Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Débarquement : Honneur aux soldats américains morts pour la France et pour (...)

Débarquement : Honneur aux soldats américains morts pour la France et pour l’Europe !

Ceux qui ont visité les cimetières militaires américains, en Normandie ou dans le nord-est de la France, auront compris que les États-Unis ont participé, avec le sang de leurs soldats, à la reconquête de la liberté et de la démocratie, et cela deux fois en un siècle en Europe. Hommage aux courageux et valeureux soldats qui sacrifièrent leur vie pour que je puisse, aujourd’hui, m’exprimer librement.



À grand renfort tant des médias que des dirigeants du monde, le 70e anniversaire du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944 par les troupes alliées et la création d’un second front, à l’ouest, contre le régime nazi, est l’occasion de nombreuses cérémonies et rencontres.

On pourrait toujours protester contre cette insistance médiatique ; cependant, j’y vois au moins deux sources d’intérêt (et ceux qui sont incommodés peuvent toujours éteindre leur radio ou télévision).


Élisabeth II, Obama… et Poutine

D’abord, elle encourage des dirigeants à se revoir, je le dis alors que cela paraissait normale de se réunir sans occasion formelle comme cet anniversaire, mais depuis la crise en Ukraine, c’est la première fois que le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine rencontre des dirigeants européens, et en particulier le Président François Hollande ce 5 juin au soir pour un "souper de travail" sans tapis rouge. Ces journées du 5 au 7 juin 2014 sont donc l’occasion d’un ballet diplomatique plus ou moins discret.

Ces discussions informelles de Vladimir Poutine avec David Cameron et avec François Hollande ont vocation à déboucher, je l’espère, sur du concret, sur une solution pacifique et satisfaisante de la situation en Ukraine qui puisse tenir compte du suffrage démocratique du 25 mai 2014 qui a vu l’élection incontestable d’un nouveau Président de la République et la marginalisation définitive des groupuscules néonazis qui ont tant fait l’inquiétude, si elle est sincère, du côté russe.


Remember !

Ensuite, il n’est jamais inutile de rappeler les moments forts d’une guerre. J’ai la chance de n’en avoir jamais vécu, et nul doute que la reconstruction de l’Europe dévastée en est la cause déterminante, mais le temps passe et les générations passent, les anciens combattants meurent. La paix n’est jamais évidente même si elle paraît banale.

yartiDebarquement04


En 1984, à l'époque de la poignée de main entre François Mitterrand et Helmut Kohl, c’était la Première guerre mondiale dont c’était le 70e anniversaire. Cette année, c’est son centenaire. Une génération est passée. Il n’y a plus de Poilu depuis six ans, depuis le décès, le 12 mars 2008, de Lazare Ponticelli à 110 ans, doyen des Français et qui fut le dernier de Poilus.

Ceux qui ont combattu durant la Seconde guerre mondiale sont maintenant très vieux, les plus jeunes survivants doivent avoir dans les 87 ans (18 ans en 1945), ce qui ne leur donne pas une espérance de vie très élevée… Il faut encourager les témoignages, les écouter, apprendre, transmettre, rappeler, marteler ce que fut la guerre, comment, pourquoi…


La guerre peut toujours resurgir brutalement

C’est toujours positif de se souvenir de la guerre, des circonstances, des conséquences. En France notamment, elle est tellement étrangère à nos petites vies de tous les jours qu’il faut se méfier, elle peut toujours resurgir sournoisement, rapidement et d’une manière inattendue. La guerre est souvent la suite de l’inconséquence des dirigeants politiques, mais parfois aussi, il faut bien le dire, de l’irresponsabilité, de l’insouciance, ou au contraire, de l’agressivité des peuples.

yartiDebarquement06


Les passionnés de films de guerre, de stratégies militaires, d’opérations de guerre devraient être rassasiés en ce moment, avec la multiplication des documentaires qui rappellent tous les détails de ce Débarquement. Pour ma part, quand j’étais enfant, j’avais regardé le film "Le Jour le plus long" à la télévision qui m’avait passionné. Je pense que maintenant, il m’ennuierait sans doute parce qu’il est très long (trois heures) et que je connais un peu mieux l’histoire.


Hommage aux libérateurs

Je souhaite surtout rendre hommage aux États-Unis et aux soldats américains morts pour la France, pour l’Europe et pour la liberté. C’est vrai, ils n’ont pas été les seuls à s’être sacrifiés, les Soviétiques ont payé un très lourd tribut, les libérateurs ont été de toutes les nationalités, mais je tiens particulièrement à leur rendre hommage car la France connaît un courant d’antiaméricanisme qui se développe et qui m’inquiète très fort, car il laisserait croire que le paradis des citoyens serait plutôt à Téhéran qu’à Washington.


Un antiaméricanisme qui n’a rien compris à l’intérêt de la France

Ce courant est basé sur un repli identitaire, des peurs, des ignorances, un complotisme presque candide, et aussi des réalités, parce que l’intérêt des États-Unis n’est ni l’intérêt de l’Europe, ni l’intérêt de la France, et la France a su à plusieurs reprises le rappeler, parfois de manière très ferme mais néanmoins amicale (en particulier lors de la guerre en Irak), mais il ne faut pas oublier d’où vient la liberté, d’où vient l’indépendance de la France.

Cet antiaméricanisme nie l’histoire du passé et aussi les enjeux du présent et de l’avenir. Il se croit patriote alors qu’il est antipatriote. Il ne comprend pas, par exemple, que la création de l’euro va à l’encontre de l’intérêt des Américains, que l’euro rompt le monopole du dollar que les États-Unis voudraient imposer au reste du monde. Erreur complète de croire que l’Union Européenne s’est construite sur injonction américaine. Au contraire !

Les États-Unis préfèrent dialoguer individuellement avec chacun des pays européens, dans la faiblesse de son isolement, et ne pas voir émerger une Union Européenne cohérente et rassemblée, incontournable et forte, qui est déjà aujourd’hui la première puissance économique du monde. Ce courant ne comprend pas, non plus, que le Traité transatlantique va plus avantager l’Europe que les États-Unis qui sont plutôt réticents et n’ont pas pris l’initiative des négociations. Aujourd’hui, les bananes françaises sont interdites de vente sur le sol américain. Demain, ce seront des marchés de plusieurs centaines de millions de personnes qui vont s’ouvrir à la France et à l’Europe, sans que les normes sanitaires et sociales de la France ne soient remises en cause.


Deux lieux de recueillement en Normandie

En Normandie, deux cimetières militaires ont accueilli les corps des soldats américains tués au cours des combats, à partir du 6 juin 1944 et jusqu’à la fin de la guerre. Certains étaient très jeunes, des gosses, seuls, fauchés loin de leur famille, il n’est pas sûr qu’ils imaginaient que leur pays serait aussi insulté par les descendants de ceux qu’ils avaient eux-mêmes contribué à libérer.

yartiDebarquement08


Quatorze mille dépouilles de soldats américains ont été par la suite rapatriées aux États-Unis à la demande des familles. Il en reste à peu près autant en France.

Les deux lieux sont émouvants, ils sont très bien entretenus. Les croix blanches sont tournées vers les États-Unis. Le premier cimetière est à Colleville-sur-mer, qui surplombe la plage d’Omaha Beach : 9 387 soldats américains y sont enterrés, dont 307 anonymes et 4 femmes. Le second est à Saint-James, où reposent 4 410 soldats américains qui ont péri lors de la libération de la Bretagne et lors de la percée d’Avranches.

À Colleville, trois officiers généraux américains y ont été enterrés : le général Theodore Roosevelt Jr (joué par Henry Fonda dans le film cité plus haut), fils aîné du Président des États-Unis Theodore Roosevelt Sr, qui est mort le 12 juillet 1944 dans la cour de l’école de Méautis des suites d’une crise cardiaque due à l’intensité des combats durant la bataille de Normandie ; le général Lesley James MacNair qui est mort le 25 juillet 1944 près de Saint-Lô lors de l’Opération Cobra sous un déluge de bombes alliées (bloc F, rangée 28, tombe 42) ; et le général Walker Nelson, qui est mort le 10 juillet 1944 (bloc B, rangée 23, tombe 47).

yartiDebarquement07


Le général Theodore Roosevelt Jr (1887-1944) était à la fois militaire, homme politique et homme d’affaires : il avait été membre du gouvernement (Secrétaire adjoint à la Marine) de 1921 à 1924, gouverneur de Porto Rico de 1929 à 1932, gouverneur général des Philippines de 1932 à 1933, puis président de l’American Express Company et dirigeant d’autres entreprises.

Après la campagne d’Afrique, comme il ne voulait pas être juste "gratte-papier" affecté à Londres, il eut l’autorisation d’accompagner les premières troupes qui ont débarqué : « Les forces et compétences des premiers éléments touchant la plage peuvent être déterminantes dans le succès de l’opération. (…) Je pense que je peux contribuer à ces objectifs en accompagnant la première vague d’assaut. En outre, je connais personnellement les officiers et les hommes de ces unités et je pense qu’il serait bon qu’ils me sentent avec eux. ». Sa connaissance du terrain, son sang-froid et son courage ont permis de prendre les bonnes décisions quand un imprévu se présentait (comme des erreurs de localisation).

Son frère, Quentin Roosevelt, qui fut pilote d’avion, est mort le 14 juillet 1918 abattu dans le ciel par deux chasseurs allemands à Chamery, dans l’Aisne, à l’âge de 20 ans et la famille a obtenu le droit de transférer son corps pour l’inhumer aux côtés de son frère (bloc D, rangée 28, tombes 11 et 12). Au fond à gauche sur la photo de la tombe de Theodore Roosevelt Jr, on peut remarquer une croix juive, parmi d’autres.

yartiDebarquement02


C’est au mémorial de Colleville inauguré en 1956 que le Président américain Barack Obama reçoit ce vendredi 6 juin 2014 son homologue français François Hollande. C’est en effet une concession perpétuelle aux États-Unis, à tel point que lors du "shutdown" budgétaire, le mémorial fut fermé pendant deux semaines en octobre 2013.


Plus que patriotes, loyaux et fidèles à leurs valeurs

Pour avoir un peu plus d’audience pour son hebdomadaire, le journaliste Laurent Joffrin, lui, a préféré souligner les 60 000 civils français tués au cours des bombardements alliés, et se poser quelques questions d’intérêt historique, en particulier, pourquoi des villes comme Le Havre ou Royan ont-elles été rasées alors qu’il aurait dû y avoir d’autres solutions moins meurtrières ? Soixante-dix ans plus tard, c’est toujours facile de poser ces questions, un peu légèrement. Alors que l’essentiel est ailleurs.

Les quatorze mille corps de soldats américains qui est enterrés dans le sol normand, c’est bien du réel : ils étaient plus que patriotes, ils ont été loyaux et fidèles, loyaux envers l’alliance de leur pays avec les autres Alliés, fidèles à leurs valeurs qui sont la démocratie, la liberté, avant tout la liberté. Ce sont des héros qu’il convient de saluer à leur juste mérite, et c’est l’objet de ces cérémonies sans doute un peu pompeuses mais nécessaires si l’on veut nourrir la mémoire nationale.

yartiDebarquement03


On a le droit de critiquer les États-Unis, c’est même parfois un devoir si les intérêts de la France et de l’Europe sont bafoués par les Américains, mais n’oublions jamais que les États-Unis ont sacrifié, eux aussi, parmi d’autres, de très nombreuses vies pour anéantir les armées d’Hitler et en finir avec la monstrueuse Shoah.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (6 juin 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La Shoah.
Hitler.
Staline.
Centenaire de 1914.
L’Europe, c’est la Paix.
Le Traité transatlantique.
Ronald Reagan.
Barack Obama.
La Reine d’Angleterre.
François Hollande.
Vladimir Poutine.

yartiDebarquement05

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.32/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • jako jako 6 juin 2014 12:06

    Allez, au hasard « Ce courant ne comprend pas, non plus, que le Traité transatlantique va plus avantager l’Europe que les États-Unis qui sont plutôt réticents et n’ont pas pris l’initiative des négociations. » expldr.... ou de pleures
    c’est donc bien le but de cette mascarade d’anniversaire


    • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2014 13:13

      C’est bien beau de planter des croix blanches partout, pour couper court à toute discution, mais ça ne mène à rien et ça ne veut rien dire....


       
      On ne peut que respecter ces soldats qui sont venus nous libérer, comme on dit, et il est certain que beaucoup de ces jeunes avaient un certain idéalisme, et parfois l’envie simplement d’en découdre, comme ont été tant de malheureux soldats qui se sont faits avoir par la propagande des affiches..Les mêmes qui sont morts aux Vietnam, en Corée, sans compter toute cette armée de grognards napoléoniens qui parsèment la route qui va de Paris à Moscou.

      Sauf, qu’en dehors de l’aspect lacrymal, l’ami américain avait un plan d’envergure pour annexer l’europe, et que ça a très bien marché. La puissance de Amérique est née de la guerre de 14, et s’est épanouie après 45. Seule la guerre la fit sortir de la récession qui avait commencé dans les années 20....

      Dix millions de mort en Russie, 60 fois plus que les states. La Russie alla au charbon, et les américains sortirent les marrons du feu....La Normandie n’a été que l’estocade..
      Allemagne vacillait depuis le débarquement d’Afrique du nord, puis de silice, de Provence...Stratégie de reconquête qui n’a été possible qu’après Stalingrad, le grand tournant de la guerre...

      Sans compter la bataille de Koursk, moins connue, mais qui reste la plus grande bataille de chars de l’histoire, à peu près 10000, et qui vit une armée allemande d’un million d’hommes prendre une toise.

      Alors votre petit doigt sur la couture, il est peu con, et déplacé dans son emphase, quand vous nous demandez de nous mettre au garde à vous, en écoutant l’hymne américain. 

      Mais ce qui m’a mis le plus en colère, c’est votre remarque à propos des victimes françaises, que vous banalisez.

       Il semble bien pourtant que le sort des grands ports français ait été traité non seulement dans un but militaire, mais économique : Mettre la France un peu plus à genoux après l’armistice. Bien des travaux ont été réalisé à ce sujet que vous ne connaissez manifestement pas. 

      Je ne rebondirais que sur Royan, dont vous banalisez le sort.....
      Royan bombardée le 5 janvier 45, alors que l’Allemagne était déjà à genoux.....

      Royan pratiquement rayée de la carte, pour une simple poche de résistance allemande, et sur laquelle les américains , par une nuit d’hiver où il gelait à pierre fendre, réchauffèrent atmosphère, en utilisant pour la première fois une substance qui allait faire parler d’elle durablement, au Vietnam : LE NAPALM !

      L’historien américain Howard Zinn, qui a participé lui même à ce bombardement, en fera une critique pertinente...

      Merci, le vétéran ! Voilà un vrai ami Américain.
       Un pays rempli sans doute aussi de braves gens, et aussi de politicards pourris.

      Ca montre bien que la conscience n’a pas de pays !
      La bêtise non plus



    • Anaxandre Anaxandre 6 juin 2014 13:23

        Ah ça, des perles il y en a dans cet article de propagande américaine pour collégiens !

        
        « La guerre est souvent la suite de l’inconséquence des dirigeants politiques, mais parfois aussi, il faut bien le dire, de l’irresponsabilité, de l’insouciance, ou au contraire, de l’agressivité des peuples. »

        C’est bien connu : les peuples européens ont « parfois aussi, il faut bien le dire », voulu envahir leur voisin contre l’avis de leurs dirigeants, ces dernier ayant dû céder devant le bellicisme populaire ! Pas le moindre exemple ne nous vient à l’esprit, mais l’auteur n’est pas à un mensonge prêt...  À l’inverse, du côté de l’oligarchie, la guerre n’est souvent que la suite « de l’inconséquence des dirigeants politiques » ; circulez, y’a rien à voir de ce côté-ci...

        Rarement lu un « article » aussi clairement mensonger.

    • Anaxandre Anaxandre 6 juin 2014 13:58

        Allez, une autre :


        « ...60 000 civils français tués au cours des bombardements alliés (...), des villes commeLe Havre ou Royan (...) rasées (...). Soixante-dix ans plus tard, c’est toujours facile de poser ces questions, un peu légèrement. Alors que l’essentiel est ailleurs. »

        Circulez y’a (toujours) rien à voir !
        Et pourquoi donc, monsieur l’auteur, ces questions ne seraient-elles pas essentielles ?
        Parce qu’on pourrait se demander si le véritable objectif des américains n’était pas de poser un large pied hégémonique sur une Europe de l’Ouest exsangue, davantage que de protéger et libérer les populations civiles ? Voilà, au contraire, un sujet fort intéressant que vous balayez bien vite, trop vite...

    • jako jako 6 juin 2014 14:32

      Bonjour Tonimarus, déja il suffit de 4 votes pour que l’article passe ensuite le rôle du modérateur n’est pas d’être censeur et de rejeter tout ce qu’il n’aime pas ou n’est pas d’accord, l’article de Sylvain est techniquement irréprochable et doit être passé, c’est mieux ainsi je pense, il reste alors les commentaires pour valoriser ou non un article.


    • doctorix doctorix 6 juin 2014 17:25

      Ca jako, c’est dans le monde bisounours.

      Un de mes articles (sur les vaccins, je crois), avait eu 40 plussages. Mais avec 40 moinssages il n’est pas passé.
      Il y a les modérateurs, et puis il y a le censure.

    • Ouallonsnous ? 8 juin 2014 00:07

      Pauvre Sylvain qui croit encore que les américains se sont battus pour libérer la France, alors que les gouvernants anglo-yankees de l’époque ne voulait que la coloniser !
      Ils n’ont d’ailleurs pas renoncé, et il n’y a plus de De Gaulle pour représenter la souveraineté française et les contrer !!!


    • jako jako 9 juin 2014 11:36

      Bonjour Doctorix, oui je vois bien passer vos articles sur les vaccins, mais je ne comprends pas leur non-publication, à l’évidence du lobbying , bonne journée.


    • jako jako 9 juin 2014 11:37

      ré-ecrivez l’article sans le mot vaccin, cela pertubera les suiveurs sur le fil RSS


    • sirocco sirocco 6 juin 2014 12:08

      Tiens, le cireur de pompes officiel est (déjà) de retour...


      • antyreac 6 juin 2014 12:29

        Tiens, le cireur de pompes officiel est (déjà) de retour...


      • doctorix doctorix 6 juin 2014 16:38

        Article bien mièvre.

        Il occulte le fait que cette incendie qu’ils sont venus éteindre, ils l’avaient eux-même allumé :
        A propos du 6 Juin 1944 et des traîtres qui permirent à Hitler d’exister (politiquement)

        … Traîtres qui sont toujours aux commandes du bateau ivre aujourd’hui…

        Ce qu’on ne vous dira pas non plus sur Hitler et la seconde guerre mondiale : Hitler a été financé par Wall Street dès le départ.

        L’historien Antony Sutton a étudié et parfaitement documenté les transferts d’argent des banques américaines vers des banques tampons dans son livre « Wall Street et la montée en puissance d’Hitler », et que des fonds ont transité sur le compte personnel d’Himmler jusqu’en 1944.

        Que des gens comme Henry Ford, mentionné par Collon dans l’article que nous reproduisons ci-dessous était un grand sympathisant des nazis, qu’il fut décoré d’un des plus hauts ordres du IIIème Reich pour son soutien.

        Que la Standard Oil des Rockefeller, aujourd’hui Exxon-Mobil qui fait de la politique mondialement surtout au travers de son état privé qu’est le Qatar, a fourni à l’armée allemande et à son armée de l’air, les formules de production de carburant synthétique et l’adjuvant nécessaire à faire voler les avions.

        Que la fondation Rockefeller fit envoyer des scientifiques américains au kaiser Wilhem Institute de Berlin pour aider les scientifiques nazis à peaufiner leur programmes eugénistes d’extermination.

        Que Prescott Bush, grand-père de Deubeuliou Bush, marionnette président avant la marionnette président Obama, fut un des banquiers pour les nazis. Tout ceci est documenté et était déjà connu au moment du procès de Nüremberg puisque Sutton a retiré l’essentiel de ses infos des archives du procès stockées à l’époque au Hover Institute de l’université de Stanford où il était professeur.

        Si tous ces criminels, traîtres à leur(s) nation(s) n’avaient pas pactisé avec le Reich pour le profit et le pouvoir, il n’y aurait jamais eu de 6 Juin 1944, il n’y aurait jamais eu de seconde guerre mondiale, car l’armée allemande n’en aurait jamais eu la capacité.

        Tous les criminels de guerre n’ont pas été pendus à Nüremberg, loin s’en faut.

        Ajoutons à cela que le même historien Sutton a aussi demontré l’implication de « Wall Street et la révolution bolchévique ».

        Il est donc naturel de conclure que les banksters finançaient à la fois l’URSS de Staline (après avoir financé Lénine et Trotski, respectivement agents de la City de Londres et de Wall Street) et l’Allemagne nazie d’Hitler.

        Rien d’étonnant à ce que Ford voulait que la guerre « dure le plus longtemps possible ».

        La guerre est très lucrative et élimine le petit peuple. Fric et eugénisme, les deux obsessions des oligarques.

        Pour en savoir plus, lire, voir les liens en fin d’article : édifizant et passionnant. 

        N’oublions pas une chose : Ces mêmes banquiers aujourd’hui veulent recommencer et mènent le monde à la guerre pour remettre les compteurs de leur escroquerie capitaliste mondiale à zéro et repartir pour un tour… La question est désormais : Sachant ce que nous savons, les laisserons-nous une fois de plus faire ?…

         


      • doctorix doctorix 6 juin 2014 16:39

        Mais ce n’est pas tout :

        Ce qu’on ne vous dira pas sur le 6 Juin 1944

         

        Michel Collon

         

        4 Juin 2014

         

        url de l’article :

        http://www.michelcollon.info/6-juin-44-ce-qu-on-ne-vous-dira.html?lang=fr

         

        « Oui, mais quand même les Américains nous ont ont libérés en 45 ! » Combien de fois, l’ai-je entendue celle-là ! Sur les bancs de l’école. Mais aussi lors de débats sur les guerres actuelles des USA.

        40-45, la seule ‘bonne’ guerre US ? Peut-être à nuancer. Quelques faits troublants sont documentés dans un excellent livre de l’historien Jacques Pauwels (1). Ses documents irréfutables prouvent qu’une grande partie des sociétés US ont carrément collaboré avec Hitler, et pas seulement au début de la guerre : Du Pont, Union Carbide, Westinghouse, General Electric, Goodrich, Singer, Kodak, ITT, JP Morgan…

        Pire. La grande nouveauté stratégique d’Hitler, ce fut la « Blitzkrieg », la guerre-éclair : porter très vite ses troupes au cœur de l’adversaire. Pour cela, deux conditions indispensables : des camions et de l’essence. L’Allemagne n’ayant aucun des deux, c’est Esso qui a fourni l’essence (et les brevets pour fabriquer l’essence synthétique à partir du charbon, nd doctorix), tandis que les camions provenaient des usines allemandes de Ford et General Motors.

        « Que cette guerre dure le plus longtemps possible ! »

        Pauwels montre que :

        1. Une grande partie du patronat US était pro-Hitler dans les années 30 et 40.

        2. Cela n’a changé qu’au moment où les ventes des firmes US furent mises en danger par l’agressivité commerciale allemande en Amérique latine et ailleurs. Et par les occupations japonaises qui confiquaient tout le commerce en Asie.

        En fait, les Etats-Unis jouaient double jeu. Ils souhaitaient que la guerre dure longtemps. Pourquoi ?

        D’un côté, les énormes profits que leurs sociétés réalisaient en Allemagne étaient en croissance. De l’autre côté, ils s’enrichissaient en prêtant à la Grande-Bretagne qui supportait tout le poids financier de la guerre. Washington posait d’ailleurs comme condition que Londres abandonne ses colonies après la guerre. Ce qui fut fait. Les Etats-Unis ont réussi à profiter de la Deuxième Guerre mondiale pour affaiblir leurs rivaux et devenir la seule superpuissance capitaliste.

        Henry Ford : « Ni les Alliés, ni l’Axe ne devraient gagner la guerre. Les USA devraient fournir aux deux camps les moyens de continuer à se battre jusqu’à ce que tous deux s’effondrent. »

        Le futur président Harry Truman, 1941 : « Si l’Allemagne gagne, nous devons aider la Russie et si la Russie gagne, nous devons aider l’Allemagne, afin qu’il en meure le maximum de chaque côté. »

        Ce jeu cynique ne cessa que lorsque l’URSS vainquit Hitler. Alors seulement, les Etats-Unis se précipitèrent pour sauver leurs intérêts en Europe.

        Demain 6 juin, on fera comme si la guerre avait été gagnée en Normandie et non à Stalingrad. On ne dira pas qu’Hitler perdit 90% de ses soldats à l’Est. Que pour un soldat US tué, il y en eut 53 soviétiques. Les manuels scolaires sont parfois bizarres, non ?

        Voilà, désolé de vous avoir ôté une de vos dernières illusions. Demain, 6 juin, vous pourrez penser à tout ça lorsque sur une plage normande, on fêtera George Bush (en actualisant : Obama) alors que son grand-père a financé Hitler. Dans quel monde vivons-nous ?

         

        MICHEL COLLON


      • lsga lsga 6 juin 2014 16:42

        doctorix, c’est un peu court, tu pourrais détailler stp ?


      • doctorix doctorix 6 juin 2014 16:42

        Mon article contenait tout ça : il n’a pas été accepté, on lui a préféré les balourdises habituelles. J’ai une pensée pour ces petits soldats (les noirs en première ligne bien sûr) qui ont servi de chair à canon aux bâtards cités plus haut.

        Mais il est temps de parler d’histoire et d’arrêter la légende : Pour un GI mort, cette guerre a coûté la vie à 53 soldats soviétiques. On pourrait peut-être les remercier aussi. Parce que ce sont eux qui ont arrêté Hitler.

      • lsga lsga 6 juin 2014 16:45

        je viens de voter pour, ça te fait +4 


      • rocla+ rocla+ 6 juin 2014 16:53

        l’ histoire est écrite par les menteurs les plus habiles 


      • doctorix doctorix 6 juin 2014 17:08

        merci, il m’en faudrait d’autres comme toi (quand tu ne trolle pas trop).

        Combien de moinsses ? (les rédacteurs, on ne leur donne pas le droit de srurveiller leurs aticles !!!).

      • lsga lsga 6 juin 2014 17:10

        Moi ??? TRoller ??? Jamais. smiley 


      • joletaxi 6 juin 2014 17:30

        est-ce que vous savez que Goldman finance les fabricants de chaussures pour que les gens aient des cors aux pieds, et également les firmes qui fabriquent les emplâtres pour les soulager ?

        votre article a été refusé ?
        peut-être que dans les incroyables délires que l’on peut lire sur vomigorax, l’éditeur s’est dit que celui-ci était un peu « too much » ?

        bon, je vous laisse, j’ai piscine
        hein, le chlore dans les piscines est fabriqué par Dupont et contient un agent destiné à accélérer les effets des chemstrails ?

        mince, faut vite faire un article là-dessus

        il y a des cintrés ici, mais là on tient un « cas »


      • doctorix doctorix 6 juin 2014 19:53

        Bouuuuhhh !!!!

        Le vilain Doctorix et les autres y zont cassé le zoli jouet tout doré du gentil joletaxi...
        Bouuuhhh !!
        Tous des vilains.
        (Moi aussi, j’ai adoré l’Amérique, il y a longtemps, mais j’ai grandi).


      • antyreac 6 juin 2014 12:19

        Les américains ont gagné la guerre presque à eux tout seul ils ont combattu sur quatre fronts

        le front européen
        le front africain
        le front japonais
        le front atlantique(le combat contre les u-boat allemands)
        En même temps ils ont fourni une aide massive à l’urss ce qui a permis à cette dernière de renverser la vapeur sur le front de l’est.


        • jako jako 6 juin 2014 12:21

          reac, c’est ce que m’a dit la voix de son maitre FI ce matin !


        • antyreac 6 juin 2014 12:26

          C’est pourtant la vérité...


        • jako jako 6 juin 2014 12:33

          Ce n’est pas LA VERITE, c’est un aspect d’un ensemble de vérités. JL a fait une excellente remarque sur un autre fil, il y a par exemple un autre aspect, les navires contenaient certe des braves, mais aussi des planches à dollard.


        • antyreac 6 juin 2014 12:41

          La vérité c’est aussi de savoir qu’aucune autre nation à part les américains (à l’époque) n’aurait pu fournir un tel effort pour battre les fascistes allemand et japonais.


        • Byblos 6 juin 2014 19:28

          Non. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’en 14/18 comme en 39/45, les USA ne sont entrés que tardivement en guerre, après s’être assurés que les protagonistes étaient épuisés, et pour cueillir à moindre coût les fruits de la victoire.


          La guerre comme à Wall Street en quelque sorte.

        • howahkan howahkan Hotah 6 juin 2014 13:04

          le mythe de la bonne guerre.....qui remets les choses à leur place...

          "La mentalité militaire est une mentalité de bandit et de pillard. D’où il découle que tout système militariste représente en réalité une forme de banditisme organisé au sein de laquelle les mœurs traditionnelles cessent d’avoir cours. L’esprit militariste est un prétexte pour légaliser le meurtre, le viol, les rapines et toutes autres formes de crimes qui accompagnent inévitablement la guerre." Franck Herbert


          • Xenozoid Xenozoid 6 juin 2014 13:29

            la guerre, ce jeux qui se déclare par des gens qui se connaissent, mais est faite par des inconnus contre d’autres inconnus


          • antyreac 6 juin 2014 13:18

            Les américains ont battu les nazi et ont rendu la liberté aux français qui ont connu par la suite les trente glorieuses

            Les pays de l’est européens ont par contre connu 40 ans de colonisation soviétiques et pendant cette période ont connu la pauvreté pour ne pas dire misère.

            • Xenozoid Xenozoid 6 juin 2014 14:49

              Arrêttez de moinser,ce n’est pas le débarquement.et encore moin la fin du monde,la pauvreté et la misère , n’ont jamais eut besoin des « soviétiques » pour être....mais bon en cela(merci Alinea),son commentaire(antyreac) rejoitn celui des faschos,a savoir que la raison attacher a une morale, n’est que predatrice


            • juluch juluch 6 juin 2014 13:20

              Honneurs aux Anciens pour ce 6 juin 2014.


              Ne les oublions pas.

              Remercions les pour leurs courages et leurs sacrifices quelques soit la nationalité.

              Merci pour cet article et ses illustrations bien émouvantes

              • doctorix doctorix 6 juin 2014 17:12

                Un char comme logo, ça explique tout.

                T’as pas compris qu’on n’en veut plus, de tes chars et de tes martyrs pour la banque ?

              • juluch juluch 6 juin 2014 17:14

                Il te plait mon chars ??


                Jaloux.

              • foufouille foufouille 6 juin 2014 18:58

                je veut le même char mais avec une grosse sulfateuse dessus
                 smiley


              • juluch juluch 6 juin 2014 20:06

                T’as déja un canon de 120, une coaxiale de 12,7mm et une 7,62.....que te faut il d’autres ? 


              • Robert GIL ROBERT GIL 6 juin 2014 13:39

                Dans une guerre on ne meurt que pour les banquiers et les entrepreneurs ...

                Regarder cette vidéo : LE MYTHE DE LA BONNE GUERRE


                • antyreac 6 juin 2014 13:43

                  Dans certains cas la guerre est la seul solution

                  Dans le cas des nazis c’était la seule solution

                • doctorix doctorix 6 juin 2014 17:15

                  Les meilleures guerres sont celles qu’on ne fait pas.

                  Celle-là a été fabriquée de toutes pièces par la haute finance internationale, particulièrement anglo-américaine, comme toutes celles qui ont eu lieu et toutes celles qu’on nous propose. 
                  70 ans sans guerre mondiale, la finance n’en peut plus.

                • filo... 6 juin 2014 23:27

                  @robert gil
                   
                  Ce soir la vidéo n’existe pas (ou plus) !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès