Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Election Européenne : piège à con ?

Election Européenne : piège à con ?

Le 22-25 mai prochain, les citoyens européens seront appelés à voter pour renouveler le parlement européen. 751 eurodéputés qui forment le seul organe représentatif de l'Union Européenne. Avec comme nouveauté, permis par le traité de Lisbonne de 2007, une influence directe pour le choix du président de la Commission européenne. Et pourtant, cette élection ne semble pas se dérouler dans le meilleur contexte. La popularité de l'UE chez les peuples européens ne cesse de se détériorer. Un chiffre terrible en donne l'ampleur, seulement 4 pays sur 28 ont une confiance supérieur à la méfiance. Anatomie des sources de ce désamour.

Les politologues promettent une bataille qui se terminera entre les partis nationalistes/anti-européens et l'abstention. Face à ce tournant que l'on nous promet, la réponse ne doit pas être seulement fataliste. Interrogeons-nous sur la nature de cette campagne électorale ?

La campagne, qui ne fait que débuter, prend une tournure qui semble se tirer une balle dans le pied. Nos hommes politiques s'efforcent de démontrer l'intérêt de l'Union Européenne par le petit bout de la lorgnette. Tout y passe, les frontières quasiment disparues, ne pas devoir changer de monnaie entre les pays de la zone euro, ce fameux Erasmus (2 % des étudiants) ou l'Europe de paix. Un seul point commun à tous ces arguments, c'est l'Europe du passé. Des acquis obtenus depuis plusieurs années, voir dizaine d'années. Aussi juvénile qu'anachronique, leurs arguments apparaissent comme un pansement sur une jambe de bois.

Changer le pansement ou penser le changement

Le décalage entre les doutes des citoyens européens et le discours de nos politiques devient de plus en plus sanglant. Attachés aux acquis du passé qui font (presque) l'unanimités, l'Europe a oublié l'essentiel de la politique c'est à dire l'avenir. Ils préfèrent les arguments simplistes qui plaisent au "petit peuple". Le dernier exemple nous vient de la Commission Européenne qui propose d'universaliser les chargeurs des téléphones portables( déjà promis pour 2011), encore un petit biscuit d'unanimité ?

L'Europe du futur c'est l'Europe du plus jamais ça

Alors pourquoi se focalisent-ils sur des arguments que peu remettent en cause ? Le bilan de ces dernières années ne fait sans doute pas l'unanimité.

Les crises ont révélé les manquements de cette Union Européenne. Le poids de la Troika (BCE, FMI, Commission européenne, Eurogroupe) dans la résolution de la crise des dettes souveraines fut catastrophique par son manque de légitimité. Faut-il rappeler qu'aucun lien ne relie ces institutions aux peuples européens, ni par la représentation (le parlement européen n'a aucun contrôle sur la Commission, sur la BCE et sur l'Eurogroupe) ni par une démocratie directe (inexistante en Europe). Les mesures d'austérité furent appliquées par des technocrates aux gouvernements nationaux sur le dos des citoyens.

Ce manque de légitimité est aussi institutionnel. On peut citer la BCE. Cette institution qui est indépendante du pouvoir politique progresse en "pilotage automatique" et donc ne permet pas aux européens d'avoir une politique monétaire comme partout dans le reste du monde. Et de plus, bien loin d'un quelconque contrôle démocratique.

Quid du sauvetage des banques par les Etats qui a représenté 37 % du PIB de l’Union Européenne. Cela a provoqué une explosion des dettes souveraines alors que le Pacte de stabilité et de croissance (PSC), renforcé par le « Six pack », oblige les Etats à descendre en deçà des 3 % de déficit budgétaire. Une équation impossible ou la politique est guidé par le chiffre et le bâton car dorénavent la Commission surveille et commente les budgets nationaux.

Le philosophe allemand Jürgen Habermas parle d' "autocratie post-démocratique", d'autre de dictature technocratique. Or les réformes macro et micro économiques furent nécessaires pour sauver la zone euro. Mais légitimement, les peuples européens jugent l'action politique ne correspondant plus aux idées originaires, que l'Union Européenne se proposait de mettre en oeuvre,que sont la démocratie et l'Etat de droit.

Dans le même temps, un plan d'aide pour lutter contre le chômage des jeunes fut créé, 6 milliards d'euro sur deux ans... Lorsqu'on sait qu'en Espagne ou en Grèce, plus d'un jeune sur deux est au chômage, 24 % à l'échelle européenne, beaucoup doute de son efficacité. Le présage d'une « génération perdue » de jeune sans emploi, comme au Japon durant les années 1990, est de plus en plus une réalité. Ils apparaissent comme les premières victimes.

C'est dans ce contexte difficile que les citoyens européens vont voter pour renouveler les eurodéputés

Caisse de résonnance

Dans une Europe qui n'intègre pas la démocratie, cela devient un "malheur" d'être le seul organe démocratique qui, de facto, se situe au centre de la bataille. Toutes les colères vont se cristalliser durant le seul moment où le citoyen a une action directe. Alors faut-il incriminer le parlement et son bilan ?

Tout d'abord, le parlement fut le seul à se battre pour augmenter le budget de l'Union européenne contre les gouvernement nationaux. De plus, les députés ont garanti un fond d'investissement de 325 milliards d'euros pour les projets de développement régional, ont refondu la politique agricole commune (PAC) pour la rendre plus « verte », ont permis d'aller plus loin dans la protection des données par rapport aux propositions de la Commission.

Nos députés ont aussi rejeté le projet ACTA sur la contrefaçon, ont permis l'indication du pays d'origine à tous les produits à base de viande, ont créé une législation pour mettre fin au démantèlement de vieux navires enregistrés dans l'UE sur les plages de pays tiers.

Voici quelques exemples de son travail peu connu. Pour finir, le parlement européen a approuvé le 3 mars 2014, un rapport qui affirme que la Troika est « dépourvue de transparence et de contrôle démocratique ».

Le bilan de la dernière législature n'a sans doute jamais été aussi important. Cela a été possible grâce aux pouvoirs et compétences acquissent par le traité de Lisbonne mais aussi par la nature consensuelle du travail qui caractérise ce parlement. Et pourtant, on peut s'attendre à une "sanction" politique du parlement pour le bilan de l'Union Européenne, alors même que celui-ci dépend plus du Conseil européen ou des traités, sur lesquels le parlement n'a que peu d'emprise.

C'est la terrible position institutionnelle du parlement.

Voter pour une Europe paresseuse ?

Le désintérêt ou le désamour va être criant de symbole lorsque Jean-Marie Le Pen (président d'honneur du Front National), sans doute futur doyen du parlement à l'âge de 85 ans, aura la charge de présider la séance inaugurale comme la tradition le demande. Cet homme symbolise l'erreur de jugement des européens (et dans ce cas-ci, francais). Après 30 années en tant qu'eurodéputé, il symbolise le néant idéologique. Depuis 2009, Jean-Marie Le Pen a déposé 0 amendement, 0 texte proposé, 0 déclaration écrite, 0 rapport, 0 motion pour résolution. Il symbolise la politique de la parole, sans les actes, qui tue nos démocraties.

Alors, peuple européens, ne vous trompez pas de bouc-émissaire. Au lieu de croire que les anti-européens changerons réellement cette Europe, demandons des réformes, demandons une "autre Europe" pour ne plus se faire prendre pour des cons !

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • jako jako 26 mars 2014 13:54

    « demandons des réformes, demandons une »autre Europe«  » oui mais on passe déja par une réforme totale de l’Europe et on verra ensuite pour le vote


    • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 21:50

      Oui bien sur un troll financé par l’Etat... je suis meme payé par la « Confrérie du biscuit sec » qui souhiate mettre la main sur le marché européen et ainsi détruite la concurrence des biscuits crémeux, cakes, pate a choux,... Comment j’ai pu me faire démasquer ??!!


    • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 22:27

      Aaahhh, l’analyse sociologique à travers 26 touches (27 avec l’espace) de clavier... internet n’arretera jamais de me faire rire, à défaut de celui qui se cache derrière !

      Je pars demain à Hawai pour 6 mois de vacances, la température est plus adapté au biscuit sec donc en effet je suis blindé au AS !!!


    • Alpo47 Alpo47 26 mars 2014 14:03

      Je trouve ce texte manipulateur.
      Dans un premier temps, l’auteur reprend tous les reproches que l’on peut légitimement faire à l’UE, cherchant ainsi à créer un début d’accord de ses lecteurs, pour ensuite .... argumenter en faveur du parlement européen,avec l’inévitable petite diatribe anti-FN, c’est à dire envers ceux qui risquent le plus de mettre des batons dans les roues de cette construction.
      C’est de la communication « sandwitch ». Du bon- les vrais arguments- encore un peu de positif pour conclure.

      Mais ce genre de manipulation des esprits ne passe plus, vu le niveau de rejet et d’hostilité de tout ce qui représente la construction européenne.

      Cher auteur, vous devrez reprendre vos cours de commu-nication.

      Si « dans le cochon tout est bon », dans l’UE , tout est à (re)jeter.


      • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 21:32

        Mon cher monsieur,

        Donc être critique, c’est etre contre l’’Europe, et ne pas l’etre c’est etre pour ! Drole de configuration de pensée, je pourrais dire simpliste mais j’entends cet argument depuis si longtemps... Vous etes dans l’idéologie, a meme pas essayer de comprendre. Penser bien ce que voulez de l’Europe mais n’empêchez pas les européens sceptique-enthousiaste de s’exprimer.
        Il faut être critique vers l’Europe car elle est comme tout système politique, imparfait, a améliorer, a politiser. Et c’est moi qui serait dans l’idéologie ? Chez vous elle est mauvaise parce que... parce que elle est mauvaise. C’est sur que votre discours ne se cache pas derrière une communication, comme si celle ci aussi mauvaise par idéologie. Tous les jours des partis d’extrême droite, de droite, de gauche et d’extrême gauche font de la communication. Mais aussi tous les journalistes, les écrivains, les internautes, les pilliers de bar. Communiquer c’est sans doute la seule chose que nous avons en commun, alors soyez galant... Quand ca vous plait, on ne vous entend plus dire que la com c’est de la m*****.


      • Maximiche Maximiche 27 mars 2014 00:58

        Parce que je defends mon point de vue, je suis un manipulateur. Et donc un impérialiste ?
        Vous donnez votre avis, votre point de vue mais vous êtes dans la raison, mieux dans la « morale ».
        La logique de l’ennemi


      • Anaxandre Anaxandre 26 mars 2014 14:24

         Article profondément naïf ou manipulateur ?...

         « D’autre Europe » il ne sera jamais question, le principal pilier idéologique de l’UE étant le libre échange sur le modèle anglo-américain. La seule voie positive pour une nation comme la nôtre est de sortir de cette construction ; et l’on n’en sortira pas par le haut (aucune « pression » au Parlement de Bruxelles ne modifiera une virgule des Traités), mais par le bas, c’est-à dire par un vote massif de notre peuple en faveur d’un futur camp anti-UE/euro/OTAN.

         Le réalisme m’impose de noter qu’il faudra pour parvenir à ce résultat que la misère s’étende et s’amplifie encore bien davantage en France...


        • efzed 26 mars 2014 14:38

          « demandons une autre Europe pour ne plus se faire prendre pour des cons » ça fait 40 ans que l’on nous parle d’une « autre Europe », c’est donc vous qui nous prenez pour des cons !

          http://www.upr.fr/dossiers-de-fond/autre-europe

           


          • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 21:35

            Revoyez votre histoire de l’UE, je peux vous dire qu’elle a changé en 40ans... bien sur si vous attendez qu’elle devienne communiste, il faudra plus d’un Lenine pour faire une révolution....


          • César Castique César Castique 26 mars 2014 15:27

            « ...ont permis l’indication du pays d’origine à tous les produits à base de viande... »


            Mais pas celle de la présence de traces d’antibiotiques et autres « stimulateurs de croissance » ! Ce qu’obtiennent les députés, ce sont des modifications cosmétiques, que la Commission considère comme inoffensives. Et l’exemple de l’OGM TC1507 est un certificat d’impuissance accablant et sans appel.

            • PhilVite PhilVite 26 mars 2014 17:01

              Ouais, une autre Europe pour se faire enculer autrement !

              Décidément, y’en a qui sont longs à la détente !


              • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 21:46

                Après la lecture de tous vos arguments argumenté, documenté, expliqué je souhaite rejoindre votre club d’idée. Tant d’intelligence ma réellement fait réfléchir a mon article. Encore merci


              • ykpaiha ykpaiha 26 mars 2014 17:25

                Culotté maxi-miche..
                Perdre autant de temps pour simplement dire :

                « Ouaiche l’Europe c’est Wouachement chouette..eu !! »
                C’est cout et au moins limpide

                Bon certes un peu moins que ce qui dédouline d’entre ces fameuses miches, mais bon on bouffe bien ce qu’on veut ... par contre on n’est pas obligé de partager......c’a pue.


                • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 21:41

                  Oh grand maitre Ykpaiha, pardonne moi de mon avis, de mon article qui va sans doute soulever une révolution.
                  Pardonne moi de ne pas etre de ton avis, pardonne moi d’etre sur un site citoyen ou chacun publie librement et d’en avoir profité.
                  Pardonne moi d’avoir pensé que des contre arguments serait possible avec d’autres utilisateurs, et sans meme demander ton avis, Oh grand maitre pardonne moi.
                  Je lirai le traité de Maastricht trois fois ce soir pour me faire pardonner.


                • François-xavier 26 mars 2014 21:46

                  @ l’auteur, bonjour, toujours la même rengaine de « une autre Europe »... Personne n’y croit plus !!! et tant mieux, l’UE est une vaste arnaque financière qui met les peuples en coupe réglée, allez voir les Espagnols, les Grecs, les Portugais, les Italiens et nous mêmes qui sont les suivants, va falloir redescendre sur terre mon gars et arrêter avec cet angélisme et cette naiveté...


                  • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 22:03

                    C’est bien ce que je dis, l’europe a fait du mal ces dernières années et c’est pour ca qu’il faut changer quelque peu le système. Mais est ce pour autant l’Europe qui est mauvaise alors que ce n’est juste que la volonté de 28 chefs de gouvernements dans une meme institution. Et je vous conseil de voyager en Pologne, en République Tchèque et dans un tas de nouveau pays européens. Allez voir si l’Europe a fait tant de chose terrible depuis 20 ans. Et sans doute vous m’expliquerez pourquoi tant d’Etat veulent rejoindre cette « arnaque financière » et pourquoi finalement restent-ils ?


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 2014 19:07

                    C’est pas changer « un peu » le système, c’est en sortir !

                    Etienne Chouard :
                    " C’est un piège mortel, il fut sortir de ce piège à rats.


                  • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 26 mars 2014 22:02

                    C’est du foutage de gueule.
                    L’UE est une dictature irréformable en l’état.


                    • Maximiche Maximiche 26 mars 2014 22:34

                      Mais l’UE c’est quoi. Le conseil ? le parlement ? la commission ? la cour de justice ? la BCE ? la cour des comptes européennes ? peut etre tous des pourris selon vous...
                      C’est l’intergouvernementale ou les décisions prisent de manière communautaire ?
                      C’est la position de la France dans les négociations sur le PAC ou c’est la position de l’Italie sur le financement des aides régionales ?
                      L’UE c’est nous, ce sont nos chefs de gouvernement. M.Hollande gouverne en France et pourtant peu cris à la dictature. Et ben il fait la même chose tous les jours au niveau de l’Union Européenne, il gouverne avec le mandat que la démocratie française lui a offerte. Pareil pour les allemands, les italiens, les lituaniens, les slovaques, les portugais.....


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 2014 12:32

                      L’UE c’est
                      * 120 millions d’européens menacés de précarité
                      * 50 millions qui vivent dans un foyer où personne ne travaille
                      * 43 millions qui n’ont pas les moyens de se nourrir correctement
                      * au moins 4 millions de sans abri (Chiffres Eurostat)

                      Et voilà ce qu’était la France avant de monter à bord du Titanic. Ici.


                    • Maximiche Maximiche 27 mars 2014 14:02

                      C’est si simple, les pauvres c’est la faute de l’UE. Cette UE s’occupe essentiellement des normes sur la protection des consommateurs, une certaine uniformisation des règles entre les pays, des directives sur la protection des données, des quotas energetiques,... bien loin de la politique des Etats.

                      Qui est ce qui s’occupe des collectivités territoriales, des réformes du travail, du régime des retraites, des allocations, des lois, de la politique économique, des accords avec le reste du monde, des engagements militaires, de la justice ect ? Et bien ce sont les gouvernements nationaux. Bien sur que l’on peut critiquer l’Europe sur ce qu’elle fait, mais sur ce qu’elle ne fait pas c’est un peu déloyale. L’Europe s’occupe surtout de réguler le marché intérieur de 500 millions de consommateur. Elle n’a pas de politique réel contre le chômage ni la possibilité d’etre une europe sociale. On peut le lui reprocher mais en faire son argument d’opposition... c’est tirer à coté de la cible. Incroyable comme les anti-européens croient que toutes les fautes sont passés au niveau européen depuis la crise alors que l’essentiel, c’est à dire l’économie, le chomage sont dans les mains de nos gouvernements. Pour exemple, l’Allemagne, le Danemark, l’Autriche s’en tirent très bien et pourtant ils sont dans cette « méchante » europe. Détourner le regard pour ne pas se remettre en cause, nous francais !


                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 mars 2014 22:29

                      Bonjour,

                      ’’ Alors, peuple européens, ne vous trompez pas de bouc-émissaire. Au lieu de croire que les anti-européens changerons réellement cette Europe, demandons des réformes, demandons une « autre Europe » pour ne plus se faire prendre pour des cons ! "

                      Vous n’avez, me semble t-il, pas compris comment fonctionne l’Europe.

                      Les peuples n’ont plus rien à dire.
                      Nous allons élire de gens qui vont siéger au parlement Européen qui n’ont même pas la possibilité de proposer des lois. Seulement la commission européenne, ou siègent des gens non élus et qui ne devront pas se justifier de leur actes, peut proposer des lois. Les commissaires sont en étroite relation avec les lobbyistes qui dictent en grande partie la démarché européenne.

                      L’utopie de pouvoir changer l’Europe

                      Pour transformer l’ UE en Europe sociale, ce sont tous les Traités qu’il faut changer, puisque ceux-ci ont été mis au point dans l’intérêt du monde de la finance et des multinationales. Ce n’est pas juste quelques virgules à changer, ici ou là. Pour changer les Traités européens, il faut l’accord unanime des 28 pays en même temps. Pour renégocier les Traités, c’est l’article 443-3 IV, qui dit : ’’ Un seul État peut s’opposer à tout changement des Traités ’’.

                      Que dit le président François Asselineau au sujet de la candidature de l’UPR aux élections européennes en 2014 ?

                      A ceux qui font mine de s’étonner qu’un parti anti-UE comme le nôtre participe à des élections européennes, nous répondons :

                      a)- que c’est un moyen pour nous de gagner en notoriété nationale,

                      b)- que nous avons des partis similaires dans d’autres pays d’Europe qui vont également se présenter pour sortir de l’UE (cf. notre participation au colloque de l’EPAM en Grèce en décembre 2013)

                      c)- que les élections européennes sont les seules élections où l’on peut voir surgir un mouvement anti-UE, comme l’a prouvé notamment le UKIP au Royaume-Uni par exemple (quoi que l’UKIP ait des différences substantielles avec nous, son atlantisme et son positionnement très à droite notamment, alors que l’UPR veille à rester au-dessus du clivage droite-gauche je le souligne de nouveau).

                      d)- que si nous ne nous présentions pas, nous laisserions la voie libre soit à l’abstention (ce qui ne gêne aucunement les européistes), soit à des mouvements-leurres comme le FN.

                      e)- enfin, que c’est la réponse logique à tous les partis européistes qui se présentent à nos élections nationales, en ayant à l’esprit l’idée de détruire la nation France de l’intérieur. Objectif explicitement énoncé désormais par EELV.

                      Puisque les européistes participent aux élections nationales avec pour objectif de détruire la nation française, nous allons nous présenter, nous, aux élections européennes avec pour objectif de détruire l’UE.

                      Programme de Libération Nationale - UPR


                      • Ruut Ruut 27 mars 2014 07:41

                        Lorsque les fondations sont mauvaises ou inexistantes comme la Démocratie en Europe actuellement, il faut raser, virer les anciens matériaux défectueux (tout) et reconstruire autrement.
                        Lorsque l’on voit que le président permanent de l’Europe n’as même pas été élu par le peuple de Belgique, il y a un problème quelque part.


                        • Maximiche Maximiche 27 mars 2014 10:26

                          Mais etes-vous posez les conséquences d’une démocratie en Europe ? Qu’est que cela pourrait provoquer ?
                          L’UE n’est ni un Etat, ni un seul et meme peuple. Ce sont des peuples qui essayent de s’organiser pour cheminer dans une politique commune sur certains sujets. Essayer d’adopter certaine règle qui permette d’être sur un pied d’égalité dans les échanges commerciaux, culturels, ou de personne. ONU est la principale institution qui permet le dialogue et des accords entre les pays du monde. Elle n’a ni de parlement, ni de justice aussi approfondie que l’UE, ni de cour des comptes, et j’entends peu de gens demander la destruction de cette institution. Notamment car des sujets doivent rester d’une volonté nationale comme le sont les relations internationales. L’originalité de cette UE est d’être une instance internationale qui n’a pas souhaité partager seulement des échanges commerciaux comme l’ASEAN, l’ALENA, le Mercosur mais aussi un début de démocratie. A comparer a ces autres rassemblements mondial régionaux, le pouvoir démocratique est bien plus avancé. Sans doute vous préférez des accords comme l’ALENA ou seulement les chefs d’États discutent entre eux, sans contre pouvoir, avec un seul but : économique.

                           La démocratie dans un Etat est indispensable. Tout autant dans une gestion politique. Mais si on veut réellement instaurer une démocratie en UE, il faudra accepter que des décisions prises par un pouvoir supranational puissent avoir des actions directes dans les pays nationaux. Il est drôle de voir les anti-européens demander plus de démocratie alors que intrinsèquement, cela annonce une sorte de fédération. Le système aujourd’hui n’est pas parfait mais il maintient le pouvoir de décision dans les mains des chefs d’États nationaux (M.Hollande par exemple). Ils contrôlent et refusent des projets de la Commission, lancent les nouveaux chantiers, gèrent les crises diplomatiques. La démocratie tant souhaité (notamment par les Allemands qui demandent plus de fédéralisme) implique une certaine perte de souveraineté. Car la démocratie doit s’accompagner d’une dose de fédéralisme. Car aucun pouvoir national ne voudra donner ses pouvoirs sans des contreparties, sans contrôle sur les actions des différents pays nationaux.

                          Alors etes vous prêt a confier le pouvoir de l’UE a une démocratie au dessus de la parole de 28 gouvernements ? je ne suis pas sur que ce soit la volonté des commentaires de cet article. 


                        • César Castique César Castique 27 mars 2014 17:04

                          « Le système aujourd’hui n’est pas parfait mais il maintient le pouvoir de décision dans les mains des chefs d’États nationaux (M.Hollande par exemple). Ils contrôlent et refusent des projets de la Commission... »


                          Pourriez-vous nous donner des exemples de « projets » de la Commission refusés par le Conseil de l’Union européenne (conseil des ministres) - et non par le Conseil européen (sommet des chefs d’Etats ou de gouvernements), qui se réunit en règle générale deux fois par an, et qui n’a pas de pouvoir décisionnel ?

                        • zygzornifle zygzornifle 27 mars 2014 09:33

                          « 751 eurodéputés » à plus de 10 000€ mensuel d’argent de poche ....On comprend que l’Europe ne sert qu’à planquer les politiques en manque de mandats dans leurs pays respectifs leur permettant de vivre comme des nababs leur construisant une confortable retraite ......


                          • Maximiche Maximiche 27 mars 2014 10:30

                            C’est vrai 74 eurodéputés dont certains, comme je l’ai dit dans l’article, ne font que de la présence... En France ils sont 577 avec sans doute beaucoup plus d’avantages mais il est plus facile de cracher sur cette UE


                          • zygzornifle zygzornifle 27 mars 2014 09:34

                            Le parlement européen est un cancer pour chaque pays y adhérant .....


                            • Sylvain62 27 mars 2014 12:27

                              Le seul vrai choix démocratique qu’il nous reste et qui déterminera notre avenir c’est « pour » ou « contre » l’UE. Et comme nous l’avons vu au niveau national on ne nous laisse pas le choix et nos votes ne sont jamais pris en compte, cf le traité de Lisbonne. Donc il reste les élections européennes et la possibilité de faire porter notre voix et nos vues politiques, bon gré mal gré, au niveau européen et d’accentuer la visibilité de ce choix et de ce débat.


                              Ou continuer à protester au niveau national et boycotter l’un des derniers système d’expression qu’il nous reste, on a vu ce que cela a donné jusqu’à présent, c’est-à-dire rien. Donc pour ma part j’irai voter UPR, car leurs analyses sont pertinentes et la ligne politique, cohérente.

                              • unandeja 27 mars 2014 12:39

                                ...et qui pour représenter cette « autre europe » ???

                                ump-ps-udi-modem et leurs satellites qui sont touts favorables à l’ue actuelle ???
                                (sauf 1 ou 2 mois tous les 10 ans, notamment lors d’élections).


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 mars 2014 19:12

                                  Qui pour une autre Europe ?

                                  Tous, ils sont tous pour « réformer » l’ Europe« , si on vote pour eux.
                                  Et après le vote, il ne se passe jamais rien. C’est comme ça depuis 1979 !

                                   » Recette pour neutraliser la colère des Français : leur promette une Autre Europe"
                                  Tous, sauf le PRCF, le M’PEP et l’ UPR qui veulent en sortir.


                                • jaja jaja 27 mars 2014 19:29

                                  Rompre avec l’UE capitaliste et ses traités c’est ce que ferait un gouvernement des travailleurs en socialisant toutes les banques et des secteurs entiers des moyens de production...en expropriant les gros actionnaires sans indemnités ni rachat... Puis en refusant de rembourser la dette et ses intérêts.... C’est la solution du NPA...

                                  Et en imprimant un max d’Euros pour voir venir et parer à l’exclusion si les autres pays européens étaient restés sous domination bourgeoise....
                                   Ce serait un exemple redoutable pour tous les prolétariats d’Europe souhaitant se débarrasser de leurs bourgeoisies capitalistes !


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 mars 2014 07:36

                                  jaja,
                                  Et en attendant, on y reste ! Pas vrai ?
                                  Les Communistes, les Résistants et de Gaulle n’ont pas attendu vos miracles pour créer le CNR !
                                  Vous avez toujours un guerre de retard.


                                • zygzornifle zygzornifle 27 mars 2014 15:13

                                  élection piège a cons ..... Gouvernement piège à glands .....


                                  • unandeja 2 avril 2014 15:18

                                    lol c’est pas faux...sauf en Suisse ^^ !


                                  • zygzornifle zygzornifle 28 mars 2014 10:39

                                    N’oubliez jamais que tous ces politiciens se battent pour eux et non pour vous, avez vous vus un changement après les élections ? En pire oui mais en mieux ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Maximiche

Maximiche
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès