Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > De la crise de l’euro à l’Empire Européen

De la crise de l’euro à l’Empire Européen

Ca y est, le coup d'Etat contre l'Europe a réussi. Comme je l'avais soupçonné il y a déjà quelques mois, l'Allemagne et la France sont en passe de prendre le contrôle total de l'Europe toute entière, et cela sans même prendre la peine de consulter le peuple !

C'est ahurissant : en l'espace de quelques mois, la crise a permis aux Etats français et allemand de mettre tous les autres Etats européens à genoux, et cela tout en leur imposant une cure d'austérité drastique. Regardez ce qui se profile à l'horizon, il suffisait d'écouter parler le président ce jeudi soir : l'Allemagne et la France vont prendre le contrôle de l'Europe pour continuer à exister sur le plan international, instaurer une “règle d'or” économique si contraignante qu'elle empêchera à l'avenir toute dépense sociale, et “harmoniser” la fiscalité européenne pour enfin gouverner d'une seule voix.

Ce n'est donc pas à l'avènement du fédéralisme que nous assistons, mais en réalité à la fondation d'un véritable empire ! Car la gouvernance économique unique signifie bel et bien la fin de l'indépendance des nations européennes au profit de la loi du plus riche : celui qui contrôle l'économie contrôle tout. En maîtrisant ainsi ce qui pourrait devenir la première puissance mondiale, l'Allemagne et la France pourront alors réguler ces frontières qui nuisent aujourd'hui à leurs intérêts, et imposer toutes les mesures “d'économie” qu'ils souhaitent sans passer par d'interminables compromis.

Le président français l'a bien dit ce soir : décrivant sommairement le “retournement du capitalisme“, il convient que l'appétit et la puissance des émergents menace désormais les “vieilles puissances” incapables d'autant de compétitivité. Face à cette réalité, l'Europe n'avait que le choix de se dissoudre ou de s'unir, et ce n'est qu'en menaçant de laisser tomber les plus fragiles que le couple franco-allemand a réussi la prise de commandement de cette “nouvelle Europe”. La politique économique et sociale de cet Empire sera fondée sur l'austérité, avec montée du protectionnisme aux frontières de l'Europe, baisse générale des salaires et des conditions de travail, augmentation de l'âge de départ en retraites et suppression en masse des services publics. Pour retrouver cette compétitivité chère aux capitalistes, il semblerait qu'une nouvelle fois nos dirigeants politiques se soient en réalité soumis au diktat des marchés, dont on ne sait vraiment s'ils sont leurs alliés ou leurs ennemis.

Car il est possible que les financiers se trouvent bien à l'origine de cet accord : au sein d'un gouvernement stable et “épuré” de ses dettes par une bonne cure d'austérité, ils ne renoncent ainsi qu'à une petite partie des sommes prêtées tout en retrouvant de l'intérêt à investir en Europe.En échange de leurs futurs “investissements”, ils auraient reçu l'assurance d'être sauvés par l'Empire Européen quoiqu'il advienne. Les banques ne paieront pas.

Restent maintenant de nombreuses questions qui ne manqueront pas de revenir sur la table, comme celle des alliances (La Chine hier, la Russie demain, ou peut-être les BRICs) ou celle de la direction du nouveau pouvoir (l'Allemagne conjointement avec la France ou l'Allemagne seule ?), mais aussi celle de savoir si cette stratégie sera payante…et pour qui.
Mais pour ce qui est de la question du nouveau régime qui sera mis en place, nous avons déjà une réponse : celui-ci ne sera pas démocratique.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • BA 29 octobre 2011 12:22

    A propos du sommet européen :

     

    L’accord du jeudi 27 octobre n’a pas du tout rassuré les investisseurs internationaux. L’Italie est toujours obligée de payer des taux d’intérêt qui continuent à augmenter.

     

    Les taux d’intérêt de l’Italie sont repartis à la hausse.

     

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,023 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

     

    Vendredi 28 octobre 2011 : l’Italie a lancé un emprunt sur les marchés internationaux. Et ça a été un carnage.

     

    Malgré l’accord européen pour tenter de juguler la crise, le coût de financement de la dette colossale de l’Italie a encore grimpé vendredi lors d’une émission obligataire test, les marchés continuant de douter de la crédibilité du gouvernement Berlusconi.

     

    Signe le plus inquiétant, les taux d’intérêt des titres à échéance 2022 ont dépassé la barre symbolique des 6 %, seuil considéré comme dangereux par les analystes, en s’inscrivant à un niveau record de 6,06 %, contre 5,86 % le 29 septembre, date de la dernière opération similaire.

     

    Les taux des titres à échéance 2014 ont eux progressé à 4,93 %, contre 4,68 % lors de la précédente émission, ceux des titres à échéance 2019 à 5,81 %, contre 4,03 %, et ceux des titres à échéance 2017 ont progressé à 5,59 %, contre 2,33 %.

     

    http://www.romandie.com/news/n/CRISELe_cout_de_la_dette_italienne_grimpe_en core_malgre_l_accord_europeen281020111510.asp

     


    • jef88 jef88 29 octobre 2011 12:34

      L’erreur de l’Europe !
      C’est d’être passée , brutalement de 15 à 27 avec des économies défaillantes pour de nombreux nouveaux pays ...
      Cela fait que le premier pays composant l’Europe ont perdu leur dynamisme et leur force en trainant des poids morts.
      Cela a fait le jeu des USA (n’est ce pas baroso ?) et poussé vers la mondialisation.

      Nous avons perdu des emplois donc des ressources.
      Notre balance des payements s’effondre
      Nos caisses : secu , retraites etc se vident

      Il faut mettre des barrières à l’entrée de l’Europe et si certains pays ne sont pas d’accord, qu’ils dégagent.
      Quand l’Europe aura retrouvé sa force on pourra de nouveau intégrer des pays mais au compte goute et à à nos conditions

      Moralité : Il faut réindustrialiser


      • miha 29 octobre 2011 18:23

        l’Europe n’a déjà rien de démocratique... ça ne va pas aller en s’améliorant.... tant que nous n’aurons pas de réelle démocratie, nous continuerons à subir l’oligarchie qui nous impose ses décisions sans que nous ayions le droit à la parole... que ce soit en France ou au sein de l’Europe.

        Que cela ne nous étonne pas, c’est certain... que cela nous indigne, c’est salutaire.


        • fredleborgne fredleborgne 29 octobre 2011 20:02

          Nous assistons à la mise à mort de 90 % de l’humanité par 1% de vampires qui exploiteront les 9% survivants.
          Une planète à 7 milliards d’humains risque de leur faire perdre le contrôle des richesses emmagasinées depuis des siècles, celles qui leur permettent aujourd’hui d’amplifier le mouvement de la pompe à fric pour déstabiliser le monde entier et le faire tomber dans le chaos.
          Pour vivre à 12 milliards, il faudrait apprendre à partager, notion qui leur est totalement inconnue, sauf quand il s’agit entre eux de découper les parts d’un gateau trop grand pour un seul, afin se s’assurer que le gateau tout entier appartiendra à leur caste, faisant front uni pour éliminer tout adversaire non autorisé à en faire partie.
          La colère des peuples se tourne vers des boucs émissaires et ils livrent à des personnages « providentiels » des pouvoirs qui seront utilisés pour amplifier la catastrophe. Les démocraties sont gangrénées par les traitres, qui pavoisent impunément et continuent de nous marteler des mensonges.
          Trop peu de monde est prêt aujourd’hui à agir contre eux. Trop de monde sera prêt à accepter qu’une armée massacre des innocents qui se reproduisent trop vite, sans comprendre que cette armée, après avoir déversé ses bombes sera complètement inefficace (pas assez d’hommes) pour contenir la colère des peuples meurtris par des frappes aériennes. Nous aurons ainsi provoqué nous-mêmes cette invasion tant redoutée tandis que l’élite ira prendre des vacances dans des zones épargnées soigneusement préparées.
          Il n’y a pas d’alternative. La richesse démesurée doit être déclarée ILLEGALE. L’élite devra rendre ce qu’elle a légalement volé si elle veut ne pas être dépossédée totalement et jugée.
          De même, il faut imposer les succursales et non les maisons mères des sociétés internationales. Toute entreprise ne payant pas d’impôt en France ne pourra importer ses produits.
          Voilà pour les principes. Pour le problème financier, je ne suis pas économiste, mais je suis sûr qu’il existe des solutions compatibles avec cette morale là qui permettent à la fois un cadre favorable aux entreprises et à leurs employés.
          Il ne suffit pas de s’indigner. Il faut aujourd’hui EXIGER.
           


          • Richard Schneider Richard Schneider 30 octobre 2011 20:19

            Pourquoi « franco-allemand » ?

            L’impérialisme germanique a pris le dessus sur l’arrogance française.
            Bismark, Hitler l’ont espéré, Merkel l’a fait. Le nouvel empire - pas très vaillant - sera « managé » par l’Allemagne.
            Les peuples européens seront sous la coupe de la rigueur germanique : retraite à 67 ans, gel des salaires, jobs à 1 euro et j’en passe... (Je connais bien l’Allemagne, j’habite à côté).
            Et pendant ce temps-là, la Finance se met plein les poches, les grands patrons roulent en rutilantes Mercedès.
            Un scoop : le dernier sondage paru dans un grand quotidien régional donne comme préoccupation principale des sondés : LA DETTE !!! Avant tout le reste ! L’OPA semble réussir. Les peuples européens craignent avant tout l’effondrement de ce cher régime ultra-libéral qui les a menés dans le mur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès