Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des lauriers dans les palmes de Cannes pour Eurimages

Des lauriers dans les palmes de Cannes pour Eurimages

Une composante du Conseil de l’Europe.

 L’acronyme Eurimages, les cinéphiles attentifs peuvent souvent le repérer dans une lecture patiente des génériques des films. Donc vous qui commencez cette lecture vous en êtes. Indirectement votre argent aussi.

Il s’agit tout bonnement d’un fonds culturel du Conseil de l’Europe ( CE- 47 Etats), pour la promotion de l’industrie audiovisuelle européenne, entendez ici particulièrement le cinéma. Le but est d’encourager la coopération entre professionnels de 36 pays d’Europe qui y ont adhéré depuis sa création en 1988.

Une fois de plus, on est prié de ne pas confondre l’Union Européenne (UE-27) plus préoccupée, surtout en cette période, par les problèmes économiques et financiers, et le CE. Ce dernier a souvent servi à la première, d’antichambre d’attente dans laquelle certaines conditions du respect de valeurs communes sont exigées. Parmi ces valeurs qui se voudraient universelles mais qui sont en tout cas celles de la civilisation dite, par facilité, « occidentale », il s’agit cette fois de culture. C’est si rare !

L’apport financier.

 Eurimages en est une illustration bien concrète qui se traduit par un soutien financier qu’on appellera « soutien à la coproduction ». Alors combien ? On n’est pas Spielberg ! On affinera donc les critères de sélection pour accorder une aide modeste alant de 50 000 €( le minimum) à un soutien plus important de 700 000 € (le maximum), mais jamais plus de 17% du coût total de la production du film. Devinez pourquoi ?

 Ainsi, depuis sa création, le fonds a distribué 434 millions d’Euros en soutenant 1438 productions européennes, soit plus de 300 000 Euros par film en moyenne.

 De quelle source jaillissent ces millions ?

 Le budget annuel de 24 millions d’Euros est alimenté en premier flot par les Etats membres. On notera au passage que la France est le premier contributeur avec 4,6 millions prévus en 2013 devant l’Allemagne et l’Italie car ce sont, en effet, les pays les plus prolifiques qui sont aussi les premiers bénéficiaires. Normal ! D’un autre côté les Britanniques, après avoir participé à la création du fonds, se sont mystérieusement retirés. Normal ? So British !

En seconde source coule, en flux variable, le remboursement des soutiens accordés à partir des recettes nettes - après de multiples déductions - de chaque production, au prorata de la participation. Normal vraiment, comme pour tous les autres producteurs qui se servent différemment !

Ce n’est pas pour autant que les choix obéissent à un souci commercial. Quand un film soutenu fait un flop, parfois en dépit de sa qualité, ce petit ruisseau-là est tari. D’autres le compenseront. Ce serait trop facile de spéculer sur des valeurs commercialement sûres mais ici les critères sont tout autres, ambitieux, surtout plus nobles.

 

La qualité artistique et européenne avant tout.

 Se pose irrémédiablement le problème de l’objectivité ou, implicite, celui de son contraire comme c’est le cas pour tous les jurys, dans tous les domaines. Alors, comme remède de première intention, on se fixe des critères très clairs qui ne constitueront sans doute pas la panacée, la part de subjectivité même très réduite étant inguérissable.

D’abord l’ « européanité  » si on peut oser ce néologisme : à cette fin on utilise une grille arithmétique prenant en compte par attribution de points, la nationalité du réalisateur(3), du scénariste(3), des acteurs (1pour chacun des trois principaux) etc…jusqu’au lieu de tournage(1). Il en faut 15 sur 19 possibles pour être considéré comme européen. Depuis peu, lorsque deux coproducteurs au moins ont cette qualité, on peut accepter un partenaire non européen mais en possible symbiose comme le Brésil avec le Portugal, l’Argentine ou le Mexique avec l’Espagne ou encore la France avec le Canada, par exemple. Ici cette innovation répond surtout au souci de la diffusion sans négliger l’apport particulier sur d’autres plans.

 

Mais le prestigieux label Eurimages recouvre surtout une exigence de qualité.

JPEG - 81.3 ko
MM. Plog et Olla
Contents le président et le directeur général

En décide alors une structure solidement charpentée, multinationale ( notre photo) composée du Secrétariat qui opère sous la direction exécutive de Roberto Olla ( italien) et de son adjointe Isabel Castro ( espagnole) et du comité de direction présidé par Jobst Plog ( allemand, ancien président d’Arte) et comprenant les représentants des Etats membres. Sont-ils pour autant aptes à juger de la qualité artistique ?
Là encore les critères sont clairs : le scénario, le thème ou sujet, les personnages et dialogues, la structure narrative, le style , le genre, l’universalité… et évidemment le réalisateur et son équipe technique. Tout est examiné, analysé, discuté. Par ce goupe hétéroclite

Les critères de production comme le potentiel de diffusion et de circulation viennent en second lieu.

Quelques précisions éclairantes du directeur exécutif Roberto Olla : 

« Le scénario (script) est donné à lire et à analyser à plusieurs experts dans la production audiovisuelle, en quelque sorte en aveugle, pour éviter tout préjugé. On se doute que leur jugement n’est pas facile tant la traduction en film d’un scénario écrit est difficile à imaginer. Comment ferait-on pour Jean-Luc Godard qui n’écrit pas de scénario ? Bien sûr, on consulte aussi les archives de presse et autres documentations. Mais il ne faut pas négliger la part du « flair » et surtout celle de la chance. »

 Le jury de Cannes a en quelque a sorte confirmé les choix du comité et on peut voir des lauriers du label Eurimages venus se ficher dans les palmes.

 Voici le communiqué de presse et du même coup un rappel dans lequel on en trouvera l’illustration :

 C’est une pluie de récompenses qui est tombée sur les films soutenus par Eurimages dimanche soir à Cannes avec 4 films sélectionnés en compétition officielle au palmarès :

 

· La Palme d’Or a été décernée au film Amour de Michael Haneke, une coproduction entre la France, l’Autriche et l’Allemagne ; il s’agit de la 2e Palme d’Or du réalisateur autrichien Michael Haneke dont le film Le ruban blanc, également soutenu par Eurimages, avait obtenu la Palme d’Or en 2009 ;

· Le Prix d’interprétation féminine a été attribué aux deux actrices principales (Cristina Flutur & Cosmina Stratan) du film Au-delà des collines de Cristian Mungiu ; cette coproduction entre la France, la Belgique et la Roumanie a également valu à son réalisateur Cristian Mungiu de remporter le Prix du Scénario ;

· Le Prix d’interprétation masculine a été décerné à l’acteur danois Mads Mikkelsen pour son rôle dans le film Jagten (La Chasse) de Thomas Vinterberg ; cette coproduction entre le Danemark et la Suède a également été récompensée par le Prix du Jury Œcuménique ;

· Enfin, le Prix FIPRESCI a été attribué au film In the Fog de Sergei Loznitsa, une coproduction entre l’Allemagne, les Pays Bas et la Lettonie.

 

Les deux films soutenus par Eurimages sélectionnés dans la compétition Un Certain Regard ont eux aussi été distingués par le Prix d’interprétation féminine pour Emilie Dequenne dans Aimer à perdre la raison de Joachim Lafosse (BE, LU, CH, FR) et par une Mention Spéciale du Jury pour Djeca d’Aida Begic (BA, DE, FR, TR).

 

Peut-être faudrait-il y ajouter la participation tardive et noyée dans une abondance de coproducteurs à « Paradis » de l’autrichien Ulrich Seidl, palme potentielle du film le plus controversé pour ses audaces sexuelles, mais il n’y a sûrement pas que çà bien sûr. Donc pas de pudibonderie chez les sélectionneurs et pas de lauriers non plus pour ce film qui dénonce le tourisme sexuel. On avait vu et récompensé plus salace.

 Eurimages ainsi distingué, c’est le Conseil de l’Europe et toute l’Europe de la Culture qui sont honorés. On ne saurait bouder cette reconnaissance par le plus important festival du cinéma en ces temps de morosité et d’ euroscepticisme aggravé.

"Ode à la joie" certes avec un petit cocoroco, en douce .

Antoine Spohr.

(Article publié sur Médiapart )

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • A. Spohr A. Spohr 19 juin 2012 20:09

    Je ris tout de même. 

    Que de mots alignés ! Je n’ai rien compris .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires