Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des Bourbons au Bourbeux : la bande à Barroso

Des Bourbons au Bourbeux : la bande à Barroso

" barroso "
1. (terrain) boueux, bourbeux, fangeux.
2.(couleur) terreuse.
3. (visage) boutonneux"

Dictionnaire en ligne Word Référence

En Europe récemment, des gens ont voté pour Gaïa, d’autres pour la fine équipe en place avec ses faux opposants, quelques-uns mieux informés pour un autre monde, une autre élite, une autre organisation, un pouvoir de décision sur la marche européenne vers le gouffre béant.

Personne en tout cas n’a voté pour monsieur Barroso.

Ni pour l’élite qui se dispute la présidence de l’UE.

Elite. Ce n’est pas une agence de mannequins ?

Certes. Mais oublions la plastique, je pensais à d’autres élites. Nous en avons une et même deux dont nous entrevoyons le flou visage multiforme sans le distinguer vraiment. Ces deux élites ne se mélangent pas, ne se confondent pas non plus, ce qui est une anomalie dans l’histoire de notre continent.

La première est une véritable aristocratie combative, industrieuse, scientifique, responsable, créative, rigoureuse, réfléchie cultivée, éthique et prévoyante (on dit maintenant "tournée vers l’avenir") qui doit représenter 15 à 20% des Européens. Dans ce vivier, les talents divers et ne demandent qu’à s’exprimer pour la réalisation d’objectifs POSITIFS et ENRICHISSANTS au profit du magnifique continent Europe.

La seconde élite c’est la Caste bUreaucratiquE. On ne sait trop qui la compose, mais elle fait la pluie et le beau temps dans nos vies, s’occupe de nos fromages au lait cru, de notre rosé et de nos roseurs, nous impose et dépouille à son gré au profit d’extra-continentaux principalement USés, décide qui seront nos voisins, amants et amis, désigne l’ennemi parmi ceux qui ne nous ont rien fait, prétend sans honte nous marier, nous prostituer, nous allier, nous désallier, nous mélanger ou nous divorcer et lave la tête de nos rejetons quand elle ne menace pas leur survie physique par la guerre sur tous les plans.
En France, le membre envoyé par la Caste et proposé à nos bienveillants suffrages, c’est Nicolas Sarkozy. Celui-là, nous le connaissons.

"Comment se fait-il que l’UMP rafle la mise alors qu’il a fait n’importe quoi pendant la présidence de Sarko, notamment en Ossétie où le dossier n’est pas clos ? Comment se fait il qu’il rafle la mise alors que l’UMP a volé au peuple son droit de référendum au Traité de Lisbonne ? Comment se fait il que l’UMP gagne la partie alors qu’elle vient d’aligner la politique étrangère sur celle des USA et qu’elle mène des guerres, au niveau européen, qui ne nous concernent pas ?" s’interroge Christophe, un membre de l’élite première.

Il y a sûrement dans l’élite secondaire des gens très instruits, qui ont passé des concours. Ils sont bien payés, parfois ils font quelque chose. Oui, mais on ne les connaît pas. On voit bien qui défend nos intérêts nationaux à l’intérieur de l’UE : ceux-là parlent notre langue, captent nos soucis, font parfois des broncas au parlement en notre nom d’euroserfs, montrent volontiers leurs visages burinés par tant d’intempéries et de combats désespérés.

Mais les autres, qui sont-ils ? Ils ne parlent pas notre langue, même si par hasard ils s’expriment en français, sont issus de pays ou de groupes de pression où circulent on ne sait trop quelles visions négatives sur notre francité, voire notre histoire. Pourquoi se soucieraient -ils de nous ? Se préoccupent-ils même des ressortissants de leurs propres pays ?

Barroso, par exemple, Il veut gouverner l’Europe tout en haut, ou du moins servir de porte-parole aux jean-sans-terre anonymes qui tiennent nos destins dans leurs petits papiers bancaires, depuis leurs refuges planétaires - extra-planétaires ? On se pose la question avec Ronald Reagan, qui a fini gâteux comme chacun sait :
" Je pense de temps en temps, avec quelle rapidité nos différences dans le monde entier disparaîtraient si nous faisions face à une menace étrangère venue de l’extérieur de ce monde. Mais, je le demande, n’y a-t-il pas déjà une force étrangère parmi nous ?” discours prononcé par le President RR le 4 décembre 1985

Cet homme de "barro" (argile) en est-il ? On n’en sait rien après tout. D’où sort-il donc ? Et les autres extrabourbestres du Comité 133 et du COREPER ?

"Le comité 133 constitue le véritable centre de pouvoir et de décision pour ce qui est de la politique commerciale de l’Union européenne. Ce comité tire son nom de l’article 133 du traité d’Amsterdam, lequel dispose qu’un comité spécial est désigné par le Conseil pour assister la Commission européenne. Le comité 133 assure la liaison entre la Commission européenne et le Conseil. Chaque État membre de l’Union européenne est représenté au sein du comité par un membre permanent et un membre suppléant. Ces fonctionnaires prennent des décisions importantes dans des dossiers commerciaux internationaux, comme le conflit de la banane, la fourniture de médicaments aux pays pauvres et le prélèvement américain sur l’acier européen. Le Conseil tranche les éventuelles difficultés politiques et ratifie les décisions du comité. Certaines propositions sont discutées uniquement au sein du comité et approuvées en bloc, sans autre débat, par le Coreper (fonctionnaires nationaux auprès de l’Union européenne). " Journal officiel des Communautés européennes C 261 E/21

Le Monde tout entier s’inquiète car monsieur Barroso, avec sa tête d’Iznogoud, personnage de René Goscinny d’ailleurs issu des années 60 et des "Vacances du Petit Nicolas", est soutenu à moitié par ce dernier (enfin, l’autre). Ou plutôt , soyons justes "par le vainqueur du scrutin européen, dimanche 7 juin, le Parti populaire européen (PPE), dont est membre l’UMP."

Il voudrait bien être le Leader Suprême, Barroso. Nicolas Sarkozy peut-être aussi d’ailleurs. Et Cohn-Bendit, tant qu’on y est. Les iznogouds ne manquent pas.

"En dépit des réserves "juridiques" de Paris et de Berlin, José Manuel Barroso espère que chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-sept le désigneront formellement dès le Conseil européen des 18 et 19 juin, à Bruxelles."

Au fil de l’article mondeux, on comprend que Eva Joly veut quelqu’un d’autre que Barroso à la tête de la commission. Quelqu’un de pareil mais plus rouge dany (ou vert/ouvert), bien que le Boueux eût sévi mao dans sa jeunesse. Il est vrai que Dany le Cra-moisi, protégé d’Eva, était "anar" tendance Rosa Luxemburg.

Oh la la, on s’y perd nous autres avec toutes ces nuances, ces eva, ces rosa : du rouge sang de bo(eu)f au rosé mixé en passant par l’orange du couchant. On les imaginait plutôt ternes.
Colorés ou pas, les bureaucrates, partis, comités et commissions de la nomenklatura presque pas relookée se disputent les postes avantageux.

Le peuple européen n’y gagne rien et de toute façon il n’a rien à dire. C’est pourquoi il n’a rien dit.

Dans l’ancien temps , "Tout-(...) était réglé depuis longtemps par la sagesse de nos pères qui (...), dessinant à grands traits ces majestueuses assemblées, n’y avaient jamais vu que trois ordres, comptant chacun pour une voix, quel que fût le nombre de ses membres, et délibérant à part dans la plénitude de leur liberté et de leur égalité constitutionnelles."

Sous les Bourbons, les culs-terreux faisaient entendre leur doléance de Tiers-Etat (33 pour cent des décisions). Sous les Bourbeux, l’électorat KO dont l’avis n’est que consultatif, s’exprime encore à 40 pour cent des individus, et à vingt pour cent chez les jeunes. La somme des opinions d’ individus mal informés ne constitue pas la voix unie du Peuple, mais celle, mixée, des tenants de privilèges et des frustrés du territoire ancestral, qu’il soit celui de l’emploi, des talents, de l’industrie, des champs, de la vie privée ou de la liberté de parole.

A vue de nez, remettons le Tiers-Etat de juin 09 à sa place de consulté : 10 pour cent des votants maximum, zéro pour cent des décisions.
Enfin bon. Bouteille vide, bouteille pleine... Tant qu’il reste un fond de lie, on avalera le rosé mélangé UE sans piper. C’est les 133 qui l’ont dit. 133 sur trois cent millions d’Européens... y a pas à dire, c’est démocratique.

Mais laissons le dernier mot à Blanche-Neige :

"Dans le genre princier, il était quand même plus beau, Louis 17."


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 12 juin 2009 11:23

    Bien pensé ! Je rajouterais à ce petit bijou d’article que, relativement aux 3 ordres, Duby a démontré, dans son imaginaire du féodalisme, les templiers avaient tenté une rotation de la roue trifonctionnelle, où la royauté ne devait plus jouir du sommet. Raison pour laquelle Philippe le Bel s’est acharné à les exterminer.

    Si la ligne royale a finie décapitée, c’est le cas de le dire, c’est pour que la roue présente à son sommet la caste servante, ainsi que Nietzsche l’avait déjà noté. Ce pourquoi la bourbe rêgne, et ce pourquoi tout cela va très mal finir.
    ______________________________________________

    Alerte Info


    • lisca lisca 12 juin 2009 14:35

      JohnJ’ai trouvé ça de Nietzche :
      "La caste aristocratique fut toujours, d’abord, la caste des barbares : sa supériorité ne résidait pas avant tout dans sa force physique, mais dans sa force spirituelle ; ils étaient plus complètement des hommes c’est-à-dire aussi, et à tous les niveaux, plus complètement des brutes."

      La force spirituelle, ça vous bouleverse une décadence. La bourbe règne ça va mal finir, mais après la gadoue, le beau temps.
      (C’est de l’auto-suggestion mais ça pourrait arriver).


    • lisca lisca 12 juin 2009 13:49

      et je dirais même plus, c’est hou la gadoue : http://www.youtube.com/watch?v=quT2kFRxmAA


    • cathy30 cathy30 12 juin 2009 11:38

      vous dites : 

      Le peuple européen n’y gagne rien et de toute façon il n’a rien à dire. C’est pourquoi il n’a rien dit.

      mais il n’a jamais rien dit, il ne se déplace jamais pour les élections européennes et donc m. Sarkosy peut dire un truc comme ceci en juillet 2008 :

      « La France a besoin de l’Europe et l’Europe a beaucoup apporté à notre pays. Imaginons un peu ce qu’il serait advenu de la France et de son débat politique, lorsque nous avions des ministres communistes et des dirigeants socialistes au gouvernement de la France. Heureusement qu’il y avait l’Europe pour empêcher ceux-ci d’aller jusqu’au bout de leur idéologie et de leur logique. C’est aussi cela l’Europe ».


      • lisca lisca 12 juin 2009 13:53

        Et tout ça pour aboutir à la couverture du Point (ou de l’Express ?) de cette semaine, où sarko rigole d’un air malin en bas, et en gros, alors que Cohn-Bendit, en haut et en médaillon, nous rit à la figure comme à son habitude. Ils ont gagné ! pensent-ils.
        Coquins et copains au départ comme à l’arrivée.


      • lisca lisca 12 juin 2009 13:54

        Ce message (copains...) s’adressait à Cathy.


      • JL JL 12 juin 2009 12:02

        Comment expliquez-vous qu’une « véritable aristocratie combative, industrieuse, scientifique, responsable, créative, rigoureuse, réfléchie cultivée, éthique et prévoyante (on dit maintenant »tournée vers l’avenir« ) qui doit représenter 15 à 20% des Européens »

        Se laisserait mener ainsi en bateau et exploiter par « la Caste bUreaucratiquE » ?

        Cher monsieur, vous prenez des vessies pour des lanternes.


        • lisca lisca 12 juin 2009 13:46

          @ JL
          L’aristocratie véritable des peuples européens ne se laisse pas mener en bateau, et c’est ce qui fonde sa légitimité aristocratique. Elle est opprimée par le système démocratique dévoyé qui sur l’avis non pertinent d’une majorité d’individus désinformés, contents de l’être, installe d’inamovibles et hypocrites tyrans masqués aux postes clé du pouvoir.
          La situation ne peut qu’empirer au fil du temps et conforter dans leurs sièges les malfaisants. Ils n’ont en effet d’autre souci que d’abêtir les foules chaque fois davantage pour qu’elles votent de plus en plus pour eux et contre leurs propres intérêts. Ou pour qu’elle ne vote pas, à force de discours déstabilisants et de claques dans la figure.
          L’élite véritable, composée de gens de tous milieux, exerce elle sa fonction aristocratique, en l’absence de roi : elle combat sur tous les plans possibles, chacun dans sa compétence et ses possibilités.
          Elle est bien sûr très opprimée et même persécutée, mais elle continue le combat de tranchée, de bosquet. La bonne nouvelle : comme ça ne paie plus trop de faire partie de la plèbe docile, de nouveaux aristos trouvent de plus en plus à tâtons leur vocation et grossissent les rangs de l’armée de résistance. Il y a des chefs qui sortent du lot, mais pas de roi (représentant et incarnation du peuple charnel) pour l’instant.


        • lisca lisca 12 juin 2009 14:16

          Gazoduc
          L’Europe est une réalité historique, mythologique et géographique. Leur UE est un cauchemar d’usure en effet.
          Un jour la belle Europe se réveillera et chassera les terreux. Fini les soupirs de la sainte, on n’entendra plus que les cris de la fée. Europe, c’est la « déesse au taureau » qui fonce dans les vagues, à l’origine. Au néolithique, c’était une ourse bien griffue, il faudra faire avec.
          http://racines.traditions.free.fr/deesmer/
          "La légende raconte qu’Europe, princesse phénicienne, fille d’Agénor(1) roi de Tyr, se promenant un jour au bord de la mer avec ses compagnes, fut remarquée par Zeus. Enflammé par sa beauté, il se métamorphosa en taureau et vint se coucher aux pieds de la jeune fille. Celle-ci d’abord effrayée, s’enhardit, caressa l’animal et s’assit sur son dos. Aussitôt le taureau se releva et s’élança vers la mer. Malgré les cris d’Europe, qui se cramponnait à ses cornes, le taureau pénétra dans les flots et s’éloigna du rivage. Tous deux parvinrent ainsi jusqu’en Crète où Zeus s’unit à la jeune fille. De ces amours naquirent trois fils : Minos, Sarpédon et Rhadamante.
          La suite de cette légende fut la recherche entreprise par les frères d’Europe. Agénor ordonna à son fils Cadmos de partir à la recherche de sa sœur, avec défense formelle de revenir tant qu’il ne l’aurait pas retrouvée. La mère de Cadmos, Téléphassa, et ses deux frères, Thassos et Cilix, l’accompagnèrent ; seul Phœnix resta au pays auprès de son père. Les recherches de Téléphassa et de ses fils furent vaines. Téléphassa mourut de chagrin et ses trois fils, en raison du serment prêté à leur père, n’osèrent pas retourner à Tyr : Cadmos débarqua en Grèce où il interrogea l’oracle de Delphes. L’oracle lui conseilla de se laisser guider par une génisse errante, qu’il croiserait à sa sortie du temple, et de fonder une ville à l’endroit même où elle se coucherait épuisée. L’animal conduisit Cadmos au site de Thèbes, où il éleva la citadelle de Cadmée. Toujours dans l’espoir de retrouver sa soeur, Cadmos offrit aux Grecs l’alphabet inventé par les Phéniciens. "
          Nous sommes à la recherche d’Europe, comme ses trois frères. Elle va bien finir par ré-apparaître.


          • lisca lisca 12 juin 2009 17:46

            Tiens, le post très haut de gamme de John Lloyds a sauté, de même que la réponse et qu’un autre post très critique, et même désabusé, sur l’UE.
            Je crois qu’on a cité Nietzche. Est-ce la raison de la censure ? Dans un autre article, d’autres posts d’internautes mettant en cause Daniel Cohn-Bendit ont également sauté.
            Alors disons-le : ces bureaucrates sont payés, ils doivent assumer la critique !


            • la truie qui file 8 août 2009 22:47

              L’aristocratie  ? Comment classer des êtres qui sont en état d’ascèse permanent ?
              C’est bien loin de la bourbe des uns et des autres ...l’un à engendré l’autre pour mieux y retourner .

              Cela à posé le probleme qui effraie tellement les democraties : l’héredité en matière humaine et tous les dérives malsaines et les incompréhensions sur ce sujet tabous ou sordide par l’usage qui en est fait .

              On eleve des chevaux , des chiens ou des coqs en pratiquant une sélection pour obtenir une fixité relative de caractères spécifiques , c’est un art de selectionneur ....pour une course ou un premier prix ! Et la bestiole ne sera bonne que sur une qualité au détriment des autres

              Alors à une epoque on peut imaginer qu’il y a eu des tentatives dans ce sens au sens de l’espece humaine pour tenter de fixer « le meilleur » de toutes les caractéristiques dans ne lignée .

              Et admettons qu’il ai eu des succes mitigés mais surtout des echecs cuisants par la cosanguinité et surtout depuis l’invention des gentillommes de cours sous les capets ...

              Et naturellement rien n’est complement figé dans la mesure ou les coups de foudres mettent en grand peril la tentative de fixer quoi que ce soit en la matière .

              La charmante bergère fait une excellente reine autant que Siegfrid le forgeron fera le meilleur des héros , et peut etre etait il fils de roi  ? Quelle importance ?

               La discussion eternelle entre l’inné et l’acquis mene à une impasse ...

              Mais en faveur de Dieu , du bon sens , et des qualités qui naissent aussi naturellement que celle d’une créature harmonieuse pour peu que le terroir soit favorable .

              Il n’y a pas de race elue , pas de famille véritablement privilégiée , parfois un certain nombres de reussites successives peut le laisser croire , mais des qu’une famille ou un individu se croit « supérieure » c’est une sorte de fange abjecte du tempérament qui ressort et attire la décadence sur toutes la famille et ceux qui gravitent autour . 

              Supposons que cette caractéristique si mystérieuse soit en définitive un capacité d’adaptation supérieure allié à plus grand respect des autres , de la nature et de l’harmonie Universelle et le tout dans la véritable simplicité ?

              La vie à ses propres buts et en fait la condition d’un etre qui se veut « perfectionné » est d’arriver à se calquer dans un ethique supérieuse avec l’ orientation d’améliorer la condition humaine harmonieusement dans le monde de la vie en général .

               Cette prescience particulière tente de faire coincider l’ambition humaine avec cette force immanente et supérieure qui fait l’harmonie de l’univers .

               L’appelation de cette abstraction , c’est comme chacun veut bien la concevoir ( ou non !) mais c’est cette force secrete qui regne sur les destinées humaines malgré la vaine pretention de certains .

              Les bureaucrates , les bourgeois , les mercantiles et les autres « déplaisants » menent le monde à sa perte parcequ’ils veulent imposer des regles à leur mesure de parasites en tentant d’echapper à cette grande force ou de la souiller et devoyer à leur profits et sans la comprendre .

              Tout aristocrate essaie de dominer ses passions et d’atteindre un etat de maitrise de lui meme . Son but est avant tout de servir le bien et cela avec un engagement de tout son etre et de toute sa vie !

              Un roi ? au temps anciens chaque maitre de son petit domaine etait precisement dans ce meme état de régne , son domaine de prédilection « Soi meme » ! 

               Il ne cherchait qu’a améliorer le grand jardin du monde en commencant par l’intérieur de son être et en oeuvrant ensuite tout au long de sa vie sans rien demander à qui que ce soit sauf dieu au fond de lui-même .
              C’est le véritable et profond sens de l’aristocratie , il n’y en a pas d’autre .

              C’est seulement des accidents de l’histoire qui ont obliger à en élire un « monarque » entre ses pairs pour les diriger à la guerre ou dans des grandes épreuves .

               Ensuite l’erreur ou l’usurpation c’etait de conserver une lignée quand celle ci ne faisait pas ses preuves ...Et ces lignées s’evertuaient ensuite à pourchasser le talent , à detruire l’aristocratie véritable avec la complicite des bourgeois et de les remplacer par des bureaucrates pour abuser de ce qui est devenu des privileges et ...ainsi couper la branche qui les portaient ...

              Alors avant de cherchez un roi dans des fins de races caricaturales , devenez le tout d’abord , comportez vous comme tel .

               Ensuite parmi ceux qui se seront consacrés ainsi ce ne sera pas tellement difficile de reconnaitre lequel à particulierement exalté les differentes qualités qui sont requise pour representer et conduire quelques temps les autres ... et de lui demander s’il veut bien accepter cette mission de sacrifice qui est impossible sans l’aide de la puissance supérieure .

              Et ce « foudre celeste » ne tombe pas deux fois sur le meme arbre et le tronc pourri n’est pas fait pour se relever !

               

               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès