Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des enfants de maternelle agressés par une centaine de Français (...)

Des enfants de maternelle agressés par une centaine de Français !

L’Union européenne devrait inciter à l’apprentissage de l’anglais dès la maternelle...

Pas de panique ! Je vous rassure tout de suite : aucun bambin n’a été blessé pendant la préparation de cet article ; aucune horde de Français habitant une zone résidentielle à très forte densité de population, et ethniquement connotés, n’a récemment attaqué une école maternelle, une batte de base-ball à la main.

Ce sont seulement cent Français qui veulent imposer l’anglais dès la maternelle. Ouf ! Me direz-vous, ce n’était que ça.

C’est pourtant plus inquiétant qu’il n’y paraît au premier abord, car l’UE va considérer leur avis personnel comme représentatif de l’opinion publique française !

Mais de quoi s’agit-il exactement ?


Il faut remonter un peu en arrière pour comprendre le tour de passe-passe.

L’UE avait organisé des «  Consultations européennes des citoyens », sous-titrées « L’avenir économique et social de l’Europe », avec possibilité pour chacun de faire des propositions et de voter pour celle(s) que l’on soutient. Une grande consultation citoyenne, comme nous en avons connu sur l’avenir de l’école, initiatives que l’on ne peut qu’applaudir.

Ces consultations sont maintenant closes, voici le contenu du courriel envoyé aux participants :

« Avec plus de 9000 inscrits, cette consultation est un grand succès. Merci d’y avoir pris part !

1 — Sortir du nucléaire et favoriser les vraies énergies d’avenir : 3829 votes
2 — Abolir les corridas en Europe : 2434 votes
3 — Faire de l’Europe une Zone sans OGM : 1818 votes
4 — Reconnaître le droit de l’animal à ne pas être exploité et tué : 1539 votes
5 — Intégrer dans l’éducation les principes fondamentaux du développement durable : 846 votes
6 — Harmoniser et rendre obligatoire le tri des déchets dans toute l’UE : 790 votes
7 — Faire de l’espéranto une langue de communication de l’Europe : 784 votes
8 — Légalisation et contrôle du cannabis : 748 votes
9 — Légiférer les médecines alternatives : 652 votes
10 — Promouvoir les véhicules propres : 650 votes

Ces propositions seront présentées demain au panel de 100 Français qui participeront à Paris à la conférence nationale. Ceux-ci pourront s’en inspirer pour formuler leurs recommandations en vue d’améliorer l’avenir économique et social de l’Union européenne. »

Le détail des propositions est encore consultable. (C’est le même lien que ci-dessus)

Voici ce que la proposition 7, « faire de l’espéranto une langue de communication de l’Europe », est devenue, après discussion par le groupe des cent :

« 3 – L’Union européenne devrait inciter l’apprentissage d’une langue européenne dès la maternelle en :

— créant un cours d’éducation civique européenne, mis en pratique par un dialogue hebdomadaire avec une classe partenaire via les NTIC

— organisant un échange par cycle scolaire

— créant un mensuel européen distribué dans les écoles et mis en ligne sur le site de l’UE. »

Reconnaissons d’emblée que ces gens avaient tout à fait le droit de modifier les propositions initiales, voire de les rejeter (comme ce fut le cas pour la proposition « sortir du nucléaire »), puisque c’était clairement annoncé dès le début de la consultation :

« Ceux-ci pourront s’en inspirer pour formuler leurs recommandations en vue d’améliorer l’avenir économique et social de l’Union européenne. »

Le groupe des cent : représentatif ou pas ?

On peut s’interroger sur la forme : pourquoi lancer une consultation auprès d’un très large public, pour ensuite laisser un petit groupe, arbitrairement choisi, choisir arbitrairement ce qui lui agrée ? Ca fait un peu tour de passe-passe, comme le souligne un commentateur.

Ils n’ont consulté aucun professionnel des langues ou de l’école, ne sont pas nos représentants et n’ont aucun mandat électif : ils sont censés être la vox populi.

Après quoi la Commission européenne va choisir une quinzaine de « superpropositions » parmi celles des différents pays.

Anglais ou pas ?

Certes, l’anglais n’est pas cité, mais ces gens devaient quand même savoir qu’il est impossible, pour des raisons pratiques et économiques, de proposer dès la maternelle les 27 langues officielles de l’UE. Car il faut pouvoir poursuivre jusqu’en 6e dans la même langue - on ne va pas changer le bambin de langue étrangère comme les tout-petits de couche-culotte ! Il faudrait un très, très grand nombre d’enseignants, et cela constituerait un incroyable casse-tête administratif. Dans le meilleur des cas, on pourrait imaginer un choix parmi deux ou trois langues européennes, mais force est de constater que « l’initiation à une langue étrangère », le doux nom de la dernière réforme à l’école primaire, est vite devenue le tout anglais- sauf rares exceptions, et imposé sans choix, si j’ose dire.

Il est aussi suggéré un dialogue hebdomadaire par les NTIC (technologies de communication), mais avec qui ? Sachant que notre ministre Darcos a lancé de sa propre initiative des stages d’été d’anglais, on peut présumer que ce sera à nouveau avec des native english.

De plus, on imagine la richesse du dialogue (coûteux !) : n’oublions pas qu’il s’agit de bambins de maternelle qui commencent tout juste à faire quelques phrases en français, et qu’on prétend faire dialoguer avec un natif...


— Les enfants, répétez ce que dit la gentille dame/monsieur à la télé : « How do you do ? »

— Aouu, aouu, aouu ! - répèteront-ils tous en chœur, sans rien y comprendre.

On propose également «  un échange par cycle scolaire ».

En clair, nos enfants se verraient imposer de suivre tous leurs cours dans une autre langue pendant quelques semaines... Oh les braves petits cobayes humains.

Depuis quelques années, dans le petit monde de la pédagogie des langues (en jargon la didactique des langues), l’idée à la mode est de déborder sur les autres matières, d’envahir les collègues, d’imposer les langues étrangères en histoire, en géo, en maths, en arts plastiques, en gym (ne riez pas, ça s’est déjà fait dans une école parisienne ! L’histoire est parue dans les journaux), ainsi qu’à la télévision.
On peut espérer se la couler douce dans notre salle de bain et aux WC, mais ce n’est pas certain : il sera peut-être obligatoire de travailler « les » langues en écoutant la radio dans sa baignoire... un peu comme dans une nouvelle de SF qui décrivait un monde orwellien où il serait interdit de couper la publicité...

Une proposition qui figure en bonne place (3e) :

« Voici ces dix recommandations, dans leur ordre d’approbation par les participants »

Par le passé, j’ai parfois plaisanté en disant qu’on allait bientôt imposer l’anglais dans les salles d’accouchement (un discours de Gordon Brown est paraît-il un bon sédatif), mais il semble qu’on s’en approche !

D’autres propositions eussent été possibles

Du moins si le groupe des cent s’était un peu renseigné : présentation au CM1 ou CM2 de divers alphabets et langues européennes, apprentissage comparatif de phrases courantes, ou dans une langue par famille linguistique... mais non, ils proposent sans nuances l’introduction d’une langue étrangère dès la maternelle. C’est sans équivoque. Seul manque le mot tabou : anglais !

Prochaine étape : la Commission européenne !


« Prochaine étape : les 1500 participants à cette Consultation européenne devront choisir, parmi toutes les propositions formulées dans les 27 Etats membres, les 15 qu’ils présenteront aux dirigeants de l’UE en mai prochain. »

Des précisions tardives sur ce groupe des cent :

Le modérateur, dans une réponse aux commentaires, a bien voulu fournir ces précisions sur le choix de ces cent personnes :

« Les répondants dans les 27 états membres ont été recrutés selon des critères de représentativité nationale : âge, sexe, niveau d’éducation, origine géographique, habitat, minorités ethniques... dans la limite de l’échantillon imposé par pays. La sélection aléatoire et le recrutement s’est fait par listing électoraux, annuaires téléphoniques et base de données, dans le but de satisfaire les quotas imposés pour le projet. (Modérateur le mar, 24/03/2009 - 09:57). »

En plus, ils ont l’air souriants sur la photo, innocents (même lien que plus haut).

Manip ou pas manip ?

Le risque de manipulation n’est pas le fait de ces innocents aux mains pleines, il se niche parmi les responsables européens : la Commission pourra présenter l’anglais à la maternelle comme issu d’une très large consultation populaire, 9000 votes en France ! Alors qu’il ne figurait même pas parmi les propositions initiales... La magie, il n’y a que ça de vrai.


Conclusion provisoire (l’UE n’ayant pas fini sa consultation populaire) :

Au fou ! Laissez les bambins tranquilles ! Ils ont déjà bien du boulot à apprendre leur propre langue, dans laquelle ils balbutient, et vous voulez déjà les embrouiller avec une langue européenne ? Et laquelle ? Le polonais, l’italien, le basque, le maltais, le tchèque ?

Personne n’a songé qu’il serait structurellement impossible de proposer les 23 langues européennes, et qu’on retomberait fatalement dans le tout anglais qui sévit au primaire (sauf exceptions), ou a-t-on feint l’ignorance ?

Il s’agira d’anglais, of course : jamais nommé, toujours gagnant !

On se propose donc d’initier des bambins de maternelle à une langue dont la complexité phonétique est reconnue de tous les pédagogues et linguistes, une langue qui provoque chez les natifs trois fois plus de dyslexie que chez les petits Italiens (langue assez régulière sur le plan phonétique).

Est-ce bien raisonnable ? Non. En fait, c’est même totalement fou !

Au bénéfice du doute, acceptons que ces cent personnes ne connaissent rien de la question des langues à l’école.

Reste une mascarade de consultation citoyenne, le mépris des votants et l’instrumentalisation de cent personnes, dont la proposition va cautionner les incroyables pressions de la Commission pour faire de l’anglais la langue de l’Union européenne, et y coller de force nos enfants le plus tôt possible.

Au fou ! (bis, reprendre le refrain)


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

158 réactions à cet article    


  • Wlad Wlad 25 mars 2009 12:09

    C’est pas faux.


  • Wlad Wlad 25 mars 2009 12:08

    pourquoi lancer une consultation auprès d’un très large public, pour ensuite laisser un petit groupe, arbitrairement choisi, choisir arbitrairement ce qui lui agrée ?

    Parce que quand la première réponse est "arrêter le nucléaire" (qui est, en France l’une des énergies les plus propres et rentables ; je précise ET rentables car il est évident que l’énergie marémotrice est plus propre, mais je doute de sa rentabilité, sans compter qu’en Haute-Savoie...) et que "Reconnaître le droit de l’animal à ne pas être exploité et tué" retient un vote sur six, il y a lieu de se poser des questions sur l’intelligence des participants ; il s’avère qu’il serait bon d’écrémer un peu.

    De plus, on imagine la richesse du dialogue (coûteux !) : n’oublions pas qu’il s’agit de bambins de maternelle qui commencent tout juste à faire quelques phrases en français, et qu’on prétend faire dialoguer avec un natif...

    Tu m’ôtes les mots de la bouche. Jamais vu une proposition aussi débile que ce "dialogue en direct avec des étrangers".

    On se propose donc d’initier des bambins de maternelle à une langue dont la complexité phonétique est reconnue de tous les pédagogues et linguistes, une langue qui provoque chez les natifs trois fois plus de dyslexie que chez les petits Italiens (langue assez régulière sur le plan phonétique).

    Ah, je me disais bien que le vilain anglais pédophile qui rend dyslexique ne se cachait sûrement pas loin.


    • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 12:24

      1 — Sortir du nucléaire et favoriser les vraies énergies d’avenir : 3829 votes
      2 — Abolir les corridas en Europe : 2434 votes
      3 — Faire de l’Europe une Zone sans OGM : 1818 votes
      4 — Reconnaître le droit de l’animal à ne pas être exploité et tué : 1539 votes
      5 — Intégrer dans l’éducation les principes fondamentaux du développement durable : 846 votes
      6 — Harmoniser et rendre obligatoire le tri des déchets dans toute l’UE : 790 votes
      7 — Faire de l’espéranto une langue de communication de l’Europe : 784 votes
      8 — Légalisation et contrôle du cannabis : 748 votes
      9 — Légiférer les médecines alternatives : 652 votes
      10 — Promouvoir les véhicules propres : 650 votes


      1. Essayez de convaincre les français de renoncer aux deux tiers - à une vache près - de leur ressources énergétiques...
      2. C’est une blague ?
      3. Les américains et les chinois se nourrissent allègrement d’OGM, sans pour autant muter en monstres à huit tentacules, trois yeux et douze appendices caudaux. En plus, je ne vois pas le rapport avec l’espéranto....
      4. Vous êtes une créature étherée ? Pas moi. Il m’arrive de me nourrir lorsqu’il me prend l’envie de survivre, je m’en excuse.
      5-6. Absolument essentiel. On verra plus tard la crise économique, le chômage, etc...
      7. Venant de votre part, on s’y attendait un peu...
      8-9-10. Voir 5-6


    • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 12:15

      Les lecteurs attirés par votre titre ridiculement accrocheur out du subir bien des désillusions. Sinon, c’est toujours la même litanie anglophobe et espérantolâtre que vous nous ressassez depuis des éons. J’essaye de faire des efforts, mais je n’arrive jamais à lire vos articles en entier. Je me contente de chercher le mot espéranto, juste pour savoir si vous avez changé de sujet...


      • Wlad Wlad 25 mars 2009 12:21

        c’est toujours la même litanie anglophobe et espérantolâtre

        A relativiser, mon lapin : il n’est pas question ici d’espérantolâtrie (sur le site officiel de la proposition, indiqué par Krokolidio, les traditionnels "non, mort à l’anglais !" vont bon train, mais pas ici), et l’anglophobie n’arrive que sur le tard.

        Donne-toi la peine de lire l’article, tu verras, la section qui concerne le "dialogue par les NTIC" est très intéressant. D’ailleurs je suis entièrement d’accord avec Krookdildo sur ce passage, preuve de sa pertinence !


      • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 13:15

        Le titre n’est pas "ridiculement accrocheur", mais volontairement accrocheur.
        Je m’efforce de prendre exemple sur ce grand journal français qu’est Le Figaro, qui a titré "Obama et sarkozy engagent le dialogue avant le G20" (source Le Canard), en raison d’un coup de fil que va prochainement passer Obama à notre président, après que diveres personnalités françaises aient usé de leur influence dans les hautes sphères de Washington !

        En ce qui vous concerne, Jovitouriste, champion des messages grossiers et de l’effacement par la modération, je souhaiterais trouver un titre non pas accrocheur, mais décrocheur...


      • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 13:20

         "après que...ont usé", je me corrige à l’intention de Winkiesman, grand pinailleur sur les fautes de français, mais plus tolérant envers les siennes propres...


      • Blastm 25 mars 2009 13:35

        Avec comme référence et modèle le figaro, en effet on comprends mieux cette habitude des titres qui a eux seuls attirent la polémique a la limite de la multirécidive ; et les obscessions monomaniaques pour certains sujets... smiley


      • Wlad Wlad 25 mars 2009 14:06

        "après que...ont usé", je me corrige à l’intention de Winkiesman, grand pinailleur sur les fautes de français, mais plus tolérant envers les siennes propres...

        J’allais justement te reprendre ^^. Mais gare à l’humour au N-ième degré, K ! L’espace d’un instant j’ai réellement cru que tu prenais le Figaro pour un vrai journal.


      • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 14:54

        Je ne suis pas intolérant sur l’orthographe. Lorsqu’on lit les commentaires d’Hermes, on est blasé de tout.


      • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 19:09

        L’espace d’un instant j’ai réellement cru que tu prenais le Figaro pour un vrai journal.

        Qu’est-ce que le Figaro ?


      • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 25 mars 2009 12:23

         Dans certains pays nordiques, les films anglophones sortent au cinéma sans doublage local. Ainsi, comme en Allemagne les jeunes sont très tôt habitués à pratiquer leur langue maternelle et l’anglais. Vous me direz qu’en France nous avons les meilleurs doubleurs du monde et que les VF sont parfois mieux que les VO... C’est aussi un peu de la magie... Tout ça pour dire que l’anglais ou l’espagnol ou l’allemand, ou même le chinois ou l’arabe, très tôt à l’école je suis pour, tant que les méthodes sont adaptées.


        • Wlad Wlad 25 mars 2009 12:28

          Justement, là ce n’est pas adapté.


        • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 12:47

           MJM,
          la difficulté n’est pas d’être pour, moi aussi je suis partisan de laisser les gens apprendre la ou les langues étrangères qu’ils veulent, ou qu’ils souhaitent pour leurs enfants ; les langues étrangères ne sont pas une matière comme les autres, justement du fait de cette immense diversité.
          La difficulté est structurelle, comment s’organiser pour offrir un large choix à l’école primaire (en supposant qu’il faille réellement commencer les langues étrangères au primaire.
          Mais la diffculté prinicpale est idéologique : veut-on réellement offrir un choix, ou veut-on imposer une langue, au hasard l’a.....s ?


        • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 25 mars 2009 14:36

           Je suis d’accord. Mais les gens sont libres. Ils peuvent mettre leur enfant dans une école privé enseignant la langue de leur choix. Ils peuvent s’abonner au cable et scotcher leur gamin devant une chaîne de langue X... Si vous abordez le sujet du point de vue institutionnel, alors ce type de débat doit faire l’objet de confrontations démocratiques, ou bien d’extrême rigueur et analyse (commission Y ??) de la part des élus parlementaires. Comme dit dans le texte précédent ce n’est pas à prendre à la légère, ni à traiter en dessous de table !
          A l’échelle de l’Europe car en effet il s’agit du dossier en question, je pense qu’il s’agirait presque d’ingérence dans les nations de l’union, étant donné la faible avancée culturelle de celle-ci.


        • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 15:19
          Michael Jordan Manson,
          Libres d’être chassés de l’école publique et d’aller engraisser les écoles privées, en voilà une curieuse liberté républicaine, pour moi qui suis un fervent défenseur de la laïque !
          Non, il y a possibilité de concilier liberté d’apprendre sa ou ses langues étrangères de son choix, ou de celui des parents, sans chasser les gens de l’école. Aussi bien au primaire qu’au secondaire, j’en ai parlé dans différents articles. C’est une simple question politique : veut-on imposer l’anglais à tous, ou respecter une Europe riche de sa diversité ?
           
          Et si l’on pense, comme moi, qu’une langue véhiculaire commune serait un atout pour l’UE, faut-il accepter la langue d’une des nations, créant ainsi une ethnie de privilégiés, une Europe à deux vitesses et deux classes sociales, les native english et les autres, ou favoriser une langue simple (mais pas simpliste) et efficace, l’espéranto ?
           
          Sous couvert de pédagogie et de jargon professionel, c’est de politique qu’il est question.
           

        • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 15:29

          Comme vous le fîtes quelques mois plus tôt dans une pathétique tentative de faire de l’esprit et d’attirer l’attention sur vous*, je vais procéder à quelques changements dans votre tirade.

          Non, il y a possibilité de concilier liberté d’apprendre sa ou ses langues étrangères de son choix, ou de celui des parents, sans chasser les gens de l’école. Aussi bien au primaire qu’au secondaire, j’en ai parlé dans différents articles. C’est une simple question politique : veut-on imposer l’espéranto à tous, ou respecter une Europe riche de sa diversité ?

          Et si l’on pense, comme moi, qu’une langue véhiculaire commune serait un atout pour l’UE, faut-il accepter la langue d’une des nations, créant ainsi une ethnie de privilégiés, une Europe à deux vitesses et deux classes sociales, les espérantistes et les autres, ou favoriser une langue simple (mais pas simpliste) et efficace, l’anglais ?

          Sous couvert de pédagogie et de jargon professionel, c’est de politique qu’il est question.


          *Voir l’article "L’arabe se développe à l’école primaire". Article tout à fait navrant au passage...


        • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 15:46

           Personnellement, je n’ai jamais proposé que l’espéranto soit imposé à l’école ; ma proposition pour l’école primaire respecte une grande diversité et un large choix, à coût constant.

          Dans l’hypothèse où l’UE soutiendrait l’Eo comme langue véhiculaire de l’UE, il n’y aurait pas les espérantistes d’un côté et les autres, mais un ensemble de peuples qui chacun consacreraient le même temps d’étude à une langue étrangère, faisant chacun un effort similaire et un pas vers l’autre.
          Alors qu’aujourd’hui, nous devons sacrifier quelques miliers d’heures à l’étude de l’anglais, quand les native english se la coulent douce, et là, il y a effectivement deux classes sociales européenens, l’une favorisée, l’autre très défavorisée. CQFD.


        • K K 25 mars 2009 15:55

          MJM, vous avez peut etre raison pour la formation en anglais pour les ecoliers allemands, mais mes contacts professionnels en Allemagne me prouvent que le niveau moyen des allemands en anglais n’est pas franchement superieur a celui des francais. Dans les pays scandinaves, par contre le niveau est assez eleve.


        • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 19:22

          Alors qu’aujourd’hui, nous devons sacrifier quelques miliers d’heures à l’étude de l’anglais, quand les native english se la coulent douce, et là, il y a effectivement deux classes sociales européenens, l’une favorisée, l’autre très défavorisée. CQFD.

          Donc, vous préférez que les Anglais peinent autant que nous à l’apprentissage d’une langue ? Votre sadisme anglophobe est la parfaite illustration de l’expression : Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Plutôt que de rendre l’apprentissage de l’anglais plus aisé, vous préférez, au contraire, le discréditer, afin que tout le monde subisse l’apprentissage d’une langue obscure et inconnue.


        • Krokodilo Krokodilo 25 mars 2009 19:49

           Demander que nos partenaires et amis européens fassent le même effort que nous, et ne reçoivent pas une manne financière du fait de l’hégémonie de leur langue, c’est du sadisme ? Nouvelle défintion alors, dans le Harraps, peut-être ?


        • JoëlP JoëlP 25 mars 2009 19:50

          >>>... et là, il y a effectivement deux classes sociales européenens, l’une favorisée, l’autre très défavorisée.

          C’est un avantage d’apprendre une langue étrangère , puis deux, puis trois... pas un inconvénent. Je suis pour l’anglais comme langue véhiculaire (Je suis aussi pour l’enseignement d’un minimum d’idéogrammes chinois qui est une écriture universelle.) Le seul inconvénient c’est de mal maitriser l’anglais ce qui met le locuteur en position de faiblesse. J’ai longtemps bossé en multinationale et je peux vous dire que ce qui est un désavantage pour la plupart des français ou des allemands n’en est quasi jamais un pour les scandinaves qui parlent tous bien l’anglais.

          Apprenons l’anglais et finissons en avec les fausse espéran-to-ces !


        • Jovitourtiste Jovitourtiste 25 mars 2009 20:05

          Demander que nos partenaires et amis européens fassent le même effort que nous, et ne reçoivent pas une manne financière du fait de l’hégémonie de leur langue, c’est du sadisme ? Nouvelle défintion alors, dans le Harraps, peut-être ?

          Je crois que vous devriez consulter un ophtalmo - si vous n’en êtes pas un vous-même - parce que vous ne savez pas lire. NON, les Anglais ne reçoivent PAS des milliards lorsqu’un Français peine à dire I like donuts.
          Je ne sais pas comment vous pouvez faire le rapprochement entre une manne financière et la diffusion internationale d’une langue. Est-ce que les anglophones non-natifs versent un euro au British Council dès qu’ils apprennent un nouveau mot ?




        • J.F. Clet 31 mars 2009 16:55
           
          Jovitouriste a dit
          "Donc, vous préférez que les Anglais peinent autant que nous à l’apprentissage d’une langue ? Votre sadisme anglophobe est la parfaite illustration de l’expression : Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Plutôt que de rendre l’apprentissage de l’anglais plus aisé, vous préférez, au contraire, le discréditer, afin que tout le monde subisse l’apprentissage d’une langue obscure et inconnue. "


          Jovitouriste est donc un touriste venu de Jupiter ? Il faut venir d’une autre planète pour ignorer que l’étude de l’espéranto demande 8 à 10 fois moins de temps (d’argent, d’effort) que celle d’une langue naturelle, pleine d’irrégularités et d’idiotismes.
          Ainsi, au lieu d’infliger 2000 heures de cours à tous les Européens, sauf aux anglophones, il sera demandé à tous 150 heures.
          Si un bien ou un service était facturé 1500 € aux Noirs et était gratuit pour les Blancs, vous hurleriez tous au racisme, et ne pourriez qu’applaudir de le voir facturé 150 € pour tous.

          Le problème est ici exactement le même, au lieu de facturer la communication européenne 1500 h pour les non-britanniques, et l’offrir gratuitement aux "anglos-saxons", elle sera payée par tous la même somme, 150h

        • Jovitourtiste Jovitourtiste 31 mars 2009 17:21

          Déjà, vous n’êtes pas drôle, et en plus, c’est Jovitourtiste, celui qui mange des tourtes le jeudi.

          Il faut venir d’une autre planète pour ignorer que l’étude de l’espéranto demande 8 à 10 fois moins de temps (d’argent, d’effort) que celle d’une langue naturelle, pleine d’irrégularités et d’idiotismes.


          Peut-être - en théorie. En tout cas, il faut venir d’un autre plan dimensionnel du multivers pour ignorer que l’apprentissage de l’anglais permet de communiquer avec 5 000 fois plus de personnes que l’apprentissage d’une langue artificielle, obscure et au vocabulaire exclusivement européen - étrange pour une langue qui se veut internationale.

          Ainsi, au lieu d’infliger 2000 heures de cours à tous les Européens, sauf aux anglophones, il sera demandé à tous 150 heures.
          Si un bien ou un service était facturé 1500 € aux Noirs et était gratuit pour les Blancs, vous hurleriez tous au racisme, et ne pourriez qu’applaudir de le voir facturé 150 € pour tous.


          Le problème est ici exactement le même, au lieu de facturer la communication européenne 1500 h pour les non-britanniques, et l’offrir gratuitement aux "anglos-saxons", elle sera payée par tous la même somme, 150h


          Encore ce genre d’allusions... Heureusement que j’ai déjà été accusé d’homophobie et d’incitation à la haine raciale, je suis habitué. Si une partie de la population utilisait des voitures et que le reste essayait d’en acheter une, vous trouveriez bizarre qu’une bande d’allumés hurle au scandale et demande à tout le monde de mettre les voitures à la casse et d’utiliser des vélos - certes moins coûteux, mais moins utiles surtout.



        • J.F. Clet 31 mars 2009 18:18

          1) S’il est "plus utile" de parler anglais, ce n’est dû qu’a la prétention de faire de l’anglais la langue unique de l’Europe et du monde. Il est "plus utile" d’être anglais que non anglais, comme il est "plus utile" d’être un homme qu’une femme dans une société machiste.

          2) L’anglais a-t-il un vocabulaire moins "européen" que l’espéranto ?

          3) Si une partie de la population utilise des voitures, que le reste essaye d’en acheter, et qu’une "bande d’allumés" invente un véhicule :

          - moins cher

          - plus sûr

          - plus confortable

          - plus rapide

          - plus facile à conduire et à apprendre à conduire

          - plus économe en énergie et dégageant moins de CO2

          - plus silencieux

          - plus rapide et facile à fabriquer....

          alors, oui, sans hésiter, (sans mettre pour autant les voitures existantes à la casse), commençons à fabriquer ces "esperautos", malgés l’opposition de Renaud, Citroën, Ford et autres Fiats.


        • Krokodilo Krokodilo 31 mars 2009 18:44

          Bonjour, c’est vrai qu’on aurait bien besoin de ces "espérautos" ...

          Mais si tu réponds à toutes les provocs de Jovitouriste and co, t’as pas fini !

          Dans le dernier numéro de La Recherche, un dossier spécial sur l’avenir des langues, pas mal si l’on excepte un scandaleux boycottage du mot espéranto (heureusement, je m’en suis douté et ne l’ai pas acheté... seulement lu à la bibli), le bilan sur la progression de l’anglais dans l’UE est assez intéressant, car il montre bien que ce qui se joue en ce moment, c’est le statut futur de l’anglais dans l’UE et donc en France : va-t-il demeurer une langue étrangère, certes influente, ou devenir une matière obligatoire comme les maths, l’histoire ou... le français, une langue qui envahira même les autres matières dont certaines seront en partie enseignées directement en anglais, au nom de l’immersion linguistique et du niveau nécessaire dans la future langue véhiculaire de l’UE, du moins c’est ce que certains veulent imposer...


        • Wlad Wlad 1er avril 2009 10:20

          Personnellement, j’attends toujours la preuve de l’esperanto magique qui s’apprend en 2 semaines en mangeant du cassoulet (ah non, ça c’est pour perdre du poids avec la méthode du professeur Comédon, copyright un mec avec de l’humour, lui). Et ne me parlez pas de l’apprendre moi-même, si c’est pour discuter avec des fanatiques intégristes comme Krokolidio ou le gros Vendredi, ce n’est même pas la peine.


        • Francis Francis 25 mars 2009 12:43

          OK, celle la est un peu facile, mais o combien tentante : l’UE a toujours eut des problemes avec les consultations populaires, surtout quand le resultat ne lui convient pas ( cf les referendums en Hollande, Danemark, France et bien sur Irelande), aussi je ne m’etonne guere de ces pratiques.


          • Zalka Zalka 25 mars 2009 13:06

            C’est beau d’assimiler l’apprentissage de l’anglais à une agression. Pourquoi pas l’assimiler au nazisme tant qu’on y est ?

            Après tout parmi les autres lobbies ayant participé à ce sondage que vous présentez, on retrouve les végétariens intégristes, qui ont réussi un joli coup en classant l’interdiction de la consommation de viande largement devant l’esperanto. Ces hystériques ont pour habitude d’assimiler la consommation de viande à l’holocauste, même quand, comme Actias, ils nient la réalité du génocide.

            En tous cas bravo. Car il en faut de la mauvaise foi pour présenter comme représentatif une consultation portant sur 9000 personnes, basée sur le volontariat et non sur des personnes pris au hasard dans un panel, comme tout sondage acceptable qui se respecte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès