Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Dernier bilan des Initiatives Citoyennes Européennes (avant (...)

Dernier bilan des Initiatives Citoyennes Européennes (avant extinction… ?)

Avec l’installation de la commission Juncker et pour faire suite à mon précédent article « Pourquoi et comment les citoyens européens se mobilisent : premier bilan des Initiatives Citoyennes Européennes  » en février dernier, je voulais ici compléter ce premier bilan et évoquer les enjeux de l’utilisation de cet outil, embryon d’une démocratie participative européenne. (Pour plus d’info sur les ICE voir les liens cités en fin d’article)

Tout d’abord qu’elle a été l’issue des trois initiatives réussies et le comportement de la commission européenne ?

 

En effet trois initiatives ont recueilli plus d’un million de signatures et leur quota minimum dans respectivement 13 pays pour right2water (L'eau est un bien public), 20 pour One of us (contre la recherche sur les embryons) et 12 pour Stop vivisection. Ces trois initiatives on depuis publié le nombre de signatures validées par les états : 88% pour right2water, 91% pour One of us et 88 % pour Stop vivisection. Cela veut dire que l’objectif réel d’une ICE, en prenant une marge à 85% de signatures validées, est d’environ 1 175 000 signatures.

Les deux premières initiatives (right2water et One of us) ont déposés leurs signatures dès qu’elles ont reçu la validation de leurs signatures. La commission Barroso s’est comportée comme si les signatures de plus d’un million d’européen étaient un non évènement : dans sa réponse à right2water, après avoir rappelé les actions européennes sur le sujet, elle s’est juste engagée à faire une consultation publique, mettre en place un observatoire et veiller à rester neutre vis-à-vis des choix nationaux et locaux en matière de gestion de l’eau (c’est-à-dire ne pas obliger la privatisation… !). En aucun cas elle ne s’est engagée dans un processus législatif pour garantir l’accès à l’eau et la considérer comme un bien public. Quant à One of us elle a simplement reçu une fin de non-recevoir.

En ce qui concerne Stop Vivisection, les organisateurs ont attendu la mise en place de la commission Juncker pour déposer le 27 novembre dernier leurs signatures, celle-ci doit faire une réponse avant fin février. Nul doute que sa position aura une influence sur la suite du dispositif.

 

Comment les européens se sont mobilisés sur les initiatives en cours en 2014 ?

Depuis janvier 9 initiatives se sont terminées et trois restent en cours :

Deux initiatives se sont retirées sans même avoir commencé la récolte de leurs signatures : Turn me Off ! (pour Interdire les lumières allumées dans les bureaux et magasins vides) et Moveurope (pour une réduction des tarifs de transport le 9 mai, journée de l'Europe). Ces deux initiatives (comme weed like to talk ci-dessous) ont été lancées par des étudiants du master Affaires européennes de sciences po.

 

4 ont recueilli moins de 6000 signatures :

- Teach for Youth (jeunes diplômés pour enseigner dans les zones défavorisées de l'UE) : 563,

- ACT 4 Growth (Développer l'entrepreneuriat féminin) : 1052,

- Let me vote (pouvoir voter à toutes les élections de son pays de résidence) : 3603,

- L’éducation est un investissement (Exclure les dépenses éducatives du déficit public) : 5035.

 

Les trois autres ont recueilli plus de 150 000 signatures :

- Initiative Européenne pour le Pluralisme des Médias : 204 812.

- Pour le libre vapotage (contre la régulation des cigarettes électroniques) : 181 555.

- Weed like to talk (pour la légalisation du cannabis) : 169 791.

 

En examinant les signatures par jour et par pays de Weed like to talk, on observe qu’en moyenne il suffit de 60 jours sur 277 soit 21 % du temps pour obtenir 77 % des signatures (pour les pays ayant atteint 10% de leur quota entre 13 et 30 % du temps permet de recueillir entre 72 et 89% des signatures). Au-delà des trois premières semaines où 36 % des signatures ont été recueillies, les 40 % suivantes se recueillent sur l’ensemble de la durée par des pics de signatures. En général ces pics de signatures durent de 2 à 4 jours et correspondent à une couverture médiatique dans le pays correspondant.

On peut d’ailleurs observer le même phénomène sur la collecte de signature pour le mouvement pour la 6ème république. En effet chaque passage médiatique de Jean Luc Mélenchon suscite, sur deux ou trois jours, quelques centaines de signatures supplémentaires par rapport à la simple extrapolation des quatre premières semaines. L’effet étant plus fort quant est combiné un passage dans un média d’information avec une tribune ou une interview dans un journal national (le passage sur BFM chez Bourdin a été le plus efficace avec plus de 1500 signatures recueillies).

On voit bien l’importance de l’accès aux médias pour dépasser le cercle des militants du sujet qui se mobilisent lors des 3 ou 4 premières semaines de l’opération. Il est d’ailleurs étonnant que l’ICE pour le pluralisme des médias, soutenu par des associations européennes de journalistes (et Agoravox !) n’ai pas réussi à recueillir plus de signatures. De même, Weed like to talk a fait l’objet en France d’une omerta médiatique qui a conduit à seulement 2 400 signatures alors que 32 % des français de 15 à 64 ans ont déjà consommé du cannabis soit environ 18 000 000 … 

 

Les trois initiatives en cours sont

- New deal 4 Europe (pour un plan de relance financé par des taxes carbone et sur les transactions financières)

- Neutralisons les sociétés écrans (pour assurer la transparence des personnes morales et des constructions juridiques)

- Vite l'Europe sociale ! (pour fixer un objectif de moins de 3% de personnes sous le seuil de pauvreté dans chaque pays européens)

Seule new deal 4 Europe collecte des signatures, et malgré le soutien de nombreux politiques et députés européens celle-ci n’a recueilli que 7700 signatures depuis le 24 mars dernier.

 

Un cas intéressant est l‘ultime refus d’enregistrement de la commission Barroso le 10 septembre dernier : l’initiative Stop TTIP (contre la négociation du traité transatlantique entre l’UE et les USA) a néanmoins décidé de lancer la récolté de ses signatures. Elle a récolté plus d’un million de signatures en moins de deux mois avec déjà neuf pays qui ont atteint leur quota de signatures. Soutenue par près de 330 organisations dans toute l’Europe elle avait effectué un travail d’information préparatoire important. De plus, contrairement aux initiatives officielles, elle ne recueille pas le n° des pièces d’identité des signataires, étape qui fait chuter de 80% le taux de signataires potentiels (d’après le site citizens-initiative.eu).  

 

Quel avenir pour les initiatives citoyennes européennes ?

Si l’on fait le bilan des trois années, la commission Barroso a clairement asséché le dispositif : au-delà des deux réponses effectuées, le nombre de refus d’enregistrement est devenu clairement dissuasif. En 2012 il y a eu 16 initiatives enregistrées pour 7 refus, en 2013 10 enregistrées pour 8 refus et en 2014 5 enregistrées pour 5 refus. Si l’on regarde le nombre d’initiatives en cours, avec un démarrage à 6 initiatives en mai 2012, celui-ci a culminé à 24 en novembre 2013 pour redescendre à 3 ce mois-ci. Il semble d’ailleurs que plus personne ne s’en occupe à Bruxelles puisque l’on peut toujours signer les trois dernières initiatives qui auraient dû être clôturées sur le site de la commission : Initiative Européenne pour le Pluralisme des MédiasWeed like to talk et Pour le libre vapotage.

On peut dire que ce dispositif est en état de quasi mort clinique. Le comportement de la commission Juncker sera décisif pour la relance de cet outil. En effet en avril 2015, est prévue une revue officielle de la législation des ICE après 3 ans d’implémentation.

 

Quelles perspectives pour une vraie démocratie sur notre continent ?

La construction européenne s’est réalisée sur la base des logiciels démocratiques représentatifs des pays européens. Or la « démocratie représentative » ou « filer les clés du camion » à des représentants sans contrôle possible est tout sauf démocratique. C’est un concept et des procédures généralisés à la fin du XIXème siècle à une époque ou moins de 2% de la population faisait des études secondaires et ou la seule source d’information était l’homélie du dimanche.

Aujourd’hui, où 70% des nouvelles classes d’âge terminent des études secondaires et font majoritairement des études supérieures et où internet permet non seulement d’avoir accès à toutes les connaissances et informations disponibles mais permet aussi le partage de l’expression de tous sans hiérarchies, la construction européenne intergouvernementale et technocratique est devenue illégitime. Cette illégitimité fait naitre des mouvements de replis nationalistes voire xénophobes suicidaires. Nous célébrons en ce moment le centenaire du premier suicide européen, nous devons par tous les moyens éviter de susciter le 3ème

Or, dans le monde actuel, face aux puissances (privées ou publiques) capitalistes-libérales-internationalistes anglo-saxonnes, capitalistes-étatiques-nationalistes asiatiques ou théocratiques-claniques du moyen orient, il me parait essentiel de s’organiser démocratiquement au niveau de notre continent pour pouvoir espérer défendre (ou plutôt construire) un modèle coopératif-humain-universaliste. 

Pour cela il est nécessaire de mettre en place des outils permettant d’instaurer un espace de débat direct entre les peuples européens sans l’intermédiation de nos élus trop souvent au services des intérêts privés des lobbies néolibéraux. Cet espace doit permettre aux citoyens de se réapproprier l’intérêt collectif de notre continent. Néanmoins il ne pourra se créer qui si chacun à la certitude qu’il peut d’abord participer et influer la création et l’évolution des règles de vies communes au niveau local et national. Podémos avec ses comités locaux l’expérimente en Espagne, la plateforme nous le peuple du mouvement pour la 6ème république en est une prémisse au niveau national en France.

 

Les ICE auraient pu être un premier embryon de cet espace au niveau européen, encore fallait-il s’en emparer…

 

Pour plus d’info sur les ICE :

Le site officiel des ICE : http://ec.europa.eu/citizens-initiative/public/welcome?lg=fr

Un site dédié au suivi des ICE et à l'échange entre organisateurs d'ICE : http://www.citizens-initiative.eu/

Un site qui suit l'avancement des signatures : http://citizens-initiatives.oy.lc/

Une étude faite en mai 2014 pour le parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2014/509982/IPOL_STU%282014%29509982_EN.pdf

Un bilan fait fin 2013 pour le parlement européen : http://www.europarl.europa.eu/RegData/bibliotheque/briefing/2013/130601/LDM_BRI%282013%29130601_REV1_FR.pdf

Un bilan sur le comportement de la commission en matière d’enregistrement des ICE : http://www.citizens-initiative.eu/wp-content/uploads/2014/12/ECI-report_ECAS-2014.pdf

Les trois articles sur les ICE que j’ai précédemment publiés sur Agoravox :

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/plus-que-deux-mois-pour-les-8-140360

http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/pourquoi-et-comment-les-citoyens-146819

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/europeennes-voter-ou-signer-151206


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • César Castique César Castique 23 décembre 2014 18:56

    C’était se faire beaucoup d’illusions, et ne rien connaître du fonctionnement de l’U.E., que de croire qu’elle jouerait le jeu de la démocratie directe.



    C’est l’actuel président de la Commission qui a déclaré à un journaliste du « Spiegel », le 11 mars 2013, que les dirigeants du continent n’ont pas à tenir des voeux et aspirations des électeurs :


    Il ne faut pas poursuivre des politiques erronées simplement parce qu’on a peur de n’être pas réélu. Ceux qui ont l’intention de gouverner doivent en assumer la responsabilité pour leur pays et pour l’Europe dans son ensemble. Cela signifie que, le cas échéant, ils doivent poursuivre les bonnes politiques, même si de nombreux électeurs pensent qu’elles sont mauvaises.


    Je me demande quel pourcentage de ceux qui ont voté pour les partis du PPE connaissaient cette déclaration. On peut aussi se demander - enfin, quand on est ingénu - pour quelles raisons les adversaires de Juncker lors des Européennes de cette année, n’ont pas produit ce propos, scandaleux de suffisance, contre lui...

    • alinea alinea 23 décembre 2014 21:27

      Il faudrait juste que ces mobilisations soient suivies d’actions ; sinon, bien sûr, « ils » auront beau jeu de n’en avoir rien à fiche !!
      C’est vrai que le mouvement pour le 6eme République propose une participation à l’action ; excellent moment pour s’instruire, réfléchir, communiquer, partager, bref, pratiquer la démocratie !!


      • Ronny Ronny 23 décembre 2014 23:26

        Je l’ai peut être loupé dans votre article, mais l’initiative stop TTIP qui a recueilli en 2 mois plus du million de signatures, a été immédiatement déclarée non recevable par la commission.


        Bel exemple de fonctionnement technocratique où on impose aux citoyens des décisions dont il ne veulent pas...

        • SDM 94 SDM 94 23 décembre 2014 23:39

          C’est dans l’autre sens que cela s’est passé : la commission à refusé l’enregistrement de cette ICE le 10 septembre et suite à ce refus stop ttip a néanmoins décidé de lancer le recueil des signatures sous un mode « auto-organisé ». Ce recueil à débuté le 6 octobre, le million de signature a été obtenu dès le 3 décembre.

          Aujourd’hui nous en sommes à 1 227 000, le rythme est beaucoup plus soutenu que pour les 3 initiatives concluantes : à la même période right2water avait récolté 990 000 signatures, oneofus et stop vivisection en étaient à moins de 100 000...


        • alinea alinea 24 décembre 2014 00:10

          S’ils nous narguent, ils ne rigoleront plus quand on sera dans la rue, et pas au boulot !!


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 décembre 2014 09:56

          alinea,
          Les Grecs ont fait plus de 20 000 manifs, en pure perte !

          La seule chose qu’ils craignent, c’est que les peuples décident de sortir de l’ UE.
          Car cela remettrait en cause les pompes à phynances des intérêts des emprunts.
          Le reste, ils s’en fichent royalement.


        • Attilax Attilax 24 décembre 2014 10:48

          Exact, Fifi. C’est comme chez nous, les manifs ne servent plus à grand-chose, qu’on soit 10000 ou 4 millions, ils s’en contrefoutent tant que ça ne dégénère pas trop. Ils ne font même plus semblant d’être au service du peuple. Le cynisme dégouline de leur bien-pensance qui paraît de plus en plus déplacée dans le monde horrible qu’ils nous fabriquent depuis 20 ans...
          En revanche, je ne crois pas que la solution viendra des urnes, car celles-ci sont sous contrôle : seuls les candidats adoubés peuvent se présenter, les autres n’existent pas médiatiquement. Non, la seule chose qu’ils respecteront, c’est une force plus grande que la leur.


        • jaja jaja 24 décembre 2014 11:00

          « Non, la seule chose qu’ils respecteront, c’est une force plus grande que la leur. »

          Qu’ils la respectent ou non n’a aucune importance... cette « force plus grande que la leur » devra les empêcher de nuire... définitivement ! En les expropriant pour socialiser la production ce qui permettra de partager entre toutes et tous le temps de travail et les fruits de ce même travail...

          Première étape d’une société sans classes....


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 décembre 2014 18:24

          jaja,
          Le stalinisme à tué le communisme pour 1000 ans...
          Que le capital soit géré par les capitalistes ou par les apparatchiks d’un Parti qui s’enrichissent sur le dos des populations, cela ne change rien au fond du problème.
          Ce qui changerait, c’est que les salariés soit actionnaires, mais cela n’est pas prévu dans vos théories.


        • jaja jaja 24 décembre 2014 18:44

          On est bien d’accord ! Le Capitalisme d’État (comme en URSS) où la propriété collective n’est que pure fiction et où les fruits du travail tombent dans les poches des apparatchiks de ce que Djilas appelait « la nouvelle classe » ne change rien aux conditions d’exploitation des travailleurs.....

          Le stalinisme a fait énormément de dégâts et toute conception de société qui ne sera pas basée sur le pouvoir des Assemblées générales des travailleurs ira elle aussi à l’échec tant la tendance à la création d’une oligarchie dirigeante et exploiteuse est lourde et ce au sein de toute organisation humaine....

          Seule la démocratie directe est le pouvoir des masses populaires. Si elle meurt la Révolution aussi et en même temps qu’elle....
          Pour ma part je pense que le « communisme » à venir devra être le meilleur des traditions et diverses théories du mouvement ouvrier.... Mais c’est un long débat...


        • Vipère Vipère 25 décembre 2014 20:25


          Le communisme est bel et bien mort !

          Mort et drapé dans un beau linceuil idéologique, faute d’avoir mis l’homme au centre de son combat.

          Les communistes félons  ont toujours voté contre le peuple aux assemblées, en cela ils ne se distinguent pas de l’oligarchie dominante dont ils partagent les privilèges.

          Qui peut croire que le communisme puisse renaître de ses cendres, exepté quelques rares idéologues, comme Melenchon et ses petits camarades à l’abri du besoin ?

          Le capitalisme et les capitalistes ont détruit durablement le mouvement ouvrier, ils ont gagné la lutte contre l’unité et la solidarité. Marine Le Pen a raflé la mise, à part elle, plus aucun politique ne parle de socialisme.

          Les ouvriers et les cocus de la République votent FN, là où l’on manifeste encore un intérêt pour eux et tant pour les autres politiciens qui se retrouvent démunis de leur électorat.



        • Vipère Vipère 25 décembre 2014 20:54


          « Mon fils est parti combattre avec le FN »
              « il veut détruire la france des gavés »




        • fred.foyn Le p’tit Charles 24 décembre 2014 07:48

          Quel avenir pour les initiatives citoyennes européennes ?

          AUCUN...pas la peine d’en faire un article...c’est du temps perdu.. !

          • lemouton lemouton 24 décembre 2014 10:53

            Exact p’tit Charles...


            « Quel avenir pour les initiatives citoyennes européennes ?
            AUCUN. »

            et cela fera très bien les affaires d’une madame Lepen..

          • Nymeo Nymeo 24 décembre 2014 09:04

            Quels grands naïfs sommes-nous ! Quels lâches faiseurs de cadeaux ! Nous sommes tellement pressés d’offrir nos libertés au premier beau parleur cravaté que nous croisons... Notre mentalité d’esclaves nous revient en pleine face : ils savent que nous sommes incapables de nous lever, de nous organiser, parce que nous sommes convaincus que nous n’en valons pas vraiment la peine. C’est la guerre de tous contre chacun en vérité et seuls les plus cyniques, les plus égoïstes - merveilleux paradoxe ! -, parviennent à s’allier contre tous les autres. La politique n’a jamais été plus qu’un vil trafic de biens publics. Démonarchie, Monocratie : même combat ! 




            • BACHAUD 24 décembre 2014 09:13

              Les initiatives citoyennes européennes n’ont aucun intérêt pratique pour les citoyens.1° LE DOMAINE est limité.2° En cas de succès la question n’est pas soumise à référendum européen mais au Parlement européen et / ou au Conseil qui en font ce qu’ils veulentCela ne sert à rien. Si une proposition citoyenne n’a pas le soutien d"’un groupe au Parlement européen pour la mettre a l’ordre du jour il est inutile de la lancer.Quand les signatures citoyennes SERVENT à qq chose il est très facile de les obtenir. Exemple en CROATIE où le référendum d’initiative citoyenne existe a la demande de 10% des inscrits Il ya eu 21% de signatures en DEUX SEMAINES pour un référendum visant a préciser dans la Constitution que le mariage c’était un homme et une femme. Et le jour du vote 2./3 de oui mais 38% de participation seulement. Ce qu’il faut c’est arracher en France le RIC en toutes matières dans l’article 3 de la Constitution quand nous l’auront les autres pays l’exigeront et nous l’aurons au plan européen. En ALLEMAGNE le RIC existe déjà au niveau des communes et des Länder Ils l’obtiendront peiut être avant nous.Il faut se mobiliser sur cet UNIQUE objectif voir www.article3.fr&nbsp ;

              82 à 88 % des Français sont favorables au principe du RIC si nous sommes des millions dans les rues sur cette unique revendication nous l’obtiendrons et d’autant plus que TOUS LES PARTIS L’AVAIENT PROMIS EN.. 1993 voir la position des partis sur le site d’article 3 ET signez la pétition et inscrivez vous pour 6 euros a vie...

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 décembre 2014 10:18

                Bachaud,
                De l’avis de ses créateurs, l’ Union européenne, c’est « du despotisme éclairé ».
                Élisabeth Guigou résume la pensée des européistes :
                « La démocratie provoquerait un blocage de l’ UE »


                Si le RIC se concentre sur des sujets sociétaux, l’ UE s’en fout, ce ne sont pas des sujets essentiels.
                Mais sur les sujets économiques, et autres sujets essentiels, la monnaie, la défense, la politique étrangère, les décisions sont prises :

                ** à Bruxelles, La commission européenne par l’article 121 du TFUE a le droit de décider des politiques économiques des 28 pays. Tableau des directives.

                ** à Francfort à la BCE, totalement indépendante de l’avis des citoyens.

                ** A Washington, pour le FMI et l’ OTAN.


                Comment voulez-vous que les citoyens pèsent sur des Institutions qui sont toutes à l’ étranger, et peuplées de gens non élus ?
                L’UE a volé la démocratie aux citoyens européens.

                Il ne peut y avoir de démocratie que dans le cadre national, avec des élus qui rendent des comptes aux citoyens. Actuellement, nos élus rendent des comptes à leurs donneurs d’ordre, pas aux citoyens.

                Le RIC est au programme de l’ UPR , APRÈS la sortie de l’ UE.


                Le sort du referendum de 2005 ne vous a pas servi de leçon ?
                L’UE, c’est la mise en place d’une dictature.

              • Attilax Attilax 24 décembre 2014 11:00

                Vous confondez Démocratie et République. Nous n’avons jamais été en démocratie, ce que vous déplorez ce sont les pertes de libertés nationales et l’absence de « représentativité » du système européen, qui met en danger la République, pas la démocratie. Dans une véritable démocratie, le problème ne se poserait pas puisque nous voterions nos lois sans avoir besoin de représentants... Le traité de Lisbonne, par exemple, ne serait pas passé.

                Le problème ne vient pas que de l’Europe, il vient aussi de nos systèmes nationaux qui sont complètement oligarchiques. L’UE ne fait que cristalliser cet état de fait.


              • bernard29 bernard29 24 décembre 2014 17:18

                Monsieur Bachaud , bonjour,

                en définitive alors, d’après vous, il faut une pétition de combien d’électeurs pour obtenir un R.I.C. ? je n’ai pas vu le chiffre mentionné sur votre site. (art 3.fr)

                Vous dites aussi qu’il faudra une majorité de 3/5 éme des exprimés pour qu’une consultation référendaire de révision de la constitution soit acceptée. Pourquoi pas la majorité" simple, avec un taux de participation d’au moins 50 % des inscrits ?

                Sinon, oui, je crois comme vous dans des manifestations avec des revendications uniques. Et pour cela il est nécessaire que le projet soit totalement cerné, non ? sinon vous aurez des manipulations ( voir le référendum d’initiative partagée de Sarko, (nouvel article 11), !! déclaré référendum d’initiative populaire.)


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 décembre 2014 18:18

                Attilax,
                Je ne confonds rien du tout. La République, ça s’oppose à la Monarchie.


                En démocratie, le peuple est souverain. Quand les décisions essentielles sont prises en dehors du territoire, il n’y a plus de démocratie, mais une colonie d’ Empire.

                C’est une spécialiste en droit constitutionnel qui explique toutes ces notions :
                « Démocratie et Europe »

              • Attilax Attilax 26 décembre 2014 12:32

                Fifi,

                Je me répète :
                En République, les représentants sont des professionnels du pouvoir (Rome).
                En Démocratie, ce sont les citoyens qui votent directement leurs lois (Athènes).

                Honnêtement, vous ne voyez pas la différence entre les deux équations ? Elle est pourtant fondamentale... L’idée géniale de la démocratie est de pouvoir se passer de « maîtres », là où la République nous les impose.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2014 20:16

                Attilax
                La République procède du peuple, par opposition aux Monarchies de droit divin.
                Une République peut être un peu, moyennement ou pas du tout démocratique.


                « Se passer de maîtres », cela s’appelle « l’anarchie », ça n’a jamais fonctionné nulle part.

              • Attilax Attilax 29 décembre 2014 23:23

                L’ENA et autres grandes écoles (qui forment ceux qui nous gouvernent) ne comptent même pas 1% d’élèves issus de milieux populaires. Où voyez-vous des gens du peuple dans nos représentants ? Et ce quelle que soit l’époque ? A Rome, c’était l’aristocratie qui gouvernait, soit-disant au nom de la plèbe. Chez nous, c’est la grande bourgeoisie. Celle-ci ne se réclame certes pas de droit divin, mais elle a tout de même confisqué le pouvoir et appelé République un système dans lequel les représentants sont contrôlés par les ultra-riches (c’est à dire la grande bourgeoisie). Ils ont remplacé Dieu par l’argent, bravo...
                Quand à votre dernière phrase, elle est fausse : l’anarchie n’a jamais été vraiment tentée, ou elle a été brisée avant même d’avoir le temps d’exister (La Commune). Votre mépris fait d’autant plus mal que c’est le seul système qui vaille vraiment le coup de se battre. Et une manière directe et simple de l’appliquer serait clairement la démocratie directe. Certainement pas la République qui ne peut par sa nature représentative qu’être élitiste, et donc fatalement corrompue à moyen terme, car une caste défendra toujours d’abord ses propres intérêts avant l’intérêt général.
                Qu’est-ce qui vous choque tant dans l’idée de donner directement aux citoyens le pouvoir de voter eux-mêmes leurs lois ? Si c’était le cas, on ne serait pourtant certainement déjà plus dans l’UE...


              • SDM 94 SDM 94 24 décembre 2014 14:18

                Bonjour à tous,

                Ce que je voulais exprimer dans ma conclusion c’est que nous sommes déjà dans une transformation profonde due à la 3ème révolution technique basé sur le traitement de l’information. Cette révolution rend les systèmes de pouvoir verticaux obsolètes même s’il ne veulent pas l’admettre.

                Nous devons donc, nous les citoyens, inventer et nous emparer de tous les outils à notre disposition pour reprendre le pouvoir. Même si les ICE sont un dispositif émasculé (un lobbyiste à bruxelles à plus de pouvoir d’influence que toutes les ICE), il faut s’en emparer pour commencer à construire les dispositifs de coopération horizontale au niveau européen. Cela n’empêche pas de travailler aussi au niveau national et local mais aussi dans toutes les organisations humaines physiques ou virtuelles qu’elles soient publiques, coopératives ou privées...

                Ce n’est pas parce que l’on à pas accès au grand bain que l’on ne doit pas commencer à apprendre à nager dans le petit...


                • lemouton lemouton 24 décembre 2014 15:39

                  Bonjour SDM 94


                  D’accord...
                  d’où notre présence ici, ainsi que la nécessité de soutenir nos propres lobbyiste..
                  et apparemment cela fonctionne...


                  .mais cela se continue aussi, par nos methodes d’utilisation du materiel informatique et des logiciels, de nos excursion sur le net, de la protection de nos données..
                  le nombre est avec nous... alors pourquoi se contenter par exemple, d’un seul compte facebook. ??
                  ...
                  Brouillez... multipliez...gavez la « bête »...
                  Et surtout gardez un oeil critique..

                  ecoutez benjamin bayart


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 décembre 2014 18:48

                  SDM,
                  Je crois que vous vivez dans une illusion d’une démocratie « à la base ».


                  C’était aussi l’illusion des anarchistes républicains espagnols de 1936 à 1939.
                  Quand le pouvoir à Madrid était à prendre, ils l’ont refusé : « Ni Dieu, ni Maître ! ».
                  Ils ont été détruits par le Parti Communiste espagnol et Franco.

                  Une société ne peut progresser qu’avec un pouvoir central qui appuie les initiatives à la base.
                  Sinon, c’est la guerre civile. Venezuela : « Les communes, héritage de Chavez »

                • SDM 94 SDM 94 25 décembre 2014 22:26

                  @fifi,

                  Je n’ai pas de solution miracle simplement une utopie qui est la démocratisation du monde. En l’état de ma réflexion je la résumerais par : toute décision, pour être effective, doit obtenir l’accord explicite et éclairé des sujets qu’elle contraint.

                  S’il on réfléchit un peu cela présuppose des droits pour tous les sujets, une liberté d’information et d’expression, des processus de décision, un contrôle des pouvoirs, etc... Ensuite à partir de ce principe on peut l’appliquer à des champs peu explorés : que veut vraiment dire la démocratisation des organisations économiques ? Est ce que les animaux, notre écosystème, les machines que nous créons sont des sujets ?...

                  Après on se coltine avec le réel et on fait en sorte d’aller dans le bon sens...


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 décembre 2014 20:23

                    SDM 94,
                    Je suis entièrement d’accord avec votre commentaire.
                    Il n’y a actuellement ni liberté de l’information, ni sur les questions économiques, ni sur rien.


                    C’est ça l’ Union européenne : les peuples peuvent dire ce qu’ils veulent, les dirigeants s’en foutent !

                    Les Traités ont organisé les pouvoirs de façon à ce que ceux qui prennent les décisions ne soient pas élus, et ceux qui sont élus n’ont plus de pouvoirs de décisions !

                    C’est une dictature soft. « Cause toujours, tu m’intéresses ! »
                    Les Présidents , les Députés nationaux et européens sont élus, mais ne prennent plus les décisions.

                  • Hervé Hum Hervé Hum 29 décembre 2014 12:07

                    Fifi, votre commentaire dit qu’il n’y a pas de transparence dans le processus décisionnel, pourtant, vous affirmez le contraire dans votre commentaire posté sur l’article de Luigi Chiavarini.

                    Il faut bien comprendre que le principe de transparence ne concerne pas l’effectivité de la loi une fois voté car c’est un fait accompli, mais le processus décisionnel menant à la loi. C’est à dire, sur les tenants et aboutissants. Or, comme vous le dites ici, les médias ne sont pas libres et les raisons fondamentales ne sont pas porté à débat sur la place publique car sinon, l’UE telle qu’elle existe n’aurait pas pu voir le jour. L’UE s’est construite sur les mensonges des partis politiques dits de gouvernance. S’il y a mensonge sur la véritable motivation, intention, il n’y a pas transparence.

                    Ainsi en est il de votre exemple sur la création de l’euro, dont les motivations, le processus décisionnel pour sa création n’ont rien à voir avec ce qui a été vendu aux citoyens pour l’accepter. Alors, l’euro existe et sa création est tout ce qu’il y a de plus transparent puisqu’il existe, mais son processus décisionnel fut lui totalement caché pour interdire la souveraineté citoyenne autrement dit, la démocratie.

                    Evidemment, c’est un peu plus complexe !


                  • stanjourdan stanjourdan 26 décembre 2014 18:30

                    L’article omet de citer l’initiative pour le revenu de base inconditionnel qui a collecté 293.000 signatures : http://basicincome2013.eu/


                    • SDM 94 SDM 94 26 décembre 2014 19:08

                      @stanjourdan

                      J’en avais largement parlé lors de mon précédemment article : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/pourquoi-et-comment-les-citoyens-146819

                      Et il n’y a rien eut de neuf depuis la clôture de de cette ICE...


                      • SDM 94 SDM 94 4 janvier 2015 15:28

                        Bonjour à tous,

                        Après vérification, j’ai compté deux fois les ICE retirées puis re déposées.
                        Les chiffres réels sont : 15 initiatives enregistrées en 2012 pour 7 refus, 6 enregistrées en 2013 pour 8 refus et 5 enregistrées en 2014 pour 5 refus.
                        En conséquence le nombre d’initiatives en cours, avec un démarrage à 6 initiatives en mai 2012, a culminé à 19 en novembre 2013 pour redescendre à 3 ce mois-ci.

                        Pour compléter l’article, une estimation du nombre de signataires par mois montre que sur les 6 200 000 signatures connues, il y en a eu 185 000 en 2013, 5 390 000 en 2014 et 625 000 en 2014.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès