Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Dossier : Pourquoi est-il impossible de sortir de l’UE (...)

Dossier : Pourquoi est-il impossible de sortir de l’UE ?

 Pourquoi l’idée d’une sortie de l’union européenne est-elle si impensable ? Pourquoi nos politiques sont-ils les fervents défenseurs d’une organisation au bilan médiocre depuis 50 ans. Pourquoi se couchent-ils devant la commission européenne. Par quel miracle ? Tentative de réponse en plusieurs parties dont voici la première.

En matière de politique moderne les divergences d’idées constituent la règle éternelle. Pas de désaccord, pas de politique. C’est ce dicton éternel qui prévaut depuis des lustres. Tous les débats et élections sont ainsi une occasion supplémentaire de mesurer les écarts d’opinions entre différents candidats et les multiples partis qui composent le visage de nos démocraties modernes. Même au sein d’une même formation politique les nombreux courants en présence accentuent l’idée qu’un consensus général sur tel ou tel sujet est impossible à obtenir. C’est en quelques sortes une loi mathématique et statistique.

Si 90% des membres d’un parti sont d’accord sur tous les sujets ou obtiennent un consensus immédiat sur un projet de loi quelconque, c’est que les membres du parti n’ont pas d’autre choix possible et que le système politique et décisionnel bloque tout. C’est un principe indéniable car il est historiquement, sociologiquement et psychologiquement impossible que 100% d’une population de quelque organisation que se soit obtienne d’emblée un accord. Inévitablement des divergences se feront entendre. Rien ne sera gagné d’avance ou obtenu rapidement. Taxe carbone, TVA, aides publiques, réforme de la retraite, du temps de travail légal ou de la sécurité sociale, tout examen de ces questions provoquera à coup sur des débats houleux, des tempêtes médiatiques et des ultimatums divers et variés. Faut-il réintégrer la structure de commandement de l’OTAN, faut-il renforcer les troupes française en Afghanistan, comment répondre aux crises humanitaires africaines ou aux ambitions nucléaires de l’OTAN ? Que faire face à la mondialisation ou au réchauffement climatique. ? Comment combattre le terrorisme. Autant de sujets ou les candidats ne seront pour ainsi dire jamais d’accord, aussi bien entre partis opposés qu’en interne sans d’intenses discussions qui peuvent parfois durer des années.

En revanche, il est un sujet sur lequel de façon certaine, la quasi-totalité des membres des élites politique, qu’ils aient des ambitions présidentielles ou non exprimeront le même avis. Ils ne ménageront pas leurs efforts pour le faire entendre chaque fois qu’une échéance électorale de grande envergure se profilera à l’horizon. Les candidats aux présidentielles ne cesseront pas de réitérer leur soutien indéfectible à une organisation au bilan médiocre : l’union européenne. Malheur à celui qui critiquera beaucoup trop cette union ou s’opposera à son existence.

En matière de politique européenne, pour les politiciens, il ne s’agit ni plus ni moins qu’un concours de séduction où le but affiché est de crier le plus fort possible son attachement et son amour à cette union européenne. De ce fait, l’oral devant les élites pro-européennes devient un passage obligé pour tout présidentiable. Une opération séduction des lobbies qui constituent une force qu’il ne faut pas négliger.

Sept mois avant le début officiel de la campagne présidentielle de 2007 en France, alors même que Ségolène Royal bataillait pour remporter les primaires au sein du Parti Socialiste et que Nicolas Sarkozy écartait sans effort les ultimes remous de Dominique de Villepin et Michel Alliot-Marie à l’UMP, les deux candidats au poste ultime de ces deux grands partis potentiels paradaient déjà devant les lobbies européens afin d’exprimer leur vision de l’Europe.

C’est ainsi que dès septembre 2006 institutionnels, fonctionnaires, diplomates et chercheurs européens s’étaient réunis par le biais du cercle de réflexion "Friends of europe" et la Fondation Robert Schuman dans leur fief bruxellois pour écouter Nicolas Sarkozy donner son plan pour l’avenir de l’union européenne. Une grande occasion de rassurer les lobbyistes en présentant sa vision de l’Europe. Pour lui les mesures qui, "en dépit du rejet français (...), avaient fait l’objet d’un large consensus lors de la campagne référendaire, adoption d’un "mini traité" pour les réformes les plus urgentes, révision du fonctionnement de la Commission européenne, changement des règles de l’unanimité pour remédier à la paralysie de l’Europe élargie, "étaient les chantiers importants qu’il s’attacherait à entamer si il parvenait à être élu président « C’est le premier homme politique français qui propose une sortie de crise" analysa Guillaume Durand, politologue à l’European Policy Center, l’un des think tank les plus influents à Bruxelles. "Il a exposé sa vision de l’intégration européenne sans rentrer dans le débat fédéraliste. Cela a suffit à mettre la moitié de la salle en extase" ajouta-t-il.

Quant à Ségolène Royal, qui passa aussi sur le grill, elle annonça d’abord qu’elle serait là avant tout pour écouter préférant ne prendre aucun risque consciente de la fracture entre les électeurs PS ayant voté non au referendum sur la constitution européenne de 2005 et la volonté des lobbyistes pro-européens. Elle à donc opté pour un statu quo alors que toutes les élites se posent la même question : quel avenir pour l’Europe ? Ils attendaient des réponses qui allaient dans leurs sens et l’attitude de Ségolène les a contrariés. Accompagnée par Michel Rocard et Gilles Savary caution pro-européennes de longue date, elle à ainsi failli d’entrée à rassurer les élites Bruxelloises. "Après le discours de Sarkozy, la réaction de Ségolène Royal fait forcément un peu sourire. Si elle en est au stade de se forger une opinion sur l’Europe cela ne fait pas très sérieux déclare encore Guillaume Durand. La conférence de presse qui avait été annoncée après son oral face aux friends of europe avait de surcroit été annulée, afin de ne pas, selon son porte-parole Georges Savary « s’exprimer (…) sur un sujet de cette importance en 30 minutes ». Pas de vision européenne de Mme Royal présidente de la république française. C’est ce que les média et les lobbies auront retenu. Les propos échangés avec les journalistes, présents à la sortie de son rendez-vous avec Josep Borrel lauréat du prix de la carpette anglaise, un prix d’indignité civique, attribué à un membre de « l’élite française » qui s’est particulièrement distingué par son acharnement à promouvoir la domination de l’anglo-américain en France au détriment de la langue française, ont inquiété les pro-européens. Selon la candidate à la candidature, « c’est une erreur de mettre la réforme des institutions comme préalable à la définition des actions européennes et à la définition d’un avenir pour l’Europe » (…) et « Il faudra un nouveau traité et surtout un traité social. L’Europe actuelle n’a qu’une jambe économique. Sans sa deuxième jambe sociale, rien n’est possible. » .

Autrement dit Ségolène Royal proposait de ne rien faire et de continuer à réfléchir à une autre Europe. Des propos inacceptables pour le lobby qui a choisi son candidat : Nicolas Sarkozy. Consciente de son échec elle propose un mois plus tard le 12 octobre son propre programme pour l’Europe. "Je veux, si je suis élue, remettre l’Europe en mouvement, lui redonner un souffle", a-t-elle assuré. "Je veux que l’Europe avance par la preuve et l’action, il faut construire l’Europe des gens, qui réussit à lutter contre le chômage, contre la vie chère, contre toutes les formes de précarité". La candidate socialiste, a également déclaré qu’elle demanderait à l’Europe de relancer la Constitution européenne si elle était élue". Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius n’ont pas non plus osé critiquer l’Europe plus que ça. « L’Europe par la gauche », pour Laurent Fabius, l’Europe par le compromis et la relance de l’axe franco-allemand’, selon Dominique Strauss-Kahn". Alors que l’Europe fut un sujet de divorce au sein du PS au moment du referendum sur la Constitution européenne de 2005, le modèle de construction de cette organisation fait désormais consensus. DSK avait jugé, urgent de négocier un nouveau traité d’ici à 2008. 

La perspective d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne a aussi très vite mis en lumière la position intenable de Ségolène Royal. Raillée pour avoir expliqué auparavant que, sur l’adhésion d’Ankara, son avis sera celui des Français, elle à entretenu le flou sur ses convictions personnelles comme paralysée par l’idée de contredire les électeurs socialiste en majorité contre l’entrée de la Turquie. Pour Besancenot et l’extrême gauche d’une manière générale l’Europe doit être anticapitaliste mais là encore très peu de remise en cause de sa légitimité. En ces temps de difficulté pour le projet européen, il est donc indispensable de rester fidèle à cette idée d’union européenne et ce quoi qu’il arrive. Pas question de remettre en cause l’existence de l’union, pas question de trop la chambouler, pas question de trop se mouiller au risque d’être rangé dans le même camp que ceux qui prônent le démantèlement de l’union européenne, le camp de l’extrême droite. Comment expliquer cette situation, comment se fait-il que personne dans le débat politique crédible n’exprime une remise en cause totale de la construction européenne. Comment se fait-il que personne ne dise clairement que peut-être, cette union tant rêvée ne mène à rien. Les divergences existent mais sur des points de détails qui ne représentent pas vraiment de freins énormes ou de profondes remise en cause de la machine européenne. Une situation incompréhensible, d’autant plus que les désaccords sont conséquents sur la quasi- totalité des autres problèmes auxquels le France est confrontée. La politique européenne a déraillé, le poids de l’Europe est faible d’un poids de vue diplomatique, elle marche sur la tête et la majorité des citoyens sont conscient que la construction européenne présente un bilan médiocre de nature à remettre en cause l’idée même de l’UE. Pourquoi nos élites s’acharnent-elles à défendre cette entité sclérosée avant même d’avoir commencé à véritablement exister et alors que le divorce avec le peuple est consommé ?

La suite au prochain épisode...


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • non667 12 novembre 2010 12:11

     à darwa
    "Pourquoi l’idée d’une sortie de l’union européenne est-elle si impensable "
    question stupide :
    comme si on questionnait : pourquoi est - il impossible de faire du capitalisme en pays communiste ?
    et vice versa

    =comment faire du nationalisme sous dictature mondialiste ?


    • plancherDesVaches 12 novembre 2010 13:04

      Non667. Tiens, je connaissais un 666... smiley

      Il est surtout intoxiqué par le diviser pour mieux régner.
      Il n’a pas dû voir que nous étions dans une « légère » crise économique qui n’a pas encore donné toute sa mesure.
      La suppression du social par les états n’étant qu’une « mise en bouche ».

      S’il avait un minimum de souvenirs et d’objectivité, il se serait rendu compte qu’il n’a même pas fallu une année Après-Lehman pour que se créent :
      - le BRIC,
      - l’accélération du processus de la Banque Centrale Eur.. pardon : du Golfe, copiée sur le fonctionnement de la BCE,
      - l’accord SUCRE en Amérique du sud afin de se séparer du dollar,
      - l’accélération de la consolidation de l’ASEAN (pays asiatiques) en libre échange et libre circulation des capitaux comme au sein de l’Europe, soit aussi un coup de pied au cul phénoménal à l’OMC et sa branche politique l’OCDE.

      Il se serait posé la question de savoir pourquoi les 3/4 des gros pays du monde copient le fonctionnement de l’Europe en rassemblant leurs forces économiques afin de résister à la tempête et, mieux, essayer de fixer leurs monnaies tout comme cela à été fait en Europe par une monnaie commune.
      En zone économique, bien sûr. Les Anglais ne sont concernés.

      Donc, je demande à l’auteur qui aura bien du mal à me répondre : pourquoi vouloir dire que la crise économique mondiale est de la faute de l’Euro (alors qu’un paquet de pays sont en train de nous copier) et que ça pourrait aller mieux en le lâchant... ???

      Attention : je connais l’argument idiot qui consiste à dire qu’il faut dévaluer comme les autres.
      Mais ça, la zone Euro y viendra de toute façon AUSSI comme les autres et malgré les Allemands qui ne pourront plus exporter.


    • plancherDesVaches 12 novembre 2010 13:07

      Auteur... : n’oublies jamais soros qui a tué l’Angleterre en 1993...

      Il est dans l’ombre et n’attend que ta petite monnaie.


    • minusabens 12 novembre 2010 12:37

      Bonjour Darwa

      Je respecte votre opinion sur l’Union Européenne.

      En revanche, votre titre est inexact. Depuis la ratification par les 27 du traité de Lisbonne il est contractuellement possible de sortir de l’Union Européenne, l’article 50 du TUE le permet. Que ceci vous paraisse impensable est une opinion que vous motivez, à votre convenance, selon une analyse que je ne considère pas dans ce commentaire ce qui ne signifie que je ne la condamne ou l’accepte, mais que cette question mérite un débat particulier.

      Il est également inexact de prétendre que les états membres se couchent devant la Commission. Vous semblez victime de cette propagande hypocrite qui a toujours consisté à faire passer sur le compte de la Commission les décisions prises par le Conseil européen [lequel rassemble les chefs d’état et de Gouvernement qui définissent les orientations et les priorités des politiques générales (art. 15 du TUE)] et mises au point par le Conseil qui réunit les ministres les états membres habilités à définir les politiques et à les coordonner dans l’état qu’ils représentent (art. 16 du TUE).

      La commission n’est que le prolongement du Conseil (art. 17 du TUE). Elle est chargée de veiller à la bonne application des décisions adoptées dans le cadre du fonctionnement de l’UE par le Parlement et le Conseil qui votent les actes législatifs nécessaires à l’harmonisation des politiques de chaque état membre dans le domaine des compétences exercées par l’Union.

      Il est faux de croire que la Commission est « l’exécutif » de l’UE comme on l’entend souvent : c’est un exécutant qui peut, en toute indépendance pour ne pas subir l’influence de tel ou tel autre état membre, recourir aux moyens de contrôle et à l’arsenal de contrainte légaux dont il est doté pour remplir sa tâche : exécuter les décisions prises et appliquer les politiques décidées par le Conseil.

      Lorsque vous reprochez l’autorité de la Commission vous donnez crédit aux déclarations hypocrites des Gouvernements successifs qui refusent d’endosser la responsabilité de leur propres décisions. Vous faites ainsi le jeu de politiciens lâches et irresponsables qui ne sont pas dignes de leur fonction. La Commission a le dos large.

      Votre propos est donc, de ce fait, inapproprié et mal informé, ce qui, je présume, n’est pas votre objectif.

      Je comprends votre ras-le-bol mais ne vous trompez pas de responsable et n’induisez pas vos semblables en erreur. Votre bonne foi en souffrirait et, j’en reste convaincu, vous êtes un citoyen respectable et intègre, victime, comme la plupart d’entre nous, de la méconnaissance du sujet mais aussi des médias qui privilégient la quantité de désinformation à la qualité de l’information dont ils devraient être le lien entre la source et le public auquel elle est destinée.

      Bonne journée.     


      • kama kama 12 novembre 2010 12:55

        Enfin......merci !


      • plancherDesVaches 12 novembre 2010 13:34

        Minusabens, il est maintenant connu et reconnu que l’Europe est dirigée par les US par l’intermédiaire de l’Angleterre.
        Comme beaucoup d’autres pays sur terre, me direz-vous.

        Mais ça commence à nous peser.


      • La Botte secrète 12 novembre 2010 14:34

        Bonjour,

        Je n’arrive pas à savoir quelle pensée l’auteur de ce article a essayé de transmettre.

        Cependant qu’il soit pro ou anti-européen, il me semble que pas mal d’erreurs se sont glissés dans votre analyse.

        Tout d’abord, je réponds simplement aux questions que vous posez dans votre introduction :

         Pourquoi l’idée d’une sortie de l’union européenne est-elle si impensable ?

        > Parce que les médias nous formatent à cette idée. Pas un seul intervenant à la télévision, à la radio où nulle part ailleurs ne fait publiquement part de son hostilité au projet européen. Être contre l’UE ce serait donc être contre l’ensemble des experts, ce qui est une pensée qui permet aux pro-UE d’ôter toute crédibilité à l’idée même de sortie de l’UE. Cette idée paraît donc impensable.

        Pourquoi nos politiques sont-ils les fervents défenseurs d’une organisation au bilan médiocre depuis 50 ans ?

        > Parce que pour arriver au pouvoir il faut être d’accord avec ce projet et montrer patte blanche, sinon l’on ne bénéficie pas de tous les avantages à être au sommet de la pyramide. Parce qu’ils font carrière ils doivent donc être pour l’UE.

        Pourquoi se couchent-ils devant la commission européenne. Par quel miracle ?

        > Cela ne tient en rien du miracle, c’est la simple résultante des traités que la France a ratifié et qu’elle se doit donc d’appliquer. La commission européenne est la patronne, contester son autorité serait donc contraire aux traités signés.

        Quant à votre passage sur Besancenot ci-après, il est tout bonnement ridicule.

        "Pas question de remettre en cause l’existence de l’union, pas question de trop la chambouler, pas question de trop se mouiller au risque d’être rangé dans le même camp que ceux qui prônent le démantèlement de l’union européenne, le camp de l’extrême droite"

        De un, l’extrême droite française ne prône pas la sortie de l’union européenne. Le bloc identitaire y est absolument favorable ainsi que le FN, qui lui était même favorable à l’euro avant que cela ne devienne une lubie de Marine que de le dénoncer.

        De deux, si Besancenot est pour l’Europe, c’est avant tout parce que c’est un petit bourge internationaliste favorable au système. Les dénonciations tonitruantes de Besancenot n’ont aucune prise sur la réalité car les solutions qu’ils proposent sont soit inacceptables et inapplicables soit vont dans le sens de ceux qu’il prétend combattre, à savoir le grand capital, favorable à l’immigration/au mondialisme.
        Besancenot est l’idiot utile du grand capital, il est donc logique qu’il soit favorable à l’UE, ça ne surprendra personne ici.

        Enfin votre récit des propos européistes des candidats à la présidentielles de 2007 est d’une mièvrerie sans pareille. Qui s’intéresse encore à la parole de ces gens ? Tous sont favorables au système, vous nous faites une analyse à la Christophe Barbier, tout sur la forme et rien sur le fond du problème.

        Au fait, le seul parti qui prône une sortie de l’Union Européenne n’est ni d’extrème droite, ni de gauche ; c’est un parti de rassemblement en vue justement de sortir de l’Union Européenne.
        Je vous permets de vous transmettre le lien vers leur site internet afin que vous vous rendiez compte que l’idée de sortir de l’UE, n’est en aucun cas d’extrême droite.

        http://www.u-p-r.fr/



        • jaja jaja 12 novembre 2010 16:54

          L’UPR si nationaliste avec à a tête un vrai grand bourge sorti du sérail est-elle pour le seul vrai changement ? La prise du Pouvoir par le peuple travailleur donc l’abolition de la propriété privée des moyens de production et des banques ? L’égalité sociale entre toutes et tous ? Bien sûr que non... Sous couvert de rendre son pouvoir à la Nation c’est à ceux qui se prétendent nos maîtres, les capitalistes « Français » que ces gens sont dévoués. Rien de nouveau sous le soleil de ce côté brun de l’échiquier politique.

          Si les travailleurs s’emparent du pouvoir par la Révolution croyez-vous qu’ils respecteront les lois de la Commission européenne. Oui ce que prône le NPA est inapplicable tant que les travailleurs ne se seront pas soulevés mais quand cela se fera, à l’échelle européenne si possible (ou du moins dans un certain nombre de pays) ces lois de la bourgeoisie ne seront plus que chiffons de papier.

          A noter que « l’anti-système » UPR est aussi complètement absente de la lutte contre le « grand capital » notamment lors du mouvement contre la « réforme » des retraites.

          Une petite touche de ce parti raciste aussi contre nos camarades immigrés. Bref un mouvement qui peut obtenir le soutien d’une fraction de la bourgeoisie impérialiste française opposée à l’impérialisme américain.

          Aura-t-elle besoin du bouffon Asselineau ? C’est une autre question...


        • jaja jaja 12 novembre 2010 16:58

          Tiens moi aussi comme l’enfumeur UPR un peu de pub :

          http://www.npa2009.org/


        • La Botte secrète 12 novembre 2010 22:39

          Prêcher pour votre paroisse est tout à fait votre droit.

          Cependant vos positions ne rallieront jamais une majorité car vous excluez la majorité de la population de votre projet politique.
          Vous êtes un révolutionnaire de manifestation comme la plupart des gens aux NPA. D’ailleurs étant donné la surpopulation de bobos et de fonctionnaires et l’absence totale d’ouvrier ça n’est pas étonnant.

          Comme je l’ai déjà dit, vous êtes les idiots utiles de la droite des affaires mondialiste que vous prétendez combattre.

          Le combat pour que la France retrouve sa souveraineté est bien plus important que vos petites chamailleries de lutte des classes. Cette lutte l’est d’autant moins qu’au final votre combat aura eu beaucoup moins d’effet sur le bonheur des classes les moins biens loties que celui du retour de notre indépendance, qui permettra de mettre en place des réformes rendant au peuple français certaines prérogatives pour améliorer leur condition en rejetant la mondialisation marchande anglo-saxonne.

          Sur la question de la grève vous me faites bien rire, qu’est-ce que vous allez changer ? L’augmentation de la durée de cotisation est une volonté européenne. Tant que vous ne prônez pas sa sortie vous êtes dans l’incohérence.

          Pour votre gouverne, j’étais contre la réforme des retraites. C’est une mesure économiquement incohérente avec le taux de chômage des jeunes, ce qui suffit à ne même pas en discuter et à la rejeter d’un revers méprisant de la main.


        • jaja jaja 12 novembre 2010 23:09

          Idiot utile de la droite des affaires ce n’est donc pas Asselineau, ex directeur de cabinet de Charles Pasqua et candidat de Tibéri à Paris. Deux repris de justice, affairistes et valets de ce « grand capital » que vous dites soutenu par ceux qui justement le combattent et qui n’ont jamais mis un doigt de pied dans ces combines.... Qui peut croire que ce Monsieur était ignorant de leurs turpitudes ?
          N’a t-il pas également servi Sarko tout en promettant d’aider alors « nos » entreprises ? C’est-à-dire d’être officiellement au service de ce capitalisme dont vous accusez malhonnêtement Besancenot d’être l’idiot utile !

          Par ailleurs vous connaissez très mal la sociologie du NPA qui n’est plus celle de la Ligue. Il y a des études sur le sujet. Libre à vous de vous y reporter....


        • Shaytan666 Shaytan666 13 novembre 2010 11:10

          l’abolition de la propriété privée

          Un grand comique ce Jaja, il va donc confisquer au profit des « travailleurs » toutes les petites maisons, pavillons de banlieue etc...acquis par d’autres travailleurs après une vie de dur labeur.
          Faut arrêter l’herbe de Provence hein !


        • Lucho 13 novembre 2010 14:55

          François Asselineau a quitté le cabinet de Charles Pasquat bien avant ses problèmes avec la justice


        • jaja jaja 13 novembre 2010 16:08

          Mon cher Shaytan les moyens de production ce ne sont pas les pavillons de banlieue. Avant d’attaquer bêtement achetez vous un dictionnaire pour bien comprendre ce qui est écrit par ceux avec qui vous n’êtes pas d’accord.
          Par ailleurs je suis tout à fait pour que chacun ait un toit bien à lui qu’aucun huissier ne puisse jamais lui retirer...
          Ce qu’on peut lire comme conneries....


        • Shaytan666 Shaytan666 13 novembre 2010 20:10

          Jaja, vous avez quand même bien écrit « abolition de la propriété privée » je n’ai rien inventé.
          C’est quoi pour vous la propriété privée, pour moi c’est un bien n’ !importe lequel qui vous appartient en pleine propriété, que ce sot une petite maison ou un château, un lopin de terre ou 200ha.
          Je ne sais qui de nous deux doit consulter un dictionnaire !
          Sur ce une bonne soirée quand même  smiley


        • jaja jaja 13 novembre 2010 20:27

          Voila exactement ce que j’ai écrit « ...donc l’abolition de la propriété privée des moyens de production et des banques ».
          Je pense que c’est clair.... Votre formulation n’est une simple et grossière déformation des mes propos.


        • Shaytan666 Shaytan666 14 novembre 2010 10:23

          Comme je suis bon joueur, je reconnais humblement avoir mal interprété votre phrase, je vous prie donc d’accepter mes plus plattes excuses. Dont acte.


        • non666 non666 12 novembre 2010 15:30

          En fait dire qu’il n’est pas possible de sortir de l’union europeenne est la methode du docteur coué des lobbies qui veulent nous y enfermer.

          Cette « vérité » suppose que l’on accepte l’ordre legal en cours et que personne ne le remette en cause.

          Or cet ordre s’est imposé CONTRE la volonté du peuple SANS que le conseil constitutionnel n’ait pu donner son avis par faute de députés et de senateur en nombre suffisant pour lui demander de se prononcer....
          Ce qui signifie que contrairement à la constiutuiton qui prevoit que la souveraineté du peuple ne peut etre confisqué par un groupe, 700 députés et senateurs felons aient pu nous enchainer dans ce texte CONTRE notre avis.

          Que vaut leur signature ?
          RIEN si on le decide.
          Que peuvent faire les racailles de Bruxelles ?
          RIEN si on commence a decouper sous la guillotine tous les signataires de cette infamie pour montrer notre mecontentement...
          En fait les travestis en robes noires CROIENT que la chose , une fois signée vaut mandat ad vitam eternam et que le peuple ne pourra briser ce chiffon de papier.
          Ils agitent donc une supposée hostilité des autres peuples qui seraient (selon eux) tous des defenseurs acharnés de cette felonie alors qu’il s’agit uniquement de l’opinion des ceux qui controlent les medias.....


          Le texte est brisable, comme l’adhesion au commandement intégré de l’OTAN, la soumission aux directives du FMI pour sauver le dollar moribond, l’adhesion deja preparé de la Turquie et d’israel a l’espace europeen....
          Ils agitent des fils et des liens qui n’ont comme valeur que celle que NOUS leur donnons...

          A la Liberation, il faudra les egorger comme des porcs, apres jugement devant le peuple, cela va sans dire.


          • LE CHAT LE CHAT 12 novembre 2010 15:35

            t’as raison mon pote , il n’y a pas de fatalité , et rien n’est gravé dans le marbre !
            il suffit juste que le peuple dise merde une bonne fois pour toutes aux eurocrates qui nous sucent le sang et que l’on redevienne maitres de notre destin !


          • Chris du Fier Chris du Fier 12 novembre 2010 20:09

            non666 est radical. Ressortons la guillotine !!!!

            Question d’ éfficacité je préfère la 12/7 dans les rues.. Au moins ça colore les murs.

            Au fait, combien étiez-vous pour manifester contre l’ infâmie de nos élus à Versailles pour enterrer le référendum de 2005 ?...

            J’ espère que tu étais devant pour mener le bal..

             


          • La Botte secrète 12 novembre 2010 22:15

            En effet, c’est une contribution un peu violente. Il faut garder la tête sur les épaules, même si la colère est énorme, partagée et compréhensible.


          • La Botte secrète 12 novembre 2010 23:04

            Et malgré ça vous persistez à vouloir rester dans l’UE...


          • jaja jaja 12 novembre 2010 23:16

            Absolument pas ! Cette Europe n’est pas la notre ! Tout comme nous souhaitons détruire le capitalisme à l’échelle de notre pays si les peuples européens peuvent s’en débarrasser à l’échelle du continent c’est encore mieux !
            C’est pourquoi nous souhaitons une Europe des travailleurs !


          • La Botte secrète 13 novembre 2010 01:45

            Et les mecs comme moi faudra les pendre ? Je n’ai ni envie de l’Europe ni du communisme ^^


          • jaja jaja 13 novembre 2010 10:14

            Je ne suis pas pour une société stalinienne et sanglante mais pour l’instauration de la démocratie directe. Que ce soit au niveau politique ou dans l’entreprise chacune et chacun (dont vous) doit pouvoir s’exprimer.
            Ensuite toutes et tous décident....

            Les spectacles de terreur comme ceux connus pendant la Révolution française n’ont qu’un but. Faire oublier au peuple qu’il est tout aussi exploité qu’auparavant. En choisissant quelques aristocrates honnis on lui fait croire que le vieux monde d’exploitation disparait sous la guillotine.
            Dans le même temps on lui interdit de s’organiser en syndicat (loi le Chapelier qui en 1791 proscrit les organisations ouvrières).

            Donc je ne vois pas qui aurait intérêt à vous pendre vous ou votre mentor. smiley


          • kéké02360 12 novembre 2010 22:02

            Si çà n’est pas que des mots , si vous voulez vraiment qu’on sorte de ce merdier , il va falloir remettre de l’eau dans votre vin les gars ( et les filles ) et sortir vite fait du schéma droite/gauche , sinon on va l’avoir tous dans le cul et profond !!!!!!

            A la naissance on est ni de droite ni de gauche et dans leur vie nombre de citoyen(ne)s ont visité pas mal de crêmeries à force de vouloir voter << utile >>  !!!! vous connaissez le résultat !!!

            Aujourd’hui il y a des citoyens de tous bords qui veulent quitter ce système ultra libéral ,pour revenir à un système humain , alors si vous chipotez parceque celle là , celui là est un peu trop rouge , ou trop blanc ou trop rose , ou trop vert .....ou trop riche , ou trop bronzé ou trop croyant ...ou trop instruit ...ou trop ................................................
            Eh bien je préfère vous le dire de suite au final on sera tous un peu trop con ......et c’est les mêmes UMPS et associés qui garderont le pouvoir pour nous exploiter et nous en faire chier un max !!!!

            Oui on peut quitter l’euro et l’europe du fric et faire la 6 ème république , çà n’est possible que tous ensemble , heureusement que certain(e)s l’on déjà compris ! smiley


            • vinvin 13 novembre 2010 03:18

              Et pourquoi ne serait-il pas possible de sortir de l’ UE ?


              Il suffirait si les Français n’ étaient pas des « boeufs » qu’ ils votent en 2012 pour un parti politique désirant quitter l’ UE, au leu de voter toujours pour les même cons du PS ou UMPS, c’ est aussi simple que ça !


              MARINE au secours !...........




              VINVIN.

              • Shaytan666 Shaytan666 13 novembre 2010 11:13

                Mais VINVIN, même Marine ne sortira pas de l’Europe, c’est de la poudre aux yeux, économiquement et techniquement c’est impossible.


              • kéké02360 13 novembre 2010 10:40

                t’as rien compris !!! ....des efforts vainvains  !!!!!


                • Lucho 13 novembre 2010 12:50

                  Vinvin a le droit de vouloir que la France sorte de l’UE. En revanche il est vrais que Marine ne le propose absolument pas. Elle propose des choses qui par ailleurs sont inapplicables sans sortir de l’UE (frontières, francs etc...). Elle joue avec du flou pour attirer les électeurs Eurosceptiques mais en fait c’est une arnaque.


                  • candide candide 22 janvier 2011 14:39

                    @Lucho


                    Elle propose des choses qui par ailleurs sont inapplicables sans sortir de l’UE (frontières, francs etc...).

                    Tiens, l’Angleterre, qui fait parti de l’Europe, a-t-elle l’Euro comme monnaie ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Darwa


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès