Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible. (...)

Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible. Entretien avec Georges Gastaud

Logo ICINITIATIVE COMMUNISTE s’entretient avec Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF. 26 juin 2016 ; Du BREXIT au « FREXIT » PROGRESSISTE, un mode d’emploi possible.


Initiative Communiste : Comment analyses-tu le « Brexit » et comment les progressistes français anti-UE peuvent-ils « rebondir » sur cet évènement ?

Georges Gastaud – Bien entendu, le Brexit n’est pas en lui-même un évènement révolutionnaire ; mais contrairement à ceux qui, en France, nous expliquent que rien ne sera jamais assez beau tant que la dictature du prolétariat ne nous aura pas été fournie sur un plateau, c’est un maître coup de pied au c.. du peuple britannique, spécialement des milieux populaires, aux « élites » européistes, à la City, qui était pour le « remain », à la majorité du parti tory et aussi à la direction travailliste qui a tellement laissé casser de choses en Angleterre que le « Labour » en est à considérer l’ultralibéralisme bruxellois comme un moindre mal !

Georges Gastaud, livre marxisme et universalismeEn réalité, une masse d’ouvriers et de « petites gens » qui REFLECHISSENT et qui, contrairement à certains membres des « couches moyennes supérieures », sont habitués à faire leurs comptes au lieu d’admirer dans la glace leur belle image d’ « Européens-modèles », ont compris que l’UE est entièrement tournée contre leurs intérêts et aussi, tout bonnement, contre le droit élémentaire de chaque peuple à disposer de soi. Ces prolétaires britanniques que les euro-médias présentent odieusement comme des benêts, sont politiquement plus conscients que nombre de pseudo-marxistes français qui n’ont toujours pas compris que l’UE est irréformable du dedans. Honneur aussi aux communistes du CPB qui ont milité contre l’UE tout en dénonçant les xénophobes qui ont pollué la campagne. Mais si ces réactionnaires ont un impact de masse, ce n’est pas par la faute des militants progressistes qui ont milité pour la sortie britannique ; c’est parce que depuis trente ans, la bourgeoisie britannique – conservateurs et « New Labour » en tête – ont utilisé la « libre » circulation de la main-d’œuvre est-européenne (chassée de Pologne, de Bulgarie, etc. par la destruction de l’industrie socialiste) comme un moyen de dynamiter les ultimes acquis sociaux qu’avait laissé subsister le duo Thatcher-Blair ; et c’est aussi parce que la fausse gauche britannique a, comme partout, abandonné à la réaction, aux Johnson et autre Farage, la légitime défense du droit du peuple britannique à s’autodéterminer. Malgré une énorme campagne d’intimidation, le peuple travailleur anglais a réagi comme les Français en 2005 : en se cabrant contre le lavage de cerveau européiste !

En réalité, les plus « embêtés » aujourd’hui, et tant mieux, ce sont les milieux dirigeants du Labour qui n’auront désormais plus d’excuse pour imiter Tsipras en se déclarant impuissants à appliquer leur programme social. Désormais la classe ouvrière britannique va pouvoir régler ses comptes avec « sa » bourgeoisie et avec « sa » social-démocratie sans que les politiciens londoniens puissent ouvrir le parapluie bruxellois et alléguer leur « impuissance ». Bien entendu, toute une partie de la bourgeoisie « bréxiteuse » va chercher à aggraver le thatchérisme, mais pourquoi sous-estimer les ouvriers anglais, fondateurs du syndicalisme moderne, dont les traditions de classe ne sont pas éteintes ?

Peu avant le succès du Brexit, et alors que M. Pierre Laurent appelait sans honte les Britanniques à rester dans l’UE (on ne préside pas un « parti européen » impunément…), j’avais condamné cette ingérence et, si faible que puisse être mon appel à la contre-ingérence, j’avais publié une lettre intitulée « British people, pull out first ! » (MM. les Anglais, sortez les premiers !). Dans cette lettre aux amis britanniques, je disais mon espoir de voir les peuples du continent rejoindre les Anglais à l’extérieur de cette prison des peuples qu’est l’UE/OTAN. Non pas pour s’isoler les uns des autres mais pour flanquer à la poubelle la très totalitaire « économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » (cœur du Traité de Maastricht) et pour coopérer librement entre eux sur des projets d’intérêt commun, tout en s’ouvrant au monde entier qui comporte, rappelons-le, cinq continents (en réalité, le repli sur un continent, c’est l’UE !)…

Cessons de confondre l’Inter-nationale progressiste, qui suppose l’égalité et la coopération entre les nations souveraines, avec la « Supranationale » agressive de l’UE, de l’OTAN et du Traité transatlantique. Cessons aussi, en sens inverse, de confondre le très légitime patriotisme de peuples qui tiennent à leur souveraineté, à leur langue maternelle, à leur culture, à leur histoire spécifique, avec le « nationalisme ethnique », le racisme, le communautarisme, qui sont des armes de ladite Supranationale capitaliste pour diviser les travailleurs. Dans mon livre Marxisme et Universalisme (Delga), dont l’Humanité n’a toujours pas signalé l’existence, j’ai démontré que le patriotisme républicain ne s’oppose pas à l’internationalisme prolétarien mais au nationalisme raciste, comme l’internationalisme prolétarien ne s’oppose pas au patriotisme mais au mondialisme impérialiste piloté par l’Oncle Sam avec sa langue unique, sa culture unique, sa politique et son économie uniques, étouffantes, « globalitaires ». Pour s’en apercevoir, il suffit de procéder à une analyse marxiste, c’est-à-dire à une analyse de classe et matérialiste au lieu de s’en tenir à des entités creuses comme « le » patriotisme et « la » solidarité internationale. Pour quelle classe et contre quelle classe, voilà comment les militants du mouvement ouvrier doivent se positionner sur les questions du « patriotisme et de l’internationalisme » !

Concernant la France, nous devons promouvoir un « Frexit » progressiste ou plutôt un FRECSIT : Franche Rupture avec l’Europe Capitaliste Supranationale à l’Initiative des Travailleurs. Tout d’abord en combattant le mensonge discrédité du PS et du PCF-PGE sur l’invraisemblable « réorientation progressiste de l’euro » dans le cadre de l’UE dictatoriale. Mais comment attendre une analyse objective de tel ou tel parti français affilié à un Parti Européen dûment enregistré et stipendié par Bruxelles pour promouvoir la « construction » européenne ? En réalité, jamais la direction du PGE et ses pseudopodes « nationaux » ne renonceront à l’énorme mensonge « alimentaire » sur l’ « Europe sociale » ! Déjà de tels partis ont vingt ans de retard sur la masse des ouvriers qui, dès qu’ils ont l’occasion de voter sur l’Europe (Maastricht ou constitution européenne), votent massivement contre.

Mais, outre les raisons humaines qui nous font nous combattre ce parti d’extrême droite travesti en agneau républicain, il faut aussi dénoncer le FN sur la question européenne : en aucune façon, le FN n’est radicalement euro-critique. Mme Le Pen réclame bien un référendum sur l’UE mais elle se garde bien de dire qu’elle appellerait à voter pour la sortie si elle était présidente. Des millions de gens ont entendu comme moi, en mai dernier Mlle Maréchal-Le Pen déclarer à la matinale de France-Inter qu’une fois parvenu au pouvoir, le FN exigerait des concessions de l’UE (sur le dos des immigrés…) puis que, comme l’a fait David Cameron, il soumettrait ensuite cet accord à référendum ; et si l’accord lui paraît bon, le FN appellera alors à rester dans l’UE… comme l’a fait Cameron. Bref, en réalité, sur cette ligne extrêmement tortueuse, le FN n’est pas dans le camp des vainqueurs du Brexit, comme aucun journaliste bourgeois ne le remarque, mais dans celui de Cameron, qui a perdu la partie ! En réalité, les homologues « souverainistes » du FN sont au pouvoir à Varsovie, à Budapest, dans les Pays baltes, ils ont longtemps été associés à Berlusconi en Italie, et nulle part ils n’ont retiré leurs pays respectifs de l’UE ! En outre la Realpolitik commande et pour être élue présidente et disposer ensuite d’une majorité parlementaire, Marine Le Pen devrait nécessairement pactiser avec les députés LR : et sur quoi alors le marché politique porterait-il si ce n’est sur le maintien de la France dans l’euro et dans l’UE – qui est la principale pomme de discorde apparente entre ces deux partis rivalisant de xénophobie et de surenchères anti-CGT ? En réalité, nous le répétons, la « sortie concertée de l’euro » de MLP est un piège à gogos. En réalité, la pseudo-« sortie » lepéniste de l’euro n’est qu’une monnaie d’échange électorale et politique entre les LR et le FN qui servent la même classe capitaliste antipatriote : le rôle conjoint de ces partis du grand capital est de badigeonner de tricolore une politique antifrançaise d’intégration euro-atlantique foncièrement antisociale et antidémocratique qui détruirait la France du CNR et de 1789 tout en la déshonorant.

IC – Concrètement, que va faire le PRCF ?

visuel pétition pour un referendum facebookGeorges Gastaud : Il va pousser sa pétition, ouverte à d’autres progressistes, visant à imposer un référendum POUR POUVOIR DIRE NON à l’UE et à l’euro. Les premières 4000 signatures faites au porte-à-porte dans les quartiers populaires, seront prochainement portées aux autorités.

Avec ses partenaires de la « Table ronde », le PRCF prendra des initiatives pour que monte l’exigence d’une sortie progressiste de l’UE.

Nous apprécions par ailleurs la formule actuelle de Jean-Luc Mélenchon, « l’UE, on la change ou on la quitte ! » : c’est objectivement un pas en avant vers une position radicalement eurocritique, mais nous n’en maintenons pas moins notre analyse : « sortir des traités » sans « sortir de l’UE », outre que ce n’est pas clair politiquement et juridiquement, ce serait prendre le risque d’enlisement pour un pouvoir progressiste qui, dès sa prise de fonction, doit absolument se donner les mains libres, fût-ce par une proclamation nécessairement unilatérale d’indépendance (suivie des actes nécessaires), pour changer la société avec détermination et mériter la confiance et l’engagement populaire. Du moins devrait-il y avoir un très large débat sur cette question (changer l’UE est-il possible ?) qu’il serait démobilisateur de pousser sous le tapis pendant la présidentielle : en débattre très largement serait au contraire, tout en gardant des positions diverses, un puissant levier de mobilisation plurielle  : quant au PRCF, il est d’une absolue sérénité sur le fait que l’implacable évolution de l’UE, dont le mouvement vers la dictature ultra-patronale et germano-centrée n’a pas de marche arrière, démontrera de plus en plus qu’il n’y a pas d’autre issue que les « quatre sorties : de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme ».

Mais débattre ne saurait suffire. De plus, les élections dans le cadre de la démocratie bourgeois de plus en plus fascisée (cf la récente prétention de Hollande-Daladier à interdire une manif inter-confédérale), elles ne sauraient être l’alpha et l’oméga d’une dynamique progressiste dont le plus attardé des antimarxistes doit constater que son épicentre est dans le mouvement ouvrier de classe, comme l’a montré la mobilisation de la classe ouvrière et d’une partie significative de la jeunesse. Soutenir ces mouvements est indispensable mais encore faut-il porter une critique radicale du projet dit Loi Travail, et pour cela il faut remonter aux « recommandations » à la France (euphémisme pour dire diktat) de la Commission européenne adressées – le Français Moscovici n’a pas eu honte de les rédiger en anglais un 14 juillet ! – au gouvernement français, recommandations que Myriam El Khomri a eu l’indignité de couvrir de son nom. Il faut aussi faire le lien entre la fascisation galopante de la France et la mortifère « construction européenne » qui, jour après jour, démolit notre pays, ses acquis, ses services publics, sa production industrielle et agricole, sa structure territoriale, ses capacités de défense propre, sans parler de sa langue sacrifiée au tout-anglais. Au passage, Bruxelles s’expose au ridicule avec ses pratiques linguistiques anglomanes : car qu’est-ce que le tout-anglais sans Anglais (cette langue n’est plus la langue officielle d’un seul des 26 Etats restants, l’Irlande se référant au gaélique et Malte au maltais !).

Front antifasciste FRAPPESur le fond, le PRCF prendra des dispositions pour populariser sa proposition de « F.R.A.P.P.E.  » (Front de Résistance Antifasciste, Patriotique, Populaire et Ecologique) tourné à la fois contre l’UE et contre la fascisation, et il utilisera les présidentielles pour diffuser à des centaines de milliers d’exemplaires un résumé de son programme de nationalisations, de reconstruction du produire en France, de coopérations internationales, de progrès social, de démocratie populaire la plus large, etc., de manière à rouvrir en France la perspective forclose par la mutation euro-réformiste du PCF, du socialisme pour notre pays.

Mais surtout, il faut agir. Le député PCF du Nord Jean-Jacques Candelier, successeur de notre cher Geo Hage, vient de se prononcer publiquement pour une sortie de la France de l’UE. La fédé du Pas-de-Calais du PCF en a fait autant récemment. Prolongeant le meeting national du 30 mai 2015 devant l’Assemblée nationale pour les « quatre sorties », le PRCF a fait récemment la proposition d’une grande manif régionale ou interdépartementale (à Lille, Lens ou Amiens ?) contre l’euro et l’UE, pour les revendications populaires, contre le capitalisme et l’OTAN. Responsable fédéral du PCF-62, le camarade Hervé Poly a publiquement accepté le principe d’une telle action qui pourrait être mobilisatrice ; car en 92 comme en 2005, le Nord, le Pas-de-Calais et la Picardie ont largement voté contre les euro-traités. C’est là le meilleur moyen tout à la fois d’éclairer le mouvement social, de détacher un maximum de communistes (pas seulement dans les « Hauts-de-France » mais dans toute… la « France d’en bas » !) des illusions euro-constructives diffusées par le PGE et de contrer le FN en associant dans les luttes le drapeau rouge au drapeau tricolore (comme l’a toujours fait le PCF de 1935 à la mutation). Portons le débat ET l’ACTION sur la sortie de l’UE par la gauche tout en rouvrant une perspective politique offensive aux luttes  : car c’est en se plaçant à la remorque, qui du PS et du PGE, qui de la CES, que certaines forces de la gauche politico-syndicale réduisent les chances de victoire du puissant mouvement de la classe ouvrière alors qu’une position de rupture claire dynamiserait formidablement le mouvement social. .

source : www.initiative-communiste.fr

http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/brexit-frexit-progressiste-mode-demploi-possible-entretien-georges-gastaud/


Signez la pétition pour un referendum sur la sortie de l’UE ! Cliquez ici


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 27 juin 17:59

    Encore une diarrhée de la gôôôche négrière bonniche à Coudenhove-Kalergi ....
     
    RT : L’immigration de remplacement, quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples
     

    Londres est désormais peuplé de 45 % de souchiens, Bruxelles comprend 76 % de sa population issue directement ou indirectement de la colonisation, et en île-de-Paristan 60 % de naissances sont le fait de populations extra-européennes.

     

    Gôôôchiste a bien servi son maître capitaliste (et continue)


    • Onecinikiou 28 juin 00:51

      Le PRCF agonie d’injure et de procès d’intention le Front national qui s’est opposé à l’UE avec constance depuis le Traité de Rome de 1957 (JM Le Pen vota contre à l’Assemblée), mais est d’une indulgence suspecte avec le frère Mélenchon qui lui vota Maastricht, outre qu’il fut membre du Parti socialiste pendant 31 longues années, fer de lance de l’euro-libéralisme et du mondialisme destructeur !


      Y-a-bon le tapin pour notre groupuscule sectaire ? Des problèmes alimentaires sans doute...

      • Jo.Di Jo.Di 28 juin 01:01

        « L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale »
         
        Pierre Mendès France, le 18 janvier 1957, discours à l’Assemblée nationale, il vote contre le Traité de Rome prédisant la dictature de l’EuroReich, avec Le Pen ...


      • Jo.Di Jo.Di 28 juin 01:22

        « Le cosmopolite représente le dernier degré de l’inhumanité capitaliste  […] Pour le cosmopolite, l’homme est un personnage schématique, “citoyen du monde” sans famille et sans peuple, sans traditions ni particularités nationales. Pour le marxiste, au contraire, l’homme est le produit d’un développement social déterminé, d’un certain nombre de conditions précises qui lui confèrent une formation psychique définie, un caractère national. » 
         
        Georges Cogniot (vrai marxiste, décrit le rôle du purineur gôôôchiste de l’infrastructure)
         

        « Ces prétendus cosmopolites qui, justifiant leur amour pour la patrie par leur amour pour le genre humain, se vantent d’aimer tout le monde pour avoir le droit de n’aimer personne »
         
        Rousseau Discours sur la pute négrière


        • fred.foyn Le p’tit Charles 28 juin 06:33

          « MOUAIS »....sauf que venant du PC ça fait rire un peu non..Zont la mémoire qui flanche les cocos..en 2012 ils votent pour l’enflure du PS..Remarquez entre pourris on se comprend... !


          • soi même 28 juin 12:45

            Savez vous pourquoi les cocos sont indigestes, sans chlorure de potassium , il est impossible de supporte vos mensonges..... !


            • Alexei88 28 juin 12:59

              Le PRCF a toujours défendu avec constance la sortie de l’UE, l’euro et l’OTAN.
              Les éructations xénophobes du FN n’y feront rien, Lepen « se garde bien de dire qu’elle appellerait à voter pour la sortie si elle était présidente », je dirais même plus, elle ne s’engage jamais par écrit.
              Je doute du revirement soudain de Melenchon qui traitait les anti euro de maréchalistes... revirement qui n’est donc que de l’opportunisme.
              Je ne suis pas communiste mais nous avons 3 objectifs clairs et net en commun, je ne peux donc que respecter vos initiatives dans ce sens M. Gastaud.


              • soi même 28 juin 13:01

                @Alexei88, PRCF est du pc pour travailleur pauvre.


              • fred.foyn Le p’tit Charles 29 juin 06:57

                @Alexei88...MENTEUR...depuis des années MLP fera un référendum sur le maintien ou non dans l’UE si elle est élue...TOUS les merdias en parle en long et en large...quand à mélenchon il prend sans arrêt les idées du FN...ça aussi les merdias en parle.. !


              • chantecler chantecler 29 juin 07:17

                @Le p’tit Charles
                On dirait feu ma grand mère :
                son argument suprême dans une discussion , c’était :« je l’ai entendu à la radio . »
                A l’époque , dans les années 55, mes parents venaient d’acquérir la télévision .
                « Noir et blanc » , marque Schneider , coffre en bois marron , une chaîne , l’ ORTF , un boitier noir métallique pour ouvrir/fermer et réguler le courant , c’est que les tubes ça claquait facilement , enfin une housse en tissu blanc qui la recouvrait pour la protéger.
                Et comme ce n’était pas répandu , nos voisins étaient invités pour regarder certaines émissions .
                Donc elle écoutait bien davantage son « transistor » .
                Elle adorait Maurice Biraud qui déconnait avec Jean Yanne sur les ondes :
                https://www.youtube.com/watch?v=80BbjY-1vwI&spfreload=10


              • fred.foyn Le p’tit Charles 29 juin 07:54

                @chantecler...« je l’ai entendu à la radio . ».. ?
                désolé j’écoute pas la radio, et ma grand mère est morte depuis bien longtemps..Par contre je « regarde » les merdias de votre beau pays..et ho surprise il raconte TOUS la même chose (normal ils appartiennent aux partis politiques donc la propagande est la même..)
                Vous savez pertinemment que MLP fera un référendum (dont je me fout royalement)..c’est juste une réalité..sans Biraut et Yanne.. !


              • Alexei88 30 juin 14:59

                @petit charles...
                Connaissez vous les 21 versions contradictoires du FN sur l’UE et l’euro ? les « merdias » comme vous dites les relaient à profusion mais quant il s’agit de passer à l’acte, il n’y plus personne, AUCUNE des professions de foi du FN ne comportent NI de sortir de l’UE et euro NI de faire un referendum.
                Qu’elle l’écrive noir sur blanc aux électeurs, qu’elle s’engage donc vraiment ! Sa parole n’a aucune valeur sans cela.
                Je n’aurai pas l’impolitesse de vous traiter de menteur, car on ne peut pas tout savoir, moi le premier, mais par contre je vous invite a vérifier calmement tout ce que je viens de vous écrire.


              • Spartacus Spartacus 28 juin 13:13

                Quel gloubiboulga !!!


                Sort de ce corps Casimir !

                  • Méc-créant (---.---.206.23) 28 juin 22:12

                    Bonjour. Je viens d’atterrir sur votre page, à partir d’Agoravox. C’est une des premières fois où je vois rappelé le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et surtout le rôle qu’a joué Cette Europe dans l’émergence des poussées fascisantes. J’avais déjà abordé ces aspects dans de (très) vieux textes que j’ai fini par mettre sur un blog : « Immondialisation : peuples en solde ! » Les réflexions proposées auront peut-être une autre résonance aujourd’hui. Au cas où vous iriez le visiter, toute lecture critique sera la bienvenue et vous pouvez, éventuellement, le signaler à vos lecteurs.
                    Cordialement. Méc-créant.


                    • PRCF PRCF 28 juin 23:42

                      @Méc-créant
                      Très intéressant.
                      Vos textes fond écho aux travaux de Gastaud dans « Mondialisation capitaliste et projet communiste » publié en 1997.
                      Oui le caractère de machine à fasciser qu’est l’UE n’est pas nouveau, et oui il est de plus en plus préocuppant.


                    • Politzer1 (---.---.165.253) 29 juin 14:53

                      D accord en gros.avec l analyse . Mais 1 Melenchon a prouvé en 2012 qu il est un râteau du PS. Votre position sème le trouble. C est une erreur. 2 Arrêtez de déclarer que le FN est xénophobe, c est faux et démagogique. C est une concession indigne à l idéologie immigrationiste « antifa » et une façon de se dérober devant la question CAPITALE de l immigration dont les Français ne veulent pas. Sur ce point vous êtes en retrait par rapport au FN ce qui assure son succès dont vous êtes en partie responsables. La sortie de l UE est secondaire par rapport à la lutte pour l immigration ZERO. Les Anglais ont voté pour ça c est clair. Problème dont ne souffrent pas les Ecossais ou les Irlandais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès