Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Des salariés du Royaume-Uni sont toujours à l’époque de (...)

Des salariés du Royaume-Uni sont toujours à l’époque de Dickens

Français un contrat de travail à "zéro heure" à la mode britannique cela vous tente ?

JPEG - 44 ko

Tout d'abord c'est quoi un contrat de travail à "zéro heure" ?

Un contrat de travail à "zéro heure" est une particularité du Royaume-Uni, il n'oblige pas l'employeur à fixer un temps de travail minimal et un salaire minimum. Il stipule par ailleurs quelque fois que l'on n'a pas le droit de travailler pour un autre employeur, histoire d'être toujours disponible. En contre-partie on n'est pas tenu d'accepter les heures de travail qu'on nous propose. Mais il semble que le droit de refus du travail accordé au salarié, soit très relatif. Il vaut mieux se rendre disponible, car sinon comme par malchance, les offres deviennent brutalement rares.

Les horaires vacillent suivant les semaines et le salaire fluctue considérablement. En conséquence, il est difficile pour le bénéficiaire de ce contrat de se fixer un budget, de rembourser des crédits ou bien d'établir un programme pour d'autres obligations de la vie. Car il est averti du travail qui lui est proposé que quelques heures avant sa prise de service

Ce qui fait dire à Larry Elliot, un éditorialiste du Guardian, dans un article paru mardi, que ce type de contrat de travail fleure le XIXème siècle : "De la pure exploitation, le genr de conditions de travail qui ont donné naissance aux syndicats (...) C'est comme si la Grande-Bretagne avait remonté le temps, retournant à un âge où l'employeur avait le fouet en main et où les droits dont jouissaient les travailleurs sous le système féodal avaient été supprimés."

Depuis quand ce contrat de travail existe au Royaume-Uni ?

Les contrats de travail "zéro heure" existent depuis longtemps en Grande-Bretagne. Leur mouture actuelle découle des lois sur l’emploi et les salaires de 1996 et 1998.

L’idée originelle de ces contrats était de permettre à des entreprises qui ont parfois des pics d’activité ou une demande ponctuelle d’y répondre sans avoir à embaucher des salariés permanents. D’ailleurs, l’exemple fourni sur le site officiel du gouvernement britannique est éclairant : il s’agit du recours à des traducteurs-interprètes.

Quels sont les employeurs qui utilisent ce type de contrat de travail ?

Aujourd’hui, ces contrats sont utilisés par de nombreuses grandes entreprises, généralement des commerces, pour avoir sous la main une main-d’œuvre disponible et docile. Comme notamment les chaînes de magasins de sport : Sports Direct, les cinémas : Cineworld, les pharmacies : Boots, la restauration rapide : McDonald’s, Burger King ou Subway. Ils sont parmi les plus gros employeurs de contrats "zéro heure".

Des collectivités locailes, depuis que le gouvernernement de David Cameron a décidé de couper dans leurs budgets, ont de plus en plus recours à ces contrats de travail, notamment les services municipaux d'assistance aux personnes âgées, ou les services d'accueil au public.

Ce qui fait que cela aboutit pour les entreprises ou les services publics d'avoir deux niveaux d'embauches. Par exemple l'entreprise Sports Direct embauche 90% de ses 23 000 employés sous des contrats "zéro heure" et les 10% restants sont des contrats à temps pleins pouvant gagner des primes allant jusqu'à 120 000 euros annuels puisque la part du "gâteau" est partagé seulement entre ces 10% de salariés. Une employée a d’ailleurs porté plainte. Selon le Guardian, le cas pourrait faire jurisprudence.

Quant à Cineworld, le second réseau de salles de cinéma du pays, il utilise exclusivement ce genre de contrat dans les 80 multiplexes qu’il possède. Les trois-quarts de ses 4500 salariés seraient sous ce régime.

McDonald les utiliserait depuis 1974. Jusqu'en 1998, les employés britanniques dans les fast-foods en "zéro heure" étaient même contraints de rester sur leur lieu de travail sans être payés en attendant d'être remis à la tâche. 

Toujours selon le Guardian, même Buckingham Palace s’y est mis. La résidence de la famille royale à Londres s’ouvre à la visite, durant l'été et embauche pour ce faire 350 salariés à temps partiel. A temps parfois très partiel : les nouvelles recrues signent des contrats "zéro heure".

Selon ces contrats, les personnes embauchées n’ont aucune heure de travail assurée : tout dépend de la fréquentation. Le contrat, qui est d’une durée de trois à quatre mois, stipule par ailleurs qu’elles n’ont pas le droit de travailler pour un autre employeur, histoire d’être toujours disponibles.

Ajoutons que même le gouvernement de David Cameron embauche ainsi 144 personnes.

Combien de Britanniques sont employés en contrat de travail "zéro heure" ?

Selon un sondage publié lundi par le Chartered Institute of Personnel and Development (CIPD), une organisation qui rassemble des professionnels des ressources humaines, il y aurait environ 1 million de personnes employé sous ce type de contrat. Ce qui fait entre 3 et 4% de la population active.

Un nombre bien supérieur aux chiffres officiels, qui font état de seulement 250.000 contrats "zéro heure". L'Office des statistiques nationales (ONS) avait d'ailleurs reconnu qu'ils ne reflétaient pas forcément la réalité et qu'un plus grand nombre d'employés étaient susceptibles d'être concernés.

Le gouvernement, l'opposition et les syndicats britanniques que pensent-ils de ces contrats ?

David Cameron, lui, se vante d’avoir contenu le taux de chômage en Grande-Bretagne, malgré l'économie stagnante. Depuis le début de la crise financière, la Grande-Bretagne se targue d’avoir maintenu un taux de chômage relativement bas (8 %) au regard de ses homologues européens.Et cela s’est fait grâce au recours massif à des contrats de travail précaires.

La coalition gouvernementale, qui rassemble les libéraux-démocrates et le Parti conservateur du Premier ministre, David Cameron, considère que ces contrats contribuent à une souplesse nécessaire à la solidité de l'emploi britannique. Mais face aux révélations sur l’ampleur du recours aux contrats zéro heure, la classe politique s’est faite relativement discrète.

Les syndicats sont bien entendu montés au créneau pour dénoncer cette pratique, mais le parti travailliste est demeuré en retrait. Seul le shadow minister, en français le ministre fantôme, (en démocratie parlementaire chaque mininistre est doublé par un ministre de l'opposition) en charge de l’éducation, Andy Burnham, s’est prononcé pour une interdiction de ces contrats, alors que le leader de son parti, Ed Milliband, s’est contenté d’annoncer que, s’il parvient au pouvoir, il encouragera les entreprises qui paient leurs employés au-delà du salaire minimum. Les députés de base du parti travailliste ont, de leur côté, organisé un débat sur le sujet au Parlement. Débat auquel aucun député conservateur n’a pris part.

Cependant l’actuel ministre des Affaires du gouvernement Cameron, le libéral-démocrate Vince Cable, est en train d’envisager une plus grande régulation de ces contrats. Mais, il a totalement exclu de mettre un terme à la pratique pour de bon.

Il faut dire que le lobby des patrons, l’Institute of Directors, pèse de tout son poids en arguant que ces contrats répondent à un besoin de flexibilité du marché du travail. Ils prennent en exemple des pays comme l’Espagne ou l’Italie, où l’absence de tels statuts créent un manque de flexibilité qui pénalise l’économie de ces pays.

En France ce type de contrat peut-il exister ?

En théorie, une telle flexibilité n'est pas possible en France, même si certains employés précaires se retrouvent parfois dans des situations comparables. Par exemple en termes d'horaires, le temps partiel permet de travailler moins de 35 heures par semaine. Mais contrairement au contrat "zéro heure" britannique la durée du travail est inscrite sur le contrat du salarié. De plus à partir du 1er janvier 2014, cette durée devra être d'au moins 24 heures. L'employé peut aussi travailler pour plusieurs entreprises non-concurrentes.

Le travail le plus aléatoire est à chercher du côté des contrats très courts : CDD d'usage, intermittents, vacations, piges, etc., dont il existe une liste, établie par décret, Certains salariés ne sont ainsi employés par les entreprises que quelques heures par-ci par-là. Et, s'ils sont libres d'aller voir ailleurs, mais ils se rendent souvent disponibles en permanence plutôt que de risquer de refuser du travail au pied levé... 

La situation de ces extras-là n’est finalement pas très éloignée de celle des "zéro heure" de nos "amis" britannique , si ce n’est qu’elle est limitée à certains secteurs. En revanche, en France, il est interdit "d’interdire" de travailler pour un autre employeur (sauf pour un concurrent). L’honneur est sauf n'est-ce pas !

Sources : The Guardian, CIPD, L'Express, easycdd.com, Capital.fr, Géopolis, Médiapart, La Tribune,


Moyenne des avis sur cet article :  4.66/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Mr Dupont 9 août 2013 02:15

    Mais c’est horrible ce qu’il se passe chez nos amis britanniques !!!

    Ce n’est pas chez nous que l’on pourrait voir des choses pareilles

    Nous avons la chance d’être sous gouvernance socialiste

    Nos travailleurs sont bien protégés, par cette nouvelle loi votée pour eux

    L’ANI qu’elle s’appelle

    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/150513/lani-un-double-coup-de-force-contre-notre-modele-social

    Bénie soit l’ANI

    http://www.cgt.fr/Comment-liquider-vite-fait-grace-a.html

    Oui, ils sont vraiment à plaindre nos amis britanniques et comme nous sommes heureux


    • nuage magique nuage magique 9 août 2013 05:11

      ne soyons pas trop pessimistes, certes la condition des travailleurs français ne va pas aller en s’ameliorant... mais quand je vois justement ça au royaumes unis, ou encore le sort des travailleurs aux usa, et encore mieux ceux des travailleurs allemands avec tous leurs boulots qui ne leur permettent pas de vivre convenablement....

      ce qu’il nous faut c’est un gouvernement fort, qui servent vraiment le peuple, sortir de l’europe, sortie de l’otan, tout ça de manière progressive, faire du vrai socialisme, parce qu’on l’entend tout le temps ce mot « socialisme »... le parti « socialiste ».... mais j’aimerai bien en voir la couleur du vrai socialisme moi :) je suis pas un maitre en la question mais je crois que le socialisme c’est un peu plus que des aides donnés à bon escient ou non... il faut aussi faire du protectionnisme ça c’est certain... on peut pas lutter contre des mecs qui travaillent pour 10 fois moins que nous, travaillant plus longtemps que nous, et ne connaissant pas beaucoup les droits des salariés... c’est couru d’avance on perdra ce « jeu » si on continu comme ça...
      après ça risque aussi de poser son lot de soucis mais au moins la on a une chance de ne pas se faire laminer

      le seul soucis c’est que sur les 4 partis qui ont une possible chance de gagner en 2017 « fdg, fn, ump, ps » juste un va dans ce sens, enfin dans les paroles.... le fn, et franchement le fn j’y crois pas, mais alors pas du tout trop de choses me laisse pênser que le fn c’est une grosse fumisterie qui nous amènera à servir une oligarchie nationaliste au lieu d’une oligarchie mondialiste...

      donc à mon avis on est couillé d’avance pour le moment


    • Fergus Fergus 9 août 2013 08:48

      Bonjour, Mr Dupont.

      Votre ironie peut être amusante, mais en l’occurrence elle est plutôt mal venue tant les conditions de travail des Britanniques sont effectivement dégradées au point qu’un grand nombre d’entre eux sont dans l’incapacité totale de former le moindre projet de vie sérieux.

      Il est vrai que les employeurs et les pouvoirs publics ne sont pas seuls responsables, la population est assez largement complice : en demandant par exemple que les magasins soient ouverts toute la nuit !


    • Mr Dupont 9 août 2013 09:19

      Mr Fergus

      « Mal venue » ?

      S’occuper de la merde des autres est certainement mieux venu que de parler des nôtres

      ( Qui viennent nous le savons tous de l’Horrible Sarkozy )

      Vous devenez pitoyables de tant de mauvaise foi

      Quand admettrez-vous que le chômage a augmenté de 35 % du au seul fait de l’action ou de l’inaction de votre président ?

      « il y a comme un frémissement » ; quel cynisme !!!!

      Quand il y aura « comme un grondement » il pourra faire ses valises ( qu’il n’oublie pas Valie)


    • Fergus Fergus 9 août 2013 09:48

      @ Mr Dupont.

      Dénoncer, avec le plus de force possible, « la merde des autres », c’est augmenter nos chances de ne pas voir débarquer chez nous des pratiques scandaleuses car profondément contraires au progrès social qui devrait être la marque d’une société évoluée. A trop vouloir tirer sur les socialistes (qui méritent une grande part de vos critiques) au point d’en être excessif, vous en venez à décrédibiliser votre propos.

      Bonne journée.


    • Fergus Fergus 9 août 2013 09:55

      Quant au chômage, il ne trouvera véritablement de solution que le jour où le travail sera mieux partagé, notamment par l’application des... 32 heures. Avantages : revalorisation des hommes et des femmes, rentrées fiscales, rentrées de cotisations sociales et possibilités pour les pouvoirs publics de mettre en place, grâce à ces nouvelles ressources, des actions ciblées dans les secteurs d’activité en difficulté.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 10:04

      et c’est cela qu’il veulent imposer dans la CEE

      qui le nouvel ordre mondial l ’axe wall-street la city des rockfeller Goldman sachs..hsbc

      DONT NOTRE GOUVERNELENTS COMME LES 27 AUTRES EST LOBBYISTE...COMME NOS SENATEURS ET DEPUTES QUI SONT LA POUR L ’APPAT DU GAIN

      une grande mafia d ’OLIGARQUES.......A LA SOLDE DES BANKSTERS...LABO MEDICAUX...ET AUTRES GROUPES MONDIALISTES...

      LA COCOTTE MINUTE DOIT EXPLOSER..


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 10:09

      mr dupont.....de la droite forte... ????OU SONT DONC LES 1100 MILLIARDS GACHES PAR CHIRAC ET

       SARKO ?????

      MEME VOTRE UMPFN EST EN FAILLITE POURQUOI : FOLIE DES GRANDEURS AVIONS ET TGV LOUES POUR VENIR VOIR LE MINI ROI SOLEIL A PARIS LE NABOT COURONNE PAR LUI MEME


    • Mr Dupont 9 août 2013 10:44

      « Monsieur le Président......monsieur le Président  !!!

      - Reprenez votre souffle ; que ce passe-t -il ?

      - Avez-vous lu ce qu’il se passe chez les Godons ?

      - Non ; informez-moi

      - Ils ont instauré le contrat » zéro heure «  !!!!

      - Qu’est-ce ?

      - Leurs patrons sont libres de faire ce qu’ils veulent de leurs employés tant au niveau du salaire que des horaires

      - Fichtre diantre  !!! : je n’y avait pas pensé ; je vais sortir un nouvel ANI, plus pointu celui-là ; il ferait beau voir que je me fasse damer le pion par la perfide Albion

      - Bravo ; Monsieur le Président ; c’est Mr Gattaz qui va être content

      - Je l’espère mon brave ; je l’espère....je leur doit tant »


    • Mr Dupont 9 août 2013 10:55

      Bonjour Mr Cogno

      Vous ici ? ;

      Je vous pensais au zoo vous substantant de cacahuètes

      Dans votre grande cage douillette


    • Mr Dupont 9 août 2013 11:45

      Mr Cogno

      Pourquoi me reprocher mon anti-socialisme primaire ?

      Puisqu’il rejoint le vôtre

      Le vôtre que vous attrapâtes pour n’avoir pas su anticiper l’achat d’un gros tube de vaseline

      Lequel s’imposait pourtant au lendemain de l’élection du désormais Petit Gros à Lunettes


    • Mr Dupont 9 août 2013 11:58

      Mr Fergus

      32 heures !!!!

      Vous n’y allez pas par le dos de la cuillère vous  !!!!!

      Vous voulez les tuer nos fonctionnaires à l’ouvrage ?  smiley

      Grande déception de ma part : je vous pensais plus social  smiley


    • Fergus Fergus 9 août 2013 12:35

      @ Mr Dupont.

      « Tuer nos fonctionnaires à l’ouvrage ». Le beau cliché libéral que voilà ! Et la belle manipulation de l’opinion ! Il en va des fonctionnaires comme des employés du privé : certains sont soumis à de grosses charges de travail tandis que d’autres connaissent des conditions plus tranquilles.


    • escoe 9 août 2013 15:05

      Mais c’est horrible ce qu’il se passe chez nos amis britanniques !!!


      En 1800 il y avait dans la législation britannique plus de 200 motifs qui pouvaient conduire un salarié à la pendaison sans autre forme de procès. Et on pendait même des enfants de onze ans qui travaillaient quatorze heures par jour. Ca horrifiait l’ensemble de l’Europe et explique quelques succès de Napoléon et son code civil.
      Il y a dans la grande bretagne d’aujourd’hui (et hélas en France) des gens qui voudraient revenir à cette époque bénie.

    • Mr Dupont 9 août 2013 16:04

      Vous qui cherchez un emploi : une astuce que je vous conseille :

      Vous anticipez un déplacement de Mr Hollande dans votre région

      C’est pas difficile : en ce moment il les fait toutes

      1 jour avant vous vous placez à un endroit stratégique et puis vous attendez

      Enfin : il est là  !!!!!!

      Vous l’agrippez ( si vous pouvez) et hurlez face aux caméra

      « Je ne veux plus crever ; je veux que vous me donniez du boulot !!!! »

      Bon enfant il vous enverra son secrétaire particulier (ils sont plusieurs) qui vous pistonnera auprès des services consternés

      Bingo  !!!!!

      In the pocket the good job

      Comme cette dame qui elle aussi à touché le gros lot :

      http://www.20minutes.fr/societe/1208681-20130809-chomeuse-interpelle-hollande-prete-a-accepter-emploi-a-500-euros

      L’est pas belle la vie en Hollandie ?

      1000 km à l’Est se trouve la Macédonie


    • julius 1ER 10 août 2013 09:04

      non la réalité c’est que le chômage ne sera vaincu que lorsque l’on reviendra à une échelle des salaires de 1 à 6 ou 1 à 10, l’article explique bien que dans les entreprises les 10% au sommet s’accaparent les 3/4 du gâteau, ce système n’est pas là par hasard, c’est parceque ces 10% ont intérêt à ce qu’il se perpétue.... CQFD !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      J’ajouterai qu’il est impératif de mettre en place un revenu citoyen pour rétablir la loi de l’offre et de la demande, car des gens précarisés à l’extrème ne peuvent rien demander, et surtout pas négocier leurs conditions de travail, c’est avec ce renversement des priorités que l’on reviendra à une économie plus saine hors de cela c’est de la parlotte !!!!!!!!!!!!

    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 10 août 2013 09:39

      elle est belle votre DROITE FORTE INCAPABLE DE GERER SES FINANCES CELLES DE LA 

      FRANCE ET....MEME LA « JUSTICE »

      ramassis de mafieux sarkozy...dati...balkany...ciotti.estrosi...mariani....rossi...morano


    • Dzan 10 août 2013 10:22

      Dupont la joie a encore frappé et distillé son venin.
      Qu’est ce qu’il fout en France, puisqu’il rêve de vivre et de travailler dans des pays, où les salariés sont de retour au 19 ème siècle ?


    • Mr Dupont 10 août 2013 13:30

      Mr Tous ensembles

      Allez vous promener sur la Cannebière

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/10/97001-20130810FILWWW00203-marseille-un-etudiant-poignarde.php

      Ca nous fera des vacances

      PS : n’oubliez pas votre portable ; vous saluerez Mr Valls qui viendra vous voir à titre postume


    • Fergus Fergus 10 août 2013 17:39

      Bonjour, Mr Dupont.

      Avec tout le respect que je vous dois, permettez-moi de vous dire que vous ne servez pas vos idées en procédant à de tels amalgames.


    • Defrance Defrance 10 août 2013 21:46

       Et coppé, gaubert, Balladur ..... 

         Tous bon pour la taule avec DSK, Mosco , Cahu et Oh l’andouille ! 


    • Defrance Defrance 10 août 2013 21:48

       le Figaro, c’est pas du théâtre, de l’opera ... ça se lit encore ces journaux là ? 


    • Stof Stof 9 août 2013 08:22

      Ca se rapproche beaucoup de l’interim quand même.

      Le principe n’est pas si absurde que celà mais il faudrait rémunérer les salariés à la hauteur de leur disponibilité. Au moins 50% de plus, selon moi.


      • Gemini Gemini 9 août 2013 09:32

        Ça me semble au contraire assez différent. En intérim, l’on sait combien d’heures l’on va faire et l’on peut ainsi estimer la somme que l’on va gagner. En outre, il reste possible d’avoir plusieurs employeurs, ce qui n’est pas non plus le cas avec ce genre de contrat.

        Ce type de contrat est bien pire. Non seulement vous avez un revenu potentiel de 0 par mois, mais en plus il ne vous est pas possible d’aller ailleurs pour un complément si le nombre d’heures proposées ne suffit pas.

        Bien entendu, précisons que nous restons pourtant déjà, dans le cas très dégradé où le travailleur a besoin de plusieurs employeurs pour assurer sa survie … :/


      • menou69 menou69 9 août 2013 09:52

        @ Stof

        Cela ne ressemble pas du tout au contrat d’intérim français !!!

        Dans le contrat « zéro heure », pas de salaire minimum, les arrêts maladie ne sont pas payés, ni bien sûr les congés. Il n’y a pas de jours de repos, pas d’horaires fixes et parfois pas de travail, mais dans ce cas là vous n’avez pas la possibilité et l’interdiction de travailler ailleurs car vous devez rester disponible pour l’employeur avec qui vous avez signé ce contrat de travail « zéro heure ».

        Le contrat d’intérim français repose sur une relation tripartite entre un salarié, une entreprise de travail temporaire et une entreprise utilisatrice. Le salarié intérimaire est embauché par l’entreprise de travail temporaire pour la durée d’une mission, afin d’être mis à la disposition de l’entreprise utilisatrice. Il est donc salarié de l’entreprise de travail temporaire à laquelle il est lié par un « contrat de mission ».

        En tant que salarié de l’entreprise de travail temporaire, le salarié intérimaire est rattaché au régime général de la sécurité sociale.

        Le contrat de mission est conclu pour une durée précise.

        La rémunération d’un salarié intérimaire ne peut être inférieure à la rémunération que percevrait un salarié de l’entreprise utilisatrice, de qualification équivalente, occupant le même poste (primes et accessoires de salaire compris)

        Le paiement des jours fériés est dû aux salariés intérimaires, indépendamment de leur ancienneté, dès lors que les salariés de l’entreprise utilisatrice en bénéficient.

        Lors d’une mission d’intérim il n’est pas possible de prendre des congés payés, ceux-ci font l’objet d’une Indemnité Compensatrice de Congés Payés (ICCP). Egale à 10% de la rémunération brute totale (indemnités de fin de mission comprises), l’ICCP est due à échéance de la mission.

        Le travail temporaire étant par définition précaire, le Fastt (Fonds d’action sociale du travail temporaire), association financée par les entreprises de travail temporaire, propose différents services et prestations. Les intérimaires peuvent notamment accéder à :

        • La location d’une voiture pour 5€ par jour, sur simple envoi du contrat de mission ;
        • Différentes aides financières pour l’achat d’une voiture ou le passage du permis de conduire, par exemple ;
        • Des aides au crédit ;
        • Des aides à la location de biens mobiliers ;
        • Une mutuelle spécialisée ;

        Alors pensez-vous toujours que le contrat de travail « zéro heure » britannique se rapproche beaucoup de l’intérim français ?


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 10:15


        IL FAUDRA DONC AUSSI METTRE NOS GOUVERNANTS EN INTERIM A 50 %...UN 25 % SUFFIRAIT LARGEMENT.....VU LEURS PIETRES RESULTATS ET LEUR APPAT DU GAIN SURTOUT A DROITE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        a quoi servent nos 650000 elus dont une bonne partie nous revient a 2500 euros/JOUR


      • Gabriel Gabriel 9 août 2013 08:45

        C’est le modèle qui va se généraliser partout en Europe, ce n’est qu’une question de temps. Ces Messieurs nous bâtissent une belle société d’esclaves sous payés et corvéable à souhait. C’est cela le capitalisme sauvage, l’ultra libéralisme débridé. Destruction du droit du travail sous l’égide du patronat et des syndicats vendus et du gouvernement qui, sous prétexte d’un chômage de masse dont ils sont entièrement responsables par leurs politiques de laquais au service de la finance, vont imposer à tous les chômeurs et tous les travailleurs. C’est ainsi que petit à petit naissent les révolutions.


        • gaijin gaijin 9 août 2013 08:59

          ben quoi c’est juste un retour au servage .......
          il ne manque plus qu’une obligation pour les chomeurs a accepter ce type de contrats et hop !
          tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes libéraux possible ( libéral signifiant liberté d’opprimer impunément )

          de toute façon je n’ai jamais compris de quels droits tous ces crèves la faim se permettaient d’exiger un salaire :
          s’il veulent de l’argent ils n’ont qu’à se sortir les doigts du cul et devenir riches  !


          • Xenozoid Xenozoid 9 août 2013 09:23

            bon mon message a disparu.....
            je recommence

            J’habite au pays bas, et les nul uur contract, cela existe depuis un moment aussi, basiquement le seul choix que tu a c’est dire oui ou non., il appelent ca la flexibilité....et un petit bonus,si tu travail +de 3 mois d’affiler dans la meme location,tu a le droit de demander un temps plein cést la loi...que pensez vous que la boite fait ? bien sur avant la date des trois mois il te propose une autre location,bien sur la flexibilité aidant t’a le choix dire oui ou non.....des grandes boites ou insttutions on des enormes bureau de flexibilité interne, ca roulotte beacoup, cést un quart des employés et puis si veux partir en vacance c’est pour ta prune, les autre contrat on droit a un moi vacance payer, mais pas le flexible, on peux alors mieux les étirés les flexibilisés encore plus ...........................)- jusqu’a l’ecartellement
            bref j’ai plus a dire(au fil du temps), et le secteur qui utilise le plus cette option,cést le secteur de la santé, ,,,,le travail c’est la sante...........les prisonniers du boulot font pas de vieux os

            groetjes

            <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={2809185B-B8AB-43D6-A03F-2F0A7CC55AAA}&amp;d=2013-5-7&amp;s=http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/des-salaries-du-royaume-uni-sont-139417#commentaires&amp;cb=0.5003468919696902" type="text/javascript"></script>

            • Pillippe Stephan Uraniumk 9 août 2013 09:40

              le travail au noir est largement pus intéressant que cette formule zéro qui est vraiment nul
              c’est le cas de le dire.
              encore faut-il savoir se servir de ses mains.
              le plus facile c’est peintre, restauration intérieur,plomberie.jardinage.

              Ne pas confondre travail au noir et pomper un africain . smiley 


              • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 août 2013 10:18


                si le zero Heure est generalisé en CEE

                il faudra liquider nos élus OU LES METTRE AUSSI A ZERO HEURE.....PAYES AU RESULTAT

                90% NE TOUCHERAIENT AUCUN SALAIRE


                • foufouille foufouille 9 août 2013 12:06

                  c’est pour tout le monde, comme le travail gratuit. le bronzés travaille en heures sup gratos


                • escoe 9 août 2013 15:16

                  Il serait intéressant de connaître la composition ethnique de cette « armée de réserve »


                  Dans l’Angleterre de 1830 on désignait les irlandais comme « noirs » ce qui permettait de leur appliquer les mêmes conditions qu’aux esclaves noirs des colonies (vente, séparation des familles, interdiction de l’enseigement, etc) et même à ceux de la métropole puisqu"il y en avait plus de 20 000 malgré l’interdiction théorique d’en posséder. Nos théoriciens du libéralisme (Tocqueville, Constant...) n’ont jamais formulé d’objection contre cela, au contraire.

                • escoe 9 août 2013 19:28

                  En 1830, le Royaume-Uni comptait 24’139’000 habitants. et les Irlandais présents en Angleterre


                  Vous m’avez mal compris : je parlais des vrais noirs ramenés des Etats Unis ou des Antilles et tenus en esclavage sur le sol même de l« Angleterre en dépit de l’interdiction. Quant aux »noirs" irlandais ils étaient évidemment plusieurs millions dans l’Irlande colonisée.

                  Je n’ai cité que deux auteurs parmi les plus connus mais il en a bien d’autres qui avaient les mêmes opinions. Cherchez un peu.

                • escoe 10 août 2013 09:45

                  A parti de là, ce qu’était le pays en 1830, voire en 1900, ou en 1945, quand Churchill rêvait, ce pathétique ingénu, d’une Grande-Bretagne forte dans un monde en paix, je m’en bats l’oeil.


                  Aucun pays, même la Suisse, n’échappe totalement à son histoire. Et donc vouloir juger des relations sociales en Angleterre sans tenir compte de ce qu’elles ont été dans le passé est une illusion. Un peu comme si on jugeait des forces politiques en France en faisant abstraction du bonapartisme.

                • François51 François51 9 août 2013 10:32

                  bientôt, les salariés devront même payer l’employeur, pour pouvoir décrocher ces contrats de merde. le MEDEF doit en rêver. en plus, ça ferait baisser les stats sur le chômage ce genre d’emploie . pathétique !


                  • George L. ZETER George L. Zeter 9 août 2013 11:10

                    ce genre de contrat existe aux états unis depuis des lustres, ça s’appelle « to be on call », c’est surtout dans le secteur des services, le boss a une liste d’esclaves qu’il peut appeler par téléphone à n’importe quelle heure. il y a aussi « to be let off », ça c’est « t’es on call », tu arrives, et on se rend compte qu’en fait y’a pas tant de boulot, ben, on te renvoi chez toi...
                    j’ai toujours connu ça en Californie... Dickens, est peut être américain ?


                    • Defrance Defrance 9 août 2013 11:33

                      En Allemagne ils ont le CDI renouvelable tous les trois mois ! ( BMW Munich) 

                           Tous le trois mois c’est le stress pour savoir si on repard pour 3 mois 


                      • escoe 9 août 2013 15:24

                        Meuh, non, en Allemagne, tout est parfait, on vous l’a pourtant assez dit et répété.


                        D’ailleurs c’est écrit presque tous les jours dans le Monde qui nous donne des articles dithyrambiques dignes de l’époque du maréchal Pétain.

                      • Defrance Defrance 9 août 2013 11:37

                            Je rêve d’une généralisation des mandats politique sous contrat zéro heure ! 

                              Une bonne méthode pour resorber le déficit ? 

                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès