, il faut tomber dans le même simplisme inversé ?
          Cela me rappelle ;
          - C’est qui le capitalisme ?
          - ...
          - C’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Et le communisme ?
          - ...
          - C’est exactement le contraire !

           »se bornant à dire : il faut réduire les salaires. Ce qui est le fondement de la politique économique de l’UE3
          1. Ce n’est pas le fondement économique de l’UE.
          2. Ce n’est pas ce qui se produit avec le développement, regardez les pays émergents, y compris la Chine, il y a même des entreprises qui partent de Chine parce que les salaires commencent à être vraiment trop élevés...
          3. Ce qui ne va pas en revanche, c’est quand les équilibres sont rompus.
          Cela est vrai au niveau économique (quand les entreprises ne gagnent plus d’argent, elles ne peuvent que licencier, et/ou disparaître.
          Cela est vrai aussi au niveau écologique. Et là ce qui se passe en Chine est un désastre.
          C’est évidemment aussi vrai au niveau social. Et malheureusement, la non consolidation de l’édifice UE - euro avant la crise a précipité des pays comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal dans une crise bien plus grave que si les efforts avaient été faits AVANT pour que l’édifice soit beaucoup plus sécurisé.
          Comme je le dis ailleurs, la construction européenne est une bicyclette, et quand on s’arrête de pédaler (de construire), on tombe, et c’est tout le monde qui tombe ! Et en premier ceux qui sont le plus vulnérables !

          "Non cet article décrit l’effet de l’adhésion de la Croatie à l’UE sur son économie ; et la traduction que cela a sur son opinion publique qui désormais rejette massivement cet hydre ultra libérale« 
          Cet article ne décrit rien du tout, il évoque quelques éléments, et essaient de faire un lien mécanique de cause à effet. En plus, l’adhésion de la Croatie n’a pas eu lieu à la meilleure période, non ? En profiter pour déduire que c’est parce que la Croatie a adhéré à l’UE que tout va plus mal...

           »Mais peut être voudriez vous nous régaler de votre science, on pourra alors discuter ?« 

          Discuter, c’est ce que j’essaie de faire. Je ne sais si vous poursuivrez.

           »A moins que votre commentaire a pour but d’inviter à censurer un article qui vous déplait car n’allant pas dans le sens de vos croyance ?« 

          Je ne suis pas spécialement pour la censure. »J’approuve« régulièrement sur Agoravox la parution d’articles qui ne sont pas dans mon courant de pensée, si cela peut faire un débat sérieux. En revanche, je désapprouve quand il s’agit de faire passer un tract, qui ne va pas très loin dans l’analyse, et qui ne permet donc pas un vrai débat. Débattre, c’est l’intérêt d’Agoravox, non ? Pas forcément d’employer des »fascistes«  »nazis" à tout bout de champ. Ni de déblatérer un discours du 19 e siècle qui ne colle pas à la réalité. Mais qui a servi en revanche à emprisonner des millions de personnes, à créer de la famine...


        • Laurent Simon 29 juillet 2014 01:19

          " l’article est court, car il se borne à faire un constat simple. Avant d’entrer dans l’U.E la croatie allait mal,la croatie est rentrée dans l’UE est maintenant c’est pire...Vous voudriez que l’on vous gave de chiffres, de matrices, que l’on vous explique tout ça avec des statistiques compliquées, des lois tarabiscotées qui feraient crever de rire ou de rage Kolmogorov.Et bien non, quand tu es malade, que tu prends un médicament et que ton état se dégrade fortement, c’est que le médicament n’en est pas un mais que c’est un poison...« 

          Vous pouvez penser cela, mais je regrette, c’est simpliste. Par exemple  :
          1. Le médicament peut arriver trop tard, et ne faire qu’empirer la situation parce qu’il arrive trop tard.
          2. Il n’y a pas de médicament marchant pour tous les malades. Donc pour certains le médicament fonctionne, et pour d’autres pas.
          3. Il n’y a pas de médicament connu, suffisamment efficace, parce que l(état de la science est insuffisant. Donc les médecins essaient qqch, et cela marche, ou pas. C’est comme ça que la médecine a progressé, même si ce n’est pas très satisfaisant intellectuellement.

           »Maintenant si tu veux descendre de ton piédestal et venir étayer ou contredire ce constat en ramenant ta science libre à toi...nous autres citoyens ordinaires, nous n’avons que faire « 
          Faudrait savoir, si c’est bien que je descende de mon piédestal, ou si de toute façon vous n’avez que faire d’avis des personnes qui ne pensent pas comme vous ?

           »des « experts assermentés » qui ne font que masquer leur incurie derrière des pseudo théories mathématiques qui si elles n’expliquent ni ne prévoient rien, ne servent qu’à l’enfumage...« 

          Je suis pour une réelle pédagogie, pour une science qui devienne accessible. Et cela passe par une véritable éducation à l’économie, à l’école, pour qu’on ne trouve pas ensuite des citoyens qui disent n’importe quoi.

          Notamment dans le domaine économique, et puisque plus haut taktak parle de baisse de salaires, et que je suppose il aimerait probablement qu’il y ait une relance »par la consommation« , eh bien il serait bon que l’ultrakeynesinisme ne soit plus enseigné à l’école.
          Avec des discours du genre, »il vaut mieux des dépenses publiques, même pour payer des gens à faire des choses qui ne servent à rien, que de ne pas faire ces dépenses publiques et d’avoir du chômage... « alors que si c’était le cas, avec le montant des dépenses publiques en France, on devrait être les champions du monde de la reprise économique et du plein emploi !
          Au passage remarquez la logique »dépenses publiques« veut dire »non chômage". Alors que les recettes de l’Etat, il faut bien qu’elles arrivent de quelque part ... Et ce quelque part ne serait pas impacté par l’importance de la dépense publique ??

          Débattons, certes, mais avec des arguments.


        • taktak 29 juillet 2014 09:59

          « il serait bon que l’ultrakeynesinisme ne soit plus enseigné à l’école. »

          C’est bien ce que je dis, on a à faire à un censeur. Qui veut bourrer les cranes de nos gamins dès l’école de ses théories ultra libérales.

          Du reste, je veux bien poursuivre la discussion, mais il faudrait pour cela plutot que de verser dans l’anathème et la proclamation de vos croyance religieuses que vous nous régaliez de vos analyses célestes. Un inculte en économie (vous ne me connaissez pas, et je dois vous dire que je me sens insulté par votre propos) va s’en régaler.

          Deux choses :
          C’est article explique l’effet de l’adhésion de la croatie sur son économie. Il fait un constat implacable de l’action de l’UE et le confronte à vos promesses (mais si il faut toujours plus d’UE car si on arrete de pédaler on tombe... le problème c’est que si on continue on s’enfonce toujours plus dans la merde !)

          Je reprend ce qu’écrit l’article et vous allez donc nous expliquer.
          Prommesse lors de l’adhésion. retour de la croissance, la baisse du chômage, les investisseurs étrangers devaient affluer dans tout le pays, la « solidarité » européenne devait par l’intermédiaire des fonds structurels soutenir les investissements…
          Résultat ; demande intérieur s’est effondrée, inflation négative, et la croatie ne peut - comme les autres pays de la zone euro - jouer sur sa monnaie
          investissement public à l’arret en raison de la procédure « deficit public excessif » de l’UE
          dans le même temps, pour répondre aux exigences de bruxelles et francfort : augmentation de la TVA à 25%, coupe sombre dans les services publics. Exactement l’effet que produit l’UE partout.
          La croatie ne touche que très peu de fond structurels.
          Dans le même temps, la croatie a du brader son industrie (par exemple ses chantiers navals qui ferment les uns après les autres alors que c’était une force) son agriculture plonge, et tout ce que l’UE permet à la croatie c’est le tout tourisme en s’appuyant sur les bas salaires.

          Voilà, cela c’est des faits.

          pour le reste, la politique de baisse des salaires (ou pour parler « savamment » comme vous de « crompression du cout du travail pour améliorer la compétitivité ») est bien au centre du projet économique de l’UE et de l’euro. C’est d’ailleurs le mandat de la BCE qui a pour but non pas de favoriser la croissance mais uniquement la stabilité des prix, c’est à dire de garantir la rente.
          Et ce n’est pas pour rien que la Commission vient d’exiger de la France qu’elle revoit son SMIC, notamment avec à nouveau le serpent de mer d’un smic jeune

          Dernière chose, non je ne suis pas pour de l’ultra keynesianisme. Je ne crois pas à la réformette du système. Je pense qu’il faut le changer.
          Il faut sortir du tout marché et socialiser les moyens de production. Démocratiquement, nous déciderons ensuite tous ensemble de quoi produire, comment, avec qui et de la répartition des bénéfices et de leurs utilisations.

          Vous nous parlez de contexte difficile, mais sachez que si les salaires baissent, les fortunes de l’oligarchie capitaliste ont progressé de 15% cette année. Pas la crise pour tout le monde !
          Il y a d’ores et déjà suffisamment de richesse dans le monde pour que plus un enfant ne meurt de faim. Et pourtant c’est des centaines de millions qui vont continuer à mourrir chaque année.


        • lcm1789 29 juillet 2014 15:37

          Débattre, c’est l’intérêt d’Agoravox, non ? Pas forcément d’employer des »fascistes« »nazis« à tout bout de champ. Ni de déblatérer un discours du 19 e siècle qui ne colle pas à la réalité. Mais qui a servi en revanche à emprisonner des millions de personnes, à créer de la famine...


          Et revoilà l’anticommunisme primaire...tu parles d’un argument.

          Plus généralement, et la grande presse le remarque aussi, il est indéniable que l’adhésion de la croatie à l’UE l’empêche de mener une politique monétaire indépendante et la contraint à baisser les salaires.
          Il est indéniable que la commission européenne contraint la croatie à détruire son système de santé et de retraite.
          Il est indéniable que la croatie ne bénéficie pas de »fonds structurels« .
          Il est indéniable que la commission européenne contraint à la privatisation de nombreuses industrie croate (cf l’autre article paru récemment sur le sujet sur agoravox)

          Je reprends mon analogie médicale »primum non nocere« d’abord ne pas nuire...

          Alors facile de dire que sans entrer dans l’UE ce serait pire, mais c’est oublier qu’en dépit de toutes formes de réalités les eurôlatres vendent leur »toujours plus d’Europe« , leur »europe bouclier" etc...

          A tout le moins l’UE ne recoud pas les problème et en l’occurrence elle les accroit ...et au passage elle détruit les souverainetés populaires.

          Alors plutôt que de lancer l’anathème, démontre moi scientifiquement que ce que dit cet article est faux... car ce que je te reproche c’est l’usage d’arguments d’autorité. 

        • Laurent Simon 29 juillet 2014 16:23

          "démontre moi scientifiquement que ce que dit cet article est faux... « 

          Il n’y a rien à démontrer dans l’autre sens, car cet article ne démontre rien.
          Ce n’est pas en constatant que deux faits existent au même moment, que cela suffit à montrer :
          1. qu’ils sont liés
          2. et encore moins qu’il y a une relation de cause à effet entre les deux.

          Pour rester dans le domaine médical, et les médicaments, il ne suffit pas de constater que quand on prescrit un médicament et qu’il semble y avoir une amélioration, que l’on déduit que c’est le médicament qui en est responsable. Il faut alors donner un lien de causalité, montrer qu’il existe une explication possible, et démontrer ce lien par des expériences ! C’est d’ailleurs pourquoi il y a si peu de médicaments qui passent la barrière de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).

          Et pour continuer la liste des 3 possibilités (mon post précédent), 3 autres qui peuvent suffire à expliquer des problèmes :

          • le médicament n’a pas été prescrit aux bonnes doses, ou aux bonnes doses aux moments appropriés
          • le médicament a une interaction avec un autre produit chimique, médicament ou autre
          • le médicament, ou son excipient, cause une allergie

           »car ce que je te reproche c’est l’usage d’arguments d’autorité."

          Voilà donc 6 possibilités, auxquelles il serait intéressant que je connaisse une réponse... il ne s’agit pas d’argument d’autorité, mais de simple exigence intellectuelle. Ou bien on construit un raisonnement, et cela nécessite un minimum d’arguments qui se tiennent, ou bien on est dans un débat au Café du Commerce, ou face à un tract distribué, mais franchement est-ce alors Agoravox qui est approprié ?

          De plus, qu’est ce qui est nécessaire pour constater les 100 millions de morts créés par toutes les tentatives communistes au 20e siècle ?
          L’argument de l’anticommunisme primaire a été largement utilisé (et par moi d’ailleurs, mais j’ai bien été obligé de me rendre à certaines évidences !), mais cela n’a heureusement pas empêché de plus en plus de personnes de constater à quel point elles avaient été manipulées, et trahies par des appareils bureaucratiques, qu’ils soient importants numériquement (PC de nombreux pays) ou non (nombreux très petits partis d’extrême gauche, aux comportements de sectes).


        • Laurent Simon 29 juillet 2014 17:07

          " « il serait bon que l’ultrakeynesinisme ne soit plus enseigné à l’école. »

          C’est bien ce que je dis, on a à faire à un censeur. Qui veut bourrer les cranes de nos gamins dès l’école de ses théories ultra libérales.« 

          Si j’ai utilisé le terme ultrakeynesinisme, c’est que je ne me reconnais ni dans cette approche, ni dans l’ultralibéralisme. A quel endroit aurais-je mentionné quelque chose qui fasse penser à l’ultralibéralisme ?

          De la nuance, que diable ! Mais évidemment, cet article, et les autres du même acabit, sont pétris de manichéisme, de simplisme, et parler de nuance, c’est beaucoup demander à leurs auteurs. Pour rester dans le gag, il y a 30 ans les prévisions météo étaient accusées de peu de fiabilité. Et la plaisanterie était de dire que faire la prévision opposée aurait plus de chance de se réaliser... sauf que justement la réalité ne cadre pas avec ce simplisme de blanc ou noir, beau temps ou mauvais temps, etc.

          Pour la »censure" : il ne s’agit pas de censurer, ni de bourrer le crâne, mais de faire une véritable éducation économique. Ce qui signifie qu’on ne donne pas dans le simplisme, qu’on présente des théories différentes, correctement.

          "Du reste, je veux bien poursuivre la discussion, mais il faudrait pour cela plutot que de verser dans l’anathème et la proclamation de vos croyance religieuses que vous nous régaliez de vos analyses célestes. Un inculte en économie (vous ne me connaissez pas, et je dois vous dire que je me sens insulté par votre propos) va s’en régaler."

          Lisez mes réactions, sur les différents articles, et vous aurez déjà pas mal d’infos. Quand je fais des réponses, j’essaie de donner des éléments sérieux.

          "Deux choses :
          Cet article explique l’effet de l’adhésion de la croatie sur son économie. Il fait un constat implacable de l’action de l’UE et le confronte à vos promesses
          « 

          Il ne démontre rien du tout, il énonce des faits (supposés, sans aucune référence, au passage), mais ne montre pas de lien de causalité (voir mon autre réponse, à l’instant)

           »(mais si il faut toujours plus d’UE car si on arrete de pédaler on tombe... le problème c’est que si on continue on s’enfonce toujours plus dans la merde !)"

          Cette remarque de ma part signifie que l’édifice européen tel qu’il est actuellement est incomplet, et que ses failles et insuffisances ont créé des dommages conséquents, c’est certain. Et qu’il faut continuer à améliorer l’édifice, sinon cela pourrait nous péter à la gueule une fois de plus.

          Cela ne veut pas dire que je dis que l’entrée de la Croatie dans l’UE était forcément une bonne idée, en fait je n’en sais rien du tout (et ce n’est malheureusement pas sur la seule base de cet article que je suis suffisamment avancé pour le savoir). Voyez, vous en avez probablement lu trop vite ce que j’écrivais ; j’ai juste dit que ce que vous dites n’est pas une preuve, en quoi que ce soit.

          "Je reprends ce qu’écrit l’article et vous allez donc nous expliquer.
          Promesse lors de l’adhésion. retour de la croissance, la baisse du chômage, les investisseurs étrangers devaient affluer dans tout le pays, la « solidarité » européenne devait par l’intermédiaire des fonds structurels soutenir les investissements…
          Résultat ; demande intérieur s’est effondrée, inflation négative, et la croatie ne peut - comme les autres pays de la zone euro - jouer sur sa monnaie
          investissement public à l’arret en raison de la procédure « deficit public excessif » de l’UE
          dans le même temps, pour répondre aux exigences de bruxelles et francfort : augmentation de la TVA à 25%, coupe sombre dans les services publics. Exactement l’effet que produit l’UE partout.
          La croatie ne touche que très peu de fond structurels.
          Dans le même temps, la croatie a du brader son industrie (par exemple ses chantiers navals qui ferment les uns après les autres alors que c’était une force) son agriculture plonge, et tout ce que l’UE permet à la croatie c’est le tout tourisme en s’appuyant sur les bas salaires.

          Voilà, cela c’est des faits.« 

          Il est possible que les promesses ont été trop fortes, je ne peux l’exclure, mais en fait je n’en sais rien. Et je n’ai pas le temps de voir ce qu’il en est.

          Exemple de ’fait’ : » la croatie a du brader son industrie (par exemple ses chantiers navals qui ferment les uns après les autres alors que c’était une force)« Je n’en sais rien, mais si c’était comme les anciens pays de l’Est (Pologne, Tchéquie, Allemagne de l’Est, par exemple), il n’y a pas eu énormément d’éléments récupérés de la situation ’soviétique’ alors que ces pays étaient persuadés que c’était une force. Le processus a été long, mais maintenant ces industries, avec de l’investissement occidental en particulier, ont pu repartir sur de bien meilleures bases. Je ne dis pas cela a été joyeux, je constate que cela fonctionne après un certain nombre d’années, après une »casse" évidente, mais malheureusement inévitable.

          "pour le reste, la politique de baisse des salaires (ou pour parler « savamment » comme vous de « compression du cout du travail pour améliorer la compétitivité ») est bien au centre du projet économique de l’UE et de l’euro.« 

          La recherche de compétitivité n’est pas une spécificité de l’UE, elle est incontournable, que vous le vouliez ou non. Les socialistes au gouvernement, après avoir clamé pendant 10 ans (de droite au pouvoir) que ce n’était pas nécessaire, constatent à leur tour à quel point c’est absolument nécessaire.

           »C’est d’ailleurs le mandat de la BCE qui a pour but non pas de favoriser la croissance mais uniquement la stabilité des prix, c’est à dire de garantir la rente.« 

          NON, là vous dérivez totalement ! Il ne s’agit en aucune manière de garantir la rente, d’ailleurs si vous connaissiez un peu mieux les th_ses libérales, vous sauriez que justement la rente n’est pas en odeur de sainteté !

           »Et ce n’est pas pour rien que la Commission vient d’exiger de la France qu’elle revoie son SMIC, notamment avec à nouveau le serpent de mer d’un smic jeune« 

          Là cela renvoie au problème du chômage en France, et si un Pascal Lamy a récemment défendu cette idée, pas de gaieté de coeur d’ailleurs, c’est qu’il y a une situation des jeunes à prendre en compte absolument.

           »Dernière chose, non je ne suis pas pour de l’ultra keynesianisme. Je ne crois pas à la réformette du système. Je pense qu’il faut le changer.
          Il faut sortir du tout marché et socialiser les moyens de production. Démocratiquement, nous déciderons ensuite tous ensemble de quoi produire, comment, avec qui et de la répartition des bénéfices et de leurs utilisations.
          « 

          Je n’espère pas (malheureusement) que vous vous débarrassiez de vos thèses marxistes, qui n’ont marché nulle part. Mais à toute fin utile, sur l’articulation du global et du local, regardez donc »Il nous faudrait une bonne guerre" qui passait hier (28 juillet) vers 15h sur France 5. C’était excellent !

          "Vous nous parlez de contexte difficile, mais sachez que si les salaires baissent, les fortunes de l’oligarchie capitaliste ont progressé de 15% cette année. Pas la crise pour tout le monde !« 

          C’est vrai que ce n’est pas la crise pour tous. Mais dans cette économie globalisée, je ne vois pas de moyen rapide et très efficace, sans effet important sur l’économie, qui puisse y remédier.

           »Il y a d’ores et déjà suffisamment de richesse dans le monde pour que plus un enfant ne meurt de faim. Et pourtant c’est des centaines de millions qui vont continuer à mourir chaque année."

          Ceci est une vraie question, mais j’avoue que je ne connais pas de solution évidente. La taxe Tobin est un début, mais avec les taux actuels cela n’aura pas un ’rendement’ économique énorme. Mais ce dont je suis absolument sûr, c’est que ce n’est pas les ’recettes’ de l’économie dirigée qui résoudront ce problème, puisque partout où elles ont été essayées, on a constaté un appauvrissement de la population !


        • lcm1789 29 juillet 2014 17:55

          vous étés parfaitement dans la dosa neolibérale...


          Voilà un état de fait incontestable.
          L’entrée dans l’UE de la croatie n’a pas permis à ce pays de régler ses problèmes alors que c’est ce qui a été promis lors du référendum.


          L’article ne démontre pas que l’UE est la cause de TOUT les problème de la croatie.
          Il constate que l’UE est la cause de certains de ses problèmes 
          La situation empireen croatie ...démontrer moi que ce n’est pas du à l’UE...
          J’attends.

          En logique un fait est vrai ou faux. vous reprochez à l’article dire à tort ue l’UE est un accélérateur des problèmes de la croatie...vous devez pouvoir démontrer le contraire.

        • Laurent Simon 29 juillet 2014 23:44

          "En logique un fait est vrai ou faux. vous reprochez à l’article dire à tort ue l’UE est un accélérateur des problèmes de la croatie...vous devez pouvoir démontrer le contraire"

          Cela vous aurait-il échappé que nous ne sommes dans la pure raison ?
          et que l’économie n’est pas une science exacte ? Que les faits sont nécessairement interprétés, selon les lunettes qu’on chausse pour les regarder ?
          Et décidément, non, cet article ne prouve rien du tout.
          Vous pouvez toujours penser le contraire, ça oui... mais cela ne changera pas la portée très réduite de cet article.
          De plus, il faut souvent du temps pour que des réformes donnent le résultat attendu. Et il est souvent beaucoup plus facile et rapide de dégrader une situation (ce qu’a fait F. Hollande en France en seulement 2 ans, en détruisant la confiance, ce qui est très difficile à corriger par la suite) que de la redresser.
          Je ne peux pas donner d’avis sur la Croatie, vraiment pas. Et comme je l’ai dit plus haut ce n’est pas ce que vous écrivez qui peut me convaincre, dans votre sens, et je n’ai rien pour prouver quoi que ce soit dans l’autre (je n’ai malheureusement pas de temps pour étudier la question SERIEUSEMENT).
          Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je ne m’engage pas dans un sens si je n’ai pas suffisamment de billes dans cette direction.


        • lcm1789 30 juillet 2014 15:03

          vous etes un hypocrite...vous venez poser votre pôvre crotte sous un article en le dévalorisant alors que vous avouez ne rien y connaitre...mais cela s’appelle de la manipulation et de la désinformation.


          Alors d’un coup l’économie n’est pas une science exacte, mais pourquoi reprochez vous à l’article de ne pas être scientifique alors ?

          Quand à reprendre une une analogie médicale, si mon médecin me dit qu’il doit me couper une couille, j’attends de lui qu’il soit sur de son coup et du bénéfice de l’opération avant de l’autoriser...

          Ce que vous me dites c’est qu’il ne faut pas faire confiance à un article qui dénonce à minima l’inefficience de l’UE (qui en contre partie contraint les salaires, détruit les retraites annihile les services publics autrement dit qui nous coupe les couilles), mais qu’il faut attendre de voir les résultats de l’UE car peut être demain sera meilleurs....

          Quand à votre arguments anti hollande (qui est une crapule anti sociale), il est encore plus idiot car je peux vous le retourner au visage, qu’est ce qui vous prouve que c’est hollande qui a dégrader la situation, qu’il ne faudrait pas attendre de cueillir les fruits de son travail, qu’il n’est pas arrivait trop tard ? etc et autres billevesée que vous nous servez en nous prenant pour des gogos...

          Décidément je vous le dis et comme je ne veux pas vous vexer, vous êtes soit un désinformateur, soit un guignol, les deux propositions n’étant pas exclusives...

          Je brise là avec vous car vous êtes de mauvaise fois et cherchez non à débattre mais à faire du terrorisme intellectuel, appuyé que vous êtes sur votre dosa neolibérale dominante.

        • L'enfoiré L’enfoiré 30 juillet 2014 15:49

          Laurent, rebonjour,


           Je ne vais pas remettre le couvert sur cet article, je l’ai fait à la suite d’un autre.
           Les sciences économiques ne sont pas des sciences exactes.
           Le Nobel de l’économie est d’ailleurs arrivé que bien plus tard après les autres pour récompenser des idées et idéologies qui se sont contredites dans la suite.
           Le PIB est la seule manière d’évaluer l’état d’un pays par rapport à un autre.
           Nous nous trouvons dans le domaine du numérique pur, ce qui ne veut absolument pas dire que la situation « analogique », humaine va pour le mieux.
           Comment évaluer cela ?
           Stiglitz a essayé dans un rapport que j’ai appelé le BIB.
           Qu’en est-il resté ? Rien.

        • Laurent Simon 30 juillet 2014 19:05

          bonjour le niveau de la réaction !
          "vous etes un hypocrite...vous venez poser votre pôvre crotte sous un article en le dévalorisant alors que vous avouez ne rien y connaitre...mais cela s’appelle de la manipulation et de la désinformation.« 

          1. Il n’est pas utile d’injurier l’autre. De ne pas respecter les règles de la Communication non violente (et en particulier d’utiliser le message TU, qui tue : »vous êtes un hypocrite« ). S’il doit y avoir critique, que cela soit sur le fond, et non sur les personnes. SVP.
          2. je ne dévalorise pas l’article, je souligne sa non valeur, d’un point méthodologique.
          3. J’avoue ne pas connaitre la situation de la Croatie, mais il me semble que c’est une attitude plutôt sage, par opposition à quelqu’un qui n’en sait pas beaucoup plus que moi et qui fait des affirmations pour le moins rapides et abusives.
          4. Cela ne s’appelle ni manipulation, ni désinformation, bien au contraire ; cela devrait s’appeler respect du lecteur, en ne lui proposant pas un texte aussi simpliste et aussi peu fondé.

           »Alors d’un coup l’économie n’est pas une science exacte, mais pourquoi reprochez vous à l’article de ne pas être scientifique alors ?« 

          Partons du principe que les »sciences humaines, économiques et sociales« soient des sciences, OK ? Cela ne veut pas dire que ce sont des sciences exactes. Et cela oblige à une approche scientifique, une rigueur intellectuelle.

          Votre réponse est d’une pertinence à couper le souffle !


           »Quand à reprendre une une analogie médicale, si mon médecin me dit qu’il doit me couper une couille, j’attends de lui qu’il soit sûr de son coup et du bénéfice de l’opération avant de l’autoriser...
          « 

          OUI, et c’est vous qui l’autorisez !

          Je ne peux pas me prononcer sur le fond du dossier, mais l’électeur est libre de ses choix. Il peut se tromper, il corrige le coup d’après.

           »Ce que vous me dites c’est qu’il ne faut pas faire confiance à un article qui dénonce à minima l’inefficience de l’UE (qui en contre partie contraint les salaires, détruit les retraites annihile les services publics autrement dit qui nous coupe les couilles),« 

          C’est vous qui portez tous ces jugements négatifs sur l’UE, lisez mon article publié ce jour dans la rubrique Europe, vous verrez que les problèmes de la France ne datent pas de l’euro.
          D’ailleurs si votre couplet classique sur les services publics était pertinent, comment expliquez vous que nous soyons dans une telle situation économique en France, avec 56% de dépenses publiques, par rapport au PIB ?

           »mais qu’il faut attendre de voir les résultats de l’UE car peut être demain sera meilleur....« 

          Non, ce n’est pas ce que je dis. Je suis critique vis à vis de l’UE, et des dirigeants européens (car les décisions prises au niveau de l’UE obtiennent l’accord de ces dirigeants... ce qui limite singulièrement la portée de votre discours anti-européen !)
          Et je demande aux citoyens d’être vigilants, de toute façon, par rapport à tout gouvernement, ou toute décision de l’UE.
          Demain ne sera meilleur que si une série de facteurs devenaient positifs, et ce n’est pas encore le cas en France, malheureusement. Je ne peux me prononcer pour la Croatie.

           »Quand à votre arguments anti Hollande (qui est une crapule anti sociale), il est encore plus idiot car je peux vous le retourner au visage, qu’est ce qui vous prouve que c’est Hollande qui a dégradé la situation, qu’il ne faudrait pas attendre de cueillir les fruits de son travail, qu’il n’est pas arrivé trop tard ? etc et autres billevesée que vous nous servez en nous prenant pour des gogos...« 

          Je ne vous prends pas pour un gogo, je m’appuie sur ce que vous écrivez.
          Pour Hollande, il constate lui-même que sa politique n’était pas correcte, pas adaptée à la situation. Il essaie désormais, depuis janvier 2014, de corriger le tir, mais le mal a été fait ! Et ce sera difficile de retourner la situation.
          En l’occurrence, les décisions qu’il annonce (pacte de responsabilité, etc.) vont dans le bons sens, mais je suis d’accord avec vous, je n’attends pas que cela ait des effets rapides. Lisez le chapeau de mon article de ce jour, c’est exactement ce que je dis !
          Merci d’essayer de trouver des incohérences dans mes propos, on ne sait jamais, mais honnêtement, je ne vois pas d’incohérence pour le moment.

           »Décidément je vous le dis et comme je ne veux pas vous vexer, vous êtes soit un désinformateur, soit un guignol, les deux propositions n’étant pas exclusives...Je brise là avec vous car vous êtes de mauvaise foi « 
          voir ma remarque sur la Communication non violente.

           »et cherchez non à débattre mais à faire du terrorisme intellectuel, appuyé que vous êtes sur votre doxa neolibérale dominante."

          Honnêtement, masquez mon nom et le vôtre, demandez à des gens de votre entourage (mais pas votre secte), ce qu’ils pensent du fond, et de la forme, de nos échanges, et demandez qui fait du terrorisme intellectuel.. qui argumente vraiment... qui utilise des éléments factuels, des sources citées, etc.


        • Laurent Simon 30 juillet 2014 19:53

          "Le PIB est la seule manière d’évaluer l’état d’un pays par rapport à un autre. Nous nous trouvons dans le domaine du numérique pur, ce qui ne veut absolument pas dire que la situation « analogique », humaine va pour le mieux. Comment évaluer cela ? Stiglitz a essayé dans un rapport que j’ai appelé le BIB. Qu’en est-il resté ? Rien."

          Rien, pour le moment ! Cette réflexion est essentielle, même si elle n’est vraiment pas évidente à mener. Donc complexe, et à 10 000 lieues des discours simplistes qui inondent Agoravox, malheureusement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès