Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des réunions secrètes à l’UE pour imposer les OGM

Des réunions secrètes à l’UE pour imposer les OGM

Ce dimanche, The Independent on Sunday révèle un scandale au niveau européen. Les dirigeants des 27 pays de l’Union européenne se réunissent en secret pour accélérer les processus d’autorisation des cultures OGM, contrer les opposants et rassurer les populations en faisant intervenir les représentants de l’industrie. L’artillerie lourde est de sortie...

Dimanche 26 octobre 2008, The Independent on Sunday nous livre la synthèse de quelques documents confidentiels plutôt étonnants. Des réunions secrètes ont été convoquées par Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne et présidées par son chef de cabinet, Joao Vale de Almeida. A la demande de Barroso, chaque Premier ministre des 27 a nommé un représentant spécial. Pour la France, il s’agirait d’un "collaborateur proche" de Nicolas Sarkozy. Au menu de ces petites sauteries privées, un sujet urgent et hautement stratégique : trouver les moyens d’accélérer la culture des OGM et de persuader les citoyens européens de les accepter.

LMOUS Court-circuiter le Conseil des ministres et contourner le blocage "démocratique"

En Europe, actuellement, les populations y sont majoritairement opposées, même dans les pays qui les autorisent, comme l’Espagne. Ce qui force les gouvernements à bloquer certaines décisions au niveau du Conseil des ministres. Mais la Commission européenne n’est pas tenue de demander leur avis aux gouvernements, ni aux députés européens. Elle n’est pas tenue non plus de s’expliquer devant aucune juridiction, c’est aussi cela, l’Europe ! La Commission européenne va donc imposer ses choix, comme elle en a le droit. Et ces réunions confidentielles sont destinées à arrondir les angles.

Réunions secrètes OGM Les industriels à la manœuvre, Monsanto en tête

Les conclusions de ces réunions montrent clairement que les 27 souhaitent "accélérer le processus d’autorisation en se basant sur des évaluations solides, afin de rassurer l’opinion publique". Et la meilleure façon de rassurer l’opinion publique, pour nos dirigeants, est d’inciter les représentants de l’agriculture et de l’industrie – exemple au hasard, Monsanto – à se faire davantage entendre pour contrer les écologistes. Et les documents livrent, pour finir, quelques conseils courtois : pour "s’occuper au mieux de l’opinion publique", il faudrait "un dialogue non passionnel et basé sur les normes très élevées de la politique OGM de l’Union européenne". Barroso, lui-même, y insiste d’ailleurs sur "le rôle de l’industrie, des partenaires économiques, de la science pour participer activement à un tel dialogue", pour rassurer des "citoyens qui se sentent mal informés". Car, ajoute-t-il, le débat "ne devrait pas être laissé à certains groupes qui y trouvent un intérêt légitime mais matériel". Tout un programme.

Jusqu’à présent, l’industrie des biotechnologies reste sur la défensive. Ses arguments sont principalement que les OGM réduisent la consommation de pesticides et sont indispensables pour alimenter la planète. Des arguments qui tenaient tant que les cultures restaient confidentielles, mais qui, aujourd’hui, sont largement contestées. Il ne fait cependant aucun doute qu’avec des coachs de la trempe de Barroso et Sarkozy, les industriels sauront rebondir et trouver de nouveaux arguments pour nous rassurer... secrètement.

 (Sources : Les mots ont un sens, The Independent, Amis de la terre)


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (86 votes)




Réagissez à l'article

151 réactions à cet article    


  • fred 27 octobre 2008 10:46

    Il est certain que c’est du grand n’importe quoi. Ils ont ruiné des cultures en Inde. Ca consomme du pesticide, ça se reproduit dans les champs des autres...

    NON, NON et encore NON !

    Faison bloc !! tous !! 


    • TSS 27 octobre 2008 11:36

      comme partout dans le monde on s’est aperçu que le biocarburant etait une enorme "connerie" non

      ecologique !!

      il n’y a que la France qui insiste betement en prorogeant les aides !!!


        • JL JL 27 octobre 2008 11:49

          Il y a de la promotion dans l’air pour tous les scientifiques en mal de reconnaissance !


          • JL JL 27 octobre 2008 11:57

            Merci à l’équipe d’Agoravox de supprimer le commentaire précédent destiné à un autre article


          • sisyphe sisyphe 27 octobre 2008 17:27

            Un pas de plus scandaleux vers la privatisation du vivant. 
            Un déni de démocratie vis à vis de propulations qui refusent largement l’utilisation de ces poisons pour la terre. 
            Oui, il est plus que temps de se solidariser pour refuser tout diktat contraignant à l’utilisation d’OGM. 
            Solidarité avec Bové et les faucheurs vonlontaires. 

            Faites circluer partout l’information ; la vérité et la lumière sont nos meilleurs remparts contre les manoeuvres obscures du lobbying pro-Monsanto et pro-OGM. 

            Pétitionnons, groupons nous, pour refuser de céder devant le fait accompli des puissances de mort. 
            Plus que jamais, non aux OGM en plein champ. 


          • hurlevent 27 octobre 2008 20:02

             "Un déni de démocratie vis à vis de propulations qui refusent largement l’utilisation de ces poisons pour la terre. 
            Oui, il est plus que temps de se solidariser pour refuser tout diktat contraignant à l’utilisation d’OGM. 
            Solidarité avec Bové et les faucheurs vonlontaires. "

            Peut-être devriez vous réfléchir davantage avant d’écrire n’importe quoi.
            1. Les OGMs ne sont pas un poison. Personne n’est jamais mort d’avoir mangé des OGMs.
            2. Il n’est pas question d’imposer l’utilisation des OGMs. Simplement de les autoriser. Aux USA, où les OGMs sont autorisés, les agriculteurs ont le choix de les utiliser ou de ne pas les utiliser. Ce n’est pas parce qu’on autorise une chose qu’on oblige à l’utiliser.
            3. Les faucheurs, eux, interdisent l’utilisation des OGMs. Ils sont une forme de diktat contraignant.



          • luvyagal 27 octobre 2008 23:12

            alors, documentez-vous un peu et vous apprendrez que certaines des plantes modifiées généticalement sont "Round-Up Ready", elles résistent donc au Round-up, et comme la nature fait bien les choses, les oiseaux transportent les graines de ses plantes dans d’autres champs desquelles elles ont été originalement plantées. Comme les agriculteurs de ses "autres champs" ne peuvent pas les désherber, ils se retrouvent à payer le "droit de cultiver" (copyrights) ses OGM à ,notamment, Mosanto. Ca, ça s’appelle ne pas choisir se que l’on cultive et donc ce que l’on mange.


          • luvyagal 27 octobre 2008 23:31

            De plus les études scientifiques n’ont pas le recul nécessaire pour effectivement démontrer que l’on ne "meurt pas des OGM". Mais vous avez tout à fait raison, et votre remarque est pertinante, quand vous dites que personne n’est morte sur le coup juste après avoir mangé des OGM : ce n’est jamais arrivé. D’ailleurs il n’y aurait peut être pas marqué ¨"Maïs" sur la cannette au supermaché mais plutôt "Cyanure" !


          • ZEN ZEN 27 octobre 2008 12:10

            Merci Monsanto !

            Contrôler les semences , c’est contrôler la production agricole...

            CRISE ALIMENTAIRE :« Il faudrait déjà que les paysans aient accès aux graines ! »
            Des ONG accusent : quelques multinationales trustent les semences et le font payer cher aux paysans du Sud.

            "Qui veut récolter doit semer... La nécessité de préserver la souveraineté alimentaire est revenue en force dans le débat après les émeutes de la faim. Si on ne peut pas produire de tout partout, des voix s’élèvent pour que les pays puissent diversifier leurs ressources alimentaires, en comptant pour cela sur leurs paysans et leurs semences.
            Carin Smaller, responsable du bureau de Genève de l’ONG américaine « Institute of agriculture and trade policy » (IATP) plante le décor : « Les deux-tiers des pays du Sud sont dépendants de leurs importations agricoles et soumis à la volatilité des prix du marché mondial. Il faut les aider à « produire local, régional et national » pour mieux résister.
            La Banque mondiale, qui répète pourtant que la solution à la crise alimentaire est un « nouvel accord commercial », reconnaît dans son rapport sur le développement 2008 que « l’agriculture à petite échelle est un moyen puissant pour sortir de la pauvreté ». Sauf qu’au départ de la chaîne de production alimentaire, côté semences, la tendance est aussi à la concentration et à l’uniformisation.
            Et que sur ce terrain, les pays du Nord poussent ceux du Sud à signer des accords qui leur lient les mains et augmentent le coût de leur agriculture. Illustration avec la brevetabilité des plantes...« De plus en plus de paysans dépendent de cette agriculture industrielle et doivent acheter les semences, les pesticides et engrais qui vont avec, aux Cargil et Monsanto. Or, cette agriculture a un coût largement lié au prix du pétrole. Le prix des graines a augmenté, celui des fertilisants aussi (de 20% l’an dernier) parce que le prix du pétrole augmente », commente Carin Smaller de l’IATP. Et nous revoilà dans une problématique au coeur de la crise alimentaire : le prix des produits agricoles dont l’augmentation profite en bout de chaîne aux mêmes multinationales. Cette logique de la sélection par la rentabilité tend aussi à réduire la biodiversité, explique le représentant d’Oxfam : « En Inde, 30 000 variétés de riz étaient cultivées au début du siècle. Aujourd’hui, dix variétés seulement poussent sur les trois-quarts des rivières indiennes. »

            "Monsanto représente 90% des OGM cultivés dans le monde. Elle a racheté un grand nombre de compagnies semencières pour y parvenir. Et les semences constituent le premier maillon de la chaîne alimentaire. C’est cela qui fait sa puissance. Contrôler les semences c’est, à terme, contrôler la nourriture du monde. C’est le projet hégémonique de Monsanto."(http://lalettredejaures.over-blog.com/article-18183809.html)

            -Comment Monsanto vend les OGM

            Monsanto, la semence à scandales


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 octobre 2008 16:58

               Est-ce que la crise financiere actuelle ne fait pas la preuve de l’échec et de la turpitude du rapport de force actuelle entre les secteur public et privé ? Si on veut nourrir l’humanité et se prémunir contre les dérives possibles du type OGM, il faut une POLITIQUE AGRICOLE GLOBALE négociée et appliquée par le États.

              Pierre JC Allard

              http://nouvellesociete.org/711.html

               


            • luvyagal 27 octobre 2008 23:36

              J’ai bien peur malheureusement que les états voteraient oui aux OGM.


            • luvyagal 27 octobre 2008 23:38

              N’est-il pas contre les règles de l’OMC, de faire subire un embargo aux compagnies d’OGM ?


            • ninou ninou 27 octobre 2008 12:17

              On continue à contourner la décramotie...
              On veut nous imposer, par la ruse et la collusion des puissants, des nuisances irréversibles dont nous ne voulons pas.
              Puisque la voie électorale ne fonctionne pas, il faut d’urgence utiliser la voie de la rue et du maquis.
              Soutenons les faucheurs volontaires dans leur combat. Il ne s’agit plus de politique (et encore moins de justice). Il s’agit de responsabilité individuelle. En nous taisant, en laissant faire les politiciens et leurs commanditaires, nous devenons tous des collabos. C’est un acte citoyen. Rassemblements devant les tribunaux. Pétitions. Manifestations de soutient...
              Que chacun dans sa région se tienne au courant des actions menées et relaie l’information !!


              • hurlevent 27 octobre 2008 20:03

                 "des nuisances irréversibles dont nous ne voulons pas. "

                De quelles "nuisances irréversibles" parlez-vous ? Pouvez vous être un peu plus précis ?


              • ninou ninou 27 octobre 2008 20:40

                Hurle dans le vide
                Pas le temps ni le courage de me lancer dans des explications qui ont été données mille fois.

                Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Ils ont des oreilles et ils n’entendent pas.
                Un lien parmi mille autres :


                http://endehors.org/news/ogm-et-pollution-genetique


                Attention, il va falloir lire donc : ouvrir les yeux !


              • Nycolas 28 octobre 2008 01:02

                La démocratie est morte.

                Paix à son âme.


              • LE CHAT LE CHAT 27 octobre 2008 12:25

                qu’on pende ces fumiers ! j’ai toujours voté non et continuerai à voter non à cette europe de merde !


                • Jason Jason 27 octobre 2008 12:51

                  Bonjour,

                  Votre information me semble quelque peu datée. En effet, il y a des années que les lobbies de Bruxelles font pression sur l’UE pour mettre en circulation les produits OGM. L’importation de sojas modifiés, par les ports d’Anvers et Amsterdam, à hauteur de millions de tonnes par an, et déjà chose faite. Le reste n’étant qu’un cache-sexe. Sachez que les viande que vous consommez à partir de bêtes soi-disant nourries avec des végétaux, ces animaux sont alimentés avec du soja, "parfois modifié".

                  Allez faire un petit tour sur Google et tapez "importation du soja" et vous serez mieux renseigné.

                  Parler de rendez-vous secrets Sarkozy-Barroso procède de la paranoia. Les dés sont jetés, et depuis longtemps. Ni l’un ni l’autre de ces deux hommes ne changeront rien aux accords entre l’UE et les pays qui ont souscrit les accords économiques mondiaux actuels. IL FAUT CHERCHER AU NIVEAU DE MM. LAMY ET MENDELSOHN pour en savoir plus.

                  Vous vous êtes simplement trompé de cible.

                  Cordialement


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:14

                    Jason,
                    La dernière réunion date d’ il y a quinze jours !
                    De plus, vous avez l’air d’un défaitisme incroyable.
                    Evidemment que personne ne s’attend à ce que Barroso & Cie change quelquechose aux accords déjà pris, cela serait surprenant vu que leur but est, justement, d’accélérer les choses, de revenir sur les décisions qui sont censée avoir gelé la culture OGM en plein champ en France et dans d’autres pays, de manipuler l’opinion publique pour qu’elle devienne favorable...
                    Sous prétexte qu’on trouve déjà des OGM dans les produits que nous mangeons, il faudrait continuer à se laisser empoisonner ?
                    Les dés sont jetés ?
                    Electoralement, on ne peut rien faire. On est d’accord. La sainte décramoisie est morte. Ce n’est pas une raison pour renoncer au combat.
                    Ma pov’ dame c’est comme ça... On n’y peut rien.... Pis de toute façon, on va tous crever un jour....
                    C’est sûr qu’avec des discours comme ça, on n’est pas près de la réssuciter notre démocratie !!!


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:18

                    Preuve que les ogm sont toxiques : Certains commentateurs d’avox en consomment quotiennement (vu que ce qui est nouveau est forcément bon) et ils ont vu leur cerveau rétrécir de manière irrémédiable... smiley


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 13:20

                    scuzi commentaire mal placé...
                    à vous de trouver sa place !


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 15:43

                    @ ninou,

                    Pessimiste, certes, mais je ne crois pas être défaitiste. Je suis anti-OGM tels qu’ils se présentent aujourd’hui, et je suis horrifié du manque de contrôle concernant les cochonneries entrant dans la chaîne alimentaire.

                    L’Europe telle quelle se présente n’est qu’une immense passoire favorable aux multi-nationales.

                    Mes pancartes, mes hallebardes et mes sarbacanes sont prêtes. Quand va-t-on à Bruxelles pour entarter tous ces incapables ?


                  • ninou ninou 27 octobre 2008 15:56

                    Ah ! Je préfère ça !
                    Sus aux Omnipotentiaires Gorgés de Mépris !!


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 octobre 2008 16:52

                     Et personne ne nous protège, car nos politiciens sont malheureux. Mal nourris. Il faudrait payer nos hommes publics davantage. Pour parodier Danton, il faudrait être avec eux d’une grande générosité pour éviter que le secteur privé ne doive l’être...

                     Pierre JC Allard

                    http://les7duquebec.wordpress.com/2008/10/27/un-million-pour-sarkozy/&nbsp ;


                  • Traroth Traroth 27 octobre 2008 17:03

                    Incapables ? Pourris, plutôt !


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 18:44

                    @ PJC Allard,

                    J’ai entendu dire (mais me tromperais-je ?) que les médecins de la Chine ancienne n’étaient payés que tant que leurs patients se portaient bien. Traitons de la même manière nos élus. Tant que la société irait bien, ils seraient rétribués. Il serait donc choquant de voir des hommes politiques réduits à la mendicité. Mais je crois que l’expérience vaudrait d’être tentée.

                    A voir le train des choses les caisses de l’état économiseraient beaucoup d’argent.

                    Cordialement


                  • JL JL 27 octobre 2008 18:59

                    @ Jason : il semble qu’un responsable chinois de la santé àpublique corrompu aurait été sévèrement , très sévèrement chatié, à un point qui dépasse un peu mes éspérances, si vous voyez ce que je veux dire.
                     
                    Entre les intégristes de tous poils, il est dur, très dur aujourd’hui de demeurer équilibré.


                  • Jason Jason 27 octobre 2008 22:14

                    @ JL,

                    Intégrisme, purisme, absolutisme, "révolutionnisme", de droite, de gauche, avec ou sans Dieu ou diable. Toutes les raisons semblent bonnes pour asservir l’humanité. Mais pourquoi ? Quant au juste milieu il est éphémère et n’existe que comme horizon utopique, la dialectique et le mouvement permanent prévalant dans tous les cas. Sorte de particule fugitive qui ne se révèle que pendant un milliardième de seconde.




                  • Leonid Bronstein 27 octobre 2008 23:25

                    Et à Lorient aussi il y a un cargo de 25000 t de soja qui est déchargé tous les 2 mois, et ca part vers un fabriquant d’aliment pour bétail de la région... Il y a aussi du mais modifié qui vient des USA pour le meme importateur...
                    Allez voir et vous verrez...


                  • Jason Jason 28 octobre 2008 17:28

                    @ Antoine Diederick

                    Merci de votre réponse à ma très brève note. Vous évoquez la nature et la liberté, la première dans le sens d’une tradition et d’un respect comme envers une personne morale ou encore par une déférence due à une tradition somme toutes assez floue.

                    S’agissant de la nature, je ne pense pas qu’il s’agisse tant d’un respect que d’un usage réfléchi de ses innombrables possibilités. Ne connaissant pas la fin (dans le sens de fin dernière) de l’humanité, les décisions que nous prenons aujourd’hui d’exploiter les ressources de la nature doivent être faites avec la plus grande prudence. Ce n’est pas le cas de nos jours où le retour sur investissement et les préoccupations des actionnaires balaient toute réflexion sur un futur intelligent et bénéfique pour l’humanité.

                    Quant à la liberté, il existe des approches si différentes, avec des vues si diverses, qu’il m’est difficile de la cerner. Pour le mot libéralisme, assorti de définitions si différentes selon les pays (je pense aux USA, Angleterre, Allemagne et peut-être l’Espagne) et en ce qui concerne la France, le terme est si galvaudé en ce moment que son usage reste très délicat.

                    Tout cela semble paralyser toute pensée usant des termes cités ci-dessus. Le vocabulaire de l’époque de la révolution française, qu’on retrouve comme argument ultime de persuasion dans bien des discussions, me semble usé et abusé. Il faudrait le renouveler. Il faudrait cesser aussi d’utiliser des termes trop emplis d’ambiguïtés pour retourner vers une praxis qui décrasserait les idéologies et les slogans ambiants. Ce nouveau vocabulaire reste donc à inventer.

                    Les paysans dont vous parlez en fin de billet, ne m’impressionnent pas. Ils sont attachés à leur terre comme le galérien à sa rame. Il en reste quelque chose dans leur inconscient collectif. Je suis toujours étonné de leur ignorance abyssale en matière des choses les plus élémentaires de la biologie. Ils font très souvent une vertu de leur ignorance, ce qui est affligeant.

                    Pour le reste, restons prudents et résistons à la fureur ambiante, résistance que nous autorise le luxe relatif de nos sociétés. La liberté que je préfère, c’est celle de dire NON.

                    Cordialement,

                    Jason


                  • Jason Jason 28 octobre 2008 17:33

                    Commentaire placé trop haut, comme souvent :

                    @ Antoine Diederick

                    Merci de votre réponse à ma très brève note. Vous évoquez la nature et la liberté, la première dans le sens d’une tradition et d’un respect comme envers une personne morale ou encore par une déférence due à une tradition somme toutes assez floue.

                    S’agissant de la nature, je ne pense pas qu’il s’agisse tant d’un respect que d’un usage réfléchi de ses innombrables possibilités. Ne connaissant pas la fin (dans le sens de fin dernière) de l’humanité, les décisions que nous prenons aujourd’hui d’exploiter les ressources de la nature doivent être faites avec la plus grande prudence. Ce n’est pas le cas de nos jours où le retour sur investissement et les préoccupations des actionnaires balaient toute réflexion sur un futur intelligent et bénéfique pour l’humanité.

                    Quant à la liberté, il existe des approches si différentes, avec des vues si diverses, qu’il m’est difficile de la cerner. Pour le mot libéralisme, assorti de définitions si différentes selon les pays (je pense aux USA, Angleterre, Allemagne et peut-être l’Espagne) et en ce qui concerne la France, le terme est si galvaudé en ce moment que son usage reste très délicat.

                    Tout cela semble paralyser toute pensée usant des termes cités ci-dessus. Le vocabulaire de l’époque de la révolution française, qu’on retrouve comme argument ultime de persuasion dans bien des discussions, me semble usé et abusé. Il faudrait le renouveler. Il faudrait cesser aussi d’utiliser des termes trop emplis d’ambiguïtés pour retourner vers une praxis qui décrasserait les idéologies et les slogans ambiants. Ce nouveau vocabulaire reste donc à inventer.

                    Les paysans dont vous parlez en fin de billet, ne m’impressionnent pas. Ils sont attachés à leur terre comme le galérien à sa rame. Il en reste quelque chose dans leur inconscient collectif. Je suis toujours étonné de leur ignorance abyssale en matière des choses les plus élémentaires de la biologie. Ils font très souvent une vertu de leur ignorance, ce qui est affligeant.

                    Pour le reste, restons prudents et résistons à la fureur ambiante, résistance que nous autorise le luxe relatif de nos sociétés. La liberté que je préfère, c’est celle de dire NON.

                    Cordialement,

                    Jason


                  • pallas 27 octobre 2008 12:55

                    Rien ne vous obligent a acheter des produits a base d’ogm, pour autant aucuns tests effectuer, n’ont montré la dangereusité des ogms. Vous refusez tout ce qui est nouveau, la reunion n’est pas faite en secret car vous etes au courant de ce Fait, mais, elle sera entre personnes pragmatiques, economiques, politiques, entrepreneurs, et non des Bobo Gaucho, qui sont contre tout progres.


                    • Le chien qui danse 27 octobre 2008 13:22

                      As-tu bien pris tes pillules ce matin ?


                    • Nobody knows me Nobody knows me 27 octobre 2008 15:49

                      Rien ne vous obligent a acheter des produits a base d’ogm, pour autant aucuns tests effectuer, n’ont montré la dangereusité des ogms.

                      Avez-vous regardé les détails de ces tests ?? Ils sont tout sauf dignes d’être qualifiés de scientifiques !!
                      On nourrit des rats aux OGM, on les dissèque, on regarde le foie... hop ! il est un peu brun mais rien de grave. Pas de découpe, d’analyse de l’intérieur...
                      Vous trouvez ça fiable vous ??!!
                      Qu’ils se les foutent au cul leurs OGM !! Et qu’ils tournent !!


                    • finael finael 27 octobre 2008 16:27

                      Les laboratoires "indépendants" dépendent tous des résultats des expériences menées par les industriels ... enfin ! ceux qu’ils présentent !

                      Je ne suis pas biologiste et j’ignore le degré de nocivité des OGM, mais à partir du moment ou seul le producteur peut reproduire les expérimentations (secret de fabrication) ... j’ai comme un doute !


                    • Agnes 27 octobre 2008 21:35

                      Rien ne nous y oblige en effet, mais comment le savoir quand l’etiquetqge n’est pas obligatoire comme c’est le cas en Amerique du nord par exemple ?
                      Secundo, les tests effectues par Monsanto sur le OGM prouve la viabilite de leurs semences, qu’en est-il des tests independants ? Je t’invites a te renseigner la-dessus.
                      Troisiemement, le fait d’etre anti-OGM n’a aucun rapport avec la couleur politique, mais plutot avec le bon sens, la je pense bien sur a des pays comme l’Inde ou le Canada qui sont rendus presque totalement dependants d’une multinationale cotee en bourse.
                      Et enfin quand on donne un avis, il est interessant pour les autres de savoir que la personne sait de quoi elle parle. Visiblement ce n’est pas le cas pour toi.


                      • Voltaire Voltaire 27 octobre 2008 13:36

                        Geoffrey Leane, l’auteur de cet article dans l’Independent on Sunday (le supplément weekend de l’Independent), est un journaliste engagé. Rien de négatif à cela, mais ceci explique la tonalité de son article( il a aussi écrit sur la dangerosité du wi-fi etc...), et les erreurs dans certains des faits indiqués en bas de page.

                        Sur le fond, il est difficile de se prononcer sans avoir accès au rapport cité, qui n’est pas mis en ligne par ce journal. Néanmoins, les extraits cités appellent plusieurs remarques :

                        Tout d’abord, si l’aspect clandestin et la volonté de passer au dessus de la tête des citoyens est confirmée (impossible à dire à partir des quelques lignes citées qui peuvent avoir été sorties de leur contexte), il s’agit là d’une initiative saugrenue de la part de la Commission. Pire, c’est même faire preuve d’une totale méconnaissance de la société : ce n’est pas en ignorant un problème et en faisant de la "com’" que l’on fera accepter les OGM en Europe.

                        Ensuite, et c’est ce qui me fait un peu douter de l’objectif cité par le journaliste, la Commission n’a aucun intérêt à faciliter la culture des OGM en Europe : puisque les campagnes anti-OGM ont coulé tous les projets des entreprises européennes sur le sujet, les OGM ne sont plus fabriqués que par des entreprises non-européennes... On voit mal l’intérêt pour la Commission de favoriser une entreprise comme Monsanto. La culture des OGM en Europe ne renforce pas la compétitivité des entreprises européennes.

                        En revanche, il est exact que les agriculteurs y ont intérêt : les OGM économisent des traitements pesticides, et sont donc en mesure de gagner plus d’argent tout en ayant moins de labeur avec certains OGM. Mais il faut aussi qu’il y ait un marché, qui en Europe est assez restreint (mais on peut imaginer qu’on parle du marché à l’exportation).

                        Comme l’indique certains extraits, il est évident que le débat sur les OGM bénéficierait d’un dialogue plus serein, et d’être fondé sur des arguments scientifiques objectifs. Mais le climat n’y est pas propice actuellement, donc inutile de mettre de l’huile sur le feu.

                        En réalité, le débat sur les OGM mériterait de bénéficier un vrai processus de dialogue consultatif comme le Grenelle, où toutes les parties prenantes sont invitées à discuter. Mais cela ne parait pas être une urgence : l’Europe n’a pas besoin économiquement des OGM. Si des OGM permettent de réduire les quantités d’engrais utilisées, ou de pesticides pour des variétés cultivées en Europe (cela existe pour le coton ou le maïs, mais ce ne sont pas des variétés bien adaptées à notre climat), il sera temps de relancer ce débat.

                        Selon toute probablilité, le débat sur les OGM est gelé en Europe pour au moins 10 ans. Lorsque les OGM auront démontré leur intérêt et leur inocuité depuis assez de temps dans les pays qui les cultivent (US, Amérique du sud, Chine...), il sera alors temps de reprendre le débat. En attendant, l’Europe devrait mettre en place un vrai programme de recherche qui puisse fournir aux citoyens les réponses qu’ils demandent d’ici quelques années.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès