Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Défense européenne : enjeu de la présidence française

Défense européenne : enjeu de la présidence française

Le 1er juillet 2008, la France prendra la présidence de l’Union européenne. Le président Sarkozy affiche de grandes ambitions sur de nombreux sujets pour cette présidence, en particulier sur la défense. Pourtant, il semble que trop peu d’Européens soient au fait du sujet et de ses enjeux.

Nous noterons pour commencer que la défense a pour but de garantir notre indépendance. Indépendance de notre territoire bien évidemment, mais aussi indépendance de pensée et d’action dans nos choix intérieurs, mais aussi extérieurs. Ceci doit nous offrir la liberté de peser dans les choix qui sont faits au plan international, et d’assurer une pluralité dans la façon de résoudre les crises, en évitant le choc entre quelques grandes puissances dont les pays européens pris individuellement ne font plus partie. Aurait-on la situation actuelle au Kosovo si l’Europe avait eu une politique commune sur le sujet et les moyens d’intervenir sans les Etats-Unis ? Bien évidemment, l’organisation d’une armée européenne pouvant intervenir à l’extérieur de l’Union ne peut se faire que s’il y a une politique étrangère commune capable de définir des objectifs précis aux forces armées. Il paraît pourtant impossible de s’engager sur notre propre voie, sans avoir pris l’assurance que nous pourrons la poursuivre seuls et sans avoir besoin d’un secours venant d’outre-Atlantique.

L’Europe est depuis trop longtemps dépendante des Etats-Unis d’Amérique, ce qui l’oblige à aligner sa politique sur celle de ses protecteurs. L’investissement de nombreux pays européens en Afghanistan ou en Irak en est le signe. Ainsi 19 pays de l’Union européenne participent au sein de l’ISAF à ce qu’il faut qualifier d’occupation de l’Afghanistan. La France se préparerait même à augmenter sa participation dans la zone où les combats sont les plus durs. L’Angleterre, l’Italie, la Pologne, l’Espagne ont participé avec le succès que l’on sait à la « libération de l’Irak ». Pourtant ces pays n’avaient pas été visés par les attentats du 11-Septembre. Ils se sont retrouvés entraînés dans des conflits qui n’étaient pas les leurs au nom d’une lecture très large du traité de l’Atlantique Nord. Certes le World Trade Center a été détruit, mais pas par une armée régulière... Il n’y avait pas de justification à l’implication de troupes dans la guerre contre la terreur.

La défense a un impact économique non négligeable. De nombreuses usines et bureaux d’études travaillent pour le secteur de la défense. Le groupe DCNS spécialisé dans la construction de navires de guerre emploie 9 000 personnes en France. Le groupe Dassault qui réalise 25 % de son chiffre d’affaires dans la construction d’avions de guerre compte 11 000 personnes, Nexter emploie quant à lui 2 500 personnes pour la conception et la construction d’engins blindés. Le groupe Thalès réalise 50 % de son chiffre d’affaires dans le secteur militaire. En 2006, le secteur de la défense pesait plus de 10 milliards d’euros avec ces seuls groupes pour la France. L’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne comptent aussi de nombreuses entreprises qui travaillent dans le secteur de l’armement (BAE, Navantia, Augusta, Fincantieri, Finmeccanica, etc.) en partenariat ou en concurrence avec les entreprises françaises. L’Europe exporte énormément sa production de matériel de guerre. Ces exportations ont deux aspects. Le premier est de jouer sur notre balance commerciale. L’on comprend bien la volonté française de faire lever l’embargo d’armes vers la Chine. Le second aspect est de créer un réseau de pays alliés qui dépendent technologiquement de nous. C’est un aspect non négligeable de notre politique étrangère. Ceci éclaire aussi la difficulté de vendre le Rafale à l’étranger et d’empiéter sur la tutelle qu’exercent les Etats-Unis sur de nombreux pays. La création d’une Europe politique forte faciliterait largement l’exportation de nos produits.

On peut aussi espérer qu’un certain nombre de pays arrêteront d’acheter du matériel américain et préféreront le matériel européen. La crise qu’entraîne l’attribution du marché des ravitailleurs de l’US Air Force à un consortium américano-européen est à ce titre très révélatrice du manque d’unité et de cohérence des Européens. Si, à chaque fois qu’un pays européen achetait du matériel à un constructeur américain, le Parlement européen se saisissait du dossier, alors il passerait son temps à ça. Les exemples comme l’achat de l’Apache contre le Tigre aux Pays-Bas ou encore du F35 contre le Rafale ou l’Eurofigther ne manquent hélas pas.

Du point de vue économique, découle un aspect social, car les arsenaux emploient de nombreux personnels comme nous l’avons vu précédemment. La réorganisation de la défense européenne ne se fera pas sans une restructuration du secteur, avec vraisemblablement des pertes d’emplois à la clé. Déjà de nombreux programmes communs existent tels que l’Eurofigther, les frégates Horizons et multi-mission, l’hélicoptère Tigre ou encore l’avion de transport militaire A400M. Pour l’instant, la recherche est commune, mais la production est généralement réalisée par chaque pays ou découpée en lots. Pourtant, il est difficilement envisageable de permettre de faire des économies en conservant les 5 ou 6 sites de construction de sous-marins par exemple. Il faut imaginer au mieux que trois sites seront conservés au mieux, en fonction des types de sous-marins (diesel, nucléaire d’attaque et nucléaire lanceur d’engins).

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe a sous-traité sa défense aux Etats-Unis. Cette sous-traitance se matérialise par la présence d’importantes bases américaines sur le sol européen. Pour l’Air Force, il y a huit bases en Europe, huit aussi pour la Navy sans compter la permanence d’un porte-avions en méditerranée, l’US Army dipose aussi de bases en Europe avec son quartier général à Heidelberg (Allemagne). Cette présence rassurante durant la guerre froide a permis à l’Europe de reconstruire son économie sans pour autant avoir besoin de dépenser trop dans ses outils de défense. Toutefois cette situation n’a plus de raison d’être aujourd’hui. L’Europe doit s’affirmer politiquement, et disposer par elle-même des capacités d’appuyer sa politique. Elle n’a pas besoin d’une force hégémonique lui permettant d’imposer sa loi au reste du monde, mais d’une force crédible, capable de la protéger, et d’intervenir dans les crises régionales.

Comme nous avons essayé de le montrer, le dossier comporte de nombreux aspects. Les Etats-Unis soutiennent le projet français d’améliorer la défense européenne. Toutefois il est à craindre que, dans leur esprit, la défense européenne se réduise à l’augmentation du budget consacré à la défense par les pays membres pour acheter plus d’armes aux Etats-Unis et prendre une plus grande part du fardeau des opérations dans les bourbiers où se sont engagés les politiques américains. Quelle marge de manoeuvre restera-t-il à Sarkozy l’Américain quant l’Oncle Sam se rendra compte que le projet français a d’autres ambitions ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • GRL GRL 26 mars 2008 12:05

    D’autres ambitions ... économiques certes ... mais vous n’estes pas sans savoir que la présidence française à l’UE se pose dans le même temps que l’élection Américaine. Celle ci verra à priori , deux issues opposées à la continuité du plan de guerre américain . Obama accédant à la présidence verrait probablement l’abandon US de la campagne militaire engagée, Mc Caïn par contre serait le signe de la continuité.

    Alors oui, l’UE développe ses marchés de la mort , la France en paticulier. Mais que sont ces marché sans les guerres qui les accompagnent ? Sarkozy étant clairement pro Bush , que demandera t il à l’Europe si l’Iran se voyait à son tour engagé par une Amérique exangue , ou par le "joker stratégique " qu’est Israël ?

    De l’autre coté de l’Atlantique , Mc Caïn n’aurait il pas plus de chances de se faire élire si un nouveau conflit appuyait sa volonté de continuer la marche vers la Caspienne ?

    Mais quelle concordance des temps en effet , que de voir ce moment éléctoral si crucial pour le monde entier accompagné depuis l’Europe par un Bushiste français qui se frotterait déjà les mains de pouvoir équiper les nouvelles folies du monde dans une Amérique toujours plus conservatrice ... 

    Alors oui , quel homme sera Sarkozy le moment venu , et ce au delà des marchés ? Est ce que le voir soutenir Mc Caïn et la guerre comme il soutient Bush ne sera pas encore une fois , l’avènement de la bêtise humaine , de la lâcheté , de la mort donnée, au nom du buisness , du profit , estampillé France ? Devons nous etre fiers de cette perspective ? Doit on envisager le passage de la France à l’UE comme un seul virage militaro économique ? N’a t on pas plus intêret à se focaliser sur le plan de guerre occidental , à l’heure où la Chine comme la Russie en ont plus que marre de voir leur marge de manoeuvre géopolitique se réduire , et pour la Russie en particulier , ses terres se morceler peu à peu et passer à l’ouest ? N’y avait il pas une folie à élire un homme comme Sarkozy à la tete du pays alors qu’un Amérique exangue dépend de plus en plus de notre soutient à ses campagnes d’annexion et de mort ?

    M’est avis qu’un grave souci accompagne cette période , bien plus que des "joyeusetés économiques", qu’un triste destin ( éléctoral tout du moins ) s’annonce pour Obama , et que Sarkozy sera celui qui tentera peut etre de jouer les chefs d’orchestre au travers de l’UE , légitimant du coup la formation accelerée d’une armée Europpéenne cohérente, hein, rien de tel qu’un bon motif de guerre pour accelerer le processus ... mais à quel prix pour les peuples ? c’est ce que je vous demande ?

    Car Chine et Russie attendraient elles alors selon vous , que tout ceci se déroule sans bouger ? Celà semble de plus en plus improbable , m’est avis.

    A vous , GRL .


    • Ben 26 mars 2008 14:37

      Obama appel à un reforcement des troupes en Afghanistan il me semble. Certes il retirera tôt ou tard les troupes d’Irak... La crise économique ne permettra pas aux américains de maintenir des troupes dans l’ensemble du monde tel qu’ils ne font actuellement. D’ailleurs ceci les poussera peut-être à se retirer d’Europe nous laissant un grand vide de protection si nous n’avons pas anticipé. Cette situation aurait le mérite d’éviter d’être obligé de leur demande poliment de remballer leurs matériels...

      Pour la Chine et la Russie, de toute façon elles ne nous attendent pas pour faire la course aux armements. La Chine a un vaste programme de porte-avions, de sous-marins lanceurs d’engins, etc. La Russie a récemment envoyé son groupe aéronaval dans nos eaux (Atlantique et Méditerrannée) chose qu’elle n’avait pas fait depuis une décennie ou plus, elle vient de lancer un nouveau char de bataille et prépare de nouveaux sous-marins.

       


    • GRL GRL 26 mars 2008 15:39

      La Russie a récemment envoyé son groupe aéronaval dans nos eaux (Atlantique et Méditerrannée) chose qu’elle n’avait pas fait depuis une décennie ou plus, elle vient de lancer un nouveau char de bataille et prépare de nouveaux sous-marins. ....

       

      .... et vient de sortir l’ OVT , qui est un intercepteur vraiment impressionnant .... certes ...

       

      Mais vous , de votre opinion , comment liez vous les enjeux de l’armements aux conflits éventuels , c’était le sens de mon propos , partant du principe que sans conflit potentiel ... les nations ont beau fabriquer des engins ... or , se dessine aujourd’hui deux foyers potentiels et visibles d’engagement modiaux , en Israël , et en Iran ...

      Ma question sous tendue est alors de savoir si de votre opinion, la course à l’armement actuelle trouvera ses raisons dans ce qui semble se préparer sur le tehatre de ces deux points chauds , qui à eux seuls engagent les nations du monde , d’une part , et d’autre part , qui serait Sarkozy , à votre avis , pendant cette période sensible qui verrait l’Amérique changer de cap ... ou pas ?

      Ca m’aurait interessé de connaitre votre opinon là dessus , car il est toujours un rapprochement à faire entre les marchés de la guerre et la guerre elle même , m’est avis et ainsi de développer l’argumentaire autour du titre de votre article , quels sont les véritables enjeux de la présidence française à l’UE .

       


    • Ceri Ceri 26 mars 2008 12:50

      y’a un autre aspect, je crois, à cette histoire de sécurité uropéenne. On veut nous coller un ministre européen des affaires étrangères, en quelque sorte, et le traité de Lisbonne dit clairement que la défense européenne se fera dans le giron de l’OTAN (comme vous le dites, on est trop soumis à l’influence US en matière de défense).

      Il y a aussi écrit noir sur blanc que les Etats s’engagent à militariser davantage. On n’a plus le droit au pacifisme, alors...

      Et dans le cas de l’invasion de l’Irak, est-ce que toute l’Europe serait allée taper sur les irakiens, ou bien personne ?

      Que ferait sarkoléon le va-en- guerre, l’ami de Dassault et le "frère" de Lagardère, dans un cas pareil ?

      Au final, les seuls gagnants dans tout ça, ce sont les industries d’armement.


      • dalat-1945 26 mars 2008 13:28

        @ Ceri,

        Quel raisonnement puissant !


      • Ben 26 mars 2008 14:24

        Il faut faire une distinction entre pacifisme et militarisme. Vous pouvez parfaitement être pacifiste et pour autant être bien conscient que cela ne vous protégera pas d’une agression. En conséquence il faut conserver une armée crédible. Nous en sommes toujours au veil adage des Romains : "Si vis pacem, para bellum", qui veut la paix, prépare la guerre... La défaite de 39 est un bon exemple de l’oublie de cette phrase.

        L’augmentation des budgets de défense n’est pas obligatoire dans un premier. Il serait souhaitable de réorganiser les moyens actuels, même si il faudra bien remplacé les moyens US qui nous protégent (protection à double tranchant qui crée une dépendance) par des moyens européens. Mais la nécessité d’être autonome en matière de défense est évidente : c’est la clé de l’indépendance politique. La France est autonome, elle ne dépend pas comme le Royaume-Unis des Etats-Unis (la disuasion Anglaise dépendant technologiquement des américains...). Ainsi Chirac avait plus de marge pour ne pas aller en Irak quelque soient les raisons qui le guidé.

        Une fois notre indépendance de défense acquise, nous pourrons oeuvrer plus facilement pour une politique plus humanisme, dont finalement nous rêvons douce (douce utopie ?).

        Il est difficile de savoir comment aurait tourné l’Europe face à l’intervention en Irak. De toute façon pour se prémunir de ce genre de problème, il est indispensable de définir avec précision ce qui justifiera l’intervention de troupes de l’Union. On pourrait dire que tant qu’il n’y a pas d’agression sur notre territoire, on ne bouge pas, mais on a bien vu comment les américains ont réussi à envoyer des centaines de milliers d’hommes en Irak et en Afghanistant, pour répondre à un attentat... et nous ne sommes pas à l’abri du telle manipulation.

        L’armée, ses hommes et ses équipements ne sont que des outils. On peut s’en servir comme on veut, intelligement ou pas. C’est un peu l’objet de cet article que d’essayer de faire réfléchir les électeurs sur cette problèmatique trop souvent mise de côté.


      • Ceri Ceri 26 mars 2008 14:30

        je suis d’accord avec vous. Mais quand même, à l’heure des armes bactériologiques, est ce bien utile de continuer à dépenser en armement et en hommes qui restent à astiquer leurs jolies armes dans les casernes ?)

        Et puis, nationalisons l’armement !


      • ASINUS 29 mars 2008 06:36

        On n’a plus le droit au pacifisme, alors

         

         

        vous etes sur que c est une option ?

         

        peut etre l avez vous oublié mais la meche est allumée dans les balkans ?


      • mandrier 26 mars 2008 14:16

        Si vous croyez qu’un Français lèvera le petit doigt pour défendre ce que représente "Bruxelles"....

        Je n’y vois qu’abandons, trahisons, lâchetés.... Rien à "Bruxelles" ne justifie la mort d’un seul de nos soldats..

        Les intérêts de "Bruxelles" ne sont pas les nôtres... Tout ce qui est nocif pour la France fait jouir ces gens-là.

        Je ne vois pas du tout pourquoi les soldats français seraient les supplétifs dune oligarchie étrangère dont le seul but connu est la dispartition de la France et de ce qu’elle est...

        On accorde trop d’importance à ce "machin".... On ferait bien mieux de se retirer de ce machin qui est en train de nous mer à la ruine.


        • Internaute Internaute 26 mars 2008 17:11

          Le problème est qu’on ne nous demandera pas notre avis. Nos députés on abandonné à Versailles notre droit de décider pour nous-même. Si la France consent en temps de paix à mettre à disposition de l’organisation cosmopolite de Bruxelles un contingent de soldats et que Bruxelles décide quelques années plus tard à la majorité simple de l’envoyer tuer des pauvres gens à l’autre bout du monde alors la France ne pourra rien faire, sauf bien sûr sortir entièrement de tous les traités déjà signés.

           

          Le piège s’est refermé. Les français ré-élisent sans cesse ceux qui nous ont mis dans ce pétrin. La messe est dite !


        • beubeuh 2 avril 2008 14:04

          "Bruxelles décide quelques années plus tard à la majorité simple"

          Vous parlez de Bruxelles comme d’une entité abstraite("ces gens-là", a vous lire l’Europe n’est qu’un vaste complot anti-français) alors qu’il y a des institution identifiées. L’envoi de troupes peut donc être décidé par le Conseil de l’UE (conseil des ministres), et certainement pas à la majorité simple.


        • mariner valley mariner valley 26 mars 2008 14:17

          La securite europenne a 27 pays je ne suis pas sur que cela soit possible.......

          L’OTAN est la seule alternative actuellement fiable a l’echelle europenne. C’est un constat......

          Je ne vois rien de bien choquant a se que l’europe se dote d’une armee commune puissante, solide et credible, a condition d’y mettre le prix. Si l’ ojectif de cette armee est d’offrir une alternative credible  au gendarme US alors il faudra y mettre les moyens humains et surtout financiers................et oui quand on veut s’assoir avec les gros joueurs faut miser gros sinon c’est dehors......

          Le gendarme fait un peu ce qu’il veut car personne ne peut proposer autre chose et s’oppposer de maniere credible....a part la Chine et la Russie (on est gate.....).

          Une grosse armee ne veut pas dire une bande de va t’en guerre.........simplement un atout dissuasif efficace contre les menaces de demain et un moyen de repondre efficacement a une attaque sans avoir besoin d’appeler Washington pour le faire...........ce qu’on fera encore pour quelques annees en attendant mieux............


          • Ben 26 mars 2008 14:30

            Oui, l’OTAN est actuellement notre bouclier où les Etats-Unis tiennent le haut du pavé. L’idée serait que ça soit l’Union Européenne qui adhére à L’OTAN et nous chaque pays individuellement. Evidemment cela implique une politique commune pour discuter face aux Etats-Unis, et que des pays habitués à jouer un rôle sur la scène international acceptes de s’en retirer... (France, UK).


          • Internaute Internaute 26 mars 2008 17:12

            Un bouclier contre quoi ?


          • mariner valley mariner valley 26 mars 2008 14:41

            @ L’auteur

            Une fois notre indépendance de défense acquise

            Oui, il faut deja commencer par savoir qui la veut vraiment l’independance militaire par rapport aux USA. Et apres avec ceux qui sont motives pour faire des efforts, les negociations et les plans peuvent commencer..........

            Habitant a l’etranger (Europe) et discutant un peu autour de moi, vous seriez surpris de voir a quel point ils s’en fichent un peu de l’independance par rapport au USA. Les examples des radars US en Republique Tcheque, missile US en Pologne.....Montrent bien les divergences qui peut exister au sein meme de l’UE sur l’idee de l’independance militaire......visiblement pas si repandue que ca.........


            • Ceri Ceri 26 mars 2008 14:50

              oui et en Italie il y a aussi je sais pas combien de bases US, et nos aéroports ont servi à enlever des ressortissants européens pour les mettre à Guantanamo, mais pas de problème.

               

              Et puis, quand Sarko vend de la technologie militaire à Khadafi, on peut se demander quelle indépendance (du moins technologique) il restera...


            • Nemo 26 mars 2008 15:34

              Il faut effectivement tout faire pour mettre en place une véritable défense européenne, même si cela passe par une période "d’incubation" au sein de l’OTAN. Lorsque l’Europe politique sera suffisamment solide et suffisamment ancrée pour mener une politique étrangère vraiment commune, alors l’outil de défense européen, rôdé par des années d’efforts à être toujours plus opérationnel, sera prêt à relever les défis de l’Europe politique.


              • adeline 26 mars 2008 16:56

                juste pour rire et si la meilleur défense consistait en "arréter de vendre des armes...." et surtout à des états voyoux ?


                • Internaute Internaute 26 mars 2008 17:04

                  La France est sortie toute seule du besoin de défense américaine dans les années 60 grâce à de Gaulle. Le développement de la force de frappe a été suffisamment dissuasif pour assurer notre sécurité face à des attaques frontales de la part des USA, de la Russie ou maintenant de l’Israël. On n’a donc aucunement besoin de l’Europe pour notre défense.

                  Comme le mentionne justement l’article, une défense européenne suppose que nous abandonnions notre politique étrangère. Elle marquera la fin définitive de notre souveraineté, notre destin passant irrémédiablement sous la coupe d’une autorité supérieure. Précisions que la trahison récente du Congrés français, en supprimant la prise de décison à la majorité au sein de l’UE, nous place dans une situation minoritaire en Europe, surtout avec l’arrivée de la Turquie. Je ne vois absolument aucun intérêt à se mettre dans une situation pareille.

                  Nous serons entraînés dans toutes les guerres des lobbies cosmopolites, que ce soit pour aller casser de l’Afghan, de l’Irakien ou de l’Iranien quand cela sera la priorité de Sion.

                  La France n’a rien à faire dans ces conflits. Laissons les USA s’embourber et jouer à la grande puissance.

                  L’article montre aussi que la constitution d’une force de défense au niveau supranational remplacera nécessairement la multiplicité des industries d’armement par une organisation plus efficace et conduira une fois de plus au chômage et à la misère d’un grand nombre de personnes.

                   

                  L’expérience montre que les institutions européennes, depuis qu’elles ont abandonné les principes de base du marché commun de l’Europe des 6, ne servent plus du tout les intérêts des pays européens. Elles ne sont que le régent régional d’un pouvoir mondial qui s’installe au niveau occidental. Fort heureusement, ce pouvoir est limité par l’Asie sur laquelle les lobbies qui nous asservissent n’ont pas de prise.

                  Ne nous laissons surtout pas leurrer par des envolée lyriques du genre "faire contrepoids aux USA" ou "être une grande puissance". Le coût pour nous est celui de notre asservissement à des intérêts qui ne sont pas nôtres. Sachons les éviter et restons une puissance inférieure, libre de sa conduite et satisfaite de le rester.

                   


                  • beubeuh 2 avril 2008 14:30

                    C’est vrai que la France n’a rien à faire dans ces conflits, elle ferait mieux de se concentrer sur ses tâches naturelles à savoir soutenir des dictateurs africains et vendre des armes à n’importe qui.

                    Votre argumentation fleure bon le manichéisme : l’Europe = soumise au lobbies (forcément mauvais, ça, les lobbies) = suppôt des américains et des affreux sionistes. Alors que la France, depuis De Gaulle, est le pays le plus vertueux du monde. Les Français sont libres dans leur politique étrangère, la preuve : c’est leur Président qui en décide seul, sans en référer à personne.

                    Je rappelle pour mémoire que, depuis la bataille de Fontenoy, la France n’a jamais gagné une guerre sans être l’alliée soit des Anglais soit des Américains.


                  • faxtronic faxtronic 26 mars 2008 17:51

                    Le but de l’UE est de fournir des garanties a son maitre, c.a.d les US :

                    -Garantie economique : eponger les dettes du Maitre

                    -Garanties ideologique : obeir au Maitre

                    -Garantie militaire : mourir pour le bien-etre du Maitre

                    -Garantie politique : etre d’accord avec le maitre

                     


                    • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 26 mars 2008 21:23

                      Et avec les 1000 bidasses que le mari de Carla va envoyer en Afghanistan pour faire plaisir aux ricains et aux english, va plus nous rester grand chose sur le territoire national !

                      - Bah ! pour défendre quoi que ce soit ; y aura toujours l’ordre de mobilisation générale !


                    • judel.66 26 mars 2008 18:17

                      internaute......vous écrivez  :""la france n’a rien a faire dans ces conflits...laissons les USA s’embourber......"" je suis bien d’accord avec vous......je ne crois pas a une armée européenne du moins pas avant longtemps ; avons nous besoin en attendant d’une armée nationale importante ??? il faut penser que sarko cherche a diminuer notre effort national et a passer la main a l’europe où c’est certain il va se heurter a beaucoup de réticences......que faisons nous au kosovo ,au liban ,en afganistan , en afrique ,quels interets défendons nous  ??......on gesticule ....qui est ce qui paie ???dans l’immédiat je ne vois pas où l’on va.......

                       

                      je pense que nous n’aurions besoin que de quoi defendre ""le sanctuaire "" France des snle  : sous marins lanceurs d’engins ,,des frégates nucléaires rapides lance missiles , desavionsi ntercepteurset avions ravitailleurs en vol et a terredes missiles de toutes sortesavec systèmes de detection et de guidage........ tout ça nous pouvons c’est du défensif ,ça ne demande pas trop de personnel.....bien sur notre etat major de fils de militaires veutt des chars cercueils et des paras dont on n’a rien a faire si ce n’est ""sur des toe"" où nous n’aurions rien a cirer si nous etions aussi sages que mme merkel......

                       

                      c’est un point de vue  !!!!!! allez Cambrone a vous.......


                      • Internaute Internaute 26 mars 2008 18:44

                        J’ajouterais quand-même une petite force d’intervention pour défendre les intérêts de nos établissements à l’étranger dans le cadre de conflits mineurs, que ce soient les approvisionnements de Total ou les expatriés d’Abidjan pour ne citer que des exemples.


                      • mandrier 26 mars 2008 18:39

                        C’est très facile de gloser sur "une défense européenne"... qui ne sera satisfaisante que sur le papier pour faire une séance de powerpoint le cul au chaud...

                        Celui qui a trainé un tant soit peu ses rangers en tant qu’adjudant ou comme capitaine, sait très bien ce qui arrive quand on est obligé d’attendre l’"autorisation" d’ouvrir le feu sur un ennemi qui manoeuvre pour attaquer.... Surtout lorsqu’il y a des ordres permanents du style "ne faites pas de vagues", et que l’on a des chargeurs ensachés, voire plombés...

                        Je ne me vois pas sur un point d’appui canardé au mortier attendre qu’un clampin "bruxellois" énarque qui n’a pas fait son service militaire "parcequilavaitlespiedsplats" ou une "pétasse universitaire fille à papa" discute pendant des heures s’il faut demander au général américain s’il faut riposter ou pas.... Surtout qu’il aura la trouille d’être mis en examen par un juge gauchiste, antimilitariste, et anti Armée française s’il y a des morts... de l’autre bord !

                        Il y a longtemps qu’on n’a pas eu de gros combats avec des centaines de tués et de blessés, voire des unités entière décimées.. Il y a beaucoup de choses d’oubliées on dirait dans le domaine militaire depuis que les "civils" ne font plus de service militaire !

                        Attendez que l’on perde du monde dans un affrontement quelconque piloté par votre "CED".... Vous verrez le résultat !

                        Certains avaient voulu faire une "CED" alors que l’Armée française perdaient du monde (des promotions entières de Cyrards par exemple en indo)...

                        Et ce sera encore pire quand on découvrira des armements nationaux vendus au camp ennemi pour faire du commerce !

                        Et je ne parle pas des aspects opérationnels, de la tactique, des procédures, du renseignement, de la logistique assurée par des sociétés commerciales européennes qui se défileront dès que les premiers convois de carburants, de munitions, seront straffés, ou pétardés... et tutti quanti...

                        Certains veulent faire cette "CED" pour "mutualiser les myens" tout cela pour masquer l’indigence des approvisionnement, et des investissements initiaux... En fait pour se défausser car dans ce monde dangereux on veut faire du pacifisme pour se faire bouffer... Par qui au fait ? l’islam ? la Chine, le tier monde... Ou est l’ennemi ? Et qui est il d’abord ?

                         


                        • mariner valley mariner valley 26 mars 2008 19:03

                          @Mandrier

                          Je plussois votre commentaire.

                          Mais je ne vois pas pourquoi une armee europenne devrait etre commandee par un bruxellois encroute dans son fauteuil.

                          Un comite restreint de militaires experimentes. Une sorte d’etat major europeen...quoi.

                          Une fois la decision politique d’intervenir qque part, le commandement et les actions sont transferes a cet etat major...............

                          Je ne vois pas trop un bruxellois discuter des tactiques miltaires......

                          Voila je ne sais pas trop si cela est realisable..........


                          • mandrier 26 mars 2008 21:14

                            Eh bien personnellement je répugne à obéir aux ordres d’un officier étranger.... Fut-il estimable !

                            J’aurais toujours à l’esprit qu’il n’y a pas "franc-jeu" !

                            La confiance ne se décrète pas au niveau de "Bruxelles" : je les tiens pour ce qu’ils sont : des vendus....


                          • mandrier 27 mars 2008 10:36

                            Je serais curieux de savoir comment fonctionnerait un porte-avions dont le commandant serait anglais, avec un second francais, un équpage un peu allemand, espagnol, turc et polonais.... Avec des flottilles embarquées tchèques, et italiennes...

                            Et les "clefs" des soutes à munitions à Washington.... Lesquelles munitions seraient d’ailleurs "conformes" à une directive de 1000 pages sinon gare aux amendes !

                            Les instruction générales écrites en "Volapuck" Barrosien...

                            Votre CED ne tient ablolument pas la route, c’est comme le reste à "Bruxelles"... Nous ? on n’en veut pas de ce "machin"

                             

                             


                          • mariner valley mariner valley 27 mars 2008 12:37

                            et la langue anglaise ca vous parle ................Les scientifiques le font bien dans des laboratoires de recherches avec des equipes composees d’etrangers. Comment vous croyez qu’ils communiquent........et arrivent a faire des resulats ensemble........................

                            Je ne vois pas comment un porte avion francais-anglais ne pourrait pas fonctionner avec un equipage mixte. A partir du momment ou les regles sont ennoncees, les gens intelligents et professionnels et le language international......je ne vois pas trop de problemes

                            C’est l’anglais qui vous derange ????


                          • mariner valley mariner valley 27 mars 2008 12:38

                            par mariner valley (IP:xxx.x94.64.144) le 27 mars 2008 à 12H37

                            Ce post est pour mandrier


                          • beubeuh 2 avril 2008 14:19

                            La bureaucratie, le multilinguisme, la chaîne de commandement qui donne mal à la tête... ce genre de choses existe déjà, cela s’appelle l’OTAN et ça marche. Plus ou moins bien mais ça marche.


                          • Ben 26 mars 2008 22:12

                            @ GRL :

                            - Si je vous comprends bien vous me demandez si le complexe militaro-industriel peut pour engranger des bénéfices déclencher des conflits et si une politique d’armement ne porte pas en elle les germes de la guerre. La guerre se nourrirait d’elle-même en quelque sorte ? Je vous répondrai bien non et qu’il y bien d’autres raison qui enclenchent les conflits : expensionisme pour des ressources, mauvaise répartition des richesses, idéologies, etc... Toutefois l’exemple américain de l’après guerre froide tant à prouver que votre question est bonne et qu’on peut aussi répondre oui à juste titre. L’Europe n’est pourtant pas identique aux Etats-Unis. Les budgets défense des différentes nations ne sont pas les premiers postes de dépense de nos états fort heureusement.

                            - Pour ce qui est d’un engagement mondial en Israël, je n’en vois pas trop les raisons sauf à imaginer une nouvelle ligue de pays arabes pour soutenir les palestiniens, mais j’ai peut-être tort. Pour l’Iran, je voyais des raisons, mais elles fondent comme neige au soleil : le NIE 2007 désarme les raisons d’une attaque de l’intérieur du système US, les déboires en Irak et la priorité donné à l’utilisation des forces de l’OTAN sur le théâtre de l’Afghanistan, ainsi que la crise économique aux USA limittent les risque de l’ouverture d’un nouveau front... mais avec des fous tous est possible.

                            @ Mandrier :

                            La problèmatique des règles d’engagement sur le terrain et de la bêtise des technocrates n’est pas propre à une défense européenne, déjà avec un commandement Franco-Français l’armée a à en souffrir. Quant à demander à un général américain ce n’est sûrement pas le but, car il s’agit de s’en passer. Je ne défend pas non plus la privatisation de certains moyens de la défense. La guerre fait partie des missions régaliennes de l’Etat dont il ne doit pas se séparer. On s’est déjà brûlé les doigts sur des secteurs moins critique soumis à déréglementation. Je suis d’accord avec vous sur le manque d’investissement initiaux, et le départ volontaire ou non des américains ne fera qu’accentuer le besoin de financement.

                            @Internaute

                            Votre vision est intéressante, toutefois c’est une remise en cause de la construction européenne... un vaste article en perspective. Les faits sont têtus, compte tenu de l’intégration économique, de la suppression des frontières internes à l’Europe et du coût de la défense, l’intérêt de la France rencontre celui de ses partenaires. Encore une fois on peut le remettre en cause, mais ce n’était pas l’objet de l’article. De plus la sanctuarisation de notre pays par l’arme nucléraire me semble inapproprié à deux titres : celui d’un riposte proportionnelle, car qu’aurait-on pu faire l’Angletterre aux Malouines avec seulement des bombes atomiques, et parce qu’on ne sait pas si un jour on ne trouvera pas un moyen de se protéger facilement d’une bombe.

                            De façon général au sujet de ceux qui réagissent pour savoir qui est notre ennemi, le problème est que justement nous ne le savons pas. Notre défense est une assurance. Vous avez beau très bien conduire, quelqu’un peut un jour entrer en collision avec vous. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, combien y-a-t-il eu de conflit armé dans le monde ? De plus, qu’on le veuille ou non les frontières de l’Europe commencent à toucher des zones qui ne sont pas stables. Certes l’Europe est pour l’instant à l’abri, mais pour combien de temps. Un citoyen romain au coeur de l’empire devait se sentir loin des conflits. Les villes romaines étaient ouvertes, sans rempart. Elles ne craignaient rien... et pourant...

                             

                             

                             


                            • Parpaillot Parpaillot 27 mars 2008 00:37

                               @ Auteur :

                              Si la défense européenne est un enjeu de la présidence française, n’est-ce pas avant tout pour des questions budgétaires, la France cherchant à faire partager par ses partenaires de l’UE une partie de ses dépenses militaires, tout en leur imposant sa vision de la défense européenne ? Le budget de la défense est élevé et la France est la pays européen qui avec l’Angleterre, y consacre le plus de moyens. Or on sait que le budget global de l’Etat est déficitaire et que les prévisions économiques ne sont pas très positives pour 2008 cependant, aucune cure substantielle d’amaigrissement n’est prévue pour le budget de la défense !

                               Mettre des ressources technologiques en communs pour rendre la défense européenne plus performante et indépendante des USA est une chose, la financer en est une autre. La construction de portes-avions et de sous-marins à propulsion nucléaire coûte très cher, la recherche spatiale également. Qu’entend-on exactement par « défense européenne », quel serait son périmètre d’action, etc… ? La France et l’Angleterre possédant toutes deux l’arme nucléaire, la mettraient-elles à disposition de l’UE et si oui à quelles conditions ?

                              Par ailleurs, la définition d’une défense commune implique au préalable la mise en place d’une politique étrangère commune, comme vous l’écrivez : « Bien évidemment, l’organisation d’une armée européenne pouvant intervenir à l’extérieur de l’Union ne peut se faire que s’il y a une politique étrangère commune capable de définir des objectifs précis aux forces armées. »

                              Or parmi les 27 pays de l’UE, certains ont des statuts de neutralité : Suède, Finlande, Autriche. En conséquence, je ne suis pas sûr que les six mois de présidence française de l’UE seront suffisants pour faire aboutir un tel projet.

                              Pour conclure, je regrette que vous n’ayez pas abordé l’aspect financier de la question dans votre article.

                              Il reste encore beaucoup à faire pour transformer cette idée de défense européenne en réalité concrète.

                              Cordialement et merci pour votre article !


                              • Ben 27 mars 2008 11:46

                                La défense européenne est un vieux sujet. Le projet de communauté européenne de défense date des années cinquante. Le parlement français l’a rejetté en 1954 et cela a abouti à la création de l’OTAN. Le sujet revient sur le tapis pour cause de coût trop important c’est certain. Mais avec de mauvaises raisons on peut parfois faire de bonnes choses.

                                La problèmatique des pays neutre existe, mais peut être facilement contourné. L’Europe a géométrie variable existe déjà sur deux nombreux sujets, et déjà dans le domaine de la défense, on peut accentuer un peut plus les différences. De plus temps qu’il n’y a pas de politique commune, on peut commencer par augmenter les projets communs au niveau de la recherche et de la fabrication de prototypes, cela permettrait déjà de n’avoir qu’un modèle d’équipement pour l’ensemble des forces. La problèmatique de construction restera sûrement nationale pour quelques années, même si avec les privatisations les industriels essayeront peut-être de trouver les fameuses synergies...

                                La question du nucléaire a deux aspects, comme pour le conventionnel, mais vu la nature du sujet ils sont encore plus sensibles : souhaitons utiliser l’arme nucléaire pour dissuader une attaque vers nos alliés, et souhaitent-ils bénéficier de cette protection ? Je ne suis pas certain que cela soit anodin.

                                Bien entendu six mois de présidence ne suffiront pas. Cela permettra tout juste de fixer un cap.

                                Vous avez raison sur l’aspect financier je ne le traite pas. Encore une fois la défense est une assurance. Combien est-on prêt à payer pour être tranquille ? Le coût ne me semble pas problèmatique tant qu’on ne se lance pas dans une politique d’hégémonie comme les Etats-Unis. Maintenir onze groupe aéronaval serait une pure folie. 4 à 6 serait raisonnable à notre échelle. Mr Sarkozy a indiqué cette semaine que le projet du format 2015 était une utopie car on ne pouvait le financer qu’en mettant 6 milliards de plus par an. Le rapprochement avec les 15 milliards du paquet fiscal est peut-être un peu simpliste à faire, mais je l’ose. On aurait eu encore la possibilité de financer 9 milliards de projets sociaux... Prenait le coût du fonctionnement annuel du parlement de Strasbourg, en un quinquennat je crois qu’on a le second porte-avions...

                                L’article et les commentaires qu’il a engendré montre bien que le sujet n’est pas simple, et qu’il n’y a peut-être même pas de consensus national (je ne parle pas d’européen...) sur le sujet. Toutefois mon plus grand regret est que sur ce sujet qui peut soudainement prendre des proportions vitales, comme sur bien d’autres, il n’y ait pas plus d’informations et de débats...


                              • Parpaillot Parpaillot 29 mars 2008 15:50

                                @ Ben :

                                Merci d’avoir répondu à mes questions !

                                Cordialement !


                              • gnarf 27 mars 2008 11:14

                                Les gouvernements Francais successifs ont une mauvaise comprehension de l’Europe. Ils croient systematiquement que l’Europe attend un leader, et specialement le leader Francais.

                                L’Europe veut progresser democratiquement. Il suffit de voir les declarations Francaises en matiere d’Europe pour comprendre que le cote democratique de la chose echappe completement a certains. Anormalement excedes quand certains pays ne votent pas dans leur sens, ils montrent qu’ils rejettent le systeme democratique Europeen.

                                Une bonne majorite des Francais pense d’ailleurs que l’Europe est la chose de la France. Ca l’a ete un tres court moment, mais ca fait longtemps que c’est fini.


                                • Ben 27 mars 2008 11:50

                                  Votre commentaire renvoi à celui de mariner valley. Il me fait penser que l’Etat Français (et le peuple ?) on peut-être reporté leurs rêves de grandeur, leurs projets de société, etc... sur l’Europe faute de pouvoir le réalisé dans un monde qui a changé... sans compter sur les désirs des autres.


                                • mariner valley mariner valley 27 mars 2008 12:47

                                  on peut-être reporté leurs rêves de grandeur, leurs projets de société, etc... sur l’Europe faute de pouvoir le réalisé dans un monde qui a changé... sans compter sur les désirs des autres.

                                  Oui alors la faut pas trop rever non plus, la plupart ont je pense la meme envie que tout le monde. Vivre tranquille dans son pays..................

                                  1-Les nouveaux arrivant voient dans l’Europe (europe de l’est en particulier) un moyen de se demarquer du voisin russe et de lui faire remarquer que c’est bien fini.................sans pour autant etre betement rencunier .......

                                  2-Les aides financieres europeenes.

                                  3-Le parapluie militaire americain.

                                   

                                   


                                  • judel.66 27 mars 2008 17:00

                                    Parpaillot .....je partage entierement votre point de vue......

                                    Mandrier "" saint"" ça sent le marin..........pour reprendre l’internaute ,bien sur , nous avons besoin d’une petite force d’intervention "" petite "" en plus de forces defensives sérieuses mais , nous n’avons surtout pas besoin de chards lourds cercueils offensifs difficilement trans portables sur des toe ......... nous n’avons surtout pas besoin d’un second porte avion "" offensif""....une meute de fregates nucléaires rapides, lance missiles , porte elico et anti sous marines( chacune peut faire tout ça) peut protéger nos cotes et , au besoin nos interets outre mer (?)....nous avons besoin d’avions ravitailleurs et d ’intercepteurs....de missiles de toutes sortes....de systèmes de détection et de guida ge et ........plus rien  !!!........... avec ça l’europe peut .""..peut etre.."".nous suivre .....en attendant l’armée européenne que je ne vois pas venir..... ! ! !. ...

                                    ..Mandrier ne veut pas etre commandé par un etranger ..... ! ! a t’il tort ??....on n’est pas murs.....bien que  ! .....notre armée actuelle n’est plus qu’une armée de mercenaires déracinés grace a chirac.......ce sont des professionels sans etat s d’ame ... sauf survivre.....

                                    parlons en de nos professionels......nous sommes tres loin des cadres israeliens et meme suisses......simple détail , j’ai connu a clermont un colonel du 92° brillant breveté et totalement déphasé ""casque a boulons"" la plupart des OR de chez michelin etaient plus opérationels que cette brute epaisse hors société civile et déraciné........autre détail voyez a l’IHDN , les diffèrences de point de vue entre civils et militaires c’est courtois , tres amical mais tellement eloigné......comment nous débarrasser des va t’en guerre déracinés qui entourent notre ministre..........supprimer les séminaires .... ! ! !........enfants de troupe ...... brutions du prytanée.......prepas militaires......exiger qu’un cadre fasse vers ¢ 30 ans trois ans dans le civil......pourquoi pas......nous aurions peut etre des cadres qui savent ce qu’est un civil , une usine , undelégué syndical.........

                                    désolé j’ai dévié en dehors du sujet.........


                                    • impots-utiles.com 27 mars 2008 17:38

                                      Parallèlement , on assiste à un déshabillage de l’armée même.

                                      Dans ce cadre, comment maintenir logiquement et sans dangers une présence militaire française telle qu’elle est actuellement et 1000 hommes en Afghanistan ?

                                      http://www.impots-utiles.com/defense-depenses-ou-economies-pour-le-contribuable.php

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès